No 40 – Sommaire / Edito

Sommaire

URBANISME

  • Un logement pour tous par Michèle Pisigot 7 La ville en rose par Jean Pierre Garnier
  • Présentation par C. Desnus et M. Esterle
  • Combien sont-elles
  • Travailleurs sociaux d’origine étrangère, de l’exil à l’accompa¬gnement social par Christine Desnus
  • Qui sont les femmes immigrées iraniennes? par Raki Afsaneh
  • Réseaux de familles monoparentales par Tecla Gapecchi
  • Que dire à ma propre famille par Beatrice Chailloux
  • PMI d’hier et d’aujourd’hui par Nadine Nonain
  • Une action de terrain, les femmes des Franc-Moisin propos recueillés par Maryse Esterle et Christine Desnus
  • Le visible et l’inivisible, les éducateurs de rue et les filles d’Ori¬gine étrangère par Maryse Esterle
  • Image des femmes dans l’immigration, Filmographie par Guy Jouannet
  • Bibliographie

ACTION EDUCATIVE

  • ASUD, groupe d’auto support par Gilles Charpy
  • A propos des stratégies de réduction de risque par Jean Jacques Deluchey

ACTION SOCIALE

  • Le groupe du mardi, un lieu de paroles et d’échanges par V. Courtot, G. Gibert, M. C. Pailhes, Y. Royer

CULTURE JEUNES

  • Ethnogalère, histoire d’un café musique universitaire par Georges Lapassade

ARTS ET CULTURE

  • Many, un peintre pas comme les autres par Mehdi Farzad
  • La rentrée cinématographique par Guy Jouannet

Édito

Paroles et Pratiques sociales peut souffler sur ses dix bougies. Il y a dix ans, une poignée de travailleurs sociaux décidaient de créer une association dont le but était de « favoriser l’échange et le débat entre professionnels ».
La revue a été le principal outil d’échange et de réflexion sur la pratique professionnelle, sans cesse interrogée dans ses fondements, ses moyens et ses objectifs. L’écriture est restée l’outil privilégié car il ne peut y avoir de pensée sans une parole qui s’en fait l’écho et il ne peut y avoir de pensée ni amorce de théorisation sans énoncé de ses interrogations.
C’est une gageure que d’avoir réussi à publier régulièrement plus de 40 numéros sans interruption (sauf arrêt de neuf mois, le temps d’une gestation…). Preuve est faite que les travailleurs sociaux ont quelque chose à dire et à transmettre et que leurs critiques ou leurs propositions alimentent la pratique de chacuns et fécondent leur réflexion.
C’est aussi une réussite que des travailleurs sociaux, puis des formateurs et récemment des universitaires soient parvenus, bénévolement à construire et à faire vivre cette revue et à animer des soirées débats et des colloques.
Nous ne cesserons jamais de le dire ; cette revue est aussi la vôtre car si elle se veut carrefour d’idées, elle ne peut exister sans une certaine réciprocité, un minimum d’échange et de diffusion.
Plus que jamais P.E.P.S. s’affirme comme le garant d’une lecture critique sur l’actualité du travail social. La complexité croissante des problèmes se posant avec acuité, P.E.P.S. a montré sa capacité à s’en faire l’écho et à poser un regard original.
A l’heure européenne, les espaces de réflexions sur les droits et les politiques
sociales sont à occuper par les travailleurs sociaux eux mêmes.
Enfin, P.E.P.S. s’avère de plus en plus un nouvel instrument pédagogique : l’écriture comme un outil d’élaboration et d’appropriation d’une pensée sur le travail social.
Pour marquer les dix années d’existence de P.E.P.S, nous organiserons un grand débat-rencontre en mars 1993. Nous vous donnerons plus amples détails dans notre prochain numéro qui sera l’occasion de clôre le dernier volet de notre tryptique sur les enjeux de l’immigration.
L’équipe se joint à moi pour vous remercier pour la fidélité et la confiance que vous nous accordez.
Eric AUGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rating*