Une carte, ça sert avant tout à rêver

Alain Doucé est accompagnateur en Montagne codirigeant de Belledonne en Marche, alain-Doucephotographe, auteur, il navigue depuis toujours entre montagne et approche sensible du monde qui nous entoure. Entre volonté de comprendre et envie de transmettre.

 

Le matin la première chose que je fais en me levant c’est de regarder le lever de soleil sur Belledonne. Ce matin les nuages étaient roses.

La montagne est suffisamment grande pour qu’il y ait de la place pour tout le monde. La période de l’automne est ma période préférée c’est là que l’on se retrouve un peu plus seul, avec le sentiment de retrouver « sa » montagne, les touristes sont partis et je me retrouve seul avec elle. Je ne cherche pas forcément la foule.

MODE DE PROGRESSION ENTRE LE PROCHE ET LE LOINTAIN

J’ai plein d’amis sur le plateau de la Chartreuse qui ne connaissent pas Belledonne. La personne qui vient de loin a une connaissance, une vision plus étendue géographiquement des Alpes qu’un natif qui va connaître avant tout autour de chez lui. Pourquoi faire une heure de route alors qu’en partant de chez soi l’on a la montagne. Quelqu’un de plus éloigné aura moi une connaissance approfondie d’un secteur, mais a tendance à explorer différents secteurs.

Il y a différents modes de progression dans le paysage. Le parapentiste ne va pas l’appréhender de la même façon que le marcheur. En parapente on peut partir de la Chartreuse (des Petites Roches) le matin en face est, alors que l’on va plutôt voler sur Belledonne en soirée en ouest puisque le soleil va taper sur ce versant en fin de journée, créant des ascendants, alors que le versant de la Chartreuse va passer à l’ombre. Il y a un jeu avec le soleil.

Dans cette progression dans le paysage, la notion d’effort a reculé, la plupart des personnes s’écartent à moins d’une heure du parking de stationnement. Il y a une barrière psychologique à partir de 600 m de dénivelé dans la journée. Les gens suivent le chemin balisé, le monde rassure.

Quand tu prospectes, que tu sors des sentiers balisés, que tu vas chercher sur la carte l’hypothétique terra incognita qui t’éloigne des grands axes de randonnée tu es comme un chercheur d’or, et tu es disponible pour dénicher la « petite perle ». Il faut aussi savoir renoncer, faire marche arrière, accepter les frustrations.

DES ZONES BLANCHES NON BALISÉES

La montagne de Belledonne est une montagne qui est exigeante, c’est des pierriers, des pentes raides… Tous les chemins ne sont pas de grands axes très roulants. Les personnes qui font l’Échappée Belle en trail s’en rendent compte en comparaison avec celui du Mont-Blanc.

Il y a une cartographie du photographe. La photo est une possible entrée dans le paysage. La vision d’une photo inspirante donne envie de faire la même, phénomène accentué par la diffusion numérique. Alors que la vision des photos déjà prises devrait inciter à en faire des différentes. Quel est le point de vue que l’on va prendre ? Quels sont les lieux photographiés, célèbres par leurs redondances ?

Sur les ateliers de cartographie avec les enfants, nous proposons d’ouvrir plein de cartes différentes avec des échelles différentes. La première question que je pose c’est à quoi sert une carte ? On me répond que ça sert à se retrouver, à se déplacer, à ne pas se perdre. Mais je dis qu’une carte, ça sert avant tout à rêver. C’est se donner la possibilité d’aller. C’est imaginer des possibles, des histoires.

L’utilisation des GPS conduit à une réduction. Cela a tendance à focaliser, c’est un « selfie cartographique » ! La carte on l’étale, on découvre d’autres chemins d’autres possibilités. C’est cette curiosité qui est intéressante, le caractère exploratoire d’une terre inconnue, la zone blanche est plus intéressante que la zone balisée, on peut avoir des surprises. Une lecture de carte uniquement focalisée sur les chemins balisés réduit le champ des possibles

Il faut trouver le mode accessible entre élitisme et populisme, faire quelque chose qui touche sans être trop complexe. La formule des entretiens est motivante, ça donne le temps d’imaginer comment cette cartographie imaginaire et prospective pourrait s’articuler.
Marquer sur la carte l’endroit où on aime aller, l’endroit que je ne connais pas, mais que j’aimerais découvrir, l’endroit que je n’aime pas, et puis passer le relais à d’autres personnes. C’est le principe de la tache d’huile. On dessine quelque chose en allant voir les pratiquants.

carte-alain

Alain Doucé, entretien avec Hugues Bazin, Belledonne, novembre 2015

Les Chronique Obliques sont basées sur des rencontres déambulatoires avec des acteurs/habitants du territoire. Chaque visite s’ouvre sur un paysage intérieur et extérieur. Chaque déambulation donne lieu à un article publié sur le blog. Cette chronique constitue la trame d’un récit collectif qui enrichit une cartographie et un outillage conceptuel et méthodologique entre forme écrite et physique, matérielle et immatérielle pour les Rencontres Obliques de Belledonne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *