Une réflexion sur les tiers espace de type nomade .

La Nuit du SDF , collection privée .

Dans le champs de la culture et de la citoyenneté , nous nous sommes questionnés depuis le montage du C.U.C.S de la cabane à gratter quand Grégory Seguin était vice-président de l’association  » les p’tits gratteurs  » .

Comment mobiliser , comme créer du lien , comment produire du sens à travers une action collective ? De cette attention de tout instant , c’est bien l’enjeu ici cerné de qualifier un espace de possible par le biais de rencontres et d’échanges sur le vecteur d’une animation tracée sur un territoire , une communauté de commune , une place publique , une friche .

il s’agit pour nous d’imaginer en tant que chercheurs acteurs ce qui est du fait que si le chercheur cherche du sens ( Barbier ) on peut tendre vers le fait que l’acteur dans le système ( en référence à Crauzier ) tente de le propager .

Dans l’exemple on peut remarqué, entre autre chose, que pour ce qui est du sens pour l’écoute de ce que l’on perçoit comme étant de la musique passe par un temps présent dans l’oreille interne et se réverbère sur un temps passé dans ce qui est de l’ordre de la mémoire de l’écoutant .

On peut remarqué ici dans cette appréciation de la musique l’analogie de ce qui est de l’ordre du sens , pur , vivace dans son entrainement en dynamique quand un groupe ouvert et/ou fermé l’expérimente sur une pédagogie de projet en sa perspective de reliance ( Lewin ) encrée sur un territoire , une communauté de voisinages , un lotissement , un parc résidentiel .

c’est tout l’art d’amener ce point vecteur d’un levier de transformation en interne pour ce qui concerne le citoyen participant devenu acteur local porté en saisissement dans ce qui amène le questionnement dans sa potentialisation du raisonnement .
Nous cherchons à proposer , à propager , à délier pour permettre en élément de facilitation le champs de possible que porte l’être citoyen .
En priorité et en premier axiome nous plaçons la notion épurée d’animation en cela qu’il s’agit dans sa racine étymologique de donner souffle et vie .
Il s’agit en réflexivité d’observer pour amener , permettre d’apprendre à apprendre , de savoir quoi savoir ( Desroches ) pour souffler sur les braises vivantes d’une gamme émotionnelle avec le public afin de tendre dans le meilleur des possibles vers cette propagation de ce qui est ce sens que chacun cherche dans son chemin de vie .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.