Août 222014
 

Contexte de l’expérimentation

L’association Intermèdes Robinson , créée en 2005 est connue pour développer un programme innovant mais local, à Longjumeau  et communes environnantes (Nord Essonne)

Il s’agit d’un programme d’éducation non formelle ouvert à tous les âges dont la particularité est que toutes les actions se déroulent en dehors des institutions et structures classiques.

(Plus d’informations, sur le site de l’association – référencé en fin de document – et notamment à partir de son rapport d’activité en ligne)

La Pédagogie pratiquée est décrite par ses acteurs comme relevant du courant de la Pédagogie Sociale ;ce courant reprend les principes et pratiques de pédagogues du XXème siècle connus pour leurs innovations éducatives et leur souci de prendre en compte la réalité sociale des bénéficiaires de leurs actions.

A ce titre des dirigeants, mais aussi des acteurs, stagiaires et bénéficiaires de l’association Intermèdes Robinson ont été à l’origine de nombreux textes dont certains ont été publiés (« Des lieux pour habiter le Monde, Chronique Sociale, 2012 ; Pédagogie Sociale, 2011 ; Intervenir auprès des enfants en situation de rue, Chronique Sociale 2014).

Mais la production théorique en lien avec les pratiques développées par l’association Intermèdes Robinson dépasse largement ces seules éditions ; il s’agit également d’articles décrivant les actions réalisées qui ont été particulièrement nombreux et fréquents particulièrement dans la presse spécialisée liée aux milieux du secteur médicosocial ou de l’Ecole. Il s’agit également de courts métrages, clips vidéos, événements, conférences et de l’animation d’un blog sur la plateforme « Recherche Action ».

L’association Intermèdes Robinson est également active dans le domaine de la formation coopérative en étant partie prenante d’un « chantier de Pédagogie Sociale » qui réunit régulièrement depuis plus de 6 ans des acteurs et innovateurs dans le champ de l’éducation non formelle, dans le cadre du mouvement ICEM Pédagogie Freinet.

(Plus d’informations sur le site du mouvement Freinet : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/ )

Elle assure également en son nom propre quelques actions de formation à destination des acteurs éducatifs et sociaux souhaitant s’initier aux techniques et fondements de l’intervention « hors institution », dans le cadre du courant de la Pédagogie Sociale.

Par ailleurs, association reconnue par les collectivités et grandes institutions du social (Caisse d’Allocations Familiales) , l’association accueille à l’année de nombreux stagiaires étudiants travailleurs sociaux, en lien avec leurs centres de formation. Les principales formations concernées  sont : Educateur Spécialisé, Educateur de Jeunes enfants , Moniteurs Educateurs , Assistant de service social , étudiants de licences ou masters professionnels, etc.

La particularité de cette association est donc qu’elle allie à la fois une position plutôt marginale et externe dans le champ et le secteur socioéducatif, mais qu’en  même temps, elle bénéficie d’une reconnaissance des institutions et collectivités décisionnaires, pour ce même travail d’innovation.

Cette position ambivalente favorise à la fois les capacités de cette association de porter et communiquer des projets innovants, mais lui confère également un statut et des moyens précaires, qui ne sont pas sans relation avec les conditions de vie majoritaires des groupes auxquels elle s’adresse.

A titre d’exemple de cette situation contrastée, l’association a  obtenu en Juin 2014 un agrément d’Espace de Vie Sociale, octroyé par la CAF 91, mais par contre ses ressources restent tributaires de laide à l’emploi et de subventions sur projets non pérennes à plus de 85%.

Par ailleurs cette association essentiellement locale et de petite taille, trouve tout son sens mais aussi la justification de son action,  par la dimension de la recherche et de l’innovation. C’est en effet au titre que ses actions locales, peuvent trouver à s’appliquer dans d’autres contextes , que certaines institutions (et particulièrement les fondations privées ou collectivités territoriales) peuvent être amenées à la soutenir.

La dimension de l’expérimentation, mais également la diffusion des pratiques en cours recouvrent un enjeu essentiel pour cette association  qui consacre de grands moyens à la communication.

C’est dans ce contexte et, d’un e certaine manière, en continuité et cohérence avec la logique de son développement que l’association a été amenée en septembre 2014 , à présenter et mettre en œuvre un projet qui permet le développement de certains aspects de son activité.

Présentation du projet « Fab Lab école urbaine »

Le projet « Fab Lab Ecole urbaine », également dénommé « école intégrale »  ambitionne de réunir et mener dans un lieu unique des activités d’éducation informelle pour enfants et adultes, des actions de formation professionnelle pour acteurs éducatifs et sociaux et des recherches/actions dans le domaine de la Pédagogie Sociale et du travail éducatif en dehors des institutions.

Le point essentiel de ce projeté st bien entendu la réunion de ces trois activités en un seul lieu et d’une certaine manière, en interaction les unes avec les autres. Il s’agit bien entendu, du point de vue des concepteurs que ces trois dimensions d’activité s’appuient les unes sur les autres, à la fois en termes de moyens matériels et humains, mais aussi en contenus.

Ainsi il est envisagé que les actions de recherche viennent enrichir et guider les actions de formation ; de même les actions éducatives non formelles à destination d’enfants, de jeunes qui ne trouvent plus de réponses à leurs besoins éducatifs et sociaux dans les établissements classiques devraient fournir un terrain de formation pratique et vivante, autant que d’expérimentation et de recherche.

On reconnaît dans cette option que l’on pourrait qualifier «d’holistique » , mais que les initiateurs préfèrent nommer « intégrale » (en s’appuyant sur les réflexions philosophiques de pédagogues « communautariens » et/ ou libertaires, comme Charles Fourier)  un postulat présent dans toutes les actions existantes de l’association, de ne pas séparer les dimension éducatives, d’apprentissage et de relations psychoaffective , dans ses actions.

Par nature,  l’ensemble des activités de l’association depuis de nombreuses années se situe à la frontière de secteurs d’action particulièrement disjoints dans l’espace social ; il s’agit des secteurs de l’éducation populaire, de l’éducation nationale et du Travail Social.

Dans cette même visée, le projet à la base de ce « Fab Lab » matérialise une avancée supplémentaire : il s’agit bien de mettre en pratique, réfléchir et théoriser des modalités d’éducation non formelle à la croisée de ces trois secteurs.

Du fait du cloisonnement existant dans le cadre de l’environnement règlementaire, professionnel et institutionnel entre ces trois secteurs, il est en effet logique qu’une action « intégrale » nécessite la mise en œuvre d’actions de formation « autonomes » prenant en compte la globalité du champ travaillé.

Modalités pratiques de mise en œuvre du projet de la structure

Du fait de la précarité et de la limitation de ses moyens, l’association ne peut développer un tel projet que dans le cadre de ses actions actuelles. Cela suppose donc de transférer la localisation de toutes ces actions dans un même local qui sera loué dans la même ville où se déroulent l’essentiel des interventions de l’association (Longjumeau), en dehors toutefois du quartier populaire grand ensemble d’intervention (aucun local disponible n’y a été trouvé à louer bien que de très nombreux espaces et locaux y soient à l’abandon).

C’est aussi dans le cadre de son budget de fonctionnement ordinaire que ce nouveau projet se développera ce qui limite considérablement les possibilités financières et obligera les promoteurs à se baser principalement sur les moyens existants.

Il faut également observer que l’engagement dans un tel projet sans moyens spécifiques obligera celui ci à se développer dans un contexte de précarité, de difficulté de se projeter dans l’avenir dont i faudra tenir compte des effets sur l’ensemble des acteurs concernés.

Projet de recherche

Sur la base d’un tel projet , la première  action de recherche consistera à suivre le développement du projet lui même te à étudier ses évolutions, ses difficultés et ses éventuelles réussites.

Pour cela, un projet de recherche sera constitué, sur les bases suivantes :

–       Constitution d’une équipe de recherche sous la direction de Laurent Ott et d’un comité de pilotage de la recherche

–       Mise en place d’un protocole de recherche à déterminer

Un chercheur associé, coresponsable de la recherche, extérieur à l’association,  extérieur et (à ce stade) bénévole est recherché.

La formulation sur sujet de recherche / action est essentielle. Il s’agit, en tout état de cause de répondre aux questions  suivante :

  1. existe t il un ensemble de besoins et de demandes , sur un territoire local donné :
    1. d’accompagnement éducatif en dehors des établissements scolaires , ce qui suppose la présence d’enfants , d’adolescents et jeunes adultes non scolarisés
    2. de formation professionnalisante non certifiante et menée à titre volontaire par un ensemble d’acteurs sociaux qui souhaitent une autre formation que celle délivrée, par les centres de formation « classiques » des secteurs de l’Education Nationale, Education Populaire, Travail Social ?
  1. Les réponses à ces besoins d’accompagnement et de formation peuvent ils trouver à s’agencer ensemble dans un même lieu, à partir des mêmes actions de formation ?

Note : il y aurait bien entendu bien d’autres questions essentielles à se poser , par exemple en ce qui concerne la réception de cette expérience par les institutions publiques, le sens donné à cette démarche, différent sans doute selon les acteurs concernés, les effets enfin des actions de formation conduites sur la représentation des pratiques et les pratiques elles mêmes. Cela devrait faire l’objet de recherches ultérieures.

Calendrier prévisionnel de la mise en œuvre de l’action de recherche

 

Premier trimestre 2015 :

Mise en place du Comité de pilotage de la recherche

Rédaction du protocole de recherche

Mise en œuvre des premières investigations

 

Second et troisième trimestre 2015 :

Investigations ; recueil des matériaux

 

Dernier trimestre 2015 :

Analyse des matériaux et diffusion des résultats

 

Lieu de la recherche : locaux de l’association, 22/24 Route de Versailles , 91160 Champlan

 

Renseignements et informations :

Association Intermèdes : http://assoc.intermedes.free.fr

Laurent Ott : 06 61 48 21 98

  One Response to “« Fab Lab Ecole Urbaine » : Une école intégrale et mutuelle en Pédagogie Sociale (Champlan-91)”

  1. […] Voir l’article de présentation « Fab Lab École Urbaine : Une école intégrale et mutuelle en Pédagogie Sociale » : http://recherche-action.fr/labo-social/2014/08/22/fab-lab-ecole-urbaine-une-ecole-integrale-et-mutue… […]

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)