/// Le lion de Jessé ///

référence à l’art sacré , les arbres de Jessé apparaissent en bas relief dans les chapelles , les églises ..

Le lion de la tribu de Judas , vainqueur , victorieux annonce la puissance masculine du Verbe incarné .

quand est il de son pendant féminin ?

si l’on suit la trace archéologique et pour exemple dans la légende doré , il est question d’aborder la notion virginale de la beauté , de l’éternel féminin .

il n’existe pas de lumière si il n’y a pas d’ombre , pas de yang sans le yin et certains disent qu’il faut avoir gouter au vinaigre pour apprécier le miel … qui peut dire avoir manger du pain noir pour espérer son pain blanc ?

de ce questionnement , l’on remonte à la descendance légendaire de la petite servante qui accueilli en son sein celui qui fut couronné d’épine .

Il existait un culte lunaire dans la ville sainte , les filles de mauvaise vie y tournaient leur espérance , leur fugitive pensée .

Une veuve mis un jour deux piécettes dans le tronc du temple sacré .
ainsi , voulant rappeler également et de par la même qu’il est plus difficile de faire monter un riche vers l’au delà que faire passer un chameau dans le chat d’une aiguille , nous éprouvons le trait qui vivifie de gloire ce qui est esprit intangible , ce qui est souffle de tension dans le tracé fait au doigt , à la chaleur d’une matière qui réagit par sympathie , qui se laisse guidée .

De cet exercice pratiqué dans l’attention d’une parfaite transmisson orale pour la succession d’une recherche et pour l’aboutissement d’une idée , nous vivons ici dans notre espace pour transcender , entre vivacité de nos psychés et agilité de nos corps bien vivant , ce que nous nommons l’exercice de la manière et la puissance de la beauté .

G.S

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.