Comment mesurer l’impact des biffins d’Ile de France ?

Comme le dit Mudano de Pimp My carroça « les collecteurs de rues sont des  super héros de l’écologie qui ont le pire des super pouvoirs : l’invisibilité ». Les ordures sont des choses que l’on emmène loin de la vue le plus vite possible,  et ceux qui vivent de la collecte sont déconsidérés socialement ou ignorés malgré le service essentiel qu’ils pourvoient.

Face à l’évidence des défis écologiques et socio-économiques, la société a commencé à valoriser les entrepreneurs de l’économie circulaire qui sont mis à l’honneur dans les médias et les conférences. Mais les collecteurs qui par choix ou par manque d’alternatives se sont tournés vers la collecte informelle et qui sont un maillon essentiel du recyclage et du réemploi sont au mieux tolérés, au pire combattus au nom de débordements possibles et  faute de la visibilité d’un impact positif passé sous silence.

 

Pourquoi mesurer l’impact ?

  • Les collecteurs informels de Bogota font économiser à la collectivité plus de 60 millions de dollars annuels de coûts de traitement
  • Des lieux parmi les plus emblématiques de Paris comme les puces de Saint-Ouen et les Bouquinistes des bords de seine ont été créé par les biffins
  • Au Brésil, 90 % des matériaux qui sont recyclés ont été collectés par des biffins et auraient finis en décharge

Il est des éléments chiffrés et tangibles que l’on peut lister en traversant les époques et les pays qui permettent d’attester de l’impact réel apporté par une profession, de déconstruire des mythes  et de trouver des pistes de progrès. Suite à l’élaboration d’une méthodologie d’impact environnemental, Future of Waste a décidé d’aider l’association Amelior à lister, localiser, mesurer ce qui fait le quotidien de la biffe Francilienne : les biffins, les lieux de collecte, de stockage, de vente, de répression, les coûts générés ou évités, les impacts sociaux économiques, culturels et écologiques . Ce travail s’inscrit dans une démarche de long terme soutenu par le collectif rue marchande qui vise à mieux faire comprendre cette activité ancestrale auprès des collectivités et du grand public.

 

Quel est le périmètre ?

On peut retenir comme définition des biffins : les personnes ayants une activité marchande de revente d’objets usagers qui proviennent de la récupération suite à un abandon, un don ou un échange, vendus en l’état ou revalorisés. Du mot « biffe», crochet avec lequel le chiffonnier fouillait les détritus. D’où « biffins » qui désigne les récupérateurs vendeurs. La réalité est beaucoup plus complexe et recouvre de très nombreux paramètres qui sont détaillés dans cette étude. Dans le cadre de l’étude de mesure d’impact on s’attachera à étudier

  • Les biffins qui récupèrent  dans les encombrants, de main à main, dans  les ordures ménagères, les fins de brocantes ou de vide greniers puis qui revendent sur le marché des biffins de Montreuil
  • On exclura de l’étude les récupérateurs de matières comme les ferrailleurs pour s’attacher aux objets que l’on peut classer dans les 5 catégories suivantes (Textiles, électronique et électroménager, Jouets, culture, maison)

chavaux

Que va-t-on mesurer ?

Après quelques heures d’ateliers, nous nous sommes accordés sur une méthodologie de terrain. Nous recherchons des bénévoles qui seraient prêts à venir nous aider à mener cette enquête sur différents marchés, a différents moments. N’hésitez pas à prendre part à l’enquête tant sur le terrain ( en téléchargeant le questionnaire ) que sur le terrain que sur les outils utilisés pour collecter et compiler les données. Merci de nous indiquer par mail (contactez antoine@makesense.org) si vous seriez intéressés pour participer lors des prochains marché le 7 et 18 Septembre, ainsi que le 12 Octobre.

Au delà des aspects quantitatif, nous aimerions aussi  collecter des témoignages et des données qui nous serviront à créer une carte participative et un guide culturel pour faire connaitre l’historique de l’activité, les parcours de vie  des gens qui font cette activité

Patrick

Les données relevées sur le terrain et extrapolées en tenant compte des différents biais seront mis en regards des données parisiennes, franciliennes ou nationales collectés auprès de collectivités, d’organismes, d’associations, ou de laboratoires de recherches

Concernant l’aspect socioéconomique, on fera des corrélations entre le temps de vente et le chiffre d’affaire, les moyens de transport et de stockage et le tonnage ; on pourra faire des études sur la saisonnalité et se référer aux publications précédentes du collectif rue marchande pour étayer ce qui a trait au niveau de vie.

Pour l’aspect coût pour la collectivité, on estimera le coût du nettoyage supporté par l’association Amelior, et ceux supportés par la municipalité liés à l’éparpillement des sacs, au nettoyage des espaces de vente, à la répression de la vente à la sauvette ainsi que les coûts de collecte et de traitements évités à la collectivité

Enfin, pour l’aspect environnemental, on mettra en perspective les empreintes écologiques des différents objets types qui sont détournés des ordures par les biffins en affichant pour chacun une analyse de cycle de vie qui permettra de se faire une idée des avantages écologiques à ne pas acheter neufs et à privilégier le réemploi plutôt que les ordures.

Sur le comparateur en ligne de l’Ademe, on observe par exemple que plus du tiers de l’impact environnemental sur tout le cycle de vie d’un Jean dépend de s’il finit aux ordures ménagère ou s’il est réemployé

ADEME

 

Antoine Delaunay coordonne le programme “Future of Waste” chez MakeSense dont la mission est de mobiliser des citoyens autour des entrepreneurs sociaux qui inventent et implémentent des solutions qui préviennent et transforment les déchets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *