Décoloniser mon esprit: passer de la différence à la singularité

C’est grâce à Frantz Fanon que nous savons aujourd’hui que le colonialisme n’est pas toujours ce que l’on croit. Est en premier colonisé l’esprit du colonisateur.

image6

L’héritage du colonialisme est avant tout ce qui monopolise, occupe et exploite …nos propres esprits. La décolonisation mentale chez le colonisateur,  est un processus autrement plus lent et compliqué que celui de la décolonisation historique: elle ne peut pas se faire sans nous.

la ruse du colonialisme est d’être toujours en jeu là et quand on on n’y croit plus. L’esprit colonial est présent dans cette évidence du crédit que nous portons aux versions policières et institutionnelles, dans notre foi dans la parole de l’adulte plutôt que de l’enfant, dans cette tendance à dénier toute once de vérité dans le propos du « jeune des cités ».

Fanon disait que la barbarie existait avant tout dans la facilité que nous avons de croire en la barbarie (des autres). Nous regardons le spectacle du monde et de la société et nous ne pouvons qu’adhérer malgré nous à toute cette pseudo barbarie qu’on nous met sous les yeux.

Les jeunes des cité? Barbares et ignorants, comme les rroms sans doute et leur propension à vivre en bidonvilles et à y mettre leurs enfants. Comme sont barbares ces peuples lointains qu’on ne comprend pas et qui se battent contre toute évidence contre ce qui est beau et bon: la démocratie, la science, la culture et l’occident.

C’est dans ce recoins de nos esprits que nous n’avons pas choisis, pas bâtis, que nous découvrons que nous sommes nous mêmes « occupés », colonisés, pensés plutôt que penseurs, objets plutôt qu’auteurs.

Pourquoi ne croyons nous pas ce que nous dit cet enfant des brimades qu’il a subies à l’école, des propos qu’on lui a dits sur lui, sa famille et son mode de vie? Pourquoi croyons nous toujours ce qui a pignon sur rue, ce qui est patenté, diplômé et labellisé?

Comment supposons nous la ruse et la feinte chez ceux qui n’ont aucun pouvoir et ne pouvons nous résoudre à admettre leur existence chez ceux qui ont toute latitude pour cela?

La raison de cette propension à ne pas voir, ne pas entendre, (ce qui, au fond, est  exactement  le colonialisme), provient d’une tendance puissante: l’identification.

Nous nous identifions spontanément à ce que à quoi et à qui nous croyons ressembler et , dans ce mouvement d’identification, nous plaçons de l’irrationnel: la foi, la croyance, l’évidence et la confiance.

 

DSCN1416

Dès lors , je ne perçois jamais aucune singularité; ceux en qui je m’identifie sont faussement perçus comme des extensions d’un aspect de moi même; ceux à qui je ne peux m’identifier sont uniquement perçus comme pures différences.

Jamais je n’accède à la vérité de l’autre, tout autre, qu’il me soit proche ou lointain, à savoir sa singularité.

Et pourtant le « lointain », le « différent » sont sans doute ceux qui peuvent m’apprendre le mieux à percevoir les choses et les gens comme ils sont, en dehors des fausses évidences et identifications. Or, tout est fait, tout est dit, aujourd’hui,  pour nous en éloigner.

Jamais les cités, les quartiers, les bidonvilles n’ont été si loin de nous, si barricadés , ensevelis sous leur propre représentation. Jamais les distances et les différences n’ont été autant aiguisées , simplifiées. C’est le grand retour du barbare, alors que c’est notre ignorance de l’autre qui ne cesse de croître.

Et tout cela se fait sans nous, sans notre faute, notre culpabilité, notre volonté. C’est à notre insu que notre image de l’autre est trafiquée et seul le contact direct, la confrontation, l’expérience et la rencontre peuvent nous en guérir.

 Extrait de « Mon école » (la planète des sages), ( J. Agnes et collectif) :

« Il est temps d’apprendre à vivre

En suivant d’autres chemins

Et qu’un jour on se délivre

des mensonges qu’on nous tient

Il est temps que les murs tombent

sur les vies

que l’ennui

a vaincues :

Mon école sera la tombe

des brimades révolues »

Dimanche:

Jardin avec les familles
Il pleut pour changer…. Qui voudrait bien sortir par un temps pareil…. ?

Et bien Zohra, Mohammed, Mounira, Zohra, Hafsatou, Théo et Jessica répondent tout de même à l’appel ! Cela nous remonte grandement le moral !
« Vous verrez » dit Zohra, « Quand on va arriver, il va faire beau ! ». Inch Allah, comme on dit par chez toi très chère Zohra ! Lorsqu’on arrive, la pluie s’est arrêtée… Vite, vite, on allume le barbecue, car nos convives on prévu un festin !

SAM_5185
Mais en attendant, si on désherbait ? Les haricots en ont besoin… Le reste du jardin en a besoin aussi d’ailleurs, mais il faut bien commencer quelque part… Leïla et Hafsatou s’affairent dans les restes de la serre. Il faut tout enlever, les outils comme les mauvaises herbes ! Par de petites pauses (très) régulières, Hafsatou, aidée de Théo et de Mohammed, sort des brouettes entières de longues herbes.

SAM_5173
En même temps, comment se concentrer lorsque de si bonnes odeurs s’échappent du barbecue ? C’est intenable ! Jessica en pique même une colère ! Non ce n’était pas pour ça, la pauvre est venu en tongues , et comme c’est mouillé, ça glisse….

Bref, à table !!!! Mounira a fait des briques avec du saumon, Zohra1 des beignets, Zohra2 une salade de pommes de terre, il y a des merguez… On ne sait plus où donner de la tête !! On se remplie la panse et on passe au thé à la menthe. Le soleil sort un timide rayon, le thé est bien chaud, et pour les gens concernés, la cigarette est bien bonne…. On est bien…

SAM_5161
Entre temps, des amis de Mounira sont arrivés. C’est super ! Un peu de main d’oeuvre !
C’est pas le tout, mais il faut y retourner. La serre se vide petit à petit, les Zohra ont ramasser des pommes de terre et des carottes, Lucie de la rhubarbe, Théo et Mohammed, des courgettes. Bigre… Mohammed est phobique des orties… Il n’est pas sorti d’affaire le pauvre.

SAM_5186
Il pleut, il fait beau, il re pleut, il re fait beau….
Et arrive le temps de partir… Mais de beaux plans sont en préparation ! On attend des photos du groupe de Zohra qui va au Château la semaine prochaine, et du couscous du prochain jardin (Nicolae, attention c’est pour toi ça…)
Merci tout le monde et à bientôt !

SAM_5169

Samedi :*
Sortie piscine a vagues !!!

Dés le petit matin, on embarque pour notre sortie a la piscine avec les familles et les enfants du quartier qui n’ont pu accéder à aucune sorte de vacances. Pour les Robinsons, tout le monde sort sans conditions.

DSCN1429
Avec un peu de retard nous y voila :Ana et ses enfants,

DSCN1430

Awa et ses enfants, Aminata ,Jessica, les enfants B., Najamy, Loceinie, Nabintou, Syra et sa soeur, tout le monde est arrivé ! Nous partons avec les paquets aidés par tous les enfants et les mamans.

SAM_5154
On s’est fait attendre un peu plus d’une heure et demie car notre itinéraire n’était pas très précis mais la balade a fait du bien à tout le monde. On a eu le temps de parler et rigoler sur le chemin.

DSCN1460
Abdel (qui nous attendait depuis deux heures) nous accueille avec le sourire, et tout le monde va préparer le déjeuner. Les enfants et Jessica n’ont pas attendu et sont jetés directement à l’eau avec Lucie.

DSCN1437

Petit à petit, les enfants ainsi que les adultes se dirigent vers l’immense toboggan pour faire monter l’adrénaline. Tout d’un coup on entend : « Il y a les vagues ! ». Branle-bas-de-combat, la foule se précipite dans la piscine à vague.

DSCN1467

Cependant, le reste des adultes comme Nicolae, Leïla, Quentin et Abdel déballent le matériel de cirque concurrence les vagues.
Avant de partir, Nicolae et Abdel se préparent pour une course de toboggan. Ils sont rejoints par Aline, Quentin et Jessica ! Abdel arrive premier à tous les coups, mais c’est Nicolae qui crie victoire le premier …

DSCN1456
Tout le monde se rassemble pour partager le goûter, épuisé par cette après-midi mémorable.

DSCN1435
Enfin, nous amorçons le retour jusqu’à Longjumeau.

 Vendredi :
Pour cette après-midi ont s’est dit qu’on ferrai un atelier de jardinage a la Villa St.Martin pour récupérer le séance de jardinage qui on n’a pas pu assurer la présence pour désherber nos belles tomates et salades car ils ont bien poussée et j’espère que cette année la on vas avoir des tomates pour notre récolte.

SAM_8448

Mais nous y voila avec Jessica bien motivés pour nous occuper comme il  faut des parcelles .Malheureusement la pluie n’a pas cessé longtemps , et, même on a continué de désherber et de tutorer les tomates et cueillir quelques salades pour la récompense de Jessica !

SAM_8437
On s’est dit qu’on a bien avancé sur notre activités d’aujourd’hui et au lieu de rester prendre le goûter nous deux , on à pris la décision de rejoindre les autres pour être plus nombreux et d’en profiter de ce moment !!!

SAM_8441
A la prochaine !

La Rocade:

Entre deux averses, Leïla, Lucie et Laura acheminent leur bazard jusqu’à la Rocade, suivies de près par Locennie, Najamie et Nabintou.
A peine les tapis installés que Croque Carotte est déjà de sortie ! C’est Laura qui s’y colle, mais ce n’est pas elle qui gagne cette fois encore.
Il n y a pas grand monde… Et en plus revoilà la pluie ! Nous aurons tenté le jeu du « p’tit bac » jusqu’à ce que les feuilles se déchirent à cause des gouttes. Et puis de toute manière, je ne citerais pas de nom, mais y en a plein qui trichent !

DSCN1407
Locennie déborde d’énérgie. Il a trouvé un moyen de se faire pousser sur le diable, qu’il a rebaptisé sa « poussette », et qu’il a customizé en dévalisant la boite de jouets petite enfance. « Aller Lucie ! A ton tour de te faire pousser ! » Heu, non merci….

DSCN1416
Oooh, des gens qui arrivent ! Des enfants ! C’est merveilleux !
D’abord, c’est au groupe de Nicolae (qui revient du jardin) de débarquer « pour le gouter ». Haha, encore 1h à patienter les amis ! Jessica, ses pieds pleins de terre et sa salade dans la poche, en profite pour sortir les poupées.
Puis nous faisons la connaissance des jumelles, Lina et Soumaya qui se plongent dans les encastrements et les percussions. Elles sont si concentrées qu’elles jettent des regards noirs à Nicolae qui, mourrait d’envie de voir la couleur de leurs yeux, et  ne cesse de les perturber !

DSCN1421
Entre temps, on a perdu Nesrine sous la pluie…. A mais non, elle est là ! Cachée sous sa veste, telle une tortue.
Voila le gouter !!! Lait chaud, madeleines, cookies au chocolat… Un festin auquel Nesrine la tortue ne peut pas résister très longtemps…. On ne vous dira pas tout ce qu’elle a mangé mais quand même… !

DSCN1413
C’est fini, on remballe ! A la prochaine !

Vendredi chez nos partenaires d’OMP de Palaiseau:

Je suis retournée à l’OMP sans Dylan mais avec la jeune Aïssata qui a récemment adhéré à notre association.
J’ai remarqué qu’elle aimait bien tout ce qui était manuel et me suis dit que ça lui plairait de participer à la décoration du festival Aoûtside.
Bingo !! Même si ce n’est pas évident et un peu rébarbatif de retirer les agrafes des planches des palettes, elle s’en occupe et ne baisse pas les bras.
C’est la plus jeune, elle a 10 ans mais travaille comme les autres.
SAM_5135
Sofia est à ses côtés tandis que Luis retire les planches de l’armature des palettes. Tout ça constitue la matière première des confections à venir. Dans le garage, il y un parasol et des assises faits avec des palettes. C’est génial tout ce qu’on peut faire avec.
SAM_5134
Johanna nous propose de participer à la confection de causeuses, ou de « toi et moi »: c’est une assise double avec des sièges côte à côte mais tête bêche ! Clément, un bénévole de l’OMP aide Sofia et Aïssata à manier la scie sauteuse pour découper le cadre d’une palette. Les morceaux découpés serviront de pieds à notre assise. Je ne visualise pas très bien mais tout le monde est bienveillant et nous accompagne dans nos découpes. Aïe, la lame casse ! On change de scie et on continue ! Les filles aideront ensuite Mathilde à viser le socle pour le pied du parasol.
SAM_5132
Johanna s’étant absentée et manquant de directives, nous finirons l’après midi par refaire quelques jolies fleurs en origami. Clément apprend à faire les fleurs avec nous, après nous avoir aidé avec la scie sauteuse.
SAM_5129
L’échange de savoir-faire a commencé ! Comme je souhaite que le groupe acquiert un savoir faire via cette expérience, Clément propose de nous apprendre à confectionner une assise de base, facile à reproduire, la semaine prochaine.
 A mercredi alors !!

Skate Park:
Aujourd’hui, c’est tout le monde au skate-park ! Aline, Laura et Leïla s’y rendent tandis que Lucie va faire un petit tour à la Croix-Breton, histoire de repêcher les enfants qui se seraient retrouver tout seuls sans atelier… Au bout d’une demi heure elle fait demi tour parce qu’encore une fois, personne ne s’est décidé à sortir le bout de son nez.

SAM_4692
Au skate-park par contre il y a du monde ! Sur le tapis de jeux de société, Locennie et ses amis font sauter leur lapin dans une partie de croque-carotte endiablée,

SAM_4693 beaucoup dessinent, et Sidi (et une petite fille dont je ne me souviens pas le nom mais que nous appelleront Miss Tétine pour plus de commodité) s’éclatent comme des fous avec le poisson à tirer et les voitures à faire rouler (quand on appuie sur le bonhomme… tout un programme)

SAM_4700
Du côté des mamans ça papote sec. On en profite pour écouler quelques sacs de légumes.
Sidi par à l’aventure avec le poisson au bout de sa corde, on lit des histoires…

SAM_4704
La pluie arrive en même temps que l’heure du goûter. On file se mettre à l’abri pour déguster notre 4/4 accompagné de confiture et notre verre de sirop.
Et voici le moment de plier bagage ! Au revoir tout le monde !

SAM_4696

Jardin de Saulx-les-Chartreux
Jeudi :
A côté de nos fidèles amies , Zohra, Jessica , Jean Jacques et moi , on prendre la route vers notre jardin car pour cette après-midi on va commencer une nouvelle session de désherbage sur le terrain et une nouvelle récolte de pommes de terre , et des haricots.
De notre arrivée la pluie , elle a cessé de tomber et le soleil à cassé le bloc des nuages et nous enchante avec la chaleur de ses rayons de soleil !

SAM_8421
Dans deux groupes on s’est dipsacée , car Jessica et Jean Jacques avait envie de ramasser des patates puis de s’en occuper des framboisiers

SAM_8428 et cependant Zohra et moi continuons de désherber la parcelle et de cueillir des haricots pour notre récolte ;

SAM_8426

L’heure passe très vite et l’heure du goûter est arrivée et nous en profitons de ce moment et d’un verre de sirop et un gâteau .
Tous contents on nettoie nos outils , on range nos goûter et on monte dans notre camion pour rentrer au local après une belle journée de travail !A bientôt au jardin !!!

SAM_8430

A Palaiseau avec l’Organisation Maxi puissance :
C’est notre premier rendez-vous avec cette association qui organise le festival de musique Aôutside à Palaiseau. J’ai rencontré Johanna la semaine dernière pour mettre en place un partenariat entre nos deux associations. Nous allons les aider à préparer la décoration et le mobilier du festival et en échange nous pourrons accéder au festival les 29 et 30 août et tenir un stand pour notre association.

SAM_4667
Aujourd’hui, nous nous retrouvons chez Mathilde, bénévole qui prête son jardin, une petite maisonnette et son garage pour l’OMP. On s’installe à l’abri de la pluie pour que Marion nous montre comment faire de jolies fleurs en origami. Il nous faudra bien plusieurs fleurs pour prendre le coup de main. Sofia qui est venue avec nous, et Esther apprennent plus vite, et nous aident quand on est perdu.
A côté, des bénévoles désossent des palettes qui serviront à confectionner différentes assises pour le festival. Notre petit groupe s’y attellera vendredi.
En attendant, nous progressons dans la confection de ces jolies fleurs blanches qui seront suspendues sur une arche à l’entrée du festival.

SAM_4671
Luis et Dylan, qui étaient déjà venus, en autonomie la semaine passée, s’inscrivent dans notre projet de partenariat et reviendront probablement vendredi avec nous.

Jardin:

Après avoir rempli le camion avec des enfants de Champlan (la pluie ayant dissuadé la plus part du quartier), nous voila arrivé au jardin.
On ramasse tout ce qu’on trouve (heu Chouchano, les poireaux et les fleurs de courgettes on évite steuplait….), on court beaucoup, on se vide les poumons… On mange aussi. Beaucoup. Des noisettes, des tomates, des concombres, les gâteaux du gouter alors que ce n’est pas l’heure….

SAM_5114
Ok, vous voulez faire du sport ? Et bien on va déshérber ! Raoul et Ricardo s’arment de sarcloirs et c’est parti ! ça ne traîne pas. En moins de 10 minutes, les mauvaises herbes sont toutes parties, quelques pieds de haricots aussi mais bon…. Ils n’avaient pas qu’à être là aussi… !
Bon STOP !! On va goûter ! Tant bien que mal tout le monde se remplie le ventre, dans une ambiance humide et dynamique en plus haut niveau, youhou !!

SAM_5117
Le retour se passera de tout commentaire, les seules à plaindre sont ces pauvres courgettes qui n’avaient rien demander à personne… BREF !
See you later le jardin !

Bel Air :
Mercredi :

Cette après –midi nous sommes partis pour installer notre atelier sous la pluie de la Ludothèque où ,malheureusement on n’a pