Avec Tom: « Eduquer au Soin ET à l’Emancipation »

Le coeur de l’Education est soin

Ceux qui ont travaillé auprès de polyhandicapés, de personnes dépendantes, de corps cassés ou souffrants  ou de très jeune enfants , le savent. Il n’est pas d’éducation qui ne passe par le corps; il n’est pas de soin qui ne passe par la main. L’éducation c’est avant tout cela: une main qui panse, une voix qui enveloppe, un regard qui soutient.

Le coeur de l’éducation est soin. de ce soin découle toute autorité, tout cadre, et tout contenu. Et c’est un grand malheur qu’on puisse devenir éducateur, travailleur social, psychologue, ou enseignant sans avoir construit un tel savoir professionnel.

C’est une illusion de croire que l’on pourrait accéder à une dimension symbolique, culturelle ou sociale du soin, qui ne passerait pas auparavant par l’expérience réelle , concrète et sans concession du soin des corps.

Ce que l’approche de l’oeuvre de Korczak apporte, nous  distingue en cela des courants plus traditionnels de l’Education Populaire, voire du « Community Organizing »: chez nous, le soin est assumé. Chez nous, nous ne renverrons personne sous prétexte qu’elle aurait besoin de soins, qu’elle rechercherait de la dépendance , ou qu’elle aurait trop de demandes.

Notre approche, en Pédagogie sociale, se distingue également des pratiques liées aux politiques dites de développement social,  ou de valorisation de la citoyenneté, justement en assumant la dimension sanitaire essentielle et en en faisant un préalable.

Le vrai sens de l’émancipation

Ne nous y trompons pas: les objectifs éducatifs et institutionnels , liés à la notion « d’empowerment », ou de développement du pouvoir d’agir, ne sont que la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus important: le renvoi dans les pratiques éducatives et sociales les plus banales , des gens à la gestion d’eux mêmes; derrière quelques concepts pseudo-radicaux, nous retrouvons souvent une morale du mérite, la plus basique et la plus éculée qui soit. On pourrait souvent retraduire ces objectifs généreux par l’affirmation : « Les gens n’ont qu’à se bouger ».

Ce que l’approche de l’oeuvre de Freire, apporte c’est justement une vision bien plus complexe que cela. Il ne peut y avoir de pouvoir d’agir, sans pouvoir de rompre. Et il ne saurait y avoir de pouvoir de rompre sans acquisition d’une conscience de soi, de son histoire personnelle et collective, comme de sa condition.

Chez nous, dans nos pratiques, la quête de l’émancipation ne consiste jamais à dire aux gens qu’ils ont des compétences ou des pouvoirs. Elle ne consiste jamais à « les responsabiliser » et encore moins à les informer de ce qu’ils peuvent faire, individuellement.  Chez nous, les pratiques d’émancipation sont collectives et communes. C’est ensemble que nous pouvons.

La communauté , milieu naturel de cette pédagogie

La Pédagogie Freinet apprend à être soi même; elle invite à l’expression personnelle et collective, par la pratique de tous les langages et une culture de la créativité, comme du travail.

En Pédagogie Freinet, chacun apprend à être soi, parmi les autres et découvrir en cela qu’il est « autre ».

Mais ce qui rend cela possible, ce n’est pas l’affirmation de l’individualisme , pas la culture du développement des compétences personnelles , pas une vague philosophie de l’épanouissement ou de la réalisation de soi.

Ce qui rend l’apprentissage de sa propre différence et de sa propre altérité possible; ce qui peut amener tout un chacun à la culture de sa propre différence , c’est la préexistence d’un « nous ».

En Pédagogie sociale, chacun peut être « Autre » car il est avant tout « Nôtre ». Une communauté est fondée et préexiste. Elle est garantie par l’organisation collective et elle prend en compte toutes les dimensions de la vie: sociale, affective , politique, cognitive et stratégique.

Nous n’avons pas, dans ce domaine, à nous battre contre des ersatz ou des faux semblants: la dimension communautaire est l’absente absolue de nos politiques éducatives et sociales avec les dégâts que l’on sait ( le communautarisme).

A la suite de Tom…

Ce que nous recherchons à travers l’apport de Tom (Stanislas Tomkiewicz) c’est l’exemple d’une action sociale et éducative qui assume des dimensions de soin, de dissidence , d’engagement relationnel, comme politique. Ce que nous recherchons à travers cet apport c’est une orientation à contre courant des institutions et politiques sociales et éducatives. Ce que nous recherchons c’est une autre voie, un horizon possible à la fois dans le domaine de la culture, du social et de l’éducation.

Ce que nous trouvons de comparable, de parallèle dans l’action de Tom et les nôtres, c’est une conscience aigüe des violences institutionnelles, des carences et des violences subies par les enfants et les jeunes, comme la volonté d’agir sans se laisser impressionner ou effrayer.

Note de contextualisation:  En lien avec le Chantier de pédagogie sociale, l’association Korczak France, les MJC de Chilly et de Savigny, nous avons décidé d’ouvrir un festival « Tomckiewicz » en novembre 2016 (18, 19 et 20 novembre, à Savigny-sur-Orge- 91) qui développera justement, en théorie et pratiques, les perspectives et l’urgence d’une pédagogie du soin et de l’émancipation. Renseignements par mail à intermedes@orange.fr 

Illusions et désillusions de la participation des publics

L’objectif de la participation des usagers, des individus et des publics est durablement inscrit dans la culture institutionnelle et professionnelle des acteurs sociaux aujourd’hui. Pour autant, au fur et à mesure que cette institutionnalisation s’est « installée », nous avons remarqué une forme de désamour et une forme de désillusion par rapport à cet objectif vertueux.

20160716_154657

Qui aujourd’hui semble croire encore que la participation des usagers pourra transformer réellement les réalités sociales vécues par les personnes et les groupes? Et pour autant, comment pourrait on soutenir le contraire?

Comprendre une désillusion suppose de s’intéresser à la génèse des choses et à ce qui dès le départ, pouvait clocher. En matière de « participation des publics »,  ce thème véhiculait dès le départ trois défauts originels, que l’on peut décliner ainsi:

  1. Qui demande la participation?  En général ce sont curieusement les institutions et les commanditaires , voire les politiciens eux mêmes qui demandent une participation dont ils attendent un regain de légitimité et une plus value démocratique pour leurs propres actions. Cela pose évidemment problème et entache véritablement tout ce qui pourrait en découler. Quand la participation est « prescrite », peut-on en attendre autre chose que ce qui était déjà prévu?
  2. Dans le terme, « participation », il y a « partiel ». Le terme même de participation suppose l’inachèvement de ce que l’on se propose de mettre en oeuvre. On ne participe jamais à la totalité d’une chose; la participation concerne souvent des petites parties d’action, des volets préalables, des étapes antérieures; en bref, … des restes.
  3. Qui pilote la participation? Enfin, le terme de participation suppose un guidage extérieur qu’on ne voit pas, qui n’est pas forcément dit ou clair. En bref, il y a toujours un pilote caché derrière tout processus dit de participation, un magicien d’Oz, un démiurge, en bref quelqu’un qui tire les ficelles. N’et ce pas contradictoire avec l’idéal démocratique que ce concept véhicule?

En Pédagogie sociale, on pourrait facilement se faire accuser de n’être guère « participatifs » . En effet, comme chacun  sait nos actions sont stables, régulières , organisées, assurées en quelque sorte que le gen y participent ou non. Nos ateliers de rue ne nécessitent aucune participation particulière; ils sont au contraire la base sur laquelle toute participation devient possible.

En réalité, la Pédagogie Sociale envisage tout autrement la question de la participation; celle ci ne peut en rester à l’état décrit plus haut. Ce qu’il s’agit de mettre en oeuvre, ce n’est pas de la participation, mais de l’implication .

IMG_1292

Et cette implication, qui n’est jamais assurée, devient possible par certaines caractéristiques de nos modes de travail et d’intervention.

Il s’agit , en particulier des principes suivants:

1/ La « clarté cognitive ». Toute participation qui serait véritable, qui permettrait une réelle implication, présuppose qu’on ait instauré une véritable clarté concernant non seulement l’action menée, mais aussi ses objectifs, ses raisons et ses moyens. On ne peut participer réellement qu’à quelque chose dont on comprend à la fois les buts et les processus ; cela suppose également que l’activité à laquelle on participe soit de même nature que le but poursuivi. C’est ce que l’on appelle « lsomorphisme » en pédagogie Freinet, c’est à dire la conformité des moyens vis à vis de fins poursuivies. C’est quelque chose de très simple, qui revient à reconnaître qu’on ne peut apprendre à être autonome qu’en étant déjà libre ici et maintenant; il s’agit, en toute chose, de préférer une action directe, sans préalables, sans projets, sans plan, sans programme, sans pré-requis ( c’est ce que nous décrivons également comme un principe « d’inconditionnalité »).

2/ La pratique , le travail sont antérieurs à toute participation. On ne peut participer qu’à une pratique ; ce qui suppose que la participation  portera toujours  sur un travail effectif et concret ; il s’agit soit d’enrichir (produire) , soit de transformer (créer) son environnement. Or, que remarquons nous dans le domaine des pratiques sociales en usage, Les pratiques de  participation  sont  le plus souvent limitées à des exercices verbaux , des réunions déliées de toute réalisation, de srecueils d’avis ou de réflexions sur des abstractions.

3/ Le groupe, la communauté sont également antérieurs à toute forme de participation. Enfin la participation nécessite l’appartenance à une communauté, et d’abord il s’agit de le créer ; pour cela il faudra développer une identité collective (par le travail, la conscientisation, l’expression et la durée).Ce groupe en lui même nécessite de la stabilité (qui repose sur une asymétrie initiale des implications) et une discipline . La discipline doit pouvoir être construite et appréciée comme ce qui permet au groupe de se réaliser lui même.

L’erreur est que nous avons  souvent l’image d’une forme de  participation qui supposerait que tout travail collectif serait déjà réalisé avant même de le commencer. C’est une illusion positive. On conçoit le système pour des individus autonomes et fictifs, déliés entre eux et déjà déterminés , autonomes et convaincus.

Or le véritable travail social nécessite de partir de la réalité qui est en général aux antipodes pour justement , la transformer.

 

DIMANCHE

17-06-2016

Aujourd’hui nous sommes de retour au jardin de Saulx-les-Chartreux , avec les Robinsons et Dusko. Nous sommes rejoins par la famille de Corinne et Mario, Eddy et Najamie.

WP_20160717_11_41_08_Pro

Un poulie viens d’être mis en place par Mario qui vas nous aider de monter l’eau plus facilement. Dusko et Philippe sont rentré sous la serre pour ranger les outils et nettoyer.

WP_20160717_14_16_42_Pro

Le feu tourne, le barbecue est en train de faire cuire les cuisses de poulet pour le repas d’aujourd’hui et la bonne humeur et la rigolade sont au rendez-vous.

WP_20160717_12_39_48_Pro

L’heure passe et nous dépasse et nous allons maintenant en finir avec l’arrosage des plants sur le terrain et sous la serre.

WP_20160717_14_16_33_Pro

A nous de gouter le bon sirop frais de cette après-midi.

SAMEDI

FESTIVAL JEUNESSE GOMETZ LE CHATEL

20160716_154804

C’est sur le thème: « Osons faire humanité ensemble » que le festival de la Jeunesse s’est déployé dans la petite commune de Gometz le Chatel, autour de sa MJC

Les Robinsons et Aven Savore étaient de la partie qu’on se le dise.

Même sans les Kesaj Tchave, notre groupe « Aven Savore » s’est produit et a dansé devant le public enchanté.

20160716_154657

Ainsi notre troupe poursuit son chemin vers une pédagogie vivante , populaire et de danse !

VILLA SAIN MARTIN

Nous sommes partis avec des activités d’eau, de théâtre, des jeux pour la petite enfance, et un ateliers création peinture. Il y avait Iasmina, Laura, Naima, Lorelei. Laura à préparer un petit parcours sportif avant que nous remplissions la piscine d’eau.

20160716_154236

 

Ensuite nous avons préparé la scène de théâtre avec le rideau, les enfants se sont déguisés, nous nous sommes assis et chacun, à  son tour, a pu réaliser un mime, avec trois thèmes: animaux, métier, et des improvisation des enfants. Puis nous avons fait des équipes et compter les points. Même Eddy à participé avec plaisir.

 

IMG_1292IMG_1290

Ensuite Iasmina a commencé les jeux d’eau, et les enfants se sont éclatés et cela c’est terminé par une grande bataille d’eau et des rires, les enfants étaient tout trempés.

Loreleï, à réaliser un atelier de fabrication de papillons en carton, et les enfants les ont peint.IMG_1289

Puis nous avons réalisé le conseil de quartier, les enfants ont beaucoup aimé toutes les activités, ils sont demandeurs pour recommencer la semaine prochaine.20160716_154158

Certain enfants ont demandé, des pistolets à eau et un foot de bataille d’eau et la peinture avec les mains. Le moment de gouter est arrivé, et nous avons pris le gouter au calme ensemble.

VENDREDI: Cuisine avec les Mamans:

Ce matin Laura et Nicolae sont prêts pour préparé la Soupe au Poulet et un peu de viande au four.

SAM_2061

Nous sommes de nouveaux avec les mamans Sadio, Oumo, Gladys qui commence à éplucher les patates et les oignons et puis un gâteaux qui est prêts pour faire la Fête de Divine et Destiny.

SAM_2062

Beaucoup de monde ont pu profiter de notre cuisine, de la convivialité creé autour de cette journée de Vendredi.

SAM_2078

Notre quête pour le repas à bien marche, les familles ont pu manger ensemble avec d’autres de la nourriture chaude, partager de la joie et de la convivialité. Ceux qui n’ont pas pu participer a notre quête trouve toujours de façons merveilleuse pour nous remercier d’avantage.

SAM_2091

Une fois le repas fini  les familles sont reparti, mais pas avant de ranger et de nettoyer avec nous.

SAM_2086

A la prochaine!

LA ROCADE

Les personnes présentes:Nicolae,Andrei,Dusko,Sandra,Loreleï,Pierre et Iasmina.Nous sommes arrivés à là rocade pour mettre en place les activités:atelier petite enfance,atelier peinture,atelier bijoux, puis 4,billard et relancer le grand journal mural du quartier: notre Dazibao.

SAM_2108

Pierre, Eddy,Jessica,Franck et Nicolae ont répété pour le spectacle du lendemain au Festival de la Jeunesse de Gometz le Chatel. AVEN SAVORE en représentation !. De notre côté, we tenait  un grand match de foot un avec un grand groupe de garçons.

SAM_2107

Iasmina avec Rachida et un groupe de filles ont construit une maison et un lit pour le bébé les autres enfants elle jeux à dînette.SAM_2105SAM_2112

Sandra,Lorelei et Najami plus les autres elle fait des bijoux.Les temps passe très vite on passe au conseil de cartier et au délicieux goûter pour aujourd’hui voilà.A très bientôt :):):)

SORTIE  A PARIS
Participants enfants : Carolina, Destiny, Sidi, Franck.

Participants adultes :Alissonne et Laura

Nous nous sommes tous rejoins au local à 10H30, Kenzy est allé chercher Destiny et Franck à l’hôtel, Sadio est venue avec Sidi et Carolina avec Iasmina. Une fois tous réunis, nous avons pris le bus 297 afin de se rendre à la gare de CHilly Mazarin, pour prendre le RER C. Le trajet était long mais les enfants étaient plein d’énergie. 20160715_16261320160715_143441

Arrivés sur place , nous avons marché vers la Tour Eiffel afin de prendre le déjeuner qui avait été préparer en amont par Laura et Alison. Nous avons donc mangé sur la pelouse au pied de la Tour Effeil et une fois le repas terminer les enfants avaient repérer un tuyau d’arrosage te se sont amuser à s’arroser en se mettant en dessous.

20160715_142024

Ensuite, nous nous sommes baladés et avons pris des glaces aux enfants, deux à la fraise et deux à la menthe, sous la tour Eiffel. Pendant ce temps Destiny s’amusait à chasser les pigeons. Nous avions repérer un carrousel et nous avons décider, suite à la demande des enfants, de leurs payer un tour de manège. Au début, Destiny, Sidi et Carolina ont eu peur, pas Franck mais une fois le manège mis en marche les enfants ont oublier leurs appréhensions. Carolina était sur un lion, Franck sur un cheval, Sidi et Destiny également.

Une fois le tour terminé, les enfants en ont demander un autre mais cela n’était pas possible car c’était trop cher. 20160715_14181420160715_140105

Enfin, nous nous sommes installés sur la pelouse pour que les enfants s’amusent et jouent à chat et à cache-cache.

Au moment de partir nous nous sommes balladés le long de la Seine, les enfants ont vu les bateaux mouches circuler. Le retour fut calme car les enfants, après s’être défouler et amuser toute l’après midi, était fatigué et se sont endormis. Laura a du porter Destiny et Alison Sidi afin de rentrer au local.

20160715_133221

Cette belle journée permis aux 4 enfants de partager de beaux moments de rire, de joie, d’amusement et de plaisir. Ils étaient tous satisfait, adultes comme enfants, de cette journée à la Tour Eiffel. 🙂

MERCREDI

ATELIER BONDOUFLE

Les personnes présentes: Laura1,Sandra,Jenica,Madalin,Laura,Dusko,Loreleï et Iasmina.Nous sommes allé sur le camp bondoufle. Une fois arrivé nous avons installé les activités:la petite enfance,atelier musique avec les instruments,atelier Kampala et atelier créatif.

20160713_144301

20160713_15252420160713_152629

Nous commence avec un grand jeux collectif tous ensemble (« Savore »), les jeux collectif (tic,tak, boom avec un pouliche en milieu. Tous ils son aimé même il avé de papa qui il son participer.Une fois fini nous mettent en place le atelier créatif.

IMG_1265

20160713_153340

Chacun a été invité à réaliser un dessin sur une grande affiche.

Den côté un grand atelier musique il avé ils son chante et aussi dansé.IMG_1245IMG_1276

Tout très bien marché le temps il passe très vite nous passons au goûter  et voila pour aujourd’hui.

Les 3 rétablissements fondamentaux en Pédagogie sociale

En Pédagogie sociale, nous ne partons pas d’un schéma simpliste qui partirait de l’individu et de ses problèmes éventuels, pour aller ensuite vers la société. Ce schéma psychologisant est en effet sans issue puisqu’il se contentera d’expliquer les problématiques sociales , par elles mêmes (comportements individuels, prédispositions) sans jamais fournir le sens de leur contexte. En quelque sorte, on enterre les problématiques sociales dans ceux qui les subissent.

WP_20160710_14_28_53_Pro

En Pédagogie sociale, nous partons d’une situation beaucoup plus complexe mais également plus riche; nous prenons en compte les violences  économiques, sociales, administratives, politiques et personnelles  que subissent groupes et individus de manière inégale comme élément premier.

C’est à partir ce cette prise en compte initiale que nous pouvons associer l’environnement à l’analyse du problème et envisager des issues dynamiques.

Nous ne partons pas de considérations qui se cantonneraient sur une vision statique de la société est de l’existence: l’individu, les institutions, les situations; mais au contraire, nous observons les dynamiques à l’oeuvre et principalement les violences premières et sociales.

Ceux qui travaillent auprès de nous , sont en général , particulièrement déstabilisés et remués par la découverte de toutes ces violences; la proximité que nous mettons en oeuvre avec les publics y compris les plus invisibles, fait que les pratiques, en pédagogie sociale, mettent en contact ceux qui les agissent de manière très abrupte et crue avec de grandes violences qu’ils auraient cru inimaginables. Enfants déscolarisés, collectivités cyniques et rejetantes, enfants et familles jetées à la rue, déni des droits fondamentaux des enfants et familles par les structures et parfois les professionnels mêmes qui sont censés les promouvoir… Ce n’était évidemment pas ainsi qu’on voyait les choses, qu’on imaginait son environnement, ses administrations,et parfois même le métier auquel on se destinait.

Certains en viennent paradoxalement à en vouloir à ceux qui luttent contre ces violences , du fait de les rendre visibles.

Or c’est justement  ce dévoilement, la prise en compte , la reconnaissance de toutes ces violences que l’on préfèrerait voir cachées, qui fonde toute la pertinence de nos approches.

C’est à partir de ces violences premières que nous pouvons envisager la pédagogie sociale comme une forme de réponse , qui se décline dès lors sur trois plans identifiables et complémentaires.

De même que, selon B Stiegler,  les phénomènes de violences et de déliaisons attaquent les groupes et les personnes successivement sur leur pouvoir de travailler (produire), habiter (avoir des relations sociales) et exister (épanouissement personnel), nous relevons que les pratiques de pédagogie sociale telles que nous les déployons contribuent à 3 rétablissements.

Ces trois rétablissements correspondent exactement mais en sens inverse , à ces trois stades que B. Stiegler qualifie de processus de prolétarisation.

Premier rétablissement: rétablissement de soi

Dans un premier temps, les effets de la pédagogie sociale s’apparentent à du soin, de l’attention. Les relation que nous mettons en oeuvre sont chaleureuses, enveloppantes. Elles n’apportent pas tant de cadre que des contenus relationnels positifs et bienveillants. Leur effet est de faciliter un sentiment de reconnaissance, et de sécurité personnelle pour les individus de tout âge qui en bénéficient.  Ce mode de travail relationnel et social prend en compte la globalité de la personnes avec tous ses besoins y compris psycho-affectifs.

Second rétablissement: Acquérir le pouvoir d’habiter

Dans un second temps, le travail en pédagogie social s’attache à recréer « de l’habitation », du pouvoir à investir son environnement, à s’y affirmer, y laisser des traces, s’y exprimer. Il s’agit de reconquérir un territoire pour les personnes et pour les groupes . Il s’agit de s’approprier un espace non pas individuellement mais avec et aussi pour les autres autant que pour soi. Ce second rétablissement est fondamental car il contribue à créer un environnement habitable, un « milieu » entre soi et les autres.

Troisième rétablissement:  Acquérir le pouvoir de produire et transformer

Enfin , dans un troisième temps, la pédagogie sociale pose la question de l’oeuvre et du travail pour tout le monde. Il s’agit de reconquérir le pouvoir , non seulement d’habiter son espace mais aussi de le transformer , de produire et de l’enrichir. Le travail devient dès lors la véritable base d’un lien social qui ne tourne pas en rond sur lui même. Il ne s’agit plus comme on le lit trop souvent dans des projets au kilomètre de « créer du lien social », ou « tisser des relations ».

Rien ne vient jamais à partir de rien; aucune relation ne se tisse sur du vide. Ce que nous apprend la pédagogie Freinet, nous le savions depuis toujours: c’est le travail qui rend possibles les relations et les organisations.

Ces rétablissements sont des expériences à vivre. Il ne s’agit parfois que de moments d’exception, des moments fugaces. Mais pour autant, ces expériences sont essentielles . Elles sont dès lors un levier sur lequel la personnes ou le groupe peut s’appuyer pour changer les choses.

 

DIMANCHE

Dimanche Jardin

WP_20160710_12_49_41_Pro

Aujourd’hui il faisait très chaud, je suis allé cherché tout le monde au point de rendez vous, j’y ai trouvé Jessica et Zohra, nous sommes allé faire les course, pour acheter du pain et des saucisses, ensuit nous sommes allés au jardin.

 

WP_20160710_14_27_21_Pro

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons commencé par mettre la nappe sur la table, allumé le barbecue, faire cuire le poulet et les merguez.

WP_20160710_14_05_03_Pro

Nicolae est venu avec la famille et Grazziela et ses deux petits frères, au moment du repas. Tout le monde a bien mangé, c’était très bon, ensuite tout le monde s’est mis a travailler.

 

WP_20160710_14_28_53_Pro

WP_20160710_13_21_23_Pro

On a désherbé la parcelle des courgettes, mon beau père a mis des tuteurs pour les haricots. On a tous pris le soleil parce qu’il faisait très chaud. Zohra est même allé s’allonger. Les enfants on arrosé les baques a fleur. Ça a été une super journée, a très bientôt.

On a de-serbe la parce l des courgettes,mon bon père il la faite de pique pour les haricot on tous prie des soleil pars que il fasse très chou Zohra il se allonge par apport aux chou ,les enfants ils on arrose les petite baque u on a des fleur et plants aromates,voila pour cet semaine sa été une superbe journée à très bientôt.

SAMEDI

ATELIER VILLA SAIN MARTIN SAMEDI

Les personnes présentes: Nicolae,Dusko,Jenica,Andrei,Loreleï et Iasmina.Nous sommes allé à villa saint Martin pour mettre en place les activités.SAM_2018

Nicolae et Dusko ils son parti à Champlan pour chercher les enfants et répète pour le prochain spectacle. Une fois arrivé nous mettonsde la musique on a commencé dansé comme les fou.

De l’autre côté Iasmina et Lorelei elle fait un grand atelier de pâte sel avec des modèle et les penture avec les enfants.SAM_2020

SAM_2025

On même temps on écoute la musique et tous on chante (aven savore). Tous contents de l’atelier et aussi triste que les temps  passe on commence a faire le conseil de quartier avec les enfants et le gouter voilà pour aujourd’hui.

A très bientôt :):):)

 

Atelier de Ballainvillier

20160709_145135

Nous sommes arrivée à Ballanvilliers vers 14h30. Les enfants, nous voyant arrivés, étaient contents de nous voir. Nous avions préparé un parcours accompagné de jeux d’eau ainsi que d’une piscine à balle rempli d’eau également. Une pinata fut préparé en amont par Naïma.

Les enfants étaient nombreux et de tout âges.

Nous leurs avons montré le parcours sportif, avec un principe simple qui était le suivant : les enfant devait traverser un parcours avec des saladiers rempli d’eau afin de faire monter le niveau d’eau de la piscine. Le premier essai fut compliqué car les participants étaient nombreux mais le deuxième essai fut un succée.

20160709_145313

A la fin du parcours nous nous sommes tous retrouvé autour de la piscine, et tout les enfants ont commencer à s’arroser. Cela devint une énorme bataille d’eau ou tout le monde participa avec plaisir. Certains se mirent dedans, d’autre sont partis chercher des bassines chez eux rempli d’eau et tout le monde fut mouillé de la tête au pieds. Ce fut un moment de joie, de rire et de partage.

20160709_150548

Arrivé à la fin de la bataille d’eau, adultes et enfants, se réunifièrent autour de la pinata. Leurs yeux étaient bandé avec un foulard et ils devaient taper dans cette dernière. Les petits commencèrent et ce fut l’un d’eux qui ouvrit la pinata. Tout les bonbons tombèrent et tout les enfants se ruèrent dessus afin que chacun y trouve son compte.

20160709_152345

Après toute cette agitation et cette bonne ambiance, nous nous rassemblèrent autour d’un goûter.

20160709_152903

Cet atelier fut un partage et un amusement entre adultes et enfants ce qui a permis de maintenir un climat de joie et de plaisir.

Nous sommes tous rentré mouillé.

VENDREDI

Atelier Champlain le vendredi

Les personnes présentes étaient Laura, Sandra, Lorelei, Dusko et Isaline.

Arrivés à Champlain, nous sommes allés chercher les enfants dans le bidonville pour qu’on soit le maximum possible. Il y avait une quinzaine d’enfants.

WP_20160708_15_05_28_Pro

Au programme, peinture et coin petite enfance. Nous avons apporté une grande affiche afin que les enfants peignent sur un thème donné : la nature. Ils ont pu décorer l’affiche à l’aide de paillettes, de plumes, de feutres. Puis d’autres enfants étaient occupés à décorer une plaque représentant l’association Intermèdes Robinson. Le groupe était motivé et les enfants ont tous participé.

WP_20160708_15_05_48_Pro

WP_20160708_15_33_50_Pro

Il y avait aussi un atelier dinette et scoubidou.

Nous avons beaucoup apprécié la compagnie des adultes avec qui on a pu chanter, danser et discuter. Puis nous avons improviser une petite répétition pour le projet Aven savore car les enfants en avaient envie. C’est l’heure du goûter. Nous nous asseyons tous ensembles, enfants et adultes. Au menu, gâteaux au chocolat, cookies, orange et sirop pour nous rafraichir un peu. Le goûter s’est passé dans le calme et tout le monde a profité de ce moment convivial.

WP_20160708_15_34_12_Pro

WP_20160708_15_34_31_Pro

Il est l’heure de partir, les enfants nous aident à ranger le matériel. Nous aurions vraiment aimé rester plus longtemps mais le temps est passé vite.

A la prochaine

 

JEUDI

ATELIER MASSY

Les personnes présentes:Sandra,Iasmina,Yann et Laura.Nous sommes allé sur le atelier de Massy,une fois arrivé nous avons installé les activités.

20160707_154241
La petite enfance plus les cerceaux pour les enfants bien sur avec Sandra.Laura elle la prépare une salade des fruits avec les enfants qui elle très bonne et délicieux.

20160707_163520

Yann il fait les grands jeux(puis 4 et billard) ce été un bêle et grand partie.Et dès lotte côté Iasmina elle prépare avec Khais,Dylan et Chaines la pâte sel pour faire des modèles et les penture âpre.

20160707_154136

20160707_161928

Le temps ils passe très vite on passe au rassemble des personnes et au goûté et voila à bientôt :):):):)  

ATELIER SKATE-PARC JEUDI

Avec Abdel, Lorelei, Genica et Isaline.

Nous sommes arrivés sur les coups de 14h45. Une fois le matériel sortis, nous installons les différents ateliers. Au programme, coin petite enfance avec dinette, atelier peinture sur du carton et jeux collectifs.

Les enfants ont peint sur du carton à l’aide de paillettes, puis nous les avons accrochés à la vue de tout le monde sur un grand fil attaché au lampadaire a plus de 3 mètres de haut ! Certains enfants ont même confectionné plusieurs peintures. Les enfants motivés pour faire un football ont fait un petit match avec Jenika. Avant le gouter, nous avons organisé un jeu  « de sardine » avec le groupe; le but du jeu est de retrouver la personne cachée et de se cacher avec elle.

C’est l’heure du goûter, au menu brownies, cookies et sirop qui était le bienvenu avec cette chaleur. Malheureusement, c’est l’heure de partir, les enfants nous aident à ranger tout le matériel dans le camion.

PS: On oublié de prendre un appareil photo, mais promis la semaine prochaine ou vous en ramène de belles !

A bientôt

Jardin de Saulx JEUDI

Nous partons de nouveaux pour une nouvelle après-midi au jardin avec les adultes mais entre-temps nous allons déposer les autres au Skate Park pour leurs activités et puis nous reprenons le chemin qui mène au jardin.

SAM_1943

Dès notre arrivée on commence à partir dans tous les sens et faire plusieurs choses à la fois séparément.

SAM_1936

Pendant que Andrei monte l’eau du puits, Nicolae arrose les tomates sur la petite parcelle et Laura sous la serre et puis les autres Jessica et Franck part pour une mission  de nettoyage et de ramassage des poubelles dans tout le jardin.

SAM_1927

On arrose les tomates, puis les salades et ensuite les haricots, les poivrons, les piments, les courgettes, potirons et poireaux, radis, persil.

Enfin nous avons fini, et nous allons tous maintenant prendre un bon goûter frais !

A bientôt.

MERCREDI

Au potager d’Intermèdes :JARDIN MERCREDI

Aujourd’hui  on reprend la séance habituelle de jardinage avec les enfants. A nos côtés il y à Marylor (animatrice d’enfants) qui passera l’après-midi avec nous au jardin.

WP_20160706_15_12_19_Pro

Avec un beau groupe de six enfants du camp de Ballainvilliers et notre compagnie Robinson on commencera   un arrosage complet au jardin avec les filles et garçons et cependant un petit tour de jardin avec Nicolae et Marylor on prépare.

WP_20160706_14_36_09_Pro

Des petits jeux viennent compléter la journée, animée par Marylor et Alex : Ninja et Devine-qui ? et puis à la fin on finis tous dans l’herbe à se retourner dedans.

WP_20160706_14_35_30_Pro

La journée S’achève à la fin et nous arrivions aussi au bout de nos forces mais on espère se rafraichir avec un bon goûter.

Ciaw !

Atelier Bondoufle

Avec Lorelei, Sandra, Alison, Abdel, Laure, Laura, Dusko, Madaline, Neima, Sophie, Harouna, Sophie, Francesca et Isaline.

20160706_150622

Aujourd’hui, nous étions nombreux à Bondoufle, ce qui nous a permis d’élargir nos activités et notre programme.

20160706_150904

Arrivés sur les coups de 14h30, nous avons demandé aux enfants de former un cercle pour apprendre les prénoms de tout le monde. Laura appelait les enfants un par un puis ces derniers devaient dire « présent(e) ».

Ensuite nous avons chanté une petite chanson intitulée « un éléphant », les enfants répétaient les paroles en français, ce qui est plus simple pour eux. Afin de dynamiser un peu le groupe, nous avons commencé une sardine, le but du jeu étant de chercher une personne qui se cache et dès qu’on la trouve de se cacher avec elle.

20160706_154241

Une fois le jeu fini, nous commençons les activités. Au programme, atelier peinture sur les murs pour décorer le bidonville, atelier écriture avec les cahiers des enfants, petite enfance avec un coin dinette et Kapla et atelier crêpes avec les mamans avec un petit coin thé.

20160706_154614

Allisonne a aussi improvisé un petit football avec les enfants motivés.

Il est déjà 16h, c’est l’heure du goûter. Nous nous rassemblons tous ensembles. Au menu : brownies, brioche, pommes et sirop. Pour finir, nous rangeons tout le matériel et les enfants nous aident à charger le camion. Nous aurions bien aimé rester plus longtemps. C’était un très bon atelier.

20160706_160151

Les urgences chroniques

Les études épidémiologiques en matière de santé sociale mettent en évidence la prévalence des affections médicales chroniques chez les personnes pauvres et précaires , alors que les problème de santé des classes sociales plus favorisées se situent davantage dans le domaine de « l’aigu ».

WP_20160702_15_40_46_Pro

La santé n’est pas seule en cause; une certaine forme de chronicité s’abat en effet sur tous les problèmes que peuvent rencontrer les familles pauvres et précaires. Il n’y a pas que la santé qui soit « chroniquement mauvaise », mais c’est évidemment la situation financière, la question du logement, de la scolarité et de l’emploi de tous (et particulièrement des jeunes) qui souffrent … de difficultés CHRONIQUES.

La vie des précaires est également marquée par la chronicité sur le plan moral et psychologique: morosité et dépression y sont beaucoup plus courants … y compris et surtout pendant l’enfance.

Ce qui est toujours étonnant c’est de voir comment toute cette chronicité aboutit souvent à des services d’urgence médicale et sociale qui , en milieu populaire , deviennent des files d’attente interminables, et des centres de distributions de semi solutions sans lendemain, ni traitement de fond.

Ainsi en banlieue et milieu populaire les services des urgences hospitalières voient ils affluer « toute la misère du monde « qui vient comme y échouer et y rebondir.  De même le services dits d’urgence sociale avec leur attente téléphonique et musicale interminable (vous voulez essayer? Appelez le 115, vous verrez)

Il faut paradoxalement une solide santé et un solide morale pour survivre aux services d’urgences… qui s’adressent aux difficultés endémiques et chroniques de notre société.

En pédagogie sociale , on ne répond pas par de l’urgence sociale à ce qui relève des problématiques de fonds et chroniques de notre temps. On essaie au contraire d’y répondre PAR DU DURABLE. Et le durable, au fond c’est presque le contraire du « Chronique », car tout ce qui est chronique, repose toujours sur un cycle, et une forme d’oubli qu’on  a déjà fait mille fois le même chemin, et les mêmes démarches. Le durable repose au contraire sur la mémoire et sur l’effort pour aller un peu plus loin, pour « en sortir », enfin. En  bref la chronicité, c’est un peu un « truc Alzheimer », un phénomène de notre temps.

Nous nous préférons la mémoire des temps vécus ensemble, de nos rencontres inoubliables. Nous préférons la mémoire de ce que nous avons commencé il y a  longtemps, de ce que nous avions décidé quand nous étions plus jeunes, et même quand nous étions enfants. Nous préférons ne forme de fidélité  , non pas vis à vis d’une cause, mais vis à vis du temps.

Sur nos ateliers, dans notre local, nous rencontrons tous les malheurs chroniques et épidémiques de nos villes et bidonvilles et nous y répondons sans urgence , sans nous dire a priori « ce n’est pas possible »,  ou « on ne peut pas s’en occuper ».

Car nous n’apportons aucun remède immédiat pour faire taire les symptômes sociaux, nous pouvons les supporter , c’est aussi dire un peu « les souffrir ».

Parce que nous savons souffrir ces problèmes, nous pouvons alors faire en sorte qu’ils fassent moins souffrir. Ce n’est déjà pas si mal. C’est déjà un grand pas.

Nous pouvons alors apporter d’autre chose que des remèdes sans lendemain et des cache -misères. Nous n’éliminerons pas les problèmes qui bougent les gens et les systèmes. Nous y apporterons peut être quelques couleurs. Ce n’est pas grand chose; mais il serait difficile d’en rêver davantage.

DE JEUDI A DIMANCHE: AVEN SAVORE !

IMG_20160702_191435

Comment raconter la magie? Comment raconter l’émerveillement? Avec AVEN SAVORE, nous ne faisons plus du travail social, mais de la magie sociale.

IMG_8485-1

Prenez 21 Robinsons et ajoutez 30 KESAJ et encore 10 YEPCE , et vous aurez AVEN SAVORE.

IMG_20160703_135655

Pendant 4 jours, nous avons vécu sur les mêmes rythmes, chanté les mêmes chansons et dansé ensemble.

Jeudi soir, ce fut d’abord la conférence , « le chant et la danse en pédagogie sociale », à l’université de l’Ouest.

IMG_8401

Cela a été suivi immédiatement par la pratique, et dans la fac, nos enfants et nos jeunes se sont mis à chanter et danser jusqu’à faire trembler les murs.  Retrouvailles de nos groupes, réglages entre nous… Ce n’était que le début. Il y eut d’ailleurs une répétition au gîte des Kesaj, tard dans la nuit…

IMG_8411

Le lendemain, il y a eu  d’abord une répétition générale, en ville …

IMG_8432

Puis, au festival du Mur du son, à Murs Erigné, on remettait cela avec un concert en ouverture du festival.

IMG_8448

Puis le grand jour est arrivé: samedi,  avec la Flash mob en ouverture du festival musical des Ponts de Cé.

IMG_8488

Avec une fanfare, les Robinsons et les Kesaj ont rassemblé et amené tout le public jusqu’à la scène . Puis, là … concert.

IMG_20160702_182924

Un moment d’abord les Kesaj seuls mais ils ne s’étaient même pas aperçus que deux Robinsons s’étaient fondus parmi eux : le petit Théo, 9 ans, habitant du bidonville de Champlan avait trouvé sa place chez les Kesaj.

Puis, cela a été notre tour de monter sur scène et la troupe AVEN SAVORE (les Kesaj et les Robinsons) se sont retrouvés pour un spectacle de plus en plus entraînant.

Dimanche : c’étaient les larmes. Les KESAJ partaient et nous aussi. Retour vers le 91…

IMG_20160703_135518

C’est le moment où on se rend compte de tous les liens qui se sont tissés. Tout le monde pleure.  Et celui que nous pleurons le plus, c’est « notre » DOMINO national; celui a vécu avec nous, parmi nous, pendant plus de six mois.

Cette fois des kilomètres nous séparent. C’est sûr, bientôt, nous allons le combler Car Aven Savore va continuer, Aven Savore va continuer. Il est des mouvements qu’on n’arrête pas.

SAMEDI

ATELIER VILLA SAINT MARTIN

Les personnes présentes:Iasmina,Sandra et Audrey.
Nous sommes allé à villa saint Martin pour faire les ateliers de rue.Une fois arrivés nous avons installé:petit enfants,des cerces, jeux société,des grands jeux(billard,puis 4) et un match de foot.IMG_1199

Les enfants sont venus  pour participer aux activités des Robinson.Iasmina,Carolina,Maissa, Ymene et encore plus: on a profité des jeux, du billard . Nous comptions les points en riant.

IMG_1185

De l’autre côté Audrey a fait des jeux société avec le enfant comme (Blokus,eiertanz et trio minis,etc) Puis nous avons fait un match de foot. Tout le monde a triché. Tous contents de cet après-midi nous sommes passés à « l’assemblée des présents »et après au goûter.
IMG_1207

 

Balainviliers

Nous sommes partis sur le thème du carnaval, avec des déguisements et du maquillage pour faire une petite fête avec les enfants du bidonville.

WP_20160702_15_51_13_Pro

WP_20160702_15_40_46_Pro

Nous étions quatre personnes : Laura, Laura bis, Isabella, et Naima. On est arrivés sur le camps, nous avons installés le matériel et les enfants ont été étonnés de voir tous les déguisements et aussi que nous étions déguisés aussi.

 

Une fois que les enfants ont choisis leur déguisements nous les avons maquillés. Ensuite, nous avons fait une ronde et chanté des petites chansons dans les trois langues : français, roumain, et roms. Puis nous avons mis de la musique et tout le monde à dansé.WP_20160702_15_04_56_Pro

Les enfants ont beaucoup aimé cet atelier de déguisements, le temps est passé très vite et nous n’avons pas pu faire du théâtre avec les enfants. Les mamans ont également participé et filmé leur enfants maquillés, déguisés et en train de danser.WP_20160702_13_35_04_Pro

Le moment de goûté est arrivé et les enfants ont dit ; «  Revenez la semaine prochaine avec les déguisements et le maquillage ».

VENDREDI:

ATELIER DE LA ROCADE

Participants : Iasmina, Naïma, Sandra, Laura, Yann, Pierre, Alison.

Nous sommes arrivés vers 14h30 à la Rocade. Nous avions prévu plusieurs ateliers : maquillages, flipper en bois, jeux de ballon, musique (chant) et coin petit enfance.IMG_1160

Les enfants jouaient sur l’air de jeu au ballon ce qui nous permis de faire un foot.

IMG_1158

Les ateliers se remplissaient, les échanges avec les enfants étaient nombreux ce qui créa une une super ambiance.

IMG_1161

Pierre fit chanter Eddy et d’autres enfants ravi de pouvoir chanter dans un micro. De plus, nombreux jouait au flipper en bois en inventant des règles pouvant faire participer tout le monde.

IMG_1172

Enfin, vint le conseil de quartier, les enfants se réunifièrent sur le tapis et prirent le goûter. Les enfants semblaient ravi et l’atelier réussi.

JEUDI

ATELIER AU SKATE PARK

Participants : Marie, Laura et Alison

Nous sommes arrivées au Skate Park vers 16h30. Nous avions prévu de faire une activité ballons ainsi que dazibao.

WP_20160630_16_59_57_Pro

Une vingtaine d’enfants se sont installé avec nous afin de choisir leurs ateliers. Les mamans sont également rester car il y avait un maximum de jeunes enfants. L’ambiance était détendu.

WP_20160630_17_00_56_Pro

Marie et Alison sont allées avec trois enfants s’amuser au Skate Park. Cependant la pluie est venu nous surprendre nous avons donc dû ranger le matériel mais cela n’a pas empêcher professionnelles et enfants de garder leurs bonne humeurs.

WP_20160630_17_01_16_Pro

WP_20160630_17_34_45_Pro

Une fois la pluie calmer nous avons dit au revoir aux familles et sommes rentré.

 

Atelier de Massy:

 

Les personnes présentes: Iasmina,Laura,Yann,Sandra et Virgil.Avec un grand plaisir et un grand sourire nous sommes allé à Massy pour les activités.

Une fois arrivé nous mettons les tentes parce que le temps n’est pas très bon et pour se protéger de la pluie.Yann,Laura et Virgil et plus les enfants ont fait un match de rugby.Tout le monde adore et on joue sans interruption.

IMG_1131

Et après le match ils ont joué à puissance 4 et le grand billard anglais.Sandra a lu de histoire pour les tout-petits et jeux à la dînette.

IMG_1136

Les mamans s’approchent doucement pour voir leur petit enfants,Sandra les invite a venir discuter avec elle.

IMG_1133

De l’autre côté Iasmina, avec un groupe des filles, ont fait un atelier créatif (des rouleaux de papier toilette,des feuilles et de la peinture pour faire un papillon) ce passe très vite tous elle son triste me on va continué toute le jour.

Encoure le temps il passe très  vite on fait le conseil de quartier et puis le goûter voila.

IMG_1138

A très bien tout :):):):):)))

 

MERCREDI:

Atelier du Jardin:

Aujourd’hui au terrain de Saulx, nous étions accompagnées par Sagida, Yaëlle, Soledad, Andreea, Mercedes, Andreea( fille de Laura), Eugenia( mére de Nicolae), Roni, Emanuel, Andrei, Madalin et Nicolae.

Nous étions très nombreux et ça tombe bien car pour cette après-midi il y avait du boulot pour tout le monde. Nous avons pu partager les tâches de l’après-midi  entre nous et les plantations des salades, ont été faites par Nicolae et Madalin  avec Sagida et yaelle, et cependant Eugenia  avec Andrei, Emanuel, Roniont pu planter des haricots de Roumanie.

Les filles se sont occupées plutôt de l’arrosage des tomates sous la serre et sur le terrain et puis encore dans les bacs des palettes.

Des envies, des énergies, et surtout des sueurs ont fait de nous des vrais guerriers de jardinage et finalement on finit et on peut prendre tous ensemble le goûter.

Au plaisir de se revoir !

Bondoufle:

IMG_1112

Les personne presente :Iasmina , Mariam, Marie , Hafsatou, Dianke, Laura,Kenzy,Laura et Gratiela.

Nous somme arrivée sur le camp de bondoufle , une foi arrivée nous avons commence les jeux collective ( avec la craie nous avons dessine par terre avec les enfant des grande forme geometrique )

IMG_1113

Les enfants on appris les couleur et les forme geometriques qui ont dessine par terre ensuite nous avons installer les tapi la petit enfance la cuisine et la danse

cuisine avec les enfant pop corn au menu

danse roumaine et danse hip hop

IMG_1122

petit enfance jeux des kapla

IMG_1117

Iasmina elle a pris 5 adolescents pour jouer a la marelle

Pui a la fin des animation nous avons rassemble tout les enfants sur le tapi pour faire un conseil sur les activité proposer et puis on les a demande si il avais aimer ou pas ?

A la fin on a tous pris le gouter ensemble

menu du gouter :

pop corne , banane et sirop

On a passer une très bonne journèe !!!!!!

 

 

 

Déraillages et exit en tout genre

Une société qui déraille est une société qui perd la capacité d’anticiper ses propres soubresauts et la possibilité d’imaginer ses scenarios d’avenir. C’est une société qui , à l’image des précaires qu’elle a engendrés ne peut plus se projeter.

WP_20160625_17_05_41_Pro

Ce démaillage social, qui prend des allures mondiales, se  met en place à partir de trois étapes observables et qu’on peut repérer et analyser chacune pour elle même. Il s’agit des effets sociaux des politiques économiques et sociales, dont les effets sont comme là, devant nous.

