Dialogue

« –   Tu sais Buonaventura, il y a tout de même quelque chose que je ne comprends pas. On nous dit : « Le Social c’est normal que ça ne marche pas car c’est le libéralisme, le capitalisme ».  Mais ce n’est même pas vrai; ce n’est même pas cela au fond dont il est question. Si c’était vraiment le  libéralisme , le capitalisme, alors on pourrait dire (nous qui cherchons un  local pour un centre d’éducation populaire) au propriétaire d’un  appartement vide, d’un terrain à l’abandon depuis des années: « Cher Monsieur , on vous offre 30 euros par mois , et votre lieu on l’utilise. Vous n’avez rien de mieux, aucune proposition, alors celle qu’on vous fait est la meilleure ». Et tu sais quoi? Ca devrait être illégal pour lui, de refuser une offre sans concurrence.

– C’est que ce n’est peut être pas le libéralisme; ou en tout cas pas le libéralisme pou tout le monde. Pour les riches, les gens qui font des affaires il y a une protection, une sécurité; ils ne sont pas en danger des effets dévastateurs du marché. Ca ne se retourne jamais contre eux. En fait c’est seulement contre nous. La précarité ce n’est pas une fatalité, un fléau, ou une misère sociale; c’est une arme construite, braquée sur le peuple.

–  Et puis tu vois: on pourrait dire la même chose au Préfet. Ce bidonville que vous voulez détruire, ces familles que vous voulez mettre à la rue alors qu’on sait très bien que le terrain  qu’elles habitent était à l’abandon depuis des années et qu’il le sera encore, malgré les mensonges du propriétaire, dans les 3 années à venir. Alors on devrait pouvoir lui dire : « Monsieur le Préfet, si vous n’avez pas de meilleure solution , il faut les laisser là; il faut sécuriser le camp; il faut obliger la Mairie à ramasser les déchets et ouvrir la fourniture d’eau ».  Et on pourrait ajouter: « Ou alors vous avez une meilleure idée, un meilleur plan pour ces familles, à nous présenter? ». Tu penses bien qu’il n’aurait rien à dire , rien à ajouter.

– Oui , c’est sûr, il n’aurait rien à dire, le Préfet.

–  Le Maire non plus d’ailleurs , il n’aurait rien à ajouter. Et aussi, quand on viendrait devant lui avec un beau , un fort projet pour les enfants de sa ville, et tous les parents en difficulté. Quand on lui présenterait une vraie action de coopération entre les âges, les cultures . Il ne pourrait pas faire, celui qui ne voit rien; celui qui ne sait rien.

–  Celui qui regarde ailleurs…

–  Oui car on ferait pareil; on lui dirait: « Ou bien vous avez un meilleur projet à nous présenter Monsieur le Maire pour aller dans ce sens? »  Et là , bien entendu, il n’y aurait plus grand chose à dire.

– Ou à objecter.

– Ce qu’il faudrait au fond, c’est pénaliser l’objection; ce qu’il faudrait ce serait d’obliger tous ceux qui empêchent; tous ceux qui interdisent de faire et de proposer mieux que ce qu’ils refusent ou ce qu’ils ne soutiennent pas.

– C’est de cela qu’il s’agit: on peut éventuellement pardonner à ceux qui ne font pas, à ceux qui ne sont pas capables de changer les choses; on peut pardonner à l’incompétent, à l’impuissant, à celui qui a le courage de le reconnaître. Ce qui est vraiment impardonnable…

– C’est ceux qui veulent empêcher ce qu’ils ne savent pas faire. »

 

L’éloignement des possibles

L’Histoire retient souvent les discours et oublie la véritable vie des gens. La grande nouveauté de la fin du XXème et du début XXIème siècle est qu’il en est dorénavant de même du présent.

Peu de gens au fond sont dans la réelle possibilité d’accéder à ce qui se joue réellement dans le quotidien et la réalité des relations des individus et des groupes, avec les institutions. L’impossibilité d’en avoir une idée un peu générale, la difficulté pour ceux qui le vivent de le faire entendre ou de se donner les moyens de le théoriser et le comprendre, empêche de voir et d’agir sur cette situation.

La contradiction est aujourd’hui poussée à son comble entre les discours invitant à des initiatives sociales et citoyennes, appelant à des réponses et des innovations face aux grandes problématiques sociales qui menacent notre « vivre ensemble », et la réalité des 1000 empêchements que ces mêmes institutions et ces mêmes acteurs reproduisent au quotidien.

Les priorités données dans les discours aux actions pour la famille, pour l’hébergement d’urgence , la primauté de l’intérêt de l’enfant, et même aujourd’hui pour le développement de la citoyenneté ou la « prévention du fondamentalisme », aboutissent dans la réalité à toujours plus de difficultés et d’empêchements à agir, à créer, à initier … et à faire.

L’initiative sociale suit une courbe inverse de l’initiative économique; plus cette dernière se libéralise, et plus celle là est pénalisée. Mais elle suit également une courbe inverse avec les discours politiques: plus ceux ci ciblent telle ou telle priorité, plus dans la réalité, les actions dans ce domaine vont devenir impossibles.

Il en est ainsi des discours sur l’importance de la Prévention alors que partout les équipes de prévention sont redéployées, ou liquidées. Et dans le domaine de l’action au soutien de la famille et de la parentalité, malgré les crédits annoncés et les priorités, on réduit à tel point les subventions sur le terrain  que tous les acteurs disparaissent.

Les initiatives associatives abandonnent les unes après les autres, les acteurs jettent l’éponge. Aujourd’hui nous avons atteint le seuil critique de difficultés et de tracasseries administratives, qui empêche toute création de structure ou dispositif social nouveau… qui ne proviendrait pas des acteurs déjà en place. Il y a donc peu de chances que du neuf arrive.

L’étranglement de l’initiative sociale a une explication politique: dorénavant  faute d’ambitions ou de capacités à proposer de réels changements politiques ou économiques, le « Social » est devenu l’espace réservé de la « politique politicienne ». Il sert de bouc émissaire, d’outil de communication avec le peuple, et permet parfois de vagues promesses.

Mais l’étranglement économique est aussi devenu une réalité dont on ne témoigne pas assez. Vous pouvez toujours espérer monter quelque coopérative de production locale avec des pauvres et des précaires ; vous n’arriverez jamais au seuil d’un quelconque équilibre financier possible. Votre kilo de pommes de terre vaut de l’or et ceux qui travaillent avec vous sur ce projet perdent moins de temps à l’acheter à Aldi.

Vous cherchez un terrain pour un centre social innovant? Qui vous apportera … 600 000 euros pour l’acquérir alors que vous n’aurez pas encore envisagé le financement du bâti, des taxes, des impôts et l’incertitude des autorisations nécessaires; le prix d’un camion , d’un loyer, d’une mise aux normes excèdent toute possibilité et personne bien entendu, nulle institution ne le financera jamais.

Curieusement il existe des acteurs dont la mission, la fonction et la responsabilité sont justement de rendre possible ce que l’intérêt public commande.  Mais voici qu’une fois sur le terrain, les mêmes  dispensent toute leur énergie pour éviter que quoi que ce soit se produise: arrêtés, refus d’autorisation, montagnes d’exigences, rappels menaçants à la règlementation, traitement suspicieux de toute initiative qui ne proviendrait pas d’élus ou d’institutionnels.

Il faudra un jour témoigner que les catastrophes sociales , du lien social, qui menacent concrètement notre société et son avenir, ne sont pas le fruit de la fatalité ou des grands cycles économiques ou environnementaux. Ils sont bien le fruit d’une administration négative, d’une culture de l’empêchement et de la confiscation du pouvoir d’agir qui enivre les responsables, les dirigeants.

De tout temps, les puissants ont gêné et bloqué toutes les initiatives et innovations sociales qui n’étaient pas les leurs; mais c’est parce qu’ils voulaient garder pour eux même le pouvoir de bâtir et de construire.

Il s’avère que les puissants d’aujourd’hui sont puissants dans le refus et l’inhibition, mais impuissants pour faire et pour construire. Ils sont la catastrophe qui nous arrive.

 

Le monopole du vide

Ce sont des enseignants qui ont perdu tout contact véritable avec les manières de vivre et de penser de leurs élèves, mais qui revendiquent tout contrôle sur leur avenir, rejettent leurs projets, leurs demandes d’orientation, ou l’expression de leurs besoins les plus élémentaires.

Ce sont des travailleurs sociaux qui ont perdu tout pouvoir d’intervenir concrètement et durablement dans la vie des enfants qui leur sont confiés, mais qui revendiquent celui de poser vetos et refus sur ce qui leur échappe.

WP_20160810_16_12_06_Pro

Ce sont des animateurs sans public qui refusent de sortir de leur structure; ce sont tous ceux qui cherchent dans l’affirmation de leur sérieux, de leur autorité, de leur professionnalité, une consolation à leur peu d’impact et de liberté d’agir.

Il faut bien comprendre cela comme un système et un processus. C’est bien parce qu’il a de moins en moins de puissance véritable d’agir sur les situations et les contraintes, que l’acteur social peut être tenté par le monopole du vide: se retirer sur un territoire tout petit, qu’il dominerait par sa « légitimité », sa « technicité » , ou tout simplement par son pouvoir négatif de refuser ou d’exclure.

Ce monopole du vide est un refuge; mais il est aussi un moyen d’empêcher que quelque chose d’autre puisse advenir, qu’un progrès puisse surgir sans qu’on le contrôle.

Le vide devient dès lors le dénominateur visible et lisible de réflexes individuels , comme de stratégies institutionnelles ou politiques: on préfère partout des locaux vides , des structures sociales sans public, des enseignes sans contenus plutôt que de permettre l’accès d’un local à un groupe vivant. Le but est d’occuper toutes les places par des annonces, des étiquettes, des intitulés, pour affirmer sans arrêt… qu’on n’a pas de lieu , pas de place pour abriter des projets en marche.

La logique du vide, et le désir de tout contrôler, poussent les collectivités à affirmer et à répondre aux demandes les plus légitimes, celles qui cadrent le plus avec leurs missions principales, que ce n’est jamais ni le lieu, ni le moment.

C’est cette même logique qui pousse à la banalisation ou à la dévalorisation de toutes les pratiques innovantes, de toutes les initiatives sociales qui rencontrent leur public et qui s’attaquent concrètement aux racines des problèmes. A ceux qui osent agir, qui osent intervenir et modifier les déséquilibres, on oppose des jugements dépréciatifs . Ce ne serait ni tellement bon, ni très original.

Là encore , on recherche dans l’aplomb du jugement , l’illusion du savoir et du pouvoir qui manque.

En prétendant évaluer et juger ce qu’on ne saurait même pas initier, et ce dont au final on n’a pas idée, on espère maintenir encore un peu le mythe de sa compétence.

Le monopole du vide est une passion dramatique, autant qu’un cercle vicieux, un dilemme dont on se demande comment notre société et ceux qui en ont la charge pourront sortir; ce vide imposé à tous, quelles qu’en soient les conséquences tragiques sur les destins individuels et collectifs, est en passe de nous envahir. Il sera toujours plus difficile chaque jour de rompre avec une telle logique. Autant d’obstination, d’affirmations rendent bien improbables  la possibilité d’une correction spontanée, d’une prise de conscience subite, d’un progrès du jugement.

Le changement , lui se fera, il est inévitable. Ce qui est incertain c’est le nombre des acteurs d’aujourd’hui qui seront en mesure de le comprendre et d’y prendre place.

De mercredi à samedi: SLOVAQUIE

13925175_10208196627691928_7664062043846499035_n

La bonne fée des tziganes: Kesaj

Depuis le longtemps que cela s’imposait, Hélène et Laurent sur la route des KESAJ. Rejoindre les colonies de Lomniska , et les autres , aux pieds des Tatras , autour de Poprad et Kezmarok. Que de noms mythiques pour nous autres, les Robinsons!

13912374_10208196561410271_6541734131227362390_n

Lomnika

Notre but , découvrir et sentir les réalités éducatives, sociales, institutionnelles et politiques à l’oeuvre; prendre du temps avec Ivan pour réfléchir à nos projets à venir. Retrouver Domino, et tous les autres et même participer comme soutien technique à une représentation.

thumb_IMG_8994_1024

A l’hôtel Tatras, à Poprad, ce samedi

Sur si peu de jours, il y aurait tant à dire et tant à témoigner. Les réalités sociales que nous avons rencontrées sont à la fois si distinctes et si semblables aux processus que nous connaissons bien. Un même isolement des acteurs de terrain. Un même refus de voir les réalités sociales envahissantes et de prendre en compte les publics invisibles.

 

thumb_IMG_8992_1024

Il y a  une sous-Slovaquie comme il y a une sous – France (souffrance) et c’est là qu’on imagine, qu’on construit , dans le dénuement le plus complet de moyens, les modalités d’un vivre ensemble de l’avenir, la seule alternative à la guerre civile et l’apartheid.

13938603_10208196557370170_6591814219898187839_n

Et nous avons des projets qui nous relieront encore et encore. A suivre…

13620909_10207122751243284_1217496937829503650_n 2

Conférence à l’Université de l’Ouest Ivan Akimov/Laurent Ott (Juillet)

SAMEDI

Villa Saint Martin :

Une merveilleuse journée s’affiche sur le bleu ciel de Longjumeau est les enfants dès notre arrivée sur la Villa, nous accueilli très chaleureusement et en très grande nombre.IMG_1665

« Un très bel atelier aura lieu » promet Nicolae, en s’émerveillant de voir autant d’enfants de nouveau à la Villa St. Martin . Ils sont en effet une vingtaine de nouveaux, ajoute t il en souriant.

IMG_1663

Les tapis se remplissent vite avec les enfants qui sont partant à jouer a nos grands jeux de billard et de puissance 4 , avec Simena, ou une épreuve de  tirs au buts avec Dusko et Ramona.IMG_1700

A côtés d’eux Nicolae attrape Daby  et Kanny et ensemble, ils  commencent à faire un bel Dazibao qui parle de la reprise des activités des Robinsons à la rentrée.

IMG_1701

Iasmina et un groupe d’enfants construisissent un beau château «  Château des Robinson » et ils l’exposent pour que les autres puissent l’admirer.IMG_1682

La petite enfance est bien animée par les enfants eux mêmes qui sont en très grande nombre sur le tapis.IMG_1691

La cloche a sonné et c’est l’heure de « l’Assemblée des Présents » qui annonce un bon goûter, tranquille et rigolo. La journée a été pleine de bonne humeur, de la convivialité et de la rigolade.

