A propos intermedes

pédagogie sociale

10 ans d’Intermèdes Robinson

2005-2015

IMG_20150520_164110

L’association Intermèdes Robinson a été créée le 21 Mai 2005

Un peu d’Histoire
En 2005, la première association Intermèdes avait dû cesser ses activités (la « Maison Robinson ») depuis un an (2004). Le souvenir en était encore cuisant; Intermèdes s’était développée depuis 1997 et avait déployé une grande activité dans le quartier sud de Longjumeau.

La disparition de cette première association s’était accompagnée d’une grande interrogation: Comment une structure de cette importance pouvait elle disparaître ainsi du jour au lendemain »?

Et d’une  déception certaine ; nous avions le sentiment de ne pas avoir assez maitrisé ce qui était advenu, de ne pas avoir assez défendu une action d’une grande valeur.

En 2005, la nouvelle association a donc pour objectif à la fois de succéder à la première et en même temps d’aller dans un sens un peu  différent. Cette fois ci, nous vouions, ajouter quelque chose au travail relationnel et social. Nous voulions mettre au cœur du nouveau projet une dimension de production.

Nous pensions « Travail », « Jardin », « Cuisine de masse », …

Qui était au démarrage?

Nous n’étions que quelques uns au démarrage; pour la plupart, des transfuges de l’ancienne association: Samia , Catherine …. Mais il y avait aussi des nouveaux amis qui ont quitté peu après la région,  et d’autres acteurs (parents ou enseignants)  de l’Association de l’Ecole Hélène Boucher, où je travaillais alors, comme Sophie.

Très vite, nous nous sommes mis en quête de terrains pour créer le lieu de « maraîchage » (et non de jardinage ) que nous appelions de nos vœux. La municipalité de Longjumeau de l’époque loupa le coche et nous affirma qu’elle ne pouvait disposer d’aucun terrain et nous soutenir d’aucune manière dans un tel projet à la fois social et environnemental. 7 ans plus tard la municipalité de Longjumeau trouvera les moyens qu’elle disait lui manquer, et installera à grands frais une « ferme pédagogique »,à but économique, issue d’une structure qu’elle est allée chercher dans  une autre ville; celle ci  vend ses prestations et  bénéficie en continue, d’une communication publique, copieuse et permanente…

Quant à nous, ce fut  à Saulx-les-Chartreux que nous avons trouvé un accueil et une réponse positive pour un  terrain,  pour nos adhérents Longjumellois. Toujours en 2005: nous avions fait vite !

On nous a proposé deux terrains que nous exploitons toujours: le lieu dit « de l’Équerre » (maraîchage) et celui du « Fond de l’église » (apiculture).

Plus tard nous cultiverions également deux autres terrains à Chilly; depuis un peu plus d’un an, nous lançons le jardin collectif et partagé de la Villa Saint Martin, au quartier.

Le défrichage

Les premières années ont été celle du défrichage ; les terrains confiés étaient des jungles; quant à nous, nous étions sous équipés. En regardant en arrière nous pourrions nous trouver fous de nous être battus à la main dimanche après dimanche pendant des années contre ronces et orties. Plus d’une fois, notre lutte contre ce maquis nous a conduit, les uns ou les autres, aux urgences… (Mais rien de grave)

C’est à ce moment là que les premières nouvelles familles nous ont rejoints pour partager ces dimanches à la fois de travail et de convivialité.
De cette période là, datent les premiers documents vidéos, mentionnant notre association,  souvent réalisés par notre ami, cinéaste Dominique Delattre ,et aussi les premiers articles, les premières « Chroniques » (qui ne s’écriront  KroniKs qu’à partir de 2009).

Retour des ateliers de rue

Avec le premier poste à temps partiel créé , en emploi aidé, et tenu par Frédérique, en 2006 , nous avons commencé à mettre en place le second volet de nos activités; celui qui devait être un pendant des jardins: le travail des ateliers de rue, dans les quartiers.

C’est un puis deux , puis trois ateliers qui prendront la suite…. Aujourd’hui, il y en entre 6 et 8 par semaine sans compter les ateliers au terrain ou « à la ruche »… Il sont évidemment, une toute autre dimension, à la fois en nombre de fidèles bénéficiaires , et aussi en matériel et en outils mobilisés.

En 2013, nous mettrons en place le DAEV (Dispositif d’Accès à l’EVeil) qui donne toute sa place à la petite enfance; au coeur de nos activités; puis viendront les autres ateliers 3-6 ans, puis, en 2014,  les ateliers d’apprentissage naturel (« La Ruche »)

En 2015, nous avons commencé les ateliers dans une seconde ville de notre intercommunalité, à Massy (quartier prioritaire Massy-Opéra)

Il en sera de même pour le nombre de permanents appelé lui aussi à se développer en même temps que le nombre de stagiaires travailleurs sociaux. Il y en a 6 , à ce jour.

Et sur les bidonvilles

C’est en 2008 que la seconde Sophie, si importante pour notre association,  inaugurera, de sa propre initiative, les premiers ateliers chez les Rroms et les voyageurs. Au début, elle y allait seule, puis avec un permanent. Aujourd’hui il y a entre 4 ou 5 temps ou  ateliers hebdomadaires ouverts aux enfants et adolescents des bidonvilles,… et notre équipe compte trois pédagogues sociaux,  roumains, de culture rrom.

Des lieux pour habiter le monde

En 2012 est paru un document essentiel sur l’histoire de notre association; l’ouvrage que l’on peut toujours se procurer, « Des lieux pour habiter le monde » (Dababi, Murcier , Ott et collectif, éditions Chronique Sociale) donne la parole à un grand nombre de compagnons, d’anciens stagiaires, de bénévoles, de permanents , de militants de l’association . L’ouvrage est baroque, plein de vitalité et surtout de photographies.

Car la vie de notre association ça a été surtout des quantités faramineuses de photographies; des milliers de photos qui témoignent sans hiérarchie des petites et grandes choses qui ontété vécues, là.

Les photos émaillent toujours (et même de plus en plus ) nos chroniques; elles ont aussi laissé place à des petits ou grands films (et montages)  et des émissions de radio.

Et à présent?

Difficile de regarder le passé sans envisager l’avenir; d’abord , un premier constat. Le chemin parcouru, l’étonnant foisonnement de nos activités; l’explosion des publics, la diversification et l’inventivité des projets portés par tous ces acteurs , permanents, stagiaires, volontaires en service civique, militants …

Or, cette richesse n’a d’égale que la précarité qui l’accompagne. Curieusement, alors que nos moyens ont augmenté régulièrement, il semble que la peur pour la pérennité et l’avenir augmentent aussi.

Étrange paradoxe qui fait que le déploiement de nos activités en souligne l’importance en même temps qu’il la fragilise, rendant de plus en plus ardue la tâche de trouver les budgets nécessaires.

Essaimages

Pour ces 10 ans, un grand motif de satisfaction réside dans l’essaimage autour de nos actions: développement de la Pédagogie Sociale, reprise comme référence dans des projets d’établissements, de centres de formation (en France et en Suisse) ; créations de nouvelles structures, associations porteuses d’actions allant dans la même direction.

Citons pour mémoire:

  • Association Desdales, Trappes
  • L’ACAVAL, Nantes
  • Mme RUETABAGA, Grenoble,
  • Terrain d’entente, Saint Etienne
  •    Et de nombreux autres ateliers qui revendiquent leur parenté avec la Pédagogie sociale: Paris XVIIIème, Strasbourg, Lyon, deux autres ateliers de Nantes, etc.

Essaimage des initiatives. Démarrage d’une offre et d’une demande spécifique de formation. Multiplication d’articles (et de leurs auteur) sur ces sujets dans la presse spécialisée et éducative, dossiers et reportages…

C’est bien à l’aune de ce développement qu!’il faut relativiser inquiétudes et incertitudes. La Pédagogie Sociale aujourd’hui n’est rien moins que nécessaire. Face au déclin des institutions, à la remise en cause des pratiques éducatives et sociales traditionnelles, nous avons exploré de nouveaux champs, esquissé de nouvelles perspectives. Et les besoins sociaux et « de social », sont devenus de plus en  plus criants…

En résumé:  Il y a 10 ans, nos options, nos pratiques, nos modes d’action rencontraient souvent controverse et hostilité…

Aujourd’hui, il n’en est plus rien: 

tout le monde convient de la pertinence de nos actions. Les seuls obstacles qui demeurent sont matériels, institutionnels et idéologiques.  

Eux aussi, passeront.

Mercredi : Atelier tissage

IMG_20150520_164110

  Un atelier bien plus masculin que d’habitude; c’est  qu’il y avait Franck et Eric

IMG_20150520_161508 - copie

Et puis le retour d’Elizabeth .  Qu’on se le dise, l’atelier tissage avance contre vents et marée.

Et, avec Hélène,  tout progresse

IMG_20150520_153125 - copie

Si tu me quittes, je pars avec toi

Aujourd’hui les relations sociales, éducatives, « n’attachent pas ». Les entrées en établissement, les admissions en mesure s’interrompent sans qu’on y prenne garde pour X raisons, et à tout bout de champ.

100_1017

Dans le secteur social, de la protection de l’enfance, dans l’éducation spécialisée, il n’y a jamais eu autant d’exclusions, mais aussi de « fins de mesure », de mains levées, d’abandons et surtout de disparition des publics.

Les ruptures s’annoncent, se règlementent, se prévoient; elles s’organisent . Pire, souvent, les prises en charge « s’interrompent toutes seules », sans qu’on y fasse grand chose ; comme si la machine devait toujours  s’arrêter par défaut. Comme si la mobilisation d’un soutien, d’un accompagnement, le social,  ne pouvait être qu’exception.

Les chômeurs inscrits à Pôle Emploi ne sont même plus surpris de recevoir à tout bout de champ des courriers leur annonçant leur « radiation ». A charge pour eux de se mobiliser pour affirmer le contraire, neutraliser cette rupture « naturelle ». A force, un jour et sur le nombre, la mesure produit ses effets: les plus désespérés abandonnent.

Il en est de même pour les personnes âgées qui doivent démontrer régulièrement à leurs caisses de retraites des « preuves de vie ». A défaut, elles seront considérées comme mortes et les pensions s’arrêtent. La vie est l’exception, la fin est la règle.

En effet c’est l’accueil, la relation éducative qui sont aujourd’hui des singularités quand la rupture devient la norme.

Il n’est pas étonnant que, dans un tel contexte, à la fois social et institutionnel, les relations humaines éducatives, mais aussi de travail, qui en découlent , en sont également affectées. Là aussi le mot d’ordre est de dire : Ca n’accroche pas, ça n’attache pas. C’est la « Pédagogie Tefal », l’art de la savonnette.

De nos jours, être acteur social c’est éviter tout ce qui frotte, tout ce qui accroche, et tous ceux qui voudraient poser leurs valises. On multiplie les conditions, les contrats avec clauses , et surtout les évaluations , les échéances, les dead-lines, et les buttées.

Dans tout cet art de l’évitement, comment s’étonner des violences de la part des publics ou des usagers? A force d’éviter et de leurrer le taureau avec un foulard rouge, on le met hors de lui. Gare au coup de cornes!

Etre usager d’une structure , bénéficiaire d’une mesure, titulaire d’un droit, c’est un peu comme un rodéo: on tente de s’accrocher à ce qui se défile, de bloquer ce qui s’annonce, et d’empêcher que tout se dérobe… autant qu’on peut.

Pour les professionnels c’est à peine mieux; l’institution qui organise la fluidité des publics ne  retient pas davantage ses acteurs. On ne se pose plus la question de l’évolution du salarier dans l’institution, mais celle de son départ. On favorise les ruptures, même coûteuses à l’amiable. Cela évitera le changement : il suffira de convaincre ou de contraindre ceux qui veulent changer quelque chose (ou évoluer) à aller voir ailleurs.

Nous voici donc avec des structures et des institutions qui ont pris l’arrêt, comme modèle de marche, la fin pour norme de vie. Il ne faut pas s’étonner qu’elles soient si souvent en panne et qu’elles n’envisagent plus leur avenir que sous la forme de leur propre disparition.

Vouloir réellement travailler le social, le relationnel, le lien éducatif revient à contrevenir à cette injonction à la fluidité et au départ. Cela revient créer à des attaches, des accroches, des résistances, des dépendances mêmes (oh, le vilain mot!).  Il va s’agir de travailler l’attachement, la durée, la sécurité, la permanence , la contenance. Or, où est ce qu’on forme les acteurs sociaux et éducatifs à cela aujourd’hui?

Pas dans les centres de formation, en tout cas, pas dans les ESPE et pas à l’université.

En Pédagogie sociale, à la suite de Tomckiewicz, nous pratiquons et développons une pédagogie « anti-Tefal »,  « qui attache », « qui accroche », qui rencontre et qui dure.

Ce n’est pas juste une question d’être à contre courant. Il s’agit d’une véritable professionnalité à réinventer.  Cet attachement, cette création de lien, dans un premier temps peut être dissymétrique et inconditionnelle. Nous avons à travailler auprès de personnes et de groupes qui n’y croient plus, qui ont perdu petit à petit leurs capacités d’attache , leur potentiel d’accroche. C’est le résultat de leur vécu personnel et institutionnel, mais c’est  aussi une histoire familiale qui se répète, un ratage qui se poursuit de génération en génération.

Recréer de l’accroche , de l’adhésion qui ne glisse pas, cela passe par le fait de bâtir des moments et des communautés  où cela devient possible, voire nécessaire.

A Robinson, et dans toutes nos expériences de Pédagogie Sociale, nous explorons et apprenons cette « attitude authentiquement affective », cette rugosité relationnelle, cette capacité à poursuivre les relations malgré la pente inexorable des ruptures. Il s’agit d’apprendre à poursuivre son travail au delà de la première difficulté et de comprendre que ce n’est pas là que le travail finit: c’est ici que tout commence.

Cette capacité à ne pas couper crée l’événement à partir duquel on peut bâtir.

« Si tu me quittes, je pars avec toi », devient alors le mot d’ordre d’une telle pédagogie, un programme en 3 points:

1/ Apprendre à « se quitter » , parfois soi-même, « se mettre entre parenthèses », « voir la vie depuis en face », « se mettre au service de… », telles sont les compétences essentielles de celui qui se place en pédagogue.

2/ « Partir », quitter le lieu, l’institution, la norme, l’habitude, le terrain connu, constitue un second enjeu . Travailler hors les murs, rejoindre l’autre sur son terrain, le suivre, nécessite une organisation, une formation professionnelle qui s’ajoutent à l’engagement.

3/ « Avec toi », suppose un étrangement, un déracinement volontaires; une proximité à explorer, un univers à découvrir.

« Faites attention : un nouveau type de tyran arrive… Voici le requin aux dents longues avec ses idées arrêtées : condescendance envers les plus faibles, démonstrations spectaculaires de respect envers les personnes âgées, ses discours sur l’égalité de droits entre homme et femme, sa gentillesse feinte pour les enfants — Tout ceci n’est que prétexte et hypocrisie. » disait Korczak.

 

Dimanche 17 Avril 2014

jardin de Saulx 

Superbe journée nous attends sous le ciel bleu de Longjumeau , et aussi nos amies nous attendent avec impatience de nous revoir et de pouvoir en profiter d’un après-midi ensoleillé autour de la convivialité et du vivre ensemble.

A l’ordre du jour nous avons le désherbage car les mauvaises herbes nous envahissaient les parcelles et ensuite la plantation des potirons en pleine terre.

Du coup nous ne tardons plus et nous commençons à tracer des rangées plus ou moins droites pour planter les potirons et à l’occasion nous désherbons aussi pour rendre plus visibles les feuilles de potirons qui commence à sortir de leurs coquilles.

SAM_4325

Avec Catalin nous avons fini de planter tout la parcelle des potirons avant l’arrivée de Laurent et Hélène pour nous donner un coup de main en plus car nous étions pas nombreux. Au moment du repas nous restons assis pour partager ce moment tous ensemble car ensuite nous avons la visite bienvenue de Yannick en renfort.

Bah tous ça étant dit , je pense que je vous ai tout raconté…hmmm….pourtant c’est très important et j’allais oublié de vous dire que nous avons quand même réussi a repiquer des salades, planter des radis et poivrons mais aussi des blettes pour prochaine récolte. La parcelle de pommes de terre, Laurence et les filles l’ont bel et bien désherbée et ensuite arrosée avec Héléne et Zohra qui n’arrête pas de chanter à ses fleurs qu’elle les aime tant.

SAM_4330

A très bientôt!

 

Samedi 16 mai 2015 : Jardin VSM 

Le petit vent frais et le ciel un peu gris de ce début d’après-midi n’a pas fait peur aux Robinsons ! Nous nous sommes tous rendus à la VSM pour le jardinage et nous avons vite commencé à mettre la main à la pâte! 😀

Nous avons installé une petite tente dans laquelle les enfants ont pu découvrir un atelier musical animé par Quentin. Ils ont fait de nombreux petits jeux avec les percussions pour apprendre à jouer ensemble, s’écouter, taper en rythme, bref, faire une jolie musique! Et je dois avouer que le résultat était vraiment pas mal du tout! :) ça a bien motivé les troupes pour travailler! 😀

DSC_0058

Nicolae avec son compère Benjamin, eux, ont commencé à attaquer la parcelle ! Malgré une terre que l’on peut travailler peu facilement, ils ont réussi à retourner une bonne partie de la terre du terrain. Il faut dire que les enfants ont beaucoup aider ! Certains ont l’art du jardinage dans le sang! 😉

DSC_0054

Enfin, Cosmin, quant à lui, armé de son motoculteur, est passé après eux pour détruire les gros morceaux de terre, bien la retourner et ainsi la rendre plus cultivable! :)

L’atelier se finissant, un grand soleil est venu illuminer le ciel bleu, nous avons alors préparé le goûter! Nous avons donc dégusté d’excellents beignets cuisinés ce matin même par Laura, mais aussi de nombreux sirops ! Nos bambins étaient très content! 😀

Aujourd’hui, tout le monde à très bien travaillé, les tâches à accomplir, bien que très difficiles, n’ont découragé personne et le travail a bien avancé ! On peut voir de grandes aptitudes chez nos jeunes, et celles-ci ne cessent d’augmenter! Bientôt, nous aurons de grands musiciens et jardiniers c’est super! 😀

Et même si la parcelle n’est pas encore complètement terminée, ce sera bientôt le cas, de plus les enfants n’ont pas cessé de rigoler, s’amuser, et c’est le plus important! 😀

Samedi 16 mai

à Wissous 

Avec Laura nous avons été à Wissous exceptionnellement aujourd’hui afin d’accompagner le médecin et les membres de « la voix de l’enfant » pour réaliser les rappels des vaccins et de nouvelles vaccinations pour les enfants récemment installés sur le camp. Les enfants et parents étaient très contents de retrouver Laura, surtout que nous sommes arrivés sur le camp avec un grand plateau de Beignets maisons ! Rien de mieux, pour fêter les retrouvailles et pour un temps soit peu oublier la peur de la piqûre chez certains enfants ! Hélene et Laurent nous ont rejoints, eux aussi ont voulu partager ce moment avec les familles de Wissous. Car malgré l’appréhension et quelques pleurs d’enfants dus à cette fameuse piqûre, cette après midi fût très agréable. Opération réussie, tous les enfants ont eu leur rappel !

SAM_4322

Les familles nous ont chaleureusement accueillis et nous ont remerciés à plusieurs reprises pour cette venue du Médecin. Ce sont des petits moments comme ça, qui facilitent et améliorent le lien que nous entretenons hebdomadairement avec les enfants et leurs parents. À Bientôt Wissous !

Vendredi 15 mai

 

Au zoo de Vincennes

Pour cet après-midi on en met nos plus belles chemises et nos belles baskets car aujourd’hui nous allons faire visiter aux adultes le Parc Zoologique de Paris pour nous redonner la force et l’envie de retourner avec beaucoup d’envie dans notre propre jardin mais allons tout d’abord visiter et puis ….hmm…on verra!

Avec un peu de mal pour rassembler nos amis, nous réussissons enfin à faire un petit groupe pour pouvoir aller à Paris. Avec Franck et Eric dans les premières lignes suivis de Jessica, Cosmin et Nicolae, on prend d’assaut le camion et on se dirige vers Vincennes.

Dés notre arrivée nous sommes émerveillés par la taille de l’endroit et le nombre de visiteurs qui n’arrêtent pas de remplir les files d’attente à la billetterie.

Notre visite débute et les nombreuses espèces d’animaux et d’oiseaux nous émerveille car l’impact produit en les voyant est plus fort qu’à la télé. Nous sommes vite accaparés par la beauté du lieu et des animaux mais aussi par l’ambiance et la paix qui règne sur les lieux.

20150515_155228 20150515_154056 20150515_155055

Toutes les autres n’ont plus de mots, juste sur leurs visages on peut voir qu’ils sont vraiment attrapés dans le temps et les mots n’ont plus leur place et leur signification.

On suive avec attention le chemin et les flêches qui nous indique que la visite « continue par la » , et la bonne humeur fait ça place dans le groupe et tout en rigolant et en découvrant de nouvelles éspéces  nous arrivons a la fin de notre visite.

20150515_155201Avec beaucoup de mal à partir nous nous dirigions vers la sortie du parc car tout le monde a faim et nous allons maintenant manger ensemble et racontons tout ce que nous avons vécu ces dernières heures.

A bientôt!

La rocade 

En ce joli après-midi, nous nous sommes tous rendus à la Rocade pour proposer de nombreuses petites activités amusantes!

Laura a improvisé un atelier petite enfance, où nos petits bambins pouvaient s’amuser avec les dînettes, la piscine à boules… Ils ont bien rigolé, c’était super des les voir s’amuser! :)

SAM_4298

Flora quant à elle, a proposé un atelier jeux de société, avec des « ni oui, ni non » des « uno »… mais aussi de l’origami ! Nous avons alors pu découvrir de petites tortues et grenouilles en papier se multiplier partout! 😉

Quentin et Thibaut, pour leur part, nous ont concocté une activité théâtre. Nous avons donc pu voir une scène de tribunal, qui a ensuite laissé sa place à une scène de voisins se disputant à cause du bruit. Pour finir, nos jeunes nous ont proposé une saynète à propos d’un sommet mondial sur le racisme ! Quelle imagination ils ont, c’est fabuleux! 😀

SAM_4268

Thibaut a aussi proposé aux plus sportifs une balle aux prisonniers! Les enfants ont pu ainsi bien se dépenser et aussi beaucoup s’amuser! Ils ont joué comme des petits fous! :)

Tito, dans son fameux atelier « porteur de parole » nous a posé la question suivante: « pour toi, qu’est ce que le racisme? » Qu’en pensez-vous? :)

Pour finir Benjamin, armé de son ukulélé, a animé l’atelier musical, les enfants ont pu jouer de nombreuses percussions et apprendre les accords de base du ukulélé. Certains sont vraiment doués pour la musique! 😉

SAM_4272

Les activités finissant, nous avons tout rangé, puis dégusté de petits biscuits, arrosés de sirop et de thé hmmmmmm quel délice! 😀

Mercredi 13 mai

Mercredi soir: « Réunion d’équipe » avec les Kesaj

Normalement, le mercredi c’est notre réunion d’équipe, mais là, nous nous sommes dits que c’est avec les Kesaj qu’il fallait se réunir. Et hop, nous étions une vingtaine de Robinsons (permanents, stagiaires, membres du Bureau) au château.

IMG_6388

Notre réunion, ç’a été un curieux match de foot « barbus contre non  barbus », intro , essais et échanges musicaux (nos « Cajones » ont bien plu)

IMG_6380-1

Répétition/spectacle en costume juste pour nous et repas partagé avec « la Goulash » slovaque (des conducteurs du bus).

IMG_6412

Et au final: on fait les plans pour Juillet. Une résidence à partager à Buno, et un groupe de Robinsons qui partirait en tournée avec les Kesaj.

C’est dit , on fait équipe (:-)) les Robinsons et les Kesaj: On compte les jours jusqu’en Juillet.

Bel air à la rocade 

Pour l’arrivée des Kesaj Tchave sur nos ateliers de Bel-air, nous avons décidé de déplacer l’atelier à La Rocade afin d’avoir plus de place. Nous nous sommes installés, et les enfants du quartier, étonnés de nous voir, étaient contents qu’on soit là et ont joué au dobble, au croc’carotte, et il y a eu une initiation à la bataille corse. Le jeu a eu du succès mais pas autant que le puissance quatre géant !

100_0965

Puis les Kesaj sont arrrivés, une vingtaine d’enfants pleins d’énergie et Ivan, le leader. On a fait un grand foot. On n’a pas compté les buts mais il y a eu de belles actions. Les Kesaj ne sont pas experts qu’en musique.

Nous avions amené nos cajones « fait-maison », ça leur a tout-de-suite plu. Les enfants se les sont appropriés et ont joué très fort, très énergiquement. Théo avait amené sa guitare. Nous avions aussi notre clavier à piles, les piles ont été capricieuses, mais ça n’a pas été un souci. Nous avons échangé, improvisé. Puis ils nous ont fait un spectacle. Sans costume, sans réelle mise en scène, les enfants se mettent en place et c’est un réel spectacle de rue que l’on a eu.

100_1017

Beaucoup de familles se sont assises pour assister au spectacle dansant et comme d’habitude très dynamique. Nous avons alors décidé de distribuer le goûter aux spectateurs ainsi qu’aux musiciens. Les biscuits cuisinés mardi ont eu du succès aussi.

Mais c’est passé très vite. En ce qui n’a paru que quelques minutes, les Kesaj nous ont envoûtés puis sont repartis au château de Buno nous préparer à manger car nous sommes invités ce soir.

Mercredi 13 mai

à Wissous

Cet après-midi, nous avons eu la visite de Catherine du CASNAV (Cellule d’accueil scolaire des nouveaux arrivants) dans le but d’élaborer un partenariat entre notre association et des classes d’apprentissage du français pour les enfants et jeunes qui arrivent tout juste en France.

Au programme d’aujourd’hui : 2 jeux collectifs pour dépenser plein d’énergie et s’amuser ensemble (un jeu de prénoms et d’apprentissage de mots français avec une balle et une balle au prisonniers pour achever de se défouler !) et puis la suite de l’atelier d’écriture d’un journal.

SAM_4204

Le numéro 1 du journal « La petite fourmi », exclusivement écrit  par les enfants, ados et adultes du camp de Wissous, est achevé d’imprimer depuis hier …le résultat est très beau ! Les enfants ont eu l’occasion de feuilleter ce premier numéro et nous leur proposons que le deuxième soit co-écrit par eux et un groupe d’enfants et voire aussi adultes des quartiers de Longjumeau ou Massy avec lesquels nous travaillons aussi. Pour cela, il faut que chaque journaliste se présente alors nous avons aidé chaque enfant  (petits et grands) à réaliser leur portrait en dessin et en écriture (roumain et français bien sûr !). Tous se sont prêtés au jeu et ont réalisé de très beaux portraits…à nous de scanner tout cela et de travailler la mise en page ensuite pour en faire un aussi beau deuxième numéro de « La petite fourmi » que le premier ! Il faudra encore attendre quelques semaines  avant sa parution car il faut que les journalistes du quartier réalisent aussi leurs portraits puis que nous décidions de nouvelles thématiques à aborder dans ce nouveau numéro…le premier était consacré à la poésie et à la cuisine…nous verrons bien ce que nous réservent nos équipes de journalistes pour ce numéro !

SAM_4224

Après tout ce travail, nous avons pris le temps de faire ensemble un jeu de société qui fait jouer avec les chiffres ; les enfants ont été très participatifs et aussi très vifs !

Et enfin, rituel final, nous avons partagé un bon goûter avec des petits sablés cuisinés par les cuistots du mardi au local avec un bon melon bien juteux qui nous a fait saliver Iris !!!

Na dara!

« NA DARA »   –du Romanes: « N’aie pas peur ».

  « Na dara « , tel est le message qu’Ivan Akimov, artiste et fondateur des Kesaj Tchave, nous a envoyé en direct , lors de nos rencontres improbables des bidonvilles, du quartier.

IMG_6267-1

N’aie pas peur, que c’est bien trouvé ! N’aie pas peur , d’abord car les raisons d’avoir peur, ne manquent pas: fermeture en cascade de tout ce qui est social!

Tandis que les lieux qui pratiquent l’accueil depuis toujours ferment, les autres qui s’arrogent le monopole de tous les moyens, qui fonctionnent pour eux-mêmes,  au détriment du réel, … vont de mieux en mieux..

Alors que l’on nous promet des demains difficiles ou de destruction . Alors que l’idée même du social fait l’objet d’une guerre idéologique permanente, amplifiée par les médias; alors que l’anti-social, progresse  justement chez ceux qui devraient le défendre

… Les idées les plus simplistes deviennent de plus en plus affirmées et indiscutables, au fur et à mesure qu’elles se caricaturent et se vident de toute référence au réel

Ceux qui aujourd’hui, définissent  les politiques, rédigent les programmes, les priorités et les objectifs, réduisent et s’arrogent les budgets, parlent peut être de société mais ont perdu de vue ce que le Social veut dire.

Il n’y a plus de référence aux réalités vécues des gens; les conditions, déterminations, inégalités , et discriminations sont perçues en dehors de toute réalité et réduites à des idées vagues, faciles à mépriser.

Alors oui, dans un tel contexte, on ne  peut qu’avoir peur. Peur quand les politiques qui se donnent pour mission de développer le vivre ensemble s’en prennent aux structures ouvertes; peur quand les institutions qui défendent la protection de l’enfance, rejettent les enfants réels , les expulsent, les excluent et fabriquent le chaos dans leur vie.

Et cette réalité même est vécue par toutes les structures similaires que nous connaissons. C’est la même à Chilly, Savigny (91) , mais aussi à Saint Etienne, Grenoble et en Slovaquie.

Partout l’offensive use des mêmes ruses: on personnalise le problème au moment même où on le massifie. On serait responsables des mauvais traitements qu’on reçoit. le procédé vient de loin; il n’honore pas ceux qui en usent.

« Na Dara » , c’est  pas facile…

Mais cette belle maxime , trouvée POUR NOUS, par Ivan qui sait de quoi il parle ( car il se confronte en Slovaquie et en France aux mêmes réalités et difficultés), elle nous va bien, à nous les Robinsons.

En effet ce qui nous caractérise au milieu de tout cela, c’est que nous faisons comme si nous n’avions pas peur . Nous n’avons pas peur, cela revient à dire que la peur, nous la ressentons et la dépassons pourtant.

Pas peur, en effet, d’aller vers l’étranger, pas peur de la réalité, du hasard , de la rencontre, du fait que nous renoncions à tout maitriser. Oui, nous n’avons pas pas peur du débat,  de la confrontation, et même plus de tous les handicaps, de tous les obstacles qu’on ne manque pas de dresser sur notre route.

Parfois ça fait même un peu peur, à nos adhérents, à certains groupes de nos publics , le fait qu’on semble ne pas avoir peur.

Eux n’ont pas tant de courage, ni tant de liberté. Nous représentons alors une aspiration à un monde, à une condition qui change, mais qui leur parait parfois inaccessible. Pourtant c’est bien vers cela que nous avançons.

Car eux ils ont peur, car leur vie est faite de peurs. Cette peur qu’on inflige aux dominés, aux exclus, aux précaires, aux Rroms, comme aux habitants des quartiers, est une peur utile, une peur politique, une peur d’obéissance et de discipline … face aux petits groupes qui s’arrogent tous les pouvoirs.

Les seigneurs sont de retour. Ils n’ont plus peur, eux non plus . Ils ne craignent plus les colères populaires, les désastres électoraux. Ils ne craignent plus les conséquences de leurs exactions…  Ils n’ont plus à payer leurs dettes et leurs dégâts. Regardez les: déjà ils sont ivres.

Ils n’ont plus peur du peuple, ils n’ont plus peur de nous; ils feraient bien d’avoir peur d’eux mêmes.

Ils ont tort de ne pas avoir peur, car la peur qu’ils inspirent  ne durera qu’un temps. Déjà, elle ne fait plus effet sur nous, sur ceux qui se sont déjà opposés. La peur part , en l’affrontant.

Seul celui qui est libre la ressent et peut la dépasser. 

La vraie liberté c’est de ressentir et dépasser la peur.

Na Dara !!!

Dimanche (avec les Kesaj), au jardin et au bidonville de Ballainvilliers

  Avec des conditions météo idéales, c’est un dimanche intense qui est prévu. Les Kesaj viennent nous rejoindre au terrain pour un temps privilégier et un pique nique sur notre terrain qui s’est fait très accueillant.

IMG_6313

Troisième journée magique avec les Kesaj. Nous ne voulons plus jamais qu’ils repartent ; ils mettent en oeuvre une véritable pédagogie communautaire , qui nous touche tous au coeur.

A Ballainvilliers , la rencontre avec les familles du bidonville a été très forte; danseurs/ses et chanteurs/ses se sont dépassées dans cet environnement irréel . Le plus beau concert a été pour le bidonville.

IMG_20150510_163530-4

Les Robinsons de toutes cultures et de tous âges , venus au jardin, ont poursuivi au bidonville, conquis.

Mais le jardinage n’a pas été oublié non plus et après le concert, après avoir dit au revoir aux membres de YEPCE qui repartaient, nous somme allés encore planter nos tomates, et nos potimarrons jusqu’au soir.

Pendant ce temps, à la Ruche

  Pendant ce temps à la Ruche, les Black X sound, le groupe de notre adhérent,  Dylan et ses amis, a répété.

IMG_20150508_151830

SAMEDI: Notre fête totale avec les Kesaj et le Centre Social (de Chilly) 

IMG_6273

Soirée musique ! 09-05-15

Ce samedi à la MJC de Chilly-Mazarin, nous avons reçu les Kesaj Tchave, ce groupe d’une trentaine de jeunes roms venant de Slovaquie qui tournent en permanence.

La journée a été chargée. Nous nous sommes rendus à la MJC dès 14h afin de préparer le repas : un énorme couscous et 300 sarmale, cette spécialité roumaine désormais incontournable. A la cuisine, ça n’a pas chômé, jusqu’à la fin de la soirée.

SAM_4128

Nous avons également affiché dans la salle de danse les différentes œuvres des enfants, sur carton. Du quartier, du camp rom de Wissous, de Champlan, ou de Massy, ils étaient représentés, ainsi ques les porteurs de parole de la Rocade des seamines passées.

SAM_4114

Les enfants sont arrivés de partout. ET lorsque le groupe des Kesaj Tchave est arrivé, tout le monde s’est mis à danser dans la salle de spectacle, sur sa musique. Un groupe de fille a montré sa chorégraphie, un groupe de garçon aussi, puis les Kesaj opnt fait une démonstration de leurs talents. A leur style tzigan, ils ont récemment apporté le Hip-hop, suite à leurs rencontres.

100_0940

Ensuite, pendant un petit quart d’heure, le public a pu poser des questions au groupe par l’intermédiaire d’Ivan, francophone qui nous traduisait le romanes-slovaque, difficile à comprendre même pour les rroms de chez nous.

100_0934

Ensuite, nous avons pris un gros apéro de chips coca et autres jus en attendant impatiemment les énormes marmites de couscous amoureusement préparé avec force et polémique par Zohra, Asmahal et Fouzia aidées de notre équipe. Sont ensuite arrivés les sarmale, jugés très épicés, mais fortement appréciés car beaucoup c’était une découverte. On a demandé la recette plusieurs fois.

SAM_4180

Est arrivé le spectacle où les Kesaj, ce grand groupe de jeunes dynamiques, mené par Ivan, non moins dynamique nous a envoûté de chorégraphie, de percussion corporelle (ils tapent sur leur torse, leur pieds, leurs cuisses à une vitesse impressionnante) et instrumentale, et surtout de rythme, d’énergie, de pêche, de ouache, d’entrain.SAM_4135

On reconnaît quelques airs, on tape dans nos mains, on s’ébahit, et c’est déjà fini. Mais nous les reverrons bientôt.

VILLA SAINT MARTIN

Aujourd’hui l’atelier à la villa-saint-martin ne s’est pas déroulé comme d’habitude.

Nous avons modifier les horaires pour facilité l’organisation de la grande soire conviviale du soir même, et pour permettre aux jeunes qui le souhaitez de rejoindre la MJC de Chilly-Mazarin pour partager différents style de danse danses.

SAM_8014

Nous nous sommes installé plus prés de la parcelle de jardin que nous continuons de retourner, ainsi les plus curieux on pu s’exercer a manier le motoculteur.

SAM_8003

Malgré ses changements, les enfants étaient présents au rendez-vous. Ils ont pu faire des jeux de sociétés, des dessins, des jeux collectifs, et des jeux de construction en bois pour les plus jeunes.

SAM_8002

6 enfants ont découverts l’atelier aujourd’hui, et sont impatients de découvrir les autres !

A très bientôt.

Vendredi (avec les Kesaj et à la Ruche)

Ce vendredi, c’était la joie: nos amis les Kesaj arrivaient en bus de Slovaquie pour leur résidence à Buno , nous rencontrer (ainsi qu’un spectacle à Paris)

D’abord ce sont les camarades de YEPCE qui nous rejoignent depuis Angers; avec eux nous allons attendre les Kesaj au château, mais ils sont arrivés juste avant nous.

FullSizeRender-3

S’en est suivie une après midi de découverte du lieu, de jeux, mais surtout de répétition du spectacle, dehors sur la belle pelouse.

Les Kesaj sont incroyables: dès u’ils sont en pause de réplétion de chant et danse, ils se mettent à improviser des petits orchestres discos … et danser encore

Nous étions toute une délégation des Robinsons, petits et grands. Nous sommes restés toute la soirée. Dur , dur de partir…

JEUDI

Massy 07-05-15

Beau temps, atelier peuplé !

Aujourd’hui nous nous sommes installés tranquillement, une maman désormais habituée est arrivée dès le début avec ses deux filles de trois et quatre ans pile (elle sont le même anniversaire, incroyable mais vrai). Elle ont joué à la dinette et au jeu des nombres, la doyenne était fière d’apprendre à compter à sa petite soeur.

SAM_4103 - Copie

Puis le reste du monde est arrivée en une grande vague. Thibault s’est installé un tapis peinture et a ressorti la fresque du quartier de Massy où nous nous trouvons, à Opéra, au square des corneilles. Les enfants ont achevé ce grand dessin de leur quartier. Chef-d’oeuvre. D’autres créations ont vu le jour, un garçon a inventé de nouvelles couleurs en mélangeant les gouaches.

SAM_4105 - Copie

Au menu du jour : Leïla et un gâteau aux carottes. De nombreux participants pour la cuisine, une rapidité et un travail d’équipe remarquables. Je n’ai pas pu goûter à ce gâteau : il en fallait pour tout ce monde, toujours plus nombreux de semaine en semaine.

SAM_4096 - Copie

Iasmina a continué son livre en tissu, elle a joué à la petite enfance, avec des mamans toujours très présentes;

SAM_4110 - Copie

Quant à moi (Quentin), j’ai proposé des défis « scientifiques »: Amener un ballon d’un point A à un point B sans se déplacer, faire tenir un cure-dent sur son doigt, faire flotter de la pâte à modeler. Tous ces défis ont été relevés avec enthousiasme, certains se découragent plus vite que d’autres, mais quelques résistants sont restés tout le long de l’atelier et ont réussi ses défis à leur manière.

SAM_4100 - Copie Quand au morceau de paille qui flotte et coule dans la bouteille, il s’est promené sur tout l’atelier, certains comprennent le « truc » qui fait couler la paille, d’autres s’obstinent à souffler dessus, perplexes. Un grand plaisir à voir la fierté des enfants qui saisissent un principe, et encore plus lorsqu’ils réussissent un défi.

SAM_4107 - Copie

Juste avant le goûter, une course collective improvisée par Thibault nous a tous ravis de loin.

Jardin de Saulx:

Nous arrivons aujourd’hui sous en beau soleilet sous en soleil bien chauffant pour notre séance de jardinage avec les adultes.

Des notre arrivée, nous ne tardons plus et on se met tous au travail pour finir les plantations de courgettes sur les parcelles et des salades et radis sous la serre avec Jessica , Nicolae et Franck.

Quant aux autres: Eric, Jean Jacques et Cosmin, ils  sont en train de désherber et de retourner la parcelle du milieu.  Ensuite, ils se lancent dans l’arrosage des plants qui ont déjà commencé a sortir leur tête  pour que les rayons de soleil les touchent.

Mais l’heure de goûter ne tarde pas a arriver et nous allons d’abord ranger notre matériel et le nettoyer afin de prendre tous ensemble un bon verre de sirop.

A bientôt!

Mercredi

Wissous 06-05

Aujourd’hui Aline, Evelyne et moi sommes partis à Wissous. Arrivés sur le camp nous profitons pour faire un tour des baraques afin de rencontrer les familles pour leur faire part de la venue du médecin le Samedi 16 pour le rappel des vaccins. Ce petit tour, nous permet de réaliser un petit diagnostic des familles et de prendre note les prénoms des nouveaux enfants.

100_0924

Nous leur mentionnons le programme de la soirée conviviale, certains parents seraient intéréssés d’accompagner les enfants et faire la soirée avec les Kesaj Thave ! Nous débutons les ateliers par un grand jeux collectifs.

Ce fut un nouveau jeu pour les enfants, nous avons alors simplifié les règles du «Poule, renard, vipère » pour jouer tous ensemble. Répartis en deux équipes les enfants petits et grands devaient attraper  le foulard attaché en « queue » de l’équipe adverse sans que la leur se fasse attraper ! Pour une première sensibilisation à ce jeu, ce fût un moment de joie partagé.

100_0918

 

Toutes les règles n’ont pas été assimilées mais cela n’a empêché en rien le défoulement et l’amusement  ! Le vent a beaucoup soufflé aujourd’hui, Aline a eu la chouette idée de préparer un atelier manuel autour de la confection de « Moulin à vent ».

Les enfants avec notre aide ont pu couper, plier, coller, décorer pour fabriquer cet objet. Ils ont pu puiser dans leur imagination afin de trouver un systéme pour que ces moulins à vents fonctionnent. Ils ont expérimentés tout pleins de techniques pour trouver  le bon systéme, ça plutôt bien marché !

100_0897 En

En parallèle de cet atelier, il y en a eu un autre, plus  manuel: nous avions mis à disposition un espace petit enfance avec le matériel pédagogique adapté.

Nous avons fini cette journée bien remplie, assis tous ensemble à partager le gouter. Toujours bien accueillies, ces ateliers à Wissous sont bien ancrés et la relation ainsi que le climat de confiance avec les enfants et parents est bien instaurée . à la semaine prochaine !

 

Bel-Air :

Iasmina, Cosmin et moi, Leïla étions cet après-midi sur l’atelier de Bel-Air…et une dizaine d’enfants étaient au rendez-vous avant que nous arrivions et nous ont aidés à l’installer ! Puis encore d’autres enfants nous ont rejoint.

SAM_4048 Nous avons proposé plein de choses que les enfants se sont vite approprié : jeux de société, car n’oublions pas que l’atelier du mercredi à Bel-Air, c’est notre ludothèque de rue géante  (échecs et puissance 4 géants…), jeux d’adresse aussi avec  traversée de la slackline attachée entre les bancs du quartier et jonglage avec massues, diabolos et assiettes chinoises et enfin jeux collectifs pour ceux qui préfèrent bouger et ont de l’énergie à revendre !

SAM_4072SAM_4059

Ce fut un bel atelier avec une très chouette ambiance. Et comme d’habitude, nous avons fini  en partageant un bon goûter…

SAM_4094à ce moment les nuages ont repris le dessus et le chocolat chaud fut le bienvenu pour réchauffer tout le monde !

MARDI

Intermèdes Cuistots :

Cet après-midi, au local des Robinsons, ce ne sont pas que des mamans qui ont cuisiné les gâteaux pour les goûters de la semaine, il y avait moitié de messieurs et moitié de dames avec dans le rôle des « Intermèdes cuistots » cette semaine : Fouzia, Asmahel, Frank et Eric.100_0887

Au programme de cet après-midi : confection de « langues de chats » pour tous les goûters de la semaine…ça fait une belle quantité de pâte. Avec Asmahel puis Fouzia, nous avons progressivement revisité la recette de base.

Et comme l’imagination des Intermèdes Cuistots ne manque pas, nous avons aussi complété ces fameux petits gâteaux secs par 2 gâteaux au yaourt avec un coeur fondant au chocolat et un « Salame de biscuit » (recette de « saucisson » au chocolat et petits beurres)., tout cela permettra de constituer les goûters jusqu’à dimanche !

100_0895 Et bien sûr, n’oublions pas de nous faire plaisir aussi : pour finir l’atelier en beauté en partageant un gâteau et un petit thé, nous avons cuisiné avec Frank et Eric un délicieux fondant chocolat-amandes…mmm. D’ailleurs ces derniers sont resté jusqu’à la fin de la journée pour former une à une et enfourner les fameuses langues de chat, Intermèdes Cuistots jusqu’au bout !

100_0888

Au fait, nous avons appris que lundi prochain, c’est l’anniversaire de Frank, alors nous fêterons ça mardi prochain en concoctant un bon gâteau pour l’occasion…alors nous attendons vos idées de recettes et vous attendons nombreux pour le prochain atelier du mardi !

Options et déceptions

Affiche-Kesaj-Web - copie

C’est samedi… à la MJ Centre Social de Chilly

Aujourd’hui , il n’est plus permis à ceux qui s’engagent que de le faire dans un cadre où on prétend se satisfaire de son unique activité; plus d’horizons lointains à nos actions, plus de croyance raisonnable dans l’extension de nos options.

Le novateur le sait : il ne prépare pas un quotidien qui change; il rentre dans un curieux rapport avec la norme. Il ne s’en éloigne que pour l’affirmer, l’affermir et la prétendre acceptable.

Celui qui donne dans « l’innovation supportable », acceptable, reconnue, n’est plus comme par le passé en danger de devenir exclu ou marginal; le voilà au contraire promu au rang de ceux qui témoignent que le système n’est pas si mal, puisqu’en son sein il peut réaliser quelques options.

C’est là un des paradigmes les plus nouveaux de ce XXI ème sicle. Toute sa vie Célestin Freinet, en promouvant rien moins que la déscolarisation de l’école, pouvait le faire avec quelque espoir de transformer l’institution dans son ensemble. Il a tout connu de l’exclusion du système (renvoyé de l’Education Nationale après une attaque politique contre lui des plus violentes: « l’affaire de Vence »), comme son retour triomphal en son sein, avec une administration qui désormais proposait son œuvre comme modèle. Dans les deux cas, il pouvait être optimiste. En résistant, il luttait vraiment contre un modèle réactionnaire, forcément vulnérable et dépassé; en étant reconnu, il pouvait espérer raisonnablement qu’à terme la voie qu’il traçait d’une école ouverte sur le monde, le travail et la vie, allait devenir majoritaire, inévitablement.

Dans les deux cas, son militantisme n’était pas une option personnelle, pas une réalisation individuelle, pas la conséquence de ses « valeurs » ou de son « éthique », mais un investissement sur l’avenir.

Il ne s’engageait pas pour sa morale ou son équilibre personnel; il ne choisissait pas ses orientations, parce que cela lui convenait mieux, ou lui rendait sa vie plus agréable; il le faisait parce qu’il le pouvait et parce qu’il le fallait.

Son engagement, en un mot,  était purement et simplement « stratégique ».

Or, cette dimension stratégique de nos actions, c’est celle qui ne nous est plus accessible aujourd’hui tellement l’espoir de tout changement conséquent a été soigneusement broyé , en particulier par ceux qui avaient la charge de le promouvoir. Nous raisonnons, nous pensons  comme nos lointains ancêtres dans un univers fini, un monde clos, un éternel retour, un territoire, un environnement institutionnel, fermés par un couvercle qui pèse des tonnes.

Revenons juste une seconde à cette définition toute simple de la dimension stratégique de nos actions, comme étant: « Ce que l’on peut et ce que l’on doit faire ». Remarquons juste comme nous ne faisons plus grand chose par de tels motifs. Aujourd’hui, nous agissons pour des projets et des objectifs choisis dans une liste finie et convenue. Ce peut être pour notre développement personnel, le bien de l’éducation, ou la lutte contre ceci ou cela; dans tous les cas, nous nous sentons obligés de sur-intentionnaliser nos actions, en croyant que les objectifs que nous choisissons  (parmi un ensemble fini et contraint), sont une nécessité. Nous n’agissons plus, motivés par nous mêmes, mais pour des motifs extérieurs et consensuels. Autant dire que la stratégie nous est interdite.

Dans de telles circonstances, celui qui aujourd’hui, pensant suivre la voie de Freinet, pratique sa pédagogie tout seul dans sa classe, perdu dans l’institution scolaire , ne travaille plus, comme Freinet lui même,  au progrès ou à la victoire de la pédagogie qu’il appelle de ses vœux. Au contraire, il la rend soluble, acceptable, présentable dans une institution qui l’a castré.

Il cherchera de la reconnaissance, en échange de sa critique:  pas de la victoire. Et ce faisant, il aboutit à perdre et épuiser, par son option même, tout le précieux contenu dissident de ce qui l’avait incité à agir.

L’alchimie n’est plus la même: celui qui opte pour le changement, le condamne puisqu’il ne peut plus espérer transformer l’ensemble.

La seule façon dorénavant d’échapper à ce cercle vicieux est d’apprendre une nouvelle fois, comme après Galilée, ou Newton,  à penser en dehors du cadre, à imaginer , en dehors d’un monde clos, d’un univers fini.

L’option, le choix, l’engagement, l’innovation font partie du problème que nous souhaitons résoudre et nous en faisons sans doute nous aussi, partie. Nous devons nous risquer à d’autres prises de conscience bien plus dérangeantes,  en envisageant par exemple que ce que nous prenons pour un problème est peut être le début de sa solution. Ainsi le décrochage scolaire est-il vraiment le problème ? De même pour le bidonville, de même pour le non recours , ou le déclin des institutions.

Travailler hors institution, hors les murs, est sans doute aujourd’hui la seule façon de réinventer du sens au Social et à l’Éducation. Selon le point de vue où on se place, dedans ou dehors , on peut estimer ces voies mineures ou marginales (du fait de leur rupture même et des résistances qu’elles suscitent et rencontrent) , ou au contraire , comme un changement qui est déjà là,

…. un « Autrement » qui est déjà arrivé.

Dimanche 3 mai

Au jardin

Malgré un temps peu favorable, nous ne nous sommes pas laissés décourager! Et avec notre petite troupe, nous avons commencé à attaquer les travaux! :)

SAM_4043SAM_4042

Le matin, le travail a été réparti en plusieurs tâches, un premier groupe c’est occupé de ramasser les salades de la serres afin d’en planter de nouvelles. Pendant ce temps, un second groupe a récolter les radis de la serre pour faire de même. Un troisième groupe c’est proposé de réparer la bâche pour protéger le bois. Juste à côté, un quatrième groupe groupe essayait d’allumer le barbecue, mais ce n’est pas chose aisée avec du bois mouillé… 😛 Une fois le feu allumé,, nous avons tous préparé la table et le repas, et nous avons pu manger :)

SAM_4041SAM_4030

L’après-midi, après avoir rangé la table, il fallait se remettre au travail! Mais ce n’est pas si simple après un bon repas! 😛 Heureusement, nous avons réussi à nous motiver! :) Un premier groupe s’est formé, ils ont décidé de repiquer des tomates en plein air et dans la serre, de repiquer du basilic dans des pots, ainsi que de planter de la salade en plein air, juste devant notre serre, mais aussi, pour finir de récolter de l’oseille.

SAM_4026SAM_4021

Ils ont vraiment bien travaillé! 😀 A l’autre bout du jardin, un second groupe désherbait la parcelle de pomme de terre. Une fois le travail fini, ils ont commencé à débroussailler les orties, mais le travail est encore long, il faudra s’y remettre la semaine prochaine! 😉

La journée touchant à sa fin, nous avons pris un bon petit goûter, puis nous avons tout rangé et sommes rentrés! :)

C’était une super journée, tout le monde a mis la main à la pâte et a vraiment très bien travaillé, on a donc pu bien avancer nos projets, tout en s’amusant! 😀

Samedi 2 mai

Champlan :

Cette après midi, nous avions prévu un atelier cuisine pour les enfants de Champlan…et comme la pluie était au rendez-vous, nous sommes venus faire l’atelier au local.

Susano, Ionut, Iasmina, Ricardo, Raul, Roberta et Florentin ont été de vrais petits chocolatiers en herbe. Tous étaient ravis et ont mis beaucoup d’énergie, de bonne humeur et même de concentration à la tâche ! Nous avons d’abord cassé une vingtaine de tablettes de chocolat pâtissier que nous avons ensuite fait fondre avec du lait. Puis nous avons cassé en petits morceaux des noisettes, des biscuits et des amandes pour réaliser ensuite de savoureux mendiants et chocolats fourrés. Quand le chocolat fut assez liquide, chacun a pu réaliser ses chocolats avec les ingrédients de son choix dans de petits moules de différentes sortes et nous avons mis tout cela à durcir au réfrigérateur.

SAM_7927SAM_7917

En attendant avec l’eau à la bouche que nos chocolats durcissent, nous avons fabriqué des petites boîtes en carton à l’aide d’un patron comme de vrais petits professionnels. Nous les avons décorées et écrit dessus les prénoms et ingrédients et voilà que les chocolats étaient prêts !

SAM_7932

Que de fierté dans les yeux des enfants lorsqu’ils ont vu leurs chocolats qui avaient pris forme et ont pu les partager et ranger dans leurs jolies petites boîtes !

Les enfants ont tous fait preuve de beaucoup de concentration ; ça nous fait plaisir de les voir évoluer en ce sens et pouvoir aller au bout de ce qu’ils entreprennent !

 

Villa Saint-Martin

Triste journée sous le signe de la pluie aujourd’hui. Malgré tout, les enfants étaient au rendez vous.

Nous avons fait deux ateliers ; la cuisine et un atelier musique sous la tente en face. Ainsi, nous pouvions écouter ce merveilleux concert en cuisinant, ce qui nous a fait oublié la pluie.

Au menu, compote de pomme pour un goûter équilibré. On épluche, on coupe et on fait bouillir avec de l’eau, du sucre ainsi qu’un peu de fleur d’oranger et de la cannelle. Quelle délicieuse odeur !

100_0880

En face, on apprend le rythme grâce à nos deux musiciens en chef ; Quentin et Benjamin ! Baila la Bamba, ou encore Louise attaque et Leonard Cohen, tout le monde danse au rythme de leur musique.

100_0882

16h, goûter ! De la compote toute chaude et chocolat chaud. Il ne fait plus si froid finalement dans cette bonne ambiance cosi.

De leur côté, Nicolae et Cosmin ont retourné la terre bien coriace des nouvelles parcelles de la Villa Saint-Martin.

FullSizeRender

A la semaine prochaine !

Espace ados

Beaucoup de monde, à la Ruche,aujourd’hui ! C’est vrai qu’avec la pluie, vaut mieux être à l’abri et faire plein de choses en compagnie des Robinsons ! Les garçons de Champlan fidèles au rendez-vous pointent leur nez, pendant qu’Aline est partie au quartier faire une navette pour aller chercher une bande d’adolescents. Dans un premier temps, nous les avons laissés en temps libres afin qu’ils puissent se retrouver et nous retrouver !

Ils ont pu faire leur veille informative sur internet, se défouler sur les cajones ainsi que commencer un petit tournoi de Billard.

SAM_3993

Après ce temps libéré, les adolescents viennent à nous afin de réaliser leurs souhaits. Les filles installées dans une salle du haut avec des sacs remplis de bouts et chutes de tissus collectés par Aline, se sont mises à confectionner des housses personnalisées pour leurs portables ! Après avoir choisi les tissus de différentes matières et couleurs différentes, elles ont pu apprendre à coudre afin de produire ces étuis multicolore.

SAM_3984

Elles ont pu avoir recours à leur imagination afin de concevoir des housses vraiment originales. A vrai dire, d’un œil extérieur, le rendu était vraiment super !

SAM_3996

En parallèle, les garçons ont eu envie de faire un gâteau, mais attention: sans œufs et sans recette ! Au bon sens et en puisant dans leurs connaissances culinaires nous avons réalisé deux beaux gâteaux : Banane-pomme et chocolat-noisette.

SAM_3976

Pendant le temps de cuisson, ils ont eu envie de créer une compétition du « billard Hollandais » que nous avons fabriqué la semaine passée. Kevin et moi avons bien essayé de rivaliser avec les adolescents…en vain.

La sonnerie du four retentit, ni une ni deux les garçons s’activent pour préparer la table et faire goûter leur gâteaux aux filles ! Les filles ont été très contentes que les garçons aient tout préparés ! Rien à faire pour elles, juste à mettre leurs pieds sous la table et déguster. Ambiance calme pendant le goûter, où les discussions peuvent avoir lieu. Cette journée fut dynamique et productive !

SAM_4003

Jeudi 30 avril

au Skate Park

Cet après-midi, c’est sous un ciel pluvieux que nous avons pris le large pour le skate-park!

Heureusement que Benjamin avait mis ses lunettes de soleil, son chapeau et pris son ukulélé pour mettre un peu de soleil dans ce temps gris!

Nous avons installé une tente car il pleuvait vraiment très fort et sans répit ! Cela nous a permis de nous abriter et de tous se réunir dans la tente pour faire des jeux, c’était super chouette de se retrouver tous ensemble !

100_0857

Aline a proposé un atelier créatif avec du matériel pour faire des doudous :) Fils de cotons et aiguilles à dispositions et c’est parti ! Deux grandes filles se sont amusées et appliqué à confectionner des doudous, elles étaient trop contentes!

100_0875

A côté il y a Virginia, Benjamin et quelques enfants qui font des parties de « tic-tac boum », ils font travailler leur mémoire, les associations et leur orthographe…ça travaille… même en vacances! :)

Benjamin joue un peu de ukulélé pendant que les enfants et Virginia chantent quelques airs connus.

100_0864

Pendant ce temps, Flora initie les plus jeunes au UNO, puis au mémory des couleurs ainsi qu’à un jeu de devinettes auquel les enfants sont très forts! Sarah lit plusieurs livres que sa petite soeur écoute attentivement, puis nous nous installons tranquillement pour prendre le goûter.

100_0869

Un bon chocolat chaud nous attend ainsi que des petits biscuits maison…un vrai goûter pour nous réchauffer…mmm :-)

à Massy

Cette après-midi, il n’a cessé de pleuvoir du début à la fin alors nous avons déployé les grands moyens avec une super installation de trois tentes juxtaposées ! Ce qui a construit une belle petite maison au milieu de la pelouse du parc de la Corneille. Nous étions bien à l’abri sous cette drôle d’installation de camping.

SAM_7907

Du coup, une maman qui avait découvert nos ateliers la semaine dernière nous a rejoints malgré la météo peu avantageuse de ce jour avec ses deux petites filles de 2 et 3 ans. Puis 3 enfants du quartier dont un « habitué » de ce tout récent atelier nous ont rejoint.

SAM_7910

Nous avions déployé une tente salon de thé pour les mamans, une tente petite enfance avec puzzles, jeux de construction en tout genre et dînette et une tente jeux de société et atelier créatif autour de la fabrication de livres en tissu avec broderies, couture et écriture sur tissu pour imaginer tout plein d’histoires…

SAM_7914

Une maman est aussi venue nous voir car elle ne connaissait pas notre association et est très intéressée pour amener ses enfants sur notre atelier les semaines suivantes.

Ce fut un très bel atelier même si nous étions en petit comité !

SAM_7912

Mercredi 29 avril

Sortir !

Nouvelle semaine, nouvelle sortie pédagogique à la découverte d’un nouvel environnement culturel et social pour les enfants du Camp de Champlan.

Aujourd’hui, c’est au tour de Lorentu et de Alex de partir avec nous en Sortie ! Cela faisait pas mal de temps que les enfants avaient envie d’aller à la rencontre d’animaux. Qui plus est, différents ateliers éducatifs autour des Arts Circassiens ont étés proposés par l’équipe d’Intermédes-Robinsons sur le camp de Champlan. C’est alors qu’avec Quentin, nous faisons la joyeuse surprise à ces enfants de partir rencontrer le monde du Cirque ! Alors, en route tous ensemble pour une journée placée sous le signe du rire, de la bonne humeur et de la magie du cirque !

Sur le trajet, nous questionnons les enfants sur leurs représentations et perceptions qu’ils possèdent par rapport à cet univers. Ainsi à travers le dessin et des schémas, nous leurs faisons une première sensibilisation autour des différents arts du spectacle et animaux. Comme toujours pour ces sorties, les enfants ont un grand sourire aux lèvres, une exaltation collective se fait sentir dans le camion ! C’est encore un peu le sentiment des départs en vacances !

SAM_7884

Nous arrivons à Athis-Mons, d’un pas décideur et engagé et nous traversons un beau parc en direction du Cirque. Nous apercevons le grand chapiteau Rouge en contrebas; plus nous descendons le parc et plus nous découvrons les animaux : avec enthousiasme nous allons à la rencontre des chameaux, des chevaux, zebus, lionnes, lamas, poneys et les chèvres !

SAM_7867SAM_7863

Nous avions au préalable fabriqué des balles de jonglage fait maison, les enfants ont pu eux-mêmes s’initier à la jonglerie. Que ce fut impressionnant pour les enfants d’entrer sous ce grand chapiteau ! Maintenant, place au spectacle : magie, dompteur de lion, trapéziste, clown, jongleur, parade des animaux. Les enfants en ont pris plein les yeux. Ce fut une très belle journée où nous avons pu partager un moment agréable avec les enfants qui en sont sortis épanouis, et où nous avons pu apprendre beaucoup de ces enfants.

SAM_7874

à Wissous

Lorsque nous sommes arrivés, les pompiers étaient en train d’arriver pour la petite Amalia qui était tombée la tête la première sur un gros clou rouillé et s’était fait un belle bosse au passage…heureusement, plus de peur que de mal. Les pompiers ont rassuré tout le monde et sont partis en disant qu’il fallait surveiller que tout allait bien l’après-midi et sinon, de les appeler. Finalement, Amalia nous a rejoints pour profiter de l’atelier avec les autres, tout allait bien !

Aujourd’hui nous avons pris le temps de faire des jeux avec la dînette, les jeux de construction et des puzzles éducatifs pour apprendre de nouveaux mots de vocabulaire en roumain et en français , ce fut un moment d’échange très agréable.

100_0861

Ensuite, Kévin a pu débuter son projet de construction de jeux en bois qui a rencontré beaucoup de succès auprès des adultes aussi. Aujourd’hui, on a commencé à construire un billard suédois ! Valentin a été très appliqué du début à la fin de l’atelier…il a beaucoup apprécié et à manié le marteau comme un chef !

100_0858

Nous avons aussi pris le temps avec Florentina et Valentina d’écrire la recette de la compote pommes-fraises-poires que nous avions cuisinée et dégustée ensemble la semaine passée afin de terminer notre belle affiche-recette de cuisine. Florentina a écrit la recette en roumain et Amalia en français. Amalia est très fière de progresser en écriture depuis qu’elle va à l’école.

100_0850

Et pour finir, nous avons partagé, avec les mamans aussi, un bon goûter avec des petits biscuits cuisinés par le groupe « Intermèdes cuistots » ce mardi (c’était une recette de Mounira !), des clémentines, un bon petit verre de sirop de grenadine et un thé aux fruits rouges pour les mamans.

à Bel-air

A Bel Air aujourd’hui, il souffle un vent frais qui me glace les os. Le soleil est caché derrière d’épais nuages et ne montrera que 2 de ses rayons pendant l’atelier. Vous me direz que chez les Robinsons, on a connu bien pire. Oui mais là, avec les belles dernières semaines, on avait pris de mauvaises habitudes ! Pour ne pas penser à ce temps gris et froid, on se met à construire une Tour Eiffel en puzzle 3D. Et bien, ce n’est pas une mince affaire mais je me prends au jeu avec Samba et Idrissa, 2 de mes petits gars de Bel Air. Je les ai rencontrés jeudi dernier en me baladant dans le quartier pour ramener des enfants à l’atelier du Skate Park. Et depuis, ils sont là, à chaque atelier. Je vais encore les chercher demain. D’ailleurs, ils me l’ont demandé.

On essaye aussi le billard hollandais, fabriqué par les jeunes de l’espace ados. Bon, les pions sont carrés au lieu d’être ronds pour le moment mais ça marche quand même. Et puis, ça corse le jeu car les coins des pions se coincent dans les angles et refusent de rentrer dans les cases !

Le puissance 4 géant est à la disposition des enfants, qui y jouent de façon autonome et très enjouée !!

IMG_20150429_144710340

A côté, Virginia propose aux enfants de faire des portés acrobatiques et par le même occasion de faire un recueil photos de ces portés : ça sera plus sympa que nos photocopies avec des bonhommes tout moche. Ca a l’air de beaucoup plaire car les enfants crient beaucoup et sont tout excités.

Je crois qu’on va avoir de belles photos et donc un super recueil !!

IMG_20150429_162454687

Au jardin

Quoi de meilleur qu’un grand ciel bleu et un soleil brillant pour jardiner? :)

Les filles ont tout-de-suite commencé à aller jouer avec les balançoires, elles ont beaucoup ri, c’était super de les voir s’amuser! 😀

100_0854

Pendant ce temps, nous nous sommes réparti le travail à faire: Madalin s’est empressé d’aller sous la serre pour faire de nombreuses petites plantations… :)

Benjamin et Eric, eux, ont désherbé tout le terrain des herbes aromatiques. Celles-ci sont d’ailleurs très belles, de quoi donner encore meilleur goût à nos petits plats! 😀

Nicolae quant à lui c’est occuper de la terre pour planter les potirons et potimarons. Une fois cette tâche finis, les filles ont pu planter les graines. On espère que ça poussera bien!

100_0843100_0835

La journée est déja finie, on court tous pour aller prendre notre petit goûter, nous avons bien travaillé aujourd’hui, on mérite bien une petite pause non? 😉

100_0848

Celui-ci se terminant, direction le DAEV pour rentrer! On se retrouvera tous dimanche! 😀

Mardi 28 avril

« Intermèdes Cuistots »

Par ce bel après-midi, les Intermèdes Cuistots ont tous enfilé leur plus beau tablier ainsi que leurs toques pour nous préparer de délicieux gâteaux et biscuits… :)

Nicolae, secondé de Liza nous a concocté un énorme gâteau à la noix de coco ! Celui-ci était vraiment très appétissant. :)

Pour leur part, Zohra et Mounira, assistées par Eric, ont pu cuisiner de très bons petits biscuits que les enfants risquent d’adorer pendant les ateliers! On en redemandera surement! 😀

100_0807

Fouzhia quant à elle a préparé un grand fondant au chocolat, l’un des meilleurs que j’ai pu déguster jusque là, heureusement que nous avons gardé la recette! 😛

100_0808

Pour finir, Benjamin, aidé par Franck, a proposé un petit cocktail sans alcool aux notes fruitées et exotiques qui a permis un petit dépaysement fortement agréable. 😉

100_0804

Lors de cette journée, nous nous sommes tous mis au fourneau et avons travaillé d’arrache pieds afin de réaliser de nombreuses recettes que nous avons pu déguster. Malgré quelques imprévus en cuisine, l’ambiance était toujours au top, de plus nous avons toujours réussi à rebondir pour proposer les mets les plus délicieux et abondants… La soirée terminée, une merveilleuse odeur errait encore dans le local. Le fruit de notre effort a payé, on a pu se régaler ! Vivement la semaine prochaine! 😀

100_0819

Peu d’intentions , beaucoup d’attentions

L’action éducative , sociale, culturelle est aujourd’hui saturée d’intentions. Nous sommes dans ce que Viktor Franckl dénommait « l’hyper-intentionnalité ».

FullSizeRender

Nous sommes en passe de ne pas nous intéresser à ce que nous faisons pour ce que c’est, mais pour ce qu’on vise. De même, les enfant qui sont les destinataires de toutes sortes et d’innombrables projets, sont bien souvent perçus uniquement pour ce qu’ils pourraient être demain, en bien ou en mal. L’enfant en devenir, l’enfant en prévenir,  a pris toute la place de l’enfant en présence. Il a gommé son image.

Nous percevons nos propres activités professionnelles au travers d’objectifs qui masquent les sujets en cause. Nous sommes incités à déserter le temps de la rencontre, de la présence et celui de la relation.

L’intention finit ainsi toujours par faire obstacle à l’attention; elle réduit le champ de l’observation, n’en retient que quelques critères, de rares objectifs; ignore ce qui surprend et tout ce que nous pouvons apprendre des circonstances et des autres.

Il faut beaucoup de tranquillité, de confiance et finalement d’expérience pour oser l’attention; pour se permettre d’être disponibles; pour s’autoriser la mobilité, la labilité.

Il faut beaucoup de contraintes , beaucoup de limitations et de pressions pour sur-investir l’intention. Il faut beaucoup de résignation quant à l’ordre qu’on nous impose… il faut avoir renoncé à beaucoup d’espérances pour le présent.

L’attention n’est pas qu’observation ou disponibilité; quelques fois, aussi, elle est Soin. Etre attentif ne suffit pas toujours; il faut aussi être attentionné.

En Pédagogie Sociale nous faisons attention; attention à ce que nous faisons, comme à ce que font les autres. Attention, attentifs attentionnés. Nous en faisons même une école. Prendre soin des autres, de la communauté , de la collectivité que nous habitons est au cœur de nos activités, de nos jeux, de nos expériences, de nos créations, des formations que nous nous donnons.

Etre attentionné permet d’être attentifs aux autres, mais aussi à soi. Il faut une école de reconnaissance, plus que de connaissances c’est-à-dire aussi une école pour se connaître et au passage, se connaître soi même.  Toute l’expérience de la collectivité  en Pédagogie Sociale permet cela: « se connaître » et « s’entre-connaître ».

En fin de compte l’attention, c’est aussi ce qui nous permet d’habiter un temps, un lieu, un territoire; ce sont des choses qui se passent dans « l’ici et le maintenant ». Cette attention au territoire nous permet d’observer mais aussi de voir: voir ce qui va, voir ce qui ne va pas, critiquer l’environnement, le transformer peut être…

« Il y a sur cette terre des gens qui s’entretuent ; c’est pas gai, je sais. Il y a aussi des gens qui s’entrevivent. J’irai les rejoindre. »   (Prévert)

 

Dimanche 26 avril 2015

JARDIN

Aujourd’hui nous croisons les doigts pour que la météo ait menti car nous sommes nombreux, il y a du travail et il parait qu’il va pleuvoir…

Sans attendre nous commençons alors notre tâche. Beaucoup de nouvelle personnes en ce dimanche et des habitués des ateliers qui ne viennent pas d’habitude.

Un couple qui s’y connait en jardinage beaucoup mieux que Laura et moi (Virginia) nous explique comment planter les patates et est extrêmement productif ; lui creuse et elle plante ! En à peine une heure ils ont planté toutes les patates !

100_0767

Pendant ce temps, les mamans préparent le repas et la table. Les plus petits jouent à la balançoire et les ados (pré ados) aident à la préparation du repas. Tout le monde est très occupé mais avec le sourire et la bonne humeur caractéristiques des jardins du dimanche.

100_0781

Après un bon repas convivial, nous nous remettons au travail. Maintenant que les patates sont toutes plantées, ils faut désherber la parcelle qui accueillera les potirons ainsi que celle des radis.

100_0740
Il y a aussi beaucoup de travail dans la serre.  Nicolae nous rejoint pour nous aider.

Oups ! Il se met à pleuvoir très fort. Les enfants vont travailler dans la serre sauf trois qui ont accepté de m’aider avec les radis et quelques mamans qui continuent de planter les potirons.

100_0736

Nous avons fini notre travail et heureusement car il pleut de plus en plus fort et nous ne pouvons continuer. Nous décidons d’aller tous prendre un bon goûter au local ; certains de nos adhérents ne l’ont d’ailleurs jamais vu, c’est l’occasion.

100_0720

Tout mouillés, nous arrivons alors au local prendre une boisson chaude et discuter de tout et de rien, Laurent et Hélène sont d’ailleurs là aussi

C’est une bonne journée qui s’achève !

Samedi : Formation

Ce samedi, c’était particulier; c’était « Formation ». Toute l’équipe des Robinsons (permanents, volontaires, stagiaires, bénévoles) s’est retrouvée pour une formation coopérative.

FullSizeRender-1Nous avons visionné puis travaillé à partir du reportage vidéo de nos amis de MME RUETABAGA; nous avons parlé Pédagogie Sociale; mais l’après midi, nous avons recensé et expérimenté des activités qui permettent de l’expérimenter.

Merci à tous ceux qui se sont donnés, au risque de perdre leur équilibre !

Samedi 25 avril

Espace-Ados

C’est les vacances pour les enfants ! Le soleil est au rendez-vous, Laura et moi (Thibault) sommes bien prêts à passé une très bonne journée en compagnie du groupe d’ados. Aujourd’hui, pas de programme à proprement parler, on laisse les envies parler. Les garçons de Champlan ont été les premiers à arriver.100_0627

Avec Laura nous leurs laissons un temps libre dans la salle du haut, afin qu’ils puissent bénéficier de l’accès aux ordinateurs. Cependant, nous leur laissons une condition : faîtes ce que vous avez à faire avec les ordinateurs, on vous donne 30 minutes, après on débranche tout on se déconnecte du monde virtuel et on profite tous ensemble du soleil ! Najamie et Roberta étaient aussi présentes.

100_0616

Laura, rejointe par Soazic, a proposé un atelier créatif de confection de bijoux pour filles et pour garçons ! Le rendu était vraiment très chouette : bracelet, collier, et boucle d’oreilles ! Avec les garçons, nous avons décidé de fabriquer un grand jeux en bois : Un billard Hollandais ! Quelle joie de construire son propre jeu. La cour du local se transforme en atelier de menuiserie, les garçons s’activent avec l’objectif de construire ce grand jeu pour pouvoir y jouer.

SAM_9602

En plus de ce challenge, Cosmin et Iosiv ont eu l’idée d’élaborer leur propre jeu de fléchettes à l’aide de carton, de clous et de pics à brochettes. Je pense que « Joué Club » a du souci à se faire, car les Robinsons se mettent aujourd’hui à la fabrication de super jeux ! Pari réussi nous finissons en temps voulu le Billard Hollandais.

100_0612

Najamie et Laura, parées de magnifiques bijoux nous ont rejoints, afin de tous jouer ensemble. Même Nicolae d’un air curieux de ce grand jeu vient nous rejoindre. Nous avons tous été très fiers ! Poncer, scier, clouer, assembler, mesurer… nous nous sommes bien dépensés. C’est chaleureusement, que Laura et Najami nous ont appelées pour le goûter crêpes et chocolats maison. Super journée bien remplie., Avec Laura nous avons été très contents des adolescents et nous le leur avons fait savoir, c’est important. Ces vacances commencent bien !

vendredi 24 avril

Théâtre de rue de la Rocade : 24 avril

Le projet continue son petit bonhomme de chemin ! Aujourd’hui, nouvelle perspective dans la mise en scène : nous avons apporté tout plein d’objets mais nous avons aussi proposé un grand stand de maquillage tenu par Virginia. Cela amuse énormément les enfants ! Ils se mettent à cœur joie dans la confection de leur propre costume.

100_0777

Ce ne sont plus des enfants qui se trouvent à la rocade, mais bien des tigres, des papillons, des super héros, des princesses et des brigands ! Après l’appropriation et l’incarnation des personnages nous réfléchissons en groupe sur l’élaboration des saynètes.

100_0780 Aujourd’hui, nous décidons ensemble de fonctionner avec des « répétitions » pour proposer un spectacle avant le goûter. De fil en aiguille, de répétition en répétition, nous nourrissons les scènes afin de développer le contenu de la pièce. Les enfants ont énormément d’imagination, peut-être trop parfois !

100_0776

Nous mettons un cadre dans le scénario car les enfants spectateurs deviennent presque exigeants et les enfants acteurs veulent vraiment proposer quelque chose de plus en plus sérieux ! La troupe grandit de semaine en semaine, enfants et pédagogues, filles et garçons, petits et grands, timides et extravertis: tout le monde trouve sa place. Nous prenons plaisir à jouer un rôle, jouer avec l’imaginaire et l’improbable pour le bonheur de chacun.

Jardin de Saulx:

Une nouvelle journée commence sous le ciel bleu de Longjumeau et nous promet du soleil pour nous donner envie de travailler en cette belle journée.

100_0717

La préparation de l’atelier débute avec la préparation du goûter et du matériel de jardinage. Nous avons beaucoup de travail au jardin en ce moment et il faut avancer, car nous avons beaucoup de main d’œuvre et on peut faire avancer les travaux.

100_0714

Sans plus parler on se met à plusieurs et nous commençons la plantation des radis, haricots et ensuite à désherber sous la serre et à préparer le terrain pour les nouvelles plantations à venir.

100_0712

Le moment du goûter ne tarde pas à venir et du coup nous nous arrêtons là pour le moment mais nous allons continuer ça la semaine prochaine. A bientôt!

Oups! Nous avons oublié d’arroser sous la serre avant de partir. On y retourne!

Jeudi 23 avril

Skate Parc

Nous étions nombreux au skate parc aujourd’hui puisque Charlène est partie chercher des enfants de Croix Breton et Aline de Bel Air, beaucoup sont venu nous rejoindre. Les enfants qui ne sont pas partis en vacances ont pu profiter du beau temps dans le quartier et d’un moment convivial.

Aline a confectionné des éléments décoratif en tissu avec les mamans et les enfants. Sarah avait apporté du matériel, tous ont fait de très belles réalisations ( des fleurs, des étoiles, des lettres, des cœurs) . Les mamans ont aussi fait des petits coussins pour piquer les épingles.

SAM_0007

Pourquoi pas organiser une collecte de tissu afin de créer un stock pour créer encore ?!

Charlène a fait des jeux de construction de château avec les pièces en bois. Les plus grands ont lu des livres aux plus petits.

SAM_0003

Kevin a commencé des jeux de construction avec Ousman et Zarachia, qui ont construit une tour puis nous avons enlevé les kaplas sans que la tour tombe. Puis lorsque Charlène est revenue, il a fait un Croc’ Carotte et un Lynx. D’autres enfants ont joué au jeu des 7 familles et au Uno.

SAM_0006

Nous avons préparé un grand goûter, c’était une belle après-midi d’apprentissage dans la bonne humeur du quartier de Longjumeau.

A bientôt !

Massy :

Une bonne quarantaine d’enfants ainsi qu’une dizaine de mamans ont participé à notre tout récent atelier de Massy au parc de la Corneille cet après-midi !

Nous avons partagé tous ensemble un très bon moment sous le soleil !

Nous étions 4 Robinsons : Iasmina s’est occupé d’un espace petite enfance et jeux de société, Benjamin a proposé un atelier peinture, Thibault un atelier grand jeu au cours duquel le base-ball  a eu énormément de succès et moi, Leïla un atelier cuisine au cours duquel petits et grands entre 2 ans et demi et 13 ans ont préparé une grande compote pommes-poires à la cannelle et fleur d’oranger pour la déguster ensemble au goûter.

100_0720

Les tout jeunes enfants étaient très nombreux cet après-midi et ont activement participé aux ateliers peinture, petite enfance (jeux avec la dînette, les poupées, jeux de construction…)  et cuisine.

100_0698

Les mamans qui avaient déjà eu l’occasion de faire notre connaissance étaient ravies de nous retrouver et de nouvelles ont fait notre connaissance…et je crois bien que nous allons les revoir longtemps.100_0692

En effet les adultes du quartier se montrent très contents du fait que nous venions jusque chez eux proposer toutes ces activités et cet espace de convivialité. D’ailleurs les mamans l’investissent très naturellement ; elles viennent s’installer autour des tables que nous laissons à leur disposition avec du thé et restent tout le long de l’atelier, viennent faire aussi par moments avec leurs enfants.

100_0713

…c’est une belle ambiance qui s’est rapidement et très naturellement instaurée entre nous et les habitants du quartier de la Corneille.

100_0733

Nous avons de belles aventures à partager pour les prochaines semaines et aussi les prochaines années !

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Superbe journée aujourd’hui sous le ciel bleu de Saulx. Après être passé prendre les autres qui nous attendaient très impatients au lieu de rendez-vous, nous prenons le chemin qui mène au jardin.

100_0697

Dès notre arrivée nous descendons les outils et on commence à préparer la terre pour planter des haricots en grande quantité. Le travail en équipe encore une fois s’est révélé utile.

100_0693

Mais nous ne nous arrêtons pas là, et nous continuons notre ligne de plantations avec les poireaux à côté des carottes car les deux plants se protègent mutuellement des moustiques.

100_0687

Puis petit-à-petit on se met à arroser nos plantations avec un grand effort de la part de tous:  pommes de terre; haricots; carottes; poireaux; radis; salades; pois et persil et tous les fruits rouges.

100_0685

Après un gros boulot comme celui-ci, le seul remède c’est le goûter, avec un sirop très frais au citron.

A +!

Ballainvilliers, petite enfance

Aujourd’hui  Laura et moi (Pauline) nous nous sommes rendus sur le camp de Ballainvilliers, et les enfants étaient nombreux car ce sont les vacances ! Nous avons commencé notre atelier par une projection du film «  Rroms sur Cour » auquel ils ont participé.

SAM_3912

Ce moment a rassemblé enfants, mères, pères…tout le monde était curieux de se voir sur l’écran !!! Nous avons après rebondi sur ce documentaire pour poser certaines questions aux enfants et surtout leur demander de nous dessiner et de nous écrire ce qu’ils ont adoré dans leur ancien camp.

SAM_3956

Le résultat est unanime, la plupart on dessiné la baraque où ils vivaient et ils ont écrit qu’ils ont adoré jouer avec leurs copains et recevoir la visite d’Intermèdes Robinson ! Entre ces deux temps nous avons fait une petite session danse.

SAM_3928

Quasiment tous les enfants ont dansé, c‘est incroyable de voir comme les petites filles dansent bien !!! SAM_3965

Tout ça s’est terminé avec un bon goûter !

mercredi 22 avril

BEL-AIR

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus dans le quartier de Bel-Air aux alentours de 14h30. Arrivés à destination, une trentaine d’enfants nous attendaient déjà et un grand soleil brillait dans le ciel ! Nous avons donc choisi de ne pas monter les tentes

Laura a proposé un atelier perles et bijoux qui a eu un grand succès auprès de nos petits bambins! Ils ont fabriqué de nombreux colliers et bracelets en tout genre tout l’après-midi. Pour de nombreux cas, cela tient du génie, nous avons repéré de jolis talents dans ce petit groupe!!! 😉

SAM_9647

Quant à Iasmina, elle nous a proposé un atelier un petit peu plus mouvementé, avec tout d’abord un jeu de la « gamelle », pour finir par la suite avec un « chat-ballon »! Les petits ont pu ainsi se défouler et courir une bonne partie de l’après-midi, ils se sont bien amusés!!! :)

Pour sa part, Cosmin a mis en place une activité badminton et football. Les jeunes nous ont montré de grandes prouesses sportives, Zidane n’a qu’a bien se tenir! Cosmin aussi… 😀

SAM_9667

Pour finir, Benjamin a installé un atelier « jeux de société avec des « échecs » des « dames » et un « puissance 4″ géant! Les jeunes ont pu y trouver des activités plus détente, dans lesquelles ils pouvaient se reposer tout en s’amusant et en exerçant leur logique. Ici encore, l’atelier à très bien fonctionné!!! :)

SAM_9650

A 16h, nous avons rangé chaque atelier pour préparer le goûter. Celui-ci a commencé à 16h10. Nous avons tout d’abord désigner deux enfants pour s’occuper du service. Le goûter s’est extrêmement bien passé!!! Nos bambins ont pu déguster de délicieux gâteaux préparés la veille par les « Intermèdes Cuistos » accompagner de différents sirops! :) Ils se sont régalés!!! 😀

SAM_9656

En conclusion, par ce joli après-midi très ensolleillé, nous avons proposer des activités pour tous les goûts qui ont pu ravir les plus petits et les plus grands!!! :) Chaques ateliers à eu un succès impressionant, les petits se sont vraiment bien amusé, c’était vraiment super! 😀

JARDIN

Quel bonheur d’être au jardin par ce temps!

Aujourd’hui mercredi jour des enfants. C’est le sourire aux lèvres que tout le monde se met à l’ouvrage, après que Nicolae nous ait indiqué trois parcelles à desherber.

SAM_3894

Alors on tire, on arrache, on fait des tas, on gratte la terre, on invente de nouvelles métodes pour avoir les racines. Parfois on se pique avec une ortie, alors on dit « aïe », on se plaint, on se gratte, mais personne ne jette l’éponge, tout le monde continue!

Pour varier un peu les plaisirs, les jeunes se mettent, d’eux-même, à arroser les cultures. Quitte à se mettre à trois pour remplir l’arrosoir, avec l’eau du puits, et à deux pour le porter.

SAM_3887

Sous la serre les légumes ont bien poussé, on les arrose, les mauvaises herbes sont arrachées et les radis sont récoltés.

SAM_3880

Le jardin étant aussi un terrain de jeu merveilleux, les enfants en profitent pour courir et faire de la balançoire avant que l’on s’installe pour prendre le goûter tous ensemble.

SAM_3904

Dans une ambiance joyeuse, on déguste les cookies et les biscuits, préparés la veille pendant l’atelier cuisine. Puis on se partage les radis avant de rentrer au quartier.

Tout le monde est ravi, après-midi réussi!

Sortie pêche au lac d’Ollainville :

Nous continuons notre cycle de sorties pédagogiques avec les enfants de Champlan et aujourd’hui c’est le tour de Iosiv et Cosmin . Malheureusement, Ionut a du rester à la maison pour garder son petit frère et n’a pas pu venir. Ils se préparaient depuis 2 semaines alors, on rattrapera le coup.

100_0648

C’est une petite escapade quand même pour aller jusqu’au lac ; nous cherchons le magasin de pêche que Thibault a repéré sur internet et qui devait être sur la route, mais sans succès.

100_0657

Qu’à cela ne tienne, il faut y aller maintenant pour profiter de notre après-midi, même sans appât !

L’endroit a l’air vraiment chouette et les garçons se sentent immédiatement en vacances! Ils ont préparé leur matériel, mais aussi leur pique-nique et même des serviettes de bain au cas où…

100_0678

Nous nous dégotons un petit endroit sympa en contrebas du chemin. Les garçons installent immédiatement leur cannes à pêche, leur serviette et sortent leur pique-nique. Nous nous servons aussi un petit verre de sirop car le temps est au beau fixe et il fait déjà soif. Iosiv est très impatient et ne cesse de retirer sa ligne de l’eau toutes les 5 minutes.

100_0666

Mais, en tout ça, il a le coup de main pour lancer sa ligne, même s’il manque une ou deux fois de nous hameçonner au passage !

Ils ont, tous les 2, mis du pain au bout de leur hameçon et en attendant que ça morde, Thibault leur propose de fabriquer une canne à pêche en bois. Fofi, notre mascotte, nous accompagne et bien qu’il ait peur de l’eau, est curieux de tout. J’ai juste peur qu’il gobe l’hameçon avec le petit bout de pain ! Il est tellement gourmand !

100_0663

Nous proposons aux enfants de dessiner ou écrire dans leur cahier, mais l’air de vacances est plus fort que tout ; et c’est Thibault et moi qui nous retrouvons à dessiner. Par contre, la canne à pêche fait main est réalisée en 2 temps 3 mouvements. Ces enfants sont très manuels et débrouillards, il n’y a aucun doute : 2 bouts de bois, de la ficelle, un bouchon en liège en guise de flotteur, une pierre pour faire le poids, et un bout de fer pour l’hameçon.

100_0660

Et voilà, le tour est joué ! Les poissons resteront discrets, on fait trop de bruit, tellement nous sommes contents d’être ensemble, et finalement, rentrer bredouille n’est pas un problème.

Des poissons un peu plus gros que prévu se jetteront bientôt à l’eau pour parfaire cette après-midi de vacances. Je suis très déçue de ne pas avoir pris de maillot et de ne pas pouvoir les suivre dans l’eau fraîche du lac. Fofi est très stressé de nous voir dans cet élément liquide qu’il redoute tant et nous aboie dessus quand nous nous approchons de lui, de peur que nous ne le mettions à l’eau !

Maintenant, c’est sûr, les poissons ne viendront plus et nous nous décidons à quitter ce petit coin de paradis, pour prendre le goûter un peu plus haut. Nous pensions que les enfants avaient fini leur pique-nique mais ils sortent de leur sac ; saucisson et poisson pané, fait maison pour accompagner nos petits sablés, eux aussi fait main.

En marchant vers notre camionnette parce qu’il faut bien rentrer, nous disons aux garçons qu’ils pourraient peut-être revenir en famille car le RER est juste à côté. Mais Cosmin répond que personne n’aime les sorties chez lui et je me rends compte à quel point ce moment partagé tout simple a dû lui faire plaisir. PUPIK !!

Wissous :

Cet après-midi, sous le soleil de Wissous, les enfants ont travaillé comme de vrais petits et grands cuisiniers ! En ce début de belle saison, les fruits ont été à l’honneur.

Tous les enfants se sont attablés, chacun équipé d’un couteau, d’un économe et d’une planche à découper pour une grande séance d’épluchage et découpe de pommes, poires et fraises...mmm, difficile de ne pas en goûter quelques morceaux au passage ! Même les plus petits (entre 2 et 5 ans) ont travaillé avec les autres : nous leur avons épluché les fruits et ils ont pu les couper avec des petits couteaux de plastique durs spécialement conçus pour les tout petits. Ils s’en sont très bien sortis et en étaient très fiers ; leurs parents sont même venus les admirer !

100_0659100_0648

Une fois tous ces fruits réduits en petits morceaux, nous avons tout versé dans une énorme marmite en y ajoutant un peu d’eau, du sucre, 3 bouchons d’eau de fleur d’oranger et quelques nuages de cannelle!Puis nous avons laisser chauffer ce gros chaudron…

100_0654

Pendant que notre compote était sur le feu, nous avons nettoyé ensemble nos plans de travail pour les transformer en petites tables d’écoles. Maintenant, il était temps pour chaque enfant de s’armer de crayons gras colorés pour raconter en images le travail que nous avions réalisé. Ils ont pris beaucoup de plaisir à dessiner tous les ingrédients de notre savoureuse compote. Il s’est ensuite agit de découper leurs dessins pour les coller sur une très grande feuille blanche afin de réaliser un poster géant et collectif qui représentera en mots et en images leur recette de compote pomme-poires-fraises !

100_0671

Et voilà, la compote est prête, nous n’avons plus qu’à nous installer pour le goûter afin de boire un petit sirop rafraîchissant et de déguster la fameuse compote accompagnée de délicieux petits sablés cuisinés par le groupe des mamans au local ce mardi !

Mardi 21 avril

Les Intermèdes Cuistots

Grand jour pour la cuisine du Mardi ! Après une nouvelle mobilisation de l’équipe et avec un nouveau projet co-construit avec les mamans, Iasmina et moi avons préparé minutieusement cet atelier. L’idée est de transmettre les clés de la cuisine des Robinsons aux mamans afin qu’elles puissent s’approprier l’atelier. Nous organisons l’espace afin d’accueillir chaleureusement les mamans et les enfants venus en nombre ce premier Mardi des vacances.

100_0645

Avant d’entamer la grande cuisine collective, nous avons réalisé une réunion où chacun a pu s’exprimer dans ce nouveau projet. Les mamans ont choisi de se donner un nom de groupe, après un vote organisé c’est les « Intermèdes cuistots » qui remporta le scrutin. Nous nous mettons d’accord pour que Sadio devienne responsable du groupe, avec l’aide de Zohra et Najet dans la recherche de proposition de recettes. Nous échangeons avec elles concernant les nouvelles perspectives de l’atelier, en expliquant les objectifs que nous mettons collectivement en place :

100_0644

L’objectif premier est de cuisiner les biscuits pour les goûters des enfants, le deuxième est de préparer un gâteau avec les mamans que nous partageons tous ensemble en fin de journée, et le troisième serait d’organiser une journée de sortie avec tous les participants réguliers de l’atelier. Fini le temps de réunion, place à la cuisine. Ni une, ni deux les mamans s’auto-organisent et se mettent en tenue de pâtissières pour la préparation des biscuits. Personne ne chôme ! Momo le fils de Sadio est venu avec sa recette de cookies. Je fabrique des toques en papier avec le prénoms des enfants dessus : « Chef Momo », « chef Fatou », « chef Alice » et « chef Sabrina ». Cette petite équipe de top chef confectionna en parallèle des mamans les supers cookies de Momo.

100_0633

Un vrai délice ! De l’autre coté de la salle, les mamans enfarinées mais sourire aux lèvres parlent d’une éventuelle randonnée à faire tous ensemble…

SAM_9618 - Copie

Après tout, c’est vrai que c’est une bonne idée de faire une journée sportive pour éliminer toutes ces sucreries !

Peu d’intentions , beaucoup d’attentions

L’action éducative , sociale, culturelle est aujourd’hui saturée d’intentions. Nous sommes dans ce que Victor Franckl dénommait « l’hyper-intentionnalité ».

FullSizeRender

Nous sommes en passe de ne pas nous intéresser à ce que nous faisons pour ce que c’est , mais pour ce qu’on vise. De même, Les enfant qui sont les destinataires de toutes sortes et d’innombrables projets sont bien souvent perçus uniquement pour ce qu’ils pourraient être demain, en bien ou en mal. L’enfant en devenir, l’enfant en prévenir,  a pris toute la place de l’enfant en présence. Il a  gommé son image.

Nous percevons nos propres activités professionnelles au travers d’objectifs qui masquent les sujets en cause. Nous sommes incités à déserter le temps de la rencontre, de la présence et celui de la relation.

L’intention finit ainsi toujours par faire obstacle à l’attention; elle réduit le champ de l’observation, n retient que quelques critères , de rares objectifs, ignore ce qui surprend et tout ce que nous pouvons apprendre des circonstances et des autres.

Il faut beaucoup de tranquillité, de confiance et finalement d’expérience pour oser l’attention; pour se permettre d’être disponibles; pour s’autoriser la mobilité, la labilité.

Il faut beaucoup de contraintes , beaucoup de limitations et de pressions pour sur-investir l’intention. Il faut beaucoup de résignation quant à l’ordre qu’on nous impose… il faut avoir renoncé à beaucoup d’espérances pour le présent.

L’attention n’est pas qu’observation ou disponibilité; quelques fois, aussi, elle est Soin. Etre attentif ne suffit pas toujours; il faut aussi être attentionné.

En Pédagogie Sociale nous faisons attention; attention à ce que nous faisons, comme à ce que font les autres. Attention , attentifs attentionnés. Nous en faisons même une école. Prendre soin des autres, de la communauté , de la collectivité que nous habitons est au coeur de nos activités, de nos jeux, de nos expériences, de nos créations.

Etre attentionné permet d’être attentifs aux autres, mais aussi à soi. Il faut une école de reconnaissance, plus que de connaissances c’est à dire aussi une école pour se connaître et au passage, se connaître soi même.  Toute l’expérience de al collectivité  en Pédagogie Sociale permet cela: « se connaître » et « s’entre-connaître’.

En fin de compte l’attention, c’est aussi ce qui nous permet d’habiter un temps, un lieu , un territoire; ce sont des choses qui se passent dans « l’ici et le maintenant ».  Cette attention au territoire nous permet d’observer mais aussi de voir: voir ce qui va, voir ce qui ne va pas, critiquer l’environnement, le transformer peut être…

« Il y a sur cette terre des gens qui s’entretuent ; c’est pas gai, je sais. Il y a aussi des gens qui s’entrevivent. J’irai les rejoindre. »   (Prévert)

Dimanche: Plantations au terrain

Samedi : Formation

Ce samedi, c’était particuleir; c’était « Formation ». Toute l’équipe des Robinsons (permanents, volontaires, stagiaires, bénévoles) s’est retrouvée pourn une formation coopérative.

FullSizeRender-1

Nous avons visiionné puis travaillé à partir du reportage vidéo de nos amis de MME RUETABAGA; nous avons parlé Pédagogie Sociale; mais l’après midi, nous avons recensé et expérimenté des activités qui permettent de l’expérimenter.

Merci à tous ceux qui se sont donnés , au risque de perdre leur équilibre !

L’impuissance agressive

Les groupes et personnes porteurs d’initiatives sociales sont a priori préparés aux difficultés de toutes sortes, qu’ils rencontrent pour mettre en oeuvre et tenir leurs actions, de la part des institutions et collectivités. Cela n’est pas nouveau, c’est quasiment le B A BA.

DSC_0045

ils sont habitués à réaliser leurs objectifs propres, tout en ne rentrant dans aucune de leurs cases pourtant obligatoires; ils sont habitués aux imbroglios administratifs , à la complexité des dossiers, à l’exigence des demandes et pour le dire en un mot, aux tracasseries de tout type

Ce qu’ils ont beaucoup plus de mal à comprendre, à supporter et à interpréter ce n’est pas l’incapacité de ces structures à les soutenir (et ce même si elles reconnaissant l’importance et l’intérêt du travail réalisé) mais parfois, une certaine agressivité qui vient prendre la place du soutien  demandé.

Par un retournement extraordinaire, voici que les porteurs d’initiative sociale, souvent des bénévoles qui se dépensent sans compter depuis nombre d’années , sont subitement chargés de la responsabilité de leur « non soutien ».  Ne faudrait il pas qu’ils lèvent eux mêmes les obstacles administratifs qu’on leur tend? On leur reprochera de ne pas avoir trouvé d’autres soutiens que ceux qu’ils sollicitent; on leur reprochera …même le soutien qu’on leur refuse.

Ce renversement infligé qui vient rajouter à la précarité subie des quelques moyens obtenus, est évidemment de même nature que celui qu’on emploie pour débouter le sans domicile, le précaire,  le jeune majeur , la mère en difficulté, l’enfant des rues en danger, le déscolarisé et le sans papier: lui dénier tout droit, toute légitimité à réclamer aucun soutien.

Nous rencontrons tous les jours des jeunes adultes , des enfants, des parents en difficulté qui témoignent de tels traitements et procédés; on commence par leur demander pourquoi ils sont venus réclamer de l’aide; qu’est ce qui peut bien leur faire croire que l’institution sollicitée puisse faire quelque chose? Puis vient une phase de mise en doute de tout ce qui est allégué; encore un peu plus tard  c’est la qualité du demandeur qui est mise en cause: est il vraiment du territoire s’il est sans logis? Où sont les preuves de sa grande difficulté s’il se retrouve sans rien?  Comment peut il prouver qu’il n’a aucun soutien de personne?

Car c’est bien cela qui hallucine le plus,  le jeune, ou la personne qui vient demander de l’aide: on ne va pas seulement la leur refuser; on va leur en vouloir. On leur refusera même au motif qu’on leur en veut  ! On leur reproche d’avoir seulement cru , ou imaginé qu’il pourrait en être autrement. Mais dans quel monde, croyez vous vivre?

Il peut paraître bien surprenant que de tels discours, des successions identiques de mêmes énoncés , sortent de la bouche de travailleurs sociaux, car ce qu’il en ressort… c’est la négation même de la notion de social, l’antinomie même de tout travail social.

Sans même s’en rendre compte , des institutions des professionnels sont employés à dénier le sens et la raison d’être, mêmes de ce qui fonde leur identité.

Bien entendu, ces procédures, ils ne les ont ni choisies , ni créées; ce qui est étonnant c’est qu’ils les répliquent. La raison en est double: d’une part parce qu’ils y sont incités par une hiérarchie, un fonctionnement; d’autre part parce qu’ils se cramponnent à de tels discours (faute d’y croire) car ils leur préservent une certaine autorité.

Ainsi le pouvoir de dire « non » dans le social, est-il le lot de consolation de celui qui n’a plus les moyens du moindre « oui », ou de ne jamais rien susciter. Au moins, il se croit encore décisionnaire. Le pouvoir de nuire dure plus longtemps et l’emporte toujours sur celui de construire.

Mais un tel pouvoir est uniquement braqué sur ceux qui sont en dessous, ceux qui sont en bas, ou ceux qui se tiennent près d’eux.

On ne soumet JAMAIS à un tel traitement ceux qui possèdent, ceux qui décident et ceux qui monopolisent. Tandis qu’une action innovante devra résoudre l’incroyable équation de réaliser une intervention efficace avec du personnel en insertion et des moyens en diminution,  tant d’institutions joueront tranquillement aux entreprises, spéculent sur leurs moyens, managent leur personnel , constituent des groupes et des holdings, investissent et bâtissent.

Il y a un plafond de verre dans le secteur social d’aujourd’hui, pour ceux d’en bas:  des freins et des limites que même les institutions qui les ont créées ne savent plus lever ou contourner … Et puis il y a « ceux d’en haut »: tous ceux qui sont au dessus des nuages. Pour eux le plafond de verre est devenu un plancher; à cause de lui ils ne touchent plus jamais le sol .

De  cette partition invraisemblable, on ne  pose jamais la question du sens et du gâchis. Cela n’empêchera pas de s’inquiéter de l’absence de relève, d’innovations, de perspectives alors qu’on a  tout éteint et étouffé. Et même on fera quelques appels à projets, on recommandera des pratiques innovantes … On n’est pas à une contradiction près.

L’impuissance est agressive, l’impuissance rend agressif, car elle ne peut ni s’admettre elle même, ni se reconnaître. Elle est agressive car elle sait qu’elle a tort , et qu’elle a déjà perdu. Elle est agressive car l’agressivité est le dernier canal pour une énergie qui ne peut plus rien produire, pour une intelligence qui ne peut plus rien imaginer, pour une professionnalité qui ne peut plus prendre d’initiatives.

On a tant dit sur la souffrance au travail, il reste tout à dire sur la souffrance … du Travail Social.

A la Villa Saint Martin :

Notre équipe s’installe aujourd’hui a la Villa Saint Martin un peu plus tard que d’habitude car nous avons remarqué qu’a 14h30, nous avions qu’une poignée d’enfants alors nous avons décidé de faire un essai en décalant d’une heure. Iasmina et Leïla continuent de retourner la terre de notre nouvelle parcelle de la Villa Saint Martin mais la terre est décidément trop dur, et un autre outil est cassé. Et forcement pour les enfants c’est dur.

 

SAM_3853

Sur les tapis,nous installons les jeux de société et les jeux pour les tous petits. Nous décidons de laisser les tables dans le camion pour être tous ensemble.

Sur un autre tapis, juste à côté, je m’installe pour proposer la confection de petits motifs en tissu et feutrine. Rabia, la maman de 3 jolies petites filles fait un cœur, et ses filles la suivent bientôt pour faire un paillon et une fleur. Mais c’est déjà l’heure de ranger et il faudra continuer pendant les vacances. On se donne RDV dans une semaine car elles partent à Lille la semaine prochaine.

SAM_3866

Des jeunes enfants babillent avec les fruits de la dînette dans la bouche tandis que le petit Mohammed passe son temps à pleurer parce qu’il n’a pas le ballon.

Virginia se fait tresser par Awa tout en jouant à Dora l’exploratrice. Mais le vent fait envoler les cartes alors elle range, et propose un jeu de domino avec des images.

Enfin, Quentin fabrique de la pâte à tartiner maison, ou plutôt « rue » avec du chocolat et de l’amande. C’est avec délice que nous la dégusterons sur du pain frais au goûter !!

SAM_3830

Aux Ruches:

Samedi 18-04-15

Nous partons très tôt ce matin pour arriver a temps a Buc pour récupérer les 3 essaims « Frère Adam »  pour les en mettre dans notre rucher.

Avec Cosmin on prend la route avec les pinces aussi d’en acheter du matériel pour les ruches mais surtout de  ne pas oublier les combinaisons car c’est notre seul moyen de se défendre contre elles.

Arrivés sur place nous passons d’abord en caisse pour le matériel que nous avons acheté, et ensuite nous prenons les essaims on les fermés bien avec les sangles et tout doucement on prends la route de retour au jardin en faisant beaucoup d’attention à ne pas les agiter en conduisant

20150418_141746

Dés que nous sommes arrivé au jardin , nous descendons la brouettes et nous mettons le matériel et les essaims bien entouré avec les sangles et puis hop, dans le colza pour y accéder au chemin qui mène au ruches.

Les ruches étant déja prête car une journée avant je suis passé pour nettoyer, frotter et desinfecter les  cadres et les couvre-cadres, pour que nos abeilles soient bien dans leur nouveaux climat et dans les nouvelles « maisons-ruches ».

20150418_135407

Nous attendons un petit moment pour que l’enfumoir s’allume et petit à petit nous nous dirigeons avec les ruchettes vers les ruches pour les installé sur le toit de chaque ruches en attendant leurs installation dedans pour quelque moments. Après avoir mis en place le matériel , les ruches et ensuite les rûchettes , ce le moment de dire « au revoir  » et de prendre le chemin de retour bâtis par le colza.

20150418_141807

A très bientôt!Jardin Villa Saint Martin:

17-04-2015

Cet aprem nous allons passer la journée  à la Villa Saint Martin ou nous avons comme taches d’essyer de retourner les parcelles pour les prochaines plantations.

Accompagnées par Eric et Franck plutôt spirituel que manuel nous passons au travail et avec nos bêches et fourches mais aussi le motoculteur nous allons essayer .Après peu de temps les manches du motoculteur ont cédé et maintenant nous sommes obligé d’utiliser les outilles en sachant que c’est très dur à retourner une terre qui n’a jamais été retournée .

100_0627

Mais les Robinson  ne cèdent pas et continuent , puis petit a petit nous réussisons à retourner une bonne parcelle. Mais la chaleur et puis la terre très dure, laisse les traces de fatigue sur nos visages mais aussi sur le travail car nous allons nous arrêter la pour le moment, mais peu avant la fin le gardien nous visite pour nous dire qu’il allait nous mettre du grillage tout autour .

100_0634

Tout ça étant dit , je vous invite à nous rejoindre la prochaine semaine !

A bientôt!

La Rocade. 18 avril 2015

Aujourd’hui environ 60 enfants étaient à la Rocade. Ils étaient dispersés entre les différents ateliers et circulaient selon leurs envies.

100_0548

L’après-midi fut très diversifié, il y a eut l’atelier porteur de parole, les enfants devaient répondre à la question «  Un ami c’est quoi ? », puis de l’autre côté de la Rocade,  l’atelier cuisine se déroulait et rassemblait plusieurs mamans et enfants qui confectionnaient des brochettes de fruits.

100_0541

Avec Flora, les petits ont joué de la musique, chanté des chansons, tandis que Leila initiait certains enfants à l’acrobatie.

100_0537

Iasmina a pour sa part animé des jeux collectifs comme le badminton et Virginia a joué au Monopolie avec des enfants. L’après-midi c’est terminée avec un immense goûter où fut partagé des gâteaux confectionnés pendant la semaine.

Théâtre de Rue 17/04

Ce fût notre deuxième session du projet portant sur l’expression Théâtrale et Corporelle ! Toujours dans une volonté de mobiliser une petite troupe de théâtre, nous avons profité de la forte affluence de la rocade. Nous avons retrouvé certains enfants qui avaient participé la semaine passée et d’autres se sont joint à nous aujourd’hui.

SAM_3801

Pour dynamiser le projet, nous avons apporté avec Quentin des costumes, du maquillage, des outils de décors,une petite caméra et un enregistreur audio. Après avoir réunis les enfants motivés ( acteurs ou spectateurs) nous leurs avons demandé de choisir et travailler sur un court scénario. En petits groupes, les enfants ont du réfléchir et imaginer des petits « Canevas ». Ainsi, ils ont pu proposer une trame scénarisée et travailler à la fois sur l’incarnation et l’interprétation des différents protagonistes voulues. Quentin et moi même, sommes positionnés en tant qu’accompagnateurs et facilitateurs de leurs idées.

SAM_3811

Nous les aidons dans la distribution des rôles, en leur proposant des idées . Nos conseils sont à prendre ou pas; nous ne voulons pas les influencer mais juste redonner une autre dimension à leur idée initiale. Dans ce début de projet, nous voulons que les enfants restent maître de leur libre expression. Quatre Saynétes ont été jouées : « La famille Dubouchon part en vacances » , « Les coulisses de PSG-Barcelone » , « La classe en folie » et « Notre Banque se fait braqué ». La mayonnaise commence à prendre et nous avons encore découvert de vrais talents ! Des enfants aimeraient continuer et approfondir le projet théâtre, nous réfléchissons avec Quentin quant à la continuation du projet au local, espace plus propice à l’élaboration d’une réelle pièce de théâtre.

Ballenvilliers 16 avril 2015, Atelier petite enfance 3-6 ans

Aujourd’hui à Ballenvilliers, j’ai eu 4 enfants avec moi sur les tapis. J’ai commencé à leur raconter trois histoires en français et en roumains.

100_0562

Les histoires c’étaient «  La ferme en folie », «  Où je l’ai mis ? » «  Petit ours Brun ». Les enfants ont beaucoup apprécié les histoires car je les ai traduit. Après, on a fait des coloriages sur la thématique de l’été, ils ont dessiné des arbres et des fruits.

100_0598

Ils étaient très concentrés sur leurs dessins, ils ont beaucoup apprécié cet atelier.

100_0619

Après on a fait un peu de pâte à modeler, ils ont beaucoup aimé le contact avec la pâte. Nous avons terminé l’atelier avec un goûter.

Skate park :

Ambiance de fête cet après-midi au skate-park ! Les enfants étaient débordants d’énegie juste à la sortie de l’école.

SAM_3796

Et une vingtaine de mamans ont installé plusieurs zones de campements sur des couvertures à nos côtés. Les espaces petite enfance et jeux de société étaient débordants de petits mains et de grandes imaginations. Nous avons aussi proposé un atelier cirque avec jeux d’équilibre et de manipulation d’objets ainsi qu’un atelier créatif spécialement pour les mamans…qui a donné très envie aux plus jeunes qui ont finalement aussi participé. Sur l’espace jeux de société, le jeux « beau gosse » (pour apprendre à reconstituer un squelette) a eu beaucoup de succès.

SAM_3789

Après tout cela, nous avons rassemblé les troupes à l’heure du goûter pour déguster les délicieux petits croissants fourrés au chocolat confectionnés par les mamans le mardi au local de l’association !

100_0528

Jardin 16 avril 2015

Aujourd’hui Jessica, Eric, Franck, Nicolae et Pauline se sont retrouvés sous le soleil pour planter des pommes de terre dans le jardin. L’ambiance était à la rigolade, nous avons ensuite pris un goûter et arroser les plantes du jardin.

SAM_9560

Bel –Air 15 avril 2015

100_0502

Cet après-midi, le soleil comme les enfants étaient au rendez-vous !

Plein de nouvelles propositions d’ateliers ont fleuri  en cet après-midi printanier à Bel-Air.  Nous avons proposé un espace jeux de société géants avec un très très grand puissance quatre de la taille des enfants (il a eu un grand succès), un puzzle géant et un méga jeux d’échecs.

Nous avons aussi mis en place un espace de portés acrobatiques matérialisé par un grand carré de tapis d’acrobatie. Pour les amateurs d’arts plastiques, nous avons proposé de peindre à la bombe une grande planche de bois pour en faire un beau et coloré panneau annonçant notre « Ludothèque de rue ».

Nous avons aussi  proposé des jeux de société en tout genre tranquillement posés sur les tapis. Et ceux qui avaient envie de se défouler ont enchaîné quelques énergiques parties de foot !

100_0499

Les enfants ont bien profité des différents ateliers avec entrain et dans la bonne humeur !

Wissous 15 avril 2015

Aujourd’hui, sous ce soleil, c’est l’anniversaire de notre chère Laura !  Nous partons donc vers le camp de Wissous avec le sourire. Nous avions prévu de faire de la musique, des instruments et un peu d’écriture.

Lorsque nous arrivons, comme d’habitude nous sommes accueillis avec le sourire. Nous installons le coin petit enfance et installons le jeu de la chaise musicale. Laura commence a mettre de la musique ce qui intrigue les mamans qui viennent puis les plus petit commence à danser, c’est un moment super !

SAM_3769

Ce que nous ne savions pas, c’est que cela allait durée toute l’après-midi. Eh oui la musique donne envie à tous de venir nous rejoindre, nous décidons donc qu’aujourd’hui nous danserons sauf si les gens se lassent (ce qui n’a pas été le cas). Evelyne danse en contuinu, les enfants aussi,  au début il n’y avait que les enfants mais peu à peu les mamans rejoignent les rangs.

Avec Evelyne, on nous apprend à danser , il parait que je suis douée (YES). Les papas nous rejoignent aussi, ils s’assoeint à côter de nous, c’est super comme moment!! Au final nous passons l’après-midi à danser, rigoler avec les familles, ils nous  proposent même de rester contuinuer à faire la fête, ça aurait été avec plaisir.

SAM_3725

Puis sonne l’heure du goûter, nous  nous asseyons tous en rond, mamans et enfants. Florentina court chercher une bougie, il faut quand même marquer l’évenement ! Nous chantons joyeux anniversaire en Roumain , Laura est toute gêné ! On partage les biscuits et orange et restons à parler.

SAM_3747

Voila il est déjà l’heure de replier bagage et rentrer, les mamans nous demandent si ont peut refaire ça la semaine prochaine, à voir !

Au revoir les amis !

« Sortir ! » Mercredi 15 avril

Quentin et moi (Thibault) continuons ce projet « Sortir ! » avec les enfants du camp de Champlan toujours dans l’objectif de partager un moment privilégié, de réel proximité et de partir à la découverte de nouveaux environnements. Aujourd’hui, c’est au tour de Roberta et Raul de découvrir le monde du Cinéma !

film Roberta

Après les être cherché au camps, nous avons proposé aux enfants deux ateliers de création et d’éducation à l’image.

Ainsi, nous avons tous ensemble produit un mini court-métrage en « Stop motion » à l’aide d’une voiture miniature, d’un décor et d’outils numérique. Puis, nous avons fait un « Dessin animé» s’inspirant d’un outil issue de la pédagogie freinet. Avec une boite en carton, de rouleaux de papiers et de préparation en amont de l’atelier : les enfants ont pu concocter un scénario et dessiner une succession d’image afin d’aboutir à un mécanisme manuel qui s’apparente à un réel dessin animé ! Ces deux ateliers avaient la volonté de permettre aux enfants de mieux comprendre et identifier quelques techniques visuels.

100_0492

Tout le long de ces deux ateliers, Roberta et Raul, ont montré curiosité et intérêt. Intéressant de décortiquer ces fonctionnements, dans une société où les enfants sont submergés par des flots d’images ! Dans cette longue et passionnante après-midi, nous sommes partis après ces ateliers au cinéma à Massy voir le film d’animation « Shaun le mouton ». Quelle joie pour les enfants !

Le film était en adéquation avec les ateliers du début d’aprém, car « Shaun le mouton » est un film d’animation réalisé à partir de pâte à modeler et en stop motion ! Conquis et heureux de leurs journée, les enfants nous ont livrés beaucoup de discussions, de secrets, de désirs, de tracas du quotidien, leurs rêves, l’école, la famille… Cette sortie fût riche autant pour eux que pour nous. Un moment de privilège où les enfants étaient impatient de le partager auprès de leur familles. Nous avons décidé avec Quentin de réaliser un Carnet de voyage de toutes ces sorties ! À la semaine prochaine pour de nouvelles découvertes!

100_0518:

Jardin 15-04-15

Aujourd’hui au jardin nous avons accueilli des familles de Massy, qui font des activités avec le centre social de Massy.

SAM_9520

Nous avons fait une visite du jardin.

Nous avons fait des trous pour planter les pommes de terres. Puis tout le monde était

SAM_9530

 

Espace-Ados du 18-04-15

C’est les vacances pour les enfants ! Le soleil est au rendez-vous, Laura et moi (Thibault) sommes bien prés à passé une très bonne journée en compagnie du groupe d’ados. Aujourd’hui pas de programme à proprement parlé on laisse les envies parler. Les garçons de Champlan ont été les premiers à arriver.

100_0616

Avec Laura nous leurs laissons en temps libres dans la salle du haut, afin qu’ils puissent bénéficier de l’accès aux ordinateurs. Cependant, nous leur laissons une condition : Faites ce que vous avez à faire avec les ordinateurs, on vous donne 30 minutes, après on débranche tout on se déconnecte du monde virtuel et on profite tous ensemble du soleil ! Najami et roberta étaient aussi présentes.

100_0612

Laura rejoint par Soizic a proposé un atelier créatif de confections de bijoux pour filles et pour garçons ! Le rendu était vraiment très chouette : bracelet, collier, et boucle d’oreille ! Avec les garçons, nous avons décidé de fabriquer un grand jeux en bois : Un billard Hollandais ! Quelle joie de construire son propre jeux. La cour du local se transforme en atelier de menuiserie, les garçons s’activent avec l’objectif de construire ce grand jeux pour pouvoir y jouer

SAM_9602

. En plus de ce challenge, Cosmin et Iosif ont eu l’idée d’élaborer leur propre jeux de fléchette à l’aide de carton, de clous et de pic à Brochettes. Je pense que « Joué Club » a du soucis à se faire, car les Robinson se mettent aujourd’hui à la fabrication de super jeux ! Pari réussi nous finissons en temps voulu le Billard Hollandais. Najami et Laura parées de magnifiques bijoux nous ont rejoint, afin de tous jouer ensemble. Même Nicolae d’un air curieux de ce grand jeux vient nous rejoindre. Nous avons tous été très fier ! Poncer, scier, clouer, assembler, mesurer… nous nous sommes bien dépensés. C’est chaleureusement, que Laura et Najami nous ont appelées pour le goûter crêpes et chocolats maisons. Super journée bien remplie., Avec Laura nous avons été très content des adolescents et nous leurs avons fais savoir c’est important. Ces vacances commencent bien !

La Pédagogie Sociale se construit comme un bidonville

Le propre d’un bidonville est d’accueillir la vie qui n’a pas trouvé place dans la ville instituée. De ce point de vue , le bidonville abrite et donne refuge à tout ce qui est négligé, refusé, oublié, ou pris pour quantité négligeable.

100_0372

Mais il serait tout aussi vrai de dire que le bidonville réinvente la ville quand celle ci ne sait plus se réformer, s’amender, … quand celle ci étouffe dans ses voiries, ses concentrations, ses règlementations, son inertie, son incapacité à s’ouvrir, se réinventer.

Quand celle ci ne sait plus vivre et faire vivre les groupe et les individus qui la composent. Quand la ville au fond échoue à être Cité , lieu d’activité, de production et terrain d’aventures pour ses enfants.

Alors le bidonville met en oeuvre des qualités dont on aurait grand besoin un peu partout: place pour l’initiative collective et individuelle, primat des besoins élémentaires des personnes oubliées et broyées dans le silence des institutions; capacité à mettre en oeuvre des solutions dans le temps des gens, et là où ils sont, inscription dans le paysage et le territoire, tel qu’il est.

Bien entendu, le bidonville est décrié. Il est imprudent de le défendre, bien vu de le dénoncer et parfois même hypocritement au nom même du bien être des personnes qu’il abrite. Mais curieusement, au delà des passions qu’il déchaîne, on sent une grand impuissance , un grand renoncement à agir sur ses causes.

Où trouver dans la ville d’aujourd’hui la même énergie à faire vivre, habiter, construire, aménager, créer? On sent derrière la rancoeur, la dénonciation, un besoin de faire taire la vie qui fait défaut.

La Pédagogie sociale se construit comme un bidonville; comme lui, elle attire, rassemble de multiples énergies. On voit venir de partout des porteurs d’initiatives, d’ateliers, des créateurs de « machines à convivialité », des porteurs de débats publics, d’assemblées buissonnières, d’occupations de l’espace commun.

Comme lui, elle comporte une grande part de créativité et de bricolage. Comme lui, elle s’adapte à la configuration locale, à la géographie des hommes et des institutions. Comme lui elle résiste aux intempéries et aux mauvaises conditions.

Comme lui on peut rêver de l’ignorer, de la dénier, ou de l’éradiquer . On négligé son intérêt, sa véritable valeur. On ignore les besoins dont elle est porteuse; elle reste inévitable.

De même qu’on méprise les habitants de bidonville, il est courant de sous estimer les acteurs de la Pédagogie Sociale; de s’imaginer que leur travail est de moins bonne qualité ou de moindre valeur, au prétexte qu’il prend place dans la réalité la plus brutale, celle qu’on a mis tant d’énergie à éloigner des institutions et des centres villes.

Ce n’est pas dans les bidonvilles qu’on réalise les événements culturels, qu’on investit dans la vie sociale ou l’éducatif. Ce n’est  pas sur les ateliers de rue qu’on signe les nouveaux contrats de Ville; ou qu’on organise les réceptions et rencontres de partenaires.  Quelle erreur !

Le bidonville est toujours porteur de l’avenir de la Ville; il est le laboratoire de son changement, sa préfiguration. La Pédagogie Sociale  explore de nouveaux chemins et préfigure d’autres modes d’intervention, et de coéducation.

Dimanche 12 avril

au jardin:

Un dimanche au soleil, trop génial ! Nous allons donc à 10h45 chercher les habitants du quartier pour aller au jardin. A notre arrivée Jean-Jacques n’est pas bien mais il veut absolument venir au jardin, cela nous inquiète; nous préférons donc appeler Laurent. Il y a aussi Dylan et Eddy qui sont là ! Pendant que Laurent arrive, Iasmina, Eddy et moi allons faire les courses : ce midi c’est poulet et merguez grillés accompagnés d’une salade composée… Je sens qu’on va se régaler…

Au final nous décidons que Jean-jacques sera de la partie et s’il ne se sent pas bien on le ramènera ! C’est partie pour le jardin, Théo et Najamie sont aussi présents. Nous arrivons sur les coups de 11h30 au jardin, parfait pour commencer le barbecue, c’est Tiberiu qui s’y colle ! Nous préparons à manger en attendant. Nous avons fait une belle table bien garnie et notre cuisto Tiberiu a cuit la viande à la perfection, on se régaleeee ! La digestion va être longue…..

100_0316

C’est parti ! Maintenant que nous avons pris des forces, il est temps de travailler. Nous formons des petits groupes. Jean-Jacques et Dylan retournent la terre pour préparer l’arrivée des patates, Iasmina et Najamie arrosent les plantes pendant que Théo et moi continuons à fabriquer une table. Et la petite Carolina fait sa sieste sous un arbre dans la brouette (chanceuse !!).

100_0436

Une fois les travaux du jardin terminés, tout le monde met la main à la patte pour finir la table, c’est  un bon résultat final, nous sommes content ! Maintenant on va passer au côté créatif. Avec des bombes de couleurs, nous dessinons sur les tables et les chaises, Carolina est heureuse avec sa bombe, c’est rigolo à voir ! Nous fixons ensuite la table pour qu’elle puisse être dans la continuité de l’autre, ce qui s’avère être une tache assez difficile mais en vrai les Robinsons, on arrive toujours à nos fins, résultat : TOOOP !  Nous finissons par faire un peu de rangement pour que la table à manger soit la plus accueillante possible !

100_0441

Il est déjà l’heure du goûter et Eddy a très très hâte de manger le brownie. Nous nous posons pour manger après cette journée de dur labeur (ahah) et parlons de tout et de rien. Il ne nous reste plus qu’à rentrer tranquillement au quartier et dire au revoir à tout le monde.

100_0375

Résultat de la journée : j’ai rencontré de nouveaux Robinsons et me suis découvert un savoir faire pour le bricolage !

A bientôt et sous le soleil j’espère !

Samedi 11 avril

bidonville de Champlan:

C’était une chouette retrouvaille avec les enfants de Champlan ! Depuis quelques semaines les ateliers étaient assez difficiles, aujourd’hui Laura et moi (Thibault) avons décidé de séparer les enfants en petits groupes d’ateliers. Nous avons fait un espace jeux d’adresse où il était question de lancer les projectiles volants afin qu’ils retombent dans la « cible ». Nous avons montré comment on pouvait jouer et nous avons fait le choix de laisser l’installation afin que les enfants en autonomie puissent s’approprier le jeu en rajoutant eux-mêmes de nouvelles règles.

SAM_3649

Pendant ce temps sur les tapis Laura a proposé différentes lectures avec « l’imagier » Franco/Romani, puis a chanté avec les enfants des comptines.

SAM_3659

Sur une table à côté, j’ai proposé de fabriquer « une fusée » avec les garçons. A force de voir les avions au-dessus du camp, il était temps pour nous de construire notre engin volant ! Ces ateliers répartis en trois espaces nous a permis à Laura et moi de ne pas nous sentir submergés par les enfants. Ces derniers ont d’ailleurs apprécié de « tourner » comme bon leur semble entre l’espace tapis, le coin table, et l’installation du jeu d’adresse.

SAM_3665

Nous avons terminé les ateliers par des jeux collectifs cette fois avec tous les enfants. Le fameux cache-cache et 1,2,3 Soleil nous ont permis de bien se défouler avant le goûter ! Après la distribution de sacs de vêtements à chaque enfant, nous avons pris le goûter au calme tous sur le tapis. Un bilan positif de cette journée où nous nous sommes sentis très bien accueillis et les enfants nous ont paru détendus.

A bientôt champlan !

Villa-Saint-Martin

Un vent froid et violent aujourd’hui à la villa saint-martin. Donc peu d’enfants mais des enfants enthousiastes. Tout d’abord Eddy s’est concocté une petite scène décorée de plots et de freezbee car il a amené un petit djembé. Kevin et moi avons été forcés de l’accompagner avec un tome et un petit tam-tam.

Des filles arrivent ensuite. Nous jouons au Croc’carottes, puis nous faisons de magnifiques constructions avec les jeux de construction en bois coloré.

DSC_0034DSC_0033

Pendant ce temps Leïla et Cosmin tentent tant bien que mal de retourner la terre des parcelles derrières les bâtiments mais cela s’avère très ardu, pas possible de compter sur un motoculteur, ils sont en panne.

Kevin profite de la présence de vélos pour faire faire aux cyclistes des slaloms.

Ensuite, avec les filles hyperactives, nous voulons jouer au Monopoly mais le vent nous en empêche. Alors nous jouons au Dobble, sensible au vent aussi, mais nous arrivons à jouer, et c’est avec le cœur. Ça crie, ça se dépêche de reconnaître les motifs. On ne termine pas la partie car il y a conseil de quartier.

Au conseil de quartier, il est question faire des tartes au chocolat. On nous demande une nouvelle chasse aux œufs. Nous ne pouvons pas fêter pâques tous les samedis, mais on peut en revanche faire une chasse à un autre trésor avec le coffre.

On parle de planter des choses dans les parcelles : pêches, fraise, ciboulette. Nous verrons pour les pêches. On parle de faire du pain aussi. Un conseil de quartier constructif donc.

Goûter et à la prochaine !

Espace ado

Aujourd’hui n’est pas le plus beau jour de la semaine, nous sommes bien mieux au chaud au local !!

14 heures, Cosmin est déjà à la porte en train d’attendre puis Iosiv et Ionut nous ont rejoints. Nous avons fait des saucissons en chocolat avec Iosiv et Cosmin, ils ont été très rapides et nous avons vite fini, il ne reste plus qu’a attendre qu’ils refroidissent pour les déguster !

100_0459

Les gars veulent monter pour aller sur internet, c’est la session musique roumaine et cajon, on a les oreilles qui vont exploser mais les gars ont le sourire !!

100_0471

On décide après de faire autre chose, et si ont jouaient au « trou du … » ? Rien qu’a l’intitulé les gars rigolent mais sont très motivés à jouer ! Le jeu se passe dans la bonne humeur, Ionut essaie de tricher mais je suis là pour garder l’oeil sur lui !! Je suis présidente et notre chère Iasmina est la « trou du … ». On fait une autre partie quand Ronaldo pointe son nez. Il n’est pas seul, une nouvelle tête le suit, il se surnomme Coco et ne parle pas français ! Les gars décident de recommencer à faire de la musique et créer des comptes facebook ! Avec Iasmina, ont décide de jouer au billard, les gars sont motivés et jouent avec nous, on rigole beaucoup !!

100_0473

Il est déjà l’heure du goûter, ont prépare tous ensemble les oranges, les chocolats chauds et pour finir le saucisson en chocolat ! Miaaaaaaam , à manger avec modération mais tout le monde se régale ! Les gars commencent à s’exciter un peu, heureusement il est temps de finir. On dit au revoir aux garçons et ils filent…

100_0485

A la semaine prochaine et j’espère avec d’autres ados du quartier !

Vendredi 10 avril

La Rocade

Aujourd’hui sous un beau soleil, nous avons accueilli les enfants et familles sur les différents ateliers :

Jeux de ballon, jeux de société, cuisine, atelier création de colliers et bracelets et petite enfance.

Nous avons commencé par faire un 3 contre 3 au foot, puis une séance de tir au but. Ensuite Timothée et Cheick ont battu à eux deux une équipe de quatre !

Les enfants ont fait des constructions avec les pièces en bois et les ont très bien réalisées, le jeu était même trop facile donc ils ont refait le jeu en regardant qu’une fois la disposition des pièces puis ont construit de mémoire. Certains ont une bonne culture générale surtout en maths et ont répondu juste à presque toutes les questions des « incollables » CE2.

Ensuite nous avons joué au Monopoly et malgré les écarts d’âge la partie s’est bien déroulée, les plus grands expliquant aux plus jeunes les règles du jeu.

A l’atelier créatif mamans et enfants, on fait des perles, cela a donné de très belles réalisations. Puis tous se sont lancés dans la création d’un arbre en perle… à suivre !

SAM_3633

Il y avait beaucoup de monde sur le tapis petite enfance, grand et petits ont joués ensemble.

SAM_3610

Laura était à la cuisine avec des petits chefs qui ont fait de très bons beignets dont tout le monde a pu profiter au goûter !

SAM_3588

C’était une très belle après midi, il y avait une très bonne ambiance à la Rocade. Chacun a appris de l’autre, avec l’autre et grâce à l’autre,et tout ça dans la bonne humeur !!

SAM_3645

A bientôt !

Expression théâtrale

Suite à la récente scolarisation des enfants dans les camps, nous avons décidé Quentin et moi (Thibault) de relancer un nouveau projet avec les jeunes. Nous avons remarqué quelques tensions entre adolescents lors de l’espace-jeune du samedi. Quoi de plus normal de se crêper le chignon entre adolescents ? Cependant, en tant qu’accompagnateurs de ces jeunes, certains sujets nous ont paru importants à approfondir avec eux, tels que la jalousie, l’injustice et le racisme. Pour relancer une nouvelle dynamique à la ruche ou bien à l’espace-jeune, nous so mmes allés à la Rocade avec le reste de l’équipe afin de proposer une scène de théâtre de rue.

SAM_3638

Nous sommes dans une phase expérimentale de ce projet, avec l’objectif de tester l’outil théâtre afin de savoir si les jeunes s’en emparent. Dés lors, de la mise en place de l’atelier, nous avons été surpris positivement quant à la participation des jeunes. A travers, le théâtre d’improvisation, plusieurs enfants ont pu jouer des saynètes autour d’un conflit entre des jeunes et la police; une crise de jalousie entre deux copines ainsi qu’une scène très drôle, où un protagoniste tente d’enseigner à un ignorant un peu bête comment faire du thé…

SAM_3636

Les enfants, aussi bien acteurs que spectateurs, ont pu interagir durant l’atelier, où nous avons pris le temps après chaque saynètes de revenir dessus, afin de créer une réflexion.

SAM_3632

Nous avons commencé à parler d’un éventuel prolongement de cet atelier d’expression théâtrale qui se déroulerait au local le vendredi après l’école et qui pourrait se combiner éventuellement sur un projet autour de la video et l’image grâce aux compétences en audiovisuel de Quentin. Affaire à suivre !

Au jardin

Cette  après-midi, nous nous sommes retrouvés en petit comité avec Jean-Jacques, Franck et Eric, les habitués qui ne louperaient un jardin pour rien au monde ! Enfin du soleil et de la chaleur pour aller jardiner !

Nous avons commencé par étaler du BRF sur la parcelle sur laquelle nous allons planter nos futures pommes de terre…mais, aïe, nous sommes à court…ce qu’il restait nous a à peine suffi à recouvrir la moitié du terrain ; il va falloir nous en refaire un stock.

Puis nous avons retroussé nos manches pour effectuer quelques  tâches de bricolage et d’entretien du matériel. Eh oui, c’est important aussi au jardin ! Nous avons réparé le portail du jardin côté route, dont un des deux battants ne tenait plus et se fermait difficilement…le voilà comme neuf ! Puis dans notre lancée de bricoleurs, nous nous attaquons à la poignée de la porte de la serre qui ne tenait plus ; la voilà fixée pour un bout de temps nous l’espérons… !

100_0305

Jean-Jacques, toujours très sensible à l’entretien du matériel s’est aussi affairé un bon moment à brosser les outils pour leur donner une nouvelle jeunesse.

Après tout cela, nous avons pris un petit goûter qui fut l’occasion de discuter tous ensemble sous le prunier qui venait déposer dans nos verres, sur les barbes des uns, dans les cheveux des autres, ses belles fleurs rouges.

Jeudi 9 avril

Massy

Avec les beaux jours sont arrivées les coccinelles ! Une floppée d’enfants de tous âges ont participé à toutes nos activités !

Au début un petit avec sa grand-mère pour cause de grève à l’école se fait chouchouter. Il joue au dobble et à Dora l’exploratrice avec nous. Puis en arrivent d’autres par vagues de dix.

On a joué à Croc’carottes au freezbee, puis nous étions tellement nombreux qu’un grand foot s’est organisé avec Cosmin et Kevin.

SAM_3572

J’ai sorti la peinture et la frise déjà entamée par Aline avec des filles il y a trois semaines. Nous avons eu plusieurs genres, en figuratif ou abstrait, il y a eu du pointillisme, de l’expressionnisme. La frise a été continuée. Eleah, qui avait essuyé les plâtres de cette frise a même pu la continuer mais elle est arrivée seulement à la fin.

SAM_3579

SAM_3573

Le croc’carotte a pu fonctionner seul,. Même sans connaître les règles, un groupe de quatre filles en a compris les principes.

J’ai parlé à plusieurs mamans qui félicitent notre action, qu’elles connaissent par un bouche-à-oreille extraordinaire dans le quartier. Ces familles semblent entretenir des liens, se donner des nouvelles. Nous arrivons dans un environnement que les habitants se sont un peu approprié déjà. Restent ceux qui sont restés aux jeux pour enfants, et on me dit que c’est parce qu’ils ne pensent pas pouvoir participer. Mais le mot passe dans le carré des jeux et de nouveaux enthousiastes viennent participer, avec les félicitations de leurs parents. Si tout le monde présent avait participé, nous aurions été débordés, nous l’étions déjà ; une mère me dit qu’il faut leur demander de nous aider. Ce sera chose faite dès le goûter.

Malheureusement nous avons très peu à manger pour tout ce monde mais le goûter se passe bien, avec les mêmes vieilles contraintes qu’à Longjumeau : tranquille, on s’assoit, ensemble, on ne réclame pas etc… Mais nous jouissons de la nouveauté et les nouvelles rencontres sont encore une fois très plaisantes. Dans les deux sens.

SAM_3581

Nos cinq habitués des fois d’avant étaient là et ont pu expliquer aux autres notre fonctionnement.

Il va donc falloir penser à être plus nombreux sur cet atelier de Massy, sortir la cuisine, faire de grands jeux et ne pas perdre cette énergie de la rencontre qui suscite des collaborations. Les sollicitations ont déjà commencé.

Skate Park

Un grand soleil pour un très bel atelier ! La bonne humeur et l’envie de s’installer dans la rue à la sortie de l’école étaient au rendez-vous cet après-midi ! En plus de nos tapis de jeux, tout un groupe de mamans s’était installé dans le prolongement de nos ateliers avec des couvertures posées sur le sol pour passer un bon moment ensemble. C’était un vrai moment de convivialité.

100_0303

Flora a proposé un atelier lecture et dessin libre…les enfants ont eu beaucoup d’imagination (la bonne humeur et le soleil l’ont fait fructifier !),

100_0299

Charlène un atelier de construction avec kaplas, toutes sortes de formes en bois colorées et légos géants…là aussi, toutes sortes d’objets et constructions ont fleuri sous le ciel du skate park sur nos petits tapis et Leïla un atelier de cirque avec équilibre sur la slackline et manipulation d’objets avec les assiettes chinoises et diabolos.

100_0284

Bref, la petite place entre le gymnase et l’école primaire s’est transformée, l’espace d’une heure et demi en salon collectif de rue et en véritable espace commun et partagé où chacun s’est trouvé libre de passer un moment, de s’installer, de boire un thé, de faire une petite traversée en équilibre entre les arbres, de s’évader en se laissant conter des histoires ou encore de triturer son imagination pour exprimer ses drôles de rêves, ses idées loufoques et ses envies et tout cela avec plaisir !

Jardin aux ruches

Le soleil tape sur Longjumeau, une belle après-midi  pour aller au jardin ! Seulement après discussion nous pensons avec Iasmina qu’il faudrait aller voir les ruches car ça fait très longtemps que nous n’y sommes pas allés. Nous allons donc au quartier mais il n’y a qu’Eric et Eddy, nous décidons donc d’aller chercher du monde dans le quartier… Personne en vue, nous sommes donc quatre en tout et pour tout. Nous prenons la route, passons devant le jardin, il faut encore continuer et s’enfoncer dans la nature. Plus nous montons, plus j’ai le sourire, nous nous croyons en montagne dans cette forêt, il fait bon, ça sent bon, je suis super heureuse, c’est magnifique ! Je sens que cette après-midi va être super !!!!

Nous arrivons à l’endroit pour nous garer, il faut continuer à pied… Nous nous enfonçons dans les champs de Colza puis dans la forêt, c’est super mais nous commençons à voir des trous de vipères : grosse psychose pour Iasmina et moi, nous ne sommes pas en confiance, heureusement qu’il y a Eric ! Nous arrivons enfin aux ruches, un super lieu mais où les ronces sont maîtresses. Les abeilles sont de sorties, vite Eddy met sa combinaison pour les affronter.

SAM_9489

Nous commençons à couper les ronces quand le portable retentit, Franck nous  attends au jardin, je vais donc le chercher. Quand je reviens Eric et Iasmina ont beaucoup avancé, il y a beaucoup moins de ronces qu’au début de l’après-midi.

SAM_9493

Nous continuons à travailler tout en rigolant, en se charriant… La bonne humeur est présente, c’est un super après-midi. Nous nous posons autour de la table pour le goûter, nous avons pleins de gâteaux et Franck demande à ce que je lui en refasse un pour la semaine prochaine !

SAM_9497

Nous avons envie de rester jusqu’à 20 heures en mangeant un barbecue mais ce n’est pas possible il faut rentrer… Nous avons bien avancez mais il reste encore beaucoup à faire, il est temps de réinvestir ce lieu qui est très agréable aux beaux jours !

A bientôt !

Petite enfance Ballainvilliers

Laura et moi (Thibault) avons été au camp de Ballainviliers afin de proposer notre atelier, consacré à la petite enfance. Avant cet atelier, nous nous sommes posés plusieurs questions quant à la scolarisation des plus grands (primaire). En effet, les inscriptions scolaires se sont faites très récemment et c’était le premier jour d’école pour ces enfants. Dés notre arrivés à 14H, nous avons été très déçus de retrouver sur le camp Anna-maria et Maria-Londra alors qu’elles devaient retourner à l’école après la pause déjeuner (elles ont pu assister à leur première classe le matin).

Avec Laura, nous avons fait le tour du camp afin de capter les parents pour leur parler et échanger par rapport à la scolarisation des enfants. Les deux filles ne connaissant pas encore les règles d’assiduités et les horaires voulaient y retourner. Ni une, Ni deux nous avons fait une petite entorse quant au début de notre atelier et nous avons vite accompagner à pieds les enfants à l’école.

En retard certes mais nous avons pu expliquer la situation à la directrice d’école très compréhensive et qui tout de suite prend en charge les deux filles. Durant le trajet nous avons pu parler avec les deux enfants (enjoués de retourner en classe) de l’importance d’y retourner régulièrement et d’y aller toutes seules ( l’école se trouve montre en main à 5 minutes à pieds du camps) .

100_0409

Avec du retard, nous avons pu débuter l’atelier sous un grand soleil. Nous avons démarré par des jeux d’éveils musicaux. Les enfants devaient reconnaître le sons des instruments les yeux fermés. Pour cela, ils étaient très attentifs aux sons produits et après chacun s’est mis à tripoter les instruments afin de retrouver la bonne sonorité de chaque instrument. Les tout petits ont pu faire pleins d’expérimentations musicales.

100_0425

Dans notre lancée, autour du son et du bruit nous avons fait un grand jeu où les enfants devaient minutieusement et silencieusement attraper la Cimbale sans faire de bruit et sans se faire détecter par le meneur du jeu. Nous avons laisser un temps libre et calme où les enfants ont pu s’attarder à l’activité de leur choix. Dinette, Jeux de mémory, coloriage et quelques travaux d’écritures sur leurs cahiers.

100_0445

Les mamans non-loin de nos tapis se sont retrouvés pendant que leurs bambins crapahutés et prenaient du bon temps sur les tapis. Nous avons finis par le Gouter collectif où chaque enfant a pu avoir un rôle dans son organisation.

Mercredi 8 avril

Bel-air 

Que c’est agréable de poser bagages lorsque le soleil est de notre côté. Les enfants nous acceuille en tee-shirt, je sens que l’après-midi va être au top ! Nous commençons tranquillement a joué aux mikados, blokus avec les quelques enfants présents.

SAM_0759

Petit à petit, les enfants arrivent et nous jouons à pleins de choses. Aux raquettes, au chat, au moky, nous faisons des roues, des jeux de sociétés, des échecs…. Les enfants sont souriant et cours partout, s’appropriant entièrement l’espace. C’est un super moment car ce sont eux qui décident de ce qu’ils veulent faire, nous n’avons rien eu a proposés, ils étaient très motivés !

 

SAM_0730

Une ludothèque qui a très bien marché, nous n’avons pas vu l’heure tourner ! Il est l’heure du goûter, nous sommes une petite vingtaine et pourtant le gôuter se passe très bien, il fait toujours aussi beau et le sirop de fraise est bienvenue !

SAM_0773

Allez à la semaine prochaine !

Jardin

Aujourd’hui au jardin nous avons pu profiter des premiers rayons de soleil. Adelina, Denisa et Pisi ont arroser les fleurs.

Eric et Franck ont entrepris la construction d’un bac à fleur avec des palettes. Ensuite il ont rempli les brouettes de compost que Kevin et Madaline ont déposés sur la parcelle du fond. Nicolae et les enfants ont plantés des pivoines rouges et roses. Nous avons pris le gouter, le gâteau orange/amande préparé par Zorah était délicieux.

Le jardin est magnifique en ce début de saison, nous invitons tous les Robinsons à venir le découvrir et participer à la bonne humeur et au partage!

Wissous

Aujourd’hui,

Nous sommes arrivées à Wissous avec Leïla, Pauline, qui venait pour la première fois, et moi, Charlène. Les jeunes nous ont rapidement aidés à nous préparer. Ils se sont aussitôt installés sur les tapis pour élaborer d’originaux édifices architecturaux à l’aide de kaplas ou bien pour jouer à la dinette. Quelques mamans se sont installées avec nous pour discuter et participer aux jeux des enfants. Un moment agréable et détendu où les jeunes ont pu laisser aller leur création. Avec les jeux en bois ils testent l’équilibre et la stabilité avec patience. Et peu importe la création du voisin chacun fait selon son idée et son envie.

100_0398

Tout le monde s’est ensuite installé sur les tables bleues pour écouter Leïla expliquer le projet de créer un journal tous ensemble, où chacun pourrait faire un article sur ce qu’il lui plait.

100_0355

Stylo ou pastel en main, enfants, ados, et mamans se mettent à écrire des poèmes, des recettes,  des histoires et à dessiner. Chacun semble passionné par la création de son  article, s’est très agréable.

100_0372

Nous avons ensuite rangés tous ensemble et nous avons pris le gouter préparé a l’attelier cuisine du mardi.

À bientôt.

Mardi 7 avril

C’est le retour du beau temps et nous comptons bien mettre du soleil dans les gâteaux de la semaine ! Avec Zohra, nous nous sommes amusés à « surfer » sur internet à travers les sites proposant tout pleins de recettes gourmandes. Ce fut un atelier cuisine 2.0 ! Zohra avait un souvenir d’un gâteau d’enfance qu’il fallait imbiber de fleur d’oranger et de sirop d’orange, cependant il lui été impossible de se rappeler de la recette ! C’est alors que nous avons fait appel à notre cher ami Google. Zohra mamie fut très impliquée et intéressée dans la recherche sur internet, elle qui m’a confiée ne pas savoir utiliser un ordinateur. Pari réussi nous avons retrouvé la recette et avons pu commencer à cuisiner.

SAM_3560

Lancés dans cet atelier mi cuisine mi numérique, nous avons réalisé encore tout pleins de gâteaux : marbrés au chocolat façon grand mère, un sweet orange cake ainsi que des biscuits au lait concentré…

Oser le bonheur public

« Société de bonheur privé et de malheur public », Jean Viard

Sans qu’on ne sache vraiment pourquoi , il semble toujours admis, évident , incontournable même que l’idée du bonheur renvoie à notre vie privée.

Ainsi toute représentation que nous en avons concerne des domaines qui s’affirment d’abord par leur rupture vis à vis de la vie sociale et collective: tourisme, vie sentimentale, habitation, intérieur, tout ce qui est « cosy », tout ce qui nous renvoie sur nous même, tout ce qui nous permet d’échapper au monde.

SAM_0679

L’image du bonheur nous est présentée dans une première voie comme un repli, un refuge, une consolation.

Société et bonheur de consolation…

Les jeunes des cités d’ici rêvent de Dubaï et de marchandises de prestige. Le bonheur serait un grand centre commercial qui leur serait ouvert, mieux qui leur ressemblerait. Les familles plus bourgeoises rêvent de tourisme, d’expériences à se partager en privé et en famille. Curieusement pour les uns comme pour Le bonheur prend de multiples dimensions; mais toujours, il serait bonheur par sa rupture avec notre vie publique et sociale du moment. On jouirait de son temps en parvenant à le consommer; à se fabriquer du souvenir de rêve; on se consomme soi même en croyant s’offrir le monde.

Société et bonheur de consolation.

D’où vient que le bonheur nous renvoie toujours à des images de vie privée? D’où vient que la vie publique , sociale , immédiate se présente à nous comme ce qui nous perdrait, nous épuiserait, ce dont il faudrait s’évader? D’où vient que nous sommes incités à habiter davantage nos rêves que nos vies; davantage le lointain que l’immédiat, la solitude plus que la société?

Éloignement ou rêve, le bonheur nous est toujours présenté comme une rupture. C’est une invitation perpétuelle, une tentation à regarder ailleurs.

L’image de la vie publique , de la vie sociale qui ressort d’une telle partition est catastrophique.  Cette vie là ne serait acceptable que si elle est la plus réduite, la moins encombrante possible.

Nous sommes invités non pas à changer nos vies, mais à nous retrancher d’elles, de la manière la plus confortable ou la plus rassurante possible.  Nous sommes privés de limiter nos rêves à la taille de nos vacances, de nos appartements ou de nos petits jardins.

Les précaires, eux , sont passés de l’autre côté du miroir; pour eux , l’illusion de la vie privée s’est écroulée; elle ne les a en rien protégés contre la violence économique , sociale et politique qui nous entoure. Les précaires ne peuvent plus croire aux mêmes sirènes, aux partitions artificielles; ils ont fait l’expérience de l’unicité de la vie.

De fait ils peuvent s’offrir le luxe de rechercher un bonheur collectif, communautaire, public. Ayant déjà perdu, ils ne redoutent plus la dépossession.

De vendredi à lundi : STAGE DE PEDAGOGIE A BUNO

Pour cette nouvelle édition, le stage de Pédagogie Sociale s’était fixé un objectif; définir les bases communes, les ressorts, les outils de toutes les expériences en cours de pédagogie sociale que nous représentons.

Une édition réussie avec vingt huit participants , de nombreuses expériences représentées (Grenoble, Saint-Etienne, projets à Champigny, etc). Une édition productive avec la création d’un abécédaire des bases en Pédagogie Sociale, mais aussi une « charte », un « manifeste » de toutes nos actions.

chateau3

Ces travaux ont été l’occasion de témoignages, échanges. Nous n’en avons pas oublié pour autant la joie de se retrouver, la convivialité.

chateau2

Les Robinsons étaient de la fête, venus samedi en groupe, présents de nouveau dimanche, participant aux ateliers cuisine, s’occupant des plus jeunes, témoignant de leurs pratiques.

chateau1

 

Samedi à la Villa Saint Martin :

Nous sommes venus en avance pour cacher les enveloppes de la chasse au trésor version Pâques, sans que les enfants ne voient. Sauf que ceux de Champlan sont en avance, et suivent chacun de mes faits et gestes. Je dois ruser et même courir pour aller acheter un lapin géant en chocolat.

Notre atelier commence timidement et pendant un moment, je me dis qu’on va reporter la chasse à l’œuf à un autre jour.

Je m’installe avec Cani pour jouer au « qui est-ce » Imen nous rejoint tout-de-suite et aide Cani, qui joue pour la première fois : « est ce qu’il a des cheveux, est-ce qu’il a une moustache ? » Petit à petit, on se rapproche de la vérité !

Après deux parties, Cani en a assez et change de jeu. Elle choisi les cartes de Dora, ou une image est associée à son nom en français et en anglais. On décide de faire jouer au jeu du Memory avec et à chaque fois qu’on retourne une carte, on répète le mot en anglais pour l’apprendre : « boat, binoculars, map, key », voilà tous les mots que répètent Imen, et je ne doute pas que Dora doit être un de ses dessins animés préférés !

SAM_0658

Petit-à-petit, le groupe d’enfants grossit et je me dis qu’il est temps de lancer notre grand jeu.

Après avoir précisé que l’on joue tous ensemble, qu’on tient les petits par la main et qu’on s’attend les uns les autres, je lance la première énigme. Chaque énigme correspond à un lieu à la Villa Saint Martin et pour toute bonne réponse, l’équipe reçoit une ou plusieurs pièce de puzzle qui aidera à trouver le lieu ou est caché le trésor.

C’est pas toujours évident de trouver la réponse ou de l’attendre sans partir dans tous les sens. Mais je laisse faire, les plus grands garçons, trop sûrs d’eux, courent au mauvais endroit mais se rendent compte bien vite qu’ils ne sont pas suivis. Certains qui n’ont rien compris au film et qui sont trop pressés, pensent encore trouver des œufs, au détour d’un immeuble ou derrière un arbre ! Raté ! Ils devront attendre !

SAM_0679

Après 6 énigmes résolues, des fous rires, des cris et des exclamations mais aussi après s’être rué sur Cosmin, qui était une des réponses, après être passé de la savane à la cave, les enfants ont du réaliser une grande pyramide pour obtenir la clef du sésame : le DAEV ! Son énigme était : « Il joue, il dessine, il chante, il fait de la musique, il fait même la cuisine et surtout, il rassemble les Robinsons ! »

A l’intérieur du coffre peint par les enfants la semaine passée, le lapin géant et pleins de petits œufs en chocolat !

SAM_0704

Au début de l’atelier, nous avons préparé une mousse au chocolat que nous dégusterons et partagerons ainsi que tout le reste.

SAM_0722

Pour mémoire et pour vous divertir, vous qui avez raté cette grande chasse à l’œuf, voici les autres énigmes . Pas évident si vous ne connaissez pas la Villa Saint Martin, ni Cosmin…mais essayez quand même !

1/Je suis poilue, je vois très bien, je fais de la soie et fabrique des fils sur lesquels tu aimes grimper !

2/Le corbeau y tient son fromage dans son bec mais aujourd’hui, c’est une nouvelle énigme qui s’y trouve.

Un jour, avant de travailler avec nous, Leïla y a fait un spectacle !

3/Il y fait plus sombre, on peut s’y cacher. C’est plus bas que le sol où sont actuellement tes pieds. Pour y aller, il te faut emprunter des « mmm » sans te « casser le bout du nez » comme dans la chanson !

4/Il est…… Parfois, il est ici, parfois au jardin. Il ne fait pas beaucoup de bruit, des fois même, on ne l’entend pas. Mais vous le connaissez tous !

5/Il existe tout prêt d’ici, un endroit où une bête sauvage pourrait t’attaquer. Tu serais alors une proie facile comme les gazelles.

6/Il existe un endroit plus sombre, voire lugubre, que le recoin de l’escalier, mais c’est aussi un endroit où l’on peut trouver des trésors ! Mais s’il te manque quelque chose, tu le trouveras peut-être dans ma poche… ou dans celle du voisin.

 

Vendredi 3 avril 2015

Jardin Saulx-les-Chartreux

Cet après-midi, nous arrivons sur notre lieu de rendez-vous où les autres nous attendent comme d’habitude et nous sommes contents de se retrouver aujourd’hui car malgré la pluie nous arrivons très heureux sur le terrain de Saulx, où nous devons nous préparer pour la période la plus importante de l’année où il nous faut plus de temps que d’habitude pour réussir les plantations cette année en cours pour donner envie au gens qui nous accompagnent dans nos activités quotidiennes de venir de plus en plus et dans un nombre plus augmenté.

SAM_0648
Du coup aujourd’hui nous avons creusé autour du puits pour que les enfants ne puissent pas accéder et ne rien risquer et prendre nos précautions avec eux. Ensuite nous avons entouré les piquets avec du fil de laine pour rendre visible la fermeture des parcelles et vite après ça nous sommes allés nous abriter sous la serre car la pluie à commencé à tomber et à tomber sans cesse.

SAM_0653

Et l’heure du goûter est arrivée et nous profitons de ça sous la serre avec nos verres bien chauds entre nos mains pour se réchauffer.

SAM_0649

La Rocade

Une Rocade très serrée sous deux tentes. Une tente pour les petits, une tente pour les jeux de société et un porteur de parole accroché aux grilles du chantier d’à côté.

Il y a eu des mikados, il y a eu un Times Up fait maison, il y a eu de la photo et de la réflexion. Aujourd’hui, pour porter la parole, la question était « la famille, c’est quoi ? ». Encore une fois, nous avons eu différentes réponses: « c’est ce que ta de plu chère », « C’est des gens qui s’aiment », « des pères des mères des frères des sœurs » par exemple. Certains ont mis un soin presque zélé à écrire leurs réponses aux feutres à peinture de toutes les couleurs pendant plus d’une heure.

Avant l’arrivée des plus petits, il y en a qui prennent la tente petite enfance pour une arène de lutte. Mais le lieu est ensuite réapproprié par les mamans et les petits qui jouent à la dinette, Laura lit des histoires avec Sidi qui s’endort dans ses bras. Aline relance son atelier créatif, où elle fait ses toiles d’araignées en laine. Sa table se remplit très vite d’enfants contents d’apprendre ou d’apprendre aux autres pour ceux qui ont déjà les bases. Et non, il n’y a pas que des filles au tricot ! Certaines araignées sont très jolies.

Dehors, il y a un foot boueux, les enfants jouent seuls au ballon et je m’aperçois encore du rôle important que nous jouons en venant ici car j’entends dans ce clan indépendant que l’insulte est facile et les coups aussi. J’interviens, épaulé des mères de ces mini joueurs de foot qui prennent le jeu un peu trop au sérieux.

La pluie tombe toujours et toujours elle ne s’arrêtera pas de la journée, donc nous sommes encore serrés pour le goûter.

Jeudi 2 avril 2015

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Ouf, la pluie , la pluie et encore la pluie , ça te donne pas envie de travailler ou de faire quoi que ce soit, sur une journée pluvieuse comme celle-ci, mais « les Robinsons » , sont à l’heure du rendez-vous et au lieu de rendez-vous pour une nouvelle séance de jardinage malgré tout ça.

100_0280

Nous commençons l’aprém, en s’abritant sous la serre car il fait vraiment moche, mais petit-à-petit on commence à sortir de nos coquilles, et aller couper des petits morceaux de bois pour en faire des piquets pour entourer les parcelles de fruits rouges et ensuite essayer de renforcer le portail du côté chemin pour une meilleure ouverture et fermeture de la porte.Cependant, les adultes me font part de leur souhait d’aller visiter le parc de Beauval « parc des félins », car ils aimerait faire une nouvelle sortie pour prendre l’air et consacrer un petit moment à discuter ensemble de nos projets pour le jardin cette année et peut-être qui sait ? On pourra faire un coin et une petit cabane pour élever des poules !, disent-ils.

100_0278

Mais pas mauvaise comme idée mais tout d’abord on va voir ce qu’ils en pensent les autres et ensuite voir si nos finances nous permettront de faire un tel pas, mais nous n’en discutons plus car l’heure du goûter est venue et nous en profitons.

100_0277

Tchaooo!

 

Au skate-park :

Une poignée d’enfants pour une poignée de rires et d’anneaux lancés en l’air ! On a un nouveau jeu : il faut jeter des anneaux sur des plots qui ressemblent à des crayons. C’est un jeu d’adresse sympa à faire quand il fait un peu froid et qu’on ne veut pas se geler les fesses sur les tapis !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mais c’est pas facile, alors on réinvente les règles ; on lance les anneaux en l’air, jusqu’au ciel, ou sur Aline, c’est tellement plus drôle. Ou alors on triche : « ferme les yeux Aline ! » Et les anneaux comme par magie se retrouvent sur les plots !

On s’installe ensuite sur les tapis pour jouer un peu tout en écoutant de nouvelles histoires, qu’Aline nous raconte. Il y a « le panier d’osier » et « Miss Petipotin et le Renard Charmant ». C’est des bouquins de Cécile Alix, notre copine qui était venue faire des jeux de théâtre et d’expression sur nos ateliers. Et bah, maintenant elle écrit des livres et nous en a envoyés plusieurs. C’est chouette. Merci Cécile !

SAM_0626

Pauline découvre le fameux croc-carotte avec les enfants, puis leur propose une partie de Uno ; Après quelques coloriages, les garçons vont se dégourdir les jambes et se font quelques passes et tirs-au-but. La pluie nous a épargnés et nous avons finalement bien profité !

 

Massy

 

La pluie n’était pas de notre côté encore une fois… Est-ce que nous allons avoir des enfants ? là était la question. Nous mettons une seule tente car nous n’espérions que très peu d’enfants. 16h l’installation de l’atelier est fait. Des enfants passent, nous leurs parlons de l’atelier, mais nous avons pour seul réponse « peut-être après » ou alors « mais vous ne devriez pas venir sous la pluie ! ». Bref ça ne s’annonce pas terrible… 16h30, toujours personnes… 16h45 les premiers enfants pointent enfin leurs nez, YES.

2015-04-02 16.46.39

Nous jouons au Monopoly avec les quatre enfants présents pendant que d’autres jouent à « ni oui, ni non ». Les mamans regardent leurs enfants s’amuser. Il y a une bonne ambiance et les enfants sont très agréables. Seulement, vu l’heure à laquelle les enfants sont arrivés nous avons très peu de temps pour jouer et il est déjà l’heure du goûter ! Nous décidons tous ensemble de manger sur les tables et les responsables de goûtés sont désignés sans cris. Nous rigolons bien pendant le goûter, tous le monde parle ensemble de ce qu’ils mangent à la cantine… Génial comme moment ! Les enfants demandent si nous ne pouvons pas venir tous les jours et de rester jusqu’à 19h00, nous leurs expliquons que ce n’est pas possible car nous sommes basés sur Longjumeau mais que le jeudi il faut venir plus tôt !

2015-04-02 17.20.21

Encore un super moment passé à Massy malgré un temps qui n’était pas en notre faveur et peu d’enfants. Ils font passer le mot à leurs copains et les troupes devraient s’agrandir aux beaux jours !

2015-04-02 17.38.25

Allez on range et on repart au local se réchauffer les pieds !

 

Ballainvilliers :

Cet après-midi, nous avions la visite d’une étudiante en journalisme venue faire la connaissance des enfants de Ballainvilliers et de notre travail sur les camps pour écrire un article sur les obstacles à la scolarisation des enfants roms…en effet, les enfants du camp de Ballainvilliers ne sont toujours pas scolarisés et, à peine sont-ils arrivés sur ce camp que toutes les familles ont déjà reçu un avis d’expulsion de l’huissier. Dans ce contexte d’instabilité radicale, il est difficile de se projeter, même dans le court et le moyen terme…

SAM_3514

Nous proposons des ateliers hebdomadaires autour de la pré-scolarisation depuis déjà un mois et prévoyons d’accompagner les familles ayant des enfants en âge d’être scolarisés à la mairie de Ballainvilliers mardi prochain pour demander leur inscription dans les écoles de la ville. Nous referons le point suite à cette rencontre.

SAM_3531

En attendant, on apprend à écrire, à peindre, à jouer et à s’exprimer par tous les moyens possibles !

SAM_3508

Cet après-midi, on a fait des exercices d’écriture et de motricité fine (exercices pour apprendre à tenir un stylo, peinture, collages…) puis après de gros efforts de concentration, on s’est défoulé en faisant du cirque : pédalettes, assiettes chinoises, balles, massues, anneaux et diabolos sont venus s’envoler dans les hauteurs de l’usine et colorer l’ambiance.

SAM_3493

Les plus petits ont fait les cuistots en jouant à la dînette ; ils se sont pris pour de vrais chefs et ont inventé toutes sortes de recettes sucré-salé !

SAM_3548

Puis en fin d’atelier, comme d’habitude, nous avons partagé un bon goûter avec des petits croissants fourrés, du chocolat chaud et des carrés de chocolat…pour finir dans le calme et la convivialité.

Mercredi 1er avril 2015

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Merveilleuse journée aujourd’hui et chaleureuse, malgré le fait que le soleil a été présent mais nous a montré aussi ses dents et son souffle froid du printemps, mais même comme ça les enfants ont été très impliqués et concernés de la situation du jardin et de la récolte de cette année , car eux aussi espèrent avoir une bonne récolte et pour cela cet après-midi, ils se sont donné beaucoup de mal à travailler pour en partager la récolte à venir.

SAM_0613

Nous avons aussi fait une petite promenade dans les bois pour en récupérer des piquets pour délimiter les parcelles et du bois pour le feu.Les enfants étant de bonne humeur et de bonne volonté, ça a rendu la journée plus agréable et ensemble dans une bonne rigolade nous avons aussi semé des carottes en pleine terre et ensuite nous les avons arrosées, mais aussi les fruits rouges nous les avons bien entourés avec du BRF pour le rendre plus visible et ainsi ne pas avoir à désherber la parcelle.

SAM_0612

Sous un ciel bleu marine, un vent un peu agressif, et un soleil un peu peureux de faire son apparition derrière les nuages le temps passe vite et la journée agréablement belle car encore une fois le travail en équipe s’est montré fertile.

SAM_0590

Mais malgré le temps passé ensemble, l’heure du goûter arrive et nous le savons que très bientôt nous allons nous séparer mais avec une promesse de se revoir très bientôt!

SAM_0602

 

Wissous

Nous sommes arrivées avec Leïla à 14h00 sur le camp, il neigeait beaucoup, nous avons eu du mal à garer le camion avec  ce brouillard froid… Évidemment nous sommes le 1er avril (poisson d’avril !!). Le temps était de notre côté, il faisait plutôt bon. Nous avions peur de la pluie. Les enfants ont couru jusqu’à nous, cette accueil chaleureux, je ne m’en lasserai jamais ! Ils nous ont aidés à porter les affaires puis nous avons commencé à installer l’espace petite enfance. Il n’y avait pas beaucoup d’enfants, nous nous demandions où ils étaient … Un à un ils commencèrent à montrer leur nez. Nous avons commencé par faire un accroche-décroche, les enfants connaissaient déjà les règles, le jeu à donc pu vite démarrer. Mais peu à peu les enfants quittaient le jeu car leurs parents les appelaient pour manger, nous avons donc dû interrompre le jeu.

100_0238

Qui dit 1er avril dit poisson d’avril !!! Nous avons donc fabriqué des poissons avec des assiettes en cartons, les enfants se sont mis dedans à leur rythme, alors que certains avaient déjà fini, les jeunes commençaient tout juste. Il y a plein d’énergie à Wissous,  c’est génial !

100_0248

Nous avons ensuite voulu voir où les enfants en étaient dans l’écriture, nous avons donc collé les poissons et tenté de parler du pourquoi la création de ces poissons, mais cela n’a pas été simple ! Florentina n’était pas si joyeuse que d’habitude car elle avait raté son contrôle d’anglais. Nous lui avons expliqué que c’était normal au début, que ça irait de mieux en mieux.

100_0259

Nous avons ensuite pris le goûter tous ensemble et choisi le chef de goûter ne s’est pas avéré tâche simple car tout le monde voulait le faire, nous avons donc dit au final à Valentin et Amalia de le faire. Autour de pâtisseries roumaines et d’un chocolat chaud, les enfants se sont régalés ! Au top cet après-midi.

Allez on plie bagage car il est l’heure de rentrer et on vous dit à bientôt !!

 

Bel Air:

Nous y étions à 14h, Laura, Cosmin et Pauline étaient présents. Nous avons installé deux tapis avec les jeux : échecs, Mikado, Uno, ballon, les Legos. Au départ, 4 enfants étaient présents, nous avons au départ fait une balle au prisonnier qui a attiré un nouvel enfant. Puis nous avons enchaîné avec un match de foot, avec les enfants de départ, puis d’autres enfants sont ensuite arrivés pour participer au match de foot. La majorité des participants étaient des garçons, juste une fille faisait partie du match.

SAM_3478

Les deux autres filles présentes sur le terrain de jeux ne souhaitaient pas jouer avec nous. Après, nous avons joué au « chat » avec les mêmes enfants. Après ces jeux, il fut difficile de motiver les enfants à jouer, peu d’entre eux étaient motivés pour jouer.

SAM_3482

Beaucoup se dispersaient et s’éloignaient et ne souhaitaient pas participer aux jeux malgré nos sollicitations. Par ailleurs, plusieurs enfants perturbèrent les activités en jouant avec des allumettes et en les jetant sur d’autres enfants. Laura est intervenue pour mettre fin à cette situation.

SAM_3485

A 16h15, le goûter a commencé, l’ensemble des enfants sont venus ainsi que des enfants qui n’étaient pas là pendant les activités. Laura a fait part de son mécontentement devant ce manque de communication des enfants et les a questionnés sur le type d’activité qu’ils aimeraient faire la semaine prochaine, mais ils n’ont rien répondu. Après avoir mangé, les enfants sont partis rapidement, certains sans dire merci.

 

Mardi 31 mars 2015

« Disco-soupe » à Massy :

Cet après-midi, nous avons co-animé avec les villes de Massy et Antony ainsi que l’association ….

100_0224

Une « disco-soupe » ! Mais qu’est-ce qu’une disco-soupe ? Le principe commence à se répandre…on récupère les fruits et légumes en fin de marché dont les commerçants se débarrassent et on en fait smoothies et soupes de toutes sortes, dans la musique (disco ou autre !) et surtout dans la bonne humeur et la convivialité.

100_0214

De nombreuses personnes étaient au rendez-vous dès le début de l’après-midi pour  une séance géante d’épluchage et coupe de fruits et légumes. Il y en avait plein et de toutes sortes : fraises, laitues, pommes de terre, choux de Bruxelles, navets, poires, pommes, menthe, brocolis, carottes, poireaux!

100_0209

 

La Révolution que nous sommes

Si la révolution concerne l’avenir, alors elle n’est rien. Je me consumerai en attente, je perdrai mon temps à annoncer qu’elle arrive.  Je me servirai inutilement de son nom pour justifier l’absurdité de mon quotidien ou bien le fait que je supporte ici et maintenant bien trop d’injustices. Y croire m’éloignera de mes contemporains et ne me rapprochera de personne. Focaliser ma vie sur cet idéal risque de m’amener  à négliger mon environnement et mes proches.

Si la révolution concerne les autres, nécessite une quantité de conditions à réunir, si elle attend que tout soit prêt ou propice, alors elle n’arrivera jamais.

SAM_3129

Dans les deux cas, à l’évoquer et l’invoquer , je ne fais que renforcer la résignation et le découragement. Plus je la parle, plus j’en fais une idée et en éloigne le sens; j’en invoque les principes mais cela n’aboutit au final qu’à la faire apparaître un peu plus illusoire, et à en condamner la perspective.

Il ne peut y avoir de révolution que celle qui commence ici; par le détournement de mon environnement, par mon investissement,  mon appropriation, ma préoccupation de celui-ci. Par mon renoncement à rêver d’utopies et de cadres plus propices, …

Il ne peut y avoir de révolution que celle qui commence maintenant ; que j’engage donc par moi même et sans attendre, même à contre courant , même dans une période apparemment défavorable.

Il ne peut y avoir de révolution qui ne commence par créer un sens à la faire.  Il est perdu le temps des idéologies sur-mesure, des paradis standardisés, des mots vagues , mais admis par tous: communisme, autogestion, justice, égalité. Aujourd’hui , c’est ici et maintenant que nous avons d’abord à bâtir des raisons d’agir.

On ne défendra ni ne revendiquera le partage, la solidarité, la liberté si on ne les a pas connus, même en petit; si dans notre parcours nous en avons été empêchés, à tous les étages, même dans les institutions qui en faisaient l’éloge. On ne défendra ni ne revendiquera la liberté d’expression si tout en nous n’a inspiré que des « Tais toi ! « . On ne défendra, ni revendiquera la liberté d’apprendre et de produire des savoirs si on nous a toujours déclaré mauvais et incompétents.

Notre première tâche est de donner du sens, du corps, de la réalité à ce qu’on prétend souhaiter.

Loin de cette chape de plomb que nous inspire l’impasse de notre système politique , de la confiscation des pouvoirs toujours par les mêmes, de l’épuisement de la délégation, de la représentation, nous devrions nous apercevoir de ce qui change déjà , juste par nous mêmes.

La révolution, c’est ce que nous sommes: elle n’est ni avenir, ni idéal, ni lointaine espérance, encore moins une croyance; elle est ce que nous faisons , ce que nous disons, écrivons, partageons.

Elle est déjà là parce que nous sommes là, que les ateliers fleurissent, que nos idées se répandent, et que nous nous rendons compte, jour après jour, qu’elles « gagnent » la pensée commune, qu’elles sont de plus acceptées, reconnues.

A bien y penser, la révolution n’est ni une activité, ni un projet:  elle est le sens qu’on donne au monde. El le monde en ce moment en a grand besoin.

Nous sommes la révolution à chaque fois que nous mettons en oeuvre des actions ouvertes à tous, dans un monde qui se ferme; nous sommes la révolution à chaque fois que nous basons notre jugement sur notre expérience et non sur ce qu’on nous dit; nous sommes la révolution quand nous créons des actions éducatives et sociales inconditionnelles; nous sommes la révolution à chaque fois que nous refusons l’usage du contrat, la dictature des projets, et toute évaluation dont nous n’avons pas créé les critères.

Nous sommes la révolution quand nous osons le gratuit , quand nous refusons la punition, l’exclusion. Nous sommes la révolution quand nous n’attendons pas pour agir, la réciproque, le paiement le retour ou l’autorisation.

Nous sommes la révolution qui est déjà là…

Dimanche 29 Mars 2015

au jardin:

Motivation, motivation… Dur dur ce matin, avec le passage à l’heure d’été et la pluie, il nous faudra chercher l’énergie au fond de nous….pour travailler au jardin, parce que pour s’amuser ou se disputer, pas de problème, il y a de l’énergie à revendre !

Bilan de la journée : nous avons planté tous les plants de cassis, de groseilles et de mûres. Cette année nous misons sur les fruits rouges pour pouvoir faire des tartes et des confitures à gogo. Pour le cassis, nous expérimentons : nous avons acheté des plants mais nous en avons bouturé d’autres et attendons de voir s’ils prennent. Nous les avons tout-de-même mis en terre aujourd’hui comme les autres.

SAM_3433

Nous avons également repiqué des petits fraisiers, qui repoussaient de l’année dernière, mais au fond du jardin car il faut les changer de place tous les 2 ans.

Les garçons ont redressé la barrière avec Laurent, entre deux tours de balançoires. Zohra, qui avait loupé le départ à cause du changement d’heure, restera au jardin avec Laurent et Hélène, après notre départ, pour finir de débroussailler les pieds des arbres fruitiers. Pour le reste du groupe, il est grand temps de rentrer, tout le monde en a plein les bottes, y compris Charlène et moi, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. Les enfants sont fatigués d’avoir râlé les uns sur les autres et nous de les avoir entendu râler toute la journée.

Eh oui, on ne peut pas toujours faire un bilan positif et édulcoré de nos actions. Les enfants ont eu bien du mal à partager aujourd’hui. Partager un moment était déjà compliqué alors les bonbons, les merguez, ou la balançoire, n’en parlons pas !

SAM_3444

SAM_3445

Espérons en tout cas que les enfants aient écouté un minimum malgré l’interruption de la sorcière !

Samedi 28 Mars 2015

Villa Saint-Martin:

Nous sommes arrivés sur la Villa Saint-Martin sur les coups de 14h et le vent n’était pas du tout de notre côté… je sens que nous allons courir derrières les choses qui volent. Il y a aussi l’herbe qui est mouillé, nous décidons de poser bagages autour de « l’araignée ».

Océane est à la cuisine et, accompagnée de ses trois cuisiniers, ils se mettent à la préparation d’un gâteau pomme chocolat, le vent nous fait courir derrière tous les instruments de cuisine mais les pâtes à gâteau sont très belles !! Au bout de 30 minutes nous les enfournons en espérant que le four les cuit à temps, croisons les doigts…

SAM_3387

Pendant ce temps là, Laura est à l’atelier petite enfance .

Nicolae est à l’atelier jeux de société. Il joue avec les enfants à TIC TAC BOUM et il perd même contre des enfants de 8 ans ah ah. On entend des rires et des cris, l’atelier ce passe très bien, ça s’entend.

SAM_3406

Thibault quant à lui prépare la grande chasse aux œufs du week-end prochain.  Avec les enfants ils font un coffre au trésor ainsi que des pièces. Le résultat est super malgré le vent qui fait sans cesse tomber les bouteilles de peinture. Les tables sont marron mais les pitchouns ont adoré participer à cette atelier création.

SAM_3386

Enfin à l’autre bout on voit Charlène avec un groupe très calme, mais que font-ils ? Eh bien en s’approchant ont peut voir qu’un atelier de bijou créatif est mis en place et je reste bouche-bée face au résultat, c’est vraiment super ! On pourrait peut être lancer une boutique de bijou, il y a de vraies perles parmi les enfants !

SAM_3388

IL EST L’HEURE ! Conseil du quartier, sujet du jour : la préparation de la chasse à l’œuf, ce que nous en avons sorti, c’est que la mousse au chocolat sera le menu de ce samedi après-midi ! Génial, j’adooooore ça !

SAM_3419

Le goûter se passe très bien, les enfants restent assis en attendant qu’on leur serve leur part de gâteau et leur jus d’orange ! Tout le monde se régale, il parait que le gâteau est excellent ! Youpi !

Il est l’heure de ranger, allez à la semaine prochaine les ptits loups !

Villa St. Martin/ parcelles

Une belle après midi commence sur la Villa St. Martin à ce jour et très contents nous sommes car les enfants ne manquent pas à l’appel et sont là pour nous accueillir encore une fois, et comme d’habitude très chaleureux.

 

20150328_144553

Dès notre venue, Cosmin prend son petit groupe de garçons et ils commencent à se rendre vers nos nouvelles parcelles avec leurs outils sur le dos, comme des vrais paysans jardiniers pour inaugurer l’ouverture des parcelles en mettant le dazibao qui annonçait leur mise en plantation par l’association avec les adultes et enfants qui sont intéressés par le jardinage tous les samedis après-midi a partir de 14h00.

20150328_143038

20150328_150830

Mais les enfants veulent bouger et un peu avant le goûter font leur apparition bien contents de leurs minutes passées en train de jardiner.

Au revoir !Espace ados

Un espace ado essentiellement cuisine aujourd’hui. Nous retrouvons nos habitués : les Bamba (Awa, Lossenie, Nabintu, Najamie) et nos jeunes du camp de Champlan (Iosiv, Ronaldo, Ionut, Cosmin et pour la première fois Andrei). Nous commençons avec des crêpes, et Iosiv commence des gogosh. Nous apprenons deux-trois trucs au diabolo, il y a aussi une petite session boxe, mais il ne faut pas longtemps pour que de vrais coups maladroits soient portés.

SAM_0545

Les Bamba sont arrivés avec une idée de boule anti-stress. Ils se sont emparé de ballons de baudruche auxquels ils ont fixé un entonnoir à l’embouchure. Ils ont mis de la farine dans l’entonnoir et entrepris de faire couler la farine dans le ballon afin de le remplir le plus possible de farine. Le travail est fastidieux, ça se bouche, ça coule lentement et avec l’air du ballon, la farine à tendance à provoquer de petites explosions. Mais le résultat final est plutôt satisfaisant, la sensation ressemble effectivement à celle d’une boule antistress.

SAM_0549

La cuisine terminée, nous avons goûté dans la salle du haut et regardé les photos de la soirée conviviale d’hier soir sur le vidéo projecteur ainsi que les vidéos de danse. Lors du goûter, l’ambiance est tendue, les Bamba ne veulent pas manger ce que les jeunes de Champlan ont préparé (sauf Najamie et sa légendaire impartialité. Ils disent qu’ils n’ont pas faim, mais le racisme est palpable alors nous le nommons. Il n’y a pas de protestation mais ils continuent de faire la tête.

SAM_0537SAM_0542

Nous espérons que d’avoir prononcé le mot les fera réfléchir à ce comportement, nous leur faisons un petit sermon qui ne mène pas bien loin. Ce racisme est bien sûr des deux côtés, il y a des remarques inacceptables. Nous aimerions voir les jeunes apprécier se rencontrer, se faire découvrir de nouvelles façon de jouer, de cuisiner, de danser, de discuter et ne pas venir entre amis ou familles de consommateurs en critiquant la cuisine de l’autre. La semaine prochaine nous indiquera peut-être des évolutions.

La Rocade :

Le beau temps est de retour à la Rocade, malgré une grosse journée pour la préparation de la soirée conviviale et une petite fatigue d’équipe de fin de semaine, nous avons trouvé les ressources et l’envie de proposer tout plein d’ateliers.

Malgré les petits aléas du quotidien et de chacun, nous avons tous au fond de nous l’envie de faire plaisir, l’envie de donner, de recevoir, de partager… car le sourire d’un enfant joyeux et heureux est un des meilleurs remèdes. À chaque fois que je vais à la rocade le vendredi, cela me rappelle les Kermesses de mon enfance. J’ai envie de dire que l’atelier de rue de la rocade est en quelque sorte une Grande Kermesse socioculturelle ! Leila a installé une slack-line.

SAM_3316

Les enfants ont pu jouer avec la gravité et tester leur équilibre, pas facile. Pour les moins débrouillards mais d’autant plus courageux, Leila est restée non loin de l’installation afin de proposer un soutien, un appui, tel un tuteur.

Iasmina et Laura ont sorti les jeux d’éveils, de sociétés et les livres. Elles ont accueilli les enfants chaleureusement pour un espace calme et de détente. Nous avions mis quelques tables et chaises afin que les parents puissent s’installer et discuter ensemble autour de boissons chaudes.

SAM_3325

Aline, avant de partir préparer le spectacle de ce soir, a accompagné une maman qui voulait élaborer une activité manuelle et artistique avec les enfants. C’est une initiative qu’on aime et qu’on encourage, les enfants aussi d’ailleurs vu le nombre qu’ils étaient sur le tapis !

SAM_3334

Avec Tito nous avons continué le projet de « porteur de paroles », mine de rien l’atelier prend de l’ampleur et les enfants jouent le jeu. Aujourd’hui notre question philosophique a était « L’injustice, c’est quoi ? »

SAM_3306

Le thème a vraiment interpellé les enfants, tout plein de choses ont pu être écrites et exprimées. L’école, le racisme, les injures et les moqueries ont été traités. Nous avons fait un grand jeu pour conclure la journée, pour rester dans le thème de « l’injustice », nous avons joué au « Douanier, contrebandier ». Les enfants en très grand nombre, à vrai dire il n’y avait pas assez de chasubles se sont amusés et défoulés. Les contrebandiers ont gagné, est-ce un comble le jour où l’on questionne l’injustice ?

Vendredi 27 mars

Jardin de Saulx:

Une belle journée s’annonce aujourd’hui et sans trop tarder nous ne restons plus et nous partons vers le lieu de rendez-vous pour récupérer nos amis et ensuite prendre SAM_7812l

e chemin ensemble qui emmène au jardin de Saulx.

SAM_7817

Dès notre arrivée nous prenons nos vieux outils et petit-à-petit nous commençons à étaler le BRF derrière la serre avec Jessica et Franck, car pendant ce temps Cosmin et Franck étaient en train de ramasser les branches des arbres fruitiers après les avoir coupés nous tous ensemble pour que cette année on puisse avoir une meilleure récolte des fruits.

SAM_7811

Mais malgré tout, le temps passe ensemble l’heure du goûter arrive et nous nous installons à table pour prendre notre verre de sirop et notre tartine chacun afin d’échanger quelques mots sur la séance d’aujourd’hui et l’avancement de la situation au jardin.

A plus.

Soirée conviviale :

Nous étions une bonne cinquantaine de Robinsons du camp de Wissous, de celui de Champlan et des quartiers sud de Longjumeau réunis à l’occasion de cette première soirée conviviale du printemps 2015 !

Ce fut une très belle soirée pleine d’énergie et de nouvelles rencontres entre des personnes de nos différents publics qui n’avaient pas eu l’occasion auparavant de faire connaissance.

100_0290

Nous y avons dégusté des tartes salées et salades mijotées dans la bonne humeur par Océane, Sadio, Mariam assistés de Fatou et même parfois du petit Sidi…excellent goûteur de cet Etat.

Pour présenter la nouvelle saison de jardinage des beaux jours, le groupe des jardiniers adultes (Jessica, Jean-Jacques, Frank et Eric) ont présenté avec Nicolae un diaporama des travaux et productions de notre jardin de Saulx-les-Chartreux.

100_0297

Et en avant-première, nous avons eu un beau cadeau de la part de deux groupes d’ado avec lesquels nous travaillons. Les ados de Champlan avaient préparé un superbe « cajon’s band » pour accompagner à la percussion les ados de Wissous qui nous ont présenté des danses roumaines hautes en couleurs ! On peut dire que ce duo entre musiciens et danseurs a véritablement mis une ambiance de folie dans la salle et, parents comme enfants, qui étaient encore assis autour des tables avaient du mal à tenir en place. On se tortillait de toute part et on a vite fait de plier les tables et de repousser les chaises à la fin du spectacle pour rejoindre les danseurs !

100_0322

De nouvelles familles étaient présentes et ont pu découvrir l’association, nous les y accueillons avec plaisir !

Jeudi 26 mars

Cuisine avec les mamans pour la soirée conviviale:

Ce soir c’est la soirée conviviale de mars, youpi !! Il faut donc préparer à manger pour nos convives. Seulement, peu-à-peu les mamans nous disent qu’elles ne sont pas disponibles pour nous aider, aïe aïe aïe … Heureusement, fidèle au poste depuis des années, Sadio est présente avec comme toujours sa bonne humeur. Sidi est aussi là pour faire plein de bêtises et Fatou ! Nous avons décidé de faire des quiches et des tartes. Nous commençons donc les préparations.

SAM_9343

Sadio s’occupe de la quiche à la dinde pendant que je m’atelle à la préparation de la tarte à la merguez. C’est le moment que choisit Maryam pour venir nous aider !

SAM_9352

On entame la préparation de la tarte au thon et de la salade de pâtes et enfin une bonne tarte au poireau. Tout le monde commence à sentir les bonnes odeurs de tartes, ce qui amène les gourmands à rôder autour… Iasmina et Sidi sont les plus goinfres, mais PAS TOUCHE, tout est pour ce soir !

SAM_9351

Charlène fait des chaussons de chocolat avec Sidi et Fatou, ça me rappelle mon enfance, je suis trop contente !!

En une heure tout est fini, on est de vraies superwoman !! Nous regardons ce qu’il reste dans le local et décidons de faire un crumble et des boules de coco ! Miam Miam Miam on en a déjà l’eau à la bouche… On vous dira demain si les préparations ont été dévorées ….

Tchao !

Skate park

Cet après-midi nous avons installé l’atelier sous une pluie fine et très vite des rayons de soleil sont apparus pour nous réchauffer un peu :) Aline a pris le temps de discuter avec les mamans, leur offrir un thé ou un café, parler de la soirée conviviale de demain, pendant que Virginia a fait des jeux de société avec les enfants. Je (Flora) suis allée chercher les enfants à Croix-Breton pour les emmener rejoindre l’atelier du skate park.

SAM_9327

Plusieurs enfants avaient envie d’aller jouer au skate park alors je les ai accompagnés, on a joué au loup, les enfants ont fait des figures incroyables sur les structures un peu mouillées mais ils étaient très agiles ! Certains ont voulu faire une course alors nous avons organisé une course sur la vraie piste avec chacun un compartiment, c’était top ! Puis est venu le tour de « 1,2,3 soleil » le grand classique dont personne ne se lasse!

Et l’ambiance était très chouette entre les enfants. Virginia a initié quelques enfants au boggle (jeu de lettre sur des dés de lettres), les plus petits cherchaient à reconnaître les lettres et les plus grands à écrire des mots, c’était très ludique et instructif. D’autres enfants ont construit le grand puzzle du jeu de l’échelle, mais ils avaient plus de plaisir à construire et déconstruire le jeu que d’y jouer!

SAM_9318

Puis nous nous sommes tous réunis pour prendre le goûter, il y avait plein d’enfants et tous se sont régalés de chocolat chaud et de gâteau, et je crois bien que les adultes aussi :-)

SAM_9341

 Massy

Aujourd’hui, à Massy, Océane, Iasmina et moi (Quentin) arrivons sous un ciel gris et une bruine malveillante. Nous installons donc deux tentes, une pour les petits et une autre pour les jeux de société. Il faut attendre 16h30 et un peu de communication à la criée pour que les premièrs têtes pointent le bout de leur nez. Nous nous retrouvons avec 5 garçons de 9 à 12 ans et nous jouons au Halli Galli, Dobble,

100_0258

Tic-Tac bomb, selon les règles du jeu. Le plus âgé connait certains jeux et les apprécie et explique les règles aux autres qui sont contents de découvrir de nouveaux jeux.

100_0268

Le Dobble en désempare certains au début car il est difficile de repérer les images similaires d’une carte à l’autre. Puis les réflexes s’affinent, l’œil s’aiguise et la partie s’accélère.

Lors du Tic-Tac Bomb, on apprend des mots. Comme les marques et titres sont autorisés, j’apprends les jeux vidéos.

Une fille apparait, elle vient d’elle-même avec sa mère, comme une habituée. Elles étaient là la semaine dernière. Elle entreprend de ranger toute la dinette et de servir quelques mots virtuels à Iasmina.

100_0269

Nous passons au goûter autour de la table. Les enfants sont participatifs, ils sont étonnés et flattés que l’on serve un goûter de cette façon désintéressée. « J’ai jamais vu ça » me dit Silvio. Nous parlons cinéma. Les enfants sont impressionnés par les films d’horreur, je suis assez étonné qu’ils aient vu L’exorciste, Saw ou Destination Finale. Mais je suis rassuré par la suite, ils regardent beaucoup d’autres films.

100_0278

Nous nous disons à la semaine prochaine, et en partant, les enfants qui ne se connaissent pas forcément continuent de jouer ensemble.

Jardin de saulx :

Ouf, il pleut mais c’est pas grave on va y aller quand même au jardin malgré ça, car nos amis nous attendent comme d’habitude devant le lieu de rendez-vous. Sur notre chemin vers le jardin nous avons pris aussi le groupe des pédagogues qui feront l’atelier de cette après-midi sur le terrain de Ballainvilliers pour les déposer en chemin.

SAM_0523

Nous déposons les collègues et nous reprenons le chemin vers le jardin pour notre séance de jardinage , car nous allons faire beaucoup de semis après la plantation des fraises d’hier après-midi. Du coup on avait pris les pots, le terreau et chacun commence à faire des semis : Franck et moi, des semis de fleurs pour rendre le jardin plus beau, pendant que Eric, Cosmin et Eddy faisaient des semis de basilic citron,et poivrons rouge et vert, arrosé avec précaution par Eddy.

SAM_0519SAM_0520

Mais dehors la pluie n’a pas cessé de tomber, et nous très courageux comme nous sommes, nous sortons pour consolider la parcelle de fraises et ensuite préparer un peu le terrain sous la serre.Tous ça étant dit et surtout étant fait, nous allons maintenant prendre le goûter que nous attendons depuis ce midi.

A bientôt !

Mercredi 25 mars

Wissous:

Nous avons retrouvé les enfants à 14h, et avec leur enthousiasme habituel, ils nous ont aidé à apporter tout notre matériel. Une vraie petite ruche !!!

Nous avons commencé par se dire  bonjour, aux enfants puis à leur famille.

Ensuite, dans la continuité de mercredi dernier, nous avons proposé aux enfants le jeu du Béret, et c’est avec passion que chacune de nos 2 équipes a défendu son camp du mieux possible. Parfois, un enfant ou un adulte oublie le numéro qu’on lui a attribué, et le béret est pris, et on éclate de rire tous ensemble !!!

SAM_3103

Ensuite, on joue à  « accroche-décroche », nous formons plusieurs paires de souris accrochées ensemble « bras dessus, bras dessous »,  tandis qu’on désigne un chat pour chasser une souris seule, au départ. Attention, en chasse !!!! Notre souris court aussi vite qu’elle peut pour échapper au chat gourmand et va s’accrocher avec deux souris, alors vite vite la souris de l’autre  extrémité doit se détacher et courir vite. Touchée !!! Cette souris devient chat, ah, ah !!!

SAM_3129

Tacitement, on décide ensemble que le jeu du chat et des souris est fini, et on démarre un nouvel atelier :  Sur un Dazibao, Océane  a écrit : « Bienvenue à Wissous », les petits, les grands, même des mamans déchirent des morceaux de papier crêpon de couleurs variées avec lesquels ils forment des petites boules qu’ils collent sur les lettres. On veut voir la vie en couleurs ! Et même si le ciel est gris et verse quelques gouttes, le soleil a raison des nuages, et le vent s’y est mis aussi pour les chasser !!! Vive le vent de printemps !

SAM_3125

Notre belle Laura est un vraie cordon bleu, elle anime l’atelier cuisine: Aujourd’hui les enfants confectionnent des beignets, farine, sucre, lait, de petites mains magiques pétrissent le mélange, aplatissent avec le rouleau à pâtisserie, il ne reste plus qu’à les mettre au four et à attendre qu’ils deviennent bien dorés…

SAM_3182

Vous l’aurez deviné, l’heure du goûter est venue, et les beignets croustillants sont dégustés à pleines dents, avec chocolat et thé, et l’heure de se quitter arrive, à mercredi prochain !!!!

Fête du printemps au jardin de Saulx-les-Chartreux :

Ce mercredi 25 avril, nous nous sommes tous réunis pour fêter l’arrivée du printemps, aussi timide soit-il pour ses premiers jours !

Enfants et adultes  du quartier et du camp de Ballainvilliers étaient au rendez-vous. Nous avons partagé un très bon moment sous un soleil encore frisquet mais bienvenu.

SAM_0493

Il y en avait pour tous les goûts et toutes les envies : Iasmina et Charlène avaient préparé un jeu de reconnaissance des plantes en équipes, Thibault a proposé un atelier créatif de cartes postale à partir d’un collage de fleurs et petits objets de la nature divers et variés,

100_0252

Leïla a proposé de cuisiner une grosse confiture de citrouille (avec les citrouilles de la saison dernière) à la noix de coco…et pourquoi pas !

SAM_0497

Quentin et Virginia ont animé un atelier de construction d’une nouvelle table à partir de palettes pour le jardin et enfin Nicolae, Madalin et Cosmin ont planté plein de fraisiers avec les enfants.

100_0214

Une très belle et conviviale ambiance a régné tout le long de l’atelier pleine de rigolades, de travail, d’application et d’imagination ; nous étions vraiment bien au jardin ! Les enfants de Ballainvilliers, même avec leurs quelques mots de français pas encore assuré ont bien profité des différents ateliers avec tout le monde.

100_0246

Et nous avons pu goûter la fameuse confiture sur des tartines de brioches préparées par les enfants à l’heure du goûter !

Ballainvilliers

Nous étions trois pédagogues aujourd’hui à Ballainvilliers : Charlène, Laura et Moi. Le temps n’était pas clément, mais nous avons pu profiter de l’abri sous le hangar principal pour réaliser les ateliers. Il y avait plein de nouveaux enfants, ainsi nous avons dû débuter l’après midi en faisant plusieurs tours de présentations afin de mieux se connaître.

SAM_3199

Assis autour des tables les enfants attendaient sagement le début des activités. Dans un premier temps nous leurs avons proposé de se dessiner en réalisant un autoportrait. Pas évident comme consigne ! À travers le dessin, les enfants ont pu exprimer leur propre représentation de soi-même.

SAM_3212

Ces autoportraits ont permis aux enfants de se poser plusieurs questions : Comment je me vois ? Ou alors comment j’aimerais me voir ? Et dans un second temps, il a fallu transcrire graphiquement leurs pensées : Comment je me dessine ? Quelle couleur me représente ? Nous leur avons demandé de compléter leurs tableaux par des dessins montrant ce qu’ils aiment. Beaucoup ont choisi de dessiner des maisons à coté de leur autoportrait.

SAM_3256

Pour sacraliser symboliquement leurs productions, les enfants ont pu peindre un cadre transformant leur dessin en petit objet d’art.

Un par un, nous les avons pris en photo avec leur tableau et chacun a pu expliquer à haute voix le contenu de son œuvre. Après ce temps de détente artistique, nous avons joué et rigolé avec différents jeux collectifs : Colin Maillard et Tomate-Ketchup.

C’est toujours étonnant et agréable de voir que ces simples jeux peuvent créer une jubilation collective. Les rires d’enfants résonnent sous le hangar, en observant les adultes qui gravitent autour, je m’aperçois qu’ils ont tous un sourire aux lèvres. Ensuite, nous avons proposé à la fois un espace petite-enfance sur les tapis avec à disposition les coloriages, les jeux d’éveils et un espace pour les plus grands sur les tables avec des cahiers d’écritures, coloriages et jeux de sociétés.

SAM_3229

Nous avons donné la possibilité aux enfants de choisir leur activité et nous nous sommes positionnés en tant qu’accompagnateurs. Après une petite course d’avions en papier improvisés avec les garçons, nous nous installons pour le goûter. Ambiance respectueuse et détendue, le goûter fut très apprécié après une journée bien remplie ! Avant de partir, Laura a pu faire un tour des cabanes pour recenser les familles. Un grand coucou collectif et nous leurs disons à bientôt.

 Mardi 24 mars

Cuisine avec les mamans:

La pluie tombe sur Longjumeau et à 15 heures les mamans ne sont toujours pas là… Est-ce la pluie qui les empêchent de venir ? Eh bien non voilà Zohra qui arrive toute mouillée mais motivée comme d’habitude ! Nous nous demandons ce que nous pourrions cuisiner aujourd’hui en regardant d’abord ce qu’il y a dans le local. Youpi il y a des œufs, ingrédient de base pour les gâteaux ! Il y a aussi des pommes, de la levure, du chocolats, du caramel …. nous regardons ce que nous pourrions faire à partir de cela sur internet. Zohra veut faire un moelleux au pomme et moi je me penche sur un gâteau chocolat-caramel, miam miam ! Nous discutons de tout et de rien, de l’enfance de Zohra… C’est le moment que trouve Sadio pour pointer son nez avec Sidi. Nous décidons alors de faire des cookies avec ce qu’il reste. Le résultat est super mais Zohra nous a toutes mis à l’amende avec son gâteau au pommes, Sadio le trouve EXCEPTIONNEL !

Comme quoi, pas besoin de plein d’ingrédients pour faire de vraies merveilles !

La semaine prochaine nous pensions faire des recettes de leurs pays, qui ont une histoire et après en faire un livre de cuisine !

Affaire à suivre…