Déliaisons

Ce que nous vivons sur l’échelle locale comme globale, c’est d’aborde l’effet des mille déliaisons qui façonnent dorénavant la vie des gens. Ruptures précoces, ballotages, déracinements de toutes sortes. Privation de l’environnement familial , comme local. Impossibilité de s’installer nulle part , de prendre ses aises, de poser ses bagages, d’entreprendre et de suivre ce que l’on a commencé.

Serge Paugam étudie depuis des années les liens qu’il y a entre les ruptures individuelles, personnelles et les phénomènes sociaux de déliaison, de sécession et d’absence de relation de loyauté ou d’identité collective avec les institutions et la collectivité.

Ce phénomène n’est donc pas si récent. Il trouve ses origines à l’aube des années 80 au moment de la faillite du monde ouvrier. Ce qui est plus récent, aujourd’hui, c’est que ce phénomène de déiliaison ne s’exprime quasiment plus dans la vie publique. Il est devenu souterrain, invisible, et constant.

Désynchronisation

Ce qui fait que nous en sommes plus « en phase » avec ce qui se jour dans de nombreux milieux, avec le vécu des enfants, des adolescents et même des familles précaires, c’est que nous avions connu une véritable désynchronisation sociale. Les institutions, les collectivités locales , comme nationales se sont tout simplement mises à l’écart de ce qui agite la société. D’un coup, ce n’était plus leur affaire.Des filtres ont été installés, comme autant de modalités d’éloignement du peuple précaire. Blocage des publics par des procédures internet, téléphoniques administratives et techniques impossibles;  rendez vous obligatoires, procédures qui norment les rares occasions de rencontre; éloignement des structures de décisions par rapport au terrain. Tout  été fait pour découpler  , et rendre quasiment indépendants deux mondes qui dorénavant ne sont plus en contact: celui pour lequel tout ne va pas si mal et où il y a  des choses et des structure « qui fonctionnent encore ». Et celui qui a fait faillite depuis longtemps et qui ne pourra pas s’en remettre.

Désolidarisation

La troisième étape s’inscrit inévitablement dans la logique des deux précédentes.Suite aux déliaisons et à la désynchronisation, c’est la notion d’intérêt commun, la notion de bien commun, comme de vie en commun qui paraît dorénavant fictive.

Les institutions, les collectivités , les pouvoirs politiques n’ont plus en face d’eux de véritable opposition construite car ce qui se perd c’est justement la capacité de construire quoi que ce soit en commun, fût ce une simple opposition.

par contre le sentiment de loyauté , d’appartenance , ou de fidélité vis à vis des institutions, l’adhésion à la nécessité d’accepter des règles du jeu social, tout cela bien entendu disparaît.

Ce phénomène est particulièrement visible en ce qui concerne la notion de travail. Le travail dénaturé, précarisé a perdu tellement de sens pour les travailleurs pauvres et précaires que ceux ci en retour ont développé en retour une relation de désamour , de mise à distance et d’utilitarisme vis à vis de tout travail . C’est la relation à tout travail qui s retrouve abîmée , détruite et qui perd petit à petit tout son sens.

La désolidarisation est faite d’enfermement dans son individualité et dans sa précarité.  La capacité de se mobiliser pour du bien commun se perd das tous les domaines en interne des groupes sociaux, comme en externe vis à vis des institutions.

Cette désolidarisation passe bien entendu par l’indifférence progressive au sort des autres, c’est à dire aussi à soi même. C’est un peu comme si nous assistions peu à peu à la perte progressive d’un sens social, de la même manière qu’on peut perdre la vue ou l’audition.

Les conséquences à l’échelle d’une société ne se limitent pas à l’immobilité et à l’indifférence; cela va forcément plus loin encore comme le développement progressif de l’intérêt de mettre en échec le fonctionnement de la société elle même , dès lors qu’il me paraît évident qu’elle ne put jouer que contre moi.

C’est une »société négative », une « société noire » (au sens de « l’individu noir » de R. Castel) qui s’insinue progressivement dans tous les rouages et à tous les étages de la vie publique.

Ce que nous tentons de faire à travers nos actions éducatives et sociales, par la mise en place d’une pédagogie sociale, par la relocalisation des innovations sociales, par le développement d’une démarche communautaire, c’est justement ceci. redonner une nouvelle chance au « Commun »; retrouver du sens au vivre ensemble; construire une société vivable et possible en éduquant des individus capables d’en comprendre les enjeux.

Ce sont des initiatives d’un intérêt commun et public qu’il faudrait soutenir de manière urgente, plutôt que de les décourager encore et encore.

 

Samedi: Atelier de la Villa Saint Martin

Nous sommes allé à Villa Saint Martin pour les ateliers avec un très bon temps et un beau soleil.Une fois arrivé nous mettons les activités en place: pour la petite enfance avec des bassines d’eau pour le enfants,atelier maquillage,jeux de société,des grands jeux sportifs(puissance 4 et 2 grands billards dont un anglais),atelier bijoux, scoubidou et jeux collectif.

IMG_1076
Nous avons commencé avec l’atelier maquillage et bijoux il y a eu pas mal d’enfants.Puis Afsatou, Ana et Gengue ont fait de jolies tresses Africaine a Iasmina.

IMG_1074

Et de l’autre côté Andrei et Laura se sont amusé avec les enfants jeux à billard et puis puissance 4 .Et Bilel un enfant de Villa Saint Martin a appris à faire la gymnastique.

IMG_1063

Certains ont fait des dessins avec la peinture.

Le temps passe très vite et on n’arrive au conseil ainsi que au goûté dans la joie et la bonne humeur.

Dimanche , au jardin:

Nous étions plusieurs familles ce dimanche, au jardin . Il y a  tant à faire, la saison étant bien entamée. Nous voici donc à butter les patates, mais aussi désherber les différents champs et nous battre contre les ronces et les orties qui, comme chaque année, tentent de revenir en force.

IMG_1103IMG_1100IMG_1094IMG_1096IMG_1081

Samedi : Répétition Aven Savore avec les Kesaj

WP_20160625_17_11_00_Pro

C’est parti pour une répétion du projet Aven Savore en présence des Kesaj Tchave.

Ivan guide le groupe avec dynamisme, comme d’habitude et tout le monde est motivé à faire une bonne répétition pour être au point lors des représentations à Angers.WP_20160625_17_05_59_ProWP_20160625_17_05_41_Pro

Vendredi: Soirée conviviale

WP_20160624_20_39_55_ProWP_20160624_20_53_19_ProWP_20160624_20_59_56_Pro16-06-24 Soirée Conviviale

Vendredi : Bondoufle

Aujourd’hui accompagné de jean pierre et lily qui réalisent un court métrage sur l’association, nous nous rendons à Bondoufle pour l’atelier. Après avoir fait notre cercle et les présentations habituelles, nous jouons à « jacques à dit » et chantons « Une souris Verte ».

20160624_155930

Ensuite nous formons 2 groupes: un tapis pour les jeux de construction et la petite enfance, l’autre pour l’écriture. Sur l’atelier de scolarisation, on fait des mots croisés, des dessins, et des exercices pour apprendre a tenir un crayons et écrire des lettre. Les enfants peuvent remplir les grilles de plus en plus difficile en s’aidant de l’alphabet et des grilles précédentes qui ont des mots en commun, et se corrigent entre eux.

La fin de l’atelier approche et on se rassemble pour le goûter. Un groupe de filles un peu plus grande nous aide a organiser, distribuer le gouter, et ramener les affaires au camion.

20160624_160006

Vendredi : atelier la rocade

Les personnes présentes sont : Mariam, Jasmina, Jenica, Dusko, Lorelei et Marie.

Nous sommes allés avec un beau soleil à la rocade. Une fois arrivés on a installé les ateliers :

-La petite enfance

-La cuisine

-Les jeux de société

-Atelier perles et des jeux collectifs.

IMG_1041

On a commencé avec  les Mikados, les molki, le Ninja, etc…

Jasmina et Marie on a installé les jeux et  les tapis sous une tente pour protégé les enfants du soleil.

Pour la cuisine on à placer des tables à l’extérieur, puis Mariam et Jenica ont fait une salade de fruit avec  les plus grands.

On n’a pas pu faire les jeux de société car les enfants ne voulaient pas jouer.

Pour l’atelier perle Lorelei à inviter les enfants et les mamans qui étaient intéressés pour faire des perles.

IMG_1037 - CopieIMG_1035 - Copie

A 16h30 on a commencé à ranger les jeux et on à demander aux enfants de s’installer sous la tente pour qu’ils puissent prendre le gouter.

Malgré  le peu d’enfants qu’on a eu, on à tous apprécier cette journée.

IMG_1033 - Copie

 

Vendredi: atelier cuisine

Magnifique atelier cuisine ce vendredi encore avec un nombre incroyable de participants de tout genre, de tout âge  et de tout lieu.

IMG_8380

Les familles des hôtels, en particulier,  se sont approprié ces moments , devenus essentiels pour elles.

Vendredi soir: soirée conviviale

Il y avait , ce vendredi, deux soirées conviviales; l’une au Platz de Ballainvilliers , et l’autre à Longjumeau, salle Bretten .

Les deux étaient joyeuses , le sdeux étaient heureuses. Et ona eu la chance d’avoir la visite de nos amis KESAJ, sur l’une et l’autre, dans la même soirée.

WP_20160624_21_00_17_ProWP_20160624_20_59_56_ProWP_20160624_20_53_19_ProWP_20160624_20_39_55_Pro

Jeudi : Skate park

Avec Laura, Laura, Sandra, Juliette et Marie.

On est arrivés au skate Park vers 16h30. On a installé les tapis et on a

commencé les activités.

IMG_6761

Sandra et Juliette se sont occupées de l’atelier perle, Marie et Laura devaient organiser des jeux collectifs mais étant donné la chaleur insupportable et l’absence d’enfant volontaire, elles ont rejoint Sandra et Juliette pour les aider.

IMG_6773

Laura s’est occupé de la petite enfance, elle a pu discuter avec les mamans qui sont restées avec elle. Elles se sont assises sur les tapis avec les enfants.

IMG_6781

Ensuite tous le monde à pu profiter du quatre-quart et du sirop pour le goûter, puis les mamans et les enfants se sont proposés pour nous aider à ranger le matériel utilisé.

Jeudi: Atelier a massy

Les personnes présentes: Dominik,Mariam,Dusko,Kenzy et iasmina.

IMG_1017

Nous somme allés à Massy pour un bon atelier. Il y avait beaucoup d’enfants et de parents.

IMG_1010

De l’autre côté un papa fait s’occupe de l’atelier petite enfance: jeux de construction, jeux mémo et dinnette . Sur le tapis, il y a pleins d’enfants qui jouent aux jeux de société comme le UNO par exemple.

IMG_1009

L’atelier de Mariam (pâte sel) marche très bien. Chaque enfant ramène leur propre pâte à sel à la maison.

IMG_1007

 

Kenzy, Dominik et Dusko font du frisbee sur le grand terrain;

Iasmina avec les enfant: Saines,Cami,Sahara, et Yustra etc .Ils font des jeux collectifs comme le loup, le béret, le chat etc… Le temps passe très vite, le conseil de quartier approche à grand pas. Tout le monde y participe et donne ses idées: football, golf..;

Nous prenons le goûter avec un bon sirop et de bons gâteaux.

A bienôt :):):):)

Jeudi: Sur le terrain des abeilles

Cette après-midi nous allons passer voir comment elles y vont nos chères abeilles Frère Adam et leur rendre visite pour s’assurer qu’elle travaille bien et qu’on aura du bon miel. Avec Eric qui est le responsable de les nourrir on voit que le sirop que nous leur avons administré à fait du bien aux jeunes colonies et aux nouveaux essaims car à l’intérieur de la  ruche il y avait du bon travail fait et énergies.

SAM_1868

En même temps les abeilles n’aiment pas quand elles sont dérangées donc elles deviennent  nerveuses et puis vite agressives. Malheureusement, nous avons tous  eu une petite piqure inoffensive car les abeilles sentaient l’orage et leur maison découverte.

SAM_1852

Après avoir fait cette dernière visite avant la récolte, on se dépêche d’arriver au camion et ensuite repartir au local pour prendre le goûter et montrer nos piqures.

Au revoir !

Jeudi : un Au revoir pour Dominique

IMG_8367

Six mois qu’il était avec nous, qu’il chantait avec nous, qu’il vivait avec nous. Six mois que les quartiers le connaissaient. Six mois que tout le monde l’appelait Domino au point que ce « Kesaj Tchavo »était devenu le plus familier des Robinsons, des compagnons.

Ce jeudi soir, nous disons au revoir à Domino qui partait retrouver les Kesaj à Buno.

IMG_8361

Alors bien sûr on allait le revoir dès le lendemain à la soirée conviviale, comme le samedi à la répétition ou la semaine à venir à Angers.  Nous suivons Domino.

Mais surtout, même quand il sera parti, même quand il sera de nouveau à Kezmaroc, un petit peu de Domino chantera toujours dans nos têtes.

Mercredi : atelier à bondoufle

Les personnes présentes.Laura,Juliette,Mariam,Iasmina,Marie et Laura.

Aujourd’hui nous sommes allé à bondoufle pour les ateliers.Une fois arrivé nous avons installé les ateliers.

Juliette et Marie elle mets en place le atelier bijou avec les enfants ils fait plain bracelet et de collier .

IMG_0980

Tous contents des bijoux qui ils son fait il le ramène chez eux.La petit enfants très bien beaucoup des enfants faire dr château et jeux à la cousine avec notre Laura.

IMG_0992

De l’autre côté, c’est la folie. Il se prépare un atelier de danse et musique. Tout le monde y participe : les mamans, les papas, les enfants, les adolescents.

IMG_0993

.Les mamans ne voulaient même plus arrêter de danser. C’est l’heure de gouter les gateaux que Laura a fait en avance avec un bon sirop très delicieux.

IMG_0984

Voila pour aujourd’hui!!! A très bientôt

 

 

La précarité: inadaptation ou suradaptation sociale?

La précarité , comme la modernité sont sans retour

On considère généralement les personnes marginalisées et les victimes en tout genre de nos systèmes comme des personnes qui seraient en défaut, ou en déficit de capacité d’adaptation aux exigences de la vie moderne.

On énumère leurs manquements : immobilisme, manque d’autonomie, désorganisation, manque de maîtrise.

On fustige la difficulté des précaires à intégrer, ou s’adapter au progrès , aux changements en cours.

IMG_0930

Et on décline et on précise: réticences aux nouvelles technologies,  réticences aux nouveaux rythmes de vie, aux exigences des emplois et de la vie moderne…

Et on méconnaît…

On méconnaît ce que la précarité doit justement à la dictature du changement perpétuel ; tout ce qu’elle doit à mille événements, à mille accidents de la vie.  Le précaire est dessaisi de lui même à force de devoir s’adapter au quotidien qui lui échappe, à un présent transformé en une série d’incidents qui commandent des réponses immédiates.

Précarité, modernité et vie sociale

La précarité n’est pas inadaptation à la modernité; elle est ce qui advient à l’individu aux prises avec l’ultramodernité.

On méconnait ce que la précarité doit à la dictature de l’adaptation à la vie moderne; comment elle s’inspire exactement de la même obsession du changement continuel.

La précarité comme la modernité sont en effet caractérisées par le souci :

  • De l’abandon de toute action continue ou un peu prolongée , au motif de la nécessité de s’adapter sans arrêt à tout événement, sans tri, ni hiérarchie,
  • Du refus de s’engager dans quoi que ce soit de manière affective, sociale, personnelle ou collective, par peur de perdre d’imaginaires opportunités.
  • De la peur de toute pensée personnelle, de toute adhésion, de toute position au motif de garder une illusoire liberté et par peur d’être utilisé.
  • De l’impossible accès à la vie collective , perçue comme la négation de soi-même.

Précarité, modernité et vie relationnelle

Le précaire est plongé dans des relations sans perspective de retour : il ne peut pas envisager la réalité depuis l’autre. C’est un « tout autre », dans lequel on ne se projette plus.

Obnubilé par ce qu’il attend des autres, le précaire n’ a plus aucune idée raisonnable de qui il est pour les autres et il manque de moyens pour l’imaginer.

Il est plongé dans une vie relationnelle et affective dure, où tout acte ou tout abandon s’avèrent irréversibles . Pas moyen de faire marche arrière ou de retour quand une relation est mise à mal. Le moindre conflit devient rupture par manque de moyens d’aller plus loin. Le moindre renoncement devient échec.

Le mode de fonctionnement affectif de la précarité est le renoncement.

La relation humaine n’est plus dès lors une construction à deux ou plusieurs: une œuvre dans laquelle nous serions impliqués et libres, et dans laquelle il y aurait du mouvement, de l’évolution et de la réversibilité.

La vie affective et sociale apparaît pour la précarité, comme un parcours où la relation est toujours en danger de découvrir quelque chose chez l’autre qui y mettra fin.

Toute relation, tout lien engagé, toute tentative de construction plurielle, tout investissement des autres, se trouve en attente de révélation de sa propre rupture.

Sortir de la précarité: sortir de la dictature de l’adaptation?

En pédagogie sociale, nous travaillons à des retours possibles et à des sorties de précarité. Nous travaillons à la réversibilité des difficultés interpersonnelles comme des désastres personnels.

Au delà du changement: un avenir?

Nous cherchons à créer les moments et les situations dans lesquels tout un chacun, malgré son passé d’insécurité relationnelle et sociale, puisse envisager au delà de l’adaptation, du changement  et, au delà de la modernité , … un  avenir.

Le principe d’inconditionnalité qui caractérise notre pédagogie et nos actions est là pour favoriser la réversibilité, le retour, l’investissement et la durée.

L’asymétrie permet de retrouver de la réversibilité

Le principe d’asymétrie relationnelle, notre engagement pour le soin des groupes et des personnes, est destiné à permettre, inaugurer et forcer  des perspectives relationnelles où la rupture ne sera plus une fatalité, inscrite à l’origine même des relations.

Précarité et dépendance

Au fond , le précaire a été privé de rencontrer et d’expérimenter de véritable relation de dépendance positive. Il ne s’autorise donc pas à revenir en arrière sur son vécu et ses échecs, à envisager des retours.

Il n’a pas pu se reposer dans une véritable relation asymétrique ou inconditionnelle.

Forcé à rendre ce qu’il n’ a pas, obligé à une symétrie des relations alors qu’il n’en a aucun moyen, il ne lui reste plus qu’à renoncer, à tout quitter, à se perdre.

La Pédagogie social travaille à renverser la précarité en vulnérabilité; c’est à dire à sortir du sens obligé de la déconstruction et de l’autoenfermement.  Elle y parvient en cultivant des dépendances positives, en construisant de la communauté.

Qui formera les acteurs capables de ce travail? Quelle instance surtout prendra la mesure de ce travail nécessaire?

 

 

Mercredi: Atelier de Bondoufle

IMG_0927

Nous avons commencé par effectuer des jeux collectifs tel que: Jacques-à-dit, ketchup tomate, 123 Soleil.

IMG_0930

Par la suite, nous avons formé différents groupe dans lequel s’animait diverses activités (atelier petite enfance, atelier d’écriture et Iasmina a travaillé avec Cassandra sur l’écriture, l’apprentissage de la langue française et les mathématiques.

IMG_0933

Pour conclure, nous avons fini par un gouter avec des beignets, du jambon et du sirop distribués à tout le monde.

Mercredi : anniversaire d’Isabelle

Isabelle est connue de tous à la MJC et dans l’association; elle est « une passeuse de familles et d’enfants » et grâce à elles , nombre d’entre elles participent pleinement aux activités de la MJC et d’Intermèdes.

Cette fois, c’était sa fête , son anniversaire, à elle, et pas n’importe lequel (40 ans).   Ca a été une fête de lui souhaiter au cours d’un repas (qu’elle avait elle même préparé) avec tous les enfants et tout le monde au local (:-)).

IMG_8322

Bon anniversaire, Isabelle

Mercredi: Atelier du Jardin

Aujourd’hui nous sommes parties chercher les enfants à Balainvilliers, il y avait Réynaldo,  Dollar, et Alexandre.

SAM_1775

Tout d’abord, nous avons commencé à arroser les plantes, sous la serre et sur le terrain, mais aussi dans les hauts des  palettes. Cependant Antonio était en train de débroussailler  l’autre côté du jardin. Les enfants attendaient très impatiemment l’arrosage  des tomates car ils adorent.

SAM_1792

Beaucoup d’énergie, plein d’envie les enfants nous surprennent toujours de leur bonne motivation.

SAM_1793

Avant de partir, nous allons prendre comme d’habitude notre gouter et avoir les impressions de la journée passée ensemble.

A bientôt.

Jeudi: Atelier du Skate-Park

20160616_163657

Aujourd’hui c’est sous la pluie que nous débutons l’atelier, et malgré cela nombreux sont les enfants et parents à s’arrêter jouer un peu avec nous. Certains reste même jusqu’à la fin du gouter. On a sorti l’atelier perles, et les enfants se pressent autour des boites pour confectionner leurs bracelets. Juste à coté, on fabrique tout un monde en légo et on invente des histoire de policier qui se battent avec des robots pour manger des frites.

20160616_164304

Pour faire revenir le soleil, on chante a tue tête en esperant faire fuir les nuages, sans sucées, mais ça réchauffe au moins l’ambiance. On se rassemble tous pour prendre le goûter, et on se dit à demain pour les uns et à la semaine prochaine pour les autres quelques enfants ne veulent pas rentrer chez eux, mais finalement, la pluie finit par avoir raison de leur enthousiasme.

20160616_171631

Jeudi: Atelier du Jardin

SAM_1798

Ouf…Il pleut….il pleut….

Aujourd’hui nous allons quand même au jardin avec le groupe d’adultes pour essayer de faire quelques petites trucs au jardin , voire de bien mettre les tuteurs et accrocher les tomates sous la serre et puis désherber un petit peu.

SAM_1803

La pluie ne s’arrêtera pas bientôt et nous devrions malheureusement prendre une décision. Après avoir fini sous la serre on part vers le local où nous allons prendre un bon goûter et passer un peu plus de temps ensemble !

SAM_1805

Ciaw !

Vendredi: Atelier de Champlan

IMG_0955

Iasmina, Mariam, Dusko, Domino et Juliette sont allé sur le bidonville de Champlan. Lors de notre arrivé nous sommes allés chercher tous les enfants chez eux. Tout le monde réuni nous avons commencé par faire des jeux collectifs, nous avons joué à chat, les souris avaient des petites queues en papier que les chats devaient attraper.

IMG_0956

IMG_0954

Après avoir fait quelques parties pour que tout le monde puisse être le chat une fois, nous avons installé les tapis. Nous avons installé un coin petite enfance avec de la dinette, mais notre activité principale était l’écriture et les calculs. Nous avions apporté des exercices de mathématique et d’écriture, Iasmina a aidé ceux qui ne parlaient pas français. A la fin de l’atelier nous avons tous fait des dessins sur des feuilles de brouillon.

IMG_0966

Ensuite le gouter a été servi (des sirop, des petits biscuits et des pommes) nous avons aussi servi les maman qui étaient à côté de nous depuis le début de l’atelier, elles étaient très contentes que l’on pense à elles. Enfin nous avons tous remballé et nous sommes rentrés au local.

Vendredi: Atelier de la Rocade

20160617_161326

C’est en petit comité que nous arrivons aujourd’hui à la Rocade. Nous installons tentes et matériel sous un ciel menaçant, à l’atmosphère pesante.

Des enfants sont déjà présents, et des mamans ne tardent pas à nous rejoindre. On discute de choses et d’autres, des attitudes étrange de certains professeurs, des dangers tout relatifs de certaines drogues et de l’absurdité des programmes de prévention. On joue au foot avec quelques enfants, au « goal à goal » et on fait des coloriages. Une troupe d’enfants envahie rapidement la tente et sa fraicheur ombragé, et s’improvise un atelier sieste. Le temps vire au gris foncé au moment du gouter et nous ne sommes qu’une dizaine à manger nos tartines. On range en vitesse juste avant que ça tombe et on se dit à la semaine prochaine !

Samedi: Atelier de Ballainvillier

SAM_1827

Aujourd’hui on est accueillie en masse à ballainvillier, en effet, en plus des enfants habituelles, toute une bande d’adolescents nouvellement arrivés, nous accueillent avec énergie! Après avoir jouer au cow-boy et à « Jacques à dit » on chante « Jean petit qui danse » les enfants la connaissent de mieux en mieux! On installe ensuite les ateliers: de la peinture, de l’écriture, des legos, des perles.

SAM_1833

A l’écriture, on découvre de nouveaux exercices, pour apprendre à écrire les lettre, les mots en attaché, Iasmina nous fait une rédaction en français pour nous expliquer à quel point son frère l’énerve !

SAM_1841

Les peinture de l’atelier sont exposées sur un fil à linge et on la bonne idée d’en profiter pour sécher.

SAM_1848

A l’atelier perles, chacun fait sont bracelet ou sont collier, sauf Andrea qui est plus intéressée par le classement des perles et le mélange des couleurs.

SAM_1839

On commence à préparer le gouter. Les ados nous aide à le distribuer.

Puis c’est l’heure de ranger et de se dire : « La revedere ! »

 

Samedi: Atelier de la Villa Saint Martin

IMG_2252

Aujourd’hui tout un groupe des Robinsons se prépare d’aller passer une après-midi à la Villa pour tout une séance de jardinage avec les enfants, de désherbage mais aussi des jeux des perles et des bracelets brésiliennes avec les filles, Mariam, Marie et Laura.

IMG_2261

Pendant que Nicolae débroussaillé, Andrei et Dominik se battait avec les mauvaises herbes et  Antonio délimitait le terrain qui constitue notre parcelle.

IMG_2258

L’heure avance vite, mais nous aussi on a presque fini et c’est alors l’heure du goûter un peu sous la pluie avant de se dire « Au revoir » !

A bientôt !

Dimanche au Jardin

WP_20160619_12_10_53_Pro

Nous avons commencé la journée avec un beau soleil ! Et aprés le mauvais temps de ces derniers jours on en avait bien besoin !

Une fois installés, une partie des personnes présentes s’occupe du barbecue pour les saucisses et les merguez et l’autre partie fais la salade et met la table. Pendant ce temps les enfants jouent a faire de la balançoire, aprés tout, le soleil est avec nous, autant en profiter un peu.

WP_20160619_13_14_08_Pro

Une fois le repas avalé on s’éparpille afin d’en faire le plus possible avec motivation et bonne humeur. Planté les poireaux, botter les pommes de terre, désherber le carré des aromates le travail ne manque pas.

WP_20160619_14_32_03_Pro

Aprés l’effort le réconfort ! C’est l’heure du goûter et nous en profitons pour parler d’un peu de tout, actualités, familles, ou encore des choses qui nous font rire !

WP_20160619_15_04_11_Pro

Comme on peut le deviner à travers ces quelques ligne l’humour et la convivialité était au rendez vous en ce dimanche sympathique

Selon le sub Galiano, les danses sont « las espresiones de los pueblos discriminizados o de las comunidades excluidas. »; nos danses sont combatives, libératrices; elles  révèlent une énergie joyeuse et salvatrice.

Des corps en trop

Le rejet de l’autre est toujours physique et corporel. Ce ne sont pas les idées qui nous insupportent, mais bien plus souvent les corps de ceux que l’on ne veut plus voir.

20160610_174141

L’autre que l’on rejette, celui qu’on rêve d’éliminer est d’abord et avant tout un corps qui nous encombre.  On commence toujours par des mesures de parcage: on assigne les corps indésirables à certains quartiers, à certains transports en communs, à certains horaires.

Il fut un temps où on pouvait reléguer les corps méprisés à des tâches invalidantes et des postes de travail qui les enchaînaient et les faisaient disparaître dans de zones contrôlées.

Aujourd’hui encore, sur ce mode,  ce sont les corps des femmes ethnicisées qui sont dévolus aux métiers de la souillure, au soin du corps des autres et que l’on ne rencontre plus que sur les lignes et horaires sinistrés des transports publics.

Mais on ne peut plus compter sur la seule répartition du travail pour retrancher, amputer et invalider les corps prolétaires. Aujourd’hui il n’y a plus assez d’emploi pour cela;  alors les corps sont priés de rester à domicile, où de plus en plus ils sont enfermés, attachés.

Quand nous voulons en finir avec les corps surnuméraires on les attache au domicile, à la télévision. Ils sont malades sur place , soignés quelques fois sur place et priés de vieillir sur place. Le domicile est le lieu de l’invalidité progressive, par autoenfermement.

L’autre que l’on rejette est un corps et un corps seulement: on ne lui prête aucune motivation, aucune intentionnalité autre que primitive. On le voit comme un corps qui profite, un corps qui s’agite, comme celui de l’enfant qualifié d’hyperactif ou pré-délinquant. Il est sans raison et sans rationalité. C’est un corps dont la pensée lui échappe, qui ne s’appartient plus et qui est affaire de police ou de médecine.

Les prisons s’emplissent de corps. On en calcule l’entassement selon de nouvelles arithmétiques. On en construit encore.

L’autre que l’on rejette est un corps sans soin, non investi et non aimé. Un  corps dont on ne supporte plus la vue, que l’on maintient à l’ombre de son regard, contre lequel on immunise sa sensibilité.

Pédagogie sociale , pédagogie des corps perdus et retrouvés

De par son ancrage hors institution, la pédagogie sociale est la pédagogie des corps en mouvement, des corps qui ont une destination.

Sur nos ateliers, les corps s’installent, se montrent. Ils s’éprouvent et se socialisent à travers les jeux et le travail.

Ce sont des corps qui produisent qui sont invités à nos ateliers, des corps qui travaillent, apprennent et qui parlent aussi. Ce sont des corps qui pensent. Des corps qui se mettent en scène, qui s’expriment; ce sont des corps qui dansent.

Ce sont des corps qui font du bruit, des corps qui crient et qui chantent.

Aujourd’hui, il n’y a plus d’éducation physique, il n’y a  que l’adoration du corps performant, de loin, comme un supporter… Comme supporter ce corps qu’on n’emploie plus.

Dans ce projet d’élimination des corps en trop, nous connaissons deux voies: une voie sanitaire et une voie sécuritaire.

La voie sanitaire, c’est celle de la clinique froide, bouchère et médicale qui hospitalise , nettoie et stérilise dans la ville, les espaces publics, et qui parque les corps sans âme, dans des camps, dans des institutions de transit.

La logique générale qui commande cette stratégie est celle de l’antique peur des épidémies. Il s’agit d’éliminer le biologique, ce dont la vie déborde, ce qui pourrait se répandre et nous atteindre. C’est la peur d’être affectés autant qu’infectés, qui assigne les corps rejetés, à la stérilité médicale et sociale.

La seconde voie est sécuritaire: il n’y a  plus d’éducation au corps, il n’y a que la police des corps; du passage à l’acte, de l’enfermement. Souvent même des coups et de la mutilation.

Et voici ce qu’il en advient: tous ces corps que l’on a rejetés nous reviennent un jour. Comme le mythe des zombies, ce sont des corps prolétaires qui se retournent contre le système qui les a créés.

Les mythes nous dévoilent les impasses et les impensés de nos logiques. Le corps est le grand oublié de notre XXIème siècle et nous devons en repenser la place et l’éducation, car sans lui , nous ne ferons pas société.

« Toujours, il s’agit de traiter des corps en trop : au moyen, d’un côté, d’opérations militaires d’évacuation et de neutralisation du territoire ; à la force, de l’autre, du déploiement massif de niches à la propreté clinique. Jamais nous ne considérons ces femmes, ces hommes, ces enfants comme des citoyens en plus. Jamais nous ne prêtons attention aux relations fragiles mais cruciales qu’ils ont tissées avec les riverains que nous sommes. Jamais nous n’imaginons cultiver les constructions infimes peut-être, mais vivantes assurément, qu’ici mêmes ils ont risquées. » (Le Perou-Réinventer Calais)

 

Dimanche: Journée au jardin.

WP_20160612_13_10_41_Pro

Laura et Juliette sont allées chercher les familles (Zohra et ses petites filles, Sadio et deux de ses enfants ainsi que Jessica et Najami) à Longjumeau pour aller au jardin. Sur le chemin nous nous sommes arrêtés faire des courses (le pain, la viande pour le barbecue et de l’eau). Arrivé au jardin nous avons nettoyé les tables en bois, commencé à préparer le feu et sorti tout le matériel. Corinne, son mari et leurs enfants nous ont rejoint. Une fois le feu allumé nous nous sommes attaqué au jardinage, principalement du désherbage. Puis Laura et Sadio ont joué les cuisinières en cuisant le poulet et les merguez, pendant ce temps nous avons mi la table. Nous allions nous mettre à table lorsque Sophie, accompagnée de son fils et de son compagnon, sont arrivés. Tout les vingts nous nous sommes régalés autour de ce petit barbecue. Après le repas certains ont débarrassé la table pendant que d’autre se sont mi au jardinage, avec le désherbage de nouveau et la mise en terre de plan de tomate, de salade, de citrouille et de menthe.

WP_20160612_14_11_30_Pro

Au même moment et durant toute la journée les enfants se sont tous amusés ensemble, ils ont pu profiter de la balançoire. Nous pouvons dire que nous avons tous passé une agréable journée, conviviale et pluvieuse à la fois… La pluie ne doit pas vous arrêter !

WP_20160612_14_12_36_Pro

Samedi: Atelier de la Villa Saint-Martin

IMG_0853

Aujourd’hui était présent à l’atelier de Villa Saint Martin : Iasmina, Précilia, Alison, Marie et Laura.

Nous sommes arrivées sur un beau temps, la nous pouvions installer nos divers activités portés sur le thème de la « Kermesse» plusieurs enfants étaient au rendez-vous.

IMG_0857

Il y avait un activité chamboule-tout, un atelier petit enfance, une activité chaise musicale, un jeux avec les cerceaux ou l’on devait le lancé et le mettre à l’intérieur des bouteilles. Les enfant se sont endiablé sur une sono avec leur musique de leur choix. Pour le gouter nous avons proposer des Pop-corn sucrée et salée et nous avons terminé par leur dire au revoir, ils étaient tous ravies de cette atelier.

Samedi: Atelier de Ballainvillers

IMG_2157

Aujourd’hui lorsque nous sommes arrivés peu d’enfants nous attendaient mais sont très vite venus nous rejoindre lors de l’installation des ateliers du jour. Au programme, un atelier d’écriture ludique pour apprendre a écrire les lettres et les chiffres qui a eu un grand succès.

Un coin petite enfance avec de la dinette et des jeux de voitures.

Un espace jeux de sociétés et surtout un atelier qu’aiment beaucoup les enfants, celui des jeux collectifs. On a fait un facteur, un jeu musical (quand la musique s’arrête les enfants aussi).

IMG_2170

Mais le dernier atelier que l’on a fait auquel les enfants ont tous participé est la grande battle de danse qui comportait deux équipes.

IMG_2161

Il est déjà l’heure de ranger le matériel avec l’aide des enfants de prendre un bon goûter tous ensemble.

A bientôt!

 

Vendredi: Atelier du Jardin

SAM_1745

SAM_1753

Aujourd’hui , nous étions un groupe de 7 , avec la bonne ambiance , nous avons planter des graines , nous avons débroussailler l’herbe , nous avons arroser tout ce qui était plantes etc…

SAM_1755

SAM_1742

Nous avons pris un gouter vers 16h histoire de se reposer un peu , tout le monde était de bonne humeur et de bonne volonté .

 

Vendredi: La Rocade

 

Arrivé vers 14h30.

Lorsque nous sommes arrivé nous avons tous installé le matériel et les ateliers, notamment un coin cuisine afin de préparer le goûter, des scoobydoos dans le coin petit enfance et de la couture.

De plus, Pierre a enregistré de nouvelles chansons avec des adolescents à l’aide de son ordinateur.

WP_20160610_15_21_09_Pro

Quelques mamans, habitué à l’association, sont venu nous rejoindre, avec leurs enfants et certains nous ont aidé à la cuisine.

WP_20160610_16_17_56_Pro

Vers 16h30, beaucoup sont arrivés, ils jouaient sur l’air de jeu, certains se sont installé au tapis d’éveil pour faire des scoobydoos pendant que d’autre jouaient au ballon.

Le soleil était au rendez-vous ainsi que la bonne humeur.

Arrivé l’heure du goûter, nous avons proposé des gâteaux au chocolat et des crêpes (préparé dans l’après-midi) aux enfants ainsi que du sirop.

WP_20160610_16_53_02_Pro

L’après-midi terminé nous avons ranger le matériel, ramener la gazinière aux camion (ce qui fut une tâche difficile) et dit au revoir aux enfants avec le sourire.

Vendredi: Atelier de Bondoufle

20160610_164416

Nous  sommes arrivés sur les coups de 16h30, et avons installé nos affaires. Au début très peu d’enfants nous on rejoint, mais nous avons commencé une ronde et c’est là  que les autres nous ont rejoint, au final nous étions une trentaine.

20160610_164500

Nous avons fait la tournée des prénoms, puis nous avons chanté plusieurs chansons, et joué à « Jacques a dit …a dit ».

Nous avons pu ensuite passer aux ateliers.

Abdel et Sandra se sont occupé de l’écriture et calculs, et ont pu profiter de la motivation des enfants chez qui nous avons pu observer de grands progrès.

Floriane à la petite enfance était avec 4 enfants et une maman, elle a beaucoup discuté avec elle, tandis qu’elle apprenait aux petits à nommer les fruits de la dinette en français.

20160610_165943

Et Marie et Zoé proposaient une activité manuelle : Création de masque, à l’aide d’assiettes en carton, peinture et papier crépon. Malgré quelques difficultés d’organisation, tout le monde a bien participé dans la joie et la bonne humeur !

20160610_170020

Il est alors l’heure du gouter, baguette confiture et chocolat chaud à gogo !

A bientôt !

20160610_174141

 

Jeudi: Atelier de Massy

IMG_0823

On arrive sous le soleil accueillis par les enfants qui sont déjà là prêt pour nous voir ! Aujourd’hui on a prévu pleins de choses pour les enfants. On installe des tapis à l’ombre des arbres pour faire des perles pendant que Iasmina  prépare l’atelier cuisine. Au goûter, c’est salade de fruit, et les enfants sont très contents de pouvoir éplucher et découper les fruits.

Sous les arbres, deux autres ateliers se préparent où les enfants nous aident à installer des tables pour faire de la peinture pendant que d’autres font la queue pour passer sur la slak line. Les enfants adorent faire l’acrobate sur cette corde qui tangue. Qui saura marcher dessus tout seul jusqu’au bout ?

Le temps passe vite ! Les enfants finissent de créer leur bracelet ou leur collier et l’on pose la dernière touche de peinture sur les jolis dessins. La salade de fruit est prête, c’est l’heure de l’assemblée des présents !  Avec le bâton de parole, chacun peut dire se qu’il a apprécier ou non, et ce qu’il souhaiterait faire une prochaine fois. On finit par déguster les bons fruits frais, cela fait du bien avec cette chaleur !

IMG_0830

 

Jeudi: Atelier du Skate Park

WP_20160609_16_47_53_Pro

Avec ce beau soleil, les enfants étaient tous dehors et nous attendaient. Beaucoup de jeunes enfants étaient présents avec leurs mamans. Certains ont fait des scoubidous, d’autres ont pu jouer à la dinette, aux légos mais aussi au scrabble, au puissance quatre. Tout le monde était très concentré sur ses activités. Une fois les scoubidous terminés, tout le monde a rangé les jeux pour pouvoir prendre le goûter.

WP_20160609_16_51_00_Pro

Nous nous sommes donc installés sur le tapis avec les enfants et les mamans pour partager les sirops, brioches et pommes. Les enfants ont beaucoup aimé les brioches au chocolat et noix de Laura.

Cet atelier était vraiment agréable avec beaucoup de bébés et jeunes enfants mais aussi de retrouvailles avec des mamans. Nous avons ensuite tout rangé en se donnant rendez vous la semaine prochaine, avec le soleil ?

 

Mercredi: Atelier du Jardin

SAM_1701

Nous sommes de retour cette semaine au jardin avec les enfants car c’est de nouveaux le groupe d’enfants qui sont très impatients de venir avec nous pour une nouvelle séance de jardinage au potager.

Une énergie, plein d’envie et plein de bonheur nous offre ces enfants qui ne demandent pas grand-chose en retour : juste de l’attention et de l’affection.

SAM_1710

Puis pour plus tard nous commençons un arrosage sous la serre et des tomates et puis dans les palettes. Les enfants y participent et ils sont contents et on mange des fraises du terrain. L’arrosage est fini, le court nettoyage est achevé et ils nous restent plus rien que d’aller prendre le goûter tous ensemble et avoir les impressions de la journée de tout le monde.

SAM_1712

Du sirop bien frais nous attend et un bon gâteau !

A bientôt !

Mercredi: Atelier de Bondoufle

Nous sommes arrivés à Bondoufle vers 14h30. Les enfants étaient nombreux et nous ont accueillis dans la joie et le sourire aux lèvres. Nous avons commencé par nous présenter en nous mettant en cercle ensuite nous avons joué au jeu de la statut musicale, puis nous avons chanté tous ensemble.

20160608_145756

Nous avons installé trois ateliers différents : un coin petite enfance, un coin exercices (écriture, mathématique et dessins mystère…) et un coin peinture sur toile.

20160608_154913

Les enfants ont bien participé aux ateliers ainsi que les adultes qui n’ont pas hésité à se joindre à nous. L’ambiance était calme et détendue jusqu’à la fin des ateliers.

20160608_161220

Nous avons terminé par un bon goûter avec des pommes, de la brioche au chocolat et du sirop. Tout les adultes et enfants ont mangé et nous ont dit au revoir toujours avec le sourire. A bientôt.

Il n’est de véritable culture que ce qui transforme notre nature

En pédagogie sociale , la culture est toujours moins importante que la civilisation. La culture divise, la culture distingue; une vision capitaliste et bancaire de la culture classe les uns et les autres dans des ordres et des hiérarchies invisibles.

WP_20160604_15_14_55_Pro

A l’inverse, dans nos pratiques,  nous commençons par faire lien, par faire groupe. « Le plus important est de créer d’abord le collectif » dit Ivan Akimov, parlant de la troupe de danse des enfants tziganes. Tout le reste y compris la technique, le répertoire , l’habileté et la qualité , en découleront.

En Pédagogie sociale, c’est cette règle que l’on retrouve toujours en premier: d’abord créer le collectif, le groupe, la communauté .

La culture viendra ensuite.

A travers nos initiatives, nous visons  davantage le progrès de la civilisation que celui de la culture. La civilisation rapproche, tient les humains entre eux; elle construit la vie en société.  Elle est ce qui nous fait le plus défaut actuellement: elle s’érode et est perpétuellement  attaqué aujourd’hui.

Nous rencontrons bien évidemment et tout de même la question de la culture. Mais elle apparaît d’une manière particulière.

En Pédagogie sociale, la culture c’est avant tout « la culture qui manque », celle qui nous serait commune et que nous avons à créer , à bâtir , à imaginer aussi pour notre ensemble. Elle est celle qui n’existe pas encore.

Elle est aussi la culture dont on a été privé, qu’on nous a retirée , volée, ou qui a été occultée. C’est celle des langues perdues que l’on retrouve, comme la langue tzigane chez certains enfants. Elle est la langue interdite,  la langue minorée, la langue méprisée.

Sur tous nos terrains d’intervention nous assistons aux dégâts des acculturations en tous genres contre les cultures populaires, minoritaires. Nous croisons en permanence la dérive des personnes set des groupes qui ont été acculturés.

Pour cette raison, nous valorisons les cultures décriées, les langues non écrites. Elles sont la base des cultures communes à venir. C’est avec elles qu’on exprime et qu’on invente l’avenir.

En Pédagogie sociale, la culture qui nous intéresse est la culture qui dérange; celle qui nous bouscule, celle qui nous oblige à penser autrement.

Il ne s’agit pas juste d’agrémenter et d’embellir la vie; ce qui compte ce n’est pas une culture rafraichissante, relaxante ou de repos. ce qui compte c’est une culture qui change la nature: la nature des choses, les relations que nous avons, notre vision de l’existence.

Cette culture que l’on cultive à plusieurs,  n’est ni une culture consolatrice, ni de distraction. Elle n’est ni une activité , ni une vie parallèle. Elle ne peut être qu’une source d’oeuvre positives, qu’un moyen de changer la vie.

C’est une culture sans école, sans musée, et sans institution. Une culture buissonnière à la manière d’un Freinet.

Samedi: Atelier de Ballainvilliers

WP_20160604_15_14_55_Pro

On arrive tous bien accueillis par les enfants, les plus grands comme les petits, les mamans et les grands-parents aussi!

On a commencé par se présenter en disant  » Bonjour je m’appelle… et j’ai tel âge », puis on a fait des petites chansons qui ont bien plu aux enfants. On a fait la chanson de l’éléphant, en français, en roumain et en rrom. C’était marrant pour les enfants et les mamans de comprendre l’histoire de l’éléphant. On a même fait une autre chanson roumaine sur des éléphants avec des gestes et où les enfants vont dans le cercle.

WP_20160604_15_22_07_Pro

On a continué par faire une grande fresque avec un drap et de la peinture, jouer sur les tapis avec la dinette et les jeux de constructions, et Laura et Marina ont pu créer des « étoiles d’araignées » avec de la laine et des pics.

WP_20160604_15_43_24_Pro

Les enfants ont fait une joli fresque, ils ont pu écrire leurs prénoms et laisser la trace de mains dessus.

WP_20160604_15_51_11_Pro

On a fini par discuter de la journée et des prochaines choses que les enfants aimeraient faire, comme danser ou faire des gâteaux.

WP_20160604_16_00_10_Pro

Au revoir tout le monde et à bientôt les éléphants!

Vendredi , la Rocade: Hey mec!!

Cela faisait des mois que Pierre (le Psy des rues, de Robinson, militant et bénévole) et Eddy travaillaient à ce projet qui concentre toutes les passions du jeune adulte: chanter, se mettre en scène, laisser sa voix, sa trace.  Nous qui connaissons Eddy depuis son plus jeune âge, nous sommes heureux de voir tout ce parcours accompli, cette oeuvre réalisée qui lui correspond tellement.

IMG_8249-1

Voici donc et seulement pour un public favorisé: le CD « Hey mec », de notre célèbre duo. Déjà dans les ateliers de nombreux enfants, seuls ou en groupe, se mettent à faire eux aussi, ce genre de projet.

20160603_162733

WP_20160603_16_33_33_Pro

A l’atelier de la rocade était présents Laura, Lorelei, Dominique, Précilia, Duchko, Juliette et Pierre. Malgré un temps nuageux nous avons pu réaliser plusieurs activités : tel que le football animé par Duchko et Dominique ,  un atelier petite enfance animé par Laura, un atelier cuisine où l’on a pu faire participer un nouveau adhérent Mohamed, et  animé par Précilia.

20160603_162659

Apres avoir remarqué, qu’il y avait peu d’enfant nous sommes allés les retrouver au Skate-park où nous les avons retrouvés.

Comme nous étions présents,  Laura et Juliette se sont rendus au Gymnase pour distribuer des crêpes aux enfants. Nous avons passé une bonne après-midi avec quelque habitué de la Rocade.

WP_20160603_16_33_30_Pro

Vendredi: Atelier de Champlan

20160603_145754

Aujourd’hui nous sommes allés à Champlan pour faire des activités avec les enfants.Les personnes présentes:Alison,Marina,Kenzy,Sandra,Jenica et Iasmina.

Une fois arrivés sur le camps, nous sommes allés récupérer les enfants d’Ana dans le camp un peu plus loin.

20160603_145830

Les enfants étaient plutôt nombreux et de tous âge. Nous avons donc installé les tapis, avec des coloriages, de l’écriture et toutes sorte d’exercices de mathématiques.

20160603_150434

D’autres enfants s’amusaient avec Kenzy à jouer aux dés, ce qui leur à permis d’apprendre à compter en français.

20160603_151802

Après les exercices et les coloriages, Jenica nous a entrainé dans la danse, elle a montré aux enfants des pas de la nouvelle chorégraphie, ce qui a amusé les enfants. Les enfants,les pré adolescents et certains adultes ont participé à la bonne ambiance.

20160603_153943

Le temps a passé très très vite donc nous sommes passés à un bon goûter: chocolat chaud, de bons gâteaux maison ainsi que des bananes. 

« A très bien toute:):):) »

Vendredi : Atelier cuisine pour tous

Notre atelier cuisine a fait le plein ce vendredi, sous la conduite d’Abdel avec au menu, un très bon poisson en sauce  dont le succès fut assuré.

On ne parle pas assez dans ces KroniKs de tous ces temps « en interne », dans nos locaux qui sont aussi des temps d’accueil, d’innovation et d’expérimentation. On dirait quelques fois que l’action de notre association a « doublé », comme ça , presque d’un seul coup et magiquement et … ce sont les familles les plus précaires, les plus éloignées des institutions qui encore une fois, en bénéficient.

Jeudi: Atelier du Skate-Park

IMG_0777

Le chemin fut laborieux pour arriver jusqu’au skate parc. Mais après plusieurs marches arrières, nous trouvons enfin un endroit où laisser le camion pour pouvoir installer le matériel et retrouver rapidement les enfants. Quand nous arrivons, les enfants nous rejoignent rapidement pour commencer à jouer au tic tac boum, puis à cache cache.

IMG_0772

IMG_0782

D’autres enfants jouent aux mémos avec Loreleï et Iasmina, pendant qu’un autre enfant construit un grand château mêlé de rails qui permettent aux trains de circuler… bref, un vrai palace.

IMG_0778

Après toutes ces aventures nous rangeons rapidement les jeux avec les enfants puis nous nous installons sur les tapis pour commencer le conseil des présents et enchaîner avec le goûter. Un bon chocolat chaud nous a bien réchauffé en ce mois de juin glacial !!!! et les tartines de confitures ont été très appréciées !

Nous voilà sur le chemin du retour, après s’être donné rendez vous la semaine prochaine.

Jeudi: Atelier de Massy

20160602_170040

En ce jour de juin, ce n’est ni le froid, ni les inondation, ni la grève qui nous arrêtera ! Nous sommes une vingtaine de Robinson à l’atelier de Massy. Les mamans sont à la fois étonnées et très contentes20160602_172045 de voire qu’il se passe quelque chose dans le quartier malgré tout les empèchements sus-cité.

20160602_170630

Les enfants également sont au rendez vous pour faire de la peinture, de la slake-line, jouer au Uno, ou sur les tapis avec les jeux de petite enfance.

20160602_174056

L’heure du gouter approche, et on se réchauffe avec un chocolat chaud et des tartines, puis on fait un petit tour de tapis pour discuter de l’atelier, des innondations ect… On range ensuite le materiel, et les enfants nous aide à le rapporter au daev.

 

20160602_171014

Jeudi: Atelier du jardin

WP_20160602_14_56_05_Pro

C’est sous la pluie et les inondations que nous arrivons au jardin tant bien que mal ! Très content de découvrir les nouvelles récoltes : il y a des fraises, du thym, de la menthe, et on a pu ramasser plein de rhubarbes !

WP_20160602_15_02_12_Pro

Déterminés, on s’est acharnés sur les orties et les mauvaises herbes qui empiètent sur les framboisiers. Au risque de finir trempés et couverts de piqûres d’orties, on a bien travaillé !

WP_20160602_15_02_16_Pro

On finit par se réchauffer avec un bon chocolat chaud et des petits sablés breton faits à l’association le mardi. Et puis c’est reparti direction le local !

Mercredi : Atelier de Bondoufle

20160601_151949

Laura, Précilia, Juliette, Alison et Loreleï sont allées au camp de Bondoufle. Accueillies par les enfants et les parents nous nous sommes installées dans la cour avant. Nous avons commencé par un jeu de présentation avec les prénoms de tout le monde puis nous avons enchainé avec un « Jacques a dit ».

20160601_152057

Après l’activité a commencé, nous avons distribué les cahiers aux enfants et installé le tableau.

20160601_154231

Samir montrait aux autres enfants comment écrire les lettres de l’alphabet pour qu’ils puissent écrire dans leur cahier. Quatre ou cinq papas se sont intéressés à l’activité et ont écrit les lettres sur le tableau.

20160601_155509

Après les enfants ont écrit leur prénom avec des magnets sur le tableau. Un coin petite enfance était aussi en place pour les plus petits, nous en avons accueilli 3. Le goûter a été servi par trois petite filles, nous avons mangé des sablés faits hier, de la pastèque et bu du chocolat chaud.

 

Si je ne dis pas tout, c’est comme si je n’avais rien dit.

« Pour ma part, dans une de ces situations de choc, si je ne dis pas tout, c’est comme si je n’avais rien dit, quelque chose resterait coincé. Ce qui sortirait serait ébréché et ce qui resterait tu, non formulé, s’enkysterait. « 

(Sophie Audigier- Mai 2016)

Tout dire

Il paraît que l’on ne peut pas tout dire, et que ce serait là une ambition démesurée qui condamnerait par avance tout propos à l’incohérence et tout parleur  à la démence.  Il y a  ceux aussi qui vous expliqueront la vertu d’une saine dissimulation. Pour rester et vivre ensemble, ne devons nous pas avoir nos petites zones d’ombre, nos indicibles? La transparence d’un tout dire tyrannique paraît ainsi aussi menaçante que l’injonction à se taire et la terreur de parler.

Snapchat-8258679926919977671

Mais qu’en est il socialement? S’agit il de la même chose; il faudrait savoir regarder de côté ce qui contrevient aux bases mêmes de la société? Il  faudrait mieux taire ce qui menace directement la prise en compte de l’humain par l’administration du quotidien?

Se taire

Il semble qu’une morale prudente encourage ainsi les acteurs sociaux, à ne pas voir, à être myope, à ne pas vouloir savoir les conséquences de leurs actes comme les bases de leur position sociale.

Telle employée administrative de mairie, ne veut rien savoir de la loi qui interdit de discriminer des demandes de scolarisation en fonction de la situation sociale de la mère. Elle ne veut rien savoir de la loi qui encadre sa propre activité. Elle préfère se référer à un mail ou à un règlement qui circule dans son service. Des exemples comme cela nous en avons à la pelle et de partout: collectivités, administrations .

Et voici qu’une certaine prudence sociale et relationnelle encourage aussi ceux qui devraient se révolter contre cette iniquité (militants et volontaires) à ne pas trop en faire; d’insister juste pour la forme. Mais surtout ne pas se fâcher. Car ce que l’on craint c’est qu’en plus de l’illégalité de la situation, ce ne soit au final, nous-mêmes,  qui nous retrouvions détestés en attendant d’être pénalisés demain .

« On ne mord pas la main qui vous nourrit », a t on fréquemment entendu comme conseil pour dissuader toute ardeur de vérité.

Et si nous sommes ainsi exposés par le fait de dire, récriminer et dénoncer c’est parce que les mots sur lesquels reposent nos institutions, sont creux; que les valeurs sociales affichées, les bonnes intentions générales ne rencontrent aucune volonté politique pour leur prêter encore du sens.

Il nous arrive quelques fois de renverser tout de même certaines injustices; mais ce sera un « one shot », une réussite isolée, qu’on nous concèdera sur le thème « Veillez à ne pas trop en faire »; « veillez à ne pas y revenir ».  Pourquoi? Parce qu’il n’y a aucune instance qui voudrait savoir comment on est tombé si bas.

A ce qu’on ne veut pas savoir, on consent.

Et c’est bien ce qui est terrible.  On veut bien corriger à la marge, maquiller le délit ; mais corriger le système qui produit les anomalies, les discriminations et les injustices , jamais!

On ne veut pas toucher aux fondements, rien changer aux structures, rien modifier de fondamental.

Nous avons perdu, le goût et l’envie de reprendre le contrôle des bateaux dans lesquels nous dérivons.

Pourquoi? Sans doute, à force qu’on nous serine , tous médias confondus, tous partis réunis, toutes instances en connivence que ce ne serait pas possible.

Mais aussi parce que nous n’avons pas compris cela. Le peu que nous avons tu, condamne le monde au silence. Le peu que nous avons caché nous livre à l’obscurité.  Ce que nous dissimulons nous dérobe à nous mêmes et nous ne nous connaissons plus.

Nous n’avons pas compris que la connivence nous mutile, que le silence nous invalide et que c’est nous mêmes que nous condamnons en premier à chaque fois que nous pensons juste être un peu cyniques.

En sortir?

Et par où commencer? Si ce n’est ici et maintenant, comme en pédagogie sociale. Par où commencer , si ce n’est pas la vérité de la rencontre?  Par où commencer si ce n’est de voir la vérité en face et d’abord celle de nos propres institutions à partir de ceux qui sont juste à côté de nous? Par où commencer si ce n’est par s’étranger pour espérer devenir soi même, un jour, peut être.

En mettant en oeuvre des initiatives et expériences en Pédagogie Sociale, nous avons commencé en renouvelant le travail éducatif et social, en renouvelant l’accueil, l’animation. Nous avons commencé en refondant dehors l’Education populaire, en posant ensemble les enjeux de l’intervention sociale.  Il est des mouvements, si futiles soient-ils que l’on n’arrête plus.

Dimanche: Jardin en Famille

IMG_0730

Aujourd’hui était présents à l’atelier du jardin Iasmina, Zoé et Précilia . Nous avons réalisé plusieurs activités : tout d’abord nous avons désherbe avec des adhérents. Planter plusieurs haricots, courgettes, tomates puis nous avons effectué un pique nique avec Théo, Jessica et Nadjamie.

IMG_0732

Par la suite, nous avons pris un gouter avec Laurent, Helene et Dominik, avec un beau temps et tout cela dans une bonne ambiance.

IMG_0738

Samedi: Atelier de Ballainvillier

WP_20160527_014

On arrive sous la pluie mais on se met vite à l’abri avec les enfants. On commence la ronde des prénoms pour que tout le monde se présente puis un jack-à-dit  et Lucky-Luke réclamés par eux-mêmes. On a fini par l’apprentissage de la chanson des poissons dans l’eau.

On part ensuite dans 3 activités, la peinture, la mobile school et la petite enfance. Les enfants se sont bien amusés avec toutes les couleurs dans la peinture et pour finir rajouter pleins de paillettes. Cela a donné une jolie lessive : on étend les œuvres comme on ferait sécher des draps !

Une dizaine d’enfants se sont bien intéressés à l’écriture en travaillant la forme des lettres et en s’exerçant à manier des crayons pour les plus petits. Pour les plus grand, ils ont pu s’entrainer dans les calculs et les exercices d’écriture !

Tout en jouant avec les petits jouets de la petite enfance, on a inversé les rôles, chaque petit fruit ou légume servait d’apprentissage de la langue rrom pour partager nos cultures !

Comment finir mieux cette journée que par un bon goûter ! Les enfants se régalent toujours d’un chocolat chaud et d’un morceau de pain garni ! Voilà pour ce bon moment à Ballainviliers, à bientôt !

Samedi: Fête de la nature au parc Nativelle

Snapchat-8258679926919977671

Laura, Précilia, Iasmina, Domino, Juliette et Génica sont allés au parc naturel à Longjumeau pour participer à la fête de la nature. Nous sommes arrivés à 12h30 et avons installé le stand avec les boissons, les photos, les affiches et les flyers de l’association.

Snapchat-8460528063707479782Puis Laura a préparé la pate à beignet et nous avons attendu l’arrivée des personnes. Précilia et Iasmina sont allées chercher des enfants à la Villa Saint Martin. Nous avons fait des beignets au chocolat avec les enfants puis nous les avons dégusté. Nous avons continué à faire des beignets pour les offrir aux passants et lors de leur venu nous leurs expliquions le fonctionnement de l’association. Tout au long de l’après-midi nous chantions pour instaurer la bonne humeur malgré la pluie qui tombait. Puis nous avons tout rangé pour laisser le stand propre comme à notre arrivé.

Snapchat-1054933933778612927

Vendredi : Pizzas pour tous

Qu’on se le dise, nos ateliers cuisine permanents et de démocratie culinaire, continuent. Ce vendredi, Abdel, pour reprendre la flambeau de Fatimata. Et nous voici avec de la pizza pour tous.

IMG_8174

Une pizza de fête à laquelle nos nombreux adhérents présents, petits et grands,  ont prêté main forte et toute l’équipe que nous sommes.

IMG_8168

Des pizzas de fête et de combat avant de repartir , chargés à bloc pour toutes nos activités.

Vendredi: Soirée Conviviale

IMG_0709

Aujourd’hui c’est le jour de la soirée conviviale, mais c’est aussi le jour de la fête des voisins! Nous décidons donc de la faire à la Villa Saint Martin, et nous avons sortie les grand moyen ! On ramène la sono, le piano, le micro est c’est partie pour 3 heures de musique non-stop !

IMG_0713

On mange des chips et on boit du jus, puis tout le monde danse. Sur la fin, Douchko Improvise un petit Karaoké au piano avec les enfants! C’est super sympa !

IMG_0715

Vendredi: Atelier de Bondoufle

Aujourd’hui le temps est mi-figue mi-raisin, un peu comme l’atelier, c’est-à-dire dans la bonne humeur mais agité ! Les enfants sont très contents de nous voir et nous accueillent bien ! On commence en ronde à faire la présentation des prénoms de tous puis le très connu jeu de Bondoufle, le Jack-à-dit !

20160527_162128

On s’installe ensuite comme on peut entre les voitures, avec l’aide des parents pour faire 2 activités différentes : la création d’un masque et l’écriture et les calculs sur les tables.

Les enfants étaient passionnés par l’activité manuelle, ils se sont amusés avec la peinture et en ajoutant une pincée – voire une grosse pincée – de paillette ! On a pu accrocher les masques de chacun avec les pinces à linge sur un fil, cela rendait très joli et très coloré !

20160527_163302

Ceux de l’écriture ont pu faire tous pleins d’exercices de calculs, avec de nouveaux exercices plus difficiles pour ceux plus téméraires et même des mots croisés pour travailler sa réflexion. Les petits ont pu dessiner des dragons, des navires, etc.

20160527_161933

Enfin on a pu prendre le goûter alors on a rassemblé tout le monde sur les tapis pour grignoter des tartines et boire du sirop. On a finis par tout ranger et on se dit à la semaine prochaine !

Vendredi: Atelier de la Rocade

 

Nous nous sommes tous rendu à la permanence et avons installé nos tentes et nos tables, sous une chaleur écrasante.

IMG_0695

Au final nous n’avons eu aucun enfant avant 16h30, mais à l’heure de la sortie d’école ils sont tous arrivés en meme temps.

Zoé, Juliette et Héloise étaient toutes les trois sur un atelier perles, coloriage, scoubidou, ce qui a ravi une quinzaine d’enfants, ils sont resté jusqu’au bout !

IMG_0706

Iasmina a organisé un foot avec des enfants, filles comme garçons !

Il regnait une super ambiance tout au long de l’atelier !

Nous avons enchainé avec le conseil de quartier et le gouter, baguette avec  confiture et sirop pour tout le monde !

IMG_0708

 

Jeudi: Atelier du Skate-Parc

WP_20160526_16_48_14_Pro

Sous le soleil, on arrive au skate Park tous ensemble avec de la bonne humeur ! Pleins d’enfants qui sortent de l’école puis d’autres nous rejoignent pour jouer avec nous. On installe des tapis et des tables et on commence des petits jeux de sociétés, des jeux de constructions, lire des livres, et on fait aussi sur des grandes feuilles de la peinture sur le thème du printemps et de la fête des mères !

WP_20160526_17_06_15_Pro

Les enfants ont découvert de nouveaux jeux comme Ali Gali, un jeu où quand on a les mêmes cartes on doit appuyer sur la sonnette, il y avait aussi le Uno, un autre jeu de carte.

WP_20160526_16_57_14_Pro

Des garçons avait envie de faire des jeux collectifs alors Jenica et Sandra sont partis jouer avec le ballon. En revenant c’était déjà le temps du goûter !

On s’est assis sur les tapis pour partager un gâteau fait maison et s’hydrater avec du sirop !

Une fois fini, on a dit au revoir et on s’est dit rendez-vous pour la soirée conviviale de demain au quartier Villa Saint Martin !

 

Jeudi: Atelier de Massy

WP_20141125_008

Nous sommes arrivés sur les coups de 16h30. Il y avait dejà beaucoup d’enfants sur place, nous avons commencé à installer le matériel.

Au programme de la journée : atelier de peinture(avec Juliette, Abdel et Zoé), atelier confection de bracelets et de colliers (Lorelei et Isaline), coin dinette et petite enfance (Héloise, Marjorie et Fiona) et pour finir match de foot avec Dusko, Dominik et Louis. Les enfants ont profité de l’atelier bracelet pour faire des cadeaux à leurs mamans pour la fête des mères.

WP_20141125_013

WP_20141125_015

Il y avait beaucoup d’enfants et tous ont pu essayer les diverses activités. Nous avons eu la visite des mamans qui étaient présentes pour encourager leurs enfants à produire de belles choses.

WP_20141125_026

C’est deja l’heure du goûter, nous rassemblons les enfants et commencons le gouter. Au menu : pain avec du chocolat et sirop.

A la prochaine

Mercredi: Atelier de Bondoufle

Aujourd’hui sous un beau soleil nous décidons d’aller au parc à côté du camp.

Les enfants ont été trés heureux de pouvoir prendre l’air et de se rouler dans l’herbe!!!!

Nous nous sommes tous mis en cercle pour apprendre les prénoms mais aussi de nouvelles chansons (Une souris verte, un éléphant qui se balancait, le petit poisson dans l’eau, l’éléphant et le perroquet).

Beaucoup d’enfants étaient présents, nous avons mis en place des grands jeux collectifs pour se défouler,( le jeu du serveur ,le facteur n’est pas passé, pour les garçons foot, et même slack line, un grand épervier, le jeu de la bombe, un colin maillard Rom.

SAM_1658

La petite enfance à eu beaucoup de succés avec les mamans et même la présence d’enfants de moins de deux ans et demi.

SAM_1667

Pour finir cette belle aprés midi nous prenons le gouter en compagnie de bons gateaux faits maison, et du bon sirop et de bonnes pommes pour avoir des vitamines après s’être follement dépensé.

SAM_1684

 

Mercredi: Atelier au Jardin

WP_20160525_15_10_34_Pro

Aujourd’hui avec quelques enfants du camps de Ballainvillier, nous allons au jardin. Et il y a beaucoup à faire! Désherbage, débroussaillages, plantations, arrosage, ce ne sont pas les activités qui manquent.

WP_20160525_15_15_33_Pro Comme d’habitude tout le monde veut faire utiliser la débroussailleuse, et ont en fait donc chacun notre tour. Même les enfants ont le droit à une initiation, et Constantin qui se débrouille très bien, nous a bien avancé le travail !

WP_20160525_16_02_29_Pro

Aprés avoir bien travaillé, on se rafraichit avec un bon gouter à l’ombre des arbres.

WP_20160525_16_09_19_Pro

 

Les paradoxes de la Pédagogie sociale

Il n’y a rien d’évident dans la Pédagogie sociale et la voie qu’elle propose en termes d’intervention culturelle, sociale ou éducative ne vient jamais en premier.

En effet , un peu comme l’homéopathie qui propose de soigner un mal par le même mal , la démarche en Pédagogie sociale postule des modes d’intervention qui , dans un premier temps paraissent contradictoires.

Soigner le précaire par du fragile

WP_20160519_17_15_11_Pro

Nous avons peu de moyens, aucune certitude de durer et voilà que nous entreprenons des actions pérennes, cycliques et régulières, qui se donnent le luxe infini de s’affirmer permanentes et de viser la sécurité relationnelle et sociale.

Et, au fur et à mesure que nous travaillons, nous observons de curieux résultats:

Nos actions si fragiles durent et se développent là où les interventions  institutionnelles buttent sur mille obstacles: les empêchements institutionnels, la réorganisation des équipes, les redéploiements, les coupes budgétaires, les interruptions due au départ des gens et aux crises personnelles ou institutionnelles. Nous, nous durons, c’est déjà un acquis. Ce n’est pas un résultat, c’est une condition. C’est ainsi que se résout cet étrange paradoxe.

S’adapter à toutes les situations sans jamais se spécialiser

En Pédagogie sociale, l’éducation n’est pas spéciale; elle est globale, elle est générale. Elle a même une vision holistique de son cadre d’intervention et concerne toutes les dimensions de la vie.

Et pourtant nos actions s’adaptent à des problématiques sociales nouvelles et saillantes qui nécessiteraient ailleurs beaucoup de spécialité: équipe pluridisciplinaire , qualifications extraordinaires.

Notre équipe n’est spécialisée que dans son propre mode d’intervention. C’est pour cela qu’elle arrive à s’adapter, qu’elle arrive à contacter , à suivre et à retrouver toutes les situations incasables, qui mettent les institutions en échec.

Se sentir partout chez soi sans espace légitime

Nos actions n’ont aucun territoire qui leur serait propre dédié. Nous ne nous affirmons nulle part en spécialistes , ou en propriétaires des terrains où nous travaillons. Nous sommes des jardiniers ordinaires, des voisins parmi d’autres, des apiculteurs amateurs, des chanteurs et des danseurs de la vie quotidienne.

Mais partout nous faisons de ces terrains, du commun, du nôtre, c’est à dire du « pas à nous »; en tout cas du « pas à nous seul »; mais plutôt du « à nous tous: « AVEN SAVORE ! « 

L’effet de cette particularité est notre adaptabilité, notre mobilité dans le mobile, mais aussi notre capacité à faire repère directement dans tout lieu de vie.  Dès lors , nous pouvons « habiter » et non pas « utiliser » les espaces qui nous accueillent.

Affronter les départs, les ruptures avec la certitude d’une suite

Avec le temps , nous avons fini par percevoir cette étrange réalité: en Pédagogie sociale, ceux qui partent font de la place à ceux qui arrivent. L’aventure se poursuit, y compris pour ceux qui sont partis et que l’on re-croise sans arrêt avec des statuts différents.

Tel qu’on avait connu enfant sur nos tapis revient jeune adulte, stagiaire en formation, bénévole, service civique; ou bien nous l’employons.

Tel autre que nous avions croisé fugitivement avec la certitude que nos chemins devaient se croiser. Et cela ne manquera pas.  Car l’action de l’association, l’effet de ce travail si particulier  qui s’adresse au créateur et à l’auteur en chaque personne, donnent des résultats à long terme, ouvrent des espaces et des perspectives de vie, qui laissent à jamais un effet de manque ou d’appel.

Nous repérons ainsi comment la suite des histoires et des relations avec tel ou tel a du sens, de la logique, et que cette logique se déploie dans un temps long et certain.

Ainsi , pour ce dernier paradoxe, les départs, loin de signer des fins de quelque chose, ouvrent souvent d’autres perspectives:

  • immédiates, car le départ des uns  modifie l’investissement des autres et crée de nouveaux commencements,
  • lointaines, car ces départs ont toujours … une suite.

Dimanche 22 mai: Jardin

 

Ah! Que d’eau, que d’eau ! Se serait écrié Mac Mahon si il nous avait accompagné ce dimanche au Jardin. Et nous de lui répondre: « Allez Patoche, arrête de râler et viens nous aider à désherber les patates ! ».

Certes ce n’était pas les crues de la Garonne aujourd’hui mais quand même! Ça n’a pas empêcher la famille de Corinne, ainsi qu’Eddy de venir nous filer un coup de main pour désherber, arroser ( la serre hein !), allumer le feu,

WP_20160522_11_56_46_Pro

faire cuire les merguez,et bien sur les manger !

WP_20160522_12_39_27_Pro

On s’abrite donc sous la serre, pour déguster notre repas , accompagné d’un gâteau aimablement cuisiné par Corinne, et d’une tarte acheté par Abdel. Car aujourd’hui ce n’est pas un mais 2 anniversaires que nous fêtons, celui de Floriane la veille, et celui d’Abdel le lendemain.

La pluie ne nous laisse que très peu de répits, mais juste assez pour que Laurent, Hélène et Cassandra nous rejoigne avec quelques cuisses de poulet. On sort la débroussailleuse histoire de décapiter quelques mauvaises herbes, mais le temps empire à vue d’œil, et l’on décide de remettre a plus tard nos élans botanico-révolutionnaires pour se rentrer au chaud !

Samedi 21 mai 2016: Ballainvilliers

Nous sommes arrivés au camp, jour de fête des prénoms, nous avons été très bien accueillis avec la bonne humeur qui régnait sur le camp. Nous avons commencé par des jeux collectifs : un proposé par l’équipe (Jacques a dit) et un par les enfants (pays/pays on veut des prisonniers).

2016-05-21 14.51.47

2016-05-21 14.53.13

2016-05-21 14.53.46

2016-05-21 14.55.28

Après nous avons bu un verre avec les familles présente sur le camp, puis nous avons installé les ateliers, avec le coin petite enfance, le coin peinture et le nettoyage du camion (qui s’est terminé en bataille d’eau).

WP_20160521_15_15_49_Pro

WP_20160521_15_22_30_Pro

WP_20160521_15_25_06_Pro

Nous avons remarqué des différences d’âge entre les ateliers, ainsi tout le monde a pu participer. En effet les adolescents ont aimé participer au nettoyage du camion et les parents avaient l’air heureux de participer aux ateliers avec leurs enfants. Après les ateliers nous avons fait un petit temps calme allongés au soleil.

WP_20160521_15_52_04_Pro

Puis les enfants ont servi le goûter et une maman a partagé avec nous un gâteau. A la fin beaucoup d’enfants nous ont aidé à ranger et à tout t’amener au camion.

Vendredi 20 mai 2016: Champlan

Sous un beau soleil nous partons sous le camp, avec Floriane, Elena, Laura Dusko, Domino et Héloïse. Lorsque nous sommes arrivés, une fête était en préparation c’était un baptême, il y avait de la musique. WP_20160520_16_22_58_Pro

Nous avons commencé l’atelier par une répétition d’Aven Savoren et nous avons fini par le goûter, un bon marbré.

WP_20160520_16_27_51_Pro

WP_20160520_17_00_59_Pro

Jeudi 19 mai 2016: Massy

Avec Dusko, Domino, Héloïse, Loreleï, Laura et Floriane.

On commence cette journée en chassant les nuages et le soleil arrive quand on installe le barnum. On lance alors un foot avec Dusko et Domino et plusieurs garçons les rejoignent pour faire un match.

Sous le barnum, des mamans et des enfants sont très intéressés pour faire de la peinture avec Laura et Héloïse, puis on installe des jeux de sociétés et Loreleï des boites de perles pour faire des bracelets.

20160519_172601

Les enfants se sont bien défoulés sur le terrain et d’autres s’amusaient à bien faire des animaux avec leurs mains en mettant de la peinture dessus. Deux jeunes filles ont commencé le Dazibao en inscrivant «  Intermèdes- Robinson » sur les pancartes avec de jolies couleurs rose et violet.

20160519_170954

20160519_172618Beaucoup d’enfants étaient présents aujourd’hui et le temps est passé très vite en s’amusant !

On a tout rangé pour passer au goûter qui s’est très bien passé. Pour la prochaine fois, les enfants souhaitent faire eux-mêmes le goûter et qu’on puisse faire un plus grand match de foot avec des dossards et des cages de foot. Les filles voudraient faire de la pâte à modeler aussi.

On finit de ranger et on dit à la prochaine fois aux enfants !

 

Jeudi 19 mai 2016: Skate park

Aujourd’hui pour la réalisation de l’atelier SkatePark, était présent Abdel, Sana, Sandra, Juliette et Précilia.

WP_20160519_16_46_11_ProNous avons proposé aux jeunes divers activités, au programme, il y avait un atelier petite enfance mené par Juliette, des jeux de construction accompagnés par Abdel, un atelier de confection de bijoux réalisé par Sana et des jeux collectifs proposés par Sandra et Précilia.

WP_20160519_17_11_32_Pro

A cet atelier, il y avait une vingtaine d’enfants, tous étaient très heureux de participer aux activités proposés.

WP_20160519_17_33_45_Pro

Le goûter s’est très bien passé, et les ateliers aussi.

WP_20160519_17_15_11_Pro

Jeudi 19 mai 2016: Jardin

Aujourd’hui était présent au Jardin Sana, Précilia, Sandra, Juliette, Abdel, Jessica et Franck.

Pour commencer, nous avons planté des pieds de tomate. Par la suite, nous avons arrosé les pieds de tomate et les plantations de la serre.

Abdel a débroussaillé la moitié du terrain, puis a laissé Franck et Juliette faire le reste.

WP_20160519_14_53_35_Pro

Sandra, Sana, Juliette, Jessica et Précilia ont planté le reste des pieds de tomate et ont arraché les mauvaises herbes.

WP_20160519_14_53_44_ProWP_20160519_14_53_52_Pro

Mercredi 18 mai: Répétition générale.

Ce mercredi, nous nous sommes donné rendez-vous à la maison Collucci pour la répétition de notre groupe de danse Aven Savore.

WP_20160518_15_28_20_ProNous nous retrouvons tous après avoir emmené les enfants des camps de Ballainvilliers et Bondoufle dans une petite salle prêtée par la mairie, et accompagnés de Dousko, Genica et Dominik, qui mènent la danse (au sens propre !), nous commençons le spectacle.

WP_20160518_15_37_27_Pro

WP_20160518_16_17_56_ProNous avons ramené pour l’occasion les foulards du spectacle, et les filles sont ravies de s’en parer pour danser. Nous enchainons les danses qui nous sont désormais familière, reprenons les quelques pas qui sont encore à travailler, et après un tonitruant final sur la chanson « Aven Savore », nous prenons une pause, ainsi qu’un gouter bien mérité.

WP_20160518_15_54_16_Pro

Après la pause, nous chantons « Jean petit qui danse » dont les enfants de Ballainvillers et Bondoufle sont familiers, puis Dominik Douchko et Madalin nous font une ambiance musicale orientale, pour permettre aux enfants de danser et se défouler avant le retour en camion.