La culture hip-hop, un art contemporain populaire (Avignon)

Rencontres de l’Hiver à l’Été
Cycle : « Les pratiques artistiques et culturelles des jeunes : mieux
connaître pour mieux accompagner »
Volet 2 : La culture hip-hop, un art contemporain populaire

15 juillet 2007 (Villeneuve lez Avignon, La Chartreuse)

Retrouvez cette information sur  :
http://passeursdeculture.injep.fr/article.php3?id_article=879

Intervention

Proposition d’intervention pour les Rencontres en Avignon  » La culture hip-hop, un art contemporain populaire « , débat du 15 juillet après-midi sur  » Hip-hop : Esthétique, politique et utopie  » Il y a quelque chose d’un peu étrange à évoquer le lien entre politique, utopie et esthétique alors que notre époque se caractérise au contraire souvent par leur impossible articulation. Paradoxalement le thème de la  » rupture « , qui était celui de l’art contemporain avant d’avoir le succès politique qu’on lui connaît, est bien souvent le signe d’une reconnaissance institutionnelle, finalement d’une adaptation. Quant à la culture populaire, comment la distinguer de l’industrie culturelle ? Peut-elle se vivre comme culture libre, autonome, non-marchande, sauf de manière interstitielle et éphémère ? Les conditions d’émergence favorables à de nouveaux mouvements culturels existent toujours, mais l’espace nécessaire à ces émergences manque. Comment alors parler du sens d’un art en société ? S’il a un rôle, l’art social, public, populaire, nomade, métis, sera un art, au-delà des qualificatifs, capable d’ouvrir (fracturer ?) de nouveaux espaces en commençant par l’espace public du forum, l’espace partagé de la ville dans toute sa diversité. Si cela a été le cas pour le hip-hop dans le passé, il n’est pas sûr aujourd’hui qu’il aurait pu émerger ainsi de cette façon. Il est lui-même pris dans ces paradoxes de l’instrumentalisation et de la marchandisation de la culture entre subversion et subvention, économie privée et publique. Il porte toujours  » au creux  » ou  » en creux  » les enjeux politiques d’une société à la recherche de nouveaux modèles de vivre ensemble et d’écrire une histoire plurielle commune. Le récent forum social des quartiers populaires à Saint-Denis, vingt ans et quelques émeutes après, rappelle que le débat n’est pas clos (a-t-il pu s’ouvrir ?).

Les questions restent effectivement, l’enjeu est là où est le mouvement. Aujourd’hui, qu’est-ce qui fait mouvement, met en mouvement, rend visible le mouvement ? – Qu’est-ce qui fait mouvement en tant que conscience d’appartenir à une même histoire, un processus collectif articulant passé et avenir, mémoire et innovation (mouvement social) ? – Qu’est-ce qui met en mouvement et fait de nous des agents de notre propre transformation et de la transformation de notre environnement : émancipation, auto-formation, expérimentation (mouvement individuel d’expérience) ? – Qu’est-ce qui rend visible ce mouvement de par la qualité de réception des formes esthétiques vivantes mêlant le sensible à l’intelligible (mouvement esthétique) ? Derrière cette question du mouvement se place l’articulation entre processus et projet : en quoi un projet politique est culturel et en quoi un projet culturel est politique ? Il y a des termes d’une autre époque qui évoquaient, avant d’être affadis, ce projet entre politique, utopie et esthétique :  » action culturelle « ,  » développement culturel « . Peut-être faut-il se réapproprier ces mots et/ou en inventer de nouveaux. Mais dans tous les cas, l’issue du hip-hop comme pour tout mouvement culturel, passe par la capacité à se réinventer, placer la créativité au centre de toutes les réponses, dans un champ transversal de compétences (artistiques, sociales, économiques).

Présentation du colloque

Après « La culture à l’épreuve des territoires », les Rencontres de
l’Hiver à l’Été organisées par le Pôle culture de l’INJEP ont
inauguré en janvier 2007 un nouveau cycle de réflexion de trois ans
autour des pratiques artistiques et culturelles des jeunes. Lors du
premier volet de ces rencontres, nous avons établi en quoi ces
pratiques représentent pour chacun un terrain privilégié
d’expressions et d’expérimentations mais aussi d’innovations.
Aujourd’hui en marge des réseaux institués se construisent, notamment
par le biais des nouvelles technologies, des savoirs parallèles, des
nouveaux modes d’apprentissage et de communication qui enrichissent
les pratiques.

Pour le deuxième volet de notre cycle, nous avons choisi d’aborder la
culture hip-hop, première pratique artistique des jeunes, culture
très hétérogène à la fois dans ses différentes expressions
artistiques, danse, graff, rap,… et dans ses rapports au marché.

En effet, le mouvement hip-hop croise les disciplines, renouvelle,
détourne et réinvente une esthétique. Comment la génération hip-hop
s’empare, mixe et détourne les différents langages ? Quelles sont les
variables spécifiques de la culture hip hop dans ses différents modes
d’expression ?

Selon le principe de nos rencontres, ces questions seront mises en
débat à travers le croisement des points de vue d’acteurs du
mouvement hip-hop, de spécialistes, notamment des écritures
contemporaines et des médias, et des réactions des participants.

Notre objectif est de poser un regard différent sur ces pratiques en
amenant chacun de nous à voir en quoi elles participent à une
véritable mutation des représentations et sont porteuses des enjeux
de l’art d’aujourd’hui.

Cette journée a été conçue par le Pôle culture de l’INJEP en
collaboration avec :

  • Yacine Amblard, Directeur de production de l’Association Moov’n Aktion
  • Huguette Bonomi, Chargée de mission au Pôle culture de la Fédération Française des MJC
  • Franck Bauchard, Directeur adjoint de la Chartreuse, responsable du
  • Centre National des Écritures du Spectacle
  • Guy Dumélie, Vice-président de la Fédération Nationale des
  • Collectivités Territoriales pour la Culture (F.N.C.C.)
  • Vincent Lalanne, Vice-président de Culture et Départements
  • Christine Leprince, Psychanalyste
  • Nelly Lopez, Chargée de mission culture de la Confédération des MJC
  • Pierre Montaudon, Chargé de mission spectacle vivant au Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports.

PROGRAMME

9h30 : Accueil

10h00 – 13h00 : Les conditions de l’écriture contemporaine et la
culture hip-hop

* Comment cette culture s’inscrit-elle dans les mutations des
écritures artistiques d’aujourd’hui ? En quoi ces mutations
transforment-elles les processus de création et l’évolution des
pratiques culturelles ?

  • Avec Colette Tron, responsable d’Alphabetville (espace de réflexion autour des rapports entre langages et médias) ; Nathalie Fillion,
  • auteure ; Dieynébou Fofana, sociologue, chargée d’étude au Pôle culture de l’INJEP.

13h00 : Repas

14h30 – 18h00 : Hip-hop : Esthétique, politique et utopie

  • Quelles utopies* sont portées aujourd’hui par le mouvement hip-hop ?
  • Définies comme les formes inspiratrices incitant à la passion de s’engager pour la société.
  • En quoi la création issue de la culture hip-hop est-elle subversive ? Est-elle politique ?
  • Quelles relations le mouvement hip-hop entretient-il avec l’économie privée et publique de la culture ?

Avec

  • Yacine Amblard, directeur de production de l’association
  • >Moovn’Aktion ; Miloud Arab-Tani, directeur de l’Affranchi à
  • >Marseille (scène de musiques actuelles spécialisée dans le hip-hop)
  • >; Hugues Bazin, sociologue indépendant ; Hélène Brogniart,
  • >directrice de la MJC d’Apt ; Philippe Grombert, directeur du Théâtre
  • >des Doms d’Avignon (sous réserves) ; Marko 93, graffeur (sous >réserves) ; des danseurs-chorégraphes hip-hop programmés dans le >cadre de L’été des Hivernales (sous réserves).

18h00 : Cocktail pour la présentation du livre “Panorama Art et Jeunesse”

*Ouvrage sur les pratiques culturelles des jeunes réalisé suite aux
rencontres du même nom initiées par le service programmation jeune
public du Centre Pompidou et conçues en collaboration avec le Pôle
culture de l’INJEP et le département des études, de la prospective et
des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la
Communication.
En présence d’auteurs ; de Patrice Chazottes, responsable du ervice programmation jeune public du Centre Pompidou ; de Chantal Dahan, responsable du Pôle culture de l’INJEP ; d’un représentant du Ministère de la Culture.

INFORMATIONS PRATIQUES

* Entrée libre sur inscription auprès de Cathy Lenoble – Secrétariat
du Pôle culture – Tel : 01 39 17 25 98 – Fax : 01 39 17 27 65 –
Courriel : culture@injep.fr
* Repas : 20¤
* Lieu : La Chartreuse – 30400 Villeneuve lez Avignon (Depuis
Avignon, bus n°11 ou Bustival n°1, arrêt Office de tourisme. En
voiture, traverser le Rhône, direction Villeneuve lez Avignon, en
centre ville suivre la rue de la République. Entrée sur votre droite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *