Rendre premier ce qui était second

  L’enfermement,  la maladie, la solitude sont des expériences fondatrices  qui remettent au premier rang la question de création dans le domaine social, artistique et culturel. On dit que le camp de Gurs où furent successivement enfermés entre 1939 et 1946 des espagnols anarchistes, des juifs, des tziganes (dont des Rroms…) , et des prostituées […]

 

L’enfermement,  la maladie, la solitude sont des expériences fondatrices  qui remettent au premier rang la question de création dans le domaine social, artistique et culturel.

On dit que le camp de Gurs où furent successivement enfermés entre 1939 et 1946 des espagnols anarchistes, des juifs, des tziganes (dont des Rroms…) , et des prostituées a été le plus grand centre culturel de son temps: les internés , empêchés de tout ont survécu jour après jour par la poésie, le dessin, créativité et la pensée.

A Robinson, nous savons comment l’Art peut jaillir en caravane (voir les clips réalisés avec les enfants) et comment  il éclate . Nous voyons comment les enfants  (mais aussi les adultes) qui n’ont plus de réelle place dans les centres de loisirs, les MJ, les centres sociaux , deviennent auteurs dans les espaces publics de mille manières: danse, peinture,  couture,  percussions.

D’un seul coup nous reposons sur le devant de la scène, dans l’espace public tout ce qui était important, mais qui était dénié.  Le perpétuel travail et tourbillon de la survie quotidienne qui vole tout le temps de ceux à qui qui sont exclus, pour un moment est supendu; l’espace d’un instant , une richesse est produite par tous ici et maintenant qu’on cherchera vainement dans les lieux théoriquement consacrés, dans les institutions surdotées.

Ce qui était second, devient premier et prend tout de suite toute la place, car cette dimension cachée de la socialité a toujours été là et n’était qu’empêchée.

Samedi et dimanche: Week-End “Abeilles” du groupe Ados

Ce samedi, nouvelle journée aux ruches, mauvais temps, mais cela n’a en rien déteint sur notre moral. L’association a fait l’acquisition de deux nouveaux essaims , et nous en avons bien pris soin. Nous avons continué la formation abeille, et nous avons plus particulièrement étudié l’essaimage artificiel, qui résume en fait le principe de créer deux ruches à partir d’une seule. Avec les nouvelles combinaisons, nous avons pu observer au plus près les abeilles. Les conseils et remarques de robin furent très intéressantes… Puis petit moment de détente, où nous avons pique-niqué et discuté de la destination à choisir pour le voyage. Ça serait finalement l’Espagne. On a finit par un petit cours théorique d’apiculture, avec Robin comme professeur, nous voilà plein de nouvelles connaissances…

Dimanche matin : on a transvasé le deuxième essaim avec les cadres dans la ruche, après les avoir calmées avec de la fumée. Puis on a essayé de chercher la reine, mais il y avait tellement d’abeilles qu’on ne l’a pas trouvée.

Après midi : après le pique nique, nous avons débroussaillé le chemin, défriché les framboisiers et groseilliers et aménagé le coin feu. On a vu un serpent.

Elie et Héloïse

Dimanche au jardin de l’équerre

Une fois n’est pas coutume la journée commence sous la pluie ! Malgré tout, quelques    éclaircies font leurs apparitions ainsi que des énormes rafales de vent qui nous aident à allumer le feu. Nous repiquons des salades, nous cuisinons, nous peignons des Dazibaos. L’après midi est passée très vite< ;

Samedi à la Villa Saint Martin

«  Il pleut, il pleut bergère, rentre tes blancs moutons…. »

On s’en fiche, on rentre les caisses et les tapis et à la place, on saute à l’élastique, à la corde et on remonte sur nos pédaliers, qu’on n’avait pas sortis du placard depuis longtemps. Des plus grands de la Rocade nous tournent autour, curieux de voir des jeunes filles roms sur leur territoire.    Ambiance un peu survoltée mais pas à pas, on y arrivera !

Petit goûter entre les gouttes et sous les branches d’un arbre.

Vendredi à la Rocade

Nous dessinons des fleurs et des formes colorées pendant que d’autres s’essaient à la pétanque. Aujourd’hui il n’y a que deux mamans… peut que être que l’absence de soleil les a refroidi ?!

Quoi qu’il en soit nous proposons à tous et toutes de venir à notre soirée conviviale à la VSM à partir de 18h30.

Au jardin de Chilly

Un petit groupe d’enfants et d’adultes se retrouvent cet après-midi au potager de Chilly. Nous commençons par plusieurs plantations. Des plants de Verveine sont plantés, pour, éventuellement les réutilisées en atelier cuisine. Quelques plants de tomates et de l’estragon sont également plantés. On termine l’après-midi en récoltant quelques radis.

Soirée Conviviale

Belle soirée en plein air à la Villa Saint Martin. L’équipe d’animakt et les artistes du projet art en caravane étaient également présents. Les convives ont aussi pu profiter d’une installation dans la caravane qui diffusait des vidéos du projet. La danse était à l’honneur ce soir. Cindy à mis en place un atelier « Zumba ». 

Jeudi à l’atelier Couture

Ne pouvant pas nous installer à la Villa Saint Martin, cette fois ci,  en attendant de faire reconnaître cette activité pour sa VRAIE VALEUR de développement social, le temps menaçant, notre atelier a eu lieu chez une maman de la Rocade, Houda.

Celle-ci, nous a ouvert les portes de son appartement, son petit garçon de 2 ans, Mimi, dans les bras. Elle avait préparé un gâteau au chocolat pour l’occasion ! C’est notre premier atelier chez l’habitant, et si c’est pour des raisons pratiques qu’il a eu lieu, je m’en suis servie comme prétexte pour rejoindre un de nos objectifs : entrer chez les familles et instaurer un échange et une convivialité, recréer du lien entre ces mamans, habitant dans le même quartier.

Aujourd’hui, pas de «  prof » de couture mais on se débrouille très bien. On montre à Mariam qui fait ses premiers essais. Houda a préparé un pantalon pour faire des ourlets, à l’aide de vidéos vues sur internet. Elle est très motivée et autodidacte ! Elle se lance à finaliser ses ourlets avec la machine.

Sadio, arrive avec sa petite Fatou qui fait honneur au gâteau et rencontre Adam, l’aînée de Houda. Nous essayons de coudre le boubou qu’elle a apporté pour faire une robe à sa petite fille. C’est trop serré, du coup on recommencera la semaine prochaine, et cette fois, l’atelier aura lieu chez elle !

au Jardin de Saulx

Enfin une journée sans aucune goutte de pluie au jardin, tout le monde est réjouis. Plusieurs petites équipes en duos ou trios se mettent en action. Chaque adulte aide et accompagne les enfants. Certains désherbent et enlèvent les orties du terrain, nous repiquons des salades puis les arrosons. On arrose également sous la serre et récoltons quelques radis qui seront ensuite partagés entre tous.

La Croix Breton

Malgré un temps mitigé, il y avait aujourd’hui 4 enfants à l’atelier de rue, nous avons jouer au petit cheval, au jeu du serpent pendant que d’autres faisait des colliers/bracelets.

au camp de Wissous

Du vent souffle dans les voiles ! Mais, on s’en fiche. Animakt et Marie et Tonio , les marionnettistes sont de retour avec la belle caravane, décorée par les enfants. Dans les buissons, ils installent des photos grands formats sur le projet, c’est une autre exposition en plein air pour ceux qui n’ont pas pu les voir au festival  Jeunes Pousses ! Dans la caravane, des petits groupes de 3 s’installent à tour de rôle sur les coussins pour regarder les courts métrages réalisés avec les vidéos faîtes avec par les enfants et les artistes durant le projet. Cette restitution publique a lieu au beau milieu de notre atelier. On partage de petits moments furtifs autour de puzzle et de coloriage mais l’envie de courir, crier, bousculer est plus forte que tout. Alors, on sort la corde pour sauter et se défouler !

Marie improvise un nouveau personnage avec le bout de la corde pour le plus grand plaisir de tous, elle est vraiment surprenante !

Mercredi à Moulin Galant

Les conditions météorologiques ne nous ont pas permis de faire l’atelier dehors. Peu d’enfants étaient sortis,  néanmoins,  une famille arrivée depuis peu sur le camp nous a accueillis dans sa « véranda » afin que nous puissions faire l’atelier à l’abri. Celui-ci fut particulièrement orienté  sur l’apprentissage de la lecture, même la maman qui était présente a souhaité lire quelques lignes.

au Jardin de Saulx

Que de pluie cet après-midi. Elle ne va pas nous lâcher de la journée. Peu importe, les Robinsons jardiniers sont motivés et les semis continuent ! Ainsi ce sont deux nouveaux rangs de radis et un rang de choux-fleur qui sont semés en pleine terre. Sous la serre, une petite équipe sème en godets à l’abri et au chaud des Melons, Concombres et Cornichons. Nous prenons le goûter sous la serre à l’abri de la pluie.

********

Rappel: les ateliers de rue , en amitié avec Robinson, essaiment: Saint Etienne, Porte Montmartre. Quant à DIE, c’est un atelier “pur Robinson”, en en attendant d’autres…

KroniK des ateliers de rue de DIE

Après deux semaines d’interruption, nous déroulons à nouveau la natte sur la pelouse. Cassandra arrive aussitôt en courant, ravie de nous retrouver. Sa petite sœur la suit de près. Le vent souffle fort et nous ne pourrons pas sortir tous les livres, mais ça ne change rien au plaisir de se retrouver ensemble. . Nous sortons des grands livres que le vent ne pourra pas emporter, des jeux et de quoi faire des pompons. Cassandra raconte qu’elle sait tricoter et peu de temps après, va chez elle chercher les aiguilles de sa maman. Je lui montre comment monter des mailles, elle me fait un câlin. Une relation forte est en train de s’installer. Nous continuons à faire connaissance. Je rappel aux enfants mon prénom et les principes des ateliers de rue ( gratuité, le lieu, l’horaire …). Les langues se délient et chacun trouve sa place pour raconter son quotidien ( la prochaine sortie avec l’école, un nouveau jeux de console….) .  Et, moi je prends plaisir à tendre mes oreilles où le bruissement de ses histoires réchauffe mon cœur. Le groupe est hétérogène et multigénérationnel. Puis viens le temps du gouter.

Nous travaillons maintenant avec la communauté d’Emmaüs de Valence qui nous donne gracieusement le matériel pour les ateliers. Merci à eux de leur soutien.

Mélody

Citation de la semaine:

A force de vouloir nous faire entrer dans des cases,
je ne me demande plus comment et pourquoi il m’arrive
d’être hors moi.”
 Nadia (du Chantier de Pédagogie sociale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *