Notre mode de gouvernance (IV et fin): Transmission versus Communication

(Pour l’introduction de cette série de textes, se référer au (I): Appropriation versus Participation).

Communiquer c’est mettre en commun quelque chose qui vient de nous. C’est entreprendre de « rendre commun » ce qui nous préoccupe, ce qui nous motive, ou nos propres intérêts. C’est pour cela que toute communication est toujours peu ou prou une sorte d’invasion.

SAM_0024

Communiquer c’est envahir la pensée d’autrui, ou en tout cas l’occuper ou l’orienter.  Il est étrange que l’on nous présente toujours cette communication comme une chance, un droit, une richesse , ou un don: tout ce qu’elle n’est pas . L’information est nécessaire, la communication sert, quant à elle,  bien d’autres objectifs.

Tout a été fait pour que la communication devienne une injonction de tous les moments et pour tous, autant que nous sommes. Si nous ne réussissons, pas, nous dit-on, ce serait parce que nous communiquerions mal ou que nous ne saurions pas communiquer.

D’une certaine manière , nous avons été petit à petit conditionnés à apporter plus de valeur à la communication, plutôt qu’aux faits réels. « Que peut la réalité , s’interrogeait Alain Badiou, face à sa représentation? »; on pourrait dire à sa communication.

Aujourd’hui, les actes et la réalité importent moins que l’image qu’on en donne; que  le contrôle des moyens de leur communication.

A Robinson, nous nous heurtons tous les jours aux ravages du contrôle de l’actualité locale, par ceux qui en font profession et en exercent le pouvoir; comment peuvent-ils à créer l’illusion  qu’une action aussi développée , renouvelée, ancienne et constante que celle que nous menons, semaine après semaine, depuis tant d’années, existerait à peine , serait secondaire ou sans intérêt? C’est simple, ils y parviennent (très localement, heureusement), en  bâtissant soigneusement un mur de silence, et en usant leur monopole de tous les moyens de communication locaux,   tout et n’importe quoi pour faire rideau de fumée.

Car telle est la fonction de la communication: elle sert couramment bien davantage à occulter, qu’à révéler. Comme le prestidigitateur qui exhibe sa main droite, tandis que sa main gauche réalise le trucage, la lumière de l’information sert essentiellement à produire de l’ombre. Pour une chose, mise à jour, communiquée, toutes les autres sont cachées.

Transmettre, c’est bien autre chose. Si communiquer, c’est s’approprier une part de la pensée des autres, transmettre , au contraire relève de l’inconditionnalité du don.

Transmettre, c’est lâcher , donner de soi plutôt que conquérir autrui; transmettre c’est renoncer à contrôler ce qui sera fait de ce qui a été transmis.

La Pédagogie sociale est une pédagogie de la transmission dans une société qui peine de plus en plus en plus à transmettre. Quel monde, quelle économie transmettons nous à nos enfants?  Comment comprendre qu’il n’est plus possible de leur transmettre un avenir alors que c’était la norme jusqu’à la fin du siècle dernier? Pourquoi les biens des classes moyennes et des pauvres, s’épuisent dorénavant pour financer la vieillesse des anciens, et ne se transmettent plus aux jeunes?

Comment comprendre cette non-transmission des cultures , des histoires, des expériences?

Par ses pratiques inconditionnelles (gratuité, libre initiative, inconditionnalité de l’accueil) la Pédagogie Sociale se prête naturellement à toutes les transmissions horizontales, comme verticales.

Il n’est donc pas étonnant que nous en fassions également un mode de gouvernance; entre nous , en interne et dans nos réseaux, nous organisons le plus de transmissions possibles. Nous mettons en place des chantiers pour transmettre nos expériences, des KroniKs pour transmettre notre vécu, des articles, des écrits , pour transmettre nos théories, des stages et des formations, pour transmettre nos pratiques.

Nous ne nous contentons pas d’informer , il s’agit de cultiver, de porter des fruits.  De même que le travail qui, s’opère dans nos jardins, notre verger, notre rucher n’est pas là pour être communiqué, mais pour produire des fruits, du miel et des légumes; de même le travail qui s’opère dans nos ateliers, nos soirées, conviviales, nos chantiers, nos locaux , nos réseaux sont là pour essaimer et donner le jour à bien d’autres expériences.

 

 

« Nos Etats semblent devoir se complaire dans un mode de gouvernement resserré où la participation des populations à la chose publique est cantonnée à l’élection de ceux qui vont se comporter comme leurs maîtres pendant leur mandat.

Le pouvoir des citoyens se limitant à la possibilité de changer périodiquement de maître. Mais comme ils ne contrôlent pas la métamorphose de ces derniers, qui ont choisi de se reproduire par scissiparité, il leur faut bien faire avec des copies conformes se succédant aux mêmes postes de responsabilité, appliquant le même « logiciel », comme ils disent avec fierté. » M Barthélémy

 

Samedi et Dimanche:  Formation et entraînement en Pédagogie Sociale

Ce samedi et ce dimanche, un groupe de 12 stagiaires  , venus de Nantes  Genève et Marseille ont animé et vécu! une formation sur les bases théoriques et pratiques en Pédagogie Sociale et Ateliers de Rue

DSC_8393-1

Avec eux , on a initié une formule comprenant une alternance par demie journée, entre séance de théorisation/ discussion et participation aux ateliers des Robinson

On remercie particulièrement « nos » stagiaires, car ils ont aussi été très productifs et créatifs !!!

Qu’on se le dise, les formations, c’est bien parti à Intermèdes Robinson et pour notre Institut !

SAM_6580

Jardin 7 décembre 2014
Aujourd’hui c’est un jardin un peu particulier ! En effet, les stagiaires en formation avec Laurent sont venus voir le terrain et observer nos activités. On a donc de la main d’œuvre en plus mais aussi plus de bouches à nourrir ! Car, avec nous, il y a aussi Erwan et sa maman, Hafsatou et Nabintou, Eddy, Jessica et Jean-Jacques. Hélène et Laurent sont en renfort et Rachka fait soutien moral.
45 merguez, rien que ça sur le barbecue, une marmite de soupe, une énorme salade, et en dessert des bananes au chocolat… Waaaaaa !!! Trop bon !
On mange pour oublier qu’on a froid, la pluie commence à tomber. Hem, le moral est un peu en berne… Allez zou ! Au boulot, messieurs, dames !

SAM_6580

En 10 minutes, une splendide nouvelle table et deux bancs voient le jour. Y en a qui ont fait les scouts par ici et ça se voit !
Et le puits ! Il a enfin un chapeau digne de ce nom ! Plus personne ne pourra tomber dedans ça c’est sûr !
On s’était dit qu’on ne toucherait pas au four parce que ce serait un peu compliqué, mais c’était sans compter sur la détermination de Iasmina et de Quentin (Non pas celui de l’asso, un des stagiaires fort sympathique !). Ils démontent tout et le remonte brique par brique grâce à un colmatage dont seul Iasmina a le secret.

Erwan, Sandra, Hafsatou et Nabintou ont élu domicile sous la serre. Ça papote tout en nouant de la laine de couleur vive autour des piquets en bois. C’est pour égayer un peu le jardin, il est un peu triste en hiver tout de même…

Grâce à des regroupements fréquents autour du feu, on évite de perdre nos orteils un à un. C’est agréable…

Mais ne tardons pas trop quand même ! Allez on rentre ! On est bien fatigué… !

 

Réunion recherche-action :

SAM_0037

Nous étions réunis ce samedi 6 décembre 2014 à notre nouveau local pour une deuxième réunion recherche-action ouverte aux adhérents de notre association afin de faire évoluer tous ensemble notre travail.
Nous étions environ 30 entre l’équipe des Robinsons, les adhérents et le groupe de nantais venus se former à la pédagogie sociale et Hugues Bazin, qui fait partie du réseau de recherche-action dans le cadre duquel nous avons entamé ce travail.
La présence de l’association de travail de rue nantaise a permis de rendre nos échanges très riches car nous avons pu comparer nos expériences respectives : situations, difficultés, nouvelles initiatives, pistes d’actions et de réflexions…

SAM_0025
Et nous sommes ravis que 7 Robinsons soient venus participer activement à cette réunion car il est très important pour nous que les participants soient partie prenante de l’évolution de l’association et soient initiateurs de nos projets communs.
Plusieurs projets ont été discutés : mise en place d’une permanence pour les ados 2 h par semaine au local et temps pour les adultes qui souhaitent avoir un lieu où se retrouver pour coudre, bricoler, discuter, échanger…nous souhaitons en effet que chacun puisse s’approprier ce lieu comme un lieu de mise en commun, de partage, de travail et un point de départ pour la mise en place de projets de toutes sortes…alors, réfléchissez et venez partager vos idées pour continuer de faire évoluer ce lieu !

SAM_0032

Samedi Champlan :

Nous avons eu un grand et beau ciel bleu d’hiver cet après-midi à Champlan !
Nous étions nombreux aujourd’hui car 8 stagiaires nantais venus se former à la pédagogie sociale nous ont accompagnés. Les enfants ont été ravis de voir arriver tout ce beau monde rien que pour eux ! Et Susano le premier !

SAM_6611
Pour nous réchauffer, nous avons commencé l’atelier avec plusieurs jeux de corde à sauter géante : seul, à 2, à trois, en tournant, et puis tous ensemble…nous avons vraiment bien rigolé…on est aussi tombé plein de fois les fesses dans la gadoue en sautant à plusieurs en se tenant les épaules…mais on n’hésitait pas à s’y risquer de nouveau !

SAM_6607
Ensuite est venu le temps de s’attabler pour des travaux écrits : pour les petits, lettres au Père Noël illustrées et pour les plus grands, s’imaginer, se dessiner et se décrire à l’âge adulte…une partie de l’équipe nantaise s’y est mise avec notre petite équipe constituée de Susano, Ricardo, Ronaldo et Ionut. Là aussi, on a bien rigolé en s’imaginant papy, papa avec une grosse moustache…

SAM_6613
Puis on a écrit un peu autour de ces dessins mais rapidement un camion rempli de bois est arrivé et tous les grands sont partis aider les adultes à le décharger…eh oui, en cette période d’hiver le bois pour chauffer les baraques est d’une nécessité primordiale…nous constatons souvent que les enfants de Champlan ont beaucoup de mal à se concentrer mais cela n’est pas étonnant dans une telle atmosphère d’insécurité quotidienne et d’incertitude de l’avenir…

SAM_6614
Puis le jeu du « ninja », lancé par Quentin, un des stagiaires nantais, a remobilisé les grands qui étaient éparpillés après le déchargement du bois. Ce fut un très chouette moment !
Enfin, nous avons partagé un bon goûter !

Samedi 06 décembre 2014

La Villa Saint Martin

A la Villa Saint Martin, communément nommée la VSM, il y avait beaucoup de monde en cet après-midi givré: vous enfants et parents , nous , mais aussi des petits nouveaux qui venaient découvrir les actions et les principes de l’association dans le but de partager leurs pratiques et d’enrichir ces dernières. Ils nous on permis par leurs visions nouvelles, leurs observations, leurs pratiques personnelles, d’enrichir aussi les nôtres.

SAM_0019

Le partage en tout point était donc à l’honneur en ce jour!

Le partage autour d’une activité ludique qui restera dans les mémoires.

Le partage rimant avec création illustré par l’atelier «Boule de graisse» et l’atelier créatif où l’on fabriqua des bestioles. Eh oui on fait cela à Intermèdes-Robinson !!!

Le partage d’idée lors du conseil des enfants où les propositions d’actions fusèrent: sortie dans un château, atelier Hip-hop,la préparation de gâteaux aux chocolat et à la vanille et même l’achat d’un nouveau four plus performant ! Plein d’idée .

SAM_0024

Le partage au cœur de la cuisine où naquît de délicieuses tartes tomates-chèvres.

SAM_0006

Le partage, une valeur chère aux Robinson !!! Venez la partager avec nous !

Bonne journée à tous nos chers lecteurs !

Signé une Robinsonne,

 

Vendredi 5 Décembre

Récolte de kiwis à Chilly-Mazarin :
 SAM_0906
J’ai donné rendez-vous à Sadio et son petit Sidi, Asma, qui vient avec 2 de ses filles, mais aussi Jean Jacques et Téo pour aller récolter des kiwis ! Personne dans le groupe n’a jamais fait ça et nous sommes curieux de découvrir à quoi ressemble un arbre à kiwis.
C’est Noëlle, la femme de Pascal de la MJC de Chilly qui nous a fait cette proposition : en échange d’un peu de labeur dans le jardin de sa mère (qui se révélera en fait être un moment très sympa), nous repartirons avec des cagettes pleines de ce petit fruit duveteux !SAM_0932
La nuit a commencé à tomber mais c’est pas grave. Nous nous armons de lampes torches et pendant que certains éclairent, les autres se dirigent vers l’arbre, dont le feuillage se répand parallèle au sol, de part et d’autre d’un petit tronc sinueux. Malgré la pénombre, nous pouvons voir les kiwis; il y en a beaucoup, à la hauteur des enfants et d’autres bien plus haut, mais il y en a pour tout le monde.
Je porte le petit Sidi dans mes bras, et comme s’il avait toujours fait ça, il tire sur les fruits et les jette par terre comme le préconisait Noëlle. Iasmine et Rania, les deux filles d’Asma sont ravies. On dirait une chasse au trésor, c’est à celui qui en cueillera le plus et nous remplirons 5 cagettes de ces fruits exotiques velus !SAM_0929
A tour de rôle, les adultes et Teo montent sur l’escabeau pour atteindre les plus hauts. La nuit a maintenant enveloppé le jardin et la mère de Noëlle vient nous rejoindre et découvre notre butin. Nos doigts sont gelés mais un verre de thé bien chaud et quelques petits sablés à la fleur d’oranger viendront nous réchauffer.
Nous repartons contents de notre escapade et nous partageons une des cagettes avant de nous quitter. Le reste de la récolte sera déposé dans la cave du 28 rue des marguerites, pour être au frais et servir pour des confitures à venir…

Vendredi 5 décembre 2014

La Rocade

En cette fin de semaine froide,de la première semaine du mois magique des fêtes de fin d’année ,vous étiez présent et nombreux à La Rocade .

De nombreux enfants ce sont affairés autour de la préparation d’un crumble aux pommes. En outre les parents, en l’occurrence les mères, ont put se réchauffer dans une atmosphère chaleureuse, d’un café ou d’un thé.

Petite parenthèse. Où sont les papas ? Je lance un appel à tout les pères des communes de Champlan, Longjumeau et d’ailleurs: REJOIGNEZ-NOUS! Parenthèse fermée.

Juste à côté du «Café des Mamans» (bientôt aussi «Café des Papas» ) où régnaient calme, courtoisie et tranquillité, les enfants s’agitaient autour d’un ballon …. DE FOOT ! Deux équipes avaient été créées à l’occasion de ce match de foot urbain exceptionnel : Les CF Longjumeau vs Les JBL battus 3 à 1. Quel beau match ! L’heure du rangement et du goûter n’en sonna pourtant pas la fin, mais celui du départ de l’équipe d’ Intermèdes-Robinson.

Mais qu’est devenu le crumble aux pommes façonné par les petites mains affairées des enfants?

Pas assez cuit il n’a pu être mis à l’honneur lors du goûter. Néanmoins, au local, une fois bien cuit il a fait le bonheur de nos papilles, celle d’une équipe gourmande et méritante ! Qu’en pensez-vous, c’est bien mérité, non?!

Bonne Journée à tous nos fidèles lecteurs!

Signé une Robinsonne.

 

Vendredi

La Ruche : Maths et musique

Aujourd’hui nous avons décidé de nous mettre en mode intime. Fatima et Ricardo étaient avec nous (Iasmina et Quentin). Nous avons fait principalement de la musique.

SAM_6601

Pour commencer, j’ai dessiné un clavier au tableau, puis sorti le petit clavier rouge (pas toujours très gracieux) pour faire le lien. J’ai joué des combinaisons de deux notes en demandant à chaque fois s’ils trouvaient ça joli ou non. Le do et le mi sont donc jolis ensemble, l’accord entre le fa et le la également. Par contre le fa avec le si, habituellement un peu agressif à l’oreille a été voté « joli ». Etonnant de s’apercevoir de ça car cet intervalle a été longuement interdit dans la composition musicale élitiste jusqu’à l’arrivée du jazz qui a su utiliser ses dissonances. Pour une oreille vierge, c’est donc « joli ». On a eu quelques « bizarres » et des « moches ».

Une fois dotés de trois ou quatre « jolis », je leur ai donné les baguettes pour qu’ils composent avec ses trois ou quatre combinaisons. C’est là que la notion de rythme montre son importance. Des notes jolies enchaînées deviennent musicale si elles sont rythmées, la lueur dans les yeux en écoutant une version rythmées de leurs combinaisons nous confirme que c’est compris.

SAM_6622

Le rythme, comme d’habitude est difficile à mettre en pratique, notamment la notion de pulsation, de régularité. Si Ricardo fait des vrais rythmes, il les faits en revanche sur une pulsation chaotique. A l’heure du goûter, il a demandé à rester, peut-être par sentiment de concurrence saine que j’ai cru ressentir envers Fatima qui, elle, maintenait des rythmes beaucoup plus simples mais à pulsation stable. Ils ont tous deux saisi l’intérêt du « jouer ensemble ». Nous avons continuer à taper en rythme, chacun a pu proposer le sien, et ce faisant, réaliser qu’ils inventaient des rythmes, ce qu’ils pensaient réservé aux initiés. Nous avons fini par un bon vieux « poum poum tchak » en rôles répartis. Très entraînant.

SAM_6624

Jeudi 4 Décembre 2014

Croix breton

Aujourd’hui quand les premiers enfants sont arrivés Nicolae, Cosmin et moi (Charlène) avons joué au croque carotte, au jeu de 7 familles et au jeu de construction avec eux.

SAM_9908

Puis très vite les enfants sont devenus trop nombreux pour que l’on reste sur le tapis, alors avec un groupe de 6 enfants nous nous sommes détachés pour jouer à colin maillard. Nicolae à continué un petit moment a jouer aux jeux de société puis il nous a rejoints pour une partie de gamelle. Cosmin est resté sur le tapis avec 4 à 5 enfants pour faire des jeux de constructions.

SAM_9910
Avec Nicolaé et 9 enfants nous avons fait des partis de balle aux prisonniers.
Les enfants et nous avons ensuite rangé et nous nous sommes installé pour prendre le gouté, les personnes désignées se sont occupé de distribuer le chocolats chaud et les sablés.

Jeudi

Skate Park

Nous partons Iasmina Mariam Flora et moi (Virginia) pour Skate Park à 16H10 et arrivons à 16H30.
Dans le cadre de mon projet, je dois aller à la rencontre des pères de famille pour savoir à quel point ils s’impliquent dans la vie du quartier et dans celle de l’association. Malheureusement, nous arrivons un peu tard car, même s’ils acceptent avec plaisir de discuter avec moi, ils n’ont que peu de temps car leurs enfants arrivent. La prochaine fois j’essaierai d’arriver plus tôt.

Nous commençons donc l’atelier avec très peu d’enfants car le froid se fait de plus en plus dur à supporter.SAM_6550
Flora raconte des histoire, Iasmina fait des jeux de société et des jeux collectif (situation ironique puisqu’il y a que deux enfants..) Mariam est sur la petite enfance et moi je fais des coloriage.

SAM_6548

17H25, il fait nuit, il fait froid et le peu de personnes présentes rentre. Il n’y a plus que Sofiane Sarah et leur maman pour nous accompagner sur le goûter.

SAM_6553
Nous terminons donc l’atelier plus tôt que prévu en se demandant si ce ne serait pas plus judicieux de commencer l’atelier à 16H et de faire le goûter à 16h30 pour éviter d’être seul à ce moment.

A rediscuter.

Jeudi 4 décembre 2014

La ruche: Expression corporelle

Aujourd’hui, Leïla et Laura sont allées chercher les enfants sur le camp de Wissous pour faire l’atelier au local. Il trop froid dehors pour faire l’éveil corporel…

Elles reviennent avec Salvador, Gaby, Amalia, Alexandra, Alina, Rebecca et Lauren. Ça en fait du monde autour des tapis !

SAM_6550

Allez ! On commence par un petit jeu ! Tout le monde court dans la salle et lorsque Leïla le dit, tout le monde doit s’arrêter pour se mettre pied contre pied, ou joue contre joue avec un copain ! Fesse contre fesse ? Mais bien sûr, on peut faire ça aussi ! On rigole et on s’applaudit lorsqu’on a réussi !SAM_6525

On continue avec les roulades avant ! On met les mains sur le tapis, on lève les fesses, on rentre bien la tête et c’est parti ! Même les petites y arrivent, qu’est-ce qu’on est fort !

Leïla propose d’essayer les roulades à 2 ! Oulà, ça se complique ! Amalia et Alexandra ont un peu de mal mais les deux garçons s’en sortent très bien !

On fait quelques pyramides à deux pour finir, avec Laura. Nous sommes une vraie bande d’acrobates ! Enfin presque… On est bien réchauffé en tout cas ! Il y a même de la buée sur les vitres de la salle tellement on s’active !

SAM_6578

Puis on passe dans la salle de classe pour écrire sur les cahiers tout ce qu’on a fait. Les plus grands écrivent la date et quelques phrases pour résumer l’activité. Avec les plus petites, on dessine. Laura amène les peluches et les poupées pour Rebecca qui est un peu de mauvaise humeur depuis le début de l’atelier. Avec Lauren, on apprend le mot « bouchon », c’est important pour refermer les feutres !

C’est l’heure de goûter, tout le monde descend ! Gâteaux, clémentines, et sirops pour commencer, chocolat chaud pour terminer. Lauren voudrait boire son chocolat à la petite cuillère… Bon, bon… Essaye avec une paille Lauren ça sera plus simple ! Finalement, tout le monde termine son chocolat à la paille, c’est plus rigolo !

SAM_6599

Et voila ! On remet les manteaux, c’est l’heure de se dire au revoir ! A la prochaine fois les enfants !

 Mercredi 3 décembre

Biologie à la Ruche

Mon premier atelier ruche biologie ! Je m’en souviendrai. Quentin et moi sommes allés chercher 5 enfants à Champlan pour leur proposer de faire un atelier au local. Il y a Cosmin, Narcissa, Laurena, Lorenzo et Susano. Mais voilà, aujourd’hui, nous arrivons en même temps qu’une équipe de la PMI qui vient faire les vaccins aux enfants.

Tout ça nous fait partir en retard mais c’est sûrement une bonne chose de faite. Nous écrivons d’abord des fruits d’automne par le biais d’un exercice avec l’écureuil Touroux qui a tout mélangé et a appelé une noix, pomme de pin et un gland, une mûre et ainsi de suite.

SAM_6506SAM_6495

Mais c’est le bazar, les enfants ne tiennent pas en place, se battent, se roulent par terre. Il faudrait être un adulte pour un enfant et je me demande comment Quentin a fait tout ce temps, tout seul avec le groupe.

Il leur expliquera tant bien que mal pourquoi il fait jour, pourquoi il fait nuit, pourquoi il fait chaud, pourquoi il fait froid.

SAM_6504

Ils colorieront aussi un écureuil et des feuilles mortes, mais je ne pourrai pas leur raconter l’histoire que j’avais prévu, ils sont trop excités et il est grand temps de les ramener chez eux. Nous leur parlons 3 minutes de leur comportement et décidons finalement de prendre la route sans prendre le goûter, ils n’écoutent rien et nous décidons de marquer le coup, même si ça ne nous fait pas plaisir du tout.

 

Mercredi 3 décembre 2014

Bel Air

Aujourd’hui quand Iasmina, Johanna, Mariam, et Charlène sont arrivées à Bel Air il n’y avait personne. Elles ont commencé par jouer au berret pour avoir plus chaud et motiver tout le monde.SAM_6532

Trés vite 8 enfants sont arrivés, tout le monde s’est alors mit à jouer à la balle au prisonnier, d’autres enfants sont arrivés et certains se sont détachés pour jouer au blokus sur les tapis. Johanna et Mariam ont joué aux kaplas aux mikados et d’autres jeux de société, pendant que Iasmina et Charléne ont joué au colin maillard avec 5 à 6 enfants puis à l’epervier.

SAM_6528

Johanna et Mariam ont lancé une petite activité corporelle pour se réchauffer avec 2 jeunes filles puis ensemble elles ont joué à la marelle.

Dans un même temps ils ont terminé les jeux collectifs par une tomate et un facteur n’est pas passé, avant de s’installer pour le goûter.

Une fois les enfants installés sur les tapis, elles se sont concertés toutes les 4 pour savoir qui ferait le goûter. Les petits sablés au chocolat faits maison, ont rencontré des bouches qui ont su les apprécier.

SAM_6542

A la prochaine

 

*****************************************************************************

KroniKs des Robinsons de Grenoble: MME RUETABAGA

Atelier de rue – Samedi 06 Décembre 2014

DSC04454

Aujourd’hui, la fine pluie et le temps humide nous ont « invités » à nous réfugier sous les coursives pour y accueillir une vingtaine d’enfants téméraires et tout souriants malgré ce froid intense qui nous glaçait les os. Au programme, de nombreuses activités diverses et variées ont fait la satisfaction de tous les enfants (des plus jeunes aux plus âgés tels les pré-ados).

Marco et Mélody ont fait équipe pour animer l’atelier cuisine : confection de pizza. Ce qui est plutôt original pour un goûter !! Toujours est-il que les enfants ont pris un malin plaisir à cuisiner. Il faut dire que l’atelier cuisine remporte toujours autant de succès auprès des enfants dont Rayen et Rafik, deux pré-ados, qui ont de vrais talents « d’apprentis-cuisiniers » !

La préparation du feu, chapeautée par Wendy, a réuni de nombreux enfants qui, au-delà de l’admiration que cela peut susciter, en ont profité pour se réchauffer un peu.

Stéphane a pu proposer à un petit groupe d’enfants de vernir les sculptures de glaise réalisées par d’autres dont certaines avaient été exposées dans la galerie de la Tête Bleue lors d’une exposition organisée au centre-ville et ouverte au public durant tout le mois de Novembre.

DSC04433

Des jeux de société ont pu s’organiser en autonomie. Les enfants ont ainsi pu investir plus amplement la natte petite enfance inoccupée pour le moment.

Dans le cadre de mon projet d’interculturalité, les enfants ont pu, dans un premier temps, découvrir de nombreux ouvrages relatant la vie quotidienne d’enfants issus du monde entier. Ainsi, en nous appuyant sur les illustrations et photos tirés des livres apportés, nous avons pu échanger ensemble sur les différentes pratiques familiales variant d’une culture à l’autre telle la préparation des repas, l’habillage, la toilette et les soins aux jeunes enfants, les rituels de sommeil, les activités journalières, etc. Puis, dans un deuxième temps, les enfants ont pu illustrer, à l’aide de dessins et de textes, soit leurs meilleurs souvenirs dans leur pays d’origine et ce qu’ils aiment y faire au quotidien, soit imaginer un monde différent du leur et expliquer en quoi cela les interpellent.

Au moment du conseil démocratique, les enfants ont eu du mal à se poser ; certains restaient debout, d’autres voulaient rester entre amis à discuter entre eux : un brouhaha sonore était présent et ne permettait pas à chacun de s’écouter convenablement. Est-ce à cause des petits ventres affamés ou du froid tenace qui a provoqué cette agitation ?

Alignés en rang d’oignon sur les nattes lors du conseil démocratique, les enfants tentaient de se serrer les uns aux autres, recroquevillés sur eux-mêmes, grelotant de froid et pourtant présents malgré tout durant tout l’atelier. Nous pouvons même apercevoir Genifer se faire réchauffer les mains par Wendy. Cette scène m’a permis de me rendre compte que certains enfants étaient très peu vêtus par une telle saison !! D’où la nécessité d’emmener des couvertures, des bonnets et des gants pour les enfants qui en auraient le plus besoin.

 

Atelier de rue très réussi malgré ce froid glacial dont les températures devaient avoisiner les 5-6 °C !!

 

 

Laura, étudiante éducatrice de jeunes enfants

1 pensée sur “Notre mode de gouvernance (IV et fin): Transmission versus Communication”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *