Le pouvoir qu’on délaisse

Aujourd’ hui une certaine pensée consensuelle limite la question du pouvoir à celle du « pouvoir d’agir ». Il s’agirait ni plus ni moins au fond que de convaincre des personnes qui auraient renoncé petit à petit à un pouvoir sur leur vie et sur leur environnement.

IMG_20151030_185911_edit

Une telle présentation implicite de la question démocratique a l’immense avantage d’ouvrir un champ d’objectifs (la reconquête du pouvoir d’agir) tout en isolant , en naturalisant la question des causes et des origines de cette situation.

Prise comme un élément amorphe de notre contemporanéité,  la question du « NON pouvoir d’agir » des personnes et des groupes peut ainsi s’allier avec des conceptions et des pratiques  sociales bien peu émancipatrices. Il va s’agir d’enjoindre à se mobiliser , une fois de plus ceux que l’on considère déjà comme sous réalisés, trop inactifs, pas assez adaptés.

DSCN1867

Du point de vue des collectivités, cette « vision naturaliste » inspirera des politiques et des mots d’ordre paresseux. On  exhortera en général toutes sortes de gens à la « participation » , sans jamais expliquer en quoi celle ci donnerait ou exprimerait un quelconque pouvoir , ni adresser cette invitation à des personnes prises dans leur condition et leur histoire.

Or, si on se limite à développer du pouvoir d’agir ou de la participation, sans prendre en compte les questions d’origine et de répartition des pouvoirs, la conséquence est que sans même parfois le vouloir, on se borne à renforcer un ordre déjà là: tandis que les « barons » et les « clients « s’emparent des réunions et des postes. Ce sont alors de véritables dictateurs locaux qui prennent le leadership d’associations ou de groupes répondant à ces objectifs généreux.

A partir de mots d’ordre aussi inattaquables, et apparemment progressistes, on aboutit ici ou là à des politiques consternantes qui ont l’avantage pour certaines collectivités ou institutions d’affermir leur pouvoir en le partageant avec ceux qui les soutiennent.

Ces mêmes politiques permettent symétriquement , à des personnes ou groupes peu scrupuleux, d’assigner à leur propre bénéfice des moyens sociaux et publics; tout cela sous couvert de « participation », d’autonomie et de démocratie.

Le pouvoir qu’on laisse est ainsi pris par ceux qui en abusent.

L’erreur provient de cette vision naturelle des choses; on ne va pas vers « l’empowerment »  en laissant du pouvoir, comme on laisse des miettes de pain ou des participations au bénéfice. Si on agit ainsi, on réserve en réalité le pouvoir à ceux qui en abusent et- sous couvert de démocratie – on se met sous la loi des pervers.

Le véritable pouvoir ne se délaisse pas; il ne se délègue pas, … il se conquiert.

Cela implique dans les organisations et les associations à tourner le dos à cette idée que c’est l’opinion générale qui devrait commander en dehors des degrés d’implication et de sensibilisation des personnes.

Il ne peut y avoir de pouvoir , même de décision, qui ne découle d’un travail.

Il n’y a  même rien de plus antidémocratique que de laisser penser le contraire et de supposer que le pouvoir viendrait du nombre, d’une représentation collective, ou d’un droit préalables.

C’est ce que nous apprend la Pédagogies Sociale. C’est le travail et l’expérience qui règlent les relations, qui soutiennent les organisations. C’est le travail qui régule et détermine la question des pouvoirs.

Nos sociétés , nos organisations sont aujourd’hui malades de ce pouvoir qu’on  laisse aux autres, qu’on ne prend pas. Elles sont malades de ce pouvoir qu’on délègue, qu’on n’assume pas.

Elles sont surtout malades de cette image erronée du pouvoir, qui nous viendrait du haut, qui nous tomberait dessus, et qui ne proviendrait pas de notre travail (ou expérience conscientisée) de chaque jour, de la mise en pratique de nos principes, d’un effort de cohérence entre ce que l’on fait, ce que l’on est  et ce que l’on croit.

Le véritable pouvoir n’est ni une matière , une quantité ou substance qu’on pourrait diviser, distribuer ou répartir; il est pouvoir de changer les choses, de transformer la matière et l’environnement …par le travail.

