A propos intermedes

pédagogie sociale

Problèmes de positions et problèmes de relations

Une des tendances actuelles des administrations, institutions, établissements est de transformer les problèmes rencontrés avec les individus, comme avec les familles, les groupes, voire les communautés, en problèmes de relations.

100_1810

Relations contre positions

Cette tendance à qualifier et justifier toute rupture de service, tout refus de prise en compte, toute exclusion, au nom de problèmes relationnels rend de nombreux services et résout de nombreuses contradiction.

En effet, procéder ainsi permet:

1- de donner une image décontextualisée des situations conflictuelles; il n’y a plus d’historique, plus de temporalité. Il n’y a plus qu’un temps étal : celui où on ne s’entend pas. Celui-ci n’a ni début, ni fin, ni causalité, ni contexte. Cette rupture dans le fil historique concourt à rendre la problématique absurde, incompréhensible et conforte la mise en cause personnelle, tout y privant l’acteur social de toute prise possible.

2- Cette manière d’agir participe d’un mouvement bien plus large qui vise à l’individualisation de tout traitement, de toute relation. C’est un peu comme s’il n’y avait plus de droit commun, ou de droit général. Tout serait dorénavant soumis à bonne relation.  Individualiser des problèmes qui se massifient , cela permet d’éviter toute prise de conscience de nature sociale ou politique. On ne peut plus comprendre les grands contextes et les mouvements. Tout apparaît comme une somme d’histoires personnelles déliées les unes des autres. Chacun devient ainsi responsable de sa propre problématique et donc aussi de tous les avatars qui en découlent. La relation sert alors à valider et acter une série de jugements, d’aprioris et de limites qui étaient déjà inscrits à l’origine de celle-ci.

3- « de psychologiser » ce qui est sociologique. Les rapports institutionnels ne sont plus vus que comme des sommes de relations personnelles. Tout serait expliqué par les caractéristiques de la personne elle même sans que bien entendu on se pose la question de leur génèse , de leur répétition,  ou de leur prise en compte. Dès lors face à des dysfonctionnements institutionnels flagrants, il ne reste plus qu’à faire appel à des raccourcis  psychologisants ( Psychanalyse de Prisunic), ou de considérations pseudo philosophiques sur les égos, ou la supposée nature humaine… On n’est plus à un stéréotype près.

4- De s’éloigner de toute notion de Droit et de dériver lentement vers le règne inquiétant du dogme du mérite . Ceux qui devraient être comptables et responsables des droits publics, des libertés, de l’équité en matière de traitement de la part des institutions, se laissent petit-à-petit gagner par l’acceptation de l’idée qu’au fond, tout ne serait qu’une question de mérite. Les défauts de droits vis-à-vis de groupes, familles, individus jugés non méritants ne seraient qu’à moitié graves, qu’à moitié condamnables, qu’à moitié répréhensibles.  C’est la morale paresseuse et impuissante du 50/ 50 (de responsabilité) . On ne fait plus de différence entre celui qui devrait (être garant, juste, équitable) et celui qui pourrait (être plus efficace , plus compétent mais qui est un ayant droit). Cela signifie bien entendu qu’on ne sait plus faire de différence entre les positions des uns et des autres . Et on pourrait même postuler qu’il s’agirait là d’une règle que l’on pourrait énoncer ainsi

« Les problèmes de position, révélés par les manquements et dysfonctionnements des institutions et collectivités, sont occultés par l’invocation de problèmes de relations. »

5- Egarement au niveau de l’action

La focalisation sur la relation égare également l’acteur sur le plan stratégique. Ainsi nous sommes constamment portés à analyser les difficultés internes et externes de nos équipes en termes de communication. Nous croyons toujours qu’il faudrait communiquer davantage, mieux. Nous n’imaginons des solutions qu’en termes de médiations ou d’intermédiations. Mais ceci ne résout pas les problèmes; le plus souvent d’ailleurs, ça les empire. Car les problèmes rencontrés ne sont pas des problèmes de relations ou de communications, mais de position et d’organisation.

Le remède c’est l’organisation, pas la médiation qui n’est qu’un pis aller qui aboutit à lisser, dépolitiser, circonstancier et à rendre illisbles la vraie nature des difficultés.

Positions contre transitions nécessaires

Face à la nécessité de changer les pratiques les plus élémentaires ou à l’impuissance à soutenir une action innovante (ce qui supposerait de prendre des risques et de s’engager , et reviendrait à prendre conscience de positions insupportables de soumission et d’iniquité, en particulier) , il est évidemment plus facile de tout transformer en affaires de « relations » ou de « personnes ». Il y aurait ainsi les structures et les partenaires reconnus (ceux qui ne remettent rien en cause), et ceux qui ne le seraient pas.

Aux uns les moyens, les soutiens, aux autres les reproches … de ne pas avoir assez de moyens et de ne pas être assez soutenus.

L’incapacité pour les structures, les équipes, les professionnels, à aller au delà des considérations de relations, révèle en réalité l’impuissance de ces acteurs à être eux mêmes soutenants, c’est à dire à faire oeuvre d’engagement et d’endurance.

Il existe des relations difficiles, parfois épuisantes; mais il existe sans doute tout autant des positions impossibles, car remplies de doubles contraintes : entre vouloir faire mais sans que rien ne change; inciter à l’initiative tout en soutenant les mêmes; invoquer la participation et l’empowerment et tout règlementer, exiger l’autonomie mais la définir comme étant la soumission à un contrat ….

Faire face à ce faisceau de doubles entraves, ne peut passer que par la mise en cause des positions admises, et d’abord par la prise de conscience des acteurs sur ce qui se joue et ce qui agit au delà des anecdotes et circonstances.

Il faut comprendre, qu’en tant qu’acteur social, tant qu’on se contentera des pratiques d’accompagnement , voire de l’accueil ou de l’écoute, on ne changera rien à tout ce qui est de l’ordre du dur, de la structure ,  ni « des positions ».

Vouloir transformer les choses et à commencer par les rapports (avec les institutions, les collectivités notamment) par définition s’oppose aux cadres dans lesquels nous nous enfermons souvent (ou bien où nous sommes enfermés)

Et pourtant il ne peut y avoir ni changement, ni évolution, sans penser hors du cadre et apprendre à bouger les positions.

Relations, positions, transitions

Ainsi , nous en arrivons au véritable problème: celui de la transition. Cette transition entre les pratiques et postures issues des années 70 et celles à créer, aujourd’hui.

C’est toute une culture de la transition qu’il faut développer, qui met en cause les positions rigides et qui nous pousse à adopter un autre regard sur les relations qui en découlent.

 

Dimanche 5 juillet

au jardin

C’est sous un vent plus frais que ce matin, nous avons rejoint des familles pour partir ensemble, partager une belle journée au jardin.

Nous nous sommes retrouvés pour faire les courses afin de préparer un barbecue pour le midi ! Avec ce beau temps le menu a vite été décidé : poulet au barbecue, salade de tomate, melon et pastèques mmmmmmmh !

100_1862

Lorsque nous sommes arrivés au jardin, nous étions tous étonnés de voir à quelle vitesse ça a poussé. Les haricots ont beaucoup grimpé sur leurs tuteurs, les tomates aussi et les courgettes sont maintenant bien grandes ! Les enfants se penchent un peu et s’aperçoivent qu’il y en a vraiment beaucoup ! Mais avant de cueillir toutes ces courgettes, il est temps pour nous de préparer le repas. Pour ça, une équipe s’est occupé de ramasser du bois pour le barbecue, pendant que les enfants ont préparé la salade.

Nous nous mettons alors tous au travail et il y a du désherbage en vue ! Nous commençons par désherber les haricots et les poivrons puis ensuite nous nous attaquons aux tomates. Chacun à sa façon, à la main ou avec des outils, s’atèle à arracher les mauvaises herbes. Nous étions nombreux et avons fait un très bon travail d’équipe !

100_1856

Après avoir dégusté un bon repas, les enfants jouent un peu dans le jardin pendant que les plus grands finissent le travail commencé.

C’est maintenant le moment de ramasser les courgettes et il y avait du travail pour tout le monde ! Un peu comme une chasse au trésor, nous soulevions les feuilles des plants pour découvrir toujours plus de courgettes ! Cela a  amusé aussi bien les petits que les grands !

Nous avons aussi ramassé quelques piments et des herbes aromatiques.

Nous nous relayons alors pour remonter des seaux d’eau du puits et les parents comme les enfants se mettent à arroser les plantes qui en ont le plus besoin. Quelques gouttes de pluies  tombent et nous espérons que cela dure un peu pour arroser le jardin !

100_1849

Il est temps de prendre le goûter avant de se quitter. Nous partageons le bon gâteau de Laurence et repartons les bras, et la brouette chargés de courgettes !

A bientôt !

Samedi 4 juillet
au Village Alternatiba aux Ulis
Notre association a participé au forum associatif du collectif Alternatiba, qui s’est formé autour de la certitude qu’il est possible de vivre autrement, en respectant la Nature et l’Humain, et sans modifier le climat !
Nous étions dans le quartier « Culture et Éducation » et partagions notre stand avec « Cahier de Classe », qui produit des revues sur les modes d’éducation émancipatrice. Avec Magali, nous avons exposé les dessins et phrases recueillis auprès des enfants et des adultes du quartier sur : « si tu pouvais changer le monde, quel est la première chose que tu changerais ? », « Quel serait ton monde imaginaire ? »
SAM_5147
Nous avons également exposé notre petite tapisserie, réalisée dans le cadre du projet du contre sommet climatique de novembre. Elle représente une partie de la grande tapisserie que nous tissons actuellement sur « la 5ème saison ».
Nous avons aussi installé un tapis avec des gros légos et des livres pour montrer un échantillon de nos ateliers et de notre vision de l’éducation.
SAM_5144
Nous avons rencontré Julie et sa famille, réfugiés ukrainiens, qui ont fuis la guerre et sont en hôtel social depuis 3 mois. Ils souffrent de solitude et d’ennui en attendant de pouvoir travailler et aller à l’école. Alors je leur ai proposé de venir nous voir. Ils devraient venir au jardin ce dimanche !

Villa Saint-Martin

C’est parti pour les ateliers à la Villa Saint Martin, encore sous un soleil éclatant !

Nous arrivons Iasmina, Yannick et moi, Mathilde et aujourd’hui nous avons prévu des jeux avec de l’eau. Au dernier conseil de quartier les Robinsons avaient discuté de faire une grande bataille d’eau ensemble !

Alors nous avons apporté des bidons d’eau et du matériel et les enfants ont ramené de l’eau. Nous avons commencé par faire des jeux avec les plus petits: des constructions dans l’eau, des legos, des puzzles et aussi des livres que Yannick a apportés.

DSCN0476

Et puis le grand jeu a commencé ! Nous avons organisé une balle aux prisonniers mais à la place de balles nous avons joué avec des petits morceaux d’éponge trempés dans l’eau. Nous avons fait deux équipes avec les enfants et hop c’est parti !

Tout le monde a bien participé et respecté les règles du jeux et nous nous sommes bien amusé ! On commençait alors a être un peu mouillé.

DSCN0454

Après une super parti de ce jeu, nous avons fait une grande bataille d’eau. Beaucoup d’enfants sont venu participer et nous avons fini tout trempés ! C’était très agréable avec cette chaleur.

C’était vraiment génial, avec les enfants on se coursait partout sur le terrain et on a beaucoup ri. A la fin du jeu, Rachida, une maman, et les enfants ont coursé Iasmina qui a fini toute mouillée !

C’est maintenant le temps de ranger les jeux tous ensemble et puis le conseil de quartier est ouvert. Les enfants ont parlé des jeux d’aujourd’hui qu’ils ont beaucoup appréciés. Ils ont fait plein de propositions pour préparer l’atelier de la semaine prochaine: de la cuisine, un atelier réparation de vélo avec les familles, un parcours pour remplir des bouteilles d’eau sans en faire tomber une gouttes… Les enfants ont écrit toutes leurs idées dans le cahier du conseil de quartier et la semaine prochaine nous préparerons ensemble ces ateliers.

DSCN0477

Cette journée était super et on pouvait voir de grands sourire sur les visages de nos Robinsons.

Après des « au revoir » et « à la semaine prochaine » pleins de bisous, nous sommes repartis.

 

Bidonville de Champlan

Nous arrivons sur le camp sous la chaleur ! Nous commençons par aller prendre des nouvelles sur le camp voisin puis nous installons les ateliers. Laura propose une activité de reproduction d’animaux en pâte à sel. Les enfants commencent à préparer la pâte, puis ils se mettent à la création.Ce n’est pas toujours facile d’obtenir le résultat que l’on souhaite.

100_1845

A côté, nous mettons en place un atelier de jeux de construction, nous essayons de faire des maisons et des grandes tours en kapla.

100_1823

Nous finissons l’après-midi autour d’un bon goûter.

100_1848

 

Vendredi 3 juillet

La Rocade

C’est encore une journée très chaude qui nous attend. Nous mettons en place les ateliers et nous attendons que les enfants arrivent.

Nous commençons par faire des jeux de société :croque-carotte, hally gally, jeu de mémo, de questions de culture générale.

100_1764100_1789

Benjamin et Mathilde mettent en place une activité cirque : assiettes chinoises et slac-line.

Aline a continué son activité d’écriture et de dessin sur des thématiques adaptées à chacun : « si je changeais le monde qu’elle est la première chose que je changerais ? » pour les plus grands et « dessine ton monde imaginaire » pour les plus jeunes. C’est pour le projet « autre climat » et aussi pour décorer le stand qui sera mis en place au forum alternatiba.

Nous terminons l’après-midi par un goûter.

100_1810

Jeudi 2 juillet

Skate Park

Sous la chaleur écrasante, Iasmina, Aline et moi installons les ateliers pour les enfants. Aujourd’hui Aline continue le « porteur de parole » avec le thème:  » si je pouvais changer le monde, quelle est la première chose que je changerais ? ». Cela a bien interessé les enfants ! Ils écrivaient ce qu’ils changeraient dans le monde avec des craies de plein de couleurs.

SAM_5133

Iasmina était avec les plus petits qui jouaient a la dinette et aux jeux de société. Les enfants avaient très envie de faire des jeux de société !

Avec plusieurs enfants, nous avons fait des parties de Monopoly, de « tic, tac, boom » et c’est un jeux un peu difficile il faut connaître plein de mots !

SAM_5132

Et puis on a terminé l’après-midi par une partie de mikado entre filles, Sarah est très forte a ce jeu !

C’est maintenant l’heure du gouter, il n’y a plus beaucoup d’enfants mais nous partagons de bonnes tartines de pain frais. Et puis on se dit « au revoir » et « à la semaine prochaine » !

A partir de la semaine prochaine on fera un grand atelier, parce que, comme c’est les vacances nous arriverons 1h plus tôt pour partager de bon moments !

Camp de Ballainvilliers

Aujourd’hui, nous commençons par déposer Franck et Eric au jardin, puis nous partons direction le camp de Ballainvilliers. Nous proposons des activités calmes vu qu’il fait grand chaud ! Nous commençons donc par une activité peinture pendant laquelle nous réalisons une jolie fresque. Les enfants s’en donne à coeur joie, il est vrai que c’est amusant de mettre ses pieds et ses mains dans la peinture.

100_1722

Nous enchaînons sur un atelier dessin écriture, les enfants collent dans leur cahier les travaux qu’ils ont réalisés. Puis nous terminons l’après-midi sur un jeu de mains.

100_1741

100_1714

Viens l’heure du goûter, que nous savourons avec grand plaisir ; puis nous repartons direction le jardin pour récupérer Eric et Franck, qui ont arrosé les légumes !

Très bon après-midi sous le signe de la chaleur !

Mercredi 1er Juillet

Wissous

La chaleur nous casse en deux. Lorsqu’on arrive sur le camp, nous trouvons non loin du portail des enfants tous nus. En contrebas de la grille, il y un tout petit ruisseau asséché, mais allez savoir comment, il y a un peu d’eau boueuse. Un Monsieur patauge dedans et arrose les enfants. Nous rentrons sur le camp et nous installons à l’ombre sur nos 2 grands tapis. Pas de table aujourd’hui mais un atelier, assis sur le sol comme à la bonne époque !

SAM_5116

Nous avons apporté une grosse caisse de gros legos colorés qui est bien vite vidée sur le sol pour laisser place à des constructions artistiques. Un bébé nous rejoint sur le tapis, elle s’appelle Isabela, et comme deux autres petits, elle est toute nue. Elle découvre le poisson et la vache et pour être bien sûre de ce que c’est, elle les porte à la bouche. Une partie de « croque carotte » s’organise avec les plus grands, et Ahmed ne lâche plus le puzzle « 1,2,3 » pour apprendre à compter.

De toute façon, depuis qu’il va à l’école, Ahmed s’intéresse à tout. Il regarde la planche avec les souris et cherche à y associer les pièces de puzzle où sont représentées les mêmes quantités : il y a 9 souris, 9 doigts et 9 fromages. Aujourd’hui, pas de jeu qui bouge, nous restons tous ensemble sur les tapis jusqu’au bout du goûter.

 

Je t’envole

« Je t’envole, tu l’envoles, elle m’envole »; faire du social c’est conjuguer. Conjuguer le sujet avec le verbe; conjuguer par tous les temps et à tous les moments. Conjuguer avec le passé , tel qu’il est , et le présent tel qu’on l’a, pour un futur compliqué.

Eduquer c’est conjuguer le singulier et le pluriel .

100_1609

Eduquer c’est transitif: il faut un complément direct. Eduquer lui ou elle et non pas à quelque chose.  Tout est adressé à quelqu’un, qu’il faut impacter , choquer.

Eduquer c’est tout autant  intransitif comme le social. Aucun complément ; seul éduquer est essentiel. C’est une action sur persoenne en particulier et tout le monde, en même temps. Elle  agit indifféremment et au même moment, sur toi, moi, nous.

Eduquer c’est réflexif: c’est une action sur soi, c’est un verbe pronominal. : je M‘éduque. S‘éduquer. Je grandis avec cette action et en la grandissant. On n’en est pas seulement les sujets; encore moins les objets. On ne peut en être qu’auteurs.

Et enfin le pronominal aussi se fait collectif; il est naturellement un nous: « on s’éduque alors » veut dire qu’on est une communauté d’éducation; Eduquer  est un « se » qui permet le « ça ». Ca interagit, ça se partage, ça nous constitue en collectif.

Mais la vraie conjugaison, c’est le mélange, c’est à dire quand les personnes s’emmêlent, quand elles s’en mêlent, quand elles s’impactent, quand elles s’impliquent: « Je t’envole et tu m’atterres, je me tiens et tu nous libères. Je te suis et nous te sommes. Rien que le dire, c’est me taire; rien que te dire c’est le faire ».

Conjuguer c’est avoir le même jougs, connaître le même poids, les mêmes contraintes, la même condition, se connaître soi mêê, se connaître comme un « nous ». On y  découvre que ce qui nous enferme et nous détermine, et qu’il  faut apprendre la science de ses chaînes.

Enfin conjuguer c’est aussi s’associer, se coordonner, s’appuyer. Alors , là, bien rivé au sol, de toutes ses chaîne set de tout son poids on se décolle. Lâche toi, je t’envole.

Dimanche : partager le soleil 

Jardin : dimanche

Aujourd’hui, nous arrivons au jardin sous le beau soleil !SAM_5078

C’est une belle journée qui nous attend. Nous commençons par préparer le repas, en attendant que les dernières familles nous rejoignent.SAM_5072

Puis nous passons à table, nous sommes une bonne tablée : 29 personnes ! Après le repas, les choses sérieuses commencent : débroussaillage, désherbage, arrosage… Il fait très chaud, des pauses boissons s’imposent.SAM_5077

Puis nous prenons le goûter tous ensemble et c’est déjà l’heure de repartir.SAM_5064

Nous avons passé une très bonne journée.

Samedi:  Violations des droits des enfants Roms : l’Etat mis en accusation

C’était le procès; c’était le grand jour. Nous nous préparions, nous les Robinsons et les Rom’binsons depuis plus de deux ans. Dans l’impatience de ce jour, nous avions même réalisé (souvenez vous) , l’année dernière notre propre film d’un même procès… tourné dans deux bidonvilles.

Mais samedi, c’était le bon. Le VRAI procès symbolique certes. Mais qui dira que les symboles ne font pas partie de la réalité? Qui prétendra qu’ils n’agissent pas sur nos vies?

FullSizeRender

Il y avait donc de vrais juges et avocats, une vraie cour, et des témoins plus vrais que nature et des experts de vie, mais aussi de misères, d’injustices et de discriminations.

Un  grand procès avec beaucoup de monde et les Robinsons qui ont travaillé dur pour proposer à tout le monde , toute la journée, les délicieux « Cozonacs » , le café roumain , et notre bonne humeur.

Impliqués, nous l’avons été , dans le public avec notre équipe complète mais aussi des adhérents, membre du CA, des habitants des bidonvilles venus avec nous ou nous rejoindre.

Nous l »avons été en « off » du procès , mais aussi dans l’audience elle même; nous étions experts et témoins, engagés en nos noms et pour les autres.

Ainsi Laura a expliqué avec sensibilité  notre travail à la Cour et ce que nous découvrions.

DSC_0729

 

Nicolae a partagé avec humour la dure question de l’accès aux soins.

DSC_0759 (1)

Au nom de notre association, j’ai rapporté (Laurent) le compte rendu d’enquête préliminaire.

DSC_0709 2

VENDREDI

La rocade 26-06-2015

Sous un soleil éclatant, nous arrivons a la rocade ! Nous installons les ateliers sous les arbres: un grand tapis pour la petite enfance, un coin jeux de société et le porteur de parole avec pour thème: « Si je devais changer le monde, la première chose que je changerai serait…« . Ouf, nous sommes à l’ombre et pouvons profiter des différents ateliers ensemble.100_1676

Le porteur de parole, animé par Tito, a du succès et les enfants laissent place a leur imagination. Certains changeraient le monde pour que tout le monde soit gentil, un autre voudrait savoir voler, une autre aimerait que les choses que nous achetons soit moins cher pourque tout le monde puisse en acheter…100_1675

Pendant ce temps la, un groupe de garçon commence une partie de uno et les plus petits s’installent a la dinette, aux jeux de constructions et bien sur dans la piscine a boulles ! Les plus grands viennent au fur et a mesure jouer avec les plus petits et ils font bien attention a eux !100_1673

Trois enfants et moi avons jouer au « croque carottes », c’était une belle partie et les enfants sont très fort mais quelque fois c’est difficile de perdre a un jeux alors il y a eu quelques larmes qui se sont vite transformer pour redonner place a un beau sourire !

Plus tard dans l’après-midi, nous avons commencer le théatre. Beaucoup d’enfants sont venu pour faire des petites scènes. Aujourd’hui ils ont décider de faire des pièces sur le thème de l’école. Les idées fusaient et nous avons bientôt une scène ! Il fallait se mettre tous d’accord sur les personnages que chacun jouait. Nous n’avons pas terminé la scène alors les enfants ont préféré attendre la prochaine fois pour faire leur représentations.100_1681

Allez ! C’est l’heure du gouter, instalons nous tous sur les tapis !

Nous avons dégusté de bonnes tartines de pain a la confiture et bien sur de bons verres de sirop.

A bientôt !

Jardin 26-06-2015

Jour très chaud , aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de travail .DSCN0367

Nous avons d’abord pris des forces à l’ombres des arbres pendant un petit moment , nous avons ramener un sac dans le quel il y a des ficelles accroché a des disques , chacun a pris un disque pour l’accrocher aux arbres pour que les oiseaux n’aillent pas dans les arbres .DSCN0402

Une fois cette tache terminé deux personnes se sont occupés de tirer l’eau du puits et les autres se sont chargé d’arroser les plantations .DSCN0389

Après l’effort le réconfort , nous nous sommes installés bien au frais pour prendre un bon goûter .

DSCN0424

Retour au local se fut une belle après midi !!!!

JEUDI

Balainvilliers petite enfance 25-06-15

Aujourd’hui il fait chaud , nous nous sommes installés à l’ombre des arbres .100_1616

Les enfants étaient très contents de nous voir , nous avons commencé par le téléphone arabe pour développer leurs compétences à s’écouter entre eux , puis nous avons fait « un atelier mime », les enfants ont toute suite bien compris le principe de ce jeu , ils sont même passés, un par un, pour mimer à leur tour .100_1609

Une fois le jeu terminé nous avons fais des activités avec les lettres de l’alphabet puis sur les chiffres , les enfants ont été très coopératif !100_1641

Les filles ont réclamé à Magali ( stagiaire) des tatouages au feutre en guise de henné , elles étaient très contente !100_1653

A 16h nous avons pris le goûter et nous avons terminer par une petite séance de yoga qui a détendu tout le monde .

Belle journée !!!

Skate Park 25-06

Ça cogne sur nos caboches. Courage à celles et ceux qui font le Ramadan !

A l’ombre sur nos tapis, les jeux s’enchaînent. Je découvre le jeu des senteurs et celui de la souris avec les enfants. Les senteurs me retournent un peu le cœur alors que les enfants, eux, sentent c’est petite boîte d’odeurs synthétiques, à plein nez.SAM_5053

Ils reconnaissent le champignon, la pomme ou encore le muguet. Le chocolat et la fraise, quant à eux, ont une drôle d’odeurs. A côté les petites souris se construisent au gré de la roulette tournée. Je suis entourée de la petite Divine et de Ayoub.SAM_5056

Le tapis de la petite enfance est bien rempli et coloré. Des nounous blanches avec des petits enfants noirs, de jolis voiles de couleurs portés par des femmes, des robes à fleurs et des sandalettes.

Pour Glawdys, c’est le dernier atelier car son stage se termine et elle propose aux enfants de faire des fleurs en origami.SAM_5051

Nous partageons des crêpes maison pour le goûter et nous disons au revoir.

Jardin jeudi 25-06-15

Cela faisait quelques temps que je n’étais pas allé au jardin avec les adultes Robinson et encore une fois nous avons bien rigolé !
Phillipe, ancien professeur du mouvement Freinet, était avec nous aujourd’hui. Nous lui avons donc fait visité le jardin avec tout ces légumes et tout ces fruits.
Comme il faisait très chaud c’était difficile de travailler au jardin, du coup nous avons commencé par discuter un peu a l’ombre et évidement les blagues ont commencé a surgir !

DSCN0333

Et puis, chacun s’est occupé de désherber les tomates, les piments et tomates de la serre…

DSCN0329

Avec Jessica, nous avons été cueillir quelques cerises pour les goûter mais il n’y en avait plus beaucoup. Je crois que nous avions déjà tout cueilli dimanche.
L’ambiance était très bonne et la journée tranquille. Nous avons fini en arrosant beaucoup de jeunes plants et la il y avait du travail ! Chacun notre tour nous avons sorti des sauts d’eau du puits afin de tout pouvoir arroser.DSCN0336
Bien sûr il ne faut pas oublie le goûter ! Nous avons partagé un bon goûter de crêpes et de sirops.
C’est maintenant l’heure de rentrer, alors on se dit: « a bientôt » car nous partagerons a nouveau de bon moment au jardin. On vous racontera tous ça !

MERCREDI

Wissous :24-06
Le camp semblait désert et sinistre quant nous sommes arrivés les bras chargés de nos caisses de jeux et de cahiers habituelles…la moitié des familles sont parties en Roumanie, certaines prévoient de revenir, d’autres non. L’atmosphère qui règne ces derniers temps avec le maire de Wissous et la police municipale qui ne cessent d’intimider les habitants du bidonville de façon quotidienne n’y est certainement pas étrangère, même si ça n’est pas l’argument qui a été avancé par les familles restantes.SAM_5039
Avec les  enfants qui étaient présents, nous avons installé un espace petite enfance ; en effet ce sont surtout les familles avec des enfants en bas âge qui sont restées. Puis quelques plus grands entre 10 et 13 ans nous ont rejoints un peu plus tard alors nous leur avons proposé une partie de badminton, des exercices d’écriture et des puzzles.

SAM_5044
Enfin nous avons parlé aux familles du « procès de défense des familles rom et roumaines contre l’Etat français» qui aura lieu ce samedi 27 juin à l’université de Saint-Denis et auquel nous participons afin que les familles intéressées puissent se joindre à nous.SAM_5027
Plusieurs familles sont intéressées et nous rejoindront directement en voiture, c’est une bonne chose !

Bel air 24-06-15

Aujourd’hui le soleil nous a accompagnés tout au long des activités , nous avons commencé par des jeux de sociétés ; croque-carottes , blocus , ni oui ni non et monsieur patate et les échecs géantes.DSCN0314

Les enfants étaient un peu moins nombreux que d’habitude , avant le goûter nous avons proposé à un petit groupes d’enfants des jeux collectifs comme le béret et une balle aux prisonniers .DSCN0321

Les enfants se sont bien amusés, malgré des petites tensions existantes avec les grands garçons qui ne voulaient pas partager leur terrain de foot avec nous pour nos jeux collectifs. Nous les avons tous réunis pour prendre le goûter où nous en avons profité pour parler du problème de partage de terrain entre les enfants.DSCN0324

Nous avons convenu que mercredi prochain nous discuterons ensemble de qui se met où pour que chacun ait sa place. Une fois terminé nous avons tout ranger pour retourner au local.

Nous avons passé une belle après midi !!

Jardin mercredi 24 juin 2015

Aujourd’hui, en l’absence de Nicolae, c’est moi Quentin qui m’occupe du jardin. Nous récupérons Nesrine à Bel-Air puis les enfants du camp de Ballainvilliers. La vision de ce camp est une épreuve difficile pour Nesrine qui ne connait pas ces conditions.En lui expliquant, elle comprend que tout le monde ne peut pas vivre dans un appartement.100_1587 - Copie

Au jardin, on se met à la balançoire, les enfants de Ballainvilliers cueillent des pommes de la taille de cerises. J’ai beau leur dire que ce n’est pas bon, ils persistent et continuent de cuiellir. Avec Nesrine nos passons un bon moment à récolter les framboises, il y en a de bien belles et elles sont nombreuses.100_1590 - Copie

Madalin s’occupe de l’arrosage.
Nous allons tous ensemble aux fraises pendant que Renaldo nous prépare des tartines. Nous ne trouvons que trois grosses et bonnes fraises qui seront mangées au goûter.100_1599 - Copie

Au goûter, nous nous délectons de la performance de chant de Renaldo qui s’accompagne en tapant sur la table. Une jolie après-midi, donc.

 

 

 

Adieu à la banalisation urbaine

Depuis une vingtaine d’années dans la catégorie des mots d’ordre, mais aussi des doctrines sous jacentes aux réformes éducatives et sociales, qu’on nous impose, un seul dogme domine et s’impose: seul vaudrait le droit commun !

2014-01-01 00.00.00-27

Le renvoi au droit commun: finalité ou tombeau du Social?

Et il faudrait que cette invocation au droit commun (nous ne parlons nullement ici du réel accès aux droits, plus introuvable que son invocation) empêche dans la réalité, toutes les reconnaissances: individuelles, collectives, statutaires, des discriminations.

Il ne peut plus y avoir de légitimité pour quelque groupe, catégorie, ou communauté que ce soit, fût elle constituée de l’extérieur par l’imposition de mauvais traitements.  Toute entorse au droit commun, toute référence à une condition, un vécu particuliers, serait le mal.

Les discriminations, les effets de séparation et d’isolement de toutes les violences économiques, administratives, politiques,  ne sont plus vues sur le mode du « handicap ». Il ne s’agirait que de simples désavantages individuels à évaluer et compenser.

Tout ce qu’il en est de la construction de ces soi-disant désavantages et de ces vraies discriminations qui ciblent réellement des groupes bien précis ; tout ce qu’il en est du vécu qui accompagne cette discrimination … est dénié , interdit de représentation, de pensée et d’expression.

On ne peut pas mener de politique de soutien à quelque groupe discriminé puis qu’aucun groupe discriminé n’existe « de droit », en tant que tel.

C’est ainsi pour les  roms, groupe à la fois bouc émissaire de l’opinion publique mais auquel au même moment on dénie toute réalité de traitement… et qui ne peut même pas bénéficier , par exemple, des fonds européens mis à disposition de la France , pour les soutenir.

Du côté des sans logements, le renvoi au droit commun permet d’ignorer les modes de vie en famille élargie, et l’attachement réel et fondamental des personnes à leur territoire.  Tout sera traité « de loin » , par des processus normalisés et banalisés qui vont perdre en cours de route les familles et les groupes les plus en difficulté (qui sont aussi les plus inventifs et créatifs).

La banalisation, le recours au « droit dit commun », ça permet commodément de tamiser les demandes. Seules passeront les plus petites,  les plus standard, les plus mobiles.

Mais elle permet, également, cette banalisation, par un tour de passe-passe, d’ignorer les discriminations de tous types dont sont victimes groupes et communautés … puisque celles-ci se trouvent invisibilisées dans une masse où il est devenu impossible de les repérer comme tels.

La banalisation, ça sert aussi à la déresponsabilisation.

Et pourtant, cela en impose (cela fait bien),  de prendre un air grave et d’exiger le « droit commun pour tous ». On peut sous couvert d’universalité des droits plus élevés, tenir pour négligeables et détruire toutes les petites tentatives d’aménager la vie ici et maintenant. « Mais enfin, on n’est pas chez les chiffonniers du Caire » , dira-t-on à ceux qui travaillent à faire reconnaître l’apport économique des biffins.

« On ne peut pas accepter que des enfants vivent en bidonville », assènera-t-on, la veille de les mettre à la rue!

En politique de la Ville, la banalisation aussi fait rage et fait nombre de victimes. Il s’agit de « normaliser », banaliser les quartiers. Entendez: effacer de leur physionomie toute trace de vie de leurs habitants; faire disparaître ces derniers des espaces publics ; rendre familles et individus étrangers à leur environnement.

En bref , de les « résidentielle ».

Supprimer le symptôme, cacher les thermomètres, feindre l’homogénéité dans une société qui se fragmente et qui se délite, tels sont les remèdes des apothicaires modernes et urbains.

Plutôt que toutes ces entreprises de banalisation, c’est à la tâche inverse, qu’il faudrait s’employer:  Reconnaître les identités, les parcours de vie qui créent « du différent », de la valeur et du spécifique.

Reconnaître l’altérité, le conflit, les divergences d’intérêt, de classes, de cultures, de points de vue. Accepter de comprendre qu’il y a  d’autres rationalités que la seule qui est promue par ceux qui nous administrent.

Valoriser l’intelligence des solutions non conformes trouvées par ceux qui subissent de plein fouet la précarité et les violences sociales.

C’est ce chemin que notre petite équipe et tous ceux qui s’aventurent en Pédagogie Sociale, explorent, semaine après semaine. Nous aménageons la vie, nous faisons crédit à la valeur de nos différences. Nous inventons de nouvelles manières de vivre ensemble à la Cité et dans la Ville.

Nous créons des rencontres improbables mais nécessaires entre ceux qui partagent la même précarité mais qui sont renvoyés les uns contre les autres.

 

Dimanche 21 juin:  Un jardin comme on aime

Ce matin, sous un ciel un peu couvert, nous avons rejoint nos robinsons au point de rdv afin de faire des courses pour une grande journée qui s’annonce ! A notre grande surprise, les familles que nous attendions ne sont pas arrivées.

Mais cela n’est pas grave, Eddy, Théo, Gabriel, Laurent, Hélène et moi-même sommes là, prêt à attaquer les cueillettes, le désherbage, le débroussaillage… C’est parti !

FullSizeRender

Chacun a participé à cueillir les cerises (elles étaient bien haute et heureusement que Théo et Gabriel ont pris l’escabeau !), les framboises jaunes et rouges (hé oui certaines framboises sont jaunes mais elles sont comme même mur !), le cassis et beaucoup de betteraves. Les robinsons pourront en déguster ce soir ! Nous avons fait beaucoup de choses au jardin mais avant de vous raconter la suite il faut dire que nous avons bien déjeuné ! Laurent et Gabriel ont préparé un barbecue avec au menu : merguez, poulet marinés, chips, pain aux olives fait par Hélène et cerises du jardin ! On a vraiment bien mangé et discuté.

 

IMG_6532

 

Et hop, nous nous remettons au travail pour désherber les plans de tomates et de citrouilles, nous arrosons bien les plantes de la serre car elles en ont bien besoin ! Et puis pendant ce temps-là, Théo armé de la débrousailleuse, s’attaque au fond du jardin. Il y a du travail car au fond du jardin les mauvaises herbes, les orties et les ronces ont bien envahi les arbres fruitiers. Au bout de quelques temps je suis parti le relayer mais ce n’était pas si facile avec toutes ces hautes herbes et ronces. Nous avions de l’herbe collée partout !

Nous étions peu nombreux mais c’était une journée très agréable au jardin et nous avons bien travaillé !

Samedi 20 juin

à la Villa Saint-Martin

Aujourd’hui avec un temps favorable nous sommes allés à la Villa saint martin. Nous avons mis en place les ateliers: petite enfance, jeux de sociétés, etc…

SAM_4999

Les enfants ce sont mis à faire des pochoirs pour décorer la table de pique-nique du jardin. De jolies fleurs, de belles poupées,bref, tout pour embellir notre oeuvre. De plus ils ont consolidé la table pour qu’elle soit plus résistante et qu’elle ne soit plus bancale. Ce fut difficile mais tout le monde était heureux d’aider Aline.

SAM_4984

De l’autre coté une teck fit courir nos Robinson et bien rigoler les jeunes qui nous regardaient en train de courir. Ce fut très sportif !! Juste à coté de la teck, Marie et Leïla jouèrent aux jeux de sociétés pendant que Laura surveillait la petite enfance.

SAM_4994

Juste après est venue l’heure de la réunion de quartier, des idées d’atelier proposées par les enfants auront lieu la semaine prochaine.

SAM_5014

L’après-midi fut conclue par le goûter pris avec tous les autres!!

Bidonville de Champlan

Avec Quentin et Magali nous avons fait de belles activités à Champlan aujourd’hui ! Nous avons proposé aux enfants de faire un jeux collectif et c’est parti pour un épervier ! Les éperviers vont dans leur camp et puis 1, 2, 3 ils courent rejoindre le camp d’en face. Mais attention au loup qui veut les attraper ! Cela a plu aux enfants alors nous avons fait plusieurs parties.

Après ça, l’atelier musique démarra, chacun leur tour les enfants jouaient des percussions pour faire danser tout le monde. Les garçons ont montré à Quentin comment ils bougeaient sur la musique et c’était vraiment marrant !

100_1568

Certains ont continué l’après-midi à faire des percussions ensemble pendant que d’autres enfants et Quentin jouaient au molky. C’est un jeu un peu difficile mais les enfants étaient très intéressés, ils ont beaucoup joué, les uns après les autres et ils comptaient leurs points pour réussir à faire 50 points !

100_1566

Pour finir la journée nous avons partagé le goûter avec au menu du pain frais avec de la confiture et des fruits. Tout le monde voulait se servir et c’était un peu le bazarre mais les enfants en charge de distribuer le goûter ont réussi leur tâche et tout le monde s’est posé pour déguster le goûter,

Vendredi 19 juin

La Rocade

Par ce bel après-midi, nous nous sommes tous rendus à La Rocade.

Laura s’est mise au fourneau et nous a préparé, accompagnée de ses associées, une délicieuse salade orientale que nous pourrons déguster ce soir! J’ai hâte !!!

Glawdys c’est installée sur l’espace jeux de société. Les enfant ont adoré le jeu où il faut attraper les tartines qui sautent du grille pain !

DSCN0283

Mathilde, Quentin et Benjamin ont animé l’atelier théâtre. Le thème du jour: la fraternité ! Nous avons fait deux petits sketch: Le premier: un repas de famille où l’on discute fraternité, seulement, les opinions divergent. Le second: un jeune alpaguant deux filles pour leur demander leur numéro se cachant derrière la fraternité pour justifier sa familiarité. On s’est vraiment bien amusés ! Bref, c’était un super moyen d’appuyer le projet d’Aline concernant la Fraternity Cup de 2016 !!!

DSCN0292

Magali, quant à elle, s’est occupée des plus petits sur l’atelier petite enfance, dînettes et grandes tours de cubes ont été de la partie! Nos bambins ont bien rigolé! 😉

Tito, pour sa part, a fait un atelier dessins et coloriages, c’était vraiment magnifique, et l’atelier a très bien fonctionné !

DSCN0269

Pour finir, Nous avons pu admirer les sketchs de l’atelier théâtre tout en dégustant notre bon petit goûter !

Soirée conviviale

La soirée conviviale de ce mois-ci s’est déroulée sur le bidonville de Wissous. Une organisation pas évidente car le camp se trouve à 30 min de voiture de Longjumeau et nous voulions en faire profiter les familles du quartier pas toutes véhiculées. Nous avons réussi à amener 4 familles.

100_1551

En arrivant, nous avons été accueillis en fanfare ! On nous a installé tables, chaises, canapés etc… Lorsque nous avons sortis la sono, ça a tout-de-suite plu, un téléphone nous a mis ce bon vieux Florin Salam après Michael Jackson (valeur universelle !) et certains ont commencé à danser pendant que d’autres discutaient.

100_1542

Les enfants d’ici et d’ailleurs ont adoré jouer ensemble avec le caddie des gens du camp, les femmes se sont mises à la cuisine.

100_1539

La soirée ne plaisait pas à tout le monde et il n’a pas fallu longtemps pour que la police municipale nous demande de baisser le son (à 20h30), ce que nous avons fait.

100_1532

Puis le maire de Wissous est venu une nouvelle fois montrer son hostilité à ce camp. Les gens du quartier et nous-mêmes avons beaucoup appris à nos dépends des difficultés de la vie en bidonville à travers cette venue intempestive.

100_1528

Nous nous en sommes retrouvés d’autant plus soudés. Quartier et bidonville.

Jeudi 18 juin: Tapisserie du destin/ La 5 ème saison

Notre tapisserie avance. Ce travail titanesque progresse. Mille mercis à Noëlle et Pascale qui le soutiennent et le rendent possible.

IMG_20150617_163051

Mille mercis à tous ceux de nos adhérents, enfants ou adultes qui se succèdent sur le métier.

La tâche est énorme; le résultat en vaut la peine.

IMG_20150617_162536

Qu’on se le dise, cette 5ème saison, bonne ou mauvaise, sera la nôtre.

Skate parc

C’est sous un ciel gris,  que nous arrivons sur l’atelier. Nous mettons en place les différentes activités ; un groupe fait des origamis avec Aline, un autre joue aux jeux de société avec Glawdys.

DSCN0261

Un petit groupe fait une partie de Molky avec Mathilde et un autre essaie de construire une maison avec des Legos.

DSCN0266

Ensuite nous jouons au restaurant, et des jeunes construisent des dinosaures avec les Legos. Nous clôturons l’après-midi par un bon petit goûter.

Jardin de Saulx-les-Chartreux

Cette après-midi nous allons passer encore une séance de jardinage avec les adultes, une après-midi un peu plus fraîche que celle d’hier où le soleil nous a réchauffés.

Avec un peu plus d’envie que les autres fois nous commençons le travail de cet aprèm avec un passage dans les bois où nous allons ramasser  des branches pour faire des tuteurs pour les haricots grimpants.

100_1514

Avec un peu de mal à faire enfoncer le tuteur dans la terre nous avons réussi à compléter la parcelle et , ensuite,  avec l’aide de Jessica nous avons aussi arrosé les plantes.

100_1511

Sous la serre les tomates commencent à faire des fleurs, on prend très soin d’elles car cette année on veut avoir des tomates pour la récolte. Même les arroser, il faut le faire avec délicatesse.

100_1508

Après avoir fini de les arroser, nous nous asseyons à la table pour prendre le goûter.

Ballainvilliers

Aujourd’hui, le temps était un peu frais et quelques gouttes tombaient sur le camp de Ballainvilliers. Nous avons donc supprimé de nos esprits l’idée de faire un jeu en plein air, pour favoriser les activités bien au chaud en intérieur.

SAM_4969

Laura et Magali ont commencé tranquillement en faisant un atelier création, le but étant de décorer la fresque « Intermèdes Robinson » créée par Laura avec l’aide des enfants du camp. Ils ont pu écrire leur nom, faire de jolis dessins etc, le résultat est vraiment joli! 😀

SAM_4930

Pendant ce temps, Benjamin s’est occupé de la petite enfance, il a construit, avec l’aide de ses petits acolytes, de grandes tours avec des cubes, qu’ils ont pu détruire et reconstruire à volonté.SAM_4915

Suite à cela, nous avons fait une activité visant à apprendre les lettres de l’alphabet. Nous avons affiché une grande affiche avec toutes les lettres. Le but étant de dire le nom de la lettre et trouver un mot commençant par celle-ci lorsque c’était notre tour. Nos bambins s’en sont très bien sortis !!!

Nous avons ensuite sorti la peinture et avons décoré cette affiche en faisant du body-pantin. Pas de pinceau ! Seulement nos mains et nos pieds, c’est tellement plus rigolo ! L’affiche est juste magnifique !

SAM_4979

Pour finir, nous avons pu prendre notre bon petit goûter, nous avons tout rangé et nous avons pu partir!

La journée s’est bien passée dans l’ensemble, malgré quelques petites difficultés par moment. C’était très amusant de se faire filmer et de voir la réaction des plus jeunes devant la caméra! Vivement que le reportage passe, que l’on puisse admirer cela !

Mercredi 17 juin

Bel Air

Nous sommes arrivés sous un beau soleil. Nous avons installé les ateliers et les enfants ont souhaité jouer au badminton.

2014-01-01 00.00.00-162014-01-01 00.00.00-6

C’est parti pour un grand match, les garçons contre les filles ! Pendant ce temps là, un petit groupe joue avec les mikados. Puis nous avons décidé de faire une course et le vainqueur a eu comme récompense le droit de choisir la prochaine activité : un foot ! Encore une fois les filles affrontent les garçons.

2014-01-01 00.00.00-272014-01-01 00.00.00-4

Puis nous avons refait une course pour déterminer la prochaine activité et cette fois-ci, nous voilà partis pour jouer au jeu de la gamelle. Nous clôturons ce bon après-midi par un bon goûter !

Très bonne journée !

Wissous

Sur le camp de wissous les enfants étaient super impatients et nous attendaient de pied  ferme. Ils nous ont même aidés à ramener le matériel nécessaire pour les ateliers.

SAM_4889

Nous avons commencé par un grand jeu chat couleur et tout les enfants ont couru dans tous les sens pour trouver la couleur que le chat demandait. Rouge, bleu, vert…Ensuite nous avons fait un cache-cache où ce sont les plus grands qui ont eu du mal à être retrouvés.

SAM_4891

Peu de temps après nous avons pris place dans les ateliers mis en place. Aline s’occupait de la petite enfance et Mathilde et moi (Glawdys),  nous nous sommes mis à l’écriture. Les jeunes prenaient leur temps et faisaient de belles lettres.

SAM_4897

Au bout d’un moment Aline a décidé de jouer à la balle rebondissante avec les enfants et les touts petits couraient comme des fous après la balle. Ils se mettaient tous à la chercher partout, à courir dans tous les sens en espérant être le premier à la retrouver.

Après tout cela est venue l’heure du goûter, passée dans la bonne humeur !!!

Jardin mercredi 17-06-15

Un beau soleil pour démarrer la journée, nous sommes allés chercher des enfants au camp de Balainvilliers pour aller au jardin .

100_1489

Les enfants sont partis s’amuser un peu avant que l’on commence à arroser les légumes. En arrivant devant la poubelle dans laquelle nous prenons l’eau, il y avait un corbeau mort, nous l’avons donc retiré.100_1487

… Comment est-il arrivé là ?

Nous avons donc tout bien arrosé, une fois l’arrosage terminé, nous avons pris le goûter à l’ombre des arbres .100_1495

C’était une belle journée !!!

MARDI

Cuisine 16-06-2015

Aujourd’hui avec nos Robinson nous avons commencé l’atelier cuisine en se répartissant les recettes entre les différentes personnes. Pendant que certains d’entre eux faisait un cake aux pommes d’autre préparaient les moelleux au chocolat.

DSCN0212

Les bonnes odeurs envahissaient le local et donnaient l’eau à la bouche à nos Robinson. Frank, Eric, et Leïla nous ont monté les blancs en neigs comme des professionnels. Les différentes pâtes prêtes, nous avons avons mis au four et nous avons entamé la fabrication des madeleines.DSCN0202

Tout le monde y a mis du sien en mélangeant soigneusement chacun des ingrédients et en suivant bien la recette. Ensuite tous ensemble on les a mis dans leurs moules et décorés avec du chocolat.DSCN0201

Le tout fait et bien emballé, nous avons dégusté un gâteau au chocolat avec une crème anglaise afin de bien finir la journée !!!

 

 

Administration de la confiance

Paul Virilio utilise l’expression « administration de la peur » pour nous expliquer comment le climat de peur personnelle, sociale , familiale et politique qui nous entoure est soigneusement entretenu par une accélération perpétuelle de la vie de tous les jours. La nécessité de réagir et de s’adapter en permanence en temps réel et en temps présent nous prive de toute perspective et nous rend comme des enfants .

SAM_4882

Cette  peur qui envahit l’espace social est alors un peu comme celle des passagers d’un véhicule devenu fou et hors de contrôle.

Aucune vison « du dessus »,aucune visibilité vision du cap et de la destination ne sont dès lors possibles:  la temporalité s’est aplatie dans un présent sans fin qui change sans arrêt.

Nous pouvons également mentionner comment la croyance dans le progrès a disparu surtout si on parle ici de progrès humain, social ou politique.

Mais au même moment, la nécessité de changer est devenue permanente. Sans arrêt, il faut s’adapter; à tout moment, nos outils, nos référentiels, notre organisation , notre statut mutent.  Le changement perpétuel a remplacé le progrès introuvable.

Parler d’administration de la peur nous renvoie aux deux sens du mot « administration »:

– à la fois organisation, ordonnancement, ensemble de procédures, formalisation obligatoire

– à la fois le fait de se voir administrer un traitement, une potion (amère), un « médicament ».

C’est bien dans ce double sens qui’l faut comprendre cette « administration de la peur ». Elle perfuse, elle diffuse, elle s’introduit partout.

Cette administration  a des effets individuels et collectifs , mais elle a également une autre fonction, que ne manque pas de souligner P Virilio. Celui qui a peur s’en remet facilement à quiconque prétend le conduire ou le protéger. Il évite toute prise de risque supplémentaire et a tendance à être docile.

Ca aide, en ces périodes troublées.

En Pédagogie Sociale, nous cherchons des remèdes pour une époque sans remède et des maux sans remèdes: politiques existentiels,…  essentiels

A l’administration de la peur, nous répondons par administration de la confiance et chez nous aussi , elle prend les deux sens du verbe, « administrer ».

Nous administrons la confiance comme un aliment essentiel.

-Confiance sociale: nous allons en tout lieu et vers tous. Nous ne contrôlons, ni ne dominons, mais nous installons au sol. Nous ouvrons nos tapis, déployons nos outils, mettons à disposition qui nous sommes et notre matériel.

– Confiance relationnelle, par notre engagement inconditionnel, immédiat

– Confiance économique, politique, par la prise en compte que nous opérons de la réalité des gens, des oppressions et discriminations qu’ils subissent

Nous arrivons ainsi à devenir sécurisants, nous qui travaillons avec toutes les insécurités. Nous assurons nos activités. Ce n’est pas nous qui amenons du changement perpétuel; par contre, nous sommes plutôt attentifs aux petits changements qui viennent des gens eux-mêmes, qui s’opèrent en eux et par petites touches.

Cette confiance que nous distribuons, nous l’organisons également; nous en faisons même notre propre mode d’organisation.

En Pédagogie Sociale l’organisation du travail est toujours marquée par le refus de toute hiérarchisation. Chez nous , il n’ y a pas de petit boulot, de tâche infamante. Le travail d’un petit , comme chez Korczak, vaut toujours celui d’un grand.

La confiance c’est ce qui règne aussi dans la spontanéité de nos réunions, des groupes que nous formons; c’est cette confiance qui est l’élément qui frappe le plus , en général les nouveaux venus, sur nos groupes et nos lieux d’action.

Nous opposons ici et maintenant l’administration de la confiance comme principe de nos actions et contre toute la culture du soupçon systématique, social, institutionnel, administratif, qui nous étouffe progressivement.

"Mais moi je suis resté
suis resté longtemps là
les bottes bien ancrées dans le limon doré
rôdeur ensorcelé
trop ébloui
pour oser faire un pas"
Nicolas Bouvier, Le dedans et le dehors

 

Jardin de Saulx-les-Chartreux:

Dimanche:

Le soleil monte haut dans le ciel et une faible brise t nous rafraichit.  Car  même les nuages se sont mis a l’ombre de cet soleil époustouflant!

Mais les petits Robinsons ne manquent pas à l’appel de la matinée qui commence. Avec beaucoup de douceur, et avec les sacs bien remplis des légumes , salades et viandes ….etc, nous prenons la route pour retrouver nos amis et ensuite prendre le chemin qui mène au jardin.

100_1454

Très heureux dès le matin, on arrive vite au jardin où beaucoup de travail nous attend, Sans peur ,nous allons l’affronter tous ensemble comme une vraie équipe. Eric et ses parents nous rejoignent « On sentais l’odeur du barbecue » s’exclame Eric en nous disant « Bonjour » a la fois. Nous sommes au jardin dans une belle compagnie, un barbecue de merveille a l’ombre du vieux prunier, Qu’est ce que nous pourrions désirer d’autre???

Bon, bah….rien! On est bien là!

On commence a s’éparpiller dans toutes les coins du jardin et chacun commence a désherber avec Magalie et Romain; mettre des tuteurs et couper les branches des tomates avec Nicolae, Saina et Alia; planter des courgettes et potimarrons avec Hélene et Laura, puis arroser avec Laurence.

100_1453

Sous la serre, et tout autour de la serre le mari de Fatima, Franck, aa fait un travail extraordinaire car il a enlevé toute la mauvaise herbe qui était sous la serre et autour  et puis il a retourné la terre….un bon travail fait avec beaucoup d’effort et d’envie : Merci a ce Papa (Franck) !

100_1414

Puis le travail a continue car après le repas, Laurent a fait une petite escapade sur le champs des framboises et toute les ronces ont été enlevées,.

Nous avons continué le travail en mettant en pleine terre 12 plants des poivrons et 18 de courgettes , 12 potimarrons, avec Nicolae Héléne et Laura.

100_1442

!Villa saint martin

Une dizaine d’enfants à la Villa Saint-Martin pour ce beau samedi.

Une partie s’est posée à l’ombre, jeux de société et piscine à boules pour les plus petits. Notre Thibault regretté est passé à l’improviste nous aider sur cet atelier, avec Benjamin et Iasmina, ils ont fait un jeu de passe de ballons où il faut trouver des mots commençant par une lettre donnée avant d’envoyer le ballon au voisin. Magali, à la cuisine nous a fait de bonnes vieilles crêpes.

DSCN0194

Une deuxième équipe était à la parcelle jardinée pour finir la table de jardin. A sept personnes, nous avons bien avancé, la table est presque terminée, elle tient debout ! Il reste à la consolidée un peu car les planches qui relient la table aux bancs sont au centre et la table bascule un peu sur cet axe. La prochaine fois, ce sera consolidation, ponçage et décoration.

DSCN0186

Au conseil de quartier, tout le monde était content d’apprendre la naissance de cette table. La proposition principale pour un prochain atelier, l’été arrivant, c’est une bataille d’eau. Nous en organiserons une façon Robinson, avec des règles du jeu, des équipes et des objectifs.

DSCN0195

Les crêpes étaient bonnes.

Champlan 13-06-15

Nous sommes arrivés au camp sous un beau soleil. Aujourd’hui, nous avons proposé des olympiades comme activités. Nous avons fait deux équipes, les rouges et les bleus. Pour la première épreuve, nous avons joué à « lance le bâton dans le cercle », c’est l’équipe bleue qui a remporté la première victoire.

SAM_4886SAM_4865

Puis nous avons fait une course, ici aussi l’équipe bleue a gagné. Pour finir les olympiades, nous avons fait une partie de football.  Ces olympiades ont été très appréciées par les jeunes, très bon après-midi !!!!

SAM_4882SAM_4852

 

Vendredi 12 juin

La Rocade

Alors que le soleil étincelait dans le ciel, les Robinsons ont installé leurs ateliers.

Laura s’est mise à la cuisine et a proposé de délicieux petits beignets,malgré le fait qu’il faisait très chaud, l’activité à bien fonctionné et le résultat est fabuleux !

Iasmina à créé un terrain de badbinton et de nombreuses personnes ont pu s’amuser ! Il faudrait d’autres filets et raquettes encore pour pouvoir jouer plus nombreux !

DSCN0149

Quentin et Marie ont proposé un atelier théâtre, l’activité à trop bien fonctionné, si bien que cela est devenu un peu chaotique car chaque enfant voulait faire quelque chose de différent. Au final, nous avons assister à un mariage entre un voleur et une policière, très réussi !

DSCN0166DSCN0162

Tito et Aline étaient présent pour l’atelier porteur de parole! Aujourd’hui le thème était la fraternité, je vous laisse méditer là dessus…

DSCN0156

Glawdys quant à elle, a proposé aux plus jeunes un atelier petite enfance avec une piscine à boule, une dinette etc. Cela à permis aux plus petits de beaucoup rigoler! 😀

En fin, Leïla et Benjamin se sont occupés de l’atelier jeux de société, celui-ci a eu des hauts et des bas, mais le bilan reste positif, et les petits ont bien ris en jouant au Uno! 😉

Tout cela finis, nous avons pu manger nos beignets arroser de petits sirops, puis nous sommes partis tranquilement au local. :p

A la semaine prochaine! :)

Jardin

Aujourd’hui il fait beau, nous avons eu un peu de vent, ce qui était bien agréable. Nous avons commencé dans la serre en faisant quatre rangées en longueur pas trop profondes pour y mettre des graines de persil. Un photographe est venu à notre rencontre pour nous prendre en photo pendant notre travail, nous avons donc continué nos tâches comme si de rien n’était !

SAM_4841

Des branches d’arbres ont été coupées afin de les utiliser en guise de tuteur et pour terminer nous avons arrosé ce qu’il y avait dans la serre le temps que le goûter se prépare à l’ombre des arbres . Nous avons pu échanger avec le photographe autour des bon gâteaux faits ce mardi à l’atelier cuisine et nous détendre un peu avant de ramasser les affaires et de retourner au local.

SAM_4845

 Jeudi 11 juin

Petite enfance à Ballainvilliers

Journée ensoleillée, en arrivant au camp nous nous sommes directement installés à l’ombre . Aujourd’hui les petits étaient majoritaires, nous avons donc adapté les activités ; mikado , parcours des chiffres pour leur apprendre à compter, nous avons séparé les enfants en deux groupes, pour les petits du coloriage, pour les grands écriture de poème en roumain.

DSCN0107DSCN0058

Avant le goûter, nous leurs avons laissé un petit temps libre pour jouer à la dînette pour apprendre les noms des fruits et légumes . Le goûter s’est bien passé , les enfants ont bien aimé cette journée et nous aussi.

DSCN0083

Jardin

Cet après midi était un très joli après-midi avec un grand soleil à l’horizon. Une parfaite journée pour travailler ! On s’est donc vite mis au travail !

2015-06-11 13.49.32 Hahaha !!

Avec nos outils dans les mains, on commence à retourner de petites parcelles pour planter des salades, laitues, radis !

Pendant que Benjamin et Nicolae ont planté les légumes cités ci-dessus, les autres ont désherbé le terrain se trouvant à côté, nous permettant de mieux reconnaître les plants de courgettes, citrouilles et haricots.

2015-06-11 13.52.50

Pour que tout cela pousse bien, nous avons copieusement arrosé la terre et les plantes!

Nous avons également profité de l’ombre du prunier pour s’accorder une petite pause afin de finir notre séance de jardinage en dégustant notre petit goûter, pour enfin prendre le chemin du retour !

2015-06-11 14.14.07

A la semaine prochaine pour de nouvelles aventures! 😉

Au Skate Park

Un bon moment partagé cet après-midi, à la sortie de l’école. Beaucoup de femmes avec leurs enfants, mais aussi des plus grands venus seuls, des enfants dont les parents discutent un peu plus loin et nous ont confié leur marmaille. Les lunettes de soleil sont de sortie avec les poussettes, les sandalettes et les jupettes. Il y a de nouveaux visages, des tous petits, nés cet hiver, que nous découvrons, maintenant qu’ils ne sont plus emmitouflés dans leur manteau.

SAM_4813

Sur mon tapis, on commence par se raconter des histoires : C’est Youssra qui nous raconte l’histoire d’une chipie du far west. Elle est en CE1 et lit déjà drôlement bien. Je profite du temps des coloriages, toujours très attrayant pour faire connaissance avec les nouveaux minois ! Pour les prénoms il me faudra un peu plus de temps pour les retenir.

SAM_4784

Iasmina propose son activité de confection des livres en tissus : une jeune fille continue son ouvrage commencé il y a 2 semaines : c’est une histoire autour d’un jardin. On y voit une parcelle de terre, entourée de perles mais pour en savoir plus sur l’histoire, il faudra attendre la prochaine fois.

SAM_4792

Mercredi 10 juin

A Bel-Air

Quel beau temps aujourd’hui, nous étions gâtés ! A peine arrivés, de nombreux enfants nous attendaient déjà.

Nous avons donc rapidement installé les ateliers pour pouvoir commencer.

Glawdys a proposé un atelier jeux de société: Croc Carottes, Blocus, échecs, les plus jeunes se sont bien amusés.

SAM_4770

Isasmina, pour sa part, a jouer à « chat » à la demande des enfants. C’était vraiment très sympathique de les voir courir et rigoler !

Benjamin, quant à lui, a installé un atelier football. Au début c’était un petit peu laborieux pour lui car les petits jouent très bien, cependant, il s’est bien rattrapé sur la fin!

Une fois ces activités terminées, Glawdys, Iasmina et Benjamin ont proposé un grand jeu collectif: « accroche-décroche ». Ici encore l’activité à très bien fonctionné et nos petits bambins ont beaucoup ri ! C’était super !

SAM_4779

L’atelier allant à sa fin, nous avons pu déguster un délicieux gâteau à la noix de coco préparé la veille, ainsi que de bons petits sirops !

Nous avons ensuite plié bagage sur un bilan très positif, la journée s’est bien passée, ainsi que toutes les activités proposées !

SAM_4781

A Wissous

Aujourd’hui à Wissous on était trois: Laura ( Pédagogue social ) Yannick ( Bénévole ) , Magali ( Stagiaire de 2de Service de Proximité et de vie locale ) . Nous sommes arrivées vers 14h , il y avait trois ados et dix enfants de 4 à 10 ans . Activités proposées : Jeu de l’élastique , chat couleur , cache cache , Baccalauréat simplifié ( prénom ,animal , pays ) , mime des animaux . Tous ces jeux ont été mis en place afin de développer leur maîtrise de la langue française pour les 8-10ans

DSCN0029DSCN0007

Yannick s’est occupée des enfants de 4 ans qui ont joué avec les kaplas , les cubes de construction, la dînette et les dessins, le coloriage , découpage , tout cela en essayant de communiquer et de se comprendre entre le roumain et le français .

DSCN0017

Nous avons terminé la rencontre par un goûter .

La journée s’est bien passée .

Tapisserie

Zohra, notre mamie préférée, voulait venir à l’atelier tapisserie depuis un bon moment, mais voilà, quand on est mamie, on a des enfants et des petits enfants. Et souvent, ses enfants lui demandent de garder ses petits enfants ! Mais cette fois-ci, elle est des nôtres ! Mais pour bien faire Zohra, il aurait fallu apporter tes lunettes ! Tous ces petits fils, ça fait mal aux yeux et on finit même par loucher.

IMG_20150610_154953508

Noëlle lui prête une paire de « loupes » et elle apprend à faire des  « flottés » pour le fond bleu derrière notre bête laineuse qui flotte parmi les étoiles… Si c’est vrai : la preuve en image !

IMG_20150610_145325859_HDR

Ana est très appliquée et travaille avec Noël quand tout-à-coup, quelqu’un frappe à la porte. C’est Franck qui nous fait la surprise de sa visite ! Il était venu mercredi dernier mais avait un rendez-vous cet après-midi et ne pensait pas venir. C’est chouette qu’il soit venu par lui même : je crois qu’il a vraiment accroché à la tapisserie !

IMG_20150610_154938761_HDR

Jardin

Nous allons cet après-midi commencer une nouvelle séance de jardinage avec les enfants du quartier et ceux des camps pour renforcer les liens, créer des amitiés, et apprendre et comprendre les différentes cultures. Nous ne tardons pas à faire encore une fois connaissance par l’intérmede d’une petite chanson que nous avons apprise aux enfants  » Bonjour, Bonjour, je m’appele……! »

C’est ainsi que nous avons appris et les enfants aussi une façon très amusante de faire connaissance et nous découvrons aussi qu’ils adorent chanter.Mais nous sommes aux jardin et nous devrions aussi travailler un peu, et du coup on se sépare en deux groupes et un groupe avec Leïla, qui s’est mis à désherber la parcelle des citrouilles.

100_1368

Et un autre avec Nicolae qui a retourné une petite parcelle et on a mis en pleine terre des haricots et des salades.

100_1362

Puis comme il faisait très chaud nous avons pris une petite pause à l’ombre du prunier et avant de partir nous avons arrosé sous la serre nos belles tomates qui commencent à grimper tout le long du tuteur.

Enfin le moment de goûter arrive et tous assis a la table nous profitons d’un bon frais verre de sirop bien citronnée!

100_1376

A plus!

Mardi 9 juin

Intermèdes cuistots

Accompagnés de nos robinsons et munis de nos bols et de nos fouets nous avons commencé à cuisiner. Nous avons choisi de faire des gâteaux à la noix de coco qui nous ont demandé beaucoup de patience et de muscles. En effet, mélanger toute la pâte fut une épreuve de muscles. Après tout cela la pâte à madeleine prit place en attendant que les gâteaux cuisent. Eric et Franck ont ensuite pris les moules à madeleines et les ont remplis comme des chefs. De vraies œuvres d’art !!!!

SAM_4744

Nous avons fait fondre du chocolat afin d’en enrober le dessus de nos gâteaux. Nous avons aussi préparé une tarte aux fraises avec Zohra que nous avons tous partagée en fin d’atelier.

SAM_4755

 

 

 

 

 

 

 

Servitude et misère de la politique de la Ville

Nous assistons dans nos banlieues à un étrange ballet: tandis que les structures de lien social, de proximité sont soigneusement limitées, déconstruites et détruites, s’affirme une nouvelle liturgie pour un autre âge.

SAM_4678

Cérémonies de signature de contrats de ville, bilans, petits cocktails entre amis, discours à coup de « République » et de « Laïcité », on nous berce d’une politique sociale qui se reconduit toute seule à partir de mots convenus: « participation, pouvoir d’agir, accueil, aller au plus près des habitants ou des jeunes, recueillir leur  parole…

Pour qui a l’occasion de lire les dossiers de demande de subvention en politique de la ville, ce monologue est consternant. Phrases en copié / collé, objectifs autoproclamés, vertu incantatoire de mots désincarnés. Tout y est ; voici la messe en latin de notre nouvelle république.

Du latin, au baratin, il n’y a parfois qu’un pas (surtout pour ceux qui n’y entendent goutte) , spécialement quand ce sont toujours les mêmes qui reçoivent tout soutien, et qui, faute de multiplier leurs actions (rares et réduites ) , multiplient leur représentation. Un même événement fera à la fois la couverture du magazine municipal , mais aussi donnera l’occasion de témoignages touchants « d’habitants » lors de toutes sortes de réceptions. Et s’il en reste quelque chose , on le resservira l’année suivante. Et même on les mettra en commun avec tous ces « partenaires » avec qui on est en « réseau »: chacun s’accrochera au même événement, et se le repassera l’un à l’autre. Les réseaux ça sert à cela: mettre en commun le peu qu’on fait et le recompter de multiples fois.

La déconnexion avec la réalité sociale est d’autant plus forte que les actions censées y porter remède, sont toujours autoréalisées. Elles vont de succès obligés, en actions « réussies ». Elles s’auto valident.

Ainsi dans les quartiers de programmes réussis, en actions couronnées de succès, tous les problèmes pour lesquels on s’alarmait progressent , pour  la plus grande indifférence des promoteurs d’actions cosmétiques.

Ainsi, en politique de la Ville, le plus souvent:

le mot « partenariat » est un autre nom pour la cooptation , l’auto consécration  entre pairs,  pour l’accaparement des places et moyens.

– le mot réseau désigne le fait de mettre en commun des actions de faible portée et de rares idées d’avant hier.

Et que dire de la réalité des valeurs à la mode? Pouvoir d’agir, démocratie, citoyenneté? Alors que nous voyons partout quelques associations bien soumises, affiliées, dans un pur esprit domestique, constituer un modèle qu’on se refile entre communes intercos et administrations.

On ne lâche pas ainsi « une affaire qui rapporte », fût elle complètement désincarnée.

Vis à vis des vrais porteurs d’innovations,  surtout si ceux là sont citoyens, et mettent en oeuvre de réelles ruptures et initiatives,  ces « actions modèles » serviront de prétextes, de paravents pour ne pas les soutenir.  Avec une grande économie de moyens , car , encore une fois c’est toujours les deux ou trois mêmes manifestations qu’on recycle à l’infini.

Le plus difficile à supporter dans toute cette mise en scène est sans conteste le vernis de démocratie derrière lequel tout cela se dissimule. On singe la neutralité, les grands principes d’égalité, et d’équité face aux projets, aux acteurs, aux habitants; mais personne ne songe sérieusement à remettre en cause « le fait du prince ».

Le Seigneur est maitre en son royaume, le Maire en son territoire et quand il s’agit de politiques de la Ville, sociales ou publiques, il est quasiment devenu interdit d’avoir quoi que ce soit à en redire. On attend de ceux qui subissent le déni, la non reconnaissance une obéissance absolue, une déférence spéciale. Nul n’ a le droit d’agir et d’exister s’il n’y a pas été invité.

L’initiative sociale, la recherche théorique d’actions innovantes, la promotion de l’autonomie des acteurs est retournée en son inverse: valider tout ce qui avait été décidé et retenu.

Ainsi nous voyons en politique sociale et éducative se répandre le même contresens qui s’impose en matière scolaire : l’autonomie est réduite officiellement à obéir « par soi même » … aux consignes.

En dehors de ces mises en scène, pourtant un nouveau travail social s’invente,  se met au point. Déjà ces concepts se répandent et n’ont pas de peine à faire la différence.

On peut retarder les évolutions nécessaires, on ne peut les empêcher. Ce qui aujourd’hui n’est pas soutenu, pas reconnu sera recherché demain à grands frais.

Il serait pourtant bien plus économique et plus simple de soutenir les acteurs qui sont là. Il

 

Dimanche 7 juin

 

32 PERSONNES Au jardin!!!!

C’est sous un beau soleil que nous nous sommes mis au travail : une équipe dans la serre pour redresser les tomates, une équipe aux désherbages, et une dernière équipe à la préparation du repas. Nous étions une trentaine aujourd’hui !

IMG_6475

Puis nous avons repris des forces autour du bon repas préparé avec soin. Une fois les forces retrouvées, nous nous sommes occupés des pommes de terre ; il faisait très chaud !

FullSizeRender

Un groupe est parti récupérer des affaires à la brocante de l’école de Chilly Mazarin. Après l’effort, le réconfort, nous nous sommes retrouvés autour d’un bon goûter pour cloturer cette bonne journée ! Bonne humeur et convivialité étaient au rendez-vous.

Samedi 6 juin

à la Villa Saint-Martin:

Nous sommes allés à la villa saint Martin. Les enfants et Aline ont continué a construire la table de pique-nique en coupant des lattes pour faire une table lisse et sans trou.

SAM_0018

 

Pendant ce temps, Marie montrait aux enfants comment poncer les bancs pour ne pas se blesser. Certains enfants ont même proposé des idées pour décorer et rendre plus pratique la table.

SAM_0012

Dans les autres atelier,s les jeux de sociétés et surtout le Dobble ont fait rire nos robinsons et ont permis de voir qu’ils sont doués pour ce jeu. D’autre jeux comme le Uno a aussi fait des ravages dans les jeux.

SAM_0003

La piscine à balles leur a beaucoup plu et le service dînette a aussi changé en petit restaurant où Eddy était le patron et Laura et Leïla étaient ses clientes. Bon appétit!!

SAM_0004

L’heure du Conseil de Quartier était arrivée et les enfants nous ont exprimé leurs ressentis sur les atelier. Après tout ça le goûter fut pris et tout le monde était avec un grand sourire sur le visage.

Espace ado:

Aujoud’hui il fait beau et chaud , Ionut et Cosmin sont arrivés en » trottinette et en vélo » qu’ils ont posés a l’entrée .

Ils sont vite montés a l’étage, là où se trouve « l’espace ado » , leur petit coin de liberté . Ils ont écouté de la musique en tout genre et en même temps ont fait des percussions . Nous avons joué au billard hollandais avec les enfants et comme dans tout les jeux , quelqu’un a trouvé le moyen de tricher et de gagner, c’est ce qui rend marrant le jeu .

2015-06-06 14.50.542015-06-06 14.37.43

Une fois terminé nous sommes descendu dans la cuisine pour préparer le goûter ( un fondant au chocolat ) , le temps de la cuisson, Ionut et Cosmin sont sortis chercher leurs vélo et trottinette mais elles n’étaient plus là … Peut être que quelqu’un les a piqués … C’est peut être un de leurs amis ! Le gâteau terminé , nous l’avons mangé puis les enfant sont partis « à pieds »!

Quel drôle de journée !

Bidonville de Champlan

C’est sous un beau soleil que nous avons commencé l’atelier d’aujourd’hui par le jeu collectif du « Tomate-ketchup » pour se réunir et se réveiller tous ensemble !

Les enfants étaient peu nombreux cet après-midi, du coup nous en avons profité pour faire un jeu plus difficile et qui demande un peu de concentration : le « petit bac ». Roberta et Larissa ont tenu jusqu’au bout comme de vraies championnes ! Il s’agissait de trouver le plus vite possible un nom de fruit ou légume, un prénom, un métier et un animal commençant par une lettre différente à chaque fois. Les filles se sont tout de suite prêtées au jeu malgré un rapport à l’écrit pas encore évident.

SAM_4714SAM_4712

Belle épreuve !

Vendredi 5 juin

La Rocade

Quelle grosse chaleur aujourd’hui! Peut-être un petit peu trop même! On s’est donc installés à l’ombre sous les arbres et avons préparé nos ateliers.

Leïla a installé une activité jeux de société auprès des jeunes, cela à eu un franc succès !

Aline et Iasmina quant à elles ont proposé un atelier artistique: faire de jolis dessins avec de nombreuses fleurs et plantes. Que c’était beau! 😀

SAM_4711SAM_4710

Glwadys, pour sa part, a fait la petite enfance, et a joué à la dinette avec nos plus petits bambins! 😉

Leïla, était à la cuisine, avec ses petits associés, ils nous ont préparé un délicieux pain perdu! J’adore ça! 😛

Benjamin, pour finir, a fait un grand jeu collectif: le jeu de l’élastique! Un jeux d’adresse vraiment pas simple, mais ils se sont bien amusé! 😀

SAM_4696

On a fini la journée en dégustant nos pains perdus et en sirotant nos petits sirops! Hmmm! :)

C’était donc une très bonne journée, tout le monde a beaucoup ri, c’était génial! 😀

SAM_4708

Jardin de Saulx

Quelle jolie après-midi ensoleillée et quelle journée merveilleuse nous avons aujourd’hui.

Avec Magali on prend la route et nous allons récupérer les amis qui nous attendaient à l’arrêt de bus avec impatience à l’ombre d’un arbre pour se protéger des rayons du soleil qui tapait trop fort.

On embarque nos amis et nous prenons le chemin qui nous amène au jardin. Une fois arrivés ici on va vite se mettre à l’ombre car la chaleur nous étouffe. J’ouvre la serre et là….puf…une masse de chaleur me frappe le visage avec puissance et sous la serre un « sauna » naturel et on sent que même nos tomates ont chaud.

On profite d’une petite pause à l’ombre car après nous allons sortir pour arroser. Sans plus tarder Magali se met au travail et commence à ramasser les salades et elle en profite aussi pour désherber, c’est sa première fois mais elle se débrouille à merveille.

100_1108

Cependant  les autres, Franck, Jessica et Eddy, font l’effort de monter l’eau dans les seaux pour arroser.

100_1110100_1109

Nicolae se met à désherber le terrain des potirons et ensuite celui des courgettes pour qu’après il puisse les arroser et sous la serre ramasser les radis pour notre récolte.

100_1112

Le temps passe vite quand tu travailles et le moment du gôuter arrive et on s’assoit tous pour en profiter !

A + !

Jeudi 4 juin

Skate Park

Aujourd’hui, nous sommes allés au skate parc. Les ateliers lancés, les enfants se sont mis directement à ce qui leur plaisait.

Iasmina a continué l’atelier des livres en tissu avec les enfants et ils ont bien décoré leur page de garde avec des perles. Munis de leurs aiguilles, les perles s’enchaînaient et formaient peu à peu les fleurs. Les couleurs des perles faisaient briller les pages et le rendu était très joli. Les enfants rédigeaient leurs propres histoires selon leur choix et ils portaient beaucoup d’attention à leur écriture.

SAM_4686

Pendant ce temps, Aline faisait des coloriages et des dessins avec les jeunes. Certains d’entre eux ont même collé des pâquerettes sur le dessin pour le rendre plus beau. Juste à côté d’elle le Tic Tac Boum avec les mots à reconstituer a été apprécié.

SAM_4682

Vient ensuite l’heure du goûter pris avec les familles et les enfants.

Ballainvilliers petite enfance

Aujourd’hui on était trois ( Laura , Magali , Victoria ) nous avons commencé avec le jeu de la dînette pour découvrir les légumes en français et leurs noms .

SAM_0014

Les petits étaient attentifs à ce qu’on disait, après nous avons fait une balle aux prisonniers, nous nous sommes bien amusés !

SAM_0022

Nous avons cousu les lettres sur le tissu avec les enfants.SAM_0049

Une fois la couture terminée on a séparé les petits et les grands en deux groupes pour faire dessin et écriture. En fin d’activité, les journalistes sont arrivés sur le camp pour prendre des photos et observer les différents ateliers .

Pour terminer nous avons sorti le Mikado, les enfants ont très vite compris les règles, les adultes se sont même prêté au jeu .

Enfin , le goûter ! Tout s’est bien passé, nous avons mangé des fruits et des gâteaux que nous avions préparés avec les maman mardi , et nous avons bu du sirop .

Jardin

Cette après-midi nous allons avoir de la visite sur l’atelier de jardinage, la séance avec les adultes de la part d’un journal associatif qui vient voir nos pratiques et notre jardin surtout.

Dès leur arrivée les adultes les prennent en charge et commencent à leur parler de l’association, de l’atelier de cet après-midi, des activités outre le jardinage que nous leur proposons, de leur ressenti et de leur sensibilisation envers nous et l’association.

Après un rapide tour des plantations en cours, nous ne tardons plus et nous allons maintenant se mettre tous et toutes au travail et petit à petit malgré la chaleur qui nous étouffe on commence à désherber et puis mettre en pleine terre des radis et repiquer des salades.

DSC_0001

Pendant ce temps, le groupe des GPAS de Bretagne se met à arroser nos plants des légumes et on découvre que Karine provient d’une famille de paysans et qu’elle s’y connaît pas mal dans le jardinage et nous apprend comment arroser les plants de tomates et que elles ont besoin de 3 litres par jour d’eau ! Très intéressant!

DSC_0004

Mais le temps passe vite et nous allons dire « Au revoir » aux journalistes car ils vont partir pour visiter d’autres ateliers en cours dans d’autres endroits avec nos pédagogues.

Nous ne tardons plus et on prends le goûter et nous profitons d’un verre de sirop de citron frais!

Ahhh…. ça fait du bien!

Wissous

Aujourd’hui, le théâtre était à l’honneur sur les « planches » du camp de Wissous.

Nous avons proposé aux enfants d’écrire sur des petits bouts de papier quelques thèmes de leur choix pour ensuite les mettre dans un « chapeau ». Nous avons ensuite constitué de petits groupes de trois afin de préparer des petites saynètes à partir des thèmes tirés au sort.

DSC_0002

Parmi les thèmes qui sont ressortis : groupe d’amis dans une BMW avec des filles, au restaurant, Roméo et Juliette, Dracula, ...puis les groupes sont passés sur scène. Pas toujours facile de ne pas pouffer de rire; on se rend compte que l’exercice est moins facile qu’on ne le pensait. Il faut penser à une entrée en scène, des rôles différenciés, une petite intrigue, une sortie de scène…et il faut répéter pour être bien coordonnés et être sûr de soi et dans son personnage quand on passe devant un public, même petit ! Aujourd’hui, c’était une première approche mais nous allons poursuivre un cycle d’un mois d’exercices et jeux théâtraux car les enfants se sont montrés très intéressés.

DSC_0010

Ils ont voulu qu’on leur donne des thèmes en partant pour qu’ils préparent de petites scènes en groupes tout au long de la semaine pour nous les présenter la semaine prochaine…alors nous sommes curieux de voir le résultat mercredi prochain…patience et suite au prochain épisode !

Sortir ! (à la ferme)

Susanu et Narcisa, les derniers sur la liste de sortie des enfants de Champlan, m’auraient suivi n’importe où. Les sorties sont des instants de vacances pour eux, même si pour nous c’est l’occasion de partager, de discuter et de découvrir de nouvelles choses.

Nous allons donc à la ferme pédagogique du parc des Meuniers à Villeneuve-le-roi, juste à côté des pistes d’Orly. Sur le trajet aller, nous croisons une carcasse d’énormes avions, et nous avons une discussion sur la taille des avions, pourquoi sont-ils gros au sol et petits dans le ciel…

Puis nous arrivons à la ferme. Les enfants connaissent en français le nom de la plupart des animaux communs de la ferme : moutons, chevaux, chèvres, cochons, lapins.

100_1357

Nous avons donné à manger aux lapins sur les conseils des professionnels de la ferme, nous apprenons qu’ils ne mangent pas n’importe quelles herbes.

100_1318

Nous courons après les oies, nous reniflons le cochon, nous donnons à manger aux chèvres. Les enfants n’ont ne sont pas farouches.

100_1332

Nous faisons aussi un cache-cache dans le lieu parfait pour ce jeu : un labyrinthe. Un très joli labyrinthe de cyprès grandeur nature.

A la ferme, il y a aussi un espace de jeux d’extérieur avec un jeu de quilles où il faut lancer des cercles autour des quilles, un puissance quatre géant, et de très charmantes tables de pic-nic que nous avons utilisées pour goûter.

On a appris aussi que les abeilles protégeaient très bien leurs maisons. Susanu l’a appris à son détriment.

Bref, c’est une bouffée d’air qui a donné le sourire aux enfants tout le long de l’après-midi en découvrant un lieu, des animaux, et la notion de séparation des poubelles, du compostage. On ne peut pas tout retenir d’un coup mais on a appris en se faisant plaisir, c’est le principal et on recommencera.

Bel-Air

Aujourd’hui avec le soleil très présent nous avons rejoint les enfants à Bel air. Ils étaient tous très impatients de nous voir et nous attendaient de pied ferme. Le jeu d’échec installé, la partie fut lancée entre Inès et Assia.

SAM_4645

Peu de temps après une tomate pris place et tous le monde se mit donc en cercle. On a tous très bien rigolé !!!!!!

SAM_4651

Ensuite nous avons mis en place un accroche-décroche et maison-habitants où les enfants étaient par deux et devaient attraper la souris qui changeait tous le temps. Par la suite les jeux de sociétés plus calmement sont apparus avec le jeux de dés, le jeu de Mr Patate et le Blokus. Cela leur a fait très plaisir et leurs a permis de découvrir de nouveaux jeux ludique.

SAM_4673

Après ce fut l’heure du goûter et tout le monde à passer un bon moment .

SAM_4678

 

Jardin

Nous sommes le mercredi et aujourd’hui nous sommes accompagnées par un groupe d’enfants du quartier mais aussi des enfants des camps qui sont autour de nous, et du coup c’est le tour d’enfants de Ballainvilliers pour une nouvelle séance de jardinage et de découverte de la nature au jardin de Saulx.

Trés contents, les enfants du camp arrivent à se rapprocher de ceux du quartier et la communication s’installe avec plus de gestes que de mots mais en tous les cas ça marche!

SAM_0003

Comme c’est la saison du désherbage, nous ne tardons pas plus et nous commençons petit à petit à éclaircir les rangs des potirons et des courgettes.

Ensuite nous prenons une pause car il fait vraiment très chaud et les enfants ont besoin de se ré-hydrater et là nous nous asseyons à table a et nous découvrons que les enfants ont beaucoup des choses en commun comme « la musique » à l’école, et j’essaye de leur apprendre une petite chanson pour qu’on puisse faire connaissance « Bonjour, bonjour, je m’appelle…..! »

On découvre les prénoms très colorés et différents des enfants et à l’occasion on se découvre soi-même.

SAM_0005

Nous reprenons le travail avec une session d’arrosage sous la serre et sur le terrain, avec de la bonne humeur et de la bonne volonté.

SAM_0002

L’heure du goûter arrive et nous profitons d’un bon verre froid de sirop et d’un gateaux fait maison « Intermèdes Cuistots »!

A plus!

Mardi 2 juin

Intermèdes Cuistots

Aujourd’hui nous avons préparé le goûter pour les enfants de la semaine. Les recettes ont plu aux grands comme aux petits. Entre les madeleines au chocolat, les muffins et les cakes au citron on a carrément embaumé le local.

De vrai chefs!!!!

100_1095100_1088

Le courage de ne pas être

Il faut avoir le « courage de ne pas être »; c’est un leitmotiv, c’est une philosophie

Et ce dans toutes les dimensions de la vie sociale.

100_1212

Ainsi, en  politique , il faudrait avoir le courage de ne pas avoir d’opinions bien établies ou si peu; il ne faut pas être engagé. Ce serait vraiment mal vu que vous ayez été perçu , par le passé, comme militant ou impliqué. Soyez le plus loin possible de ce que vous prétendez défendre: l’idéal serait de vous présenter comme une sorte de touriste de vos propres opinions; clamer à l’encan , comme si c’était une distinction, que vous n’avez pas d’opinion clairement établie, pas d’adhésion, pas de mouvement. Affirmer « qu’on n’a rien contre personne », et même rien contre les pires ou ses ennemis. Pas de principes, pas d’aprioris, pas de tabous. Cela fera de vous quelqu’un de bien, quelqu’un qui ressemble au citoyen neutre et idéal dont on voudrait nous donner le modèle: une personne sans histoire, sans expérience publique ou politique, et toujours prête à se retrancher, à abandonner, à rentrer chez soi, à la moindre pression, au premier coup de sifflet.

Le summum de la vertu dans cette volonté de « ne pas être », en politique, consiste à s’affirmer le plus proche possible de ses adversaires. En fait il faudrait que personne ne comprenne pourquoi, au fond,  on serait encore contre eux. On est admirable quand on fait l’éloge de ceux qu’on est censé combattre et qu’on se fait honneur de leur ressembler. Cela augure de très peu de changements et de si peu de risques.

Le pire serait d’être quelqu’un capable d’assumer un  conflit, d’oser la lutte pour ses idées et ses principes. Cela ferait immédiatement de vous, une personne mauvaise, fâcheuse, dangereuse, capable de tout et qui sait peut être même d’un peu de changement …

Dans le social, il en est de même. Il y a  cette même passion « à ne pas être ». Si on a  la moindre idée, le moindre projet à présenter, il faut prendre des précautions élémentaires: affirmer immédiatement toutes les limites qu’on se donne pour son action, tous les gardes fous, tous les cas d’exclusion qu’on fixera comme limites à nos propres projets. En fait , il faut rassurer et expliquer au final qu’on se donnera plus limitations que de possibles, plus de buttées que de ressources, plus de freins que d’énergie. Ca rassure!

Là aussi on ne soutiendra que les projets d’action ou bien les institutions qui affirment tout ce qu’elles ne feront pas et tout ce qu’elles ne seront pas. Cela fait sérieux , professionnel…

Telle structure affirme ainsi dans son projet , sa charte et ses principes qu’elle « ne fera rien à la place » (… entendez de son public, des parents, des usagers). Cela paraît sérieux; en fait vous comprendrez vite , qu’en effet,  elle ne fera juste rien du tout.

En éducation, cette « passion de ne pas être » se présente comme une série de sauvegardes personnelles élémentaires. « Il ne faut pas être » tel ou tel rôle, sinon c’est le danger, le risque assuré. Et on commence à lister tout ce qu’on n’est pas : je ne suis pas éducateur (pour un enseignant), pas assistante sociale, pas animateur (quelle horreur!) , pas psychologue, pas nounou, pas infirmière…. La liste est longue et ouverte ; on peut toujours en rajouter.

Vis à vis des enfants, on emploiera le plus d’énergie à annoncer  « qu’on n’est pas les parents ». C’est quasi un credo religieux, un dogme, un catéchisme. Qu’est ce que cela veut dire? Si on y réfléchit un peu, cela n’a aucun sens; mais pour autant, en situation, dans les écoles, les institutions, ce propos sert à tout dire.

Vouloir « ne pas être les parents » , en priorité et par dessus tout, c’est affirmer en trois mots qu’on n’est pas chargé de grand chose: pas de soins , pas d’affectif, pas d’engagement, pas d’initiatives, pas de relations personnelles, pas de rencontres, pas de lendemain… Affirmer « Ne pas être le/la/les parent (s) », permet de rêver une situation où on ne serait responsable d’aucune conséquence, sinon de rien, dans tout ce qui arrive à l’enfant. Evidemment cela laisse entendre (opinion tout aussi extraordinaire quand on y réfléchit un peu) que le parent lui, par réversibilité , serait responsable de tout, un peu comme un constructeur de voitures, pour ses pièces détachées.

Pour certains professionnels, « ne pas être » revient, au fond, à ne pas vouloir laisser envahir son être: ne pas donner une minute de trop à sa mission,  à l’enfant, à sa famille; refuser de s’exposer, de s’exprimer trop personnellement, … Pratiquer LA RESERVE

S’obstiner « à ne pas être », ne pas se laisser « envahir » renvoie à une notion de pureté. Je ne devrais pas me laisser toucher, séduire, affecter, « contaminer ».

C’est comme si mon « moi » devait rester « pur » de ceux (de ce) pour qui , avec qui, auprès de qui, je travaille et je vis.

Pour les responsables, les cadres , les dirigeants, ce « courage à ne pas être », est quasiment élevé au rang d’injonction élémentaire si on veut occuper un poste.

C’est comme un contrat tacite: on vous donnera un peu de pouvoir, on vous en reconnaîtra mais à la seule condition, que vous ne « soyez » rien, ou en tout cas rien de significatif.

A l’opposé de tous ces gens bien qui ont le courage de ne pas être , il y a tous les gens du peuple, les gens pas fréquentables, les jeunes des banlieues surtout. A ceux là on reproche de trop être , d’être trop et en trop, trop déterminés: religion, nationalité, cultures, styles. N’ont ils pas le toupet de commencer de nombreuses phrases par « Je suis… » (tzigane, arabe, tunisien, musulman, stylé, racaille, rebelle… )

  En pédagogie sociale, c’est un peu le même scandale…, on prend le risque d’affirmer l’importance et l’intérêt de nos actions et de ce que nous sommes.

On a le courage d’affirmer ce qu’on peut faire à partir de notre pédagogie.
On a le courage d’affirmer qu’on amène du changement, du neuf, qu’on permet aux situations et personnes d’évoluer sans les perdre. On EST (pédagogues sociaux).

On a le courage d’assumer de se laisser toucher, envahir, bousculer et que cela affecte en effet « notre être ». Ces principes et les modes de travail que nous mettons en place, nous avons le courage de les nommer, de les défendre et de les illustrer.

Évidemment ça ne peut que heurter tous ceux qui ont eu le « courage » inverse. Un choc, un scandale.

Avec ce  message , nous atteignons le nombre de 200 KroniKs, sur ce blog Recherche/ Action …

Dimanche 31 mai

au jardin et à Animakt :

Très belle journée pour les Robinsons ce dimanche ! Et ce, malgré la pluie et la grisaille persistantes !

2015-05-31 11.55.30

Pour commencer, nous nous sommes tous retrouvés au jardin de Saulx-les-Chartreux pour arroser les tous jeunes plants sous la serre (radis, tomates, persil et basilique) afin que ces derniers puissent aussi profiter d’un peu d’humidité pour nous donner de bons légumes et aromates.

2015-05-31 11.56.30

Nous en avons aussi profité pour faire un peu de désherbage car, avec les beaux jours, il y en a encore et toujours…alors ne nous laissons pas envahir et soyons ferme dans notre lutte contre les mauvaises herbes !

2015-05-31 13.04.09

Nous nous sommes ensuite rendus chez nos voisins et amis d’Animakt pour la suite du programme : pic-nic partagé, spectacle des enfants de l’atelier cirque puis sortie de résidence d’un artiste de cirque de la compagnie « Alchimère »…que de bonnes et belles choses !

2015-05-31 12.46.39

Nous étions plus de 30 Robinsons à participer à cette journée. Petits et grands ont adoré le spectacle qui a donné l’occasion de partager une heure entière de rires, de sourires, d’émerveillement, de surprises et de toutes sortes d’émotions ! On en est tous sortis le sourire aux lèvres et l’imagination émoustillée !

Et  merci aux petits artistes en herbe d’Animakt qui ont réalisé de très belles prouesses et suscité plein d’envie chez nos enfants !

Samedi 30 mai

A La Villa Saint Martin :

Bonjour Villa Saint-Martin ! Aujourd’hui, nous allons continuer notre chantier « table de pique-nique », commencé la semaine passée. Il n’y a pas foule car de l’autre côté de la rue une grande fête se trame: « la fête de la nature ». Qu’à cela ne tienne, nous retirons des planches d’une palette pour continuer à faire les pieds de nos bancs. Nous scions et vissons les planches, et fixons les 4 pieds.

100_1303

A côté les boules de couleurs sont installées dans la petite piscine et les enfants s’y éclatent. Ça et la nouvelle petite maison en tissus leur plaisent beaucoup.

Les enfants passent ainsi un peu de temps avec nous mais ont aussi drôlement envie d’aller à la fête de la nature.

100_1287 - Copie

Du coup, l’atelier se finira plus tôt que d’habitude.

Nous avons eu la surprise de voir que Marie et son mari avaient planté quelques légumes et fleurs sur la parcelle. Pourvu que l’esprit communautaire prenne racine ! Des radis plantés samedi dernier pointent déjà le bout de leur nez

100_1297

 

Espace ados

En cette belle journée, une fois les jeunes arrivés, l’espace ado à pu débuter. 😀

Nous les avons tout d’abord laissés utiliser les ordinateurs, jouer de la musique etc. afin qu’ils puissent se détendre et se reposer un petit peu.

Pendant ce temps, Laura et Benjamin ont pu finir de préparer les activités de l’après-midi.

Une fois les enfants en forme, nous avons pu commencer par un débat à la mode des « petits débrouillards ». Le concept est simple. Le maître du débat pose une affirmation. Suite à cela, deux groupes se forment: ceux qui sont d’accord, avec cette affirmation et ceux qui ne le sont pas. Le but est ensuite d’argumenter sur son point de vue. Et si un argument du « camp adverse » nous plaît, nous pouvons alors changer de camp et défendre de ce fait le nouveau point de vue.

L’idée ici était de faire réfléchir et débattre les jeunes à propos de sujet actuels et important tels que la politique, la téléréalité, la tolérance, le sexisme, le racisme… Les enfants et nous-même avons appris de nombreuses choses, c’était très intéressant! :)

Suite à cette activité, nous avons décidé de leur lancer des défis scientifiques. Nous leur donnons à chacun un œuf et différents matériaux (ballons, papier aluminium…). Que faut-il faire me demanderez-vous? La réponse est simple: utiliser les différents matériaux afin que lorsque l’on jette l’œuf du deuxième étage, celui ne se casse pas !

Plusieurs tentatives ont été réalisées et il faut le dire, les jeunes se sont très bien débrouillés!!! 😉

Tout cela terminé, nous avons dégusté de délicieuses brioches avec de la pâte à tartiner avec de bons petits sirops hmmmmmhmmmmm!!! :3

La journée se termine, nos ados rentre chez eux ! Le bilan est positif, tout le monde s’est bien amusé, et nous avons appris plein de nouvelles choses ! C’était vraiment super ! 😀

 

Vendredi 29 mai

au jardin

Un ciel légèrement grisonnant, une petite brise légère et fraîche, le soleil caché par les nuages… On pourrait croire que ce serait un problème ? Détrompez-vous, un vent frais fait énormément de bien lorsque l’on travaille dur !!! 😉

SAM_4641

Nous nous sommes tous rendus au jardin et nous avons rapidement entamé les travaux!

Benjamin, armé de son joujou favori, a commencé à débroussailler l’entrée, le contour des parcelles et le terrain juxtaposé au barbecue et à la table. Il s’est bien amusé ! Et nous aussi lorsque l’on a vu qu’il était couvert d’herbe !!! :p

IMG_20150529_154314641_HDR

Pendant ce temps, Nicolae et ses compères: Jessica, Franck et Eric, ont récolté les petits pois dans la serre, et je peux vous dire qu’on en a ramassé de très beaux ! Ils ont l’air très bon !!! 😀

Suite à cela, il fallait arroser les plants: courgettes potirons, potimarrons… Jessica, Franck et Benjamin se sont relayés pour chercher l’eau du puits tandis que Nicolae et Erik arrosaient les parcelles. Le travail d’équipe a très bien fonctionné et cela a permis une bonne ambiance. 😉

IMG_20150529_144909438

Le travail fini, nous avons goûté tous ensemble nos petits sirops et les délicieux biscuits cuisinés par les Intermèdes Cuistots ! C’était délicieux ! 😀

Aujourd’hui nous avons travaillé efficacement et dans la bonne humeur! On a bien rigolé, c’était super!

A bientôt pour de nouvelles aventures chez les Robinsons!!!

La Rocade

Salud !

Comme tous les vendredi, nous avons installé les ateliers à La rocade. Pendant la permanence, un vent frais soufflait et quelques enfants sont venus faire des jeux de société. On a d’abord joué au « ni oui, ni non », les enfants étaient super fort ! Les plus petits ce sont amusés sur les tapis avec la dinette, les jeux de construction, la petite maison ( qui quelques fois donne envie de faire la sieste ! ).

100_1220

Au fur et à mesure le théâtre a commencé ! Les garçons jouaient des scènes de bandit, mais ça, Quentin va vous le raconter plus en détail.

Après la sortie de l’école, plein d’enfants sont arrivés ! Certains Robinsons se sont amusés aux jeux de carte, au Monopoly pendant que les petits jouaient dans la piscine à balles.

100_1236.

L’atelier théâtre s’est agrandi pour former deux groupes: un groupe de filles qui avait préparé une scène inspiré de « Violetta » et un groupe de garçons. Avec les filles on s’entraînait sur la scène qu’elles avaient écrite, pour que chacune crée son personnage avec un caractère bien marqué !

Ce fut vite l’heure du goûter. Nous avons partagé un verre de grenadine et de bonnes tartines de nutella et de confiture !

100_1240

Pour terminer l’après-midi les groupes de théâtre nous ont fait de belles représentations !

La Ruche Théâtre

Une vraie mise en scène aujourd’hui ! Et même deux !

100_1249

En arrivant il n’y avait que Timothée et Ruben présents à la rocade, dans un esprit un peu provocateur. J’ai tenté de profiter de cet état d’esprit et leur ai proposé de jouer les braqueurs de banque. Ils se sont pris au jeu pendant longtemps. Ensuite Mohamed est arrivé et a amené un grand enthousiasme pour faire de nos amusements une vraie pièce. Sans moi, le théâtre continuait, les enfants jouaient les dealers de rue, rôle qu’ils semblent connaître très bien.

100_1252

Nous avons inventé une situation puis l’avons écrite, puis nous sommes allés sur les petits gradins de la Maison Colucci pour répéter très sérieusement pendant 45 minutes.

Les rôles s’affinent, on utilise les costumes à bon escient. Sofiane, un peu timide, arrive en quelques minutes à endosser son rôle de flic un peu violent, intimidant, qui parle fort.

100_1248

Nous allons au goûter et juste après, représentation :

Un flic arrête le vendeur, puis lui tient un interrogatoire musclé. Le vendeur devient peureux quand sa mère arrive dans le commissariat et qu’elle l’humilie devant ses amis guetteurs.

La scène est compréhensible, le public rigole, on applaudit.

Chez les filles :

Une pièce écrite par Myriam (dialogues inclus) met en scène des danseuses en répétition, qui doivent chanter. Je leur indique qu’il y a de quoi faire des choses drôles et intéressantes à partir de là en développant la diction, la mise en scène. Je les laisse avec Mathilde pour leur répétition.

100_1240

A la représentation, je suis très étonné : ces dialogues sont devenus une histoire de jalousie entre deux danseuses, avec une improvisation qui fait sens, une utilisation des accessoires à bon escient (une loupe en guise de micro). Et un sens de la coordination dingue : les filles dansent et la dominante fait tomber sa rivale dans une chorégraphie digne de la comedia del arte !

Tous veulent continuer la semaine prochaine. Beaucoup veulent se joindre à nous.

Jeudi 28 mai

Ballainvilliers

Aujourd’hui nous sommes allés au camp de Ballainvilliers afin de leur proposer des ateliers tous ensemble. Lors de notre arrivée les enfants nous ont tout-de-suite aidés à installer le matériel et ont commencé à jouer avec les différents objets du cirque. Le diabolo les a captivés et les assiettes volantes ont elles aussi pris peu à peu place

SAM_4626.

Les enfants les faisaient tourner très rapidement et étaient très concentrés pour ne pas faire tomber l’assiette.

SAM_4631

Lorsque les assiettes et les diabolos furent rangés cette fois-ci tout le monde se mit à jouer à l’élastique. La partie dura longtemps et Alex arriva le plus loin dans le jeu. Par la suite,les dessins et l’écriture de chiffres fut mis en place. Que de belles œuvres!!!SAM_4633

Puis est venue l’heure du goûter pris tous ensemble et avec le sourire.

Skate park :

Dès que les cloches ont sonné, nos tapis se sont remplis de mamans et d’enfants qui, pour la plupart, connaissent très bien nos ateliers et y sont comme chez eux, et pour certains, les découvrent et y sont volontiers accueillis !

100_1198

Les plus petits étaient au rendez-vous en grand nombre aujourd’hui alors nous avons doublé l’espace de l’atelier petite enfance.

100_1212

Les nouvelles pâtisseries de notre dînette ont eu beaucoup de succès auprès de nos petits gourmands et curieux ! Mais aussi les jeux de société (dominos, mikado, « tic-tac boum ! », jeu de la petite souris, etc.) ainsi que l’atelier confection de livres en tissu,  proposé par Iasmina pour les plus grands.

100_1203

L’atelier débordait de monde et de bonne humeur ; ce fut un très bel atelier !

Mercredi 27 mai

Jardin

Bonjour !

Aujourd’hui nous sommes allés au jardin avec les enfants, Six enfants sont venus s’occuper du jardin et bien sur profiter du soleil pour s’amuser !

SAM_0005

Avec les enfants nous avons désherbé la serre qui en avait bien besoin. On a tout d’abord désherbé les salades, puis les tomates et le basilic,

Après ça, trois enfants ont cueilli les pois ! Il y en avait beaucoup et il fallait les chercher entre les feuilles,

SAM_0004

Dans la serre, il faisait très chaud alors après avoir fait tout ça les enfants sont allés jouer à l’ombre.

Pendant ce temps-là, Nicolae, équipé de ses lunettes de protection et de sa débroussailleuse, a débroussaillé presque tout ce qu’il restait à faire ! Il est revenu tout vert, de l’herbe collé partout !

Et puis, chacun son tour, les enfants s’amusaient à la balançoire et c’était super drôle !

On a terminé cette belle après-midi autour d’un goûter en discutant ensemble,

A bientôt !

Tapisserie 27-05-15

C’était ma première tapisserie aujourd’hui (Quentin). J’ai récupéré Eric et Franck (malgré le désir de ce dernier de ne plus revenir) et nous sommes arrivés chez Noëlle tout pimpants.

100_1022

Avant tout, je découvre ce lieu, c’est grand, il y a des choses à voir partout, de nombreux métiers à tisser et une cour, un jardin, des tapisseries sur les murs, c’est grand et il y fait très bon vivre.

Nous nous mettons à tisser. La logique n’est pas très compliquée, on travaille ligne par ligne en passant sous les fils adéquats, sauf par moments où l’on passe sous d’autres fils. Cela étant dit, c’est très prenant, hypnotique. Eric, Noëlle et moi travaillons le nez dans notre œuvre pendant une grosse heure, pendant que Franck nous regarde, nous accompagne de sa bonne humeur, sur la photo, il s’assoit et fait mine de tisser, mais c’est un simulacre ! Actor’s studio, Franck !100_1021

Nous avons fait deux lignes entières, ce qui, d’après Noëlle est une très bonne avancée. Souvent, une ligne prend une heure. Nous voyons donc cette tapisserie avancer, elle ressemble à quelque chose et ça fait plaisir. A regarder le dessin modèle fait par les enfants, il reste de nombreuses heures de travail, mais c’est presque un plaisir que de se dire ça. Super content d’avoir découvert cette activité d’esthète méditatif.

100_1024

Un bon goûter au soleil et nous sommes repartis en nous donnant rendez-vous la semaine prochaine.

Bel-Air

Le ciel était d’un bleu saphir, quelques nuages s’y promenaient lentement et par parcimonie, dessinant de drôles de petites formes dans celui-ci… Le soleil brillait de milles feux et illuminait le parc majestueux de Bel-Air

100_1185.

Une petite brise d’été soufflait légèrement sur la butte où nous nous sommes installés. De jeunes enfants jouaient tranquillement au ballon. Cela ne pouvait promettre qu’une magnifique journée pour les Robinsons!!! :

100_1180

A 14h30, très précisément, les enfants ont commencé à accourir, les ateliers sont donc lancés. Nous commençons plutôt calmement. Effectivement, la chaleur se fait encore vraiment ressentir, une activité trop physique n’aurait pas été adaptée à ce moment de la journée. Iasmina et Benjamin ont donc proposé, de bon coeur, un jeu de société collectif auquel chacun des enfants ont pu jouer: le « Loup Garou » entre autres.

100_1180

Suite à cela, nous avons vu que les enfants ne parvenaient plus à se tenir immobiles, il fallait qu’ils se dépensent, et cela d’une manière importante ! Iasmina et Benjamin ont alors suggéré une « Gamelle », le jeu a très bien fonctionné là encore. Tous se cachaient derrière les buissons et les arbres pour ne pas se faire trouver et ainsi pouvoir délivrer les plus malchanceux s’étant fait capturer! Nonobstant, tous nos bambins ne voulaient pas faire la même activité… Il fallait de ce fait trouver quelque chose de nouveau à faire, et ceci rapidement…

100_1182

Iasmina a mis à disposition des volontaires un atelier football. Que c’était amusant de la voir courir après les enfants pour essayer de leur prendre la balle !!! 😀 Après un long match, rempli de nombreuses et impressionnantes actions, mais aussi de nombreux rebondissements, son équipe a tout-de-même gagné ! Ils se sont tous débrouillés à merveilles ! Nous étions vraiment impressionnés et très content d’eux ! 😉

100_1176

La journée se finissant, nous avons fait une ronde sur les tapis, et proposé aux enfants de nombreux sirops et petits gâteaux. S’étant bien régalés, les enfants ont pu rentrer chez eux, et pour notre part, nous sommes tranquillement rentrés au local. :)

C’était un après-midi vraiment magique ! Tout le monde s’est beaucoup amusé ! Vivement la semaine prochaine pour remettre cela !!! 😀

Wissous :

Aujourd’hui, c’était un atelier un peu spécial…et très festif !

Alexandra et Valentina s’étaient préparées et avaient répété toute la semaine pour faire à tout le monde une belle surprise : un spectacle de danse qu’elles avaient chorégraphié toutes les 2 de A à Z !

SAM_4597

Elles avaient même pensé au décor en préparant un panneau de bois décoré de fleurs sur lequel elles avaient écrit « Bienvenue pour le spectacle de danse de Valentina et Alexandra » !

Nous avons pris le temps de les regarder et de faire honneur à leur beau travail puis cela a suscité l’envie de monter sur scène aux garçons (Gabi et Valentin) à leur tour qui nous ont improvisé un drôle de duo puis à quelques adultes qui nous ont rejoints au fur et à mesure que le spectacle prenait forme.

SAM_4611

Après ce chouette temps festif partagé, nous nous sommes mis au travail avec les petits et les grands pour confectionner un drapeau Rrom (moitié bleu, moitié vert avec une grande roue rouge au milieu). Nous avons dessiné les formes, découpé les tissus, peint en s’en mettant un peu partout et surtout en y prenant beaucoup de plaisir !

SAM_4605

Nous préparons ce drapeau pour la journée de « Tribunal Rrom » qui aura lieu le samedi 27 juin prochain.

SAM_4617

Et comme il est de coutume, nous avons fini en partageant un bon goûter !

Les enfants nous ont fait la demande de préparer avec nous un petit spectacle de théâtre ; ils regorgent d’envies et de projets !

Mardi 26 mai

Intermèdes Cuistots

Aujourd’hui on a préparé des petits croissants au chocolat et des gâteaux marbrés avec Laura, Franck et Eric.

SAM_4581

Ils ont bien travaillé.

SAM_4588.

 

10 ans d’Intermèdes Robinson !

2005-2015

IMG_20150520_164110

L’association Intermèdes Robinson a été créée le 21 Mai 2005

Un peu d’Histoire
En 2005, la première association Intermèdes avait dû cesser ses activités (la « Maison Robinson ») depuis un an (2004). Le souvenir en était encore cuisant; Intermèdes s’était développée depuis 1997 et avait déployé une grande activité dans le quartier sud de Longjumeau.

La disparition de cette première association s’était accompagnée d’une grande interrogation: Comment une structure de cette importance pouvait elle disparaître ainsi du jour au lendemain »?

Et d’une  déception certaine ; nous avions le sentiment de ne pas avoir assez maitrisé ce qui était advenu, de ne pas avoir assez défendu une action d’une grande valeur.

En 2005, la nouvelle association a donc pour objectif à la fois de succéder à la première et en même temps d’aller dans un sens un peu différent. Cette fois-ci, nous voulions ajouter quelque chose au travail relationnel et social. Nous voulions mettre au cœur du nouveau projet une dimension de production.

Nous pensions « Travail », « Jardin », « Cuisine de masse », …

Qui était au démarrage?

Nous n’étions que quelques-uns au démarrage; pour la plupart, des transfuges de l’ancienne association: Samia, Catherine… Mais il y avait aussi des nouveaux amis qui ont quitté peu après la région, et d’autres acteurs (parents ou enseignants)  de l’Association de l’Ecole Hélène Boucher, où je travaillais alors, comme Sophie.

Très vite, nous nous sommes mis en quête de terrains pour créer le lieu de « maraîchage » (et non de jardinage ) que nous appelions de nos vœux. La municipalité de Longjumeau de l’époque loupa le coche et nous affirma qu’elle ne pouvait disposer d’aucun terrain et nous soutenir d’aucune manière dans un tel projet à la fois social et environnemental. 7 ans plus tard la municipalité de Longjumeau trouvera les moyens qu’elle disait lui manquer, et installera à grands frais une « ferme pédagogique »,à but économique, issue d’une structure qu’elle est allée chercher dans une autre ville; celle-ci vend ses prestations et bénéficie en continu d’une communication publique, copieuse et permanente…

Quant à nous, ce fut à Saulx-les-Chartreux que nous avons trouvé un accueil et une réponse positive pour un  terrain, pour nos adhérents Longjumellois. Toujours en 2005: nous avions fait vite !

On nous a proposé deux terrains que nous exploitons toujours: le lieu dit « de l’Équerre » (maraîchage) et celui du « Fond de l’église » (apiculture).

Plus tard nous cultiverions également deux autres terrains à Chilly; depuis un peu plus d’un an, nous lançons le jardin collectif et partagé de la Villa Saint Martin, au quartier.

Le défrichage

Les premières années ont été celles du défrichage ; les terrains confiés étaient des jungles; quant à nous, nous étions sous-équipés. En regardant en arrière nous pourrions nous trouver fous de nous être battus à la main dimanche après dimanche pendant des années contre ronces et orties. Plus d’une fois, notre lutte contre ce maquis nous a conduit, les uns ou les autres, aux urgences… (Mais rien de grave)

C’est à ce moment là que les premières nouvelles familles nous ont rejoints pour partager ces dimanches à la fois de travail et de convivialité.
De cette période-là datent les premiers documents vidéos, mentionnant notre association, souvent réalisés par notre ami cinéaste Dominique Delattre ,et aussi les premiers articles, les premières « Chroniques » (qui ne s’écriront KroniKs qu’à partir de 2009).

Retour des ateliers de rue

Avec le premier poste à temps partiel créé, en emploi aidé, et tenu par Frédérique, en 2006 , nous avons commencé à mettre en place le second volet de nos activités; celui qui devait être un pendant des jardins: le travail des ateliers de rue, dans les quartiers.

C’est un puis deux, puis trois ateliers qui prendront la suite…. Aujourd’hui, il y en a entre 6 et 8 par semaine sans compter les ateliers au terrain ou « à la ruche »… Il sont évidemment, une toute autre dimension, à la fois en nombre de fidèles bénéficiaires, et aussi en matériel et en outils mobilisés.

En 2013, nous mettrons en place le DAEV (Dispositif d’Accès à l’EVeil) qui donne toute sa place à la petite enfance; au cœur de nos activités; puis viendront les autres ateliers 3-6 ans, puis, en 2014,  les ateliers d’apprentissage naturel (« La Ruche »).

En 2015, nous avons commencé les ateliers dans une seconde ville de notre intercommunalité, à Massy (quartier prioritaire Massy-Opéra)

Il en sera de même pour le nombre de permanents appelé lui aussi à se développer en même temps que le nombre de stagiaires travailleurs sociaux. Il y en a 6, à ce jour.

Et sur les bidonvilles

C’est en 2008 que la seconde Sophie, si importante pour notre association, inaugurera, de sa propre initiative, les premiers ateliers chez les Rroms et les voyageurs. Au début, elle y allait seule, puis avec un permanent. Aujourd’hui il y a entre 4 ou 5 temps ou  ateliers hebdomadaires ouverts aux enfants et adolescents des bidonvilles,… et notre équipe compte trois pédagogues sociaux,  roumains, de culture rrom.

Des lieux pour habiter le monde

En 2012 est paru un document essentiel sur l’histoire de notre association; l’ouvrage que l’on peut toujours se procurer, « Des lieux pour habiter le monde » (Dababi, Murcier , Ott et collectif, éditions Chronique Sociale) donne la parole à un grand nombre de compagnons, d’anciens stagiaires, de bénévoles, de permanents, de militants de l’association. L’ouvrage est baroque, plein de vitalité et surtout de photographies.

Car la vie de notre association ça a été surtout des quantités faramineuses de photographies; des milliers de photos qui témoignent sans hiérarchie des petites et grandes choses qui ont été vécues, là.

Les photos émaillent toujours (et même de plus en plus ) nos chroniques; elles ont aussi laissé place à des petits ou grands films (et montages) et des émissions de radio.

Et à présent?

Difficile de regarder le passé sans envisager l’avenir; d’abord, un premier constat. Le chemin parcouru, l’étonnant foisonnement de nos activités; l’explosion des publics, la diversification et l’inventivité des projets portés par tous ces acteurs, permanents, stagiaires, volontaires en service civique, militants …

Or, cette richesse n’a d’égale que la précarité qui l’accompagne. Curieusement, alors que nos moyens ont augmenté régulièrement, il semble que la peur pour la pérennité et l’avenir augmentent aussi.

Étrange paradoxe qui fait que le déploiement de nos activités en souligne l’importance en même temps qu’il la fragilise, rendant de plus en plus ardue la tâche de trouver les budgets nécessaires.

Essaimages

Pour ces 10 ans, un grand motif de satisfaction réside dans l’essaimage autour de nos actions: développement de la Pédagogie Sociale, reprise comme référence dans des projets d’établissements, de centres de formation (en France et en Suisse) ; créations de nouvelles structures, associations porteuses d’actions allant dans la même direction.

Citons pour mémoire:

  • Association Desdales, Trappes
  • L’ACAVAL, Nantes
  • Mme RUETABAGA, Grenoble,
  • Terrain d’entente, Saint Etienne
  • Et de nombreux autres ateliers qui revendiquent leur parenté avec la Pédagogie sociale: Paris XVIIIème, Strasbourg, Lyon, deux autres ateliers de Nantes, etc.

Essaimage des initiatives. Démarrage d’une offre et d’une demande spécifique de formation. Multiplication d’articles (et de leurs auteur) sur ces sujets dans la presse spécialisée et éducative, dossiers et reportages…

C’est bien à l’aune de ce développement qu’il faut relativiser inquiétudes et incertitudes. La Pédagogie Sociale aujourd’hui n’est rien moins que nécessaire. Face au déclin des institutions, à la remise en cause des pratiques éducatives et sociales traditionnelles, nous avons exploré de nouveaux champs, esquissé de nouvelles perspectives. Et les besoins sociaux et « de social », sont devenus de plus en plus criants…

En résumé:  Il y a 10 ans, nos options, nos pratiques, nos modes d’action rencontraient souvent controverse et hostilité…

Aujourd’hui, il n’en est plus rien: 

tout le monde convient de la pertinence de nos actions. Les seuls obstacles qui demeurent sont matériels, institutionnels et idéologiques.  

Eux aussi, passeront.

Dimanche 24 mai 2015

Au jardin

Le temps étant favorable pour du jardinage nous sommes partis au jardin de Saulx avec nos robinsons impatients d’y aller.

Munis de nos outils nous avons tout d’abord décidé de manger afin de prendre des forces. Tous le monde y mettant du sien, nous avons préparé une salade et des merguez cuites au barbecue.

Un vrai régal!!

Nos Robinsons et nous-même à bloc, nous nous sommes mis au travail.

Certains arrosaient les plantes déjà plantées (surtout les plus jeunes) tandis que d’autres enlevaient les mauvaises herbes qui empêchaient nos bons légumes de pousser.

L’après-midi se déroula dans la bonne humeur et dans l’attente entre les uns et les autres et le travail d’équipe nous a permis de bien avancer.

Samedi 23 mai

Inauguration Jardin à la Villa Saint Martin:

Nous débutons la journée dès le matin avec une partie du groupe des Robinsons, qui sont allés mettre en place la cuisine et le goûter de cet après-midi ainsi que le matériel, dont nous allons avoir besoin pour l’inauguration du nouveau jardin dans le quartier.

SAM_4484

Pour célébrer ça nous avons invité nos amis et nos habitués pour participer et prendre part à la fête d’aujourd’hui. Cette séance a pour but de rendre visible et attirant notre nouveau jardin et de donner envie aux gens de descendre et travailler ensemble à  produire une part des besoins locaux en alimentation naturelle.

SAM_4486

Dans l’après-midi, l’arrivée du deuxième groupe fait son apparition et les ateliers se diversifient et les équipes se constituent. Pour la première :  plantations pour cette aprém avec les enfants et quelques adultes (radis; carottes; salades; menthe; oseille).

SAM_4517

La seconde équipe, avec Laura et Benjamin se lance dans la création d’un épouvantail pour le jardin. Les enfants vont et viennent entre les équipes . Quant à l’épouvantail, il s’achève très vite avec beaucoup succès.

SAM_4519SAM_4504

Les odeurs de la cuisine nous amènent au repas: « gaspacho » et « crique pomme de terre avec des oignons » délicieuse préparés par Leïla et Mathilde avec Zohra qui y a mis beaucoup de cœur.

SAM_4557

L’après midi, on entreprend la construction d’une  table de pique-nique avec Quentin, Iasmina et Aline. Elle a pas mal avancé, mais nous sommes pris par le temps. Elle ne sera pas prête pour le goûter. Nous y reviendrons

Vendredi 22 mai

La Rocade

Nous sommes arrivés à la rocade sous un super soleil ! Nous installons le matériel avec les quelques enfants déjà là et l’après-midi démarre. La cuisine commence avec les enfants et les mamans. Aujourd’hui c’est la préparation pour le déjeuner de demain. Ils cuisinent le gaspacho pour l’inauguration des parcelles de la Villa Saint Martin. Mmmh, ça donne envie !

100_1114

Pendant ce temps-là, les jeux de société s’installent. Je joue au traminot avec des enfants. Il y a aussi le badminton, le tennis et l’atelier « porteur de parole ». Le thème du jour est : « Pour moi la fraternité c’est... » et cela inspire beaucoup les enfants qui écrivent, de toutes les couleurs,  ce qu’ils pensent  de la fraternité.

100_1133

C’est maintenant la sortie de l’école. Il y a des enfants de tout les âges et puis des mamans, des grands-parents. Je suis surtout resté dans le coin petite enfance et je peux vous dire que la piscine à boules a eu du succès !

100_1115

D’autres étaient en train de faire une fresque en peinture, du théâtre et de la musique ! Nous avons eu plein de musique cette après-midi avec du violon, de la guitare et du ukulélé.

Pour finir la journée, le théâtre et la musique ce sont mêlés pour nous faire à tous une super représentation !

100_1136100_1113

En particulier avec Flora et son ami; guitare et violon, on les remercie pour ce moment.

Au jardin

Aujourd’hui, avec le soleil nous sommes allés au jardin. Nous avons commencé à désherber les pieds de tomates sous la serre. C’était un gros travail mais tout le monde aidant et dans la bonne humeur ce fut assez rapide. La serre a été désherbée, nous avons décidé d’aller aider Cosmin en ramassant l’herbe qu’il avait coupée.

SAM_4477

Tout cela terminé, il ne manquait plus qu’une chose à faire : l’arrosage des plantes. Laura et Eric se servirent du puits afin de remplir les arrosoirs et donner de l’eau aux plantes.

SAM_4460

Au goûter: le pain et le chocolat firent plaisir aux participant de l’atelier et ils l’avaient bien mérité.

SAM_4483

De plus, le soleil était présent du début à la fin, ce qui nous a fait très plaisir.

Jeudi 21 mai

Jardin de Saulx

Nous arrivons au jardin sous un beau soleil ! C’est la première fois que je viens au jardin et tout le monde me fait découvrir les parcelles de légumes, de fruits, la serre, les arbres fruitiers… Nous en profitons pour voir que les salades poussent tranquillement, les fruits se forment sur les arbres, le basilic fait de belles feuilles.

2015-05-21 15.16.39

Nicolae continue de débroussailler autour des parcelles pendant que, armés de nos râteaux et de nos fourches, nous ramassons les herbes. On profite de ce moment pour discuter, se rencontrer et surtout rigoler ! Même si, quelques fois, certaines blagues ne font pas rire tout le monde.

2015-05-21 15.11.41

Allez, ce n’est pas très grave, nous continuons, avec la brouette, à ramasser toute l’herbe et tous les sourires reviennent !

Pendant ce temps-là, Cosmin plante de nouveaux haricots et vient maintenant le moment du goûter. Nous nous installons, à l’ombre des arbres, pour gouter et ils se remémorent de bons moments à l’association.

2015-05-21 14.33.52

On termine par l’arrosage de la serre et voilà, c’est le moment de repartir.

Skate park

Nous sommes sortis sous un ciel très gris et chargé de nuages mais dès que nous nous sommes installés au skate-park le soleil est arrivé, c’était super agréable:)

Benjamin a animé de nombreuses parties d’ UNO avec un groupe d’enfants ainsi qu’un nouveau jeu avec lequel il faut construire des petites souris. C’était « sport » car il y avait beaucoup d’enfants mais très chouette !

100_1088

Leïla a proposé un atelier où les enfants dessinent leur portrait, les plus grands ont eu du plaisir et les plus petits avaient beaucoup d’imagination pour dessiner d’autres choses, Leïla s’est finalement spécialisée en «dessinatrice de petite sirène » et avait son fan club !!! 😉

Iasmina a eu beaucoup de succès en proposant aux enfants de créer leur propre journal…en tissu ! Ils ont découpé, relié, inventé, écrit, dessiné, c’était génial !

100_1108

Flora a passé du temps avec les plus petits, construction de tours, dégustation de petits gâteau avec la nouvelle dinette qui a beaucoup plu, lecture de livres – les grands « hits » : « Monsieur Lapin », Délivrez-moi », « C’est moi le plus fort ».

100_1104100_1090

Tous ces livres que les enfants connaissent bien, certains les lisent à l’école et ont du plaisir à les retrouver, d’autres les demandent chaque jeudi à l’atelier, certains enfants veulent lire aux plus petits, c’est une super dynamique.

100_1112

Nous avons passé un bel après-midi et nous avons terminé par un goûter avec des petits biscuits fait-maison ainsi que du sirop menthe et fraise qui ont bien plu !

A la semaine prochaine…dernière semaine pour moi (Flora), vous allez tous me manquer…alors on va profiter encore un peu !!

Atelier Petite enfance Ballainvilliers

Une après-midi très belle et joyeuse. Nous sommes arrivés a Ballainvilliers et les enfants nous attendaient déjà avec impatience. Les ateliers installés, tout commença dans une bonne entente. Laura expliqua aux enfants, assis en cercle, l’atelier couture pour faire une banderole avec le nom de l’association inscrit en tissu.

SAM_4384

Tandis qu’une partie des enfants découpait avec beaucoup de concentration les lettres, d’autres munis d’aiguilles et de fils accrochaient les lettres permettant d’apercevoir peu-à-peu le début du nom de l’association.

SAM_4397

L’atelier couture terminé, les enfants et quelques adultes avec les animateurs se mirent tous en cercle pour commencer un grand jeu. Le fameux tomate ketchup mit tout le monde d’accord et dura un certain temps. Au bout de quelques parties, le tomate kepchup changea et place cette fois-ci au jeu du jour de la semaine.

SAM_4452

Puis est venue l’heure du goûter. Il fut calme et ce que Laura avait préparé a fait un tabac auprès des jeunes.

SAM_4381

Ce fut un moment très agréable et plein de convivialité.

Mercredi 20 mai

Bel air 

En une après-midi ensoleillée, nous avons rejoint les enfants qui étaient déjà présents et qui nous attendaient avec impatience. Le matériel installé, Benjamin et Jess se sont lancés dans une partie d’échec qui a duré un petit moment, tandis que plusieurs enfants regardaient attentivement afin d’apprendre les règles.

100_1068

Cosmin s’est à son tour lancé dans un foot avec les garçons et peu de temps après, Benjamin a rejoint la partie. C’était amusant de les voir courir tous ensemble et en équipe. 😀

100_1079

Ensuite la partie de foot s’est peu-à-peu transformée en chat géant où cette fois garçons comme filles se sont lancés dans la danse. Tout le monde courait les uns après les autres.

100_1060

Nous avons modifié les règles: cette fois-ci des équipes furent formées et le chat dura plus longtemps.

100_1085

Suite au chat, le goûter eut lieu et il se passa dans de bonnes conditions.

Jardin de Saulx-les-Chartreux

Nous arrivons aujourd’hui sur le bidonville de Ballainvilliers où les enfants nous attendaient avec impatience pour une nouvelle séance de jardinage et de découverte de la nature avec les Robinsons. A notre arrivée sur le camp, les enfants n’arrêtent plus de crier « Scola, ali é scola!!! «  pour marqué notre présence sur le camp.

Nous ne tardons plus et nous allons prendre maintenant le chemin qui mène au jardin. Compte tenu de la pluie qui ne s’arrête pas pour nous, on croise nos doigts et nous commençons une nouvelle reprise de désherbage et de débroussaillage avec l’aide des enfants et puis vers la fin nous ne partons pas sans finir de planter les haricots que Laura nous a amenés de Roumanie et tout à la fin nous arrosons sous la serre nos belles petites tomates et nos radis afin de prendre et profiter d’un bon verre de sirop et d’un cookie.

A demain!

Sortir !

Avec Thibault, nous sommes allés, comme convenu, chercher Florentin, sa sœur Iasmina ainsi que Ionut, leur voisin pour les amener dans une ferme pédagogique. La météo faisant des siennes, nous irons à l’aquarium de la Porte Dorée de Paris. Ionut n’est pas là, il est en vacances à Marseille. Et finalement, après hésitations, la mère de Florentin et Iasmina nous accompagne. C’est donc une sortie familiale aujourd’hui !

DSC_0068

Quand nous sommes arrivés, les enfants ont commencé à dessiner. Nous sommes alors entrés dans l’aquarium pour deux heures de ballade et d’émerveillement devant ces animaux insolites, parfois effrayant mais la plupart du temps très beaux. On s’arrête plusieurs minutes devant chaque animal qui nous intéresse afin de le dessiner. Les enfants sont très appliqués dans cette tâche, et malgré leur jeune âge, l’écriture est en bon cours d’acquisition (ils sont en CP et grande section). Le français, ils le parlent très bien, mieux que beaucoup d’enfants plus âgés du bidonville de Champlan.

DSC_0082

Nos favoris : les crocodiles et alligators, les gros poissons à moustache pour Florentin, les tortues pour Iasmina, si j’ai bien suivi. Petite déception : il n’y a pas de requin. C’est pour ça qu’il y a une projection dans le musée à propos des différentes sortes de requins. Ça nous intéresse aussi, on a regardé le film documentaire en dessinant encore.

DSC_0075

Nous avons goûté dans le joli cadre du parc de Vincennes, à côté des barques. Au retour, les enfants se sont endormis. La journée a été chargée en bonnes choses.

A Wissous

Je reviens tout juste d’une semaine de vacances, mais j’ai l’impression que je suis partie bien plus….

Les enfants m’accueillent pourtant comme si je n’étais jamais partie. On lance d’abord des grands jeux pour rassembler tout le monde, les mamans sont là aussi. Tandis qu’elles s’assoient avec les plus jeunes sur les tapis, nous jouons au chat et à la souris mais avec des bouts de tissus en guise de queue que les chats doivent attraper. Les souris deviennent alors chats et rejoignent les autres matous, et ainsi de suite!! Ça plaît mieux aux enfants que les passes au ballon, qui sont très vite abandonnées.

100_0951

On s’installe ensuite autour des tables pour proposer aux enfants de continuer le projet de journal entre le camp et le quartier. Certains écrivent des chansons qu’ils aiment, d’autres des textes sur ce qu’ils aiment. Gaby parle de son goût pour le Tarabane, une percussion qu’il adore taper pour faire danser les filles.

100_0974

Tous font aussi de jolis dessins pour accompagner le tout. L’idée était qu’ils partagent quelque chose sur eux pour les enfants du quartier, qui le feront aussi par la suite.

Je me détache pour passer du temps avec les touts petits sur le tapis ; on s’invente des histoires avec la dînette tout en apprenant les mots en français et en roumain.

100_0992

Iris est venue avec un skate-board sur lequel je pose des légumes et fruits en plastique, tout en prononçant le nom. La petite Alina, se prend au jeu et répète à tue-tête « champinon, champinon ! » C’est trop mignon. Ahmed et Andréa trinquent avec les mêmes légumes, les prenant pour des verres : « Noroc ! »

100_0963

On fini par des puzzles : Oui-oui et Oggy et les Cafards ! Très appréciés eux aussi !

C’est l’heure de se dire au revoir mais nous parlons déjà de la semaine prochaine : les enfants veulent faire de la gymnastique !

Atelier tissage

IMG_20150520_164110

 Un atelier bien plus masculin que d’habitude; c’est qu’il y avait Franck et Eric

Et puis le retour d’Elizabeth .  Qu’on se le dise, l’atelier tissage avance contre vents et marée.

Et, avec Hélène, tout progresse.

IMG_20150520_153125 - copie

Si tu me quittes, je pars avec toi

Aujourd’hui les relations sociales, éducatives, « n’attachent pas ». Les entrées en établissement, les admissions en mesure s’interrompent sans qu’on y prenne garde pour X raisons, et à tout bout de champ.

100_1017

Dans le secteur social, de la protection de l’enfance, dans l’éducation spécialisée, il n’y a jamais eu autant d’exclusions, mais aussi de « fins de mesure », de mains levées, d’abandons et surtout de disparition des publics.

Les ruptures s’annoncent, se règlementent, se prévoient; elles s’organisent . Pire, souvent, les prises en charge « s’interrompent toutes seules », sans qu’on y fasse grand chose ; comme si la machine devait toujours  s’arrêter par défaut. Comme si la mobilisation d’un soutien, d’un accompagnement, le social,  ne pouvait être qu’exception.

Les chômeurs inscrits à Pôle Emploi ne sont même plus surpris de recevoir à tout bout de champ des courriers leur annonçant leur « radiation ». A charge pour eux de se mobiliser pour affirmer le contraire, neutraliser cette rupture « naturelle ». A force, un jour et sur le nombre, la mesure produit ses effets: les plus désespérés abandonnent.

Il en est de même pour les personnes âgées qui doivent démontrer régulièrement à leurs caisses de retraites des « preuves de vie ». A défaut, elles seront considérées comme mortes et les pensions s’arrêtent. La vie est l’exception, la fin est la règle.

En effet c’est l’accueil, la relation éducative qui sont aujourd’hui des singularités quand la rupture devient la norme.

Il n’est pas étonnant que, dans un tel contexte, à la fois social et institutionnel, les relations humaines éducatives, mais aussi de travail, qui en découlent , en sont également affectées. Là aussi le mot d’ordre est de dire : Ca n’accroche pas, ça n’attache pas. C’est la « Pédagogie Tefal », l’art de la savonnette.

De nos jours, être acteur social c’est éviter tout ce qui frotte, tout ce qui accroche, et tous ceux qui voudraient poser leurs valises. On multiplie les conditions, les contrats avec clauses , et surtout les évaluations , les échéances, les dead-lines, et les buttées.

Dans tout cet art de l’évitement, comment s’étonner des violences de la part des publics ou des usagers? A force d’éviter et de leurrer le taureau avec un foulard rouge, on le met hors de lui. Gare au coup de cornes!

Etre usager d’une structure , bénéficiaire d’une mesure, titulaire d’un droit, c’est un peu comme un rodéo: on tente de s’accrocher à ce qui se défile, de bloquer ce qui s’annonce, et d’empêcher que tout se dérobe… autant qu’on peut.

Pour les professionnels c’est à peine mieux; l’institution qui organise la fluidité des publics ne  retient pas davantage ses acteurs. On ne se pose plus la question de l’évolution du salarier dans l’institution, mais celle de son départ. On favorise les ruptures, même coûteuses à l’amiable. Cela évitera le changement : il suffira de convaincre ou de contraindre ceux qui veulent changer quelque chose (ou évoluer) à aller voir ailleurs.

Nous voici donc avec des structures et des institutions qui ont pris l’arrêt, comme modèle de marche, la fin pour norme de vie. Il ne faut pas s’étonner qu’elles soient si souvent en panne et qu’elles n’envisagent plus leur avenir que sous la forme de leur propre disparition.

Vouloir réellement travailler le social, le relationnel, le lien éducatif revient à contrevenir à cette injonction à la fluidité et au départ. Cela revient créer à des attaches, des accroches, des résistances, des dépendances mêmes (oh, le vilain mot!).  Il va s’agir de travailler l’attachement, la durée, la sécurité, la permanence , la contenance. Or, où est ce qu’on forme les acteurs sociaux et éducatifs à cela aujourd’hui?

Pas dans les centres de formation, en tout cas, pas dans les ESPE et pas à l’université.

En Pédagogie sociale, à la suite de Tomckiewicz, nous pratiquons et développons une pédagogie « anti-Tefal »,  « qui attache », « qui accroche », qui rencontre et qui dure.

Ce n’est pas juste une question d’être à contre courant. Il s’agit d’une véritable professionnalité à réinventer.  Cet attachement, cette création de lien, dans un premier temps peut être dissymétrique et inconditionnelle. Nous avons à travailler auprès de personnes et de groupes qui n’y croient plus, qui ont perdu petit à petit leurs capacités d’attache , leur potentiel d’accroche. C’est le résultat de leur vécu personnel et institutionnel, mais c’est  aussi une histoire familiale qui se répète, un ratage qui se poursuit de génération en génération.

Recréer de l’accroche , de l’adhésion qui ne glisse pas, cela passe par le fait de bâtir des moments et des communautés  où cela devient possible, voire nécessaire.

A Robinson, et dans toutes nos expériences de Pédagogie Sociale, nous explorons et apprenons cette « attitude authentiquement affective », cette rugosité relationnelle, cette capacité à poursuivre les relations malgré la pente inexorable des ruptures. Il s’agit d’apprendre à poursuivre son travail au delà de la première difficulté et de comprendre que ce n’est pas là que le travail finit: c’est ici que tout commence.

Cette capacité à ne pas couper crée l’événement à partir duquel on peut bâtir.

« Si tu me quittes, je pars avec toi », devient alors le mot d’ordre d’une telle pédagogie, un programme en 3 points:

1/ Apprendre à « se quitter » , parfois soi-même, « se mettre entre parenthèses », « voir la vie depuis en face », « se mettre au service de… », telles sont les compétences essentielles de celui qui se place en pédagogue.

2/ « Partir », quitter le lieu, l’institution, la norme, l’habitude, le terrain connu, constitue un second enjeu . Travailler hors les murs, rejoindre l’autre sur son terrain, le suivre, nécessite une organisation, une formation professionnelle qui s’ajoutent à l’engagement.

3/ « Avec toi », suppose un étrangement, un déracinement volontaires; une proximité à explorer, un univers à découvrir.

« Faites attention : un nouveau type de tyran arrive… Voici le requin aux dents longues avec ses idées arrêtées : condescendance envers les plus faibles, démonstrations spectaculaires de respect envers les personnes âgées, ses discours sur l’égalité de droits entre homme et femme, sa gentillesse feinte pour les enfants — Tout ceci n’est que prétexte et hypocrisie. » disait Korczak.

 

Dimanche 17 Avril 2014

jardin de Saulx 

Superbe journée nous attends sous le ciel bleu de Longjumeau , et aussi nos amies nous attendent avec impatience de nous revoir et de pouvoir en profiter d’un après-midi ensoleillé autour de la convivialité et du vivre ensemble.

A l’ordre du jour nous avons le désherbage car les mauvaises herbes nous envahissaient les parcelles et ensuite la plantation des potirons en pleine terre.

Du coup nous ne tardons plus et nous commençons à tracer des rangées plus ou moins droites pour planter les potirons et à l’occasion nous désherbons aussi pour rendre plus visibles les feuilles de potirons qui commence à sortir de leurs coquilles.

SAM_4325

Avec Catalin nous avons fini de planter tout la parcelle des potirons avant l’arrivée de Laurent et Hélène pour nous donner un coup de main en plus car nous étions pas nombreux. Au moment du repas nous restons assis pour partager ce moment tous ensemble car ensuite nous avons la visite bienvenue de Yannick en renfort.

Bah tous ça étant dit , je pense que je vous ai tout raconté…hmmm….pourtant c’est très important et j’allais oublié de vous dire que nous avons quand même réussi a repiquer des salades, planter des radis et poivrons mais aussi des blettes pour prochaine récolte. La parcelle de pommes de terre, Laurence et les filles l’ont bel et bien désherbée et ensuite arrosée avec Héléne et Zohra qui n’arrête pas de chanter à ses fleurs qu’elle les aime tant.

SAM_4330

A très bientôt!

 

Samedi 16 mai 2015 : Jardin VSM 

Le petit vent frais et le ciel un peu gris de ce début d’après-midi n’a pas fait peur aux Robinsons ! Nous nous sommes tous rendus à la VSM pour le jardinage et nous avons vite commencé à mettre la main à la pâte! 😀

Nous avons installé une petite tente dans laquelle les enfants ont pu découvrir un atelier musical animé par Quentin. Ils ont fait de nombreux petits jeux avec les percussions pour apprendre à jouer ensemble, s’écouter, taper en rythme, bref, faire une jolie musique! Et je dois avouer que le résultat était vraiment pas mal du tout! :) ça a bien motivé les troupes pour travailler! 😀

DSC_0058

Nicolae avec son compère Benjamin, eux, ont commencé à attaquer la parcelle ! Malgré une terre que l’on peut travailler peu facilement, ils ont réussi à retourner une bonne partie de la terre du terrain. Il faut dire que les enfants ont beaucoup aider ! Certains ont l’art du jardinage dans le sang! 😉

DSC_0054

Enfin, Cosmin, quant à lui, armé de son motoculteur, est passé après eux pour détruire les gros morceaux de terre, bien la retourner et ainsi la rendre plus cultivable! :)

L’atelier se finissant, un grand soleil est venu illuminer le ciel bleu, nous avons alors préparé le goûter! Nous avons donc dégusté d’excellents beignets cuisinés ce matin même par Laura, mais aussi de nombreux sirops ! Nos bambins étaient très content! 😀

Aujourd’hui, tout le monde à très bien travaillé, les tâches à accomplir, bien que très difficiles, n’ont découragé personne et le travail a bien avancé ! On peut voir de grandes aptitudes chez nos jeunes, et celles-ci ne cessent d’augmenter! Bientôt, nous aurons de grands musiciens et jardiniers c’est super! 😀

Et même si la parcelle n’est pas encore complètement terminée, ce sera bientôt le cas, de plus les enfants n’ont pas cessé de rigoler, s’amuser, et c’est le plus important! 😀

Samedi 16 mai

à Wissous 

Avec Laura nous avons été à Wissous exceptionnellement aujourd’hui afin d’accompagner le médecin et les membres de « la voix de l’enfant » pour réaliser les rappels des vaccins et de nouvelles vaccinations pour les enfants récemment installés sur le camp. Les enfants et parents étaient très contents de retrouver Laura, surtout que nous sommes arrivés sur le camp avec un grand plateau de Beignets maisons ! Rien de mieux, pour fêter les retrouvailles et pour un temps soit peu oublier la peur de la piqûre chez certains enfants ! Hélene et Laurent nous ont rejoints, eux aussi ont voulu partager ce moment avec les familles de Wissous. Car malgré l’appréhension et quelques pleurs d’enfants dus à cette fameuse piqûre, cette après midi fût très agréable. Opération réussie, tous les enfants ont eu leur rappel !

SAM_4322

Les familles nous ont chaleureusement accueillis et nous ont remerciés à plusieurs reprises pour cette venue du Médecin. Ce sont des petits moments comme ça, qui facilitent et améliorent le lien que nous entretenons hebdomadairement avec les enfants et leurs parents. À Bientôt Wissous !

Vendredi 15 mai

 

Au zoo de Vincennes

Pour cet après-midi on en met nos plus belles chemises et nos belles baskets car aujourd’hui nous allons faire visiter aux adultes le Parc Zoologique de Paris pour nous redonner la force et l’envie de retourner avec beaucoup d’envie dans notre propre jardin mais allons tout d’abord visiter et puis ….hmm…on verra!

Avec un peu de mal pour rassembler nos amis, nous réussissons enfin à faire un petit groupe pour pouvoir aller à Paris. Avec Franck et Eric dans les premières lignes suivis de Jessica, Cosmin et Nicolae, on prend d’assaut le camion et on se dirige vers Vincennes.

Dés notre arrivée nous sommes émerveillés par la taille de l’endroit et le nombre de visiteurs qui n’arrêtent pas de remplir les files d’attente à la billetterie.

Notre visite débute et les nombreuses espèces d’animaux et d’oiseaux nous émerveille car l’impact produit en les voyant est plus fort qu’à la télé. Nous sommes vite accaparés par la beauté du lieu et des animaux mais aussi par l’ambiance et la paix qui règne sur les lieux.

20150515_155228 20150515_154056 20150515_155055

Toutes les autres n’ont plus de mots, juste sur leurs visages on peut voir qu’ils sont vraiment attrapés dans le temps et les mots n’ont plus leur place et leur signification.

On suive avec attention le chemin et les flêches qui nous indique que la visite « continue par la » , et la bonne humeur fait ça place dans le groupe et tout en rigolant et en découvrant de nouvelles éspéces  nous arrivons a la fin de notre visite.

20150515_155201Avec beaucoup de mal à partir nous nous dirigions vers la sortie du parc car tout le monde a faim et nous allons maintenant manger ensemble et racontons tout ce que nous avons vécu ces dernières heures.

A bientôt!

La rocade 

En ce joli après-midi, nous nous sommes tous rendus à la Rocade pour proposer de nombreuses petites activités amusantes!

Laura a improvisé un atelier petite enfance, où nos petits bambins pouvaient s’amuser avec les dînettes, la piscine à boules… Ils ont bien rigolé, c’était super des les voir s’amuser! :)

SAM_4298

Flora quant à elle, a proposé un atelier jeux de société, avec des « ni oui, ni non » des « uno »… mais aussi de l’origami ! Nous avons alors pu découvrir de petites tortues et grenouilles en papier se multiplier partout! 😉

Quentin et Thibaut, pour leur part, nous ont concocté une activité théâtre. Nous avons donc pu voir une scène de tribunal, qui a ensuite laissé sa place à une scène de voisins se disputant à cause du bruit. Pour finir, nos jeunes nous ont proposé une saynète à propos d’un sommet mondial sur le racisme ! Quelle imagination ils ont, c’est fabuleux! 😀

SAM_4268

Thibaut a aussi proposé aux plus sportifs une balle aux prisonniers! Les enfants ont pu ainsi bien se dépenser et aussi beaucoup s’amuser! Ils ont joué comme des petits fous! :)

Tito, dans son fameux atelier « porteur de parole » nous a posé la question suivante: « pour toi, qu’est ce que le racisme? » Qu’en pensez-vous? :)

Pour finir Benjamin, armé de son ukulélé, a animé l’atelier musical, les enfants ont pu jouer de nombreuses percussions et apprendre les accords de base du ukulélé. Certains sont vraiment doués pour la musique! 😉

SAM_4272

Les activités finissant, nous avons tout rangé, puis dégusté de petits biscuits, arrosés de sirop et de thé hmmmmmm quel délice! 😀

Mercredi 13 mai

Mercredi soir: « Réunion d’équipe » avec les Kesaj

Normalement, le mercredi c’est notre réunion d’équipe, mais là, nous nous sommes dits que c’est avec les Kesaj qu’il fallait se réunir. Et hop, nous étions une vingtaine de Robinsons (permanents, stagiaires, membres du Bureau) au château.

IMG_6388

Notre réunion, ç’a été un curieux match de foot « barbus contre non  barbus », intro , essais et échanges musicaux (nos « Cajones » ont bien plu)

IMG_6380-1

Répétition/spectacle en costume juste pour nous et repas partagé avec « la Goulash » slovaque (des conducteurs du bus).

IMG_6412

Et au final: on fait les plans pour Juillet. Une résidence à partager à Buno, et un groupe de Robinsons qui partirait en tournée avec les Kesaj.

C’est dit , on fait équipe (:-)) les Robinsons et les Kesaj: On compte les jours jusqu’en Juillet.

Bel air à la rocade 

Pour l’arrivée des Kesaj Tchave sur nos ateliers de Bel-air, nous avons décidé de déplacer l’atelier à La Rocade afin d’avoir plus de place. Nous nous sommes installés, et les enfants du quartier, étonnés de nous voir, étaient contents qu’on soit là et ont joué au dobble, au croc’carotte, et il y a eu une initiation à la bataille corse. Le jeu a eu du succès mais pas autant que le puissance quatre géant !

100_0965

Puis les Kesaj sont arrrivés, une vingtaine d’enfants pleins d’énergie et Ivan, le leader. On a fait un grand foot. On n’a pas compté les buts mais il y a eu de belles actions. Les Kesaj ne sont pas experts qu’en musique.

Nous avions amené nos cajones « fait-maison », ça leur a tout-de-suite plu. Les enfants se les sont appropriés et ont joué très fort, très énergiquement. Théo avait amené sa guitare. Nous avions aussi notre clavier à piles, les piles ont été capricieuses, mais ça n’a pas été un souci. Nous avons échangé, improvisé. Puis ils nous ont fait un spectacle. Sans costume, sans réelle mise en scène, les enfants se mettent en place et c’est un réel spectacle de rue que l’on a eu.

100_1017

Beaucoup de familles se sont assises pour assister au spectacle dansant et comme d’habitude très dynamique. Nous avons alors décidé de distribuer le goûter aux spectateurs ainsi qu’aux musiciens. Les biscuits cuisinés mardi ont eu du succès aussi.

Mais c’est passé très vite. En ce qui n’a paru que quelques minutes, les Kesaj nous ont envoûtés puis sont repartis au château de Buno nous préparer à manger car nous sommes invités ce soir.

Mercredi 13 mai

à Wissous

Cet après-midi, nous avons eu la visite de Catherine du CASNAV (Cellule d’accueil scolaire des nouveaux arrivants) dans le but d’élaborer un partenariat entre notre association et des classes d’apprentissage du français pour les enfants et jeunes qui arrivent tout juste en France.

Au programme d’aujourd’hui : 2 jeux collectifs pour dépenser plein d’énergie et s’amuser ensemble (un jeu de prénoms et d’apprentissage de mots français avec une balle et une balle au prisonniers pour achever de se défouler !) et puis la suite de l’atelier d’écriture d’un journal.

SAM_4204

Le numéro 1 du journal « La petite fourmi », exclusivement écrit  par les enfants, ados et adultes du camp de Wissous, est achevé d’imprimer depuis hier …le résultat est très beau ! Les enfants ont eu l’occasion de feuilleter ce premier numéro et nous leur proposons que le deuxième soit co-écrit par eux et un groupe d’enfants et voire aussi adultes des quartiers de Longjumeau ou Massy avec lesquels nous travaillons aussi. Pour cela, il faut que chaque journaliste se présente alors nous avons aidé chaque enfant  (petits et grands) à réaliser leur portrait en dessin et en écriture (roumain et français bien sûr !). Tous se sont prêtés au jeu et ont réalisé de très beaux portraits…à nous de scanner tout cela et de travailler la mise en page ensuite pour en faire un aussi beau deuxième numéro de « La petite fourmi » que le premier ! Il faudra encore attendre quelques semaines  avant sa parution car il faut que les journalistes du quartier réalisent aussi leurs portraits puis que nous décidions de nouvelles thématiques à aborder dans ce nouveau numéro…le premier était consacré à la poésie et à la cuisine…nous verrons bien ce que nous réservent nos équipes de journalistes pour ce numéro !

SAM_4224

Après tout ce travail, nous avons pris le temps de faire ensemble un jeu de société qui fait jouer avec les chiffres ; les enfants ont été très participatifs et aussi très vifs !

Et enfin, rituel final, nous avons partagé un bon goûter avec des petits sablés cuisinés par les cuistots du mardi au local avec un bon melon bien juteux qui nous a fait saliver Iris !!!

Na dara!

« NA DARA »   –du Romanes: « N’aie pas peur ».

  « Na dara « , tel est le message qu’Ivan Akimov, artiste et fondateur des Kesaj Tchave, nous a envoyé en direct , lors de nos rencontres improbables des bidonvilles, du quartier.

IMG_6267-1

N’aie pas peur, que c’est bien trouvé ! N’aie pas peur , d’abord car les raisons d’avoir peur, ne manquent pas: fermeture en cascade de tout ce qui est social!

Tandis que les lieux qui pratiquent l’accueil depuis toujours ferment, les autres qui s’arrogent le monopole de tous les moyens, qui fonctionnent pour eux-mêmes,  au détriment du réel, … vont de mieux en mieux..

Alors que l’on nous promet des demains difficiles ou de destruction . Alors que l’idée même du social fait l’objet d’une guerre idéologique permanente, amplifiée par les médias; alors que l’anti-social, progresse  justement chez ceux qui devraient le défendre

… Les idées les plus simplistes deviennent de plus en plus affirmées et indiscutables, au fur et à mesure qu’elles se caricaturent et se vident de toute référence au réel

Ceux qui aujourd’hui, définissent  les politiques, rédigent les programmes, les priorités et les objectifs, réduisent et s’arrogent les budgets, parlent peut être de société mais ont perdu de vue ce que le Social veut dire.

Il n’y a plus de référence aux réalités vécues des gens; les conditions, déterminations, inégalités , et discriminations sont perçues en dehors de toute réalité et réduites à des idées vagues, faciles à mépriser.

Alors oui, dans un tel contexte, on ne  peut qu’avoir peur. Peur quand les politiques qui se donnent pour mission de développer le vivre ensemble s’en prennent aux structures ouvertes; peur quand les institutions qui défendent la protection de l’enfance, rejettent les enfants réels , les expulsent, les excluent et fabriquent le chaos dans leur vie.

Et cette réalité même est vécue par toutes les structures similaires que nous connaissons. C’est la même à Chilly, Savigny (91) , mais aussi à Saint Etienne, Grenoble et en Slovaquie.

Partout l’offensive use des mêmes ruses: on personnalise le problème au moment même où on le massifie. On serait responsables des mauvais traitements qu’on reçoit. le procédé vient de loin; il n’honore pas ceux qui en usent.

« Na Dara » , c’est  pas facile…

Mais cette belle maxime , trouvée POUR NOUS, par Ivan qui sait de quoi il parle ( car il se confronte en Slovaquie et en France aux mêmes réalités et difficultés), elle nous va bien, à nous les Robinsons.

En effet ce qui nous caractérise au milieu de tout cela, c’est que nous faisons comme si nous n’avions pas peur . Nous n’avons pas peur, cela revient à dire que la peur, nous la ressentons et la dépassons pourtant.

Pas peur, en effet, d’aller vers l’étranger, pas peur de la réalité, du hasard , de la rencontre, du fait que nous renoncions à tout maitriser. Oui, nous n’avons pas pas peur du débat,  de la confrontation, et même plus de tous les handicaps, de tous les obstacles qu’on ne manque pas de dresser sur notre route.

Parfois ça fait même un peu peur, à nos adhérents, à certains groupes de nos publics , le fait qu’on semble ne pas avoir peur.

Eux n’ont pas tant de courage, ni tant de liberté. Nous représentons alors une aspiration à un monde, à une condition qui change, mais qui leur parait parfois inaccessible. Pourtant c’est bien vers cela que nous avançons.

Car eux ils ont peur, car leur vie est faite de peurs. Cette peur qu’on inflige aux dominés, aux exclus, aux précaires, aux Rroms, comme aux habitants des quartiers, est une peur utile, une peur politique, une peur d’obéissance et de discipline … face aux petits groupes qui s’arrogent tous les pouvoirs.

Les seigneurs sont de retour. Ils n’ont plus peur, eux non plus . Ils ne craignent plus les colères populaires, les désastres électoraux. Ils ne craignent plus les conséquences de leurs exactions…  Ils n’ont plus à payer leurs dettes et leurs dégâts. Regardez les: déjà ils sont ivres.

Ils n’ont plus peur du peuple, ils n’ont plus peur de nous; ils feraient bien d’avoir peur d’eux mêmes.

Ils ont tort de ne pas avoir peur, car la peur qu’ils inspirent  ne durera qu’un temps. Déjà, elle ne fait plus effet sur nous, sur ceux qui se sont déjà opposés. La peur part , en l’affrontant.

Seul celui qui est libre la ressent et peut la dépasser. 

La vraie liberté c’est de ressentir et dépasser la peur.

Na Dara !!!

Dimanche (avec les Kesaj), au jardin et au bidonville de Ballainvilliers

  Avec des conditions météo idéales, c’est un dimanche intense qui est prévu. Les Kesaj viennent nous rejoindre au terrain pour un temps privilégier et un pique nique sur notre terrain qui s’est fait très accueillant.

IMG_6313

Troisième journée magique avec les Kesaj. Nous ne voulons plus jamais qu’ils repartent ; ils mettent en oeuvre une véritable pédagogie communautaire , qui nous touche tous au coeur.

A Ballainvilliers , la rencontre avec les familles du bidonville a été très forte; danseurs/ses et chanteurs/ses se sont dépassées dans cet environnement irréel . Le plus beau concert a été pour le bidonville.

IMG_20150510_163530-4

Les Robinsons de toutes cultures et de tous âges , venus au jardin, ont poursuivi au bidonville, conquis.

Mais le jardinage n’a pas été oublié non plus et après le concert, après avoir dit au revoir aux membres de YEPCE qui repartaient, nous somme allés encore planter nos tomates, et nos potimarrons jusqu’au soir.

Pendant ce temps, à la Ruche

  Pendant ce temps à la Ruche, les Black X sound, le groupe de notre adhérent,  Dylan et ses amis, a répété.

IMG_20150508_151830

SAMEDI: Notre fête totale avec les Kesaj et le Centre Social (de Chilly) 

IMG_6273

Soirée musique ! 09-05-15

Ce samedi à la MJC de Chilly-Mazarin, nous avons reçu les Kesaj Tchave, ce groupe d’une trentaine de jeunes roms venant de Slovaquie qui tournent en permanence.

La journée a été chargée. Nous nous sommes rendus à la MJC dès 14h afin de préparer le repas : un énorme couscous et 300 sarmale, cette spécialité roumaine désormais incontournable. A la cuisine, ça n’a pas chômé, jusqu’à la fin de la soirée.

SAM_4128

Nous avons également affiché dans la salle de danse les différentes œuvres des enfants, sur carton. Du quartier, du camp rom de Wissous, de Champlan, ou de Massy, ils étaient représentés, ainsi ques les porteurs de parole de la Rocade des seamines passées.

SAM_4114

Les enfants sont arrivés de partout. ET lorsque le groupe des Kesaj Tchave est arrivé, tout le monde s’est mis à danser dans la salle de spectacle, sur sa musique. Un groupe de fille a montré sa chorégraphie, un groupe de garçon aussi, puis les Kesaj opnt fait une démonstration de leurs talents. A leur style tzigan, ils ont récemment apporté le Hip-hop, suite à leurs rencontres.

100_0940

Ensuite, pendant un petit quart d’heure, le public a pu poser des questions au groupe par l’intermédiaire d’Ivan, francophone qui nous traduisait le romanes-slovaque, difficile à comprendre même pour les rroms de chez nous.

100_0934

Ensuite, nous avons pris un gros apéro de chips coca et autres jus en attendant impatiemment les énormes marmites de couscous amoureusement préparé avec force et polémique par Zohra, Asmahal et Fouzia aidées de notre équipe. Sont ensuite arrivés les sarmale, jugés très épicés, mais fortement appréciés car beaucoup c’était une découverte. On a demandé la recette plusieurs fois.

SAM_4180

Est arrivé le spectacle où les Kesaj, ce grand groupe de jeunes dynamiques, mené par Ivan, non moins dynamique nous a envoûté de chorégraphie, de percussion corporelle (ils tapent sur leur torse, leur pieds, leurs cuisses à une vitesse impressionnante) et instrumentale, et surtout de rythme, d’énergie, de pêche, de ouache, d’entrain.SAM_4135

On reconnaît quelques airs, on tape dans nos mains, on s’ébahit, et c’est déjà fini. Mais nous les reverrons bientôt.

VILLA SAINT MARTIN

Aujourd’hui l’atelier à la villa-saint-martin ne s’est pas déroulé comme d’habitude.

Nous avons modifier les horaires pour facilité l’organisation de la grande soire conviviale du soir même, et pour permettre aux jeunes qui le souhaitez de rejoindre la MJC de Chilly-Mazarin pour partager différents style de danse danses.

SAM_8014

Nous nous sommes installé plus prés de la parcelle de jardin que nous continuons de retourner, ainsi les plus curieux on pu s’exercer a manier le motoculteur.

SAM_8003

Malgré ses changements, les enfants étaient présents au rendez-vous. Ils ont pu faire des jeux de sociétés, des dessins, des jeux collectifs, et des jeux de construction en bois pour les plus jeunes.

SAM_8002

6 enfants ont découverts l’atelier aujourd’hui, et sont impatients de découvrir les autres !

A très bientôt.

Vendredi (avec les Kesaj et à la Ruche)

Ce vendredi, c’était la joie: nos amis les Kesaj arrivaient en bus de Slovaquie pour leur résidence à Buno , nous rencontrer (ainsi qu’un spectacle à Paris)

D’abord ce sont les camarades de YEPCE qui nous rejoignent depuis Angers; avec eux nous allons attendre les Kesaj au château, mais ils sont arrivés juste avant nous.

FullSizeRender-3

S’en est suivie une après midi de découverte du lieu, de jeux, mais surtout de répétition du spectacle, dehors sur la belle pelouse.

Les Kesaj sont incroyables: dès u’ils sont en pause de réplétion de chant et danse, ils se mettent à improviser des petits orchestres discos … et danser encore

Nous étions toute une délégation des Robinsons, petits et grands. Nous sommes restés toute la soirée. Dur , dur de partir…

JEUDI

Massy 07-05-15

Beau temps, atelier peuplé !

Aujourd’hui nous nous sommes installés tranquillement, une maman désormais habituée est arrivée dès le début avec ses deux filles de trois et quatre ans pile (elle sont le même anniversaire, incroyable mais vrai). Elle ont joué à la dinette et au jeu des nombres, la doyenne était fière d’apprendre à compter à sa petite soeur.

SAM_4103 - Copie

Puis le reste du monde est arrivée en une grande vague. Thibault s’est installé un tapis peinture et a ressorti la fresque du quartier de Massy où nous nous trouvons, à Opéra, au square des corneilles. Les enfants ont achevé ce grand dessin de leur quartier. Chef-d’oeuvre. D’autres créations ont vu le jour, un garçon a inventé de nouvelles couleurs en mélangeant les gouaches.

SAM_4105 - Copie

Au menu du jour : Leïla et un gâteau aux carottes. De nombreux participants pour la cuisine, une rapidité et un travail d’équipe remarquables. Je n’ai pas pu goûter à ce gâteau : il en fallait pour tout ce monde, toujours plus nombreux de semaine en semaine.

SAM_4096 - Copie

Iasmina a continué son livre en tissu, elle a joué à la petite enfance, avec des mamans toujours très présentes;

SAM_4110 - Copie

Quant à moi (Quentin), j’ai proposé des défis « scientifiques »: Amener un ballon d’un point A à un point B sans se déplacer, faire tenir un cure-dent sur son doigt, faire flotter de la pâte à modeler. Tous ces défis ont été relevés avec enthousiasme, certains se découragent plus vite que d’autres, mais quelques résistants sont restés tout le long de l’atelier et ont réussi ses défis à leur manière.

SAM_4100 - Copie Quand au morceau de paille qui flotte et coule dans la bouteille, il s’est promené sur tout l’atelier, certains comprennent le « truc » qui fait couler la paille, d’autres s’obstinent à souffler dessus, perplexes. Un grand plaisir à voir la fierté des enfants qui saisissent un principe, et encore plus lorsqu’ils réussissent un défi.

SAM_4107 - Copie

Juste avant le goûter, une course collective improvisée par Thibault nous a tous ravis de loin.

Jardin de Saulx:

Nous arrivons aujourd’hui sous en beau soleilet sous en soleil bien chauffant pour notre séance de jardinage avec les adultes.

Des notre arrivée, nous ne tardons plus et on se met tous au travail pour finir les plantations de courgettes sur les parcelles et des salades et radis sous la serre avec Jessica , Nicolae et Franck.

Quant aux autres: Eric, Jean Jacques et Cosmin, ils  sont en train de désherber et de retourner la parcelle du milieu.  Ensuite, ils se lancent dans l’arrosage des plants qui ont déjà commencé a sortir leur tête  pour que les rayons de soleil les touchent.

Mais l’heure de goûter ne tarde pas a arriver et nous allons d’abord ranger notre matériel et le nettoyer afin de prendre tous ensemble un bon verre de sirop.

A bientôt!

Mercredi

Wissous 06-05

Aujourd’hui Aline, Evelyne et moi sommes partis à Wissous. Arrivés sur le camp nous profitons pour faire un tour des baraques afin de rencontrer les familles pour leur faire part de la venue du médecin le Samedi 16 pour le rappel des vaccins. Ce petit tour, nous permet de réaliser un petit diagnostic des familles et de prendre note les prénoms des nouveaux enfants.

100_0924

Nous leur mentionnons le programme de la soirée conviviale, certains parents seraient intéréssés d’accompagner les enfants et faire la soirée avec les Kesaj Thave ! Nous débutons les ateliers par un grand jeux collectifs.

Ce fut un nouveau jeu pour les enfants, nous avons alors simplifié les règles du «Poule, renard, vipère » pour jouer tous ensemble. Répartis en deux équipes les enfants petits et grands devaient attraper  le foulard attaché en « queue » de l’équipe adverse sans que la leur se fasse attraper ! Pour une première sensibilisation à ce jeu, ce fût un moment de joie partagé.

100_0918

 

Toutes les règles n’ont pas été assimilées mais cela n’a empêché en rien le défoulement et l’amusement  ! Le vent a beaucoup soufflé aujourd’hui, Aline a eu la chouette idée de préparer un atelier manuel autour de la confection de « Moulin à vent ».

Les enfants avec notre aide ont pu couper, plier, coller, décorer pour fabriquer cet objet. Ils ont pu puiser dans leur imagination afin de trouver un systéme pour que ces moulins à vents fonctionnent. Ils ont expérimentés tout pleins de techniques pour trouver  le bon systéme, ça plutôt bien marché !

100_0897 En

En parallèle de cet atelier, il y en a eu un autre, plus  manuel: nous avions mis à disposition un espace petit enfance avec le matériel pédagogique adapté.

Nous avons fini cette journée bien remplie, assis tous ensemble à partager le gouter. Toujours bien accueillies, ces ateliers à Wissous sont bien ancrés et la relation ainsi que le climat de confiance avec les enfants et parents est bien instaurée . à la semaine prochaine !

 

Bel-Air :

Iasmina, Cosmin et moi, Leïla étions cet après-midi sur l’atelier de Bel-Air…et une dizaine d’enfants étaient au rendez-vous avant que nous arrivions et nous ont aidés à l’installer ! Puis encore d’autres enfants nous ont rejoint.

SAM_4048 Nous avons proposé plein de choses que les enfants se sont vite approprié : jeux de société, car n’oublions pas que l’atelier du mercredi à Bel-Air, c’est notre ludothèque de rue géante  (échecs et puissance 4 géants…), jeux d’adresse aussi avec  traversée de la slackline attachée entre les bancs du quartier et jonglage avec massues, diabolos et assiettes chinoises et enfin jeux collectifs pour ceux qui préfèrent bouger et ont de l’énergie à revendre !

SAM_4072SAM_4059

Ce fut un bel atelier avec une très chouette ambiance. Et comme d’habitude, nous avons fini  en partageant un bon goûter…

SAM_4094à ce moment les nuages ont repris le dessus et le chocolat chaud fut le bienvenu pour réchauffer tout le monde !

MARDI

Intermèdes Cuistots :

Cet après-midi, au local des Robinsons, ce ne sont pas que des mamans qui ont cuisiné les gâteaux pour les goûters de la semaine, il y avait moitié de messieurs et moitié de dames avec dans le rôle des « Intermèdes cuistots » cette semaine : Fouzia, Asmahel, Frank et Eric.100_0887

Au programme de cet après-midi : confection de « langues de chats » pour tous les goûters de la semaine…ça fait une belle quantité de pâte. Avec Asmahel puis Fouzia, nous avons progressivement revisité la recette de base.

Et comme l’imagination des Intermèdes Cuistots ne manque pas, nous avons aussi complété ces fameux petits gâteaux secs par 2 gâteaux au yaourt avec un coeur fondant au chocolat et un « Salame de biscuit » (recette de « saucisson » au chocolat et petits beurres)., tout cela permettra de constituer les goûters jusqu’à dimanche !

100_0895 Et bien sûr, n’oublions pas de nous faire plaisir aussi : pour finir l’atelier en beauté en partageant un gâteau et un petit thé, nous avons cuisiné avec Frank et Eric un délicieux fondant chocolat-amandes…mmm. D’ailleurs ces derniers sont resté jusqu’à la fin de la journée pour former une à une et enfourner les fameuses langues de chat, Intermèdes Cuistots jusqu’au bout !

100_0888

Au fait, nous avons appris que lundi prochain, c’est l’anniversaire de Frank, alors nous fêterons ça mardi prochain en concoctant un bon gâteau pour l’occasion…alors nous attendons vos idées de recettes et vous attendons nombreux pour le prochain atelier du mardi !

Options et déceptions

Affiche-Kesaj-Web - copie

C’est samedi… à la MJ Centre Social de Chilly

Aujourd’hui , il n’est plus permis à ceux qui s’engagent que de le faire dans un cadre où on prétend se satisfaire de son unique activité; plus d’horizons lointains à nos actions, plus de croyance raisonnable dans l’extension de nos options.

Le novateur le sait : il ne prépare pas un quotidien qui change; il rentre dans un curieux rapport avec la norme. Il ne s’en éloigne que pour l’affirmer, l’affermir et la prétendre acceptable.

Celui qui donne dans « l’innovation supportable », acceptable, reconnue, n’est plus comme par le passé en danger de devenir exclu ou marginal; le voilà au contraire promu au rang de ceux qui témoignent que le système n’est pas si mal, puisqu’en son sein il peut réaliser quelques options.

C’est là un des paradigmes les plus nouveaux de ce XXI ème sicle. Toute sa vie Célestin Freinet, en promouvant rien moins que la déscolarisation de l’école, pouvait le faire avec quelque espoir de transformer l’institution dans son ensemble. Il a tout connu de l’exclusion du système (renvoyé de l’Education Nationale après une attaque politique contre lui des plus violentes: « l’affaire de Vence »), comme son retour triomphal en son sein, avec une administration qui désormais proposait son œuvre comme modèle. Dans les deux cas, il pouvait être optimiste. En résistant, il luttait vraiment contre un modèle réactionnaire, forcément vulnérable et dépassé; en étant reconnu, il pouvait espérer raisonnablement qu’à terme la voie qu’il traçait d’une école ouverte sur le monde, le travail et la vie, allait devenir majoritaire, inévitablement.

Dans les deux cas, son militantisme n’était pas une option personnelle, pas une réalisation individuelle, pas la conséquence de ses « valeurs » ou de son « éthique », mais un investissement sur l’avenir.

Il ne s’engageait pas pour sa morale ou son équilibre personnel; il ne choisissait pas ses orientations, parce que cela lui convenait mieux, ou lui rendait sa vie plus agréable; il le faisait parce qu’il le pouvait et parce qu’il le fallait.

Son engagement, en un mot,  était purement et simplement « stratégique ».

Or, cette dimension stratégique de nos actions, c’est celle qui ne nous est plus accessible aujourd’hui tellement l’espoir de tout changement conséquent a été soigneusement broyé , en particulier par ceux qui avaient la charge de le promouvoir. Nous raisonnons, nous pensons  comme nos lointains ancêtres dans un univers fini, un monde clos, un éternel retour, un territoire, un environnement institutionnel, fermés par un couvercle qui pèse des tonnes.

Revenons juste une seconde à cette définition toute simple de la dimension stratégique de nos actions, comme étant: « Ce que l’on peut et ce que l’on doit faire ». Remarquons juste comme nous ne faisons plus grand chose par de tels motifs. Aujourd’hui, nous agissons pour des projets et des objectifs choisis dans une liste finie et convenue. Ce peut être pour notre développement personnel, le bien de l’éducation, ou la lutte contre ceci ou cela; dans tous les cas, nous nous sentons obligés de sur-intentionnaliser nos actions, en croyant que les objectifs que nous choisissons  (parmi un ensemble fini et contraint), sont une nécessité. Nous n’agissons plus, motivés par nous mêmes, mais pour des motifs extérieurs et consensuels. Autant dire que la stratégie nous est interdite.

Dans de telles circonstances, celui qui aujourd’hui, pensant suivre la voie de Freinet, pratique sa pédagogie tout seul dans sa classe, perdu dans l’institution scolaire , ne travaille plus, comme Freinet lui même,  au progrès ou à la victoire de la pédagogie qu’il appelle de ses vœux. Au contraire, il la rend soluble, acceptable, présentable dans une institution qui l’a castré.

Il cherchera de la reconnaissance, en échange de sa critique:  pas de la victoire. Et ce faisant, il aboutit à perdre et épuiser, par son option même, tout le précieux contenu dissident de ce qui l’avait incité à agir.

L’alchimie n’est plus la même: celui qui opte pour le changement, le condamne puisqu’il ne peut plus espérer transformer l’ensemble.

La seule façon dorénavant d’échapper à ce cercle vicieux est d’apprendre une nouvelle fois, comme après Galilée, ou Newton,  à penser en dehors du cadre, à imaginer , en dehors d’un monde clos, d’un univers fini.

L’option, le choix, l’engagement, l’innovation font partie du problème que nous souhaitons résoudre et nous en faisons sans doute nous aussi, partie. Nous devons nous risquer à d’autres prises de conscience bien plus dérangeantes,  en envisageant par exemple que ce que nous prenons pour un problème est peut être le début de sa solution. Ainsi le décrochage scolaire est-il vraiment le problème ? De même pour le bidonville, de même pour le non recours , ou le déclin des institutions.

Travailler hors institution, hors les murs, est sans doute aujourd’hui la seule façon de réinventer du sens au Social et à l’Éducation. Selon le point de vue où on se place, dedans ou dehors , on peut estimer ces voies mineures ou marginales (du fait de leur rupture même et des résistances qu’elles suscitent et rencontrent) , ou au contraire , comme un changement qui est déjà là,

…. un « Autrement » qui est déjà arrivé.

Dimanche 3 mai

Au jardin

Malgré un temps peu favorable, nous ne nous sommes pas laissés décourager! Et avec notre petite troupe, nous avons commencé à attaquer les travaux! :)

SAM_4043SAM_4042

Le matin, le travail a été réparti en plusieurs tâches, un premier groupe c’est occupé de ramasser les salades de la serres afin d’en planter de nouvelles. Pendant ce temps, un second groupe a récolter les radis de la serre pour faire de même. Un troisième groupe c’est proposé de réparer la bâche pour protéger le bois. Juste à côté, un quatrième groupe groupe essayait d’allumer le barbecue, mais ce n’est pas chose aisée avec du bois mouillé… 😛 Une fois le feu allumé,, nous avons tous préparé la table et le repas, et nous avons pu manger :)

SAM_4041SAM_4030

L’après-midi, après avoir rangé la table, il fallait se remettre au travail! Mais ce n’est pas si simple après un bon repas! 😛 Heureusement, nous avons réussi à nous motiver! :) Un premier groupe s’est formé, ils ont décidé de repiquer des tomates en plein air et dans la serre, de repiquer du basilic dans des pots, ainsi que de planter de la salade en plein air, juste devant notre serre, mais aussi, pour finir de récolter de l’oseille.

SAM_4026SAM_4021

Ils ont vraiment bien travaillé! 😀 A l’autre bout du jardin, un second groupe désherbait la parcelle de pomme de terre. Une fois le travail fini, ils ont commencé à débroussailler les orties, mais le travail est encore long, il faudra s’y remettre la semaine prochaine! 😉

La journée touchant à sa fin, nous avons pris un bon petit goûter, puis nous avons tout rangé et sommes rentrés! :)

C’était une super journée, tout le monde a mis la main à la pâte et a vraiment très bien travaillé, on a donc pu bien avancer nos projets, tout en s’amusant! 😀

Samedi 2 mai

Champlan :

Cette après midi, nous avions prévu un atelier cuisine pour les enfants de Champlan…et comme la pluie était au rendez-vous, nous sommes venus faire l’atelier au local.

Susano, Ionut, Iasmina, Ricardo, Raul, Roberta et Florentin ont été de vrais petits chocolatiers en herbe. Tous étaient ravis et ont mis beaucoup d’énergie, de bonne humeur et même de concentration à la tâche ! Nous avons d’abord cassé une vingtaine de tablettes de chocolat pâtissier que nous avons ensuite fait fondre avec du lait. Puis nous avons cassé en petits morceaux des noisettes, des biscuits et des amandes pour réaliser ensuite de savoureux mendiants et chocolats fourrés. Quand le chocolat fut assez liquide, chacun a pu réaliser ses chocolats avec les ingrédients de son choix dans de petits moules de différentes sortes et nous avons mis tout cela à durcir au réfrigérateur.

SAM_7927SAM_7917

En attendant avec l’eau à la bouche que nos chocolats durcissent, nous avons fabriqué des petites boîtes en carton à l’aide d’un patron comme de vrais petits professionnels. Nous les avons décorées et écrit dessus les prénoms et ingrédients et voilà que les chocolats étaient prêts !

SAM_7932

Que de fierté dans les yeux des enfants lorsqu’ils ont vu leurs chocolats qui avaient pris forme et ont pu les partager et ranger dans leurs jolies petites boîtes !

Les enfants ont tous fait preuve de beaucoup de concentration ; ça nous fait plaisir de les voir évoluer en ce sens et pouvoir aller au bout de ce qu’ils entreprennent !

 

Villa Saint-Martin

Triste journée sous le signe de la pluie aujourd’hui. Malgré tout, les enfants étaient au rendez vous.

Nous avons fait deux ateliers ; la cuisine et un atelier musique sous la tente en face. Ainsi, nous pouvions écouter ce merveilleux concert en cuisinant, ce qui nous a fait oublié la pluie.

Au menu, compote de pomme pour un goûter équilibré. On épluche, on coupe et on fait bouillir avec de l’eau, du sucre ainsi qu’un peu de fleur d’oranger et de la cannelle. Quelle délicieuse odeur !

100_0880

En face, on apprend le rythme grâce à nos deux musiciens en chef ; Quentin et Benjamin ! Baila la Bamba, ou encore Louise attaque et Leonard Cohen, tout le monde danse au rythme de leur musique.

100_0882

16h, goûter ! De la compote toute chaude et chocolat chaud. Il ne fait plus si froid finalement dans cette bonne ambiance cosi.

De leur côté, Nicolae et Cosmin ont retourné la terre bien coriace des nouvelles parcelles de la Villa Saint-Martin.

FullSizeRender

A la semaine prochaine !

Espace ados

Beaucoup de monde, à la Ruche,aujourd’hui ! C’est vrai qu’avec la pluie, vaut mieux être à l’abri et faire plein de choses en compagnie des Robinsons ! Les garçons de Champlan fidèles au rendez-vous pointent leur nez, pendant qu’Aline est partie au quartier faire une navette pour aller chercher une bande d’adolescents. Dans un premier temps, nous les avons laissés en temps libres afin qu’ils puissent se retrouver et nous retrouver !

Ils ont pu faire leur veille informative sur internet, se défouler sur les cajones ainsi que commencer un petit tournoi de Billard.

SAM_3993

Après ce temps libéré, les adolescents viennent à nous afin de réaliser leurs souhaits. Les filles installées dans une salle du haut avec des sacs remplis de bouts et chutes de tissus collectés par Aline, se sont mises à confectionner des housses personnalisées pour leurs portables ! Après avoir choisi les tissus de différentes matières et couleurs différentes, elles ont pu apprendre à coudre afin de produire ces étuis multicolore.

SAM_3984

Elles ont pu avoir recours à leur imagination afin de concevoir des housses vraiment originales. A vrai dire, d’un œil extérieur, le rendu était vraiment super !

SAM_3996

En parallèle, les garçons ont eu envie de faire un gâteau, mais attention: sans œufs et sans recette ! Au bon sens et en puisant dans leurs connaissances culinaires nous avons réalisé deux beaux gâteaux : Banane-pomme et chocolat-noisette.

SAM_3976

Pendant le temps de cuisson, ils ont eu envie de créer une compétition du « billard Hollandais » que nous avons fabriqué la semaine passée. Kevin et moi avons bien essayé de rivaliser avec les adolescents…en vain.

La sonnerie du four retentit, ni une ni deux les garçons s’activent pour préparer la table et faire goûter leur gâteaux aux filles ! Les filles ont été très contentes que les garçons aient tout préparés ! Rien à faire pour elles, juste à mettre leurs pieds sous la table et déguster. Ambiance calme pendant le goûter, où les discussions peuvent avoir lieu. Cette journée fut dynamique et productive !

SAM_4003

Jeudi 30 avril

au Skate Park

Cet après-midi, c’est sous un ciel pluvieux que nous avons pris le large pour le skate-park!

Heureusement que Benjamin avait mis ses lunettes de soleil, son chapeau et pris son ukulélé pour mettre un peu de soleil dans ce temps gris!

Nous avons installé une tente car il pleuvait vraiment très fort et sans répit ! Cela nous a permis de nous abriter et de tous se réunir dans la tente pour faire des jeux, c’était super chouette de se retrouver tous ensemble !

100_0857

Aline a proposé un atelier créatif avec du matériel pour faire des doudous :) Fils de cotons et aiguilles à dispositions et c’est parti ! Deux grandes filles se sont amusées et appliqué à confectionner des doudous, elles étaient trop contentes!

100_0875

A côté il y a Virginia, Benjamin et quelques enfants qui font des parties de « tic-tac boum », ils font travailler leur mémoire, les associations et leur orthographe…ça travaille… même en vacances! :)

Benjamin joue un peu de ukulélé pendant que les enfants et Virginia chantent quelques airs connus.

100_0864

Pendant ce temps, Flora initie les plus jeunes au UNO, puis au mémory des couleurs ainsi qu’à un jeu de devinettes auquel les enfants sont très forts! Sarah lit plusieurs livres que sa petite soeur écoute attentivement, puis nous nous installons tranquillement pour prendre le goûter.

100_0869

Un bon chocolat chaud nous attend ainsi que des petits biscuits maison…un vrai goûter pour nous réchauffer…mmm :-)

à Massy

Cette après-midi, il n’a cessé de pleuvoir du début à la fin alors nous avons déployé les grands moyens avec une super installation de trois tentes juxtaposées ! Ce qui a construit une belle petite maison au milieu de la pelouse du parc de la Corneille. Nous étions bien à l’abri sous cette drôle d’installation de camping.

SAM_7907

Du coup, une maman qui avait découvert nos ateliers la semaine dernière nous a rejoints malgré la météo peu avantageuse de ce jour avec ses deux petites filles de 2 et 3 ans. Puis 3 enfants du quartier dont un « habitué » de ce tout récent atelier nous ont rejoint.

SAM_7910

Nous avions déployé une tente salon de thé pour les mamans, une tente petite enfance avec puzzles, jeux de construction en tout genre et dînette et une tente jeux de société et atelier créatif autour de la fabrication de livres en tissu avec broderies, couture et écriture sur tissu pour imaginer tout plein d’histoires…

SAM_7914

Une maman est aussi venue nous voir car elle ne connaissait pas notre association et est très intéressée pour amener ses enfants sur notre atelier les semaines suivantes.

Ce fut un très bel atelier même si nous étions en petit comité !

SAM_7912

Mercredi 29 avril

Sortir !

Nouvelle semaine, nouvelle sortie pédagogique à la découverte d’un nouvel environnement culturel et social pour les enfants du Camp de Champlan.

Aujourd’hui, c’est au tour de Lorentu et de Alex de partir avec nous en Sortie ! Cela faisait pas mal de temps que les enfants avaient envie d’aller à la rencontre d’animaux. Qui plus est, différents ateliers éducatifs autour des Arts Circassiens ont étés proposés par l’équipe d’Intermédes-Robinsons sur le camp de Champlan. C’est alors qu’avec Quentin, nous faisons la joyeuse surprise à ces enfants de partir rencontrer le monde du Cirque ! Alors, en route tous ensemble pour une journée placée sous le signe du rire, de la bonne humeur et de la magie du cirque !

Sur le trajet, nous questionnons les enfants sur leurs représentations et perceptions qu’ils possèdent par rapport à cet univers. Ainsi à travers le dessin et des schémas, nous leurs faisons une première sensibilisation autour des différents arts du spectacle et animaux. Comme toujours pour ces sorties, les enfants ont un grand sourire aux lèvres, une exaltation collective se fait sentir dans le camion ! C’est encore un peu le sentiment des départs en vacances !

SAM_7884

Nous arrivons à Athis-Mons, d’un pas décideur et engagé et nous traversons un beau parc en direction du Cirque. Nous apercevons le grand chapiteau Rouge en contrebas; plus nous descendons le parc et plus nous découvrons les animaux : avec enthousiasme nous allons à la rencontre des chameaux, des chevaux, zebus, lionnes, lamas, poneys et les chèvres !

SAM_7867SAM_7863

Nous avions au préalable fabriqué des balles de jonglage fait maison, les enfants ont pu eux-mêmes s’initier à la jonglerie. Que ce fut impressionnant pour les enfants d’entrer sous ce grand chapiteau ! Maintenant, place au spectacle : magie, dompteur de lion, trapéziste, clown, jongleur, parade des animaux. Les enfants en ont pris plein les yeux. Ce fut une très belle journée où nous avons pu partager un moment agréable avec les enfants qui en sont sortis épanouis, et où nous avons pu apprendre beaucoup de ces enfants.

SAM_7874

à Wissous

Lorsque nous sommes arrivés, les pompiers étaient en train d’arriver pour la petite Amalia qui était tombée la tête la première sur un gros clou rouillé et s’était fait un belle bosse au passage…heureusement, plus de peur que de mal. Les pompiers ont rassuré tout le monde et sont partis en disant qu’il fallait surveiller que tout allait bien l’après-midi et sinon, de les appeler. Finalement, Amalia nous a rejoints pour profiter de l’atelier avec les autres, tout allait bien !

Aujourd’hui nous avons pris le temps de faire des jeux avec la dînette, les jeux de construction et des puzzles éducatifs pour apprendre de nouveaux mots de vocabulaire en roumain et en français , ce fut un moment d’échange très agréable.

100_0861

Ensuite, Kévin a pu débuter son projet de construction de jeux en bois qui a rencontré beaucoup de succès auprès des adultes aussi. Aujourd’hui, on a commencé à construire un billard suédois ! Valentin a été très appliqué du début à la fin de l’atelier…il a beaucoup apprécié et à manié le marteau comme un chef !

100_0858

Nous avons aussi pris le temps avec Florentina et Valentina d’écrire la recette de la compote pommes-fraises-poires que nous avions cuisinée et dégustée ensemble la semaine passée afin de terminer notre belle affiche-recette de cuisine. Florentina a écrit la recette en roumain et Amalia en français. Amalia est très fière de progresser en écriture depuis qu’elle va à l’école.

100_0850

Et pour finir, nous avons partagé, avec les mamans aussi, un bon goûter avec des petits biscuits cuisinés par le groupe « Intermèdes cuistots » ce mardi (c’était une recette de Mounira !), des clémentines, un bon petit verre de sirop de grenadine et un thé aux fruits rouges pour les mamans.

à Bel-air

A Bel Air aujourd’hui, il souffle un vent frais qui me glace les os. Le soleil est caché derrière d’épais nuages et ne montrera que 2 de ses rayons pendant l’atelier. Vous me direz que chez les Robinsons, on a connu bien pire. Oui mais là, avec les belles dernières semaines, on avait pris de mauvaises habitudes ! Pour ne pas penser à ce temps gris et froid, on se met à construire une Tour Eiffel en puzzle 3D. Et bien, ce n’est pas une mince affaire mais je me prends au jeu avec Samba et Idrissa, 2 de mes petits gars de Bel Air. Je les ai rencontrés jeudi dernier en me baladant dans le quartier pour ramener des enfants à l’atelier du Skate Park. Et depuis, ils sont là, à chaque atelier. Je vais encore les chercher demain. D’ailleurs, ils me l’ont demandé.

On essaye aussi le billard hollandais, fabriqué par les jeunes de l’espace ados. Bon, les pions sont carrés au lieu d’être ronds pour le moment mais ça marche quand même. Et puis, ça corse le jeu car les coins des pions se coincent dans les angles et refusent de rentrer dans les cases !

Le puissance 4 géant est à la disposition des enfants, qui y jouent de façon autonome et très enjouée !!

IMG_20150429_144710340

A côté, Virginia propose aux enfants de faire des portés acrobatiques et par le même occasion de faire un recueil photos de ces portés : ça sera plus sympa que nos photocopies avec des bonhommes tout moche. Ca a l’air de beaucoup plaire car les enfants crient beaucoup et sont tout excités.

Je crois qu’on va avoir de belles photos et donc un super recueil !!

IMG_20150429_162454687

Au jardin

Quoi de meilleur qu’un grand ciel bleu et un soleil brillant pour jardiner? :)

Les filles ont tout-de-suite commencé à aller jouer avec les balançoires, elles ont beaucoup ri, c’était super de les voir s’amuser! 😀

100_0854

Pendant ce temps, nous nous sommes réparti le travail à faire: Madalin s’est empressé d’aller sous la serre pour faire de nombreuses petites plantations… :)

Benjamin et Eric, eux, ont désherbé tout le terrain des herbes aromatiques. Celles-ci sont d’ailleurs très belles, de quoi donner encore meilleur goût à nos petits plats! 😀

Nicolae quant à lui c’est occuper de la terre pour planter les potirons et potimarons. Une fois cette tâche finis, les filles ont pu planter les graines. On espère que ça poussera bien!

100_0843100_0835

La journée est déja finie, on court tous pour aller prendre notre petit goûter, nous avons bien travaillé aujourd’hui, on mérite bien une petite pause non? 😉

100_0848

Celui-ci se terminant, direction le DAEV pour rentrer! On se retrouvera tous dimanche! 😀

Mardi 28 avril

« Intermèdes Cuistots »

Par ce bel après-midi, les Intermèdes Cuistots ont tous enfilé leur plus beau tablier ainsi que leurs toques pour nous préparer de délicieux gâteaux et biscuits… :)

Nicolae, secondé de Liza nous a concocté un énorme gâteau à la noix de coco ! Celui-ci était vraiment très appétissant. :)

Pour leur part, Zohra et Mounira, assistées par Eric, ont pu cuisiner de très bons petits biscuits que les enfants risquent d’adorer pendant les ateliers! On en redemandera surement! 😀

100_0807

Fouzhia quant à elle a préparé un grand fondant au chocolat, l’un des meilleurs que j’ai pu déguster jusque là, heureusement que nous avons gardé la recette! 😛

100_0808

Pour finir, Benjamin, aidé par Franck, a proposé un petit cocktail sans alcool aux notes fruitées et exotiques qui a permis un petit dépaysement fortement agréable. 😉

100_0804

Lors de cette journée, nous nous sommes tous mis au fourneau et avons travaillé d’arrache pieds afin de réaliser de nombreuses recettes que nous avons pu déguster. Malgré quelques imprévus en cuisine, l’ambiance était toujours au top, de plus nous avons toujours réussi à rebondir pour proposer les mets les plus délicieux et abondants… La soirée terminée, une merveilleuse odeur errait encore dans le local. Le fruit de notre effort a payé, on a pu se régaler ! Vivement la semaine prochaine! 😀

100_0819