VENDREDI

LA ROCADE

Aujourd’hui nous excentrons un peu l’atelier à l’ombre des arbres, pour fuir un peu le soleil cuisant de la Rocade. Les enfants comme les adultes sont au rendez-vous, et nous nous installons autour des tables et sur les tapis pour faire de la couture,WP_20160812_15_24_21_Pro

peindre un dazibao, ou jouer aux grands jeux. Certains vont aussi se risquer au soleil pour faire un petit foot mais reviennent bien vite dans la fraicheur de l’ombre.WP_20160812_15_22_47_ProWP_20160812_15_22_30_Pro

On discute de tout et de rien, si bien que le temps file à toute vitesse et qu’il est déjà temps de rentrer.

Jardin de Saulx-les-Chartreux :

Un beau soleil à l’horizon, du beau temps, on est bien disposé et nous allons passer une belle après-midi au jardin dans la compagnie des enfants et des autres.

IMG_1178

Pour une nouvelle fois nous commençons notre séance de ramassage des salades et des courgettes et des haricots. Nos premières tomates arrivent, de sorte que c’est une belle récolte nous avons réalisée aujourd’hui.

IMG_1176

Les enfants ont commencé à arroser sous la serre et sur le terrain et  puis ils nettoient un peu partout dans le jardin. La bonne humeur et la rigolade sont au rendez-vous et en plus de ça une bonne communication est instaurée entre les enfants et les adultes sur différentes thèmes surtout en ce qui concerne le jardin.

IMG_1170

Le goûter annonce notre départ et avant de ranger, on prend tous une photo de groupe avant de s’en aller.

IMG_1187

 

ATELIER CUiSINE

Aujourd’hui Iasmina, Sandra et Sadio nous ont préparé un repas géant..

IMG_1649

Nous avons fait des beignets aux courgettes (ce sont celles de notre jardin) et des poulets rotis. Nous montons encore la table et nous recevons tous nos adhérents au festin.

 

IMG_1653Nous n’étions pas sûres de nous au départ et y allait il y avoir des convives? Voici la réponse, ils étaient très nombreux.

IMG_1656

JEUDI

SKATE PARK

Nous arrivons en avance à l’atelier du Skate Park, et installons nos activités : jeux géants, coloriages, petites enfance, et foot.WP_20160811_15_38_57_Pro - Copie (2)

Les enfants arrivent peu à peu à l’atelier, et vers 15 heures, tout un groupe d’un centre aéré débarque sur le terrain de foot.

WP_20160811_15_27_51_Pro - CopieCela n’empêche pas les enfants du centre qui nous connaissent de venir jouer avec nous.

WP_20160811_15_27_45_Pro - Copie - CopieOn enchaine les parties de puissances 4, on va accrocher le dazibao qu’on a dessiné la semaine dernière. Le temps file, et il est déjà l’heure de prendre le gouter et de se dire à la semaine prochaine !

Jardin des Abeilles :

Aujourd’hui nous sommes prêts à rendre visite à nos chères abeilles en espérant qu’on trouvera du miel dans les hausses. On tient les doigts croisée car pendant tout ce temps et de le début du printemps il n’y avait pas beaucoup de fleurs et ni dans le champ d’en face rien…rien…rien.

IMG_1629

Iasmina allume enfin l’enfumoir, tandis que Franck et Nicolae essaie les combinaisons et Dusko se charge de nettoyer les bottes.IMG_1635

Tout ça étant fait, il nous reste qu’à aller voir nos ruches  et les peser pour voir s’il y a du miel. Malheureusement seulement trois d’entre elles sont si lourdes qu’on ne peut même pas à les soulever. C’est trop tôt pour les ruches avec nos nouveaux essaims pour cette année.

IMG_1637

Ces nouveaux essaims se sont multipliés plutôt que de faire du miel.

IMG_1641

Il ne nous restera qu’à attendre la saison suivante. Mais tout de même : 3 ruches pleines : nous allons avoir du miel et BEAUCOUP

MERCREDI

JOURNÉE A LA PISCINE

Aujourd’hui est un jour pas comme les autres, puisque c’est le jour de la sortie à la piscine à vagues ! On s’est donné rendez-vous à la gare Chilly-Mazarin  à 10h du matin. WP_20160810_16_12_06_Pro

Résultat des comptes on est enfin prêt à… 11h30 ! Mais rien ne peux entamer notre moral d’acier, car aujourd’hui c’est piscine (oui je sais je l’ai déjà dit)! WP_20160810_13_02_18_ProWP_20160810_13_04_00_Pro

Après un long périple (mais moins long que la dernière fois quand même) On arrive enfin. Certains enfants ne tiennent plus en place et vont directement se baigner pendant que les grands préparent les tables pour le repas. WP_20160810_13_02_08_ProWP_20160810_12_59_53_Pro

Leur de la soupe a sonner et tout le monde se rassemble pour partager les sandwichs apporter par Robinson mais aussi les différents plats que les adhérents ont emporté. Ensuite c’est ré-baignade jusqu’à 16h tandis que la plus part des mamans  restent à discuter entre elles sur le bord. WP_20160810_11_26_01_Pro

La longue marche du retour est un peu moins longue qu’à l’aller sans doute parce que le soleil commence à décliner, on se sépare à la gare de Chilly, content du moment que l’on a passé tous ensemble

 

Leçons de pédagogie tzigane

Ivan Akimov (des Kesaj Tchave) faisait remarquer qu’il croyait bien repérer une certaine unité, une certaine cohérence dans la manière dont tous les tziganes d’Europe élèvent leurs enfants. Il ajoutait que pour sa part il considérait une telle pédagogie comme particulièrement efficace, car elle permet usuellement d’amener ces enfants à devenir des adultes débrouillards, adaptables à toutes situations, et souvent capables de « rebondir » lors des pires conditions.

Pour notre part, en Pédagogie Sociale, nous constatons combien nos propres principes d’intervention conviennent parfaitement à ces groupes et cette population.

S’interroger sur une pédagogie tzigane c’est opérer un renversement total; nous parlons là de groupes discriminés et stigmatisés au contraire de manière très fréquente sur  le plan de la protection, de l’enfance , ou qui sont vus comme un ensemble de « mauvais parents » incapables d’assumer justement leurs responsabilités éducatives.

IMG_1574

Ce renversement de la stigmatisation vers l’analyse, voire la valorisation,  c’est justement ce qui permet, à nous, acteurs sociaux engagé auprès de ces familles, de rendre compte d’aptitudes remarquables de la part de la plupart de ces enfants et de ce qui leur permet d’adhérer si facilement à nos actions.

S’il faut mettre en évidence quelques points essentiels, des principes élémentaires de cette Pédagogie tzigane, il faut que ceux ci soient peu nombreux pour s’adapter à l’incroyable variété des situations de vie, des options personnelles ou familiales, comme des particularités nationales qui traversent ce groupe.

Qu’allons nous retrouver, en effet,  de commun chez les Gitanos espagnols et les tziganes slovaques ou roumains?

1- Un accueil communautaire de la petite enfance

Premier élément: l’enfant à sa naissance est accueilli par toute une communauté. Cet accueil communautaire est essentiel. Il matérialise à la fois une attente, une attention et de réelles capacités de coéducation du milieu d’accueil. Par ailleurs chez les tziganes, comme les Rroms, les parents sont jeunes et parfois très jeunes. Ils ont à la fois une distance d’âge faible avec leurs enfants et leurs propres parents. Par ailleurs étant jeunes, quand les choses peuvent fonctionner correctement, ils bénéficient d’un soutien efficace de la famille, à commencer des grands parents. Même s’il est caractérisé aussi par cette dimension, cet accueil communautaire va d’ailleurs plus loin que la simple famille élargie. Il y a toujours des alliés , des autres, des tiers avec qui on peut vivre au quotidien.

Cet accueil communautaire doit être considéré du point de vue de la sécurité affective qu’il réalise; les jeunes enfants rroms sont le plus souvent au coeur d’une prise en charge collective et de soins permanents. Ils ne sont pas exclus de la vie quotidienne dans toutes ses dimensions. Au contraire ils participent à tous le événements et moments de vie du groupe. Ils sont également constamment au contact d’enfants de tous âges.

2- Reconnaître l’enfant tzigane comme auteur de sa vie

Second élément: l’enfant est reconnu comme auteur de sa vie. Cela pourrait paraître juste « phraseux », déclaratif si ce n’était pas justement sur ce point que buttent si souvent les professionnels de l’éducation quand ils ont affaire aux enfants tziganes. Des enfants souvent volontaires, pleins d’initiative, qui viennent par eux mêmes, rarement opposants… mais qui peuvent tout aussi bien renoncer par eux mêmes de revenir du jour au lendemain.  C’est ce qui contrevient le plus avec notre vision et notre culture professionnelle de « protection de l’enfance ». Cette prééminence de la volonté de l’enfant dans des domaines où il n’est pas censé être compétent peut bien entendu être discuté. Mais pour autant, quelle avancée , quel changement vis à vis de notre société qui peine tant à garantir de véritables droits effectifs, aux enfants qui ne s’épuisent pas dans les droits des adultes à « les protéger »!

3- L’accès rapide à une identité sociale

Troisième élément: une identité populaire et collective précoce. Les enfants tziganes grandissent vite. Ce n’est pas pour eux les adolescences interminables ou les destins de « Tanguy’. En général, sauf à vivre au milieu d’une famille isolée, ils acquièrent assez vite une véritable identité collective, commune  et partagée avec des autres. L’accès à cette culture n’est assujetti à aucune compétence exigible particulièrement. C’est un droit assez universel.

De même les enfants tziganes comme les jeunes adultes se reconnaissent et s’identifient en lien avec un milieu populaire, dont ils adoptent les valeurs: l’importance primordiale de l’autonomie, l’attirance pour le  mariage jeune, l’émulation au sein du groupe pour acquérir des biens essentiels ou de prestige.

Le fait qu’ils ne s’engluent pas dans une période de vie intermédiaire, interminable au statut complexe, comme l’adolescence , leur permet d’assumer plus jeunes de véritables choix et concourt paradoxalement à les rendre peu angoissés. Ce qui nous frappe toujours chez ces jeunes, c’est cette capacité à limiter le tracas et le souci, à l’immédiat; à refuser de redoubler la violence sociale du présent, par la crainte de l’avenir.

Dans notre association, nous estimons que nous avons beaucoup appris de cette pédagogie tzigane . Nous trouvons beaucoup de sens à nous instruire de ceux qui, de tout temps, ont été déclarés ignorants, et à suivre des enseignements de ceux qui ont été si longtemps esclavagisés.

Les éléments que nous en distinguons, que nous en retirons viennent nourrir cette pédagogie sociale que nous développons pour tous.

 

DIMANCHE

LE JARDIN

SAM_2314

Aujourd’hui nous nous rendons comme chaque dimanche au Jardin, sauf que pour cette fois, on ira à pied. Un groupe d’enfant nous rejoint en vélo, et 2 familles plus tard en voiture. Une fois arrivé, les enfants ont déjà lancé le feu, et on attaque la cuisson des merguez. Après le déjeuner on attaque la cueillette des haricots sous un soleil de plomb. Le enfants se sont mis bille en tête de construire une cabane avec les palettes, mais finalement ils n’iront pas jusqu’au bout, faute de temps.

SAM_2316

On les mets en bottes pour les distribuer à chacun, puis on finit la journée dans la fraicheur des arbres, à discuter, a part Mario, qui ne peut pas s’empêcher de travailler !

SAM_2319

SAMEDI

VILLA SAINT MARTIN

Aujourd’hui, c’est en bus et sous un soleil écrasant que nous nous rendons à la villa St Martin. Alors que nous installons les ateliers à l’ombre des arbres, les enfants commencent à arriver de tous les coins du quartier.

IMG_1604

Certains viennent pour s’essayer à la Slake-line, d’autre pour se faire maquiller, d’autre encore pour les coloriages, la petite enfance, ou le foot. Un groupe de Robinson à vélo viens nous voir: ils ont des problèmes de freins On les aide comme on peut mais, sans les outils, les réparations ne sont que temporaires. On se donne rendez-vous la semaine prochaine avec plus de matériel pour réparer ça de manière plus durable.

IMG_1592IMG_1602

Avec Eddy qui nous a rejoint entre temps, on pose quelques free-style et on fait du Beat-box.  Le temps file et on se rassemble pour le conseil de quartier. Un groupe d’enfants proposent de faire des olympiades style Kolantha, on réfléchit à comment les mettre en place.

IMG_1600

L’atelier se termine avec un goûter aux saveurs exotiques, puisqu’on a ramené des sirops gout mandarine, fruit de la passion, et noix de coco.

VENDREDI

LA ROCADE

Nous sommes arrivés à la Rocade pour installer les ateliers de rue que nous avions préparés :

*Petite Enfance

*Puissance 4 et Billard hollandais

*Décorations en papiers

*Espaces adultes (café, thé et petits gâteaux)

* Fresques artistiques avec peinture, gel et paillettes

Une partie de l’équipe est allée inviter des enfants et des parents à nous rejoindre.IMG_1574

A la « Petite enfance », Iasmina a installé un bel espace. Puis elle a démarré un jeu de rôles,  de famille avec la dînette, les poupées, les constructions et les fauteuils pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

IMG_1569

L’atelier « Décorations papier » s’est associé à l’espace adulte étant donné que les adultes étaient intéressés. Pour les grands jeux, les enfants étaient libres d’y aller quand ils voulaient et ont apprécié.

IMG_1565

Pour les fresques artistiques les enfants, Simena et Sandra  ont écrit sur le thème,  « AVEN SAVORE » et sur la deuxième VENEZ TOUS !!! Puis les enfants les ont décorés avec de la peinture, du gel, des paillette, des tampons…. Ils se sont également servis de leurs doigt et de leurs mains

IMG_1575

Vers la fin afin de se défouler Les enfants et Iasmina ont fait un chat sur la roue qui tourne.

IMG_1587

Nous avons fini avec une « Assemblée des Présents » où chaque enfant a partagé ses impressions et ses idées. Après tout ça, nous avons goûté.

JEUDI

MASSY

Les personnes présentes : Loreleï, Sandra, Aurélie, Arnaud, Sophie et Iasmina.

Nous sommes allés à Massy pour installer l’atelier. Nous avons aménagé l’espace pour les mamans, avec du thé et des biscuits. Nous avons aussi mis en place l’espace petite enfance avec dinette, poupées, jeux de construction. Pour les plus grands, nous avions les billards en bois et le puissance 4 géant.

IMG_1553

Loreleï a préparé une grande affiche pour une œuvre collective de collage de graines et poudres en tout genre.

Iasmina et Aurélie se sont mises à la recherche d’enfants pour les inviter.

IMG_1551

Nous avons eu la visite de Franck qui passait par là avec son chien. Nous avons fait connaissance autour d’une tasse de thé. Il est musicien et intéressé pour jouer lors de nos soirées, ou même pour montrer le saxophone aux enfants sur l’atelier de Massy.

IMG_1549

Enfin, avant le goûter, nous avons fait notre petit conseil de quartier.

Jardin de Saulx-les-Chartreux

Aujourd’hui nous sommes de nouveaux parti pour une après-midi, en  compagnie des enfants et de Franck et Jessica mais aussi avec Sébastien qui vient de l’association FRIENDS, de Thaïlande. Cette ONG y réalise  un travail nécessaire dans la prévention, et d’accès à la formation et à l’éducation des enfants.

Dès notre arrivée au jardin nous nous sommes répartis les tâches : et c’est ainsi que Nicolae après avoir fait le tour des plantations au jardin pour Sébastien et ensuite avec lui et Andrea et Armando vont se mettre à cueillir les haricots.

Cependant, Jessica et Franck ont pu arroser sous la serre car sur le terrain la pluie a fait son travail.

Andrei et Roni avec Alex ont ramassé les mauvaises herbes et  ont désherbé la petite parcelle de fruits rouges.

Puis c’est le tour des salades pour les ramasser et quelques poivrons avant de finir et prendre le goûter.

A bientôt !

Atelier du Skate park

Aujourd’hui alors que nous nous approchons du skate Park avec le matériel, nous remarquons avec étonnement qu’il n’y a personne ! Ni dans les rue, ni dans l’herbe, ni dans le stade, ni sur les bancs ! On installe tout de même le matériel et on fait un tour du quartier, personne ! On finit par regarder l’heure, et on se rend compte qu’on est parti avec près de ¾ d’heure d’avance ! Et effectivement petit a petit les enfants et les familles commence à affluer ! Sur les tapis, on joue avec la dinette, on prépare un dazibao avec les horaires des ateliers de la rentrée, et Lunna écrit un article pour le journal des Robinsons où elle raconte ses vacances à l’association.  Sur le stade, on enchaine les parties de foot. Les enfants tiennent absolument à battre les adultes, du coup on fait les grands contre les petits. Les enfants finissent par gagner, mais on se demande si les adultes ne l’on pas un peu fait exprès. On se rassemble ensuite tous pour le gouter, et on discute de ce qu’on a fait pendant les vacances. Beaucoup d’enfants du quartier disent s’ennuyer et ne pas faire grand choses à part les ateliers de Robinson.

MERCREDI

Jardin de Saulx-les-Chartreux :

Nous sommes arrivées au jardin et nous avons préparé la débroussailleuse. Nous avons commencé à couper l’herbe devant la serre et autour.

20160803_155459

Dans un deuxième temps nous avons arrosé les plants avec l’aide d’enfants qui montaient les seaux d’eau grâce à la poulie. Dehors, il faisait chaud et nos tomates avaient soif et « nous avons pu accéder à leur requête » , s’exclame Dusko, en rigolant.

20160803_152546

Puis le temps passe vite et on arrive à la fin de notre séance de jardinage et avant de nettoyer et ranger le matériel on va vite prendre notre goûter.

A bientôt !

Bondoufle

C’est une équipe 100% féminine qui part pour les activités de ce mercredi après-midi. Les animatrices présentes aujourd’hui se sont réparties les différents ateliers : Lorelei et Najamie mèneront la création de cartes, Laura animera l’atelier des mamans, Iasmina et Simena joueront au puissance 4 géant et Sandra et Inès s’occuperont de l’espace petite enfance.

20160803_155315

20160803_154025

Une fois arrivés à Bondoufle, les enfants nous accueillent avec leurs sourires et leur bonne humeur, ils sont une vingtaine. Les filles surtout, viennent nous faire des bisous et discuter avec nous. Rapidement, Laura prend en main les présentations. En cercle, chacun dis son nom et tout le monde lui crie : «  Bonjour … ! ». Laura organise ensuite un jeu « chat chien » avant de mettre en place les ateliers. L’humeur est joyeuse et les enfants sont assez calmes.

20160803_154106

20160803_145014

L’atelier de Lorelei et Najamie, la création de carte, plaît beaucoup aux petites filles.

20160803_153956

Le puissance 4 géant, avec Laura et Simena rassemble aussi quelques enfants, bien qu’ils n’aient pas totalement compris le but du jeu.

20160803_160513

20160803_150428

Sandra et Inès ont accueillis les plus petits à l’atelier petite enfance, mais aussi des grands qui jouaient au Kappla.

Vers 16h, on range tout et on prend le goûter, pour un départ à 16h30.

 

S’accrocher aux oripeaux …

« On ne peut pas perdre ce qu’on n’a jamais eu »

Nous vivons une période où fleurissent les pires peurs collectives , politiques et sociétales. Nous serions en train de perdre selon les uns , la culture, selon d’autres la civilisation, selon d’autres encore les valeurs et les lumières.

WP_20160730_15_47_29_Pro - Copie (2)

Tous ces « apologistes de la perte » n’en sont pas à leur coup d’essai. C’est depuis le début des années 80 qu’ils nous endorment, et qu’ils nous accoutument à leurs discours de déclin. Ils exultent aujourd’hui car ils ont le monopole du bruit et il leur semble que le moindre événement leur donne raison. Il est vrai que les médias ont largement emprunté leur ton et pris leurs fantasmes pour des vérités révélées.

Mais tout simplement encore c’est tout un chacun qui souffre de la nostalgie de ce que nous n’avons jamais connu. Où était elle cette société égale, fraternelle et libre qu’on nous vante à chaque discours public ? Où étaient elles ces fameuses valeurs de la république qui n’ont visiblement pas été  très efficaces pour éviter  les précarités, les discriminations et le racisme galopant?

Pour nous éducateurs et travailleurs sociaux, c’est pourtant quelque chose de particulièrement rassurant de reconnaître que nous ne perdons pas tant que cela. Ces institutions qui déclinent, qui régressent, sont elles vraiment à regretter?

Ne devrions nous pas nous dire , à la place du regret, que ce n’étaient peut être que des illusions?

Peut être n’avions nous pas tant que cela construit:

  • Peut être que nous n’avions pas tant que cela lutté contre les idées reçues.
  • Peut être que nous n’avions pas tant que cela mis en cause les inégalités.
  • Peut être que nous n’avions pas tant que cela promu et expérimenté les libertés.

Ce qui est vrai sur le plan social, institutionnel et collectif, l’est tout autant dans le cadre de notre action personnelle.  Les difficultés auxquelles nous nous heurtons étaient déjà là au démarrage. Les obstacles que nous trouvons sur notre route étaient déjà installés avant même qu’on essaie d’aller quelque part.

Ce ne sont pas des échecs, nos échecs, ce sont « des mises en lumière » d’obstacles structurels, de chaînes invisibles qui pénalisent toute la société. On n’échoue pas à ce qu’on ne peut pas gagner.

Nous n’avons perdu ni notre énergie , ni notre temps; nous avons contribué à rendre les choses plus claires, à donner une image à ce qui immobilise, à donner un nom à ceux qui bloquent, à révéler les violences cachées.

Immanquablement les chaînes que nous mettons en évidence seront brisées; du simple fait que nous les aurons mises en lumière et qu’on pourra dès lors s’y attaquer.

Inévitablement, les freins à toute évolution sociale, éducative que nous mettons en évidence serons levés.

Irrésistiblement, les discours qu’on nous oppose, les piètres justifications perdront tout  crédit.

A Intermèdes Robinson, nous mettons en évidence chaque jour tout ce qui empêche et tout ce qui entrave l’évolution sociale et institutionnelle.

Bien loin des discours officiels nous illustrons comment les idées qui viennent du bas peuvent être ignorées. Nous pouvons décrire l’oeuvre des machines à broyer et à décourager l’initiative citoyenne et sociale.

Nous découvrons et mesurons chaque jour l’étendue de l’inéquité de notre système institutionnel et social: tandis que les charges de preuve, le poids des soupçons immobilise et écrase ceux qui subissent dénis et discriminations, ceux qui les commettent, en revanche jouissent encore et toujours de nombreuses facilités et complaisances, ainsi que du monopole sur toutes les ressources disponibles. Un tel système ne pourra conduire qu’à la catastrophe humaine et sociétale y compris pour ceux qui le défendent.

Ces derniers sont semblables aux gardiens d’un temple vide; ils s’accrochent à des haillons. Ils ignorent qu’en tant qu’acteurs sociaux la seule source de légitimité qu’ils pourraient avoir ne saurait venir que de ceux qu’ils répriment.

 

DIMANCHE:

Dimanche au Jardin

WP_20160731_12_16_27_Pro

Aujourd’hui  nous sommes arrivés au jardin vers 11h30. Nous avons commencé à préparer le repas et à allumer le barbecue. On a mangé tous ensembles des merguez, du poulet et de la salade. Nous avons eu beaucoup de monde cette après-midi aux jardins. Nous étions 25 personnes. Nous avons déterré toute sorte de pommes de terre, et nous avons enlevé les mauvaises herbes qui recouvraient nos plants de patates.

WP_20160731_12_37_58_Pro

Beaucoup de personnes ont participé au jardinage, et nous a beaucoup aider. Nous avons aussi désherbé les herbes autours des haricots verts, et nous en avons cueilli.

WP_20160731_12_16_10_Pro

Il y avait aussi des courgettes que nous avons cueillies. L’après-midi c’est bien passé, nous avons pris un goûter avec du thé, et de la pastèque. Nous avons terminé notre journée notre journée en arrosant les haricots verts qui avaient bien besoin d’eau.

WP_20160731_13_00_40_Pro

SAMEDI:

Atelier de Villa Saint-Martin

WP_20160730_15_47_47_Pro - Copie - Copie

Aujourd’hui sous le beau ciel bleu de Longjumeau on s’apprête à installer notre matériel éducatifs,  et nous déballons nos jeux, et donnons envie aux enfants de se défouler avec nous avec  les grands jeux collectifs comme le Rugby , Foot , Billard ,Puissance 4.

WP_20160730_15_10_31_Pro - Copie - Copie (2)

Laura prépare son petit « coin enfance » et, sans trop attendre un groupe de  petits et des grands, s’assoient à côté d’elle pour faire des bracelets, les perles ou jouer avec la dînette.

WP_20160730_15_34_59_Pro - Copie

Nicolae avec les grands jeux est juste à côte pour laisser la possibilité à ceux qui aimeraient se défouler plus tard. Sandra propose le coloriage des Reines et des Rois, et des petites Princesse.

Tandis que l’autre Laura après avoir fait un tour du quartier en recherche d’enfants, la voilà avec une dizaine d’enfants qui savaient pas que nous étions là et qui aimeraient jouer avec nous.

Une belle ambiance autour des jeux, de l’amitié, de la bonne humeur et de la rigolade, de la convivialité entre les petites et grands.

WP_20160730_15_47_29_Pro - Copie (2)

Finalement la journée s’achève et le gouter et prêts à être servi avant de ranger et pouvoir partir, tout en étant déçus de n’avoir pas pu rester plus longtemps.

Atelier de Ballainvillier

Aujourd’hui, à Ballainvilliers, c’est peinture et dessin. On installe un grande feuille sur les tables, et chacun met la main à la pâte pour composer une fresque collective. Sur d’autres tables un peu plus loin on fait sont auto-portrait et on dessine se qui nous passe par la tête.

SAM_2271

SAM_2275

Forcément, on commence à se dessiner sur les bras, et l’atelier devient un atelier de tatouage ephémère.

SAM_2270

Le temps passe et on se rassemble pour prendre le gouter.

SAM_2278

VENDREDI:

Soirée Conviviale AU JARDIN :

WP_20160729_15_44_19_Pro

Des le début d’après midi, une équipe se retrouve au jardin,

pour travailler un peu et préparer le repas du soir. Au menu, couscous et briks!

WP_20160729_16_10_56_Pro

WP_20160729_19_54_36_Pro

WP_20160729_19_55_33_Pro

A 19h, les premiers convives arrivent, on discute, on prend des nouvelles, ont rigole, on installe la musique.  L’heure de manger arrivent et on se rassemble sur les nattes pour déguster couscous briques et les pastels, qui sont arrivés en début de soirée.

WP_20160729_20_14_04_Pro

La soirée bat son plein et le soleil se couche sur le Jardin, il est l’heure de rentrer !

Atelier de la Rocade:

Aujourd’hui, à la Rocade, c’est entre soleil et pluie qu’on s’installe sur le damier. D’un naturel optimiste (et il faut le dire, un peu flemmard), on mise sur le beau temps et on ne sort pas de tente. Grand bien nous en fasse, il ne tombera pas une goutte durant l’atelier. On installe le coin des adultes avec thé et café. On fait un Dazibao où l’on compose une fresque avec des mots et des dessins en liens avec l’association. Un peu plus loin, Lorelei fait un atelier de cartes de voeux avec les enfants.

IMG_1530

Douchko lui accueille la petite enfance.

IMG_1528

JEUDI

Atelier du Skate-Park

WP_20160728_15_13_45_Pro

Chaleur écrasante aujourd’hui au Skate-Park, on va vite se mettre à l’ombre, et on installe le matériel.  Piscine a balle (mais sans eau, les ateliers précèdent ayant eux raison de son imperméabilité). Mikados géants, atelier de confection de cartes, petite enfance et maquillage.

WP_20160728_15_27_37_Pro

Les enfants tardent à venir, et nous allons donc faire un tour du quartier pour aller les chercher. On a pas à aller bien loin, puisqu’ils sont nombreux a quelques centaines de être, dans le bloc de Bel-Air. En effet c’est l’heure de la sieste, et les parents préfère qu’il reste au pied de l’immeuble. Après avoir négocié avec les parents, on est tout un petit groupe à revenir vers l’atelier, ou des mamans nous ont rejoint. On passe un bon moment a jouer à l’ombre du grand gymnase avant de prendre le gouter et de se dire à bientôt !

WP_20160728_15_28_24_Pro

Atelier de Massy

IMG_1503

Nous sommes arrivés avec comme ateliers proposés du collage avec des aliments et des épices, le puissance 4, le billard hollandais, des cerceaux, des jeux de pédales pour travailler l’équilibre, des kapplas, des jeux de constructions et la petite enfance.

IMG_1508

Nous avions mis également à la disposition des parents des tables et des chaises avec du thé, du café et du chocolat. Les enfants étaient contents de jouer avec  de la colle et des aliments pour exprimer leur créativité autant qu’écrire leur prénom. A la petite enfance ambiance plutôt calme, quelques enfants ont joués avec les Kaplas,

IMG_1511

et sont venus aussi pour faire des démonstrations de gym fort sympathiques. D’autres enfants ont demandé à jouer au billard hollandais et se sont défiés au puissance 4.

IMG_1510

Une fois leurs créations terminées, les enfants ont voulu s’essayer aux jeux de pédaliers, avec, du coup, chutes garanties (mais sans trop de blessés  heureusement).

L’heure de l’Assemblée des Présents est arrivée: on se rassemble tous après avoir rangés ensemble les divers ateliers. Les enfants ont partagés leurs idées et leurs ressentis par rapport aux ateliers qu’ils ont fait dans l’après-midi puis ont partagés avec nous un gouter constitué de pains au lait et sirop.

IMG_1514

Jardin du Jeudi

SAM_2211

Aujourd’hui nous sommes de nouveaux prêts à travailler dur pour finir avant de pouvoir faire la Fête le lendemain au soir.

Puis comme c’est déjà une habitude, on commence à s’éparpiller dans les 4 coins du jardin pour finir de désherber, débroussailler, nettoyer le terrain et enfin ramasser l’herbe, tous ensemble avec Jessica, Franck, Timothée, Laura, Andrei et Nicolae.

SAM_2235

Nous étions comme des petites abeilles qui cherchaient du pollen dans les fleurs, sauf que nous on cherchait à enlever les déchets et les mauvaises herbes du jardin.

SAM_2220

Nous continuons, cette fois-ci en faisant le grand arrosage des plants de tomates et d’autres plants dans le jardin.

SAM_2261

A tour de rôle on a pu débroussailler et ranger le matériel, qui se retrouvait sous la serre, et le mettre ailleurs.

L’heure du goûter arrive enfin et nous allons tous prendre un verre de sirop bien sucrée… hmmm !

A bientôt.

MERCREDI

Atelier de Bondoufle

WP_20160727_15_09_41_Pro

Aujourd’hui nous arrivons sur le camp, accompagnés par l’association « Chemins d’enfance », qui vient proposer une activité. Beaucoup de familles sont sur le départ vers la Roumanie,  la plupart y passant leurs vacances d’été.  Cela n’altère en rien la chaleur de leur accueil, et les enfants sont toujours nombreux au rendez-vous.

WP_20160727_15_15_33_Pro

On commence l’atelier par un nouveau jeu d’équipe. Il s’agit  de former 2 équipes de part et d’autre d’une ligne, l’une s’appelle les « chiens » et l’autre les « chats ».  Quelqu’un raconte une histoire, de chien et de chats évidement, et a chaque fois qu’il prononce le mot « chien » toute l’équipe des chiens court après l’équipe des chats, et inversement quand le conteur prononce le mot « chat ». Quand un adversaire est attrapé, il devient de l’équipe adverse.  Le jeu fonctionne bien et c’est une grande partie de rigolade pour tout le monde.

On s’installe ensuite tous autour des tables pour une petite session de coloriage. Au fur et à mesure que les enfants finissent leurs dessins, on commence à leur expliquer  l’activité ramené par Coralie et Emeline de « Chemin d’Enfance ». Sur des feuilles avec des miroirs stylisés imprimé dessus, les enfants dessinent leur portrait, écrivent leur noms, et se présentent ensuite en français devant tout le monde. Outre l’intérêt technique d’apprendre à se présenter de manières ludiques,  il est intéressant de voir les enfants d’abord interloqués quand on leur demande se dessiner eux même, puis hésitant voire honteux lorsqu’ils se dessinent, puis finalement fiers de se présenter et de présenter leur œuvre a tout le monde.

WP_20160727_15_34_37_Pro

On finit l’atelier par un moment de danse où, accompagné par Douchko, on reprend les « classiques » d’Aven Savore , puis on se rassemble autour du goûter.

WP_20160727_16_18_46_Pro

 

Avec Tom: « Eduquer au Soin ET à l’Emancipation »

Le coeur de l’Education est soin

Ceux qui ont travaillé auprès de polyhandicapés, de personnes dépendantes, de corps cassés ou souffrants  ou de très jeune enfants , le savent. Il n’est pas d’éducation qui ne passe par le corps; il n’est pas de soin qui ne passe par la main. L’éducation c’est avant tout cela: une main qui panse, une voix qui enveloppe, un regard qui soutient.

IMG_1491

Le coeur de l’éducation est soin. De ce soin, découle toute autorité, tout cadre, et tout contenu. Et c’est un grand malheur qu’on puisse devenir éducateur, travailleur social, psychologue, ou enseignant sans avoir construit un tel savoir professionnel.

C’est une illusion de croire que l’on pourrait accéder à une dimension symbolique, culturelle ou sociale du soin, qui ne passerait pas auparavant par l’expérience réelle , concrète et sans concession du soin des corps.

Ce que l’approche de l’œuvre de Korczak nous apporte, se distingue en cela des courants plus traditionnels de l’Éducation Populaire, voire du « Community Organizing »: chez nous, le soin est assumé. Chez nous, nous ne renverrons personne sous prétexte qu’elle aurait besoin de soins, qu’elle rechercherait de la dépendance , ou qu’elle aurait trop de demandes.

Notre approche, en Pédagogie sociale, se distingue également des pratiques liées aux politiques dites de développement social,  ou de valorisation de la citoyenneté, justement en assumant cette dimension sanitaire essentielle et en en faisant une base théorique et pratique.

Le vrai sens de l’émancipation

Ne nous y trompons pas: les objectifs éducatifs et institutionnels , liés à la notion « d’empowerment », ou de développement du pouvoir d’agir, ne sont que la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus important: le renvoi dans les pratiques éducatives et sociales les plus banales , des gens à la gestion d’eux mêmes; derrière quelques concepts pseudo-radicaux, nous retrouvons souvent une morale du mérite, la plus basique et la plus éculée qui soit. On pourrait souvent retraduire ces objectifs généreux par l’affirmation : « Les gens n’ont qu’à se bouger ».

Ce que l’approche de l’oeuvre de Freire, apporte c’est justement une vision bien plus complexe de la puissance d’agir. Il ne peut y avoir de pouvoir d’agir, sans pouvoir de rompre. Et il ne saurait y avoir de pouvoir de rompre sans acquisition d’une conscience de soi, de son histoire personnelle et collective, comme de sa condition.

Chez nous, dans nos pratiques, la quête de l’émancipation ne consiste jamais à dire aux gens qu’ils ont des compétences ou des pouvoirs. Elle ne consiste jamais à « les responsabiliser » et encore moins à les informer de ce qu’ils peuvent faire, individuellement.  Chez nous, les pratiques d’émancipation sont collectives et communes. C’est ensemble que nous pouvons.

La communauté , milieu naturel de cette pédagogie

La Pédagogie Freinet apprend à être soi même; elle invite à l’expression personnelle et collective, par la pratique de tous les langages et une culture de la créativité, comme du travail.

En Pédagogie Freinet, chacun apprend à être soi, parmi les autres et découvrir en cela qu’il est « autre ».

Mais ce qui rend cela possible, ce n’est pas l’affirmation de l’individualisme , pas la culture du développement des compétences personnelles , pas une vague philosophie de l’épanouissement ou de la réalisation de soi.

Ce qui rend l’apprentissage de sa propre différence et de sa propre altérité possible; ce qui peut amener tout un chacun à la culture de sa propre différence , c’est la préexistence d’un « nous ».

En Pédagogie sociale, chacun peut être « Autre » car il est avant tout « Nôtre ». Une communauté est fondée et préexiste. Elle est garantie par l’organisation collective et elle prend en compte toutes les dimensions de la vie: sociale, affective , politique, cognitive et stratégique.

Nous n’avons pas, dans ce domaine, à nous battre contre des ersatz ou des faux semblants: la dimension communautaire est l’absente absolue de nos politiques éducatives et sociales avec les dégâts que l’on sait ( le communautarisme).

A la suite de Tom…

Ce que nous recherchons à travers l’apport de Tom (Stanislas Tomkiewicz) c’est l’exemple d’une action sociale et éducative qui assume des dimensions de soin, de dissidence , d’engagement relationnel, comme politique. Ce que nous recherchons à travers cet apport c’est une orientation à contre courant des institutions et politiques sociales et éducatives. Ce que nous recherchons c’est une autre voie, un horizon possible à la fois dans le domaine de la culture, du social et de l’éducation.

Ce que nous trouvons de comparable, de parallèle dans l’action de Tom et les nôtres, c’est une conscience aigüe des violences institutionnelles, des carences et des violences sociales, subies par les enfants et les jeunes, comme la volonté d’agir sans se laisser impressionner ou effrayer.

Note de contextualisation:  En lien avec le Chantier de pédagogie sociale, l’association Korczak France, les MJC de Chilly et de Savigny, nous avons décidé d’ouvrir un festival « Tomckiewicz » en novembre 2016 (18, 19 et 20 novembre, à Savigny-sur-Orge- 91) qui développera justement, en théorie et pratiques, les perspectives et l’urgence d’une pédagogie du soin et de l’émancipation. Renseignements par mail à intermedes@orange.fr 

Dimanche:

Dimanche au Jardin.

 

SAM_2145

Aujourd’hui nous sommes allé au jardin sous un beau soleil.Nous sommes allé chercher les personnes et après au jardin.

Une fois arrivés nous commençons par allumer le feu et préparer la table pour manger .On mange bien (une bon salade et des merguez,fromage et de chips et boisson). Après nous commençons à couper les mauvaises herbes.

SAM_2149

SAM_2150

De l’autre côté Philippe et Marion ont sorti de belles patates qu’ils ont partagées avec tout le monde.On a ramassé aussi des haricots verts, du persil et des tomate. Le temps passe très vite avant de partir on a arrosé les fleure et les légumes.

SAM_2146

On a commencé a rangé tout, très content daujourd’hui chaque personne entre chez lui avec plein légume.

SAM_2151

Samedi:

Atelier de la villa Saint Martin.

Nous sommes arrivés à la VSM vers 14h30, il y avait déjà quelques enfants et des habitués qui nous attendaient. Nous avons alors commencé à installer le matériel.

IMG_1484

 

Nous avons occupé l’espace avec plusieurs ateliers. Iasmina a mis en place un jeu collectif avec de l’eau. Le but était de former deux équipes, chaque équipe devant toucher une personne en face avec des éponges mouillées. L’équipe ayant le plus de personnes touché perd. Cela fait beaucoup de bien avec cette chaleur. Nicolae, Andrei et Catalin ont joué au football avec quelques enfants.

IMG_1486

Pendant ce temps-là, les enfants pouvaient aussi faire de la peinture, des jeux de société géants (puissance 4, billard) ou encore du coloriage.

Nous avons eu l’idée de peindre sur le visage des enfants. Ils étaient tous motivés par cette idée. Un petit garçon a même demandé qu’on lui dessine un spider-man sur le visage.

IMG_1487

Il est déjà tard, nous nous rassemblons pour faire un petit conseil de quartier. Chacun exprime ce qu’il a aimé aujourd’hui ou non. Puis vient le goûter avec du bon sirop et des gâteau aux pépites de chocolat. C’était un très bon

IMG_1491

IMG_1494

Vendredi:

Jardin du Vendredi.

Belle journée à l’horizon, et en effet une belle journée pour une après-midi de travail dans le jardin. Cette fois-ci c’est le tour de deux adultes de se rejoindre à notre groupe :

SAM_2158 Djamal d’Afghanistan qui, avant, faisait de Pizzas  et qui serait intéressé pour en faire avec nous et d’apprendre a ceux qui veulent, et Mamadou-Sako du Soudan qui, pendant des années, a travaillé comme agriculteur dans son pays.

Aujourd’hui ils viennent pour découvrir le jardin. Ils ont pu exercer leurs Français car ils ne parlent qu’Anglais.

Après avoir admiré le potager c’est le moment de ramasser les premières courgettes de la saison et des radis en quantité.

Tandis que nous cueillons, les autres, Catalin, Franck et Jessica ont arrosé les plants et nous les avons rejoint ensuite.

La journée s’achève finalement et et nous profitons d’un bon goûter avant de partir.

 

Atelier de la Rocade

Cette après-midi, nous avons prévu principalement des jeux d’eau pour rafraîchir les enfants.

Nous avons aussi installé un coin petite enfance avec la dinette puis un atelier dessin avec des chaises pour que les mamans puissent partager un peu de temps avec nous.

100_5403

C’est parti pour une bataille d’eau géante avec des pistolets à eau et des bouteilles d’eau. On étaient trempés jusqu’aux os !! Pendant ce temps la, laura jouait avec les enfants autour de la piscine à balle. Ils se sont amusés à jouer aux cuisiniers avec les aliments en plastique.

100_5408

Ensuite, une fois la bataille d’eau terminée, nous avons fait des jeux collectifs comme 1,2,3 soleil.

Il est déjà 17h, il est l’heure du goûter. Au menu : madeleine, biscuit avec du chocolat, chamalow et verres de sirop. Il est l’heure de partir, en attendant le camion, nous passons un petit moment avec les mamans du quartier pour discuter de tout et de rien.

100_5434

A bientôt.

Atelier de Champlan.

Aujourd’hui nous sommes allés sur le camp de Champlan. Une fois arrivés, nous sommes allé chercher les enfants pour se réunir et jouer en ensemble.

On commence avec un grand jeux collectif, le crocodile( apprendre les couleurs et à parlé, bien sur avec le mot magique). Ils étaient vraiment participatif et ont beaucoup aimés.

IMG_1394

Après nous avons installé les tapis pour s’assoir et on commencer avec par l’écriture(des dessins avec des mots et traduire aussi en roumain) bien sûr avec les enfants un papa à partagé ce moment avec son fils.

IMG_1395

Puis on passe pour faire faire une déco sur une grande fiche et tout le monde est invité a dessiner et collé des choses.

IMG_1472

Nous faisons ensuite notre « assemblée des présents »: chacun s’approche avec un bâton de parole magique chaque enfant peuvent parler et dire ses idées (danse et basket).

On prendre notre délicieux goûter sous les arbres au frais et on range ensemble et la journée c’est fini.

IMG_1480

Jeudi:

Atelier du Skate Park.

Arrivés au skate park vers 15h, nous commençons à installer les divers ateliers.

WP_20160721_14_44_41_Pro
Laura et Isaline sont allées, avec quelques enfants, accrocher des affiches dans le quartier afin de tenir au courant les habitants de l’heure de notre présence et de nos activités de chaque semaine. Elles en ont profité pour avertir les enfants que nous étions la aujourd’hui.

WP_20160721_15_02_00_Pro

Au programme : peinture sur un drap, jeux de société et petite enfance avec de la dinette pour les plus petits. Les enfants ont adoré décorer le drap à l’aide de leurs mains afin d’y afficher leur patte. Nous l’avons ensuite accroché dans le local aux yeux de tout le monde.

WP_20160721_15_35_07_Pro

Ils ont pu ensuite faire du puzzle qui constituait ensuite un jeu de société géant. Tout les enfants ont bien participé aux ateliers.
Il est déjà 16h passé, c’est l’heure du goûter. Nous nous sommes rassemblés autour d’un verre de sirop, de madeleines et de brioches au chocolat.

WP_20160721_16_06_03_Pro
C’est l’heure de ranger le matériel, les enfants nous accompagnent pour tout ranger dans le camion.

C’est tout pour aujourd’hui. A bientôt.

Atelier de Massy:

Nous commencons par faire un tour du quartier, puis nous installons un coin pour les mamans avec des boissons.

Ensuite nous installons la petites enfance , avec des jeux de constructions, de la dinette, des petites voitures.

Lorelei prepare une salade de fruit avec les enfants.Sophie et Andréi fabriquent des bateaux et des avions en papier. Iasmina organise une grande bataille d’eau.

Mercredi:

Atelier du Jardin.

Aujourd’hui nous débarquons de nouveaux avec le groupe d’enfants  et cette fois-ci avec deux nouveaux garçons qui sont très impatients de découvrir le jardin potager.

SAM_2185

Etant originaires de Mali, ils savent comment travailler dans un jardin et peuvent aussi reconnaître certaines plantes dans le jardin, c’est Oumar et Mamadou qui rejoins aujourd’hui notre groupe.

Les présentations étaient faites et nous allons maintenant après le tour rapide du jardin se mettre au travail.

Du coup Nicolae avec Oumar, Andrei(petit), Nutu et Roni se sont occupé de mettre des tuteurs aux tomates et de les arroser bien comme il faut, car ça commence à avoir des belle tomates sur le branches.

SAM_2171

Andrei avec Sebi et Mamadou ont arrosé sous la serre et dans les hauts des palettes et enfin les haricots et les poivrons et puis nous ont rejoint avec d’autres tuteurs pour finir d’en mettre partout.

La journée prend fin et nous allons maintenant tous profité d’un bon verre de sirop frais.

Atelier de Bondoufle

20160720_151454

Aujourd’hui nous sommes allés, tous très contents, pour faire des activités avec les enfants au bidonville rrom de Bondoufle.

Une fois arrivés, nous commençons avec deux jeux collectif (le crocodile on même temps on n’a prise en sommable les couleurs évêché les enfants et le poisson et pêcheurs et aussi à conte avec les enfants).

20160720_143427

Après on a mis plusieurs ateliers: peinture avec Laura, Madalin et Dusko et les enfants, qui ont fait le drapeau de la Roumanie et de la France. De l’autre côté Iasmina et Loreleï ont fabriqué des papillons.

20160720_151738

Laura et Csila avec Caroline ont fait des Kaplas à l’atelier petite enfance et des jeux société. Comme tous les jours, le temps passe très vite, nous passons au goûter. Le goûter, se passe très bien et nous rangeons tous ensemble.

20160720_155135

20160720_151715

Et voila pour aujourd’hui à la semaine prochaine :):):):).

 

Illusions et désillusions de la participation des publics

L’objectif de la participation des usagers, des individus et des publics est durablement inscrit dans la culture institutionnelle et professionnelle des acteurs sociaux aujourd’hui. Pour autant, au fur et à mesure que cette institutionnalisation s’est « installée », nous avons remarqué une forme de désamour et une forme de désillusion par rapport à cet objectif vertueux.

20160716_154657

Qui aujourd’hui semble croire encore que la participation des usagers pourra transformer réellement les réalités sociales vécues par les personnes et les groupes? Et pour autant, comment pourrait on soutenir le contraire?

Comprendre une désillusion suppose de s’intéresser à la génèse des choses et à ce qui dès le départ, pouvait clocher. En matière de « participation des publics »,  ce thème véhiculait dès le départ trois défauts originels, que l’on peut décliner ainsi:

  1. Qui demande la participation?  En général ce sont curieusement les institutions et les commanditaires , voire les politiciens eux mêmes qui demandent une participation dont ils attendent un regain de légitimité et une plus value démocratique pour leurs propres actions. Cela pose évidemment problème et entache véritablement tout ce qui pourrait en découler. Quand la participation est « prescrite », peut-on en attendre autre chose que ce qui était déjà prévu?
  2. Dans le terme, « participation », il y a « partiel ». Le terme même de participation suppose l’inachèvement de ce que l’on se propose de mettre en oeuvre. On ne participe jamais à la totalité d’une chose; la participation concerne souvent des petites parties d’action, des volets préalables, des étapes antérieures; en bref, … des restes.
  3. Qui pilote la participation? Enfin, le terme de participation suppose un guidage extérieur qu’on ne voit pas, qui n’est pas forcément dit ou clair. En bref, il y a toujours un pilote caché derrière tout processus dit de participation, un magicien d’Oz, un démiurge, en bref quelqu’un qui tire les ficelles. N’et ce pas contradictoire avec l’idéal démocratique que ce concept véhicule?

En Pédagogie sociale, on pourrait facilement se faire accuser de n’être guère « participatifs » . En effet, comme chacun  sait nos actions sont stables, régulières , organisées, assurées en quelque sorte que le gen y participent ou non. Nos ateliers de rue ne nécessitent aucune participation particulière; ils sont au contraire la base sur laquelle toute participation devient possible.

En réalité, la Pédagogie Sociale envisage tout autrement la question de la participation; celle ci ne peut en rester à l’état décrit plus haut. Ce qu’il s’agit de mettre en oeuvre, ce n’est pas de la participation, mais de l’implication .

IMG_1292

Et cette implication, qui n’est jamais assurée, devient possible par certaines caractéristiques de nos modes de travail et d’intervention.

Il s’agit , en particulier des principes suivants:

1/ La « clarté cognitive ». Toute participation qui serait véritable, qui permettrait une réelle implication, présuppose qu’on ait instauré une véritable clarté concernant non seulement l’action menée, mais aussi ses objectifs, ses raisons et ses moyens. On ne peut participer réellement qu’à quelque chose dont on comprend à la fois les buts et les processus ; cela suppose également que l’activité à laquelle on participe soit de même nature que le but poursuivi. C’est ce que l’on appelle « lsomorphisme » en pédagogie Freinet, c’est à dire la conformité des moyens vis à vis de fins poursuivies. C’est quelque chose de très simple, qui revient à reconnaître qu’on ne peut apprendre à être autonome qu’en étant déjà libre ici et maintenant; il s’agit, en toute chose, de préférer une action directe, sans préalables, sans projets, sans plan, sans programme, sans pré-requis ( c’est ce que nous décrivons également comme un principe « d’inconditionnalité »).

2/ La pratique , le travail sont antérieurs à toute participation. On ne peut participer qu’à une pratique ; ce qui suppose que la participation  portera toujours  sur un travail effectif et concret ; il s’agit soit d’enrichir (produire) , soit de transformer (créer) son environnement. Or, que remarquons nous dans le domaine des pratiques sociales en usage, Les pratiques de  participation  sont  le plus souvent limitées à des exercices verbaux , des réunions déliées de toute réalisation, de srecueils d’avis ou de réflexions sur des abstractions.

3/ Le groupe, la communauté sont également antérieurs à toute forme de participation. Enfin la participation nécessite l’appartenance à une communauté, et d’abord il s’agit de le créer ; pour cela il faudra développer une identité collective (par le travail, la conscientisation, l’expression et la durée).Ce groupe en lui même nécessite de la stabilité (qui repose sur une asymétrie initiale des implications) et une discipline . La discipline doit pouvoir être construite et appréciée comme ce qui permet au groupe de se réaliser lui même.

L’erreur est que nous avons  souvent l’image d’une forme de  participation qui supposerait que tout travail collectif serait déjà réalisé avant même de le commencer. C’est une illusion positive. On conçoit le système pour des individus autonomes et fictifs, déliés entre eux et déjà déterminés , autonomes et convaincus.

Or le véritable travail social nécessite de partir de la réalité qui est en général aux antipodes pour justement , la transformer.

 

DIMANCHE

17-06-2016

Aujourd’hui nous sommes de retour au jardin de Saulx-les-Chartreux , avec les Robinsons et Dusko. Nous sommes rejoins par la famille de Corinne et Mario, Eddy et Najamie.

WP_20160717_11_41_08_Pro

Un poulie viens d’être mis en place par Mario qui vas nous aider de monter l’eau plus facilement. Dusko et Philippe sont rentré sous la serre pour ranger les outils et nettoyer.

WP_20160717_14_16_42_Pro

Le feu tourne, le barbecue est en train de faire cuire les cuisses de poulet pour le repas d’aujourd’hui et la bonne humeur et la rigolade sont au rendez-vous.

WP_20160717_12_39_48_Pro

L’heure passe et nous dépasse et nous allons maintenant en finir avec l’arrosage des plants sur le terrain et sous la serre.

WP_20160717_14_16_33_Pro

A nous de gouter le bon sirop frais de cette après-midi.

SAMEDI

FESTIVAL JEUNESSE GOMETZ LE CHATEL

20160716_154804

C’est sur le thème: « Osons faire humanité ensemble » que le festival de la Jeunesse s’est déployé dans la petite commune de Gometz le Chatel, autour de sa MJC

Les Robinsons et Aven Savore étaient de la partie qu’on se le dise.

Même sans les Kesaj Tchave, notre groupe « Aven Savore » s’est produit et a dansé devant le public enchanté.

20160716_154657

Ainsi notre troupe poursuit son chemin vers une pédagogie vivante , populaire et de danse !

VILLA SAIN MARTIN

Nous sommes partis avec des activités d’eau, de théâtre, des jeux pour la petite enfance, et un ateliers création peinture. Il y avait Iasmina, Laura, Naima, Lorelei. Laura à préparer un petit parcours sportif avant que nous remplissions la piscine d’eau.

20160716_154236

 

Ensuite nous avons préparé la scène de théâtre avec le rideau, les enfants se sont déguisés, nous nous sommes assis et chacun, à  son tour, a pu réaliser un mime, avec trois thèmes: animaux, métier, et des improvisation des enfants. Puis nous avons fait des équipes et compter les points. Même Eddy à participé avec plaisir.

 

IMG_1292IMG_1290

Ensuite Iasmina a commencé les jeux d’eau, et les enfants se sont éclatés et cela c’est terminé par une grande bataille d’eau et des rires, les enfants étaient tout trempés.

Loreleï, à réaliser un atelier de fabrication de papillons en carton, et les enfants les ont peint.IMG_1289

Puis nous avons réalisé le conseil de quartier, les enfants ont beaucoup aimé toutes les activités, ils sont demandeurs pour recommencer la semaine prochaine.20160716_154158

Certain enfants ont demandé, des pistolets à eau et un foot de bataille d’eau et la peinture avec les mains. Le moment de gouter est arrivé, et nous avons pris le gouter au calme ensemble.

VENDREDI: Cuisine avec les Mamans:

Ce matin Laura et Nicolae sont prêts pour préparé la Soupe au Poulet et un peu de viande au four.

SAM_2061

Nous sommes de nouveaux avec les mamans Sadio, Oumo, Gladys qui commence à éplucher les patates et les oignons et puis un gâteaux qui est prêts pour faire la Fête de Divine et Destiny.

SAM_2062

Beaucoup de monde ont pu profiter de notre cuisine, de la convivialité creé autour de cette journée de Vendredi.

SAM_2078

Notre quête pour le repas à bien marche, les familles ont pu manger ensemble avec d’autres de la nourriture chaude, partager de la joie et de la convivialité. Ceux qui n’ont pas pu participer a notre quête trouve toujours de façons merveilleuse pour nous remercier d’avantage.

SAM_2091

Une fois le repas fini  les familles sont reparti, mais pas avant de ranger et de nettoyer avec nous.

SAM_2086

A la prochaine!

LA ROCADE

Les personnes présentes:Nicolae,Andrei,Dusko,Sandra,Loreleï,Pierre et Iasmina.Nous sommes arrivés à là rocade pour mettre en place les activités:atelier petite enfance,atelier peinture,atelier bijoux, puis 4,billard et relancer le grand journal mural du quartier: notre Dazibao.

SAM_2108

Pierre, Eddy,Jessica,Franck et Nicolae ont répété pour le spectacle du lendemain au Festival de la Jeunesse de Gometz le Chatel. AVEN SAVORE en représentation !. De notre côté, we tenait  un grand match de foot un avec un grand groupe de garçons.

SAM_2107

Iasmina avec Rachida et un groupe de filles ont construit une maison et un lit pour le bébé les autres enfants elle jeux à dînette.SAM_2105SAM_2112

Sandra,Lorelei et Najami plus les autres elle fait des bijoux.Les temps passe très vite on passe au conseil de cartier et au délicieux goûter pour aujourd’hui voilà.A très bientôt :):):)

SORTIE  A PARIS
Participants enfants : Carolina, Destiny, Sidi, Franck.

Participants adultes :Alissonne et Laura

Nous nous sommes tous rejoins au local à 10H30, Kenzy est allé chercher Destiny et Franck à l’hôtel, Sadio est venue avec Sidi et Carolina avec Iasmina. Une fois tous réunis, nous avons pris le bus 297 afin de se rendre à la gare de CHilly Mazarin, pour prendre le RER C. Le trajet était long mais les enfants étaient plein d’énergie. 20160715_16261320160715_143441

Arrivés sur place , nous avons marché vers la Tour Eiffel afin de prendre le déjeuner qui avait été préparer en amont par Laura et Alison. Nous avons donc mangé sur la pelouse au pied de la Tour Effeil et une fois le repas terminer les enfants avaient repérer un tuyau d’arrosage te se sont amuser à s’arroser en se mettant en dessous.

20160715_142024

Ensuite, nous nous sommes baladés et avons pris des glaces aux enfants, deux à la fraise et deux à la menthe, sous la tour Eiffel. Pendant ce temps Destiny s’amusait à chasser les pigeons. Nous avions repérer un carrousel et nous avons décider, suite à la demande des enfants, de leurs payer un tour de manège. Au début, Destiny, Sidi et Carolina ont eu peur, pas Franck mais une fois le manège mis en marche les enfants ont oublier leurs appréhensions. Carolina était sur un lion, Franck sur un cheval, Sidi et Destiny également.

Une fois le tour terminé, les enfants en ont demander un autre mais cela n’était pas possible car c’était trop cher. 20160715_14181420160715_140105

Enfin, nous nous sommes installés sur la pelouse pour que les enfants s’amusent et jouent à chat et à cache-cache.

Au moment de partir nous nous sommes balladés le long de la Seine, les enfants ont vu les bateaux mouches circuler. Le retour fut calme car les enfants, après s’être défouler et amuser toute l’après midi, était fatigué et se sont endormis. Laura a du porter Destiny et Alison Sidi afin de rentrer au local.

20160715_133221

Cette belle journée permis aux 4 enfants de partager de beaux moments de rire, de joie, d’amusement et de plaisir. Ils étaient tous satisfait, adultes comme enfants, de cette journée à la Tour Eiffel. 🙂

MERCREDI

ATELIER BONDOUFLE

Les personnes présentes: Laura1,Sandra,Jenica,Madalin,Laura,Dusko,Loreleï et Iasmina.Nous sommes allé sur le camp bondoufle. Une fois arrivé nous avons installé les activités:la petite enfance,atelier musique avec les instruments,atelier Kampala et atelier créatif.

20160713_144301

20160713_15252420160713_152629

Nous commence avec un grand jeux collectif tous ensemble (« Savore »), les jeux collectif (tic,tak, boom avec un pouliche en milieu. Tous ils son aimé même il avé de papa qui il son participer.Une fois fini nous mettent en place le atelier créatif.

IMG_1265

20160713_153340

Chacun a été invité à réaliser un dessin sur une grande affiche.

Den côté un grand atelier musique il avé ils son chante et aussi dansé.IMG_1245IMG_1276

Tout très bien marché le temps il passe très vite nous passons au goûter  et voila pour aujourd’hui.

Les 3 rétablissements fondamentaux en Pédagogie sociale

En Pédagogie sociale, nous ne partons pas d’un schéma simpliste qui partirait de l’individu et de ses problèmes éventuels, pour aller ensuite vers la société. Ce schéma psychologisant est en effet sans issue puisqu’il se contentera d’expliquer les problématiques sociales , par elles mêmes (comportements individuels, prédispositions) sans jamais fournir le sens de leur contexte. En quelque sorte, on enterre les problématiques sociales dans ceux qui les subissent.

WP_20160710_14_28_53_Pro

En Pédagogie sociale, nous partons d’une situation beaucoup plus complexe mais également plus riche; nous prenons en compte les violences  économiques, sociales, administratives, politiques et personnelles  que subissent groupes et individus de manière inégale comme élément premier.

C’est à partir ce cette prise en compte initiale que nous pouvons associer l’environnement à l’analyse du problème et envisager des issues dynamiques.

Nous ne partons pas de considérations qui se cantonneraient sur une vision statique de la société est de l’existence: l’individu, les institutions, les situations; mais au contraire, nous observons les dynamiques à l’oeuvre et principalement les violences premières et sociales.

Ceux qui travaillent auprès de nous , sont en général , particulièrement déstabilisés et remués par la découverte de toutes ces violences; la proximité que nous mettons en oeuvre avec les publics y compris les plus invisibles, fait que les pratiques, en pédagogie sociale, mettent en contact ceux qui les agissent de manière très abrupte et crue avec de grandes violences qu’ils auraient cru inimaginables. Enfants déscolarisés, collectivités cyniques et rejetantes, enfants et familles jetées à la rue, déni des droits fondamentaux des enfants et familles par les structures et parfois les professionnels mêmes qui sont censés les promouvoir… Ce n’était évidemment pas ainsi qu’on voyait les choses, qu’on imaginait son environnement, ses administrations,et parfois même le métier auquel on se destinait.

Certains en viennent paradoxalement à en vouloir à ceux qui luttent contre ces violences , du fait de les rendre visibles.

Or c’est justement  ce dévoilement, la prise en compte , la reconnaissance de toutes ces violences que l’on préfèrerait voir cachées, qui fonde toute la pertinence de nos approches.

C’est à partir de ces violences premières que nous pouvons envisager la pédagogie sociale comme une forme de réponse , qui se décline dès lors sur trois plans identifiables et complémentaires.

De même que, selon B Stiegler,  les phénomènes de violences et de déliaisons attaquent les groupes et les personnes successivement sur leur pouvoir de travailler (produire), habiter (avoir des relations sociales) et exister (épanouissement personnel), nous relevons que les pratiques de pédagogie sociale telles que nous les déployons contribuent à 3 rétablissements.

Ces trois rétablissements correspondent exactement mais en sens inverse , à ces trois stades que B. Stiegler qualifie de processus de prolétarisation.

Premier rétablissement: rétablissement de soi

Dans un premier temps, les effets de la pédagogie sociale s’apparentent à du soin, de l’attention. Les relation que nous mettons en oeuvre sont chaleureuses, enveloppantes. Elles n’apportent pas tant de cadre que des contenus relationnels positifs et bienveillants. Leur effet est de faciliter un sentiment de reconnaissance, et de sécurité personnelle pour les individus de tout âge qui en bénéficient.  Ce mode de travail relationnel et social prend en compte la globalité de la personnes avec tous ses besoins y compris psycho-affectifs.

Second rétablissement: Acquérir le pouvoir d’habiter

Dans un second temps, le travail en pédagogie social s’attache à recréer « de l’habitation », du pouvoir à investir son environnement, à s’y affirmer, y laisser des traces, s’y exprimer. Il s’agit de reconquérir un territoire pour les personnes et pour les groupes . Il s’agit de s’approprier un espace non pas individuellement mais avec et aussi pour les autres autant que pour soi. Ce second rétablissement est fondamental car il contribue à créer un environnement habitable, un « milieu » entre soi et les autres.

Troisième rétablissement:  Acquérir le pouvoir de produire et transformer

Enfin , dans un troisième temps, la pédagogie sociale pose la question de l’oeuvre et du travail pour tout le monde. Il s’agit de reconquérir le pouvoir , non seulement d’habiter son espace mais aussi de le transformer , de produire et de l’enrichir. Le travail devient dès lors la véritable base d’un lien social qui ne tourne pas en rond sur lui même. Il ne s’agit plus comme on le lit trop souvent dans des projets au kilomètre de « créer du lien social », ou « tisser des relations ».

Rien ne vient jamais à partir de rien; aucune relation ne se tisse sur du vide. Ce que nous apprend la pédagogie Freinet, nous le savions depuis toujours: c’est le travail qui rend possibles les relations et les organisations.

Ces rétablissements sont des expériences à vivre. Il ne s’agit parfois que de moments d’exception, des moments fugaces. Mais pour autant, ces expériences sont essentielles . Elles sont dès lors un levier sur lequel la personnes ou le groupe peut s’appuyer pour changer les choses.

 

DIMANCHE

Dimanche Jardin

WP_20160710_12_49_41_Pro

Aujourd’hui il faisait très chaud, je suis allé cherché tout le monde au point de rendez vous, j’y ai trouvé Jessica et Zohra, nous sommes allé faire les course, pour acheter du pain et des saucisses, ensuit nous sommes allés au jardin.

 

WP_20160710_14_27_21_Pro

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons commencé par mettre la nappe sur la table, allumé le barbecue, faire cuire le poulet et les merguez.

WP_20160710_14_05_03_Pro

Nicolae est venu avec la famille et Grazziela et ses deux petits frères, au moment du repas. Tout le monde a bien mangé, c’était très bon, ensuite tout le monde s’est mis a travailler.

 

WP_20160710_14_28_53_Pro

WP_20160710_13_21_23_Pro

On a désherbé la parcelle des courgettes, mon beau père a mis des tuteurs pour les haricots. On a tous pris le soleil parce qu’il faisait très chaud. Zohra est même allé s’allonger. Les enfants on arrosé les baques a fleur. Ça a été une super journée, a très bientôt.

On a de-serbe la parce l des courgettes,mon bon père il la faite de pique pour les haricot on tous prie des soleil pars que il fasse très chou Zohra il se allonge par apport aux chou ,les enfants ils on arrose les petite baque u on a des fleur et plants aromates,voila pour cet semaine sa été une superbe journée à très bientôt.

SAMEDI

ATELIER VILLA SAIN MARTIN SAMEDI

Les personnes présentes: Nicolae,Dusko,Jenica,Andrei,Loreleï et Iasmina.Nous sommes allé à villa saint Martin pour mettre en place les activités.SAM_2018

Nicolae et Dusko ils son parti à Champlan pour chercher les enfants et répète pour le prochain spectacle. Une fois arrivé nous mettonsde la musique on a commencé dansé comme les fou.

De l’autre côté Iasmina et Lorelei elle fait un grand atelier de pâte sel avec des modèle et les penture avec les enfants.SAM_2020

SAM_2025

On même temps on écoute la musique et tous on chante (aven savore). Tous contents de l’atelier et aussi triste que les temps  passe on commence a faire le conseil de quartier avec les enfants et le gouter voilà pour aujourd’hui.

A très bientôt :):):)

 

Atelier de Ballainvillier

20160709_145135

Nous sommes arrivée à Ballanvilliers vers 14h30. Les enfants, nous voyant arrivés, étaient contents de nous voir. Nous avions préparé un parcours accompagné de jeux d’eau ainsi que d’une piscine à balle rempli d’eau également. Une pinata fut préparé en amont par Naïma.

Les enfants étaient nombreux et de tout âges.

Nous leurs avons montré le parcours sportif, avec un principe simple qui était le suivant : les enfant devait traverser un parcours avec des saladiers rempli d’eau afin de faire monter le niveau d’eau de la piscine. Le premier essai fut compliqué car les participants étaient nombreux mais le deuxième essai fut un succée.

20160709_145313

A la fin du parcours nous nous sommes tous retrouvé autour de la piscine, et tout les enfants ont commencer à s’arroser. Cela devint une énorme bataille d’eau ou tout le monde participa avec plaisir. Certains se mirent dedans, d’autre sont partis chercher des bassines chez eux rempli d’eau et tout le monde fut mouillé de la tête au pieds. Ce fut un moment de joie, de rire et de partage.

20160709_150548

Arrivé à la fin de la bataille d’eau, adultes et enfants, se réunifièrent autour de la pinata. Leurs yeux étaient bandé avec un foulard et ils devaient taper dans cette dernière. Les petits commencèrent et ce fut l’un d’eux qui ouvrit la pinata. Tout les bonbons tombèrent et tout les enfants se ruèrent dessus afin que chacun y trouve son compte.

20160709_152345

Après toute cette agitation et cette bonne ambiance, nous nous rassemblèrent autour d’un goûter.

20160709_152903

Cet atelier fut un partage et un amusement entre adultes et enfants ce qui a permis de maintenir un climat de joie et de plaisir.

Nous sommes tous rentré mouillé.

VENDREDI

Atelier Champlain le vendredi

Les personnes présentes étaient Laura, Sandra, Lorelei, Dusko et Isaline.

Arrivés à Champlain, nous sommes allés chercher les enfants dans le bidonville pour qu’on soit le maximum possible. Il y avait une quinzaine d’enfants.

WP_20160708_15_05_28_Pro

Au programme, peinture et coin petite enfance. Nous avons apporté une grande affiche afin que les enfants peignent sur un thème donné : la nature. Ils ont pu décorer l’affiche à l’aide de paillettes, de plumes, de feutres. Puis d’autres enfants étaient occupés à décorer une plaque représentant l’association Intermèdes Robinson. Le groupe était motivé et les enfants ont tous participé.

WP_20160708_15_05_48_Pro

WP_20160708_15_33_50_Pro

Il y avait aussi un atelier dinette et scoubidou.

Nous avons beaucoup apprécié la compagnie des adultes avec qui on a pu chanter, danser et discuter. Puis nous avons improviser une petite répétition pour le projet Aven savore car les enfants en avaient envie. C’est l’heure du goûter. Nous nous asseyons tous ensembles, enfants et adultes. Au menu, gâteaux au chocolat, cookies, orange et sirop pour nous rafraichir un peu. Le goûter s’est passé dans le calme et tout le monde a profité de ce moment convivial.

WP_20160708_15_34_12_Pro

WP_20160708_15_34_31_Pro

Il est l’heure de partir, les enfants nous aident à ranger le matériel. Nous aurions vraiment aimé rester plus longtemps mais le temps est passé vite.

A la prochaine

 

JEUDI

ATELIER MASSY

Les personnes présentes:Sandra,Iasmina,Yann et Laura.Nous sommes allé sur le atelier de Massy,une fois arrivé nous avons installé les activités.

20160707_154241
La petite enfance plus les cerceaux pour les enfants bien sur avec Sandra.Laura elle la prépare une salade des fruits avec les enfants qui elle très bonne et délicieux.

20160707_163520

Yann il fait les grands jeux(puis 4 et billard) ce été un bêle et grand partie.Et dès lotte côté Iasmina elle prépare avec Khais,Dylan et Chaines la pâte sel pour faire des modèles et les penture âpre.

20160707_154136

20160707_161928

Le temps ils passe très vite on passe au rassemble des personnes et au goûté et voila à bientôt :):):):)  

ATELIER SKATE-PARC JEUDI

Avec Abdel, Lorelei, Genica et Isaline.

Nous sommes arrivés sur les coups de 14h45. Une fois le matériel sortis, nous installons les différents ateliers. Au programme, coin petite enfance avec dinette, atelier peinture sur du carton et jeux collectifs.

Les enfants ont peint sur du carton à l’aide de paillettes, puis nous les avons accrochés à la vue de tout le monde sur un grand fil attaché au lampadaire a plus de 3 mètres de haut ! Certains enfants ont même confectionné plusieurs peintures. Les enfants motivés pour faire un football ont fait un petit match avec Jenika. Avant le gouter, nous avons organisé un jeu  « de sardine » avec le groupe; le but du jeu est de retrouver la personne cachée et de se cacher avec elle.

C’est l’heure du goûter, au menu brownies, cookies et sirop qui était le bienvenu avec cette chaleur. Malheureusement, c’est l’heure de partir, les enfants nous aident à ranger tout le matériel dans le camion.

PS: On oublié de prendre un appareil photo, mais promis la semaine prochaine ou vous en ramène de belles !

A bientôt

Jardin de Saulx JEUDI

Nous partons de nouveaux pour une nouvelle après-midi au jardin avec les adultes mais entre-temps nous allons déposer les autres au Skate Park pour leurs activités et puis nous reprenons le chemin qui mène au jardin.

SAM_1943

Dès notre arrivée on commence à partir dans tous les sens et faire plusieurs choses à la fois séparément.

SAM_1936

Pendant que Andrei monte l’eau du puits, Nicolae arrose les tomates sur la petite parcelle et Laura sous la serre et puis les autres Jessica et Franck part pour une mission  de nettoyage et de ramassage des poubelles dans tout le jardin.

SAM_1927

On arrose les tomates, puis les salades et ensuite les haricots, les poivrons, les piments, les courgettes, potirons et poireaux, radis, persil.

Enfin nous avons fini, et nous allons tous maintenant prendre un bon goûter frais !

A bientôt.

MERCREDI

Au potager d’Intermèdes :JARDIN MERCREDI

Aujourd’hui  on reprend la séance habituelle de jardinage avec les enfants. A nos côtés il y à Marylor (animatrice d’enfants) qui passera l’après-midi avec nous au jardin.

WP_20160706_15_12_19_Pro

Avec un beau groupe de six enfants du camp de Ballainvilliers et notre compagnie Robinson on commencera   un arrosage complet au jardin avec les filles et garçons et cependant un petit tour de jardin avec Nicolae et Marylor on prépare.

WP_20160706_14_36_09_Pro

Des petits jeux viennent compléter la journée, animée par Marylor et Alex : Ninja et Devine-qui ? et puis à la fin on finis tous dans l’herbe à se retourner dedans.

WP_20160706_14_35_30_Pro

La journée S’achève à la fin et nous arrivions aussi au bout de nos forces mais on espère se rafraichir avec un bon goûter.

Ciaw !

Atelier Bondoufle

Avec Lorelei, Sandra, Alison, Abdel, Laure, Laura, Dusko, Madaline, Neima, Sophie, Harouna, Sophie, Francesca et Isaline.

20160706_150622

Aujourd’hui, nous étions nombreux à Bondoufle, ce qui nous a permis d’élargir nos activités et notre programme.

20160706_150904

Arrivés sur les coups de 14h30, nous avons demandé aux enfants de former un cercle pour apprendre les prénoms de tout le monde. Laura appelait les enfants un par un puis ces derniers devaient dire « présent(e) ».

Ensuite nous avons chanté une petite chanson intitulée « un éléphant », les enfants répétaient les paroles en français, ce qui est plus simple pour eux. Afin de dynamiser un peu le groupe, nous avons commencé une sardine, le but du jeu étant de chercher une personne qui se cache et dès qu’on la trouve de se cacher avec elle.

20160706_154241

Une fois le jeu fini, nous commençons les activités. Au programme, atelier peinture sur les murs pour décorer le bidonville, atelier écriture avec les cahiers des enfants, petite enfance avec un coin dinette et Kapla et atelier crêpes avec les mamans avec un petit coin thé.

20160706_154614

Allisonne a aussi improvisé un petit football avec les enfants motivés.

Il est déjà 16h, c’est l’heure du goûter. Nous nous rassemblons tous ensembles. Au menu : brownies, brioche, pommes et sirop. Pour finir, nous rangeons tout le matériel et les enfants nous aident à charger le camion. Nous aurions bien aimé rester plus longtemps. C’était un très bon atelier.

20160706_160151

Les urgences chroniques

Les études épidémiologiques en matière de santé sociale mettent en évidence la prévalence des affections médicales chroniques chez les personnes pauvres et précaires , alors que les problème de santé des classes sociales plus favorisées se situent davantage dans le domaine de « l’aigu ».

WP_20160702_15_40_46_Pro

La santé n’est pas seule en cause; une certaine forme de chronicité s’abat en effet sur tous les problèmes que peuvent rencontrer les familles pauvres et précaires. Il n’y a pas que la santé qui soit « chroniquement mauvaise », mais c’est évidemment la situation financière, la question du logement, de la scolarité et de l’emploi de tous (et particulièrement des jeunes) qui souffrent … de difficultés CHRONIQUES.

La vie des précaires est également marquée par la chronicité sur le plan moral et psychologique: morosité et dépression y sont beaucoup plus courants … y compris et surtout pendant l’enfance.

Ce qui est toujours étonnant c’est de voir comment toute cette chronicité aboutit souvent à des services d’urgence médicale et sociale qui , en milieu populaire , deviennent des files d’attente interminables, et des centres de distributions de semi solutions sans lendemain, ni traitement de fond.

Ainsi en banlieue et milieu populaire les services des urgences hospitalières voient ils affluer « toute la misère du monde « qui vient comme y échouer et y rebondir.  De même le services dits d’urgence sociale avec leur attente téléphonique et musicale interminable (vous voulez essayer? Appelez le 115, vous verrez)

Il faut paradoxalement une solide santé et un solide morale pour survivre aux services d’urgences… qui s’adressent aux difficultés endémiques et chroniques de notre société.

En pédagogie sociale , on ne répond pas par de l’urgence sociale à ce qui relève des problématiques de fonds et chroniques de notre temps. On essaie au contraire d’y répondre PAR DU DURABLE. Et le durable, au fond c’est presque le contraire du « Chronique », car tout ce qui est chronique, repose toujours sur un cycle, et une forme d’oubli qu’on  a déjà fait mille fois le même chemin, et les mêmes démarches. Le durable repose au contraire sur la mémoire et sur l’effort pour aller un peu plus loin, pour « en sortir », enfin. En  bref la chronicité, c’est un peu un « truc Alzheimer », un phénomène de notre temps.

Nous nous préférons la mémoire des temps vécus ensemble, de nos rencontres inoubliables. Nous préférons la mémoire de ce que nous avons commencé il y a  longtemps, de ce que nous avions décidé quand nous étions plus jeunes, et même quand nous étions enfants. Nous préférons ne forme de fidélité  , non pas vis à vis d’une cause, mais vis à vis du temps.

Sur nos ateliers, dans notre local, nous rencontrons tous les malheurs chroniques et épidémiques de nos villes et bidonvilles et nous y répondons sans urgence , sans nous dire a priori « ce n’est pas possible »,  ou « on ne peut pas s’en occuper ».

Car nous n’apportons aucun remède immédiat pour faire taire les symptômes sociaux, nous pouvons les supporter , c’est aussi dire un peu « les souffrir ».

Parce que nous savons souffrir ces problèmes, nous pouvons alors faire en sorte qu’ils fassent moins souffrir. Ce n’est déjà pas si mal. C’est déjà un grand pas.

Nous pouvons alors apporter d’autre chose que des remèdes sans lendemain et des cache -misères. Nous n’éliminerons pas les problèmes qui bougent les gens et les systèmes. Nous y apporterons peut être quelques couleurs. Ce n’est pas grand chose; mais il serait difficile d’en rêver davantage.

DE JEUDI A DIMANCHE: AVEN SAVORE !

IMG_20160702_191435

Comment raconter la magie? Comment raconter l’émerveillement? Avec AVEN SAVORE, nous ne faisons plus du travail social, mais de la magie sociale.

IMG_8485-1

Prenez 21 Robinsons et ajoutez 30 KESAJ et encore 10 YEPCE , et vous aurez AVEN SAVORE.

IMG_20160703_135655

Pendant 4 jours, nous avons vécu sur les mêmes rythmes, chanté les mêmes chansons et dansé ensemble.

Jeudi soir, ce fut d’abord la conférence , « le chant et la danse en pédagogie sociale », à l’université de l’Ouest.

IMG_8401

Cela a été suivi immédiatement par la pratique, et dans la fac, nos enfants et nos jeunes se sont mis à chanter et danser jusqu’à faire trembler les murs.  Retrouvailles de nos groupes, réglages entre nous… Ce n’était que le début. Il y eut d’ailleurs une répétition au gîte des Kesaj, tard dans la nuit…

IMG_8411

Le lendemain, il y a eu  d’abord une répétition générale, en ville …

IMG_8432

Puis, au festival du Mur du son, à Murs Erigné, on remettait cela avec un concert en ouverture du festival.

IMG_8448

Puis le grand jour est arrivé: samedi,  avec la Flash mob en ouverture du festival musical des Ponts de Cé.

IMG_8488

Avec une fanfare, les Robinsons et les Kesaj ont rassemblé et amené tout le public jusqu’à la scène . Puis, là … concert.

IMG_20160702_182924

Un moment d’abord les Kesaj seuls mais ils ne s’étaient même pas aperçus que deux Robinsons s’étaient fondus parmi eux : le petit Théo, 9 ans, habitant du bidonville de Champlan avait trouvé sa place chez les Kesaj.

Puis, cela a été notre tour de monter sur scène et la troupe AVEN SAVORE (les Kesaj et les Robinsons) se sont retrouvés pour un spectacle de plus en plus entraînant.

Dimanche : c’étaient les larmes. Les KESAJ partaient et nous aussi. Retour vers le 91…

IMG_20160703_135518

C’est le moment où on se rend compte de tous les liens qui se sont tissés. Tout le monde pleure.  Et celui que nous pleurons le plus, c’est « notre » DOMINO national; celui a vécu avec nous, parmi nous, pendant plus de six mois.

Cette fois des kilomètres nous séparent. C’est sûr, bientôt, nous allons le combler Car Aven Savore va continuer, Aven Savore va continuer. Il est des mouvements qu’on n’arrête pas.

SAMEDI

ATELIER VILLA SAINT MARTIN

Les personnes présentes:Iasmina,Sandra et Audrey.
Nous sommes allé à villa saint Martin pour faire les ateliers de rue.Une fois arrivés nous avons installé:petit enfants,des cerces, jeux société,des grands jeux(billard,puis 4) et un match de foot.IMG_1199

Les enfants sont venus  pour participer aux activités des Robinson.Iasmina,Carolina,Maissa, Ymene et encore plus: on a profité des jeux, du billard . Nous comptions les points en riant.

IMG_1185

De l’autre côté Audrey a fait des jeux société avec le enfant comme (Blokus,eiertanz et trio minis,etc) Puis nous avons fait un match de foot. Tout le monde a triché. Tous contents de cet après-midi nous sommes passés à « l’assemblée des présents »et après au goûter.
IMG_1207

 

Balainviliers

Nous sommes partis sur le thème du carnaval, avec des déguisements et du maquillage pour faire une petite fête avec les enfants du bidonville.

WP_20160702_15_51_13_Pro

WP_20160702_15_40_46_Pro

Nous étions quatre personnes : Laura, Laura bis, Isabella, et Naima. On est arrivés sur le camps, nous avons installés le matériel et les enfants ont été étonnés de voir tous les déguisements et aussi que nous étions déguisés aussi.

 

Une fois que les enfants ont choisis leur déguisements nous les avons maquillés. Ensuite, nous avons fait une ronde et chanté des petites chansons dans les trois langues : français, roumain, et roms. Puis nous avons mis de la musique et tout le monde à dansé.WP_20160702_15_04_56_Pro

Les enfants ont beaucoup aimé cet atelier de déguisements, le temps est passé très vite et nous n’avons pas pu faire du théâtre avec les enfants. Les mamans ont également participé et filmé leur enfants maquillés, déguisés et en train de danser.WP_20160702_13_35_04_Pro

Le moment de goûté est arrivé et les enfants ont dit ; «  Revenez la semaine prochaine avec les déguisements et le maquillage ».

VENDREDI:

ATELIER DE LA ROCADE

Participants : Iasmina, Naïma, Sandra, Laura, Yann, Pierre, Alison.

Nous sommes arrivés vers 14h30 à la Rocade. Nous avions prévu plusieurs ateliers : maquillages, flipper en bois, jeux de ballon, musique (chant) et coin petit enfance.IMG_1160

Les enfants jouaient sur l’air de jeu au ballon ce qui nous permis de faire un foot.

IMG_1158

Les ateliers se remplissaient, les échanges avec les enfants étaient nombreux ce qui créa une une super ambiance.

IMG_1161

Pierre fit chanter Eddy et d’autres enfants ravi de pouvoir chanter dans un micro. De plus, nombreux jouait au flipper en bois en inventant des règles pouvant faire participer tout le monde.

IMG_1172

Enfin, vint le conseil de quartier, les enfants se réunifièrent sur le tapis et prirent le goûter. Les enfants semblaient ravi et l’atelier réussi.

JEUDI

ATELIER AU SKATE PARK

Participants : Marie, Laura et Alison

Nous sommes arrivées au Skate Park vers 16h30. Nous avions prévu de faire une activité ballons ainsi que dazibao.

WP_20160630_16_59_57_Pro

Une vingtaine d’enfants se sont installé avec nous afin de choisir leurs ateliers. Les mamans sont également rester car il y avait un maximum de jeunes enfants. L’ambiance était détendu.

WP_20160630_17_00_56_Pro

Marie et Alison sont allées avec trois enfants s’amuser au Skate Park. Cependant la pluie est venu nous surprendre nous avons donc dû ranger le matériel mais cela n’a pas empêcher professionnelles et enfants de garder leurs bonne humeurs.

WP_20160630_17_01_16_Pro

WP_20160630_17_34_45_Pro

Une fois la pluie calmer nous avons dit au revoir aux familles et sommes rentré.

 

Atelier de Massy:

 

Les personnes présentes: Iasmina,Laura,Yann,Sandra et Virgil.Avec un grand plaisir et un grand sourire nous sommes allé à Massy pour les activités.

Une fois arrivé nous mettons les tentes parce que le temps n’est pas très bon et pour se protéger de la pluie.Yann,Laura et Virgil et plus les enfants ont fait un match de rugby.Tout le monde adore et on joue sans interruption.

IMG_1131

Et après le match ils ont joué à puissance 4 et le grand billard anglais.Sandra a lu de histoire pour les tout-petits et jeux à la dînette.

IMG_1136

Les mamans s’approchent doucement pour voir leur petit enfants,Sandra les invite a venir discuter avec elle.

IMG_1133

De l’autre côté Iasmina, avec un groupe des filles, ont fait un atelier créatif (des rouleaux de papier toilette,des feuilles et de la peinture pour faire un papillon) ce passe très vite tous elle son triste me on va continué toute le jour.

Encoure le temps il passe très  vite on fait le conseil de quartier et puis le goûter voila.

IMG_1138

A très bien tout :):):):):)))

 

MERCREDI:

Atelier du Jardin:

Aujourd’hui au terrain de Saulx, nous étions accompagnées par Sagida, Yaëlle, Soledad, Andreea, Mercedes, Andreea( fille de Laura), Eugenia( mére de Nicolae), Roni, Emanuel, Andrei, Madalin et Nicolae.

Nous étions très nombreux et ça tombe bien car pour cette après-midi il y avait du boulot pour tout le monde. Nous avons pu partager les tâches de l’après-midi  entre nous et les plantations des salades, ont été faites par Nicolae et Madalin  avec Sagida et yaelle, et cependant Eugenia  avec Andrei, Emanuel, Roniont pu planter des haricots de Roumanie.

Les filles se sont occupées plutôt de l’arrosage des tomates sous la serre et sur le terrain et puis encore dans les bacs des palettes.

Des envies, des énergies, et surtout des sueurs ont fait de nous des vrais guerriers de jardinage et finalement on finit et on peut prendre tous ensemble le goûter.

Au plaisir de se revoir !

Bondoufle:

IMG_1112

Les personne presente :Iasmina , Mariam, Marie , Hafsatou, Dianke, Laura,Kenzy,Laura et Gratiela.

Nous somme arrivée sur le camp de bondoufle , une foi arrivée nous avons commence les jeux collective ( avec la craie nous avons dessine par terre avec les enfant des grande forme geometrique )

IMG_1113

Les enfants on appris les couleur et les forme geometriques qui ont dessine par terre ensuite nous avons installer les tapi la petit enfance la cuisine et la danse

cuisine avec les enfant pop corn au menu

danse roumaine et danse hip hop

IMG_1122

petit enfance jeux des kapla

IMG_1117

Iasmina elle a pris 5 adolescents pour jouer a la marelle

Pui a la fin des animation nous avons rassemble tout les enfants sur le tapi pour faire un conseil sur les activité proposer et puis on les a demande si il avais aimer ou pas ?

A la fin on a tous pris le gouter ensemble

menu du gouter :

pop corne , banane et sirop

On a passer une très bonne journèe !!!!!!

 

 

 

Déraillages et exit en tout genre

Une société qui déraille est une société qui perd la capacité d’anticiper ses propres soubresauts et la possibilité d’imaginer ses scenarios d’avenir. C’est une société qui , à l’image des précaires qu’elle a engendrés ne peut plus se projeter.

WP_20160625_17_05_41_Pro

Ce démaillage social, qui prend des allures mondiales, se  met en place à partir de trois étapes observables et qu’on peut repérer et analyser chacune pour elle même. Il s’agit des effets sociaux des politiques économiques et sociales, dont les effets sont comme là, devant nous.

Déliaisons

Ce que nous vivons sur l’échelle locale comme globale, c’est d’aborde l’effet des mille déliaisons qui façonnent dorénavant la vie des gens. Ruptures précoces, ballotages, déracinements de toutes sortes. Privation de l’environnement familial , comme local. Impossibilité de s’installer nulle part , de prendre ses aises, de poser ses bagages, d’entreprendre et de suivre ce que l’on a commencé.

Serge Paugam étudie depuis des années les liens qu’il y a entre les ruptures individuelles, personnelles et les phénomènes sociaux de déliaison, de sécession et d’absence de relation de loyauté ou d’identité collective avec les institutions et la collectivité.

Ce phénomène n’est donc pas si récent. Il trouve ses origines à l’aube des années 80 au moment de la faillite du monde ouvrier. Ce qui est plus récent, aujourd’hui, c’est que ce phénomène de déiliaison ne s’exprime quasiment plus dans la vie publique. Il est devenu souterrain, invisible, et constant.

Désynchronisation

Ce qui fait que nous en sommes plus « en phase » avec ce qui se jour dans de nombreux milieux, avec le vécu des enfants, des adolescents et même des familles précaires, c’est que nous avions connu une véritable désynchronisation sociale. Les institutions, les collectivités locales , comme nationales se sont tout simplement mises à l’écart de ce qui agite la société. D’un coup, ce n’était plus leur affaire.Des filtres ont été installés, comme autant de modalités d’éloignement du peuple précaire. Blocage des publics par des procédures internet, téléphoniques administratives et techniques impossibles;  rendez vous obligatoires, procédures qui norment les rares occasions de rencontre; éloignement des structures de décisions par rapport au terrain. Tout  été fait pour découpler  , et rendre quasiment indépendants deux mondes qui dorénavant ne sont plus en contact: celui pour lequel tout ne va pas si mal et où il y a  des choses et des structure « qui fonctionnent encore ». Et celui qui a fait faillite depuis longtemps et qui ne pourra pas s’en remettre.

Désolidarisation

La troisième étape s’inscrit inévitablement dans la logique des deux précédentes.Suite aux déliaisons et à la désynchronisation, c’est la notion d’intérêt commun, la notion de bien commun, comme de vie en commun qui paraît dorénavant fictive.

Les institutions, les collectivités , les pouvoirs politiques n’ont plus en face d’eux de véritable opposition construite car ce qui se perd c’est justement la capacité de construire quoi que ce soit en commun, fût ce une simple opposition.

par contre le sentiment de loyauté , d’appartenance , ou de fidélité vis à vis des institutions, l’adhésion à la nécessité d’accepter des règles du jeu social, tout cela bien entendu disparaît.

Ce phénomène est particulièrement visible en ce qui concerne la notion de travail. Le travail dénaturé, précarisé a perdu tellement de sens pour les travailleurs pauvres et précaires que ceux ci en retour ont développé en retour une relation de désamour , de mise à distance et d’utilitarisme vis à vis de tout travail . C’est la relation à tout travail qui s retrouve abîmée , détruite et qui perd petit à petit tout son sens.

La désolidarisation est faite d’enfermement dans son individualité et dans sa précarité.  La capacité de se mobiliser pour du bien commun se perd das tous les domaines en interne des groupes sociaux, comme en externe vis à vis des institutions.

Cette désolidarisation passe bien entendu par l’indifférence progressive au sort des autres, c’est à dire aussi à soi même. C’est un peu comme si nous assistions peu à peu à la perte progressive d’un sens social, de la même manière qu’on peut perdre la vue ou l’audition.

Les conséquences à l’échelle d’une société ne se limitent pas à l’immobilité et à l’indifférence; cela va forcément plus loin encore comme le développement progressif de l’intérêt de mettre en échec le fonctionnement de la société elle même , dès lors qu’il me paraît évident qu’elle ne put jouer que contre moi.

C’est une »société négative », une « société noire » (au sens de « l’individu noir » de R. Castel) qui s’insinue progressivement dans tous les rouages et à tous les étages de la vie publique.

Ce que nous tentons de faire à travers nos actions éducatives et sociales, par la mise en place d’une pédagogie sociale, par la relocalisation des innovations sociales, par le développement d’une démarche communautaire, c’est justement ceci. redonner une nouvelle chance au « Commun »; retrouver du sens au vivre ensemble; construire une société vivable et possible en éduquant des individus capables d’en comprendre les enjeux.

Ce sont des initiatives d’un intérêt commun et public qu’il faudrait soutenir de manière urgente, plutôt que de les décourager encore et encore.

 

Samedi: Atelier de la Villa Saint Martin

Nous sommes allé à Villa Saint Martin pour les ateliers avec un très bon temps et un beau soleil.Une fois arrivé nous mettons les activités en place: pour la petite enfance avec des bassines d’eau pour le enfants,atelier maquillage,jeux de société,des grands jeux sportifs(puissance 4 et 2 grands billards dont un anglais),atelier bijoux, scoubidou et jeux collectif.

IMG_1076
Nous avons commencé avec l’atelier maquillage et bijoux il y a eu pas mal d’enfants.Puis Afsatou, Ana et Gengue ont fait de jolies tresses Africaine a Iasmina.

IMG_1074

Et de l’autre côté Andrei et Laura se sont amusé avec les enfants jeux à billard et puis puissance 4 .Et Bilel un enfant de Villa Saint Martin a appris à faire la gymnastique.

IMG_1063

Certains ont fait des dessins avec la peinture.

Le temps passe très vite et on n’arrive au conseil ainsi que au goûté dans la joie et la bonne humeur.

Dimanche , au jardin:

Nous étions plusieurs familles ce dimanche, au jardin . Il y a  tant à faire, la saison étant bien entamée. Nous voici donc à butter les patates, mais aussi désherber les différents champs et nous battre contre les ronces et les orties qui, comme chaque année, tentent de revenir en force.

IMG_1103IMG_1100IMG_1094IMG_1096IMG_1081

Samedi : Répétition Aven Savore avec les Kesaj

WP_20160625_17_11_00_Pro

C’est parti pour une répétion du projet Aven Savore en présence des Kesaj Tchave.

Ivan guide le groupe avec dynamisme, comme d’habitude et tout le monde est motivé à faire une bonne répétition pour être au point lors des représentations à Angers.WP_20160625_17_05_59_ProWP_20160625_17_05_41_Pro

Vendredi: Soirée conviviale

WP_20160624_20_39_55_ProWP_20160624_20_53_19_ProWP_20160624_20_59_56_Pro16-06-24 Soirée Conviviale

Vendredi : Bondoufle

Aujourd’hui accompagné de jean pierre et lily qui réalisent un court métrage sur l’association, nous nous rendons à Bondoufle pour l’atelier. Après avoir fait notre cercle et les présentations habituelles, nous jouons à « jacques à dit » et chantons « Une souris Verte ».

20160624_155930

Ensuite nous formons 2 groupes: un tapis pour les jeux de construction et la petite enfance, l’autre pour l’écriture. Sur l’atelier de scolarisation, on fait des mots croisés, des dessins, et des exercices pour apprendre a tenir un crayons et écrire des lettre. Les enfants peuvent remplir les grilles de plus en plus difficile en s’aidant de l’alphabet et des grilles précédentes qui ont des mots en commun, et se corrigent entre eux.

La fin de l’atelier approche et on se rassemble pour le goûter. Un groupe de filles un peu plus grande nous aide a organiser, distribuer le gouter, et ramener les affaires au camion.

20160624_160006

Vendredi : atelier la rocade

Les personnes présentes sont : Mariam, Jasmina, Jenica, Dusko, Lorelei et Marie.

Nous sommes allés avec un beau soleil à la rocade. Une fois arrivés on a installé les ateliers :

-La petite enfance

-La cuisine

-Les jeux de société

-Atelier perles et des jeux collectifs.

IMG_1041

On a commencé avec  les Mikados, les molki, le Ninja, etc…

Jasmina et Marie on a installé les jeux et  les tapis sous une tente pour protégé les enfants du soleil.

Pour la cuisine on à placer des tables à l’extérieur, puis Mariam et Jenica ont fait une salade de fruit avec  les plus grands.

On n’a pas pu faire les jeux de société car les enfants ne voulaient pas jouer.

Pour l’atelier perle Lorelei à inviter les enfants et les mamans qui étaient intéressés pour faire des perles.

IMG_1037 - CopieIMG_1035 - Copie

A 16h30 on a commencé à ranger les jeux et on à demander aux enfants de s’installer sous la tente pour qu’ils puissent prendre le gouter.

Malgré  le peu d’enfants qu’on a eu, on à tous apprécier cette journée.

IMG_1033 - Copie

 

Vendredi: atelier cuisine

Magnifique atelier cuisine ce vendredi encore avec un nombre incroyable de participants de tout genre, de tout âge  et de tout lieu.

IMG_8380

Les familles des hôtels, en particulier,  se sont approprié ces moments , devenus essentiels pour elles.

Vendredi soir: soirée conviviale

Il y avait , ce vendredi, deux soirées conviviales; l’une au Platz de Ballainvilliers , et l’autre à Longjumeau, salle Bretten .

Les deux étaient joyeuses , le sdeux étaient heureuses. Et ona eu la chance d’avoir la visite de nos amis KESAJ, sur l’une et l’autre, dans la même soirée.

WP_20160624_21_00_17_ProWP_20160624_20_59_56_ProWP_20160624_20_53_19_ProWP_20160624_20_39_55_Pro

Jeudi : Skate park

Avec Laura, Laura, Sandra, Juliette et Marie.

On est arrivés au skate Park vers 16h30. On a installé les tapis et on a

commencé les activités.

IMG_6761

Sandra et Juliette se sont occupées de l’atelier perle, Marie et Laura devaient organiser des jeux collectifs mais étant donné la chaleur insupportable et l’absence d’enfant volontaire, elles ont rejoint Sandra et Juliette pour les aider.

IMG_6773

Laura s’est occupé de la petite enfance, elle a pu discuter avec les mamans qui sont restées avec elle. Elles se sont assises sur les tapis avec les enfants.

IMG_6781

Ensuite tous le monde à pu profiter du quatre-quart et du sirop pour le goûter, puis les mamans et les enfants se sont proposés pour nous aider à ranger le matériel utilisé.

Jeudi: Atelier a massy

Les personnes présentes: Dominik,Mariam,Dusko,Kenzy et iasmina.

IMG_1017

Nous somme allés à Massy pour un bon atelier. Il y avait beaucoup d’enfants et de parents.

IMG_1010

De l’autre côté un papa fait s’occupe de l’atelier petite enfance: jeux de construction, jeux mémo et dinnette . Sur le tapis, il y a pleins d’enfants qui jouent aux jeux de société comme le UNO par exemple.

IMG_1009

L’atelier de Mariam (pâte sel) marche très bien. Chaque enfant ramène leur propre pâte à sel à la maison.

IMG_1007

 

Kenzy, Dominik et Dusko font du frisbee sur le grand terrain;

Iasmina avec les enfant: Saines,Cami,Sahara, et Yustra etc .Ils font des jeux collectifs comme le loup, le béret, le chat etc… Le temps passe très vite, le conseil de quartier approche à grand pas. Tout le monde y participe et donne ses idées: football, golf..;

Nous prenons le goûter avec un bon sirop et de bons gâteaux.

A bienôt :):):):)

Jeudi: Sur le terrain des abeilles

Cette après-midi nous allons passer voir comment elles y vont nos chères abeilles Frère Adam et leur rendre visite pour s’assurer qu’elle travaille bien et qu’on aura du bon miel. Avec Eric qui est le responsable de les nourrir on voit que le sirop que nous leur avons administré à fait du bien aux jeunes colonies et aux nouveaux essaims car à l’intérieur de la  ruche il y avait du bon travail fait et énergies.

SAM_1868

En même temps les abeilles n’aiment pas quand elles sont dérangées donc elles deviennent  nerveuses et puis vite agressives. Malheureusement, nous avons tous  eu une petite piqure inoffensive car les abeilles sentaient l’orage et leur maison découverte.

SAM_1852

Après avoir fait cette dernière visite avant la récolte, on se dépêche d’arriver au camion et ensuite repartir au local pour prendre le goûter et montrer nos piqures.

Au revoir !

Jeudi : un Au revoir pour Dominique

IMG_8367

Six mois qu’il était avec nous, qu’il chantait avec nous, qu’il vivait avec nous. Six mois que les quartiers le connaissaient. Six mois que tout le monde l’appelait Domino au point que ce « Kesaj Tchavo »était devenu le plus familier des Robinsons, des compagnons.

Ce jeudi soir, nous disons au revoir à Domino qui partait retrouver les Kesaj à Buno.

IMG_8361

Alors bien sûr on allait le revoir dès le lendemain à la soirée conviviale, comme le samedi à la répétition ou la semaine à venir à Angers.  Nous suivons Domino.

Mais surtout, même quand il sera parti, même quand il sera de nouveau à Kezmaroc, un petit peu de Domino chantera toujours dans nos têtes.

Mercredi : atelier à bondoufle

Les personnes présentes.Laura,Juliette,Mariam,Iasmina,Marie et Laura.

Aujourd’hui nous sommes allé à bondoufle pour les ateliers.Une fois arrivé nous avons installé les ateliers.

Juliette et Marie elle mets en place le atelier bijou avec les enfants ils fait plain bracelet et de collier .

IMG_0980

Tous contents des bijoux qui ils son fait il le ramène chez eux.La petit enfants très bien beaucoup des enfants faire dr château et jeux à la cousine avec notre Laura.

IMG_0992

De l’autre côté, c’est la folie. Il se prépare un atelier de danse et musique. Tout le monde y participe : les mamans, les papas, les enfants, les adolescents.

IMG_0993

.Les mamans ne voulaient même plus arrêter de danser. C’est l’heure de gouter les gateaux que Laura a fait en avance avec un bon sirop très delicieux.

IMG_0984

Voila pour aujourd’hui!!! A très bientôt