Le Social, entre le centre et le milieu

Avec nos partenaires du Centre Social (de Chilly) nous contribuons à essaimer les initiatives éducatives et sociales. N’est il pas question avec les parents de cette ville… de mettre en place des ateliers de rue? Les idées poussent, germent, en ce vent d’automne et se déplacent. Le Social ne peut pas s’enfermer dans un Centre […]

Avec nos partenaires du Centre Social (de Chilly) nous contribuons à essaimer les initiatives éducatives et sociales. N’est il pas question avec les parents de cette ville… de mettre en place des ateliers de rue?

Les idées poussent, germent, en ce vent d’automne et se déplacent.

Le Social ne peut pas s’enfermer dans un Centre fût il social ou maison de quartier. Sinon il  jaunit et périclite; le Social circule, naît dans les interstices, les friches. Il jaillit des bidonvilles, pousse dans les jardins des terrains vagues, surgit des cages d’escalier.

Il est là le Social qui vit; il n’est pas dans les lignes programmatiques, il n’est pas dans les maisons de quartier…

Nous déplaçons le Social du Centre vers le Milieu, le milieu social, le milieu urbain, le milieu économique. Le milieu, est justement ce mi-lieu, ce lieu à mi chemin entre soi et les autres, affectif et social, individuel et collectif… 

Il y a bien ainsi une Ôtreville, une autre ville, une ville inetersticielle qui est CREEE et PRODUITE par ceux là même,  qui ne peuvent pas ou plus consommer la VILLE INSTALLEE.

Et du coup dans notre association, les idées jaillissent, s’enchaînent mais aussi se rejoignent et se renforcent. Il faudra bien inventer d’autres crèches, si les crèches  ne peuvent plus naître , faute de capacité des institutions à les faire vivre; il faudra bien une autre université populaire (qui ne soit seulement un ensemble de conférences à auditeurs libres) qui soit une université de la parole et de la pensée nomade, entre les âges, les cultures, dans la rue et les quartiers.

Il faudra bien que cela naisse , que cela jaillisse après l’hiver car toutes les chapes du monde ne peuvent rien contre une idée qui court.

Alors en attendant, nous avons des bourgeons: nos ateliers de rue accueillent pour de vrai la petite enfance, librement; les ateliers dans les camps amènent des activités éducatives à ceux qui ne peuvent y accéder,  nos “enfants journalistes” parcourent la banlieue et Paris pour rapporter des idées et des amis. Des réseaux se tissent et il est même question de “Correspondance” (au sens fort de ce mot dans la pédagogie Freinet) entre enfants du quartier sud et de Beaubrun (Saint Etienne).

Intermèdes lance aussi son Forum Innov’Action de l’accueil en petite enfance qui aura lieu les 20 et 21 Janvier avec les soutiens et interventions de M le Pr Hubert Montagner, de F Jesu, de l’EFPP, …    Innovation et Action: ce n’est qu’un début.

Samedi :

* A la Villa Saint Martin : 

Bonne Nouvelle, tous nos potirons sont partis, nous les avons distribués dans le quartier aux parents et enfants juste après avoir été nettoyés et découpés par nos marmitons ^^   Juste à coté s’entrainaient les capoerïstes  pendant que les plus petits dessinaient  sur nos tapis.

 

 

 

 

 

* BATTLE INTERNATIONAL DE MASSY :

Ce samedi, nous voilà partis avec sept enfants, Souad et Anaïs pour aller admirer le battle International de Massy. Un spectacle vraiment impressionnant qui a épaté tous nos petits Robinsons. La prestation alternait battle (deux breakeurs ou breakeuses dansent chacun leur tour dans un cercle puis le jury décide du meilleur d’entre eux) , free style (tous les breakeurs et breakeuses s’affrontent à tour de rôle dans le cercle de manière aléatoire sans jury) et show (représentation d’une chorégraphie d’un groupe  de danseurs/euses et breakeurs/euses de toutes origines). Cet évènement était organisé par l’association Humanitariat en soutient à la Somalie. Contre trois denrées, une personne pouvait accéder au battle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi :

* A Massy :

Temps frais, kapla avec Corentin, croque carotte et pique pirate avec Emilie, coloriages et apprentissage des chiffres avec Aline. Et pour finir notre éternel saut à la corde pour se réchauffer. Puis nous goûtâmes sous le saule.

 

 

 

 

 

 

 

 

* Au jardin de saulx :

Le temps se réchauffe en cet après-midi et nous profitons de belles éclaircies. Nous continuons la préparation du sol pour l’hiver et les futures plantations. On retourne une parcelle et nous y apportons du fumier qui aura le temps de se décomposer et enrichir la terre durant tout l’hiver. Entre quelques gorgées de thé, nous récoltons un peu de salade, quelques poireaux et navets.

* Au skate Park :

Comme promis nous avons apporté de la laine afin que des enfants puissent faire des pompons, d’autres ont préféré les jeux que l’on a l’habitude d’apporter. L’atelier s’est un peu écourté lorsque le froid s’est installé. Les familles sont parties plus vite, nous n’étions alors qu’un petit nombre au gouter.

Mercredi :

A la mjc de Chilly Mazarin :

  Ce mercredi nous choisissons d’emmener tout un groupe d’enfants rom’s à l’exposition de  la MJC de Chilly Mazarin afin  qu’ils puissent voir et constater que leurs œuvres sont aussi exposées. Après cette petite visite, les enfants laissent parler leur créativité autour d’un atelier poterie animé par Stéphanie.

 

* Au jardin de saulx :

Bel après-midi au terrain de l’équerre. Nous décidons de commencer à réinstaller la balançoire à la demande de tous les robinsons présents cet après-midi. D’autre part, un petit groupe se charge de recoudre la serre sur laquelle il y avait une brèche. Un peu de récolte est également au programme notamment des poivrons, aubergines, framboises et feuilles d’oseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *