Une question de regard ; le décaler pour mieux observer !

Regarder et observer dans une démarche de compréhension de l’autre dans le partage d’une condition commune.

Regarder et observer pour étudier une société en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des différents groupes et à leurs enjeux.

Regarder et observer pour décaler les yeux des directions conseillées notamment par les médias, enlever nos œillères culturelles pour fabriquer sa propre culture et, au final, pour participer à l’écriture de l’histoire commune.

Très rapidement arrive la question du matériau de l’observation permettant de décaler le regard :

– exposition d’anciennes photos du quartier et de dessins des enfants dans la rue, sur les places publiques, dans le jardin. Les habitants du quartier vivent la Rénovation Urbaine : démolition, mouvement de population parfois gentrification, relogement, construction, changement des centres de vie et des déplacements internes… Pour certains, cela est très difficile à vivre :  « Ça va vous paraître bête mais l’Ariane sans sa Tour 4, ce n’est plus l’Ariane ! ». La Tour 4, construite dans les années 70 : 200 logements, des squats, des morceaux de vie, plusieurs générations… La Rénovation Urbaine prévoit sa démolition dans un esprit de modernisation et d’assainissement. Mais, la réalité quotidienne se confronte au savoir d’usage et à l’histoire. La question du regard sur un même objet semble différente du point de vue des décideurs et de ceux qu’ils appellent les « usagers ». Revenir sur la mémoire oubliée d’un quartier à travers le regard des anciens permet le témoignage aux plus jeunes des émotions et récis de vie d’une identité pour la partager. L’exposition est à construire ensemble : les habitantEs sont invitéEs à partager leurs photos, leurs histoires, leurs parcours.

Ce travail se fait en partenariat avec les associations Le Grain de sable et La Boîte dans un projet nommé :

Identité – Parcours – Mémoire.

St-Pierre-2009-004

St-Pierre-2009-030– L’utilisation du théâtre forum ou d’improvisation pour s’exprimer et façonner collectivement un regard commun, une vision élargie d’une problématique sociétale. Envisager intellectuellement des actions pour appréhender sensiblement des réponses à des situations. Le concept de regard renvoie à l’analyse de la manière dont un individu ou un groupe d’individus perçoit et se représente son environnement et en particulier soi-même et les autres individus : le « regardant » est aussi le « regardé » et inversement.

DSC01050

– Le porteur de paroles : recueillir des réponses à une question et les afficher dans les espaces publics pour susciter des débats.IMG_3689

Regarder la culture de l’autre dans sa différence mais aussi dans sa ressemblance. Une habitante est venue à notre rencontre : « J’ai un projet ou plutôt un rêve. Je voudrais organiser une Journée Multicolore sur le quartier durant laquelle les différentes cultures partageraient leurs plats traditionnels, leurs tenues vestimentaires, leurs musiques, leurs danses… comme dans un voyage ». Les habitantEs du quartier ne croyaient pas vraiment à la réalisation de cette journée surtout avec l’actualité, les attentats de novembre 2015, la peur, le regard des autres sur une culture stigmatisée. La Journée Multicolore eut lieu le 12 décembre 2015 dans une ambiance de fête et de joie forte avec une quinzaine de cultures représentées. Une carte du monde trônait sur la place et des cartes zoomant sur les parties du monde dont étaient issues les cultures du quartier.

JOURNEE-MULTICOLORE

Ce jour là, le regard fut décalé. Chacune et chacune pouvait se regarder dans les profondeurs intimes de sa vie : le « regardé » se montrait délibérément à l’autre allant même jusqu’à défiler en costumes traditionnels. Décaler le regard, c’est partager dans l’action une vision du monde, une vision sociétale qui compose ce monde. Le regard est un support important de la communication entre individus, il permet d’assumer la réalité quotidienne et partagée.

Je regarde, tu regardes, nous observons tous ensemble !

Observer, c’est savoir se poser pour prendre du recul, c’est être à l’écoute des non-dits, du langage non-verbal, c’est à la fois s’immerger et sortir les yeux du cœur.

« Pour connaître la réalité, il faut la transformer » disait Karl Marx

et j’ajouterai que cela ne peut se réaliser que par l’aventure créative.

Noêl-au-Manoir

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.