Les groupes et organisations qui s’impliquent en Pédagogie Sociale n’ont que faire de la mise en scène d’une démocratie de pacotille, de pure convenance , qu’on célèbrerait sans jamais la pratiquer; ils doivent aussi se garder du détournement de pouvoir par ceux qui cherchent avant tout leur propre place, et par tous ceux qui préfèrent se servir plutôt que servir.

i« Mettez…vos actes de tous les jours en harmonie avec vos idées : apprenez à vos enfants dans votre famille, à vos élèves en classe, à se gouverner eux-mêmes, à prendre des responsabilités et à s’émanciper ; entraînez-les à s’exprimer totalement, à parler et à écrire, à critiquer et à voir juste ; donnez-leur la joie du travail désiré et voulu. »

C Freinet: « Appel aux éducateurs d’avant-garde »,  L’Educateur prolétarien, 10 mai 1935.

 

Samedi Fête de la citrouille 31-10-2015 et SOIREE CONVIVIALE HALLOWEEN

100_3164100_3165

Aujourd’hui, c’est  à la fête de la citrouille ; Marie et moi Laura ,sommes allées chercher des enfants du camp de Chilly-Gare.

5 enfant sont venus : trois filles et deux garçons.Alexandru, mon fils et Mohamed un enfant du quartier de Longjumeau. On est arrivé à l’école de la Fontaine à Chilly Mazarin, les enfants se sont bien amusés et aussi ont bien travaillé 100_3173pour préparer la soupe de citrouille. Au moment où nous nous sommes installés, on a commencé à éplucher des légumes pour la soupe, les couper… Les enfants ont aussi vendu des légumes de notre jardin et avec l’argent récolté ils ont pu se faire maquiller pour Halloween et manger de bonnes barbes à papa ! Pendant que la soupe était en train de cuire, les enfants ont joué tous ensemble à des jeux géants en bois. La soupe est maintenant prête et nous commençons la dégustation. Tout le monde a beaucoup apprécié la soupe de citrouille et ont même demandé la recette !100_3176

C’est maintenant l’heure de partir, nous ramenons les enfants chez eux au camp de Chilly Mais quand ceux ci sont revenus , d’autres enfants ont voulu venir partager la soirée conviviale d’Halloween avec les Robinsons.

Et oui une fête de la citrouille… laisse place à une autre …Six enfants sont alors repartis à la soirée conviviale pour la première fois, il se sont beaucoup amusé et nous ont remercié.

100_3188

 

Samedi : Atelier de la Villa Saint-Martin et  préparation Soirée d’Halloween

DSCN1857

Que de monde ce samedi à la villa Saint-Martin ! Attirés par la nouvelle de la soirée conviviale, les enfants (ainsi que leurs parents), étaient nombreux à nous attendre en ce début d’après-midi. Alors qu’un petit groupe se constitue pour préparer les décorations de la fête à venir, les enfants se répartissent entre les différents atelier. Confection de déguisement d’Halloween, jeu sur les tapis, cuisine pour la soirée et jeu collectif sont au programme.

DSCN1891

Au menu ce soir, tarte à la citrouille et beignets de courgettes. Pendant que certains s’attellent à la fastidieuse tache d’éplucher les courges, d’autres sont déjà en train concocter la préparation pour les beignet. Le plus compliqué sera finalement de faire la cuire les tartes et les beignets, la puissance de feu de gazinière étant quelque peu limité. Heureusement Laura et Marie arrivent en renfort avec de la grosse artillerie, un trépied a gaz qui permet d’accélérer la cadence de cuisson.

Un peu plus loin, avec Iasmina, on s’attelle à préparer des lampions pour la soirée. On commence par creuser des clémentine pour y mettre des bougies, puis on passe au citrouille adroitement taillé par les plus grand pour un effet terrifiant !

DSCN1867

19h, la musique résonne dans le quartier, et les familles accourent pour déguster les mets cuisinés pendant l’atelier. Dans une ambiance chaleureuse malgré le temps qui fraîchi, on discute, on prend des nouvelles des uns et des autres. C’est seulement après la distribution de bonbons que chacun retournera a ses occupations, le ventre lourd, les dents cariés, mais l’esprit léger !SAM_7199

Vendredi: sortie de métier pour la glorieuse tapisserie de la Cinquième saison 

On vous a décrit semaine après semaine, son état d’avancement. C’est cette tapisserie qui ne progressait que d’un centimètre par heure de travail pour trois personnes.

IMG_20151030_185911_edit

C’est la Cinquième saison, la tapisserie imaginée et dessinée  par les enfants de Robinson,  tissée par les petits et grands Robinsons et les amis de la MJC et de l’atelier de Tapisserie.

D’abord cette tapisserie est une performance:

Temps de réalisation : approximativement 500 H           

Durée de réalisation : 9 mois

Longueur totale de laine : 768 mètres

Longueur totale de fils de trame  : 1 152 mètres

Ensuite cette tapisserie est un outil d’éducation à l’environnement

La Tapisserie de la Cinquième saison a été pensée et voulue comme un support de débat et de réflexion pour aborder , à l’occasion de la COP 21, tous les changements de climat en cours.

IMG_20151030_190011_edit2

Maintenant, la tapisserie va voyager et va faire son « métier »; d’expositions, en réunions; de réunions, en débat elle sera support pour LE CHANGEMENT .

IMG_20151030_185537_edit

Les enfants l’avaient dit au début du projet, c’est de plus en plus d’actualité dans l’environnement, la culture, le social, l’éducation… Le climat change CHANGEONS TOUT.

Alors ce vendredi soir c’était la fête: on a décroché la tapisserie de son grand métier

Les uns après les autres, nous l’avons coupée et séparée de la trame

IMG_20151030_185101_edit-1

 

Et puis, nous avons partagé un petit buffet et fait la fête pour elle.

FullSizeRenderVendredi : La Rocade

Aujourd’hui nous allons à la Rocade avec Laura (permanente), Sana (service civique), Marie et Camille (stagiaire éducatrice) et Tito (bénévole).100_3136

Au programme: Cuisine de beignets avec zestes de citron avec Laura, Petite enfance avec Marie, Peinture avec Tito, masques et chapeaux d’Halloween avec Camille et jeux collectifs avec Sana.100_3142

Beaucoup d’ados étaient avec Sana pour jouer à la boxe et au freezby. On se dépense énormément !

Plusieurs enfants s’approchent de la cuisine. C’est super drôle de malaxer la pâte avec ses mains! Et puis après on peut faire des formes rigolotes avec des emporte-pièces.

Avec Marie on s’amuse avec la dinette.100_3158

Tito et Camille étaient débordés avec les masques et les chapeaux. En plus avec le vent, tous les dessins se sont envolés plusieurs fois. Du coup il y a de petites décorations sur les peintures: les graviers se sont collés dessus!

On a passé un super après-midi!100_3159

Merci a tous! À la semaine prochaine 😉

 Vendredi Jardin

SAM_7179

Encore une fois on se retrouve avec nos chers amis (es), pour une nouvelle séance de jardinage et puis c’est l’occasion de se retrouver et de se redécouvrir au jardin, dans la nature. Dehors il fait beau, le soleil est à l’horizon et nous on se prépare de commencer le travail au jardin c’est-à-dire rentré sur les parcelles et enlever les ronces, les mauvaises herbes pour préparer le terrain pour l’année à venir.SAM_7184
Une belle journée avec plein d’espoir dans nos regards , dans le regard de chacun pour un année de mieux en mieux riche et plein en émotions, en travail , énergie et envie de rester avec le groupe dans le cœur des Robinson !
L’heure du goûter casse le moment charge en émotions, et c’est le tour de la rigolade et du bonne humeur de prendre la place !SAM_7183
A plus !

Jeudi : Skate park

Aujourd’hui, nous allons au skate park avec Jasmina (permanente), Sana (service civique) et Camille (stagiaire éducatrice). Jeudi dernier, il n’y avait pas grand monde. Du coup nous prévoyons quatre activités différentes. La petite enfance, des masques et des origamis et des jeux collectifs.DSCN1801

Au final, vingt enfants étaient présents…DSCN1820

Ca fait un sacré groupe pour faire des chapeau de socière et des petits déguisements pour Halloween. Camille ne sait plus du tout où donner de la tête! Tout le monde lui demande de l’aider en même temps! Du coup Iasmina est venue l’aider! OUF! Ainsi, chacun a pu prendre son chapeau ou son origami pour rentrer à la maison.DSCN1828

Et pour ceux qui veulent continuer, on continue demain sur la Rocade, et samedi pour la fête, à la Villa Saint Martin.

De son coté, Sana joue avec les enfants qui sont sur la petite enfance. C’est à celui qui fera la plus grande tour en Kappla! Aussi, quelques jeux sont organisés pour vaincre le froid. Ca fait du bien de se réchauffer!DSCN1822

Et pour aider, un chocolat bien chaud au gouter!! Miam Miam !

Merci pour cet après-midi!

A demain!

Jeudi: CHILLY GARE

100_3091

Aujourd’hui, Laura, Sebastian, Yann et moi (Marie) sommes partis au bidonville de Chilly Gare, les enfants, comme à leur habitude nous attendaient.100_3101

Nous commençons par faire un cercle tous ensemble, ce qui ritualise l’activité. Au lieu de faire la ronde des prénoms, chacun doit donner un nom de fruit, puis d’animaux, puis de voiture !!! On s’amuse beaucoup, les enfants s’y connaissent vraiment bien !100_3110

Nous avons prévu de faire des coloriages autour de la nature, la jungle, les fleurs afin de réaliser un collage final qui nous servira pour l’exposition Les Autres Climats. Les enfants ont pris beaucoup de plaisir à faire de la peinture et de l’aquarelle. Pendant ce temps, les plus grands ont lancés eux même un jeu de dés, certains sont très forts ! Yann et Sebastian sont de la partie !

Le temps passe vite et les enfants n’ont pas toujours eu le temps de terminer leurs dessins.

100_3121

Le temps du goûter est un moment calme, les grands nous servent le chocolat chaud et les beignets aux pommes. Ils nous aident à ranger, chaises, tables, sacs, puis certains nous accompagnent jusqu’au DAEV. Beaucoup d’au revoir, de câlins et de bisous. Ils ont déjà hâte de nous revoir la semaine prochaine.100_3131

 

Jeudi : Jardin

SAM_7169

On se prépare pour une nouvelle journée dans la compagnie des adultes du groupe d’adultes du jardin et sous cet journée bien froid nous essayions de la chauffé un peu en faisant un grand feu au jardin avec les branches des arbres qui sont tombées et puis du bois qu’on a retrouvé plus mouillé que sèche, et tout vas super bien !
Après avoir allumé tous le feu on rapproche les chaises et la table pour se réchauffer et discuter un peu aussi de notre sortie au Cirque Grusse et du déroulement de la journée d’aujourd’hui.SAM_7172
Tout le monde est bien réchauffé, on est tous au tachetés et bah….c’est le temps de passer à l’action sous la serre la pour la nettoyer et virer les encombrants.
En fin de journée nous commençons notre goûter a la chaleur du feu de bois et on en profite d’un chaud verre de chocolat !
AU REVOIR !

 

Mercredi: Atelier Balloche/Grosjean/Wissous

100_3046

Aujourd’hui, Laura, Ana et moi (Marie) partons pour le bidonville de Balloche afin de voir les enfants et les familles menacés d’expulsion aujourd’hui même par un arrêté municipal. Inquiets de la situation, nous parlons avec les familles pour savoir ce qu’il en est. Visiblement, ils ont deux jours pour quitter le camp. Les enfants paraissent touchés et inquiets, mais ils nous suivent malgré tout pour les activités. Nous sommes royalement accueillis puisqu’une baraque a été construite pour un baptême dernièrement, nous avons la chance de profiter de cet espace ! Nous proposons la pâte à sel, les jeux de construction, jeux collectifs et un relais. Les enfants sont très excités, peut-être ont-ils besoin d’extérioriser ? La pâte à sel leur plaît beaucoup, ils laissent libre cours à leur imagination (bonhomme, animaux, nourriture, fleurs…). Les enfants trouvent vite avec cette pâte un moyen de jouer entre eux et la lance en guise de balle.100_3056100_3062

Les jeux de construction comme les Kapla sont toujours un succès et permettent aux enfants de se lancer des défis.

Au moment du goûter, les bons beignets confectionnés hier sont un véritable succès et sont vite engloutis ! Le temps de parole est un moment de confidence pour chacun, d’exprimer leurs peurs (de l’expulsion, des policiers, de ne plus nous voir), certains nous disent qu’ils repartiront en Roumanie, d’autres font déjà leurs valises.100_3090

Nous partons rapidement visiter le bidonville de Grosjean, juste à côté, afin de prendre des nouvelles concernant l’expulsion. Ils sont eux même touchés par celle ci. Nous allons continuer notre travail avec les enfants malgré tout, et attendons plus de nouvelles concernant l’évolution de la situation.

Mercedi : Jardin de Saulx

Nous sommes prêts pour une nouvelle séance de jardinage avec les enfants mais aussi les adultes nous ont accompagnée car le jardin c’est un lieu de convivialité et un lieu de retrouvaille avec la nature.DSCN1785

Quand on arrive au terrain nous tardons un peu pour faire une petite visite du jardin pour voir quelles sont les tâches de cet après midi, car en tout les cas ils ne sont pas nombreuses et durs non plus.DSCN1786

Les petits commencent à faire un peu de nettoyage dans le terrain des framboises et puis une petite cueillette car cependant les autres ont enlève les plants morts sous la serre et le mettre en compost, mais aussi ils ont réussi a remettre la serre en état.DSCN1790

Puis a la fin un bon goûter bien mérité nous en avons part tous ensemble!DSCN1795

A plus !

 

2 réflexions sur « Le pouvoir qu’on délaisse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *