All posts by lisra

Fiche-expérimentation: pratiques créatives des espaces

Outillage conceptuel:

1.espace: étendue. Contrairement au lieu, qui est un point figé dans la géométrie spatiale, un endroit désigné, indiqué, limité, circonscrit, l’espace, lui, est mobile, friable, modifiable, habitable, déplaçable. On peut le faire surgir, l’investir, le ré-agencer, le changer. Bref, l’espace est étendue, et l’étendue est mouvement.Et c’est en comprenant cela qu’on en comprend la dimension politique. Finalement, un lieu est un lieu, il est ce qu’il est; mais l’espace, lui, est ce qu’on en fait. Et c’est cela qui en fait l’intérêt. Car si l’espace est mouvement, on peut non seulement y bouger, mais aussi le bouger, le faire bouger. L’espace est en quelque sorte ouvert à toute proposition. Encore faut-il proposer quelque chose.

2.espace public: ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui sont à l’usage de tous, l’espace public a pour vocation « d’être le forum où s’expose un problème qui interroge la collectivité ». C’est un espace d’expression et d’échanges entre les individus, espace dans lequel la public-ité (au sens étymologique du terme (état de ce qui est rendu public)) venait originellement créer l’espace de l’agir politique.

3.parkour (ou art du déplacement): pratique consistant, en théorie, à se déplacer d’un point A à un point B, et ce en recherchant avant tout l’efficacité dans le franchissement des obstacles. Cette efficacité combine la rapidité, l’économie d’énergie et la prudence.Le parkour, pratique artistique et athlétique en même temps que moyen de locomotion, consiste à transformer les structures du décor du milieu urbain ou naturel en obstacles à franchir, avec pour seul outil le corps humain. Le traceur (pratiquant du parkour) tente d’inventer des chemins, en passant par des endroits par lesquels personne ne passe habituellement.Il détermine les obstacles à franchir par des mouvements qui se veulent utiles, efficaces, rapides et simples.Il recherche avant tout la fluidité dans le déplacement et dans la combinaison de ces mouvements, ainsi qu’une adéquation du corps avec l’espace dans lequel il évolue, la justesse dans les mouvements qu’il effectue, et la pertinence du mode de déplacement adopté par rapport à une configuration donnée.

4.déambulation: action d’aller au hasard, de se promener sans but précis, selon sa fantaisie. Le parkour, par exemple, dans bien des cas, est une pratique déambulatoire, sans but ni raison.

5. pratique: façon d’agir; méthode, procédé, moyen, manière de faire certaines choses.

6. situation: ensemble de circonstances. Situation est ici employé au sens situationniste du terme, c’est-à-dire au sens où Guy Debord, fondateur de l’Internationale Situationniste, l’entendait, notamment dans son “Rapport sur la construction de situations”.”Notre idée centrale est celle de la construction de situations, c’est-à-dire la construction concrète d’ambiances momentanées de la vie, et leur transformation en une qualité passionnelle supérieure.Nous devons mettre au point une intervention ordonnée sur les facteurs complexes de deux grandes composantes en perpétuelle interaction: le décor matériel de la vie; les comportements qu’il entraîne et qui le bouleversent.” “Nous devons tenter de construire des situations, c’est-à-dire des ambiances collectives, un ensemble d’impressions déterminant la qualité d’un moment.” (Guy Debord).

Avant-propos : Qu’est-ce-qu’une pratique créative de l’espace?

Il y a plusieurs types d’espaces. Finis, indéfinis, ouverts, fermés, grands, petits.Bref, l’espace est en quelque sorte la dénomination donnée à une espèce d’objets davantage qu’à un objet particulier. Pour que l’on puisse parler d’objet particulier, il faut savoir à quel type d’espace on a à faire. Or, en partant de soi, nous pourrions dire qu’il y a deux types d’espaces: les espaces à l’usage de l’homme, et ceux qui lui sont étrangers.

Quel que soit le type d’espace que l’homme traverse, à partir du moment où il en fait usage, l’homme qualifie l’espace : espace commercial, espace public, espace santé, espace culturel, etc. Il le nomme. Mais il ne se contente pas de lui donner un nom, il lui attribue alors une finalité, il détermine ce à quoi l’espace en question va servir. Et, en fonction de cette finalité, il en codifie l’utilisation, et soumet l’espace à un certain nombre de lois, destinées à en règlementer et en faciliter l’usage.

Ainsi, les usagers de l’espace se conformeront-ils à ce code, et tâcheront-ils d’en faire usage selon les lois édictées.Traverser sur un passage piéton par exemple, plutôt qu’en diagonale au milieu d’un carrefour. Et, de ce point de vue, il est difficile d’en remettre en cause la pertinence.

Toutefois, ces lois ne régissent-elles pas l’ensemble des paramètres inhérents à l’espace de façon exhaustive, peut-être simplement parce qu’elles sont dans l’incapacité de tout prévoir.Rien ne dit par exemple qu’il ne faut pas se rouler par terre sur le trottoir, ou encore prendre les escalators à quattre pattes en équilibre sur la rampe, ou se déplacer en faisant des bonds. En théorie, on en a donc le droit. On peut le faire. Mais en pratique, cela peut être fort différent. Non seulement la police (qui sert au maintien de l’ordre public) peut se poser des questions, donc vous poser des questions, voire vous embarquer selon les cas. Car l’ordre public est une chose pour le moins trouble, et il est difficile de dire lorsqu’il est en danger. Mais, surtout, les usagers de l’espace, les passants, les commerçants, les gens habitant à proximité, vont vous demander des comptes. Pas systématiquement, mais cela arrive. Plus souvent qu’on ne le croit. Et d’ailleurs, si vous ne me croyez pas, je vous invite à essayer.

Alors, pourquoi vous demandent-ils des comptes, alors qu’il ne sont pas en charge du maintien de l’ordre public? Eh bien, ils le font probablement parce que la façon dont vous agissez alors n’est pas conforme aux habitudes qui régissent l’espace dans lequel vous évoluez, aux usages en vigueur. C’est-à-dire que vous n’agissez pas de façon contraire à la loi, puisqu’il n’y a rien d’écrit qui incrimine ce type de conduites; en revanche, vous agissez de façon contraire à l’usage. Vous faites un usage inhabituel de l’espace que vous partagez avec d’autres. En d’autres mots, vous bousculez les habitudes. Il n’y a rien d’écrit à ce sujet dans le Code Pénal, mais en fait, c’est ce qu’il y a de pire. L’habitude est le produit de l’uniformité des comportements adoptés dans un espace donné d’une part, et de leur inscription dans le temps d’autre part.

Une citation qui l’illustre parfaitement, tirée d’une comédie grand public que vous connaissez sûrement:

Cléopâtre : Amonbofis, il faut changer l’eau des crocodiles, c’est une infection !
Amonbofils : Bah pourtant j’ai installé le système d’évacuation des eaux usées comme on fait tout le temps !
Cléopâtre : C’est bien ça le problème avec vous Amonbofis, vous faites toujours comme on fait tout le temps !
Amonbofils : Bah, on a tout le temps fait comme ça…

Bousculer les habitudes, c’est la condition même de toute créativité. Or, quel que soit l’espace dont on bouscule les habitudes, les us et coutumes comme on a coutume –justement- de dire, les usagers de l’espace réagissent, et dans une part non négligeable, défendent l’espac qui est leur par le conformisme, c’est-à-dire par une conformité sans limites aux usages en vigueur. Aux usgaes qui sont là “depuis toujours”. Enfin, toujours, c’est un peu beaucoup, mais disons depuis longtemps.

Avoir une pratique créative d’un espace, c’est donc en avoir une pratique telle qu’elle en malmène de fait les habitudes, des habitudes tant ancrées dans les comportements des usagers, qu’elles se substituent aux différents codes qui y sont en vigueur (Code de la route, Code Pénal, Code civil, etc…) pour, à leur tour, en règlementer l’usage.

Entre pratique réfléchie et réflexion pratique

Je pratique le parkour depuis maintenant bientôt 6 ans. Ce n’est pas par désir de transformation sociale que j’ai commencé à pratiquer, mais par coup de foudre. J’eus la révélation après avoir visionné deux vidéos récupérées par un ami sur Internet. La fluidité, la créativité, l’efficience, et la beauté esthétique de ce que j’avais vu m’avaient définitivement et instantanément convaincu: j’allais faire du parkour. Et si, en pratiquant, j’ai rapidement eu conscience de la transformation du regard que je portais sur l’espace – sur l’espace urbain notamment- que le parkour opérait en moi, j’ai, en revanche mis beaucoup plus de temps à en ressentir, à travers la transformation du regard que les autres portaient sur moi, la dimension politique ainsi que le pouvoir subversif.

J’ai mis longtemps à mettre en corrélation les réactions des passants auxquelles je faisais face quotidiennement dans l’espace public, et la signification que cela pouvait avoir à partir du moment où il était évident que le parkour en était la source directe. Toujours est-il qu’au bout de quelques années, petit-à-petit, c’est venu. J’ai alors commencé à sérieusement me questionner sur les raisons d’une telle agressivité (chasse perpétuelle aux pratiquants, insultes, menaces, menaces de mort parfois, recours quasi-systématique aux forces de l’ordre…) ainsi que sur le fait que les gens se trouvent aussitôt dans le registre de la violence, sans possibilité d’échange ou de discussion “normale”.

J’ai fini par écrire un article, intitulé “Parkour: l’art de subvertir le rapport à l’espace public”, que j’ai ensuite mis en ligne, et fait circuler pour alimenter ma réflexion. Les réactions ne se firent pas trop attendre, et comme, à ce moment-là, j’avais rencontré Hugues BAZIN et “sa” recherche-action, et m’étais engagé dans le réseau “Espaces Populaires de Création Culturelle”, j’ai pris plusieurs fois la parole en public à ce sujet, lors de journées Interstices (dispositifs expérimentaux initiés par ce même réseau) notamment.

Les débats qui en ont émergé m’ont encore alimenté dans mon questionnement, de sorte que j’ai par la suite décidé de faire un film documentaire qui questionnerait le concept d’espace public au regard de cette pratique particulière qu’est le parkour, film qui est actuellement en cours de tournage.

Le processus réflexif que le film a mis en route m’a poussé à généraliser le propos en parlant notament de “pratiques créatives des espaces”. Force est de constater qu’investir l’espace public par sa pratique d’une part, en être systématiquement chassé d’autre part, les danseurs hip-hop, les skateurs, les riders de BMX, tous connaissent. Mais qu’est-ce-qui, parmi ces différentes pratiques des espaces, les rend toutes suspectes aux gens traversant ces mêmes espaces?

Finalement, il se peut bien que, comme je le disais dans mon avant-propos, ce soit le fait même d’avoir une pratique créative des espaces normés qui pose problème, où bousculer les habitudes spatiales, c’est quelque part, semble-t-il, mettre en danger l’ordre public. Si plus rien ne va de soi, alors plus rien ne va.

Or, ces pratiques, pour certaines d’entre elles en tous cas (je pense notamment au parkour) trouvent leurs fondements mêmes bâtis sur l’idée du détournement de l’usage des choses. Faire de la métropole un terrain de jeu, faire de ses murs des obstacles à franchir, de ses barrières des surfaces d’aterrissage. C’est là le sens même de cette pratique: se déplacer “avec tout ce qui n’est pas prévu pour à la base”, selon les mots de David Belle, fondateur du parkour, lequel parkour ne peut par définition donc pas se pratiquer dans l’enceinte d’un gymnase, ce serait un non-sens par rapport à l’essence même de cette pratique. Mais il ne peut pas non plus être confiné à un “parkour-park”, comme les skateurs tendent à le devenir aux nombreux skate-parks qui inondent les villes un peu partout. Puisque le détournement est l’objectif, à partir du moment où l’on dispose d’un terrain et d’un matériel dédiés, la pratique se meurt, elle n’a plus de sens.

Mais est-ce parce qu’une pratique est haïe qu’elle est subversive? Le simple fait de faire un usage inhabituel du mobilier urbain et de la ville suffit-il à faire surgir un questionnement, voire à opérer un renversement dans le rapport qu’ont les gens à cet espace? Rien de moins sûr. Peut-être cela ne suscite-t-il que la haine, sans possibilité d’un échange et d’un enrichissement mutuel entre pratiquants et passants.

Le problème de la prise de conscience qui accompagne celui qui a une pratique créative des espaces, c’est qu’arrivé à un moment il ne sait plus si c’est la pratique qu’il a de l’espace qui, en elle-même est subversive, ou si c’est la vivacité des réactions auxquelles il fait face qui le conduit à penser qu’elle l’est.

Se pose alors la question de savoir si, au fond, il s’agit d’une forme d’intervention dans l’espace public (laquelle implique une intentionnalité politique), ou d’une pratique déambulatoire dans l’espace (laquelle implique au contraire la gratuité de l’acte, l’inutilité revendiquée, l’absence d’intentionnalité). Je me trouve aujourd’hui pris de manière contradictoire entre ces deux postures, précisément à cause du processus réflexif que ma pratique de l’espace a fait naître en moi. Je ne sais plus bien si faire du parkour suffit à interroger le rapport qu’on a à l’espace public, si le simple fait de pratiquer n’est pas simplement voué, selon les personnes rencontrées, à la consécration, ou à la condamnation, à l’approbation ou à la désapprobation, à l’acceptation ou au refus. Sans chercher plus loin. C’est cela, ce doute, ce questionnement auquel je n’ai pour l’instant pas trouvé de réponse, qui m’a amené à planifier de nouvelles expérimentations faisant usage de ces pratiques créatives des espaces, mais ne consistant pas dans ces pratiques elles-mêmes. En d’autres termes, je cherche comment incorporer ces pratiques déambulatoires à la fabrication de situations subversives dans l’espace public, de situations de nature à interroger les gens sur le rapport qu’ils entretiennent à cet espace. Petit à petit, des idées me viennent. Ce qui ne m’empêche pas de continuer à pratiquer le parkour de façon strictement gratuite, sans chercher quoi que ce soit d’autre que l’authentique plaisir de déambuler, la recherche perpétuelle de la créativité, la sensation de fluidité, la jouissance de ce contact si particulier avec les murs et autres textures de l’architecture urbaine.

Bref, le parkour m’est un plaisir et un jeu, en même temps qu’un outil de subversion, un outil politique, et un objet de réflexion et d’étude.

Ce sont là simplement différentes façons d’appréhender une même pratique. Une pratique créative des espaces.

Transformation sociale et pratique des espaces

L’espace est une étendue. Finie ou indéfinie. Céleste ou terrestre. Pleine ou vide. En tous cas, l’espace n’est pas un lieu. Pas un point figé dans la géométrie spatiale, pas un endroit désigné, indiqué, limité, circonscrit, l’espace est partout. Il est mobile, friable, modifiable, habitable, déplaçable. On peut le faire surgir, l’investir, le ré-agencer, le changer. Bref, l’espace est étendue, et l’étendue est mouvement.

Et c’est en comprenant cela qu’on en comprend la dimension politique. Finalement, un lieu est un lieu, il est ce qu’il est; mais l’espace, lui, est ce qu’on en fait. Et c’est cela qui en fait l’intérêt. Car si l’espace est mouvement, on peut non seulement y bouger, mais aussi le bouger, le faire bouger. L’espace est en quelque sorte ouvert à toute proposition. Encore faut-il proposer quelque chose.

C’est dans ce sens que va cette première proposition d’expérimentation.

Il s’agirait d’abord d’occuper l’espace. Car si l’espace est partout, il est donc toujours . Et ça n’est pas parce qu’il est en conséquence sans cesse traversé, qu’il est pour autant occupé. La traversée n’indique qu’un mouvement spatial, géographique; l’occupation implique une dimension d’auto-saisissement, une prise de possession. Il ne s’agit pas de traverser l’espace, mais de l’habiter, de s’en saisir, de le remplir. L’origine étymologique d’ « occuper » met d’ailleurs bien en évidence l’enjeu politique de l’occupation: occupare signifie en latin « prendre avant les autres ».En effet, puisque l’espace se trouve être ce qu’on en fait, on peut donc en faire tout et n’importe quoi. C’est pourquoi il est si important d’en faire quelque chose. D’y faire quelque chose. Quelque chose d’autre que le simple fait de le traverser. Car si nous n’en faisons rien, il y a cela dit toujours quelqu’un d’autre qui s’y emploiera. Et il suffit, pour privatiser un espace public et faire de l’espace commun un lieu réglementé strictement réservé à la publicité marchande, -il suffit pour cela dis-je- que les gens s’en fichent. Il suffit de ne pas s’en occuper -ou de ne pas l’occuper-. Il suffit que nous nous fichions de l’espace public pour qu’il cesse d’exister, car d’autres auront vite fait d’en faire autre chose, et vice-versa: si le public réinvestit en masse l’espace et l’occupe, il redevient public. C’est là tout le pouvoir de l’espace, et tout son problème aussi. Sa nature malléable rend sa fonction tributaire de ce qu’on en fait et de ce qu’on y fait. L’espace peut très bien voir sa fonction réduite à un lieu de passage. Heureusement, les services de communication des entreprises le savent et il en est tout autrement.

Occuper l’espace est une chose, mais il faut également savoir quoi y faire. Car comme nous l’avons noté, on peut par définition tout (ou presque tout) y faire, et si occuper l’espace est le préliminaire inévitable à tout processus de transformation sociale, l’occupation seule demeure insuffisante à la transformation; c’est la nature de ce qu’on y fait et la façon dont on le fait qui en sont les conditions.

En effet, l’occupation de l’espace peut vite tourner au spectacle, lequel n’a pour effet que de divertir les passants potentiels. De les divertir sans pour autant les faire réfléchir, de les étonner sans les questionner. Or à partir du moment où le but recherché n’est plus de divertir, mais de subvertir -car pour qu’il y ait transformation sociale, il faut bien qu’il y ait un renversement qui s’opère quelque part-, l’approche n’est plus spectaculaire mais situationnelle. Il s’agit, comme le préconisait Guy Debord, de construire des situations. Des situations à même de questionner les gens sur l’espace qu’ils traversent, sur le rapport qu’ils ont à cet espace, ainsi que sur leur mode d’exister. En somme, il faut poser le(s) problème(s) sur la place publique, il faut poser problème. Car tant qu’on ne dérange rien ni personne, alors il n’y a aucune raison que quelque chose change, chacun étant bien trop affairé à ses soucis propres. Une pratique créative de l’espace implique de l’aborder différemment. Il faut y faire autre chose que ce qu’on y fait d’habitude, et faire cette autre chose selon des usages nouveaux, afin -précisément- de rompre l’habitude, d’en défaire l’évidence, de la soumettre à examen, de la mettre à l’épreuve. La créativité doit se faire l’ennemi juré de l’habitude. Elle doit la traquer dans ses moindres recoins. C’est pourquoi il faut veiller à ne tomber sous le coup d’aucune catégorie préexistante. Il faut être en permanence en dehors de toute catégorie.

Les catégories sont les labels et appellations en tous genres qui régissent l’intervention dans l’espace. « Arts de rue », « manifestations », « cultures urbaines », « sports extrêmes », « happenings », « théâtre de rue ». Et la pire de toutes, « performance ». Celle-là peut englober à elle seule à peu près toute forme d’intervention dans l’espace public. C’est dans ce type de cases qu’il faut veiller à être impossible à ranger. A partir du moment où les gens nous identifient comme prenant part à tel ou tel type d’intervention, il n’y plus possibilité de soulever quelque questionnement que ce soit en eux. Tout est joué. Ils savent à quoi ils ont à faire, c’est un « happening »; ils en ont déjà vu à la télé, ce sont des protestataires qui protestent, mais des moins ennuyeux que ceux qui manifestent: ils savent se donner en spectacle! Aussitôt que l’on vous circonscrit à une catégorie, il vous est impossible d’en sortir, et tout échange ultérieur est voué à se faire dans le cadre bien défini de cette catégorie. Autrement dit, la subversion n’est plus possible. L’aversion ou l’amusement des passants sont alors ce que vous pouvez espérer de mieux.

Pour qu’il y ait subversion, il faut être insaisissable, non pas incompréhensible, mais impossible à circonscrire à une catégorie d’appréhension de la situation présente. Il faut que la situation puisse se comprendre d’elle-même, générer du sens à partir de ce qui se passe, et non de ce qui a été entendu ou vu préalablement. La manière d’intervenir dans l’espace doit absolument ne renvoyer à aucun code, à rien qui permette de la sectoriser, de l’ « assimiler à ». Tous les éléments pour la comprendre sont à l’intérieur. Il n’y a pas de mode d’emploi. Il n’y a pas une, mais plusieurs façons de la com-prendre, de la prendre avec soi, littéralement. De se l’approprier.

Par ailleurs, il faut veiller, à chaque intervention de ce type, à n’être pas là où l’on nous attend, à surprendre, à ne pas se cantonner à un mode d’expression ou à une façon de faire. Que l’on nous traite d’artistes, et nous deviendrons terroristes. Aussitôt qu’une appellation se systématise et se généralise parmi la foule, il y a danger. Il faut changer, bouger, susciter le doute, la surprise, voire l’incompréhension dans un premier temps, il faut anéantir les certitudes quant à la nature de l’intervention ainsi qu’à l’identité de l’intervenant. Garder une part de mystère.

Il semble également important d’éviter tout didactisme. A une démarche explicative ou pédagogique, nous préfèrerons une démarche interrogative, qui suscite le questionnement plutôt que l’approbation ou la réprobation. Il n’y a pas une, mais une infinité d’approches de la situation en cours, une infinité de façons de la comprendre, une infinité d’interprétations possibles. Celui qui intervient veillera ainsi à ne pas, par le forme même qu’il donne à son intervention, empêcher cette diversité de s’exprimer. Faire croire aux gens qu’il n’y a qu’une seule façon de comprendre ce que l’on fait, ne nuit pas seulement à la qualité de l’échange lors de l’intervention, mais aussi au débat public qu’elle est susceptible de faire naître. C’est en compromettre la naissance même. La radicalité ou la profondeur du renversement opéré ne sont pas mises en cause par l’absence de didactisme dans l’approche situationnelle. Au contraire. L’espace public étant ce qu’il est, à savoir un espace transitoire régi par une infinité de codes et d’usages préétablis, moins on est didactiques, plus on est subversifs.

C’est lors de la situation que le sens se construit, collectivement. Car pour qu’il y ait transformation sociale, il faut qu’il y ait construction de sens à partir de la situation, sans quoi nous faisons de l’animation. En ce sens, c’est au centre de la transformation qu’il faut que le public soit, et pas au centre de loisirs. Nous ne cherchons pas à amuser la galerie, mais à produire de la connaissance, en postulant que cette dernière peut émerger, qui plus est de manière bien plus riche, d’une situation sociale réelle, plutôt que d’un séminaire universitaire quelconque.

Sur la nature de l’intervention, je ne donnerai volontairement pas d’exemples trop précis. D’une part, afin de ne pas fausser la compréhension intuitive que chacun peut avoir de ce type de démarche, afin de ne pas impulser une direction plutôt qu’une autre. D’autre part -et les deux motifs se rejoignent-, parce qu’il y a une infinité de façons d’intervenir de manière créative dans l’espace public, ces dernières n’ayant de limites que l’imagination de leurs auteurs. On peut, par définition, tout faire; encore faut-il savoir comment, et pourquoi. Car après tout, un type déguisé en téléphone portable qui distribue des tracts pour le compte de je ne sais quel opérateur de téléphonie mobile, lui aussi intervient dans l’espace public. Certains trouveront même à son intervention une dimension créative.

En fait, investir l’espace public est désormais une chose commune, un usage convenu, une habitude. Ceux-là même qui le privatisent n’ont que ça à la bouche: « investir l’espace public », « être au contact des gens ». On peut parfois même se demander s’il n’y a pas un peu de sincérité dans la démarche, si, au fond, l’intention de l’entreprise n’est pas louable. Mais alors la question se pose de savoir au nom de quoi, au juste, on veut l’investir? De quelle façon et pour quelle(s) raison(s) veut-on être au contact des gens?

Comme je le disais précédemment, investir l’espace public est sans doute une bonne idée…pour peu que l’on sache ce que l’on veut y faire. Et pour cela, nul doute qu’il faille se poser la question de savoir ce que l’on veut en faire. Les réponses à la première dépendent directement de ce que l’on répondra à la seconde.

De fait, un certain nombre de pratiques déjà existantes semblent potentiellement capables de questionner le rapport à l’espace public en ce sens qu’elles en défient les codes, en changent les usages, en bousculent les habitudes. Et dans la perspective d’interventions collectives dans l’espace public, il n’est pas exclus d’en faire usage et de les croiser. Danse, parkour, skate, bmx… L’ennui est que si ces diverses disciplines refusent l’usage habituel qui est fait de l’espace commun, elles en suggèrent de nouveaux, qui hélas ont vite fait, notamment après étiquetage médiatique, d’être identifiés en tant que tels et d’obéir à une certaine conformité. Le problème qui se pose alors est de préparer l’intervention de sorte à décaler à nouveau les usages, et être hors de portée de toute labellisation potentielle. Il ne s’agit pas d’exclure les pratiques elles-mêmes, qui, comme je le disais, sont à même d’opérer un renversement, mais bien d’en affiner les modalités d’intervention de façon à échapper à l’ « art de rue » et aux « cultures urbaines ». Il faut pour cela déployer la pratique dans une situation à laquelle elle-même est étrangère, dans laquelle elle ne trouve pas ses propres aises, où elle n’a pas ses petites habitudes. C’est seulement alors que le pouvoir de subversion se fait sentir.

On n’a plus à faire à un rendez-vous de traceurs ou à une performance de danse, mais à une entière situation, dont l’étrangeté conduit au questionnement de ceux qui y sont confrontés, et où les pratiques déployées ne se donnent pas à voir en tant que telles mais comme éléments de la situation dans son ensemble.

On peut, par exemple, imaginer que le pratiquant évolue dans un espace, public ou privé à accès public (espace appartenant à quelqu’un mais auquel chacun peut accéder), qui d’une part n’est pas son terrain de prédilection, et d’autre part est un espace utilitaire dont la finalité est établie, et dont l’utilité est la plus éloignée possible de ce type de pratiques. Des traceurs envahissant une laverie libre-service, traversant un centre commercial ou une gare SNCF, déambulant dans un aéroport, une station-essence ou une grande surface. En effet, le décalage entre la finalité du lieu investi – finalité connue de tous-, et l’usage qui en est fait par certains dans cette situation est sujet à faire surgir un questionnement.

On peut par ailleurs imaginer que les intervenants ou pratiquants adoptent, dans le cadre de leur intervention ou de leur pratique, une attitude particulière, de nature à interroger les gens. Le parkour, par exemple, puise de fait grand nombre de ses techniques de franchissement et de déplacement chez les singes, les félins et les lémuriens. Les traceurs, qui renvoient donc déjà, de par leur posture, leur gestuelle, et leur mode de déplacement, à l’animalité, pourraient très bien adopter volontairement une attitude pleinement animale: systématisme de la quadrupédie lors des déplacements (sauf lors des sauts); implication totale dans ce que l’on est train de faire (chasse impitoyable à la distance critique et au retour sur soi); communication par regards, par postures (suppression de la parole, quelle que soit la situation (vigiles coursant les pratiquants, questions, menaces). Il faut cependant veiller, dans ce cas précis, à ne pas tomber dans le registre parodique en singeant tout bonnement les bêtes. Car alors, c’est dans la catégorie « cirque » ou « numéro de clowns » que l’intervention sera rangée. Il faut pour cela être tout à ce que l’on fait, et éviter à tout prix toute distance critique. J’ajouterais que la gestuelle du traceur imite suffisamment celle du singe ou du félin pour ne pas qu’il y ait besoin, en plus, de faire des grimaces en se grattant sous les aisselles. Une chose me semble également importante: fusse-t-elle animale ou non, une fois adoptée, l’attitude choisie ne doit plus nous quitter, de l’entrée dans le lieu, jusqu’à sa sortie, sans quoi l’intervention passerait instantanément du statut de situation à celui de pitrerie.

Enfin, l’apparence étant la premier pan de connaissance que l’on donne de nous-mêmes, rien n’interdit de jouer sur la tenue. Sans donner dans le bal costumé, on peut très bien porter des tenues emblématiques, qui accentuent l’effet de contraste (entre l’usage habituel fait de l’espace occupé et l’usage qu’on en fait alors) en nous assimilant à la foule sur un plan vestimentaire, ou, au contraire, en nous en distinguant d’une manière prononcée à même de générer du sens. On pourrait, par exemple, imaginer que les pratiquants déambulent à quatre pattes dans un centre commercial, en costard-cravatte (assimilation à la foule), ou en bleu de travail (distinction prononcée, mettant en évidence le lien entre consommation et travail). De même, dans un aéroport, on pourrait opérer en tenue de stewards et d’hôtesses de l’air, ou au contraire tous en djellabas et avec de fausses barbes.

Bien évidemment, les trois techniques que je viens de mentionner, permettant un décalage de la pratique hors de sa situation habituelle, peuvent (et ont tout intérêt à) être associées. Plus le décalage est grand, plus il y a construction d’une véritable situation en tant que telle.

Le passant n’assiste plus à une accumulation de démonstrations de performances individuelles, mais à une situation expérimentale collective à laquelle il peut prendre part. Il faut à ce propos que la situation n’exclut pas le regardeur, mais qu’elle suggère au contraire qu’il en fait partie, le faisant ainsi passer du statut de spectateur à celui d’acteur, ce qui est également une condition à toute transformation sociale, laquelle n’aura jamais le visage d’une performance d’artistes ou d’initiés cabotinant devant une assistance de badauds béats. Aussi faut-il préalablement se mettre d’accord sur ce que l’on recherche: amuser la galerie, ou transformer la société.

Naïm BORNAZ

Parkour: la paresse, malgré l’apparence

Préambule – sport et effort

C’est entendu, le sport, c’est dur.

Ce lieu commun est à la fois le refrain des paresseux qui s’en préservent, et des sportifs qui s’y emploient. Les uns et les autres, tous sont d’accord sur une chose: faire du sport, c’est « se dépenser » (dépenser soi), c’est-à-dire dépenser tout ce dont on dispose en soi ; autrement dit c’est se vider de ses forces, s’efforcer de s’épuiser en puisant jusqu’à la dernière ressource ; ne s’arrêter qu’une fois vide de toute énergie, qu’une fois exténué; le sport, c’est le fait de se « tuer à l’effort » comme on se tuerait au travail.

C’est, pour ainsi dire, la religion de l’effort, religion où la paresse, péché capital selon le Catéchisme de l’Eglise Catholique, est rachetée à travers la souffrance que l’on s’inflige par l’effort. L’effort (action de s’efforcer(1)) est d’ailleurs précisément ce que le travail (du latin tripalium, « instrument de torture à trois pieux ») désigne: « l’effort, l’application nécessaire pour faire quelque chose », la souffrance que l’on doit endurer pour parvenir à faire quelque chose de bien (« Le travail est ce qui lie un effort où l’on peut s’épuiser (voire une souffrance) à un résultat positif ») (2). La tradition chrétienne n’est sûrement pas sans rapport avec cette conception du bien auquel seule la souffrance peut conduire, et où la rédemption passe nécessairement par le consentement à cette souffrance.

En effet, Jésus de Nazareth (3) ne s’est-il pas fait le payeur par substitution des péchés de l’humanité toute entière? N’est-il pas mort pour notre salut?

C’est en tous cas ce que L’Enseignement Chrétien affirme, et ce depuis la naissance même de la Chrétienté – peut-être pour la bonne et simple raison que c’est là le fondement de cette religion – .

Où se trouve la rédemption? Dans la souffrance (remède prescrit), dans la torture (4) (mode d’administration), et dans la mort (conséquence), où l’on aura (peut-être) l’ultime avantage d’aller au paradis, à la condition que l’on se soit bien conduit (comprendre : que l’on ait consenti à se faire du mal).

Il est toutefois intéressant de noter qu’à l’origine du mot anglais « sport », ensuite francisé, il y a le mot d’ancien français « desport » signifiant « jeu, amusement, plaisir physique ou spirituel».

Quelle que soit la définition à laquelle on se réfère, le sport renvoie systématiquement aux notions de « jeu » et de « plaisir », et cela avant de renvoyer à des notions plus actuelles comme celles d’ « exercices physiques » ou de « compétition ». En deux époques, certes fort éloignées, un même mot signifie une chose et son contraire. En effet, la notion de « compétition » s’oppose à celle de  « jeu » et celle d’ « exercices physiques » à celle de « plaisir physique ou spirituel ».Lorsqu’on s’exerce, on ne joue plus, et quant à la compétition, elle semble renfermer cette propriété qu’elle rend l’accès au plaisir tributaire du gain ou de la victoire, et non plus de l’acte lui-même. Et si les mêmes activités peuvent être pratiquées des deux façons, il n’en demeure pas moins que le moteur du jeu reste l’amusement, celui de la compétition, la victoire.

« Arrête de t’amuser, joue sérieux ! ». Impossible de passer dans une salle où se déroule une compétition sportive sans entendre ces mots. Les entraîneurs, coachs, et autres supporters n’ont que ça à la bouche lorsqu’ils s’adressent aux joueurs. Pour ceux qui les prononcent comme pour ceux à qui ils sont destinés, ces mots sont anodins, tant leur usage est fréquent, leur message connu, leur contenu appris. Les uns et les autres l’ont parfaitement intériorisé. Mais qu’un non-habitué des salles de sport s’y arrête un moment, qu’il y fasse un peu attention : cette phrase ne formule-t-elle pas ce que toute sociologie du sport saurait mettre au jour sans tarder ? Ne comprend-elle pas dans ses termes le paradoxe du sport : cesser de s’amuser ; jouer sérieusement ?

Ce qu’il faut savoir, pour comprendre l’adresse du regardeur au regardé, c’est que le regardeur n’attend pas de voir le joueur « s’amuser », il n’attend qu’une chose, c’est de le voir gagner. C’est de là qu’il tire tout son plaisir, et c’est là qu’il puise tous ses espoirs, et même au-delà, c’est là, et seulement là, qu’il trouve de l’intérêt au fait de regarder un joueur jouer. Un joueur qui ne ferait que jouer plongerait ses spectateurs dans un ennui sans fin, les poussant bientôt à la démission, à l’abandon de leur position de regardeurs. Car qui s’amuse de voir un autre s’amuser ? Certes personne. En tous cas pas dans le domaine sportif. Le sport a donc cette particularité d’être un jeu auquel il ne s’agit pas de jouer, mais de gagner uniquement. Le jeu n’a plus rien d’un jeu, et tout d’un travail.

Pour percevoir son salaire (pour remporter la victoire), il faut travailleur dur (jouer sérieusement), et cesser de se prélasser (arrêter de s’amuser).

Par ailleurs, le sport évolue dans un cadre comparable, en bien des points, à celui du travail :

  • un système pyramidal, au sport à travers la compétition et les podiums, le classement des joueurs, le classement des clubs ; au travail, à travers la hiérarchie (patron/chefs/sous-chefs/superviseurs/chefs d’équipe/employés), et le miroitement de la promotion au rang supérieur.
  • des pressions continuelles sur l’individu, exercées au sport par les sponsors, les entraîneurs, les coachs, et au travail par les financeurs, les clients, les actionnaires, et les supérieurs.
  • l’appât du gain, victoire ou salaire, c’est ce qui explique, en grande partie tout du moins, l’adhésion des uns des et des autres à un système dont ils perçoivent par ailleurs qu’il les fait souffrir.
  • la nécessité d’adhérer à un système régi par des règles conçues par d’autres, pour nous.
  • la promotion du « goût de l’effort », et l’affirmation selon laquelle « on ne gagne son salaire qu’à la sueur de son front » (sa victoire aussi).
  • la requête (c’est la conséquence du point précédent) d’un investissement sans limites, qui se fait d’ailleurs toujours au détriment de la santé morale et physique de celui qui y consent au mépris des ressources bel et bien limitées dont il dispose.
  • l’incessante promotion sociale dont l’un et l’autre disposent (« Il faut faire du sport, c’est bon (et même indispensable pour la santé », « Le travail, c’est la santé »).
  • la manière dont le corps social (en cela bien éduqué) poursuit ceux qui s’y dérobent, et fait pression sur eux pour qu’ils y aillent (ou y retournent) dans les plus brefs délais.
  • le profit financier qu’il y a à tirer du travail comme du sport (pour les employés et les joueurs, mais bien plus encore pour les patrons et les sponsors), et son indéniable qualité de moteur à tous les étages de la pyramide.
  • l’assignation du participant à un terrain délimité ; l’assignation du travailleur à un bureau ou à un poste.

Comme je l’expliquais précédemment, au sport finalement on travaille. Et au travail, on s’épuise, on s’inflige des souffrances, pour parvenir à un résultat positif. Il n’est donc pas très étonnant, au regard des enjeux, tant financiers (les plus évidents) que de conditionnement mental et de soumission (les plus cachés), que l’appareil social établisse son fonctionnement autour de ces deux notions, et qu’il en promeuve par conséquent sans cesse les bienfaits pour l’individu, notamment dans ces termes : « se faire du mal fait du bien ».Ce n’est qu’une fois convaincu de cela, et du bien-fondé de cette démarche, que ledit individu consentira à y prendre part, et ainsi contribuer lui-même à faire marcher la machine, et à en promouvoir les bienfaits, et ainsi de suite…

Il ne s’agit toutefois ici pas de condamner ou de consacrer, mais de chercher à comprendre les mécanismes qui sous-tendent l’univers social particulier du sport. Or, dans ce cadre, on ne peut que constater la mutation sémantique du signifiant qui, au fil du temps, s’est chargé de ce que le corps social l’a fait signifier. C’est ce dernier qui y a inscrit les notions de compétition, de règles, de victoire, d’effort (d’effort physique plus précisément), de dépassement de soi, et de « jeu pas pour jouer ». L’acception originelle de sport, celle de « jeu », d’ « amusement », et de « plaisir physique ou spirituel » rend toute activité ludique, activité sportive, et non point seulement les activités physiques (c’est ce qui explique peut-être l’origine du « et » du sigle EPS (Education Physique et Sportive (5)) comme on aurait tendance à le penser. Cela induit, en sus, que toute activité physique n’est pas nécessairement du sport ; en effet, si celle-ci ne répond pas aux critères de jeu (au sens de « s’amuser »), d’une part, et de plaisir d’autre part, elle est alors une activité physique non-sportive. Il y a aujourd’hui un gouffre entre cette conception du sport, établie sur l’origine étymologique du mot, et la pratique qui en est faite.

Le sportif des temps présents n’est pas un joueur, mais un gagnant. Or, si les valeurs qu’on lui inculque afin de susciter son adhésion au dogme sportif en vigueur sont en tous cas considérées comme des valeurs positives (santé, mérite, équilibre, discipline, compétitivité, etc…), on peut néanmoins, au regard de l’histoire du mot « sport », redéfinir le sportif moderne non pas par sa capacité, mais par son incapacité. Celui qu’on appelle aujourd’hui « sportif » n’est pas, comme on le laisse entendre, capable du dépassement de soi, mais incapable d’économiser ses forces et de ne pas s’épuiser ; il n’est pas capable de jouer pour gagner, mais incapable de jouer pour jouer ; il n’est pas capable de fournir des efforts, mais incapable de se reposer/de paresser ; il n’est pas capable de jouer selon les règles, mais incapable de jouer sans.

Si la notion commune de sportif associe ce dernier à des capacités positives, et non des incapacités, comme on vient de le voir, c’est aussi et surtout parce que l’adhésion des masses est à ce prix ; il faut expliquer qu’on lui veut du bien, et lui expliquer pourquoi le mal qu’on veut lui faire, et/ou lui faire se faire, pourquoi cela lui fera du bien. Sans cela, toute personne dotée d’un peu de bon sens réfléchirait à deux fois avant de s’exécuter (dans toutes les acceptions du terme).

Mon projet n’étant cependant pas de réformer la langue française, l’on s’en tiendra donc, après cette parenthèse étymologique, au sens actuel ou factuel du mot, et non à son contenu théorique ou historique.

Ainsi, si le sport est sport, il est difficile d’en dire autant du parkour. Pas de règles, pas de compétitions (6), pas de trophées ni médailles ni coupes, pas d’homologation, pas de licences, pas de clubs, pas d’entraîneurs, pas de terrain délimité, pas de structure hiérarchique, pas  de sponsors, pas d’argent à la clé, pas d’argent derrière, pas de plan de carrière, pas de tenue règlementaire, etc. Il semble donc n’avoir aucune des qualités requises à l’obtention du statut de sport. Et les notions de jeu et de plaisir en sont en revanche les bases mêmes. C’est probablement pourquoi on n’utilise pas l’expression « jouer au parkour », qui serait un pléonasme tant le jeu y tient une place importante, tant c’en est en fin de compte l’essence. Et à partir du moment où l’on fait du parkour, on joue, et on ne fait plus rien d’autre. Et cela bien qu’il n’y ait aucun espoir de gagner quelque médaille en retour ; ici, on ne joue que pour jouer, par goût du jeu, par pur plaisir.

Il est, cela dit, indéniable que le parkour conduit à un usage qu’on pourrait être tenté de qualifier de « sportif » du corps, ce dernier devenant l’unique outil de déplacement du pratiquant.

Mais, s’il y a usage, il n’y a pas nécessairement usure. Au contraire du « sport de la performance », le parkour, sport du jeu, met l’accent sur la conservation et la préservation du corps, outil de « jeu » (par opposition à l’outil de travail) – et outil du « je », par opposition à la mise à disposition de l’athlète au service des autres (sponsors, entraîneurs, investisseurs divers) dans le cas du sport – , ce notamment par une connaissance et une écoute accrues de son propre corps, qui permettent de définir des techniques de réception épargnant les articulations en sollicitant les muscles appropriés, en calculant les angles de pliage au dessus desquels il y aurait traumatisme articulaire, et en absorbant la force de l’impact à travers un circuit musculaire bien précis, ainsi qu’avec différentes techniques d’absorption du choc, comme la roulade.

Le parkour inclut d’ailleurs des pratiques à usage thérapeutique reconnu (comme la quadrupédie, dont les vertus thérapeutiques relatives, notamment, aux lombalgies, sont bien connues du monde médical), et a, me semble-t-il, du moins pour qui en a compris le sens, davantage la caractéristique de faire prendre soin du corps et de le maintenir en forme et en bonne santé – nécessité absolue de celui qui en fait l’usage quotidien d’unique outil de déplacement- , que de le négliger, de le malmener, ou de le détruire. Les apparences sont donc trompeuses, puisqu’une pratique telle que le parkour sera souvent qualifiée, par ceux qui y sont étrangers, de « pratique sauvage » ou « dangereuse », de « sport extrême », alors que le sport homologué sert, croit-on, à se maintenir en forme et à garder la santé (mythe du sportif).Il n’en demeure pas moins que derrière la façade rassurante de l’homologation, la réalité à laquelle est confrontée l’athlète est tout autre : pressions, humiliations, menaces, nécessité d’accomplir toujours davantage, de faire toujours mieux, d’être toujours (le) meilleur, et leurs conséquences : dopage, dépression, état de santé critique conduisant parfois au pire.

I. Etre fort par fainéantise

Le parkour, discipline créée en France il y a un peu plus d’une vingtaine d’années, est défini, de manière théorique, comme étant « une pratique sportive consistant à transformer des éléments du décor du milieu urbain en obstacles à franchir, principalement par des sauts, le but étant de se déplacer d’un point à un autre de la manière la plus efficace possible.[…]Le traceur (pratiquant du parkour) essaie de trouver un chemin passant par des endroits que personne n’emprunterait normalement. Il recherche des obstacles à franchir par des mouvements qui se veulent utiles, efficaces, rapides et simples. Les acrobaties ne répondent donc pas à ces qualités d’utilité et d’efficacité » (7).

Pour formuler cela plus simplement, le parkour sert en théorie à raccourcir le chemin de celui qui le pratique, en lui évitant de devoir contourner les obstacles se trouvant sur sa route, et l’amener à emprunter le chemin le plus direct et le plus rapide. Ce faisant, le traceur évite des dépenses d’énergie en contournements inutiles (contournements que le non-pratiquant devra effectuer, puisqu’il contourne bien par incapacité à surmonter l’obstacle, et non par choix, et cela, même si ce code est inscrit en lui de sorte qu’il ne se pose même pas la question, pensant de fait emprunter le chemin le plus rapide).Il y a trois éléments dont le passant lambda ne dispose pas, et dont la non-connaissance favorise l’intériorisation des chemins classiques comme norme – justement -incontournable : tout d’abord, il n’a pas conscience que d’autres chemins que celui qu’il emprunte sont possibles (défaut de perception visuelle et d’imagination créatrice) ; ensuite, il n’a, par conséquent, pas non plus conscience que ces autres chemins sont plus courts et plus directs que celui qu’il emprunte (défaut de rationalisation)  ; enfin, il n’a pas conscience qu’il lui est possible, à lui, de les emprunter (défaut de connaissance de soi, de son corps, et de l’étendue de ses possibilités).Ainsi, si le non-pratiquant ferme les yeux, ce n’est pas par choix mais par conditionnement ; il ne voit pas, mais, surtout, il ne voit pas qu’il ne voit pas, et croit qu’il voit – ce qui l’empêche d’ouvrir les yeux-.

Le traceur, lui, a les yeux ouverts, et a, à cause du parkour et de la modification du regard qu’il entraîne (élargissement du champ de vision doublé d’une transformation du regard qu’on porte sur la ville et le mobilier dont elle est faite), les informations nécessaires à l’examination des différents chemins potentiels. Aussi, il a conscience tant de la multitude des voies, que du temps et de l’énergie qui lui seront nécessaires pour emprunter chacune d’elles, ainsi que de sa capacité ou de son incapacité à le faire. Simplement parce qu’il regarde autour de lui, et qu’il connaît son corps, le traceur a donc un accès privilégié au déplacement, notamment lorsqu’il s’agit d’efficience (« capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum d’efforts, de dépense » (8)) et de rapidité.

L’art du déplacement ne préconise en effet pas seulement la rapidité, mais aussi l’économie d’énergie, qui permet notamment de maintenir un niveau de ressources suffisantes pour aller au bout du chemin choisi. C’est cela qui fait que les acrobaties (saltos, etc.), figures strictement esthétiques, inutiles à la progression du traceur sur la voie empruntée, et représentant une dépense d’énergie colossale, en sont exclues. L’énergie dont le traceur dispose n’est pas illimitée, et il le sait. C’est pourquoi, si le traceur doit faire preuve de créativité et d’inventivité face aux obstacles, il doit cependant veiller à ne pas tomber dans le productivisme (« système qui prône le sacrifice de toute autre considération pour maximiser la productivité » (9)) ou le gaspillage (« action de dépenser, consommer avec prodigalité ; perte, dilapidation » (10)).Pas de mouvements, de sauts, ou de rotations inutiles (11) donc, pas d’efforts dénués de sens.

« Dans la mesure où le productivisme privilégie les quantités de biens produites sur la qualité, il peut conduire à un gaspillage et à un épuisement des ressources naturelles » (12). Le traceur se garde bien de dépenser son énergie jusqu’à l’épuisement ; au contraire, il la préserve et l’économise. Il ménage ses forces et sa monture, puisqu’il veut aller loin.

Il ne s’agit donc pas du tout de « tout donner », comme le préconisent nombre d’autres disciplines sportives, mais, au contraire, de fournir le strict minimum requis pour avancer – et d’être en mesure de le fournir jusqu’à destination -. Aussi le parkour est-il moins le produit d’une accumulation d’efforts monumentaux, que celui d’une savante répartition des dépenses énergétiques requises au fil du chemin.

Quelle que soit la façon dont chacun pratique, et le niveau atteint dans sa capacité à s’économiser, il est amusant de penser que c’est la paresse qui préside à la naissance d’une telle discipline. En effet, les passants pensent : « il se dépense, il pousse son corps dans ses retranchements, c’est un sportif ».Alors qu’en fait il s’économise, il va au plus simple et au plus direct, c’est un fainéant !

Il ne faut pas s’y tromper : l’acharnement que le traceur met à parfaire ses mouvements et la fluidité de leur combinaison n’est pas le signe d’un goût prononcé pour l’effort physique, mais bien le témoignage d’un désir intense d’en fournir le moins possible. La volonté du traceur s’entraînant est à la mesure de la paresse l’animant. Il ne fait que mettre en œuvre les moyens pour pouvoir paresser, sachant que mettre en correspondance la paresse à laquelle on aspire, avec son application dans la réalité, est toujours une tâche fort compliquée, demandant un entraînement intensif et régulier, lui-même permettant le développement de techniques spécifiques adéquates. Pour cela (pour augmenter son efficience), il faudra que le traceur fasse preuve d’une volonté et d’une détermination sans pareils – ce qui est toujours le cas d’un fainéant, lorsqu’il s’agit d’en faire le moins possible -.

II. Le nécessaire du traceur

L’entraînement intensif et régulier que requiert l’idéal du paresseux passe par un impératif : il lui faut du temps. Plus le temps passé à s’entraîner afin de parfaire sa technique est important, moins celui passé à l’effort lors d’un déplacement quelconque le sera. En somme, l’aptitude du traceur à minimiser l’effort dépendra du temps consacré à l’entraînement en amont. Il ne s’agit pas de « se tuer au travail », mais de « préparer sa (seule vraie) retraite ».

A l’évidence, l’assimilation des techniques de base, leur mémorisation par le corps, leur automatisation – comme lorsqu’il s’agit d’apprendre à faire du vélo – ne se font pas par magie, mais par apprentissage. Cet apprentissage nécessite une application particulière dans une société où la télé est reine –et le canapé, roi-, et où pullulent automobiles, ascenseurs, et fast-foods. Le corps, dont les ressources sont de fait très peu sollicitées, s’endort et se ramollit. Le parkour opère alors une véritable rééducation du corps humain, non pas par l’effort, mais par la simple activité, par le fait de le tirer de son état léthargique.

Ce vaste programme nécessite un temps considérable, temps que le cadre de vie moderne n’offre pas, essentiellement du fait de son accaparation par le travail.

Il faut savoir que nous passons au grand minimum 8 heures par jour au travail, quel que soit le domaine d’activité. En prenant cette quantité, plus théorique que pratique lorsqu’on sait que la majorité y passe de 10 à 12h, voire davantage, et en partant, en matière d’horaires, de la base 8h-12h/14h-18h, on se rend facilement compte que la journée commence et finit avec le travail. On se lève pour aller travailler (après un éventuel petit café), et on rentre pour aller se coucher (après un éventuel petit cachet).Les temps de repas, de préparation, et de sommeil prenant tout le reste du temps, on peut dire que le temps libre est une utopie, un concept ne renvoyant à rien de concret dans la réalité du quotidien. Et si l’entreprise achète notre force de travail contre un salaire qu’elle estime à la mesure de ce qu’elle (notre force de travail) vaut, c’est de notre côté notre temps que nous monnayons en premier lieu. En d’autres termes, l’entreprise achète du temps avec de l’argent ; l’employé achète de l’argent avec du temps. Rien ne dit toutefois que les deux monnaies soient équivalentes, ni que le taux de change soit juste.

Quoi qu’il en soit, le temps dont dispose le travailleur est largement insuffisant (pour ne pas dire inexistant) pour ce qui est de la pratique d’une discipline telle que le parkour, laquelle requiert bien plus de temps que n’importe quelle activité sportive.

Non seulement l’aptitude à paresser est directement dépendante de l’investissement en temps à l’entraînement, mais, surtout, le parkour se caractérise par un certain nombre de « rituels », indispensables à la pratique, et augmentant considérablement le temps passé à l’entraînement.

Le corps étant totalement étranger à cette façon de le solliciter, le traceur doit tout d’abord le préparer, à travers différents exercices, regroupés sous l’appellation « conditionnement ». Cela comprend aussi bien les exercices musculaires basiques (tels que tractions, pompes, abdos, flexions), pratiqués indifféremment à l’intérieur ou à l’extérieur, et ce quotidiennement, que les exercices plus spécifiques au parkour, comme les « sessions de conditionnement », qui ont lieu, elles, impérativement en extérieur, et où l’on développe des exercices musculaires complexes en relation avec les structures présentes dans l’espace (13). Ces séances sont généralement longues de 2 à 4 heures pendant lesquelles le traceur appréhende l’espace puis développe des exercices, dont la forme finale est liée en partie à la façon dont il veut faire travailler son corps, et aux muscles qu’il souhaite solliciter plus particulièrement, et en partie aux structures qui l’entourent, à leur hauteur, à leurs formes, aux matériaux les composant, etc. De cette façon, non seulement le traceur effectue un travail musculaire complexe et inhabituel, mais, en plus, il met son corps à l’épreuve de l’espace dans lequel il évolue, ce qui constitue sans nul doute une étape décisive dans la préparation à la pratique du parkour en tant que tel. Ces sessions ont lieu une à trois fois par semaine, dans leur version longue, et à chaque début et/ou fin d’entraînement, de manière épisodique et ciblée.

Il faut ajouter à tout cela le temps nécessaire à la recherche des lieux pour s’entraîner. Le parkour se nourrissant du relief dans l’espace, et du mobilier urbain, le traceur est en recherche perpétuelle de foisonnements de murs, de murets, et de barrières en tous genres. En cela, les différents endroits par lesquels il passe sont inégalement dotés, et les plus riches en relief(s) sont les plus à même de satisfaire son besoin de mouvement. Cela implique donc de consacrer parfois jusqu’à des journées entières à la visite de lieux nouveaux, de quartiers et de villes. Aller dans une direction, fouiller le quartier : ne rien trouver ; repartir et aller ailleurs : trouver des choses ; s’amuser avec ; reprendre la marche pour chercher ailleurs, et ainsi de suite…Le traceur opère dans la ville une véritable marche labyrinthique en quête de murs ou d’obstacles avec lesquels « danser ».

Quant à l’entraînement lui-même, il dure en moyenne de 4 à 6h), à la différence de la plupart des « sports » où l’on a davantage à faire à des plages d’1h30/2h. Il est, par ailleurs, précédé d’un long échauffement (30 à 45 minutes), indispensable pour éviter les blessures, musculaires et articulaires notamment, et toujours suivi d’une séance d’étirements (30 minutes environ). La fréquence d’entraînement est très irrégulière, et sujette aux aléas des existences de chacun. Toutefois, si l’on devait établir une moyenne, parler de 4 à 5 séances d’entraînement hebdomadaires me paraît fort raisonnable. Cela n’empêche qu’en définitive, le traceur pratique aussi souvent qu’il en a l’occasion (sa capacité future à mettre en œuvre sa paresse en dépend, ne l’oublions pas), tous les jours s’il le peut. Disposant de l’avantage non négligeable que, dans le cas du parkour, le fait de s’entraîner consiste à jouer (et ce sans que qui que ce soit exerce quelque pression sur nous), la répétition, même poussée à ce stade, n’a rien de rédhibitoire, et la quotidienneté de l’entraînement ne pose aucun problème au traceur. Bien au contraire…C’est bien au jeu que le traceur va, non au travail, et c’est bien au plaisir que jouer le conduit, non à l’ennui.

Une fois disposé à s’entraîner, le traceur ne se fie pas à un mode d’emploi, mais à sa capacité à interroger l’espace. Il lui faut avant tout regarder autour, dessous, dessus, puis inventer ; inventer des techniques de franchissement adaptées à chaque lieu, à chaque structure, imaginer comment les combiner entre elles, comment faire des mouvements un mouvement, du mouvement ; trouver des chemins, ouvrir des voies, en dessiner les itinéraires par son mouvement dans l’espace.

Il ne s’agit pas de venir et de faire. Il faut savoir où aller – avant de venir -, et réfléchir – avant de faire -.Il n’est pas question de reproduction, mais de création, donc de temps. Il faut « avoir le temps de prendre le temps » (14), pour créer.

Une petite parenthèse m’est nécessaire pour expliciter la notion de création telle que je l’entends.

Par création, je n’entends pas l’oeuvre comme étant née d’une aptitude extra-ordinaire dénotant une incontestable supériorité génétique de celui qui la conçoit, ni comme le fruit divin des muses soufflant l’inspiration à l’artiste.

Non, par création, je n’entends que l’action de créer, de tirer du néant (15), de donner l’être, l’existence (16). Créer, c’est faire exister quelque chose – quelque chose qui n’existait pas avant -.

Cela n’advient pas par magie, mais par imagination. A partir des informations mémorisées par le système nerveux, et de la possibilité d’apprentissage qui en découle, les motivations pulsionnelles, dont la forme originelle a été transformée par l’intériorisation des automatismes socio-culturels, permettent « la mise en jeu de l’imaginaire », selon l’expression du professeur Henri Laborit, neurobiologiste. Imaginaire qu’il définit en ces termes : « fonction spécifiquement humaine qui permet à l’Homme, contrairement aux autres espèces animales, d’ajouter de l’information, de transformer le monde qui l’entoure » (17).

Cette parenthèse refermée, revenons à l’entraînement et au temps.

En considérant la moyenne de temps d’entraînement définie plus haut (à savoir 4 à 6h, auxquelles s’ajoutent systématiquement 45 minutes d’échauffement avant, et une demi-heure d’étirements après, ainsi que de longues heures de marche à la recherche d’obstacles, et de longues minutes de réflexion servant à l’invention et à la fabrication des chemins ensuite empruntés), et en la multipliant par la fréquence moyenne définie plus haut (à savoir 4 à 5 fois par semaine), on obtient une moyenne d’environ 40 heures. Tiens donc ! Exactement le même nombre d’heures que la semaine de travail ! Ce n’est pas de chance.

Ajoutons à cela les sessions de conditionnement (exercices musculaires complexes en adéquation avec le mobilier urbain environnant) d’une durée moyenne chacune de 2 à 4h, et d’une fréquence de 1 à 3 fois par semaine, et l’on obtient un total de 46 heures par semaine dédiées au parkour (en moyenne).Ce chiffre exclue les exercices musculaires simples, de type pompes ou tractions, qui représentent environ 15 à 30 minutes par jour.

Au final, on arrive à un peu plus de 50 heures. Quel travailleur dispose de ce temps ?

En somme, le parkour (ou toute autre activité créatrice) nécessite bien trop de temps, pour rendre possible la cohabitation avec un emploi, quel qu’il soit. Et c’est en cela que le parkour pousse à une autre paresse (qui n’est pas sans dénoter un certain courage), la paresse du chômeur. Celle de celui qui pour « se la couler douce » a renoncé à travailler,  à faire (aban)don de sa personne à la collectivité. Celle de celui qui, égoïstement – mais heureusement (18) -, a repris possession de son temps. Celle de celui qui avec cette idée est en paix. Le paresseux, le vrai !

III. L’indiscipline de la discipline

Malgré la discipline (au sens d’obéissance, soumission à un ensemble de règles, écrites ou coutumières (19)) que pourrait paraître requérir une discipline (au sens de champ d’activité (20)) comme le parkour, le fond des choses est fort différent de ce que les apparences suggèrent, et, de fait, c’est bien davantage dans l’indiscipline, que dans la discipline, qu’il se pratique.

L’apparente rigueur prêtée au traceur n’est qu’un leurre résultant de la projection de notre conception du sport (ensemble de règles pré-énoncées, compétition et hiérarchisation, religion de l’effort) sur l’objet particulier qu’est le parkour. Or, si ce dernier emprunte au sport l’usage athlétique qu’il fait du corps, il n’hérite en revanche ni de sa rigidité réglementaire (règles prédéfinies, très strictes, et identiques pour tous), ni de son conservatisme organisationnel (entraînements d’une durée et d’une régularité prédéfinies également, et dont le contenu même fait l’objet d’une systématisation rendant l’ensemble de l’entraînement entièrement prévisible).

Le traceur n’adhère à aucune structure (club, association, ligue, fédération) lui dictant les règles à observer et la voie à suivre lors de l’entraînement. Il fait comme bon lui semble. Autrement dit, il ne se fie qu’à lui -et à lui seul- pour déterminer de la marche à suivre dans sa pratique.

Il n’a besoin ni de license, ni de certificat médical, ni de cotisation d’adhésion à quelque structure que ce soit, ni d’équipement spécifique, ni de terrain ou de structure dédiés. Il fait avec ce qu’il a –envies y compris-, sort quand il veut, s’entraîne comme il veut, le temps qu’il veut, avec qui il veut –souvent seul-.

La license, c’est lui-même qui se la donne toute. De la même façon, c’est lui qui sonde son organisme, qui estime ce que son corps peut. C’est là son seul « certificat » médical. Quant au terrain de jeu, c’est le monde dans son ensemble qui en fait office. Il ne revient donc qu’à lui de choisir où il pratiquera, au fil de ses humeurs et de ses aspirations. En d’autres termes, tout passe par lui, et chaque décision ne revient qu’à lui seul. C’est là une autre particularité du parkour.

Celui qui le pratique n’obéit à aucune règle prédéfinie. Si règles il y a, c’est lui seul qui les invente, et les change à sa guise, en situation, lesquelles règles ont de ce fait l’avantage d’être en adéquation avec ladite situation, précisément parce que c’est à l’intérieur de cette même situation qu’elles prennent naissance. Elles ne sont jamais théorisées ni en amont ni en dehors.

Par ailleurs, le contenu ainsi que la régularité des séances d’entraînement sont davantage le produit de désirs (ceux du traceur), que de règles. Aussi le traceur va-t-il s’entraîner quand il en éprouve l’envie, ni plus, ni moins. Il s’entraînera alors comme il en a envie, s’abandonnant à satisfaire tout « bêtement » ses désirs, sans plus de complications. Il est, sur ce point encore, en rupture, d’une part avec le milieu sportif, où il n’est nullement question de désirs, mais plutôt d’objectifs, ainsi que de moyens à mettre en œuvre pour les atteindre –les objectifs étant qui plus est définis davantage par l’entraîneur et le sponsor que par le joueur lui-même- ; d’autre part, avec la tradition religieuse, judéo-chrétienne notamment, où le désir, moteur de la recherche du plaisir, est, à cause de sa nature même, considéré comme suspect, et où l’assouvissement de ses désirs mène au pire (vol, adultère, meurtre).

Et pourtant, ce qui peut apparaître comme un caprice d’adolescent n’en est pas moins l’essence de la pratique. La conception de la chose en termes de possibles à explorer et de désirs à satisfaire n’est rien d’autre que la manifestation du jeu, là où le sport induirait une conception de la chose en termes d’objectifs à atteindre et de moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir.

Le jeu semble en effet emporter une idée spinoziste du désir comme potentiel moyen d’augmenter sa puissance d’être, et non comme manifestation du Diable en l’homme.

Aussi cette nonchalance assumée du traceur, de ne faire que comme il en a envie, n’est-elle pas négociable, puisqu’elle est inhérente à la pratique, et qu’elle en conditionne la possibilité. Contraindre le traceur à tracer sous contraintes –autres que celles que lui-même juge amusant d’inventer lorsqu’il investit l’espace- reviendrait à brider son inventivité et son imagination, et donc restreindre sa capacité à créer, voire à rendre toute création impossible, et limiter la pratique à la reproduction d’un set de mouvements prédéfinis.

Ce n’est pas la prétention mais la recherche de l’exactitude qui conduit à penser le pratiquant du parkour non pas comme un sportif, mais comme un artiste. Le traceur est l’artiste du mouvement, du franchissement d’obstacles. Par la justesse et la fluidité de son déplacement à travers son environnement, il donne d’ailleurs davantage l’impression d’un ballet avec les murs que d’une course d’obstacles, lorsque, sous ses mains, ces derniers semblent passer du statut d’obstacle à celui d’outil, n’étant plus désormais des obstructions à son avancée mais des partenaires de la danse qu’il opère dans l’espace.

Or, l’artiste ne crée pas sur commande ; il ne fait pas œuvre de 14h à 16h les mardi et jeudi.

Il est à l’écoute de ce que sa conscience lui renvoie de ses perceptions sensorielles. Il fait interagir le senti et le ressenti, les fait s’entremêler dans un ballet sans fin, conditionnant la fabrication de son ballet urbain.

Il est indiscipliné non par l’effet d’une intention, mais à cause de la nature de la discipline qu’il pratique. Non par révolte, mais par besoin.

IV. L’entraînement ou la volonté de ne rien faire

Afin de se rendre disponible à ce qu’il fait, le traceur doit se rendre indisponible à tout ce qu’il ne fait pas, donc à toutes les banalités du quotidien. Il n’est pas, lorsqu’il pratique, dans un rapport aux choses qui relève du quotidien, mais bien de l’instant, de l’ici et maintenant.

Pour l’esprit cherchant à faire le vide, les préoccupations habituelles sont autant de pensées parasites dont il lui faut se défaire afin de se faire apte à penser et sentir les choses dans un mode différent du mode de penser et sentir habituellement emprunté.

Il faut donc bien que le pratiquant développe une stratégie visant à lutter contre les incessantes sollicitations extérieures ; il lui faut veiller à ne rien faire d’autre que ce qu’il fait – ce qui n’est nullement trivial, loin de là-.

Prenons un exemple. Lorsque quelqu’un marche dans la rue, il marche certes – et fait donc ce qu’il fait-. Mais il ne fait cependant pas que marcher. Il pense à un tas de choses : à ce qu’il a oublié de faire avant de sortir, à ce qu’il va faire en rentrant, à ce qui l’attend là où il va. Au fond, il a beau être là, devant nous, il est moins que partout ailleurs. Et puis, s’il ne faisait que penser ; mais il observe les gens qu’il croise, regarde les vitrines des magasins, se retourne au passage de jolies créatures, écoute de la musique de l’oreille gauche, et téléphone avec un kit piéton de la droite. Parfois, il lit même en marchant.

Manifestement, l’action de marcher dans la rue ne suffit pas à solliciter toutes les ressources dont il dispose, il a de fait besoin de faire un certain nombre d’autres choses dans le même temps. C’est donc ainsi que chacun fait dans un pareil cas, sans même y penser, le plus spontanément du monde.

En revanche, dans le cas d’un traceur qui s’entraîne, la situation est très différente : l’aptitude à se mouvoir dans l’espace de manière fluide d’une part, et sécurisée d’autre part, et donc à juger à chaque instant de la nature d’un saut (distance, inclinaison, matériau de la plateforme d’où l’on part, matériau de la plateforme où l’on compte se réceptionner (solidité, texture, fait qu’il soit glissant ou non, espace disponible à l’arrivée), éventuelles traces d’humidité, bouts de verre, etc) ainsi que de sa capacité à le faire ou non (détente, savoir-faire technique, expérience, solidité mentale dans le cas d’une situation à risque, état dans lequel se trouve le corps, niveau de fatigue, etc) repose essentiellement sur le niveau de concentration du pratiquant, autrement dit sur sa disponibilité. Il en résulte qu’il lui faut bien-sûr être tout à ce qu’il fait non seulement au moment où il saute (ça va de soi), mais aussi à tous les moments où il ne saute pas, moments où il dispose d’intervalles extrêmement courts pour juger efficacement de sa capacité à exécuter le saut suivant.

C’est dans ces moments-là, où il est plus facile (comparativement aux moments où l’on saute) de relâcher son attention, de se laisser distraire par quelque chose ou quelqu’un, que la moindre erreur peut s’avérer fatale. C’est donc là qu’il faut redoubler de concentration. Cela pourrait apparaître comme un paradoxe, lorsqu’il s’agit de paresse.

Peut-être buttons-nous sur ce point par l’effet d’un préjugé nous conduisant à penser la paresse comme le défaut d’activité, ou comme l’exclusion de toute activité. Or, le contraire de l’activité, c’est bien l’inactivité, et non la paresse. La paresse n’est d’ailleurs pas, étymologiquement parlant, définie comme le défaut de quoi que ce soit. Elle jouit de toute la positivité du concept qu’elle renferme.

Les formes verbales peuvent être un indice du contenu de certains mots. Par exemple, l’activité se décline sous la forme verbale « s’activer ». En revanche, son contraire, l’inactivité, ne se décline pas sous la forme d’un verbe ; on ne « s’inactive » pas. On est inactif. Ceci parce que le terme d’inactivité ne renvoie pas à un concept positif, qui aurait une consistance propre, mais ne se définit que par rapport à un autre concept, celui d’activité, dont il manifeste l’absence. Or, le terme paresse donne bien le verbe « paresser ».Je paresse, tu paresses, il paresse, nous paressons, vous paressez, ils paressent.

Il faut donc bien comprendre la paresse comme un concept plein et entier, qui ne souffre aucun manque de quelque nature que ce soit. La paresse, c’est avant tout le « refus de l’effort » (21). Et par extension, le refus de tout ce qui demande de faire un effort. L’effort, qui décrit l’action de s’efforcer (1), n’est en aucun cas synonyme d’activité, qui définit une « faculté active » ou « puissance d’agir » (22). Et il n’en conditionne pas davantage la réalisation, dans la mesure où l’on peut être en activité, sans faire le moindre effort pour autant.

Il ne faut pas non plus confondre effort et énergie, la seconde définissant une « force en action », alors que le premier en définit l’épuisement.

Cette mise au point sémantique étant faite, il paraît difficile de refuser à la paresse la possibilité de s’inscrire dans l’activité (capacité active). La paresse relève bien d’une capacité, puisqu’on en est capable –ou incapable-. Cela n’exclut pas par ailleurs qu’il faille souvent un apprentissage et un entraînement préalables pour pouvoir paresser véritablement (« paresser, c’est plus dur qu’il n’y paraît » (23)).

Dans le cadre d’un refus de l’effort, la paresse est aussi une « disposition habituelle à ne pas travailler, nonchalance, négligence des choses qui sont de devoir, d’obligation ». En bref, absolument rien qui n’exclut l’activité –à moins qu’on ne la conçoive que comme travail, ce qui est réducteur, donc faux-.

Mais la paresse est aussi définie comme l’« amour du repos, du loisir, tranquillité du corps et de l’esprit ». Cette autre acception confirme ce qu’on a vu précédemment, à savoir que la paresse peut se penser dans l’agir, non comme état, mais comme activité.

Mais pour en revenir au parkour, agir paradoxal qui voit cohabiter chez ceux qui le pratiquent, patience et vitesse, nonchalance et explosivité, paresse et prouesses physiques, il faut bien dire que l’entraînement en lui-même consiste, contre les apparences, en la volonté de ne rien faire. En effet, il s’agit originellement d’en faire le moins possible, et pour en faire le moins possible il faut toujours trouver qu’on en fait trop (afin d’aspirer continuellement à réduire les efforts consentis), et bien avoir en tête qu’il serait possible d’en faire encore moins. Or, en descendant graduellement sur l’échelle des efforts fournis, après peu, gageons qu’il y a très peu, ou presque rien ; mais qu’y-a-t-il donc après très peu ? Qu’y-a-t-il de moins que le moins possible ? Il n’y a assurément rien de moins, que le moins possible. Moins que presque rien, c’est rien. Aussi, rien est-il, sinon un objectif, en tous cas ce qu’on prend pour point de repère, l’horizon vers lequel on tend.

Et puis, faire du parkour, c’est aussi et enfin avoir la volonté de faire quelque chose qui, pour beaucoup, ne rime à rien. Que fait le traceur aux yeux du monde qui le regarde (car le monde le regarde, étant entendu qu’il opère dans l’espace public)? Pas grand-chose, de toute évidence. Il ne travaille pas. Il ne gagne pas d’argent. Il ne rapporte pas d’argent. Autant dire qu’il ne sert à rien.

Il n’est même pas en train de faire un show ou une démonstration, il se donne à voir tout en refusant de se donner en spectacle. Il se moque bien d’être applaudi, et ne rentre pas en conflit avec ses détracteurs dont il se moque éperdument. Il ne demande rien.

Il saute d’un muret à l’autre, escalade un mur, marche en équilibre sur une barre. Il ne fait que faire ce qu’il fait. Et il ne le fait que pour le faire. Et peut-être est-ce précisément parce qu’il est tout à ce qu’il fait, que les passants pensent qu’il ne fait rien.

Ils n’y voient qu’un grand vide, le signe du désoeuvrement croissant d’une jeunesse inutile –ou inutilisable-.

V. Etre fort pour être inutile

C’est pourtant peut-être bien là, dans son inutilité manifeste, que la pratique du parkour se révèle être du plus grand intérêt.

Si le parkour, tel que le théorise son concepteur David Belle, est une méthode d’entraînement servant à préparer celui qui la pratique à faire face à toute situation nécessitant qu’il se déplace de cette manière –par exemple pour fuir, ou pour secourir quelqu’un-, le fait est que ces situations adviennent exceptionnellement, voire jamais, et que beaucoup de traceurs se préparent en quelque sorte constamment à la venue de choses qui n’adviendront jamais. Si bien que l’entraînement, qui en théorie peut être susceptible de servir un jour, est en pratique bien souvent parfaitement inutile. On ne fuit aucun danger plus grand que celui qu’on encoure lorsqu’on saute –on ne fuit en réalité aucun danger-, et on ne secoure personne. On joue. On fait comme si. On ne fait que ça.

De ce point de vue, le parkour renvoie, schématiquement, au « pouce » qu’on lève, lors des parties de « chat » que les enfants jouent dans la cour de récréation de l’école primaire, et qui sert à inaugurer un moment où « ça ne compte plus ». Tout ce qu’on fait lorsqu’on s’entraîne ne compte plus ou compte pour du beurre, on le fait pour rire ou pour du faux. On fait comme s’il était impératif de sauter par-dessus telle ou telle barrière en se réceptionnant sur tel ou tel muret, comme si notre vie s’y jouait. Alors qu’en fait rien ne s’y joue, si ce n’est nous, qui y jouons et nous laissons prendre au jeu. Après notre passage, qui, de fait, ne sert à rien, la rue ressemblera à ce à quoi elle ressemblait avant qu’on y passe. Elle cessera d’être un terrain de jeux pour revêtir son air habituel de rue, faite de places, de murets et de barrières, qu’on voit à peine, ou pas, ou mal.

Mais il suffira qu’on revienne y jouer, y sauter, y grimper, pour qu’elle redevienne à nouveau un terrain de jeux et d’invention, et cesse de n’être qu’une simple voie de passage –même si, d’une certaine façon, nous aussi ne faisons qu’y passer-. De sorte que la rue, comme le mobilier urbain qui la constitue, semblent être tributaires de l’usage qu’on en fait, et cessent d’être ce qu’ils sont primitivement, aussitôt qu’on en fait autre chose. Il ne tient qu’à nous de faire d’une barrière un jouet. Il suffit de faire appel à notre imagination, par la seule force de laquelle nous avons le pouvoir de transformer un espace et de suspendre le temps. Tout cela est parfaitement inutile, mais c’est par contre très important.

L’utile est une notion aussi arbitraire que le beau. Ce qui est utile pour moi n’est pas nécessairement utile pour d’autres, et inversement. Aussi, chacun définit-t-il l’utile selon sa nature propre, mais tous avons tendance à considérer ce qui nous est utile comme utile à tous. Or, il semble qu’il n’y ait pas d’utile en soi, mais seulement de l’utile à quelque chose ou à quelqu’un.

Dans la société capitaliste, l’utile est par exemple associé, dans l’imaginaire collectif, à la notion de rentabilité. La question que l’on se pose lorsqu’on aborde une chose, quelle qu’elle soit, ressemble à « Qu’est-ce que j’y gagne? » plutôt qu’à « En ai-je envie ? ».

L’utile et l’inutile sont devenus des verdicts servant à valider ou à disqualifier des comportements sociaux.

Le travail, par exemple, est utile. Le temps libre, lui, est inutile, il faut l’employer à quelque chose (à quelque chose d’utile).

Le sport est utile. Le jeu est inutile (ce sont les enfants qui jouent ; ils feraient cela dit mieux de travailler).

Avoir de l’argent est utile. Avoir du temps est inutile (on ne peut rien en faire sans argent).

Il existe ainsi une classification, qui s’opère dans l’institution comme dans l’imaginaire collectif, des choses et des activités selon qu’elles sont considérées comme utiles ou inutiles.

Les réactions des passants, pris dans cette logique, à la vue de traceurs, sont parfois violentes. Il est en effet difficile de comprendre comment l’on peut mettre tant d’acharnement à faire rien. Mais peut-être est-ce précisément parce qu’il ne fait rien (en tous cas rien que l’on puisse identifier à quelque chose que l’on connaît) que le traceur enclenche quelque chose (puisqu’il produit par sa pratique des effets notoires dans l’espace où il évolue). Peut-être est-ce parce que le parkour apparaît comme libéré du concept de finalité qu’il affecte de la sorte la réalité de la ville où il met au jour, à travers l’étonnement ou la colère des passants, des questions essentielles : « A qui est la ville, la place publique ? » ; « De quelle façon peut-on en disposer, à quoi sert-elle ? » ; « Qu’est-ce-qu’un espace public? ».

Avec le parkour, la paresse est rendue publique. On ne fait rien, on ne sert à rien, on ne veut rien faire ; mais on fait tout cela sur la place publique. On s’y expose. Ou plutôt en dispose-t-on, cela sans l’avis de quiconque et avec la même nonchalance qui caractérise l’être dans son ensemble. On refuse de faire l’effort de servir à quelque chose, se contentant d’être, tout simplement.

La nonchalance du traceur renvoie le passant à l’idée, lui étant difficilement supportable, de l’absence de finalité de la vie. On est, que pour être, pour persévérer dans notre être (Spinoza). Tout le reste est illusions, raisons qu’on se donne d’être ayant pour but de nous rendre l’existence supportable. Ce qui est ne sert par définition à rien. C’est nous qui attribuons aux choses un usage, une finalité ; aux êtres une mission, une raison d’être.

Derrière sa façade protectrice (« Etre fort pour être utile », selon les mots de David Belle), le parkour jouit en pratique de l’inutilité la plus totale. L’inutile qualifiant toute chose dont l’institution est incapable de l’assigner à une tâche et/ou de l’enfermer dans une case, il y a de quoi se réjouir – et jouir paresseusement du plaisir que le jeu procure à ceux qui, en la publicisant de la sorte, font de la paresse un enjeu politique majeur-.

Naïm BORNAZ.

NOTES

(1) s’efforcer: employer toute sa force à faire quelque chose ; ne pas assez ménager ses forces en faisant quelque chose (source : entrée « s’efforcer » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.(http://fr.wiktionary.org/wiki/s’efforcer))

(2) Entrée « travail » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.    (http://fr.wikipedia.org/wiki/Travail)

(3) nommé Jésus-Christ par les Chrétiens. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jésus-Christ)

(4) torture dispensée principalement par le tripalium (au travail): « gagner sa vie », cette expression ne dit-elle pas que la vie est quelque chose qui ne nous est pas acquis, mais qu’il nous faut gagner, et si elle reste à gagner, on peut gager qu’elle n’est pas (encore) gagnée, et que pour la gagner ce n’est pas gagné, puisque c’est précisément parce qu’on ne la gagne jamais tout-à-fait qu’on passe sa vie à la gagner?L’expression « perdre sa vie à la gagner » dit-elle autre chose?

(5) La réalité de cet enseignement témoigne toutefois lui aussi de la confusion qui est faite entre « sport » et « activité physique », puisqu’on n’y enseigne rien d’autre que des activités physiques, ainsi que les règles régissant les différents sports homologués, mais certainement pas le goût du jeu ou de l’amusement, et encore moins le « plaisir spirituel ».

(6) Evidemment, cette pratique, comme toute émergence culturelle, est en proie à la même volonté de certains groupes de l’institutionnaliser, de la soumettre à des règles, et d’en faire une pratique conforme aux normes en vigueur, ce notamment afin qu’elle soit validée et reconnue par l’institution en tant que « sport ». Dans le cas du parkour, un groupe anglais, du nom d’Urban Freeflow, a notamment mis en place les premiers Championnats du Monde de Parkour (sponsorisés par Barclaycard, organisme de crédit) – les médias ont alors jubilé à l’unisson qu’enfin « le Freerun semble être devenu un sport à part entière » (Nouvel Obs, Rubrique « Sports Extrêmes », 04.09.2008) – ; a également fait développer un jeu vidéo, « Free Running », sur Playstation 2, avec des personnages à l’effigie des « traceurs » qui en sont à l’origine ; collabore étroitement avec la police anglaise ainsi que les forces armées anglaises pour leur faire profiter des bénéfices que la pratique du parkour peut leur apporter. A titre non exhaustif. Pour plus d’informations sur leurs exploits, rendez vous sur http://www.urbanfreeflow.com/

(7) Entrée « parkour » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Parkour)

(8) Entrée « efficience » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire. (http://fr.wiktionary.org/wiki/efficience)

(9) Entrée « productivisme » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire. (http://fr.wiktionary.org/wiki/productivisme)

(10) Entrées « gaspillage » et « gaspiller » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire. (http://fr.wiktionary.org/wiki/gaspillage) (http://fr.wiktionary.org/wiki/gaspiller)          Entrée « gaspillage » du dictionnaire en ligne Larousse.fr. (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gaspillage)

(11) L’inutile étant ici défini comme le défaut d’utilité à l’avancée du traceur, et non comme l’ « inutile » en soi. On pourrait, par opposition, définir l’utile comme étant ce qui fait sens en regard de la voie que le traceur a choisi et des obstacles qu’il lui faut franchir pour continuer à avancer. Il s’agirait ici davantage de ce « qui n’a aucun effet, qui ne remplit pas son but », que de ce « qui ne sert à rien, qui n’apporte rien, qui est superflu ». (source : entrée « inutile » du dictionnaire en ligne Larousse.fr.(http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/inutile))

(12) Entrée « productivisme » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Productivisme)

(13) Cela peut, par exemple, prendre la forme d’une longue série d’exercices multiples sur les structures d’un périmètre réduit, ou, au contraire, consister en une traversée du quartier tout entier sans jamais toucher le sol.

(14) « J’aime avoir le temps de prendre le temps », L’1consolable, in « Consommer Moins ».

(15) Entrée « création » du dictionnaire en ligne Larousse.fr. (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/création)

(16) Entrée « création » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire. (http://fr.wiktionary.org/wiki/création)

(17) Henri Laborit, in « Eloge de la Fuite », édition Folio Essais, p.13.

(18) Lire, à ce sujet, le Manifeste des Chômeurs Heureux, éditions Le Chien Rouge.

(19) Entrée « discipline » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Discipline)

(20) Idem.

(21) Entrée du dictionnaire en ligne Reverso.           (http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/paresse)

(22) Entrée « activité » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire. (http://fr.wiktionary.org/wiki/activité)

(23) Denis de Casabianca, in « Pourquoi paresser », édition Aléas.

Parkour : l’art de subvertir le rapport à l’espace public

« Pas plus que la démocratie, l’espace public n’est quelque chose de naturel et qui va de soi. »

Hugues Bazin

Prologue : Au cœur de l’exercice définitionnel

Parkour (ou « art du déplacement ») : pratique sportive consistant à se déplacer d’un point A à un point B, et ce en recherchant avant tout l’efficacité dans le franchissement des obstacles. Cette efficacité combine la rapidité, l’économie d’énergie et la prudence. Le Parkour se pratique aussi bien en milieu naturel qu’en milieu urbain, c’est ensuite au traceur(1) d’imaginer le chemin qu’il va suivre, quels obstacles il va franchir et cela en fonction de ses capacités.

Telle est la définition que l’encyclopédie en ligne Wikipédia donne du Parkour. Le terme ne figure à ce jour dans aucun dictionnaire, bien que la pratique qu’il désigne existe vraisemblablement depuis une vingtaine d’années. Et si l’exercice définitionnel n’a jamais cessé de faire débat au sein de la communauté des traceurs, les « puristes » n’admettront aucune extension à une telle définition, principalement, semble-t-il, par souci de fidélité envers la philosophie à l’origine de cette pratique (aspect philosophique hélas exclu de la définition ci-dessus, qui ne fait état que d’une « pratique sportive », quand il s’agit, à mon sens, davantage d’une pratique philosophique, où il est fait un usage qu’on pourrait considérer comme « sportif » du corps humain). Toutefois, je ne me considère, bien que pratiquant, pas comme « puriste » (je n’en ai pas la légitimité), et ai par conséquent moins à l’esprit le souci d’être fidèle, que celui d’être attentif, moins celui de dire que de questionner, d’observer, et tenter d’analyser les effets que produit la pratique du Parkour, dans l’environnement urbain notamment. Je veux bien, pour ma part, m’en tenir à la définition évoquée ci-dessus, d’autant que c’est la seule définition écrite facilement accessible à ce jour. De toutes façons, comme je viens de le préciser, mon projet consiste moins à (re-)définir le Parkour, qu’à en questionner les effets.

Il semble qu’il y ait deux catégories d’effets. D’abord, il y a les effets prédictibles, qu’ils soient souhaités ou non (surprise des passants, regard des gens s’attardant, sentiment de peur éprouvé par ceux auxquels cette pratique est étrangère, ou, au contraire, stimulation, envie d’en faire autant, tentative de récupération marchande du phénomène par des entreprises…). Ceux-ci, bien qu’ils ne puissent être assimilés à la pratique elle-même, semblent y être inhérents, et en découler naturellement. Ensuite, il y a les effets non prédictibles mais constatés (colère des passants ou des résidents des abords, prise en main et gestion de la situation par les autorités locales (Mairie, etc…), chasse aux pratiquants…), ces derniers étant loin d’être sans intérêt du point de vue d’une étude sociologique du Parkour.

Quelle que soit la finalité originelle du Parkour – fût-ce se déplacer d’un point A à un point B de la manière la plus rapide et la plus efficiente possible, en franchissant les obstacles qui se trouvent sur notre passage -, force est de constater que les effets qu’il provoque sont loin de se limiter à cette finalité supposée, et qu’il affecte l’espace public dont il fait son terrain de jeu et/ou d’entraînement.

I. Un acte politique

Pratiquer le Parkour apparaît dès lors comme un acte politique, bien que certains pratiquants s’en défendent (principalement par le fait d’une acception erronée du terme « politique »), comme si la politique était le mal absolu, et peut-être moins encore le mal qu’il faut combattre, que le mal qu’il ne faut pas faire. Ainsi, si personne ne faisait de politique le monde irait beaucoup mieux, semble-t-il. Hélas, réduire la politique aux échéances électorales et à l’appareil d’état ainsi qu’aux relations mutuelles des divers états n’est pas seulement réducteur, mais fondamentalement faux. La politique, du grec polis (« cité »), se trouve en l’occurrence moins dans le prestige de l’Elysée, du Palais du Luxembourg, et du Palais Bourbon, que dans l’espace public qu’est la rue. La politique n’est ni un bulletin de vote dans une urne, ni un siège à l’Assemblée, c’est « la structure et le fonctionnement, méthodique, théorique, et pratique, d’une communauté, d’une société »(2) ou, selon les mots d’Henri Laborit, biologiste, « une science de l’organisation des structures sociales »(3).

Selon cette acception, l’espace public est certainement le lieu le plus politique qui soit (nous entendons par espace public, « l’ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui sont à l’usage de tous »(4).

La rue est le principal lieu de passage et de croisement des uns et des autres, et a l’avantage sur les transports en commun d’être gratuit et sans restriction d’accès. C’est donc, pourrait-on dire, l’espace public par excellence. Or, pour quelle raison majeure les individus traversent-ils cet espace ? On peut affirmer sans crainte de se tromper qu’ils l’empruntent principalement pour aller d’un endroit à un autre. Le déplacement se trouve par conséquent être l’activité la plus commune  et la plus communément observée à l’intérieur de cet espace. Il s’y pratique par différents modes opératoires, parmi lesquels l’individu sélectionne selon des critères tels que la praticité, la rapidité, le coût, la longueur du trajet à effectuer, etc…Il choisira, selon les cas, la marche, à pied, la voiture, les transports en commun (train, métro, bus, tramway), ou le vélo, chaque mode ayant ses codes établis, ses règles fixées, ses normes à respecter. Il y a la chaussée, les trottoirs, les feux, les passages cloutés, les « stop », les passages obligatoires, ceux interdits…Tout cela laisse pour ainsi dire bien peu de place à la créativité. Certes, il y a bien quelques enfants qui, ici et là, imaginent que les briques rouges sont des coulées de lave, les grises des îlots où s’en mettre à l’abri, et sautent inlassablement de l’une à l’autre, grimpent, courent, s’inventent des défis qu’ils relèvent au fur et à mesure qu’ils avancent, et les parents qui derrière crient, grondent, leur promettent la fessée, ou la leur mettent, qui les reprennent constamment et souvent pensent bien faire…

Pour le reste, tout est semblable, uniformisé, les gens avancent aux mêmes rythmes, selon les mêmes codes, en observant les mêmes règles, et tous s’arrêtent ensemble, repartent ensemble, et se ressemblent.

On voit mal, dans ces conditions particulières, comment l’on pourrait prétendre, autrement que par mauvaise foi, que le Parkour ne s’inscrit pas dans cet espace comme un acte profondément politique. Au diable les codes, les règles, les normes, les habitudes, des animaux humains envahissent l’espace public, qui l’utilisent à leur manière, en dehors des voies tracées, des routes communes, suivant leurs propres règles, leurs propres codes, et tracent des chemins qui semblaient ne pas exister l’instant d’avant. Parfois pieds et torse nus, ils avancent à quatre pattes en équilibre sur une barre, sautent d’un muret à une barrière, escaladent un mur qui fait plus de deux fois leur taille en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, courent, s’accrochent, roulent…Ils vont et viennent là où personne jamais ne va, sans quoi ils y vont comme personne jamais n’y va. Comme les enfants, ils courent, sautent, et grimpent ; comme les chats, ils s’agrippent, se hissent, filent et se faufilent…Mais ils ne sont ni des enfants ni des chats.

Ils respectent « la loi » certes, mais ils violent les codes qui régissaient jusque là le déplacement dans l’espace public, en défient les règles, bousculent les habitudes, et, sortant des sentiers battus, et des passages obligatoires, ils inventent leurs propres passages et dessinent leurs propres routes au fil de leurs enjambées. Imaginant en permanence aussi bien de nouveaux obstacles, que de nouvelles façons de les franchir, de nouveaux endroits où aller, que de nouvelles façons d’y accéder, ils ne font pas que détourner l’usage des choses publiques, mais créent en sus de nouveaux espaces, évolutifs et infinis, à l’intérieur de l’espace public.

Evolutifs, parce que le pratiquant affûte son regard au fur et à mesure qu’il progresse dans l’espace urbain, où il relève de nouveaux défis qu’il se lance lui-même par pur esprit de créativité et goût de la performance technique, et où il décèle sans cesse de nouveaux obstacles potentiels, aux possibilités de franchissement multiples – possibilités de franchissement qui d’ailleurs n’ont de limites que son imagination -, mettant ainsi au point de nouveaux itinéraires, renouvelables à l’infini, et dont les repères se trouvent sans cesse déplacés et redéfinis par le traceur.

Infinis, parce que n’ayant pas de contours figés, circonscrits ; ils sont illimités, du fait de leurs perspectives d’évolution au gré de l’imagination du traceur. L’espace ainsi créé n’est pas un espace fini, il est modifiable à souhait, et constamment remodelé par ceux qui daignent s’y atteler.

Le Parkour n’a donc, pour résumer, pas uniquement vocation à faire un nouvel usage, créatif et imaginatif, de l’espace public, mais permet la création, à l’intérieur de cet espace, de nouveaux espaces d’expression, et de création artistique, de nouveaux espaces publics, dont les caractéristiques communes sont les manières peu communes de s’y déplacer qui s’y pratiquent. Contrairement à l’espace originel où naissent ces extensions spatiales, qui lui est normatif au possible, et où la conformité à la norme en vigueur est de rigueur.

Ces espaces étant éphémères et modifiables, – mobiles même pourrait-on dire -, leurs contours sont flous et indéfinis, et ils s’imbriquent dans l’espace dans lequel ils prennent naissance de telle sorte qu’on ne distingue pas les premiers du second, et les traceurs évoluent dans l’espace urbain en y chevauchant en permanence deux espaces qui se confondent.

De cette manière, le commun des utilisateurs de l’espace public primaire, ignorant la pluralité des espaces, ne voient les traceurs évoluer que dans leur espace. Or, cela pose des problèmes multiples.

II. Face à la marchandisation des espaces

D’une part, l’espace public tend de plus en plus à être privatisé, de sorte qu’il se transforme peu à peu en une multitude d’espaces privés, juxtaposés, qui n’ont de commun – au sens de partagé – que les frontières qui les séparent les uns des autres.

L’espace qui, par exemple, se trouve devant la porte ou la vitrine d’un commerce quelconque se voit réquisitionné par celui-ci, au nom du domaine privé ; n’y évolue pas et ne s’y arrête pas qui veut, et les indésirables en seront chassés dans l’instant par le commerçant, qui s’en considèrera – et proclamera – propriétaire, soit parce que, par leur position dans l’espace, ils « empêchent les clients de regarder la vitrine », soit parce qu’ils les « empêchent d’accéder facilement à l’intérieur du magasin », soit tout simplement parce qu’ils les indisposent, ou, pire, qu’ils risquent de les indisposer (l’exclusion de l’espace en question est bien plus souvent préventive que consécutive à la plainte d’un client).

Outre les commerçants, l’immense majorité des individus, conditionnés en cela par le libéralisme ambiant, se comportent dans la rue comme si la trajectoire qu’ils empruntaient dans l’espace leur était potentiellement réservée. Ils ne peuvent donc admettre le fait qu’un autre la croise sans considérer que l’autre n’a pas fait attention, et, qu’en l’occurrence, il « aurait pu faire attention».Il leur vient rarement à l’esprit que, l’espace étant public, d’autres qu’eux empruntent des parties communes à leur trajectoire, et qu’il est bien plus probable que ce soit cela – au-delà de l’éventuel manque d’attention – qui explique que leurs parcours se croisent de la sorte.

Mais cette tendance au sentiment de propriété se cristallise dans les lieux publics contigus à des lieux privés, comme si les seconds débordaient sur les premiers de telle sorte qu’ils les annexent implicitement. Ainsi en va-t-il des commerces s’appropriant une partie plus ou moins grande de l’espace public en contact avec leur devanture, mais également des résidents qui eux s’approprient la partie de l’espace public – là aussi de manière plus ou moins étendue selon les cas, cela va parfois loin -, contiguë à leur pas de porte, à leur hall d’immeuble, aux escaliers qui y conduisent, aux murets qui délimitent leur jardin, etc…- et ils en chassent impitoyablement les « intrus », et autres indésirables -.Autrement dit, les propriétaires privés – ou parfois même les locataires – se sont octroyés, bien au-delà de leur lieu de résidence, au beau milieu de l’espace public, le pouvoir de gérer une partie dudit espace, décidant, selon des critères qu’eux seuls connaissent – et qu’eux seuls valident par conséquent -, ceux qui y sont tolérés de ceux qui en seront chassés. Sous peine d’ « appeler la police ». A cela on peut ajouter que nombre de lieux publics (écoles, mairie, centres sociaux, …) adoptent désormais ce type de comportement, et exercent sur l’espace public environnant le même contrôle que les commerçants ou les propriétaires privés.

Ce phénomène va croissant, et le privé – ou à défaut le privatisé -, gagne, dans l’espace, du terrain sur le public. Comme celle du désert, son avancée va bon train, d’autant qu’aucun outil n’est pour l’instant mis à la disposition du public pour défendre son territoire. Car il s’agit bien de « luttes d’espaces », ou luttes pour l’espace, dont l’enjeu est d’en déposséder l’autre afin de le posséder soi. En somme, rien de nouveau dans la famille des mammifères – dont l’humain fait partie-.

D’autre part, l’espace public, qui comme toute chose traverse l’ère du capitalisme, et de sa course au profit, devient majoritairement un espace « marchand » (l’espace ne sert qu’à acheter et/ou à vendre) et est lui-même en proie à une constante marchandisation (l’espace lui-même est transformé en marchandise).Il faut bien distinguer le premier phénomène du second, car ce sont deux choses différentes, bien qu’elles aillent de pair.

« Mars 2005, dans le métro parisien le regard est arrêté par un graffiti au feutre sur une affiche publicitaire murale : « Publicité, espace public, profit privé, libérez nos murs ! », « et nos esprits » rajoute un autre intervenant dans un feutre d’une autre couleur. Des personnes s’arrêtent et ne regardent pas la pub, mais le graffiti avec un sourire approbateur. »(5)

De fait, l’espace public, qui, au départ, a pour vocation « d’être le forum où s’expose un problème qui interroge la collectivité », d’être un lieu d’expression et d’échanges entre les individus, se voit transformé en une gigantesque vitrine marchande, où la publicité commerciale a pris la place de la public-ité(6) originelle, celle dont le rôle était de « créer l’espace de l’agir politique », où « l’information-communication dans l’espace public comme support de connaissance et de débat est réduite à une communication d’entreprise à des fins marchandes », où il ne « peut s’[…]exercer aucune pratique du jugement »(7).

Puisque l’espace est un lieu stratégique (notamment le lieu de stratégies qui consistent à en prendre le contrôle), il n’est pas surprenant que l’entreprise capitaliste cherche constamment à se l’approprier de la sorte. Ce qui pourrait, en revanche, davantage surprendre, c’est le manque de ferveur avec lequel le public défend l’espace qui était sien, la nonchalance, à l’allure presque fataliste, avec laquelle il s’en laisse déposséder, et peut-être aussi le cruel manque d’inventivité du peu de moyens mis en œuvre pour lutter. De tout cela, il résulte que l’espace fait de plus en plus de place au marchand, et de moins en moins à ce qui ne l’est pas. Lorsqu’il n’est pas occupé par des commerces ou, comme on l’a vu précédemment, annexé par ceux-ci – c’est-à-dire lorsqu’il ne sert pas à acheter ou à vendre -, il sert essentiellement de lieu transitoire aux individus se rendant dans un espace commercial ou bien, à défaut, se rendant au travail afin de gagner de l’argent qui pourra ensuite être dépensé dans l’un de ces lieux.

Par ailleurs, l’espace, lorsqu’on l’aborde comme une chose physique, ne peut échapper lui-même à la volonté des uns de vendre tout ce qu’ils voient, et devient de ce fait l’objet de processus de marchandisation constants, de mises à prix, de recherches du profit, d’élévation des droits d’entrée…L’espace, auparavant public, aujourd’hui se monnaye, se vend, s’achète. Il coûte cher, et « prendre de l’espace », qu’on ne nous aurait pas octroyé via une transaction commerciale – réelle, ou symbolique-, peut aussi coûter très cher en termes de représailles.

III. Rapport changeant à l’espace public

L’intérêt du Parkour, au vu d’une telle situation, est que ceux qui le pratiquent se saisissent d’une partie, toujours changeante, de l’espace public, pour laquelle ils ne demandent aucune permission et n’avertissent personne ; ils s’en saisissent spontanément, et en disposent et l’utilisent comme si tout cela était naturel ou allant de soi (il est certes vrai que cela devrait aller de soi…).Mais au-delà du fait qu’ils s’en saisissent sans en demander l’autorisation, ils ne paieront ensuite jamais pour cet espace qu’ils utilisent comme  – et quand – bon leur semble. Ils ne tiendront pas compte des processus de marchandisation incessants dont cet espace fait l’objet, et feront tout simplement comme s’ils n’existaient pas, comme si les règles, aussi bien celles définissant l’accès à l’espace ainsi que le prix dont on doit s’acquitter pour en disposer que celles en réglementant l’utilisation, comme si toutes ces règles restaient à inventer. Sur la place publique. En situation.

De plus, ils utilisent cet espace, acquis par des voies peu communes, d’une manière pas plus commune, et n’en font, dans tous les cas de figure, aucun usage commercial, remettant, de fait, en cause les dispositions inhérentes à la réglementation marchande des espaces. Ils ne payent pas pour l’utiliser ; ils ne l’utilisent pas pour le vendre – ni pour y vendre autre chose – ; ils n’y produisent rien – en tous cas rien dont on peut espérer tirer un profit commercial – ; ils n’y travaillent pas et n’y recherchent pas de travail ; ils n’y font pas transiter de l’argent. L’espace occupé est occupé gratuitement, et cela dans les trois acceptions du terme : il est occupé par des individus qui n’ont pas payé pour en disposer ; les individus qui l’occupent y font ce qu’ils y font de manière gratuite, pour rien, sans rétribution ; et pour finir, ils le font sans raison, sans fondement, sans motif apparent, excluant ainsi de cette pratique toute finalité à vocation utilitariste. Et si la vue des pratiquants indispose un certain nombre d’individus qui, dans l’espace public, y sont à un moment ou à un autre, confrontés, c’est en grande partie parce que le Parkour instaure ce rapport non-marchand et gratuit à l’espace.

IV. Finalité théorique du Parkour

En effet, il me semble utile de discerner la finalité théorique du Parkour, avancée par ceux qui en sont à l’origine, David Belle notamment, de la façon dont il est pratiqué. En d’autres termes, discerner ce à quoi pourrait un jour servir l’entraînement, de ce en quoi il consiste.

Il se trouve que, si le but recherché par la pratique qui selon les mots de David Belle est « une méthode d’entraînement, de préparation physique aux obstacles », semble être de prévenir, par un entraînement complet et rigoureux aux franchissements d’obstacles, et par le développement d’une capacité à l’adaptation à des environnements divers et variés (milieux urbain comme naturel, de jour comme de nuit, par temps sec comme par temps pluvieux, mais aussi sous la neige, dans le désert, par des conditions de chaud ou de froid extrêmes, parfois pieds et torse nus, etc…) la plus exhaustive possible, – de prévenir donc – tout cas de figure dans lequel une telle préparation physique et mentale pourrait se montrer utile ( nécessité de fuir, personne en danger à secourir, urgence du déplacement effectué…), et permettre à celui qui la pratique de faire face à n’importe quelle situation où il serait requis de se déplacer de manière rapide, efficace et sécurisée, il n’en demeure pas moins que l’entraînement ne consiste précisément pas à faire face à de telles éventualités, mais à en préparer la venue. Or, puisque l’urgence reste, dès lors, du domaine de l’imaginaire – comme pour les enfants qui imaginent que les briques sont des coulées de lave -, on a, par conséquent, droit à l’erreur, dans la mesure où rien ne nous met effectivement en fuite, où nul n’encourt un grave danger, attendant qu’on le secoure de toute urgence – et où les briques ne sont pas des coulées de lave -.Ainsi, le traceur s’entraînant fait « comme si ».Il invente des schémas complexes répondant à la vitale nécessité de fictions que lui-même imagine. En des termes plus concrets, il invente des chemins, dont il invente la nécessité de les emprunter, par rapport à une situation qui pourrait advenir, autrement dit elle aussi inventée. On peut alors affirmer, si la conjecture est conforme à la définition que Kant en donne, à savoir qu’elle est « un exercice concédé à l’imagination, accompagnée de la raison, pour le délassement et la santé de l’esprit », que le traceur, continuellement, forme des conjectures. Juste pour voir comment on ferait si…Il soumet le monde à des déformations dans le but de changer le regard qu’il porte dessus. Par ce biais, refusant l’évidence, il questionne l’espace et les structures qui le forment, et il remet en question l’usage à en faire, la vocation de telles structures (un muret, une barrière, une bordure, un mur, un banc, une poubelle…), et, outre cela, l’unicité de leur utilité, suggérant, par les variations d’utilisation qu’il leur fait subir, une possible pluralité des usages. Et, le moins que l’on puisse dire – il n’y a pour cela qu’à observer les réactions des individus alors rencontrés -, c’est que cela – l’idée que les usages d’une même chose puissent être multiples d’une part, et qu’ils puissent être différents de l’usage que l’on en fait habituellement d’autre part – ne va pas de soi. Les « Ce n’est pas fait pour ça ! » fusent de toutes parts.

V. L’art du voyage

Dans cette situation – celle où le traceur s’entraîne -, les déplacements, qui ne répondent à aucun besoin concret et immédiat de se déplacer, se suffisent à eux-mêmes. Le pratiquant se déplace pour se déplacer, pour être en mouvement ; il ne se déplace en réalité pas pour aller d’un endroit à un autre. Et s’il s’avère qu’il va d’un endroit à un autre – puisqu’il se déplace tout de même -, il ne le fait pour rien d’autre que pour le faire. Aucune raison que le commun des passants considèrerait comme valable ne le lui commande. A l’endroit où il va, il n’a rien de particulier à faire, que d’en repartir, pour se rendre à un nouvel endroit. Le déplacement passe alors du statut de moyen à celui de fin en soi. Il n’est plus le moyen d’atteindre un but, mais le but lui-même. Une telle façon de procéder est vécue comme une insulte à l’utilitarisme ambiant. Il ne faudra donc pas s’étonner que l’utilitarisme ambiant le lui rende en l’insultant en retour (je fais ici référence aux propos régulièrement tenus aux traceurs s’entraînant dans l’espace public).Que certains se déplacent ainsi par jeu n’amuse pas tout le monde. Parce qu’en jouant ainsi – cela n’empêcha pas, au contraire ! -, on ne remet pas seulement en cause la normalisation des modes de déplacement qui sont communément rencontrés à l’intérieur de l’espace public, ainsi que les voies leur étant affectées ; mais on remet en cause les rapports que l’on entretient à l’espace public, et non point seulement l’usage qu’on en fait, mais également la fonction qu’on lui attribue ; on remet en cause la privatisation et la marchandisation dont il fait l’objet ; on en remet en cause le prix, ainsi que le fait qu’il en ait un ; on remet en cause les règles qui y sont en vigueur, ainsi que les codes qui le régissent ; on remet en cause l’unicité de l’espace, ainsi que l’impossibilité d’évoluer simultanément dans deux espaces différents (ou dans deux dimensions différentes de l’espace) ; on remet en cause l’usage à faire des structures constitutives de l’espace public, mais également la vocation à caractère unique de l’usage qu’on pourrait en faire ; on remet en cause la manière d’utiliser le corps comme outil de déplacement ; on remet en cause le rapport à son corps, à sa structure biologique…Et cette liste, pour sûr, n’est pas exhaustive. Jouer n’est donc certes pas si anodin, et le Parkour apparaît dès lors, au-delà d’un moyen de se déplacer, comme un outil de réappropriation et de questionnement de l’espace public, d’une richesse et d’une puissance rares.

Naïm BORNAZ.

NOTES:

1. Traceur : pratiquant du Parkour

2. Entrée « politique » du dictionnaire en ligne Wiktionnaire.

3. Henri Laborit, « Eloge de la Fuite », p.67, collection Folio Essais.

4. Entrée « espace public » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

5. Hugues Bazin [2005], L’art d’intervenir dans l’espace public, www.recherche-action.fr

6. Publicité : [Du latin médiéval publicitatem composé de « public » et du suffixe « -ité » qui                                     indique un état; étymologiquement ce mot signifie « état de ce qui est public »] qualité de ce qui est rendu public. (source : encyclopédie en ligne Wikipédia)

7. Hugues Bazin [2005], op. cit.

Bienvenue à bord!

Ceci est le journal d’acteur-chercheur de L’1consolable.

L’1consolable, c’est moi.Mais ça va, je vous remercie.

Je ne suis pas encore en mesure de préciser la nature de ce que je vais trouver, ni même si je vais trouver quelque chose;je ne peux que donner des indications sur la manière dont je vais chercher, et, dans une certaine mesure, sur ce que je vais chercher.

Dans le cadre de mon implication dans le processus de recherche-action, plusieurs thèmes me tiennent tout particulièrement à coeur:

1-L’espace public, comme espace essentiel de la transformation sociale

2-Le Parkour (recensement des possibilités offertes par la pratique, analyse des effets produits sur l’espace public)

3-Le rap et la culture hip-hop (étude des potentialités contenues par ce courant culturel, de son évolution au fil du temps, de son institutionnalisation notamment, ainsi que du mépris qui continue à lui être opposé, en dépit de sa surmédiatisation de ces dernières années)

4-Travail, le paroxysme de l’aliénation (étude des raisons conduisant à cette servitude volontaire, ainsi que des alternatives qui pourraient en permettre la cessation)

5-L’émergeance des processus de création (conditions, obstructions, épanouissement et frustrations des acteurs…)

6-La contradiction entre recherche d’indépendance et besoin de reconnaissance (dans le domaine de l’art notamment)

Cela ne veut pas dire que je me cantonnerai à ces champs d’études, – ce serait dommage! – mais que ceux-ci bénéficieront d’une attention toute particulière à travers ma recherche.

Quant à ce qui est de la manière dont je vais chercher, – outre les entretiens avec les acteurs de terrain, et autres procédés adaptés à la démarche de recherche-action – je continuerai également à lire, visionner, et écouter tout ce qu’il m’est possible autour de ces thématiques, livres, films et discussions (publiques ou non) ayant de toutes façons mon affection et mon adhésion de principe, et ferai état sur ce blog, aussi souvent que possible, de l’avancée de ces travaux et réflexions.

Bonne lecture.

No 56/57 – Sommaire / Edito

Sommaire

A PROPOS DE « JUNIOR S’ENTRAÎNE TRÈS FORT » P.6
En hommage à C. Bachmann, présentation du texte écrit avec L. Basier «Junior s’entraîne très fort» qui présente pour la première fois en France le hip-hop dans sa vérité historique et sociale. Par Georges LAPASSADE

JUNIOR S’ENTRAÎNE TRES FORT P.10
L’analyse ethnographique et linguistique en 1984 d’un phénomène culturel en émergence, le hip-hop, à partir d’une observation des interactions sociales et un travail sur les corpus langagiers. Par Christian BACHMANN et Luc BASIER

LE SENS D’UNE RENCONTRE P.23
Hip-hop et action culturelle à Bruxelles… Les recherches orientent l’action et le terrain alimente la recherche, mais ces démarches sont-elles conciliables ? Par Alain LAPIOWER

LES RAVES : DES FÊTES « BONNES À PENSER » P.32
Au-delà de sa dimension cathartique et de la sociabilité qu’elle permet, la participation aux fêtes-raves constitue, bien plus qu’une «contre-culture» ou une «consommation passive», un mode de socialisation. Par Étienne RACINE

PROFESSIONNALISATION DE JEUNES ARTISTES P.45
A partir d’une analyse ethnographique de la procédure de carrièrisation d’activités artis¬tiques venant de la rue, comment de la logique dite déviante des pratiques culturelles, s’installe une certaine normalisation. Par Damien MABIALA

L’ESPACE DE L’ETHNICITE DU RAP EN FRANCE P.58
La « racialisation » des rapports sociaux est largement chroniquée dans le milieu hip-hop. La question est de savoir si l’éthnicité favorise l’émergence d’acteurs-sujets et à quelles conditions. Par Manuel BOUCHER

LE RAP, UN DÉFI À LA MUSICOLOGIE ? P.69
Les dimensions musicales du rap doivent être analysées au même titre que les autres dimensions de la culture hip-hop. Par Jean-Marie JACONO

LA SOCIALISATION DE L’ART P.74
Le décalage provoqué par l’art crée les conditions d’une rencontre sociale inédite orga¬nisée autour de pratiques sociales complètes mais également il interroge les processus artistiques légitimés par les lieux culturels. Par Hugues BAZIN

DES ACTIONS, DES RÉFLEXIONS P.84
Le mot hip-hop joue le rôle de tiers entre cultures d’origines, et culture scolaire française, en même temps qu’elle remet radicalement en cause, le système traditionnel de production et consommation culturelle. Par Jean HURSTEL

UNE PRISE DE POSITION P.88
Nous proposons une interprétation de l’époque contemporaine à partir d’une analyse des réseaux. Par Béatrice SBERNA

A LA CROISÉE DES RECHERCHES P.91
Retranscription d’un débat sur les formes d’émergence culturelle autour des recherches de H. BAZIN, M. BOUCHER, J.-M. JACONO, A. LAPIOWER et E. RACINE

BIBLIOGRAPHIE DES AUTEURS P.121

(hors dossier) LES DÉBUTS DE L’ANNEE SCOLAIRE P. 123
A partir d’une approche ethnographique interactionniste de l’école les analyses de la déviance scolaire, des luttes de pouvoir, de la négociation permanente dans les classes. Par Abdellatif ELAZAMI

Edito

Le collectif qui vous présente ce dossier dans la cadre de la revue Paroles Et pratiques Sociales, comme la formation de tout groupe, s’est constitué autour d’une histoire de rencontres, du croisement de parcours qui finissent par tisser les mailles d’un travail en réseau. Le dossier met en lumière ce premier travail de connexion autour d’un constat commun.
Sans renier l’apport fondamental des grands penseurs en sciences humaines et sociales, nous remarquons l’éclatement des systè¬mes théoriques. De même les acteurs sociaux, inquiets devant le constat d’une situation sociale dégradée et atomisée, cherchent des cadres de réflexion en même temps que des pistes d’action. Les autorités politico-institutionnelles quant à elles cherchent également de nouveaux axes théoriques et pratiques capables de faire contrepoids à la « désocialisation ».
Cette situation peut contribuer à laisser le champ libre aussi bien à une redéfinition épistémologique et méthodologique fructueuse, qu’à la mainmise d’une pensée totalisante et conformiste derrière des énoncés admis.
4 Nous connaissons les effets de la pensée unique et les discours
sur le travail, les jeunes, la banlieue, l’intégration, l’exclusion… autant de portes qui se ferment à notre compréhension de la vie sociale. La manière dont nous décrivons le monde est dépendante de nos schèmes de pensée, de nos représentations, des énoncés qui constituent notre organisation mentale et, à travers eux, ceux d’une époque.
D’un autre coté, des analyses commencent à provoquer un re-nouvellement des regards et des pratiques, bien qu’elles restent encore peu visibles.
La notion d’émergence traduit pour nous les processus qui condui¬sent à cette visibilité. Visibilité ne veut pas dire obligatoirement « nouveauté ». Dans cette perspective, nous avons à prendre en compte aussi bien la reconnaissance des processus dans l’espace public que la partie immergée qui supporte l’ensemble. La com¬préhension de ce continuum nous amène à une vision différente émergences
de la réalité sociale et du rapport qu’entretient le chercheur avec cette réalité.
La reconnaissance n’est pas dénuée d’ambiguïté. En témoigne le débat actuel sur les « cultures urbaines », tandis que les processus et les enjeux sont rarement explicités.
Si nous nous intéressons plus particulièrement, comme objet d’étude, aux formes d’émergence culturelle telle que la forme hip-hop ou la forme techno, ce n’est donc pas pour la visibilité de leur forme qui n’est pas en soi « nouvelle » mais pour les proces¬sus sous-jacents modifiant, d’une part notre vision du rapport au travail, aux pratiques sociales et culturelles… (enjeux politiques fondamentaux), d’autre part, la façon même dont nous concevons notre travail de recherche (enjeux scientifiques).
En cela l’émergence se meut dans un espace interstitiel. Entre l’espace institué et l’espace informel peuvent être explorées de nouvelles perpectives. C’est un espace de reformulation et d’ex-périmentation où s’exerce un jeu de tensions et de contradictions, où peuvent être posés des enjeux.
Autrement dit, à l’étude des formes d’émergence comme objet de recherche, nous aimerions faire correspondre une recherche comme émergence d’une pensée en mouvement. De même, à l’espace interstitiel comme lieu culturel et symbolique nous dési-rerions faire correspondre un espace interstitiel de la pensée.
Aussi, notre démarche désire accueillir, dans la pluralité des dis-ciplines en sciences humaines et sociales, les auteurs, confirmés ou débutants, qui éprouvent la nécessité de redéfinir leur grille de lecture au-delà de leur objet précis de travail, qu’il s’agisse de travaux empiriques ou théoriques. Ouverts à ceux qui veulent travailler dans cet esprit, nous nous définissons par notre volonté d’indépendance vis-à-vis des institutions qu’elles soient politiques ou universitaires.
Sous la diversité des approches, le présent dossier présente l’ébau-che d’un travail qui ne peut se concevoir que dans une perspective à long terme. Nous espérons qu’il pourra s’engager sur un travail en réseau autour d’échanges approfondis.

Le collectif du dossier

[wpfilebase tag=file id=262 /]

No 49 – Sommaire / Edito

Sommaire

Regard sur l’actualité

  • L’ISLAM, LES JEUNES ET LE TRAVAIL SOCIAL, Georges LAPASSADE – P.4

Mémoire du travail social

  • UNE NOUVELLE PROFESSIONNALITÉ, Hervé HAUDIQUET,  Dominique BRUNET P.7
  • UNE AMBITION POUR L’EXCLUSION, Charles SEGALEN – P.8

Dossier; LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE LA COMMUNICATION  DANS LE TRAVAIL SOCIAL

  • TOUTES LES VOIES SE CROISENT , Esfandiar ATTARAN – P.10
  • LES AUTOROUTES DE L’INFORMATION, Sylvain MATHIEU P.11
  • LE SOCIAL MÉDIATISÉ OU PAS, Christian HERMELIN, P.14
  • TRAVAIL SOCIAL ET T.C.I., Hélène PAPADOUDI – P.17
  • INFORMATIQUE ET TRAVAIL SOCIAL, CONCASS – P.21
  • TECHNIQUE DE L’ENTRETIEN, Jean-Paul DESGOUTTE – P.26
  • ALLO, J’ECOUTE…., Éric AUGER – P.28
  • TV Locale et Changement Social , Patrick FERRENQ – P.29

Pratiques sociales

  • RENDEZ-VOUS MANQUE, Jean-Jacques DELUCHEY – P.33
  • ACTION-RECHERCHE EN RÉSEAUX, A. BAHUAUD, M.C. JABOEUF, M. BEFFARA, M.C. LEMASSON, B. DESMARS, B. LE MAY, M.C. DUBOIS, T. PENNETIER, R. GARNIER, B. PRIN, T. GROUSSIN, M. SAINT-BLANQUET, F. HERVO, B. YVON – P.36

Regard sur les professions

  • EDUCATEUR SPECIALISE, Bertrand POETE – P.38
  • LA RELATION D’AIDE EN SERVICE SOCIAL, Joëlle GARBARINI – P.41

Ici et maintenant

  • AGIR – P.43

Arts et Cultures

  • UNE EXPERIENCE D’INSERTION  PAR LA DANSE ET LE DESSIN, Patricia VALLET – P.45

Rubriques

  • Revue des livre – P.47
  • Annonces – P.49

Edito

Le travail social officiel aurait-il du mal à se positionner par rapport aux actions sociales auto-organisées et non étatiques ?
Depuis la création de l’association Droit Devant et son université populaire, les réactions des citoyens ont été tout autant différentes que mitigées :
Sur le plan politique, Droit Devant n’a pas eu le soutien effectif des hommes politiques, même lorsque ceux-ci se disent préoccupés par la question du logement et de l’exclusion sociale.
Les journalistes et les médias n’ont pas choisi Droit Devant comme sujet de société médiatisables ; ils ont préféré s’intéresser aux «côtes de popularité des présidentiables plutôt qu’approfondir les démarches instituantes de cette association. Peut-être comme le souligne The Guardian du 10 mai 1993, «En France, les journalistes sont souvent beaucoup trop proches de ceux sur qui ils écrivent (1)».
Les universitaires quant à eux, n’ont pas pris comme objet scientifique l’auto-production des connaissances lorsque celles-ci s’organisent dans la rue. Y compris les universitaires de «gauche» et ceux qui furent les acteurs de la mise en scène de 68. Ils ont préféré la pratique d’apprentissage par excellence qui trouve sa légitimité dans les normes instituées.
Quant aux travailleurs sociaux, ils n’ont pas échappé à ce choix de désertification. Excepté l’association GRAL (Groupe de Réflexion et d’Action Logement), créee récemment par certains intervenants socio-sanitaires (2), la puissante corporation des praticiens de l’action sociale, n’a pas vraiment voulu se mettre du côté des volontaires du Droit Devant. On aurait pu imaginer qu’une cohabitation de ce genre, ne serait ce que par rapport à la question de l’insertion sociale des personnes exclues, aurait pu les intéresser.
Alors que les problèmes sociaux se transforment en catastrophe sociale, on serait en mesure de se demander si «l’erreur» viendrait des sans logis qui démunis de toute réponse valable, tentent de s’organiser, ou bien si le manquement vient des autres acteurs, peu habitués à accepter des pratiques sociales non instituées ?
Mehdi FARZAD
(1) Cf. Serge HALIMI, «Misère des médias en France : Un journalisme de révérence», in Le Monde diplomatique, février 1995.
(2) Voir, PEPS n° 48, p.4.

[wpfilebase tag=file id=264 /]

No 45 – Sommaire / Edito

Sommaire

Regard sur l’actualité

  • Qui casse Qui ?, Hugues Bazin – P.4

Rencontre avec …

  • Interview avec Tobie Nathan, Damien Mabiala – P.7

Mémoire du travail social

  • De Vichy à la Libération , Armelle Mabon-Fall P.10

Travail social à l’étranger

  • Saddam-City, ou «désespoir- city», Alice Bsereni – P.12

Dossier : Les enjeux de la formation

  • Introduction, Mehdi Farzad – P.14
  • Le travail social aujourd’hui ou l’art de « bricoler », Didier Martin – P.16
  • Étrange formation, Jean Jacques Deluchey – P.18
  • Une formation en transversalité, Marie Françoise Gerard, Joëlle Garbarini, Michel d’Aspe, Yves Ballanger – P23
  • La Garanderie : un atout pour la formation professionnelle ? , Patrick Tapernoux – P.25
  • Écrire comme moyen d’auto-formation, Chantal Brun – P.27
  • De l’éducateur au formateur, Joël Besnard – P.30
  • Des vraies-fausses raisons de réformer la formation, CAS 69 – CONCASS – P.33
  • Défendre les centres de formation, Coordination Régionale des Centres de Formation Pratiques sociales – P.35

Pratiques sociales

  • La boutique, Perlette Petit – P.37
  • Un après-midi à «la boutique», Zubeide Iskender, Anouar Guelaiem – P.38

Regard sur les professions

  • Diplômes étrangers, John Ward – P.39
  • Moniteurs-Éducateurs…, Coordinaion Régionale des Centres de Formation – P.40
  • Le mouvement des correspondants, Catherine Charbonnier, P.41
  • Le travail social en colloque, Christina de Robertis – P.42

Arts et Cultures

  • Au risque de vous plaire sur grand écran, Guy Jouannet – P.43
  • Mégalopole, tag et Mégalomanie,  Étienne Racine – P.45

Rubriques

  • La revue des livres – P.46
  • Annonces – P.40

Edito

La revue Paroles et Pratiques Sociales change de forme. Douze ans après sa première parution, PEPS entend rester fidèle à ses objectifs initiaux : faire parler les travailleurs sociaux de leurs pratiques professionnelles et faire de la revue un lieu d’interrogations des mesures sociales souvent décidées d’en haut.
Quels que soient les thèmes à développer, il s’agit pour PEPS d’être un lieu de réflexions et d’échanges sur les décisions prises dans le champ du travail social et leur application sur le terrain.
Ce 45 ème numéro de PEPS consacré aux enjeux de la formation, se présente avec un nouveau rubricage et cette nouveauté vise plusieurs objectifs :
– répondre aux demandes des lecteurs qui souhaitent pouvoir davantage s’exprimer et par là-même, utiliser l’écriture comme mode d’auto-formation.
– répondre aux travailleurs sociaux qui, à la lecture descriptive et analytique des actions réalisées, cherchent à trouver du sens à leur investissement professionnel.
– répondre sur un plan rédactionnel, aux différents praticiens qui veulent assurer une large communication transversale entre les diverses catégories professionnelles de l’action sociale.
Le nouveau rubricage de PEPS confirme aussi la nécessité pour les travailleurs sociaux d’avoir une revue qui leur appartienne. La légitimité de cet outil découle d’au moins deux constats :
– l’absence de vision politique générale dans le travail social et pour les travailleurs sociaux.
– la naissance de plus en plus d’actions auto organisées par des populations démunies, ne trouvant pas de réponses à leur situation dans les mesurs sociales ou auprès des travailleurs sociaux (1).
C’est dans cette perspective qu’en réactualisant sa raison d’être, PEPS va publier systématiquement sa charte (2). Elle constitue sa carte d’identité.
Outre le dossier, les rubriques consacrée à la «Mémoire du travail social» ou «Rencontre avec…» peuvent nous servir de lien entre la parole et la pratique d’hier et aujourd’hui. Il s’agit de comprendre dans le temps et dans l’espace la mémoire présente de certaines actions dont la visivilité ne prend sens que si elles se situent dans leur contexte socio-politique.
Plusieurs rubriques telles que «Regard sur les professions», «Pratiques sociales», «Regard sur l’actualité» ou encore «Le travail social à l’étranger», peuvent compléter cette recherche du sens.
Qu’elles prennent la forme d’enquêtes de terrain, d’entretiens avec des acteurs sociaux ou d’autres initiatives rédactionnelles, l’accent sera mis sur le développement des démarches innovantes et des dynamiques à créer face aux situations sociales d’aujourd’hui.
Ces questions ne constituent-elles pas des enjeux de la formation ?

Mehdi Farzad

(1) On peut citer l’exemple des mal logés qui procèdent aux actions d’occupations des logements vides, ou bien de certains toxicomanes qui essayent de gérer leur situation par eux mêmes.
Voir aussi l’annonce du prochain numéro de PEPS consacré aux nouvelles solidarités…
(2) Voir la charte de PEPS en page 51

[wpfilebase tag=file id=265 /]

No 40 – Sommaire / Edito

Sommaire

URBANISME

  • Un logement pour tous par Michèle Pisigot 7 La ville en rose par Jean Pierre Garnier
  • Présentation par C. Desnus et M. Esterle
  • Combien sont-elles
  • Travailleurs sociaux d’origine étrangère, de l’exil à l’accompa¬gnement social par Christine Desnus
  • Qui sont les femmes immigrées iraniennes? par Raki Afsaneh
  • Réseaux de familles monoparentales par Tecla Gapecchi
  • Que dire à ma propre famille par Beatrice Chailloux
  • PMI d’hier et d’aujourd’hui par Nadine Nonain
  • Une action de terrain, les femmes des Franc-Moisin propos recueillés par Maryse Esterle et Christine Desnus
  • Le visible et l’inivisible, les éducateurs de rue et les filles d’Ori¬gine étrangère par Maryse Esterle
  • Image des femmes dans l’immigration, Filmographie par Guy Jouannet
  • Bibliographie

ACTION EDUCATIVE

  • ASUD, groupe d’auto support par Gilles Charpy
  • A propos des stratégies de réduction de risque par Jean Jacques Deluchey

ACTION SOCIALE

  • Le groupe du mardi, un lieu de paroles et d’échanges par V. Courtot, G. Gibert, M. C. Pailhes, Y. Royer

CULTURE JEUNES

  • Ethnogalère, histoire d’un café musique universitaire par Georges Lapassade

ARTS ET CULTURE

  • Many, un peintre pas comme les autres par Mehdi Farzad
  • La rentrée cinématographique par Guy Jouannet

Édito

Paroles et Pratiques sociales peut souffler sur ses dix bougies. Il y a dix ans, une poignée de travailleurs sociaux décidaient de créer une association dont le but était de « favoriser l’échange et le débat entre professionnels ».
La revue a été le principal outil d’échange et de réflexion sur la pratique professionnelle, sans cesse interrogée dans ses fondements, ses moyens et ses objectifs. L’écriture est restée l’outil privilégié car il ne peut y avoir de pensée sans une parole qui s’en fait l’écho et il ne peut y avoir de pensée ni amorce de théorisation sans énoncé de ses interrogations.
C’est une gageure que d’avoir réussi à publier régulièrement plus de 40 numéros sans interruption (sauf arrêt de neuf mois, le temps d’une gestation…). Preuve est faite que les travailleurs sociaux ont quelque chose à dire et à transmettre et que leurs critiques ou leurs propositions alimentent la pratique de chacuns et fécondent leur réflexion.
C’est aussi une réussite que des travailleurs sociaux, puis des formateurs et récemment des universitaires soient parvenus, bénévolement à construire et à faire vivre cette revue et à animer des soirées débats et des colloques.
Nous ne cesserons jamais de le dire ; cette revue est aussi la vôtre car si elle se veut carrefour d’idées, elle ne peut exister sans une certaine réciprocité, un minimum d’échange et de diffusion.
Plus que jamais P.E.P.S. s’affirme comme le garant d’une lecture critique sur l’actualité du travail social. La complexité croissante des problèmes se posant avec acuité, P.E.P.S. a montré sa capacité à s’en faire l’écho et à poser un regard original.
A l’heure européenne, les espaces de réflexions sur les droits et les politiques
sociales sont à occuper par les travailleurs sociaux eux mêmes.
Enfin, P.E.P.S. s’avère de plus en plus un nouvel instrument pédagogique : l’écriture comme un outil d’élaboration et d’appropriation d’une pensée sur le travail social.
Pour marquer les dix années d’existence de P.E.P.S, nous organiserons un grand débat-rencontre en mars 1993. Nous vous donnerons plus amples détails dans notre prochain numéro qui sera l’occasion de clôre le dernier volet de notre tryptique sur les enjeux de l’immigration.
L’équipe se joint à moi pour vous remercier pour la fidélité et la confiance que vous nous accordez.
Eric AUGER

No 36 – Sommaire / Edito

Sommaire

En bouclant ce dossier nous nous sommes aperçus que nombreux thèmes abordés ici mériteraient un prolongement. Cependant l’ampleur du sujet rend l’exhaustivité difficile.
Fruit de plusieurs mois de rencontres, de travail entre jeunes du « Mouvement », travailleurs sociaux, universitaires et chercheurs, le numéro 36 de PEPS est conçu comme un outil de réflexion.
Le premier chapitre donne quelques clefs de compréhension en retraçant les sources de la culture urbaine et propose une définition des principaux termes employés dans ce dossier.
Le second chapitre pose un regard sur les mouvements et mutations sous la forme d’une critique sociale.
Le troisième chapitre envisage comment ce phénomène conduit à une évolution des institutions d’éducation et d’insertion.
L’équipe du dossier,
Ali ABDERRAHMANE, Hugues BAZIN, Raymond CURIE, Mehdi FARZAD, Damien MABIALA

Chapitre 1 : Mémoires

A partir du moment où on a commencé par falsifier notre histoire, il faut qu’on réagisse en reprenant notre histoire et notre culture.

  • P.6 : Le rock est mort vive le rock par Jorge de la Barre
  • P.10 : Reggae et hip-hop par Hugues Bazin
  • P.11 : Aux sources du raggamuffin par Super John
  • P.12 Nation Zulu par Damien Mabiala
  • P.14: Dix ans d’histoire dans les banlieues par Adil Jazouli
  • P.18 : Brève histoire du hip-hop français par Georges Lapassade
  • P.21 : Tag, Graff, danse et rap par Damien Mabiala

Chapitre 2 : Regards

C’est la perception de ce qui est visible : les bandes l’État, la retranscription des faits par les médias. En fait, peu de gens savent ce qui se passe…

  • P.26 : Le hip-hop dans la société médiatique par Georges Lapassade
  • P.32 : Les bandes, mythes et réalités par Adil Jazouli
  • P.34 : Histoire des bandes, reflet de la société par Maryse Esterle
  • P.38 : Identité, violence et critique sociale par Raymond Curie
  • P.41 : Histoire d’Antonio pas Pascal Obolo
  • P.42 : Vent de couleur sur la ville par Nathalie Begot
  • P.43 : Femme de Toulouse par Karima Ouabache

Chapitre 3 : Mouvement

Des jeunes disent appartenir un mouvement mais dans quel mouvement sincère les traverses sociaux entre parenthèses et autres professeurs, éducateurs, universitaires, intervenants), de quelle appartenance revendique-t-il ?

  • P.46 : Hip-hop, un défi pour les traverses sociaux par Guy Magin
  • P.48 : Pour une véritable action sociale par Anne Lyse Viel
  • P.50 : Lutte contre l’échec scolaire par Mehdi Farzad
  • P.56: Un espace culturel à l’université par Georges Lapassade

Édito

PEPS se mettrait-elle à «rapper» ? Il est de bon ton aujourd’hui pour paraître «branché» de suivre ce mouvement. Certains médias, producteurs ou décideurs peu scrupuleux cherchent à récolter quelques bénéfices en le parant des habits de la mode. Nous ne désirons pas jouer à ce «top 50» dont la superficialité transforme une aspiration légitime à la dignité d’une frange importante de la population en un simple produit de supermarché.
Il ne se déroule pas une semaine sans que paraisse un article extasie sur ce «nouveau phénomène» ou qu’un politique découvre éberlué une banlieue avec des gens qui y vivent et s’expriment, parfois avec violence.
Le nombre de paroles déversées sur le «phénomène» social et culturel urbain est inverse-ment proportionnel à la connaissance effective de ce qui se passe aujourd’hui dans la rue. Les médias, en premières lignes des accusations, représentent fidèlement un système basé sur l’immédiateté et l’événementiel. L’événement existe, il est d’un autre ordre. Sans être spectaculaire il révèle une mutation profonde.
Ce dossier – fruit du travail d’un collectif (jeunes, travailleurs sociax, universitaires,…) – s’inscrit dans une démarche d’ensemble:
Le numéro spécial de PEPS «Banlieue Cent Visages» (mars 89) suivi en mars 90 par la rencontre nationale du même nom, partait d’une intuition qui nous est apparue à tous comme une évidence:
– il existe une fracture profonde de la société, nous parlions de «société à deux vitesses»
– dans des zones urbaines – appelées «banlieues» -, étaient en train de se forger les outils qui transformeront la société de demain
– que l’un de ces outils puissants était représenté par l’expression culturelle et artistique; moyen de reconnaissance et d’affirmation d’une dignité.
– enfin qu’il était urgent et vital de tisser des réseaux, de renouer les fils d’un dialogue entre les principaux acteurs (la population des 15/30 ans principalement) et les différents partenaires et intervenants dans les quartiers (travailleurs sociaux, élus, représentants institutionnels et ministériels)
– que ces liens devaient être directs et marquer la fin de l’aristocratie de ceux qui «parlent pour..» ou «font pour…» Il fallait restituer aux jeunes leur titre «d’auteur».
Les événements qui se sont précipités depuis ont confirmé cette première perception; et quand M Delebarre rencontre directement des jeunes de Sartrouville (2), il ne fait pas preuve d’une «politique éclairée» mais d’un simple bon sens.
Nous pouvons regretter qu’il eut fallu autant d’années et de sang versé pour reconnaître l’évidence. Mais l’heure n’est plus au constat. Il est temps pour tous, non pas de mettre en place un nouveau développement, mais réinventer la notion de développement qui rangera enfin dans les rayons de la caricature les murs des cités transformés en murs d’escalade au même titre que le concept révolu «d’intégration».
Ceci exige de comprendre de façon intime les bouleversements et les mutations qui s’opèrent actuellement en commençant par ce qui en constitue la fibre même: le sentiment d’appartenance et de dignité.
Ce dossier pose une première pierre. Il sera suivi d’autres actions significatives tout au long de cette année qui reprennent les principes et la méthodologie de «Banlieue Cent Visages»: se doter de moyens de réflexion et de formation, ouvrir un espace de rencontre et d’expression…. Nos lecteurs en seront bien sûr les premiers informés.
Hugues BAZIN

(1) Le mardi 26 mars Djamel Chettouh (18 ans) habitant la cité «des Indes» à Sartrouville (banlieue nord-ouest de Paris) est tué par un vigile du centre commercial «Euromarché». Ce meurtre déclenche chez les jeunes de la cité une révolte attisée par les propos du maire de la ville qui les traite de «voyous»… Après plusieurs jours de flottement politique (aucun responsable gouvernemental n’ose se déplacer), Michel Delebarre, Ministre de la ville, rencontre une délégation des jeunes de Sartrouville le 4 avril à Versailles.

[wpfilebase tag=file id=261 /]

No 29 – Sommaire / Edito

Sommaire

DOSSIER

  • Introduction
  • La formation des instituteurs
  • Les pratiques quotidiennes _
  • L’historique de l’enseignement primaire en France
  • Conclusion par Mehdi FARZAD
  • Et si nous changions de lunettes par E. CARLIER et M. MARMIER
  • Il était une fois à Ivry-sur-Seine par Joël PHILIPPEAU
  • C’est l’affaire de tous par Nelly GAUGAIN

L’EUROPE ET LE TRAVAIL SOCIAL

  • Le travail social et la formation des travailleurs sociaux en Grèce par Pierre BECHLER

ACTION SOCIALE

  • Réveillons-nous ! par B. LEBOUILLE
  • Le secret professionnel ça existe ! . _ par Catherine VERDENAUD

RELATION EDUCATIVE

  • Beit’ham ; ou quand la maison est chaleureuse p.23 par Nelly GAUGAIN.
  • Groupe d’accompagnement social p,24 par l’Équipe de I’IRCAS

ECHO DES LUTTES

Édito

II y a un rapport au Conseil Économique et Social sur la toxicomanie parlant de soins forcés et du brave Patriarche. Il y un débat parlementaire sur l’abrogation de la loi Pasqua mariant le cher couple insécurité-immigration. Si le réflexe est un mouvement échappant à l’intelligence, les bons vieux réflexes sont toujours présents. Les cadavres que l’on croyait enterrés sous leur poids de bêtises vampirisent encore la vie sociale et politique.
Ignorance, incommunicabilité, mépris, idéologie grossièrement droitière, face à l’archaïsme d’autres réflexes vous poussent parfois à taper du poing.
Au-delà de la simple condamnation PEPS s’inscrit dans une démarche autre. Elle veut instaurer la prise de parole — les paroles sociales — comme outil de formation et transformation. Plus largement, ouvrir cette espace à la créativité.
Émanation des pratiques, la revue se veut être un outil de communication sociale où le lecteur n’est pas simple récepteur d’informations. Elle cherche à provoquer une relation réciproque.
Nous pensons que les travailleurs sociaux sont « co-producteur » du social. C’est déjà en s’autorisant à parler et écrire différemment qu’ils offrent la possibilité aux personnes qu’ils touchent quotidiennement d’être différent.
Hugues BAZIN

No 28 – Sommaire / Edito

Sommaire

I. MÉMOIRE

  • Les chemins du politique. Saïd Bouamama. P.5-6
  • -L’émigration portugaise, Joachim Soarez. P.6-7
  • Histoire du mouvement beur, Mogniss H. Abdallah, Hugues Bazin. P.8-9

II. DISCOURS ET RÉALITÉ SUR LES QUARTIERS

  • Paradoxes, J.P. Descamps. P.11
  • Ça bouge à Bondy, Raymond Curie. P.12-14 / Rock Ardennes. Solidarité P.14
  • Des flocons bleus à Grigny, Martine Gerson. P.15
  • Gennevilliers, histoire d’une Mobilisation, Hafida Charef, Hugues Bazin. P.16
  • Témoignages, Karine Veducheau, Hafida, Charef, Rodolphe Soligny, P.17
  • Texture : Penser, parler, écrire, agir et change pour la citoyenneté. Saï t Bouamama. P.18-19

III. OUVERTURE D’UN ESPACE CULTUREL

  • La seconde conquête de l’espace, Hugues Bazin. P.21-22
  • Aubervilliers Bande Comédie, Catherine. Boskowitz. P.22-23
  • Traction Avant Cie, Marcel Notargiacomo. P.24
  • Festival « Y’a de banlieue dans l’air » P.26

IV. UNE PENSÉE GLOBALE POUR DES ACTIONS LOCALES

  • Travail social et décentralisation, Raymond Curie. P.28-29
  • Démythifier le social, Hugues Bazin. P.30-31
  • Naissance d’une mutuelle. P.31
  • Délégation interministérielle pour la ville, Liliane Guigni, Nicole Martin, Hugues Bazin. P.32-33
  • Jeunesse et nouvelle citoyenneté, Saïd Bouamama. P.32-33
  • Rencontre nationale « Banlieue cent visages ». P.33-34
  • Le séjour des jeunes étrangers en France, Patrick Mony. P.35-36.

V. VERS UNE NOUVELLE CITOYENNETÉ

  • Saïd Bouamama. P.38-39
  • Bibliographie. P.39

Édito

Jeunes des banlieues et banlieue des cultures, ce numéro spécial inter-associatif (LPS -Mémoire Fertile – PEPS – STAJ) ouvre le débat. La diversité des articles est à l’image des cent visages d’une banlieue regardée habituellement sans visage.
Il y a des logiques contradictoires et des contradictions entre discours et réalité. La richesse des interventions dévoilent aussi ces contradictions. Nous avons pris ce risque. Au ventre mou d’un consensus hâtif nous préférons l’âpreté des débats préliminaires à toute construction.
Conçu comme une étape, ce numéro de PEPS conduira le groupe initiateur à l’organisation d’une Rencontre Nationale le 24-25 novembre 1989 à Nanterre. Ce sera l’occasion d’ouvrir, nous l’espérons, un espace d’expressions et de propositions.
Le droit des cités et des jeunes à s’exprimer et à être entendu soulève des vagues. Parfois surgit le vieux syndrome de « mai » dans la peur collective d’un raz-de-marée.
Sous les paradoxes pointés par le dossier se cache un malaise :
Présentés comme « fer de lance » des politiques, les jeunes sont « partenaires », « avenir du pays », « force vive ». Cependant lorsqu’ils prennent une place non attribuée, ils ne leur restent que le droit de se taire.
Ils sont alors « en difficultés », « délinquants », au pire « inadaptés », au mieux « à réinsérer ». Si ces qualificatifs justifient le mandat de l’intervenant, ils appauvrissent la lecture de la réalité sociale. Cernés dans un problème ou une maladie, on s’autorise à parler d’eux et traiter de leur sort derrière le langage éducatif de « l’autonomie des populations ».
Aussi est-il important de préserver une mémoire en suivant la trace des différentes mobilisations des jeunes de cette décennie. Il est nécessaire de partir des formes de participation et d’expression, action d’aujourd’hui, pour démystifier le discours sur « jeunes des quartiers » et « jeunes immigrés ».
Concevoir une pensée globale pour une action locale exige ce cheminement. Sans quoi l’idée de « nouvelle citoyenneté » sera comme le ravalement des mots « Liberté-Egalité-Fraternité » sur le frontons des mairies en cette année « révolutionnaire ». Elle risque d’appeler la dérision au lieu de la considération de ceux qui savent quotidiennement ce que « Droit de l’Homme » veut dire.

[wpfilebase tag=file id=263 /]

No 26 – Sommaire/Edito

Sommaire

MYTHE ET RÉALITÉ

  • De la prison au contrôle social par Jacques LESAGE DE LA HAYE, Psychologue, chargé de cours à Paris VIII
  • Démocratie carcérale : Point de repère Par Pierre TOURNIER, Ingénieur de
    recherche au CNRS
  • Logique étrange Par Dominique LEMAIRE, Revue OTAGES

PRATIQUES PRISONNIÈRES

  • Le parloir familial et conjugal par Jacques LESAGE DE LA HAYE,
    Psychologue, chargé de cours à Paris VIII
  • Exploitation d’un canal de télévision interne à la prison de Fresnes par Raymond CURIE, Éducateur en Prévention spécialisée
  • L’expérience de Turin par Raymond CURIE, Éducateur en Prévention spécialisée

EFFETS A DÉFAIRE

  • Quels remèdes ? par Dominique LEMAIRE, Revue OTAGES
  • Être détenu aujourd’hui par OUNA, Médecin, Arthérapeute en milieu carcéral
  • La récidive et sa mesure par Pierre TOURNIER, Ingénieur de recherches au CNRS
  • Interview de Mme JARNOT-SALEM, Juge des enfants au Tribunal de Nanterre (92), par Patrick FREHAUT, Educateur de l’Education surveillée

SORTIE DE SECOURS

  • Vivre ou survivre , interview de Oudina WESTPAL, Assistante Sociale au Comité de probation de Paris, par Marceline BARAHONA, Assistant Social
  • Le D 49.1: Mise sous écrou par Danièle PETIT, Assistante Sociale au Comité de probation de Poitiers

REVENDICATION

ECHO DES LUTTES

BIBLIOGRAPHIE

Édito

La gégène est passée de mode. Cette forme barbare de production électrique est laissée aux sociétés peu démocratiques, mal dégrossies. Une société développée devait se donner des moyens de torture raffinés.
Imaginons. Une nuit sans lune, un tunnel plongé dans le brouillard, oui rien de plus noir… La non-communication dans sa plus pure et implacable réalité où nuit et brouillard font se rejoindre les deux extrêmes de la logique d’une société de consommation libérale poussée à son paroxysme.
Cela peut être les caissons d’isolement sensoriel, le dernier luxe arrivé sur le marché après le walk man et les lunettes noires, comble du nihilisme où la liberté proclamée s’emprisonne elle-même.
De l’autre côté de l’ombre, cela peut être les Q.H.S. bien connus dans nos prisons, rebaptisés (Q.I., Quartiers d’Isolement) afin d’étouffer une publicité un peu gênante.
« Il faut sortir du tunnel ». Mr Arpaillange croyait que les phrases politiques devaient être appliquées à la lettre. Il a simplement dit que maintenir les Q.I., prison dans la prison, était un fâcheux dérapage puisque légalement il n’y a pas de différenciation dans le statut des détenus.
M. Rocard qui n’aime pas du tout l’isolement politique lui a rappelé les exigences de l’ouverture. Ainsi la non-communication peut elle être partagée jusqu’aux plus hautes structures de l’état. Fermez la parenthèse.
La première réaction saine face à l’obscurantisme est de se scandaliser face à l’énorme gâchis principalement humain mais aussi social et économique que représente la détention de dizaines de milliers de personnes ; auquel il faut ajouter le coût du traitement social à la sortie de prison afin de soigner sans jamais y arriver totalement les blessures causées par ladite détention.
Ce numéro spécial de PEPS réalisé en collaboration avec la

revue OTAGES ne manque pas de battre en brèche les idées reçues et les lieux communs.
Cependant, s’attaquer à la logique de l’enfermement, versant de l’ombre de la logique sécuritaire est un travail de longue haleine. Le cercle infernal est bien implanté dans les mentalités, les discours et les actes où prime la démagogie plutôt qu’une politique courageuse.
Tous les indicateurs sont aux rouges. Les prisons surchauffées s’enflamment régulièrement. Mais rien ne pourra évoluer tant que l’univers carcéral sera compris comme un purgatoire sans retour possible à la vie terrestre, « A world apart », un monde ségrégué sans emprise sur la réalité sociale et économique, sur la vie simplement. C’est le principe de l’enfermement : évacuer les problèmes en les bétonnant. On va construire de nouvelles prisons comme on creuse un dépôt de déchets nucléaires : quand ça ne se voit pas, ça n’existe pas.
Aussi ce numéro spécial est conçu comme une interpellation qui prend la forme d’un cri à travers le témoignage de détenus.
Isolement sensoriel, non-communication, humiliation, les qualificatifs de la non-existence du détenu sont aussi les formes d’une déshumanisation de la société « évoluée ». Les murs s’étendent bien au delà du périmètre de la prison.
Les différents aspects de l’isolement touche aussi le travail social. Briser ses murs et dresser des ponts entre le travailleur social et le social avec lequel il travaille, c’est aussi le but des revues PEPS et OTAGES, de ce numéro. Prendre la parole et la donner, trouver un langage, construire une pensée constituent les meilleurs moyens de n’être pas les simples exécutants d’une politique ou d’une directive, d’influencer les mesures préventives, curatives et répressives dont la prison représente l’échec flagrant.
Hugues BAZIN

No 3 – Sommaire / Edito

Sommaire

Edito P 3

Paroles aux livres p 4

Petites annonces P 5

DOSSIER : «Quelles formations pour quels travailleurs sociaux . . . p 5 à 12

ÉDUCATION SURVEILLÉE : Il reste encore des verrous à faire sauter p 13 – 14

Psychiatrie ou mort de l’objet social en Psychiatrie p 15

La vieillesse au risque de l’écologie p 16

D’DASSISTANCE GAIE p 17

Le M.A.S p 18

Droit à la famille et cité de promotion familiale . . p 19

Les T.S. et les femmes prostituées p 20

Echos – Chaos p 21

Droit de réponse à la CGT p 22

Jean-François BATELIER p 23

Edito

Beaucoup de nos amis lecteurs se demandent qui sont les personnes derrière les signatures. Légitime ques¬tion sur laquelle nous allons nous exprimer.

Les premiers numéros de PEPS ont été réalisés par le collectif Région Parisienne, avec des collaborateurs exté-rieurs.
Aujourd’hui d’autres groupes ou collectifs se mettent en place et vont pouvoir progressivement prendre toute leur part dans la conception et la réa-lisation de la revue.

Pourtant notre objectif demeure toujours l’ouverture, la participation le dialogue le plus large possible entre Travailleurs Sociaux des différents sec-teurs, ce qui n’est pas encore le cas.

Le Collectif Région Parisienne étant actuellement majoritairement composé d’Assistant(e)s Sociaux, les autres aussi d’ailleurs, nous avions jugé plus «tactique», pour ne pas hypothé-(fuer le caractère ouvert de la revue, de ne pas mentionner le secteur d’activité des auteurs d’article afin de ne pas positionner le journal, dès le départ, comme une revue d’AS ce dont nous ne voulions absolument pas.
Position qui nous est apparu à la longue intenable pour au moins deux raisons :

— l’absence d’identification des auteurs d’articles… on n’est pas des fantômes et quand on s’ex¬prime c’est bien à partir d’une place dans la division du travail social, en fonction d’une pratique qui fourni une expérience singu-lière et donc un point de vue par-ticulier sur les phénomènes ou les situations.

— le risque que n’apparaissent signés et situés que les articles d’acteurs périphériques au champ social alors que notre objectif est bien de mettre en avant les paroles des Travailleurs Sociaux.
La décision est donc prise de si-tuer nos articles ce qui leur donnera, nous l’espérons, encore plus de saveur.

L’élargissement des collectifs et de la revue aux autres secteurs du travail social reste à l’ordre du jour, alors n’hésitez pas à faire circuler très large-ment la revue pour qu’elle devienne toujours davantage un outil de paroles et de débats entre tous les Travailleurs Sociaux.

[wpfilebase tag=file id=269 /]

No 1 – Sommaire / Edito

Sommaire

Ce n’est qu’un au revoir P.4

L’argent :lien social ou institutionnalisation de la
dépendance ?  P. 6

Dossier Décentralisation

  • Un feuilleton sur 4 ans, P.7
  • CGT Santé-Éducation spécialisée P.11
  • Point de vue de la CFDT, P.12
  • Les interrogations de L’ANRC, P.13
  • A qui profite la réforme ?  P.14

Point jeunes… Point d’interrogation P.17

Le Bénévolat au service de la fugue P.19

Travailleurs Sociaux en Formation «Cessation concertée d’activité» P.19

Edito

Les travailleurs sociaux s’interrogent souvent, mais leurs propositions sont rarement transcrites quelque part. Les réponses retenues sont généralement celles de spécialistes ne se situant pas directement dans la pratique quotidienne.
Quant au champ du travail social, malgré quelques expériences
et tentatives innovantes, il se trouve découpé en secteurs isolés les uns des autres, en concurrence, s’abandonnant à l’individualisme et au corporatisme.

Ces manières d’exercer nos professions, d’y réfléchir, de suivre nos formations ne nous conviennent pas. Nous voulons essayer, avec d’autres, de modifier cette situation par :
— l’appropriation de nos paroles et de nos réflexions, leur inscription dans une mémoire sans laquelle il, n’y a ni conscience ni force collective.
— l’existence d’un espace d’échange et de large confrontation ouvert à tous les secteurs du travail social, aux courants politiques, idéologiques et syndicaux.
la prise en main de la conception et de la réalisation de la revue par les travailleurs sociaux eux-mêmes et de façon décentralisée.
— une formule vivante dans le ton, la forme et le contenu,
Rechercher le débat et l’expression des travailleurs sociaux, formuler, questionner et analyser nos vécus et nos pratiques, s’engager sur les terrains professionnels, institutionnels et lieux de formation par nos critiques, propositions et initiatives, rendre compte et participer à ce qui s’élabore dans le champ des idées et des pratiques nouvelles, telles sont les orientations actuelles de la revue.

[wpfilebase tag=file id=268 /]

No 2 – Sommaire . Edito

Sommaire

A propos des formations 16-18 ans : «Un métier pour réussir, peut-être ?»  P.4

Pratique

  • Le travail communautaire au Pays-Bas P.7
  • La suppression du service social dans les foyers migrants : « Si on te paies Madame, est-ce que tu restes ? » P.8

Dossier

  • Ilots sensibles, de l’État providence aux quartiers-soilidarité P12
  • Jusqu’où peut aller l’action sociale ? P.15

Actualité

  • Coral : ce qu’aimer veut dire P.17

Documents

  • Bilan social : un check-up illusoire P.22

Courrier

  • Petites annonces P.23

Paroles au livres P.24

Edito

«PEPS ? La nouvelle revue ? Ah oui ! C’est pas mal… Mais il n’y a que des articles de fond.» (Comprenez : c’est un peu rasoir, pour parler poliment).
Tel pourrait être le bilan du premier numéro établi à partir des réactions de nos lecteurs. Constat difficile pour les initiateurs d’une revue dite d’humeur et d’humour.
En effet, l’humour a fait les frais de la conversion douloureuse d’une bande de joyeux illuminés en pigiste besogneux suant sang et eau sur la décentralisation.
Mais, chers lecteurs, ne désespérez pas : extrêmement sensibles à vos suggestions, nous allons redoubler d’efforts pour vous éviter l’indigestion.
Aussi, vous ne manquerez pas de remarquer dès ce deuxième numéro :

  • la moindre épaisseur du dossier. (On ne l’a pas fait véritablement exprès, mais ça tombe bien).
  • le passage à 24 pages.
  • un effort de maquette. (Ce n’est pas encore ça, mais ça vient).
  • l’ouverture de nouvelles rubriques.
  • l’apport plus important d’articles extérieurs au collectif Parisien.

(On attend les vôtres).

Par contre, ne cherchez pas :

  • les bandes dessinées (on court
    désespérément après les dessinateurs).
  • les articles rigolos (y’en a pas).
  • les fiches tricot (y’en aura jamais).

Afin de relever quelque peu le ni-veau moral et intellectuel de cet édito-rial, ïl est peut-être utile de rappeler l’essentiel des principes Pepsiens :

— le contenu des articles n’engage que leurs auteurs. Cet aspect tech-nique des choses nous a malencontreusement échappé dans le numéro I. (Voir l’interview de la CGT sur la décentralisation).

— l’objectif de PEPS est de devenir un moyen d’expression des travailleurs sociaux au sens large du terme. (Conseillères en économie sociale et familiale, éducateurs, ai-des médico-psy, puéricultrices, assistants sociaux,) et non pas le bulletin paroissial d’un cercle parisien.

Ainsi, nous souhaitons transformer PEPS, comme nous ne cessons de le répéter, en un espace de large confrontation, dans lequel toutes les formes de participation seront bienvenues : articles, diffusion, création de collectifs, il-lustrations, critiques, etc…

[wpfilebase tag=file id=267 /]

 

#s3gt_translate_tooltip_mini { display: none !important; }