Faire pour, faire avec , faire ensemble

Les 3 types de pédagogie envisagent différemment leurs bénéficiaires. Pour la pédagogie traditionnelle, l’usager est un objet, un « agent », un simple bénéficiaire des actions qui sont pensées en dehors de lui. Il est l’objet de l’activité et du soin qui lui sont destinés, même si ces activités et ces soins sont individualisés à son endroit.

Pour les pédagogies nouvelles, cet usager est un peu plus représenté: le voilà « acteur », sujet si on veut. Par l’activité, ce « sujet » incorpore, assimile; il co-construit lui même ses propres apprentissages et changements.  Il n’est plus le simple bénéficiaire de programmes qui lui sont destinés. Au contraire, on compte sur son propre pouvoir de réflexion et d’adaptation, pour produire lui même les changements nécessaires.  Par contre, nous le savons, « l’acteur », que ce soit au théâtre ou dans la vie,  est rarement le producteur de son propre texte, de sa mise en scène. Il n’a la maîtrise en quelque sorte que de son interprétation.

C’est pourquoi la Pédagogie sociale a l’ambition d’inviter chaque sujet à « monter encore d’un cran ». D’acteur, il s’agit de devenir par la suite « auteur » de soi même, de ses actes, de son expression, de sa propre vie. L’auteur a de l’autorité par définition. Il est appelé à penser, décider et agir en son nom propre. Il est surtout appelé à lui aussi changer les choses, rompre avec ce qui était prévu, produire du nouveau.

DSCN8115

Il en est de même avec la question de la participation, et du travail , que celui ci soit de développement social local, ou communautaire.  On peut, en Travail Social , comme en éducation spécialisée, « faire pour », « faire avec », et « faire ensemble ». Ces 3 niveaux correspondent également aux trois types de pédagogie déjà décrits.

« Faire pour » c’est ce qu’on voit si souvent; c’est le triste constat des actions de participation dites citoyennes ou démocratiques, où on invite les usagers, les habitants, le public , à assister, acquiescer (en donnant son avis ou pas, peu importe) au spectacle de ce qui est déjà décidé, déjà fait, déjà pensé et clos.

Plaçons dans cette catégorie ces conseils de classe , d’école, de quartier , d’établissement, de vie sociale (etc.) sans pouvoir, sans autonomie, sans pensée, sans motivation intrinsèque , qui n’existent que par la volonté de ceux qui les convoquent. Faire pour c’est le face à face du professionnel et de l’usager , de celui qui détient tous les critères de l’action, qui décide des objectif comme des modalités d’évaluation, … face à celui qui est censé agir, parcourir et réaliser les changements intimés.

« Faire avec »

En réaction face aux insuffisances démocratiques, comme humaines, de cette tendance si répandue (dont la pratique envahissante du vote , comme du choix sont une autre modalité d’exercice), on a heureusement développé toute les  pratiques dites « participatives », actives, celles où les gens sont censés être acteurs . On proposera alors au public de prendre une part aussi active que possible, mais toujours pour réaliser ce qui se fait, ce qui convient, ce qui est prescrit. On pourra même à l’occasion fustiger le manque d’enthousiasme, de certains ou de la plupart; on pourra tenir le compte des apports des uns et des autres, et faire l’apologie de l’implication des uns et des autres… vis à vis de ce qui leur échappe encore et toujours.

« Faire ensemble »

En Pédagogie sociale, contrairement à ces deux tendances, nous promouvons un « faire ensemble » qui diffère.

Faire ensemble, c’est ne pas savoir à l’avance où on va exactement, ni,comment on va faire,

Faire ensemble ce n’est même pas forcément viser un objectif précis. En pédagogie sociale, le travail se suffit à lui même à la fois comme but et comme activité . Il n’y a pas d’itinéraire dont le parcours ne serait connu que par le professionnel, pas d’objectif inamovible qui s’imposerait à l’un comme à l’autre.

Enfin en pédagogie sociale , « faire ensemble », c’est aussi faire un ensemble, produire de l’ensemble et rendre possible le fait d’être, ici et maintenant, ni face à face , ni côte à côte, mais ENSEMBLE.

ENSEMBLE C’EST TOUT, ENSEMBLE C’EST BEAUCOUP! Surtout quand cet ensemble est improbable; quand tout a été fait, dit et prédit pour nous opposer les uns aux autres,  Quand tout a été fait pour séparer le travail du professionnel, de celui de l’usager; quand tout a été fait pour les opposer.

ENSEMBLE C’EST FOU, quand l’image même de l’usager du travail social se détériore, quand le professionnel prend parfois peur de lui ressembler un jour et redoute à raison, sa précarité.

ENSEMBLE C’EST RISQUE quand on demande à l’acteur social de plus en plus d’autonomie, de validité , de la distance , de l’éloignement et qu’au même moment, on stigmatise la dépendance , l’invalidité, et le manque de distance de l’usager.

Parce que le professionnel ment quand il dit qu’il travaille avec les usagers, avec les parents , les habitants, alors qu’en réalité lui seul « travaille » (au sens où il est employé et payé pour le faire), en Pédagogie Sociale, nous nous proposons de créer un véritable travail que nous ferions ensemble.

C’est pourquoi tous nos ateliers, à Robinson sont quelque part des activités de production et de travail: jardinage communautaire, petit artisanat , mais aussi production artistique sur tous supports , et toujours en collectif. A Robinson nous produisons ensemble par le travail,des objets de toute nature qui ont une réelle valeur sociale.

Petits et grands, nous travaillons ensemble, à une autre conception du Travail, du Social… du Travail Social.

 

Dimanche au jardin

DSCN8173

Ce fut le dernier jardin de l’année et nous l’avons fini en beauté !

2 mamans, 1 mamie, 1 papi, 2 jeunes adultes, et 6 enfants !

Autrement dit Mounira et Zohra, une autre Zohra, Jean Jacques, Farid et Nadia, Rania, Farid, Dabi, Corentin, Mohammed et Khadidja, et de l’équipe Donya, moi et aussi mon petit Fofinho !

Soit 14 humains et un bulldog français !

Les enfants ont adoré jouer avec le chien et même ceux qui en avaient peur, ne l’ont pas laché de la journée. Fofinho, comme les enfants se sont apprivoisés mutuellement.

On n’a pas arrêté; de travailler, de manger et de rigoler !

DSCN8221

Le soleil était avec nous et sous ses rayons, nous avons ramassé tous les navets et fait place neuve. Avec les enfants, nous avons été très efficaces, et dans l’après-midi, l’ancienne parcelle aux navets, étaient déjà recouverte de fumier pour passer l’hiver au chaud !

La serre, quand à elle, démunie de ses derniers radis dans la matinée, a aussi été désherbée. Ne reste que les pieds de basilic, sauvés in extremis par mamie Zohra, et celui de persil, dont les feuilles persistent encore.

DSCN8217

La « nouvelle Zohra » est hyper motivée. Après, nos soirée et nos ateliers, elle découvre aujourd’hui avec son fils, notre jardin et est très enthousiaste. Elle me raconte que ça fait 16 ans qu’elle n’a pas travaillé la terre, depuis qu’elle a quitté la Tunisie où elle avait un jardin.

Elle n’attend pas une minute et après s’être appropriée le lieu, elle allume le feu et retrouve rapidemment les gestes qu’elle a l’habitude de faire au pays. Elle fait cuire les merguez, fait rechauffer la soupe, préparée par l’autre Zohra et prépare le thé avec son amie Mounira.

DSCN8205

Au gré, de la journée, elle me lance :

« Je vais ramener des graines du bled. »

« Au printemps, on va faire pousser plein de légumes ! »

« La prochaine fois, moi et Mounira, on va préparer un couscous sur place ! ».

– Ah bon , vous pourriez faire ça ?! Mais ça prendrait pas trop de temps ? je demande.

– Non, non 2 heures à peu près.

– Ce serait vraiment chouette, allez on le fait !! »

Elle propose qu’elles se mettent à plusieurs pour acheter de la viande, qu’on utilise les légumes fraîchement cueillis et qu’elles cuisinent ensemble et sur place, au lieu de préparer chacune de leur côté.

DSCN8196

Je la plébiscite !!! Elle respire, cuisine et jardine communautaire !!!

En attendant ces futurs repas au jardin, nous apprécions tout de même goulûment celui d’aujourd’hui : bricks au thon et au fromage de notre nouvelle Zohra, soupe magique avec navets et poireaux du jardin mais aussi d’autres légumes et épices, de notre autre Zohra, salade de mâche, tomates et navets des robinsons, sans oublier les merguez et saucisses grillées ! Le tout accompagné de thé à la menthe, cuit dans les braises. En dessert, bananes et compotes, puis nous retroussons nos manches pour nous remettre au travail.

DSCN8187

En plus de nos travaux de jardinage, nous avons aujourd’hui, comme mission de nettoyer les 3 bâches des tentes du DAEV, que nous utilisons pour nos ateliers de rue.

Gros boulot mais la mission est accomplie; les bâches sont lavées puis séchées !

En bonus, nous avons déposé le vieux pneu du DAEV pour en faire une balançoire et rapporté des chaises et une planche pour faire une table; trouvailles du groupe venus à pied.

Quand vient l’heure de partir, nous en avons plein les bottes mais nous sommes heureux ! Spéciale dédicace à Zohra et ses bottes fluos !!!!

SAMEDI à la Villa Saint Martin :

DSCN8145

 

Aujourd’hui malgré le temps nombreux sont les enfants à venir jouer avec nous. Dans la tente petite enfance, Imane, Cassandra,Yasmine, Amanie, Nessrine, Sophia, Iasmina et Souad se lancent dans une grande partie de collin -maillard. Nous les entendons rire à gorge déployée.

DSCN8141

Dans la tente des grands Sarah, Jessica, Afssatou, Katchouri et Charlotte jouent au pérudo. Nous n’avons pas les bonnes règles du jeu mais nous en inventons de nouvelles et nous amusons bien. Pendant ce temps un autre petit groupe joue à l’éternel « devine-tête ».

DSCN8112Izabella nous fait bien rire, voulant nous aider elle finit par nous donner les réponses sans même s’en rendre compte.

DSCN8134

A l’extérieur, Aline, Katchouri, Sarah, Afssatou, Sophia et Mohammed font de la capoeira, malgré la pluie.

DSCN8147

Aux fourneaux, Abdel et Donya acompagnés de Kéliane et de quelques enfants nous confectionnent une très bonne galette des rois. Ce n’est pas encore l’épiphanie mais c’est toujours bon une galette des rois ! Plein d’enfant repartent d’ailleurs avec la recette.

 

DSCN8115

Bonnes fêtes de fin d’année à tous et à toutes et rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures !

DSCN8130

Pupics !

VENDREDI :

A Champlan Nouvel atelier :

Privés de notre atelier, tout juste mis en place sur le camp de Ris Orangis, ses habitants privés de leur baraque de fortune, pour tenter leur « fortune » ailleurs, nous tentons de notre côté, de ne pas nous laisser abatre et de lancer un autre atelier, à Champlan, cette fois.

Il s’agit de quelques familles de Wissous, que nous connaissons bien, et qui se sont installées depuis l’expulsion sur 2 petits terrains entre champs et bois, d’un côté et de l’autre de la route. Nous sommes restés en contact, depuis l’expulsion en septembre, en faisant participer les enfants à nos ateliers à Longjumeau mais aussi à quelques sorties.

Aujourd’hui, nous réfléchissons à venir régulièrement sur le site pour réunir les enfants, y compris les 2 frères Raoul et Ricardo, que nous avons beaucoup de mal à toucher ces derniers temps. Aux abords, du premier campement, nous sommes accueillis par Ionut, qui nous présente sa « nouvelle femme », avec qui il élève son bébé. Au loin, Ricardo et son frère !!  « Qu’est ce que tu es grand, Raoul !! »

Il n’y a là, que quelques cabanes, avec, au milieu, une place sur laquelle, nous verrions bien nos tapis. Une jeune femme est là avec sa petite et une jeune fille. Nous leur expliquons la raison de notre visite, que nous allons voir les familles, de l’autre côté de la route, et que nous revenons pour boire un chocolat chaud et manger un morceau de gâteau ensemble. De l’autre côté, il y a Lili et ses enfants Rebecca et Ionut mais aussi, Anna, Florentin et Iasmina. Nous sommes accueillis par les grands parents, adorables, qui nous proposent déjà, d’utiliser leur cabane en cas de mauvais temps. Il y aussi 2 nouveaux nés, à poils : 2 petits chiots d’à peine 2 mois ! Un frère et une sœur, un pour chaque famille, pas de jaloux ! J’emmène Max, le petit mâle, à l’abri sous mon manteau pour le montrer aux enfants de l’autre côté. Surprise; Madalin est là-bas, il s’est construit une cabane pour se rapprocher de son futur travail avec nos partenaires d’Animakt, mais il reste encore à renforcer le toit et à installer un poêle. Nous prenons notre petite collation tous ensemble et distribuons des peluches pour Noël aux enfants. Nous reviendrons vendredi prochain pour un premier atelier et déciderons ensuite si ce jour convient.

En partant, nous apercevons une autre rangée de cabanes au fond d’un champ, un peu plus loin. Les familles nous accueillent chaleureusement et nous devrions pouvoir accueillir leurs enfants avec les autres, la semaine prochaine. Au total, une quinzaine d’enfants !

Au jardin :

WP_20131227_004

Le vent se lève cet après-midi. Qu’importe, nous allons au terrain de l’équerre. Nous nous retrouvons pour le dernier terrain de l’année !!

WP_20131227_001WP_20131227_018

On débute par arracher tous les petits radis plantés à l’extérieur qui ne se sont pas développés et qui ne pousseront pas durant l’hiver. Nous désherbons le terrain, puis nous y ajoutons du fumier. Tout le monde s’y met. Une petite équipe harnache la serre car nous subissons quelques belles rafales de vent.

Quelques grosses bûches de bois sont à couper. Nous faisons le tour du terrain pour ramasser les branches cassées et tombées durant les forts vents de noël.

Nous nous mettons à l’abri sous la serre pour prendre le goûter, à l’abri des rafales.

A La rocade : 

DSCN8076
En ce vendredi 27 décembre, la tempête Dirk fait des siennes aussi sur l’atelier des Robinsons. Pas de gros dégât comme dans le sud du pays, mais nous avons bien harnaché et ouvert les tentes de part et d’autre, pour laisser entrer et sortir le vent.

DSCN8106

Pendant que certains jouent à chat, on se lit une histoire dans la tente des petits, avec Iasmina. Des mamans que nous n’avions pas vu depuis quelques temps viennent s’essayer à tricoter. Je leur montre comment monter des mailles. Heureusement, qu’elles n’en demandent pas plus car je débute aussi !!

DSCN8099

Le petit Sofiane, qui s’est essayé au tricot la veille, sur l’atelier du skate park, en redemande ! Lui qui est toujours très dynamique, est posé et concentré sur ses mailles. Je suis scotchée ! Sa maman a décroché, cette semaine, et préfère jouer au devine-tête sous la tente. Une petite partie de « Double » pour finir, et c’est déjà, l’heure du goûter !!

DSCN8096DSCN8094

 

DSCN8091

Jeudi :

Au jardin :

.

En l’absence de Corentin, les petites mains du jardin ne chôment pas. On cueille les derniers poireaux, de toute façon, ils ne poussent plus. Leur temps est révolu, il est temps de faire place neuve. Nous cueillons aussi des navets, des gros, des biscornus, il y en aura pour tous les goûts.

Le soleil brille, ça fait du bien pour le moral ! En plus des adultes, Jessica et Eric, les enfants qui sont en vacances, sont ravis de retrouver le jardin.

.

On profite souvent de l’hiver pour bricoler ou ranger. Aujourd’hui, on s’occupe de la serre. On essaye d’y mettre un peu d’ordre : les arrosoirs d’un côté, avec les pots, les gants de l’autre. On trouve aussi, une place pour les bottes, qu’on prend bien soin de retourner pour ne pas qu’elles prennent l’eau. Il faut dire que notre serre a beaucoup souffert des intempéries et il y a des fuites.

Nous prenons notre goûter bien mérité : des cookies, accompagnés d’un thé très chaud, puis nous nous partageons navets et poireaux.

Au skate-park :

1476828_10202013647915159_2065750101_n

 

A notre arrivée personne n’est encore là mais très rapidement Nesrine arrive et s’atèle au coloriage d’un sapin de noël.

1533137_10202013647715154_490286108_n

Des mamans arrivent également et l’atelier tricot peu enfin débuter. Charlotte apprend alors grâce à elles à monter ses premières mailles. Youssef a aussi envie d’apprendre et c’est Marion qui l’aide à commencer. Au gré des discussions et de fils en aiguilles les ouvrages prennent forme. C’est un vrai bon moment de transmission de savoir.

1488561_10202013647755155_1417330235_n

Un autre petit groupe se réunit pour jouer au « Triomino », au « Mémory » et au « Verger » qui a toujours autant de succès. Tout le monde s’amuse bien.

1488415_10202013647595151_1871709338_n

A la fin de l’atelier tout le monde se réunit autour d’un bon thé chaud et de quelques gâteaux. Se goûter se déroule calmement mais bien froidement !

 

Croix Breton 

C’est un jolie soleil qui nous accueil aujourd’hui a la Croix-Breton. C’est les vacances et pas mal d’enfants sont partis.
Aujourd’hui nous avons prévu de la peinture à la bombe afin de réaliser les fonds de nos Dazibao,mais avant toutes choses il est important de se retrouver et de s’accueillir mutuellement.
IMG_2485
Rude nous propose de jouer au Ninja ! Ce jeu consiste a essayé de toucher la main de son voisin tout en adoptant les poses les plus folles ! Nous somme rejoins par Sara,Khadija et leur mamans qui sont ravi de nous retrouver ici pendant les vacances.
IMG_2483
Nous passons un bon moment ensemble avec les enfants,très intriguer par la peinture à la bombe elle se laisse volontiers tenter !
Sara de son côté fait des coloriages et préfère rester plutôt sur un coin plus calme. Nous nous rassemblons ensuite afin de ranger l’atelier tous ensemble et de prendre ensuite le goûter. Nous nous donnons rendez vous le lendemain à la Rocade ou le samedi à la Villa Saint Martin!
IMG_2492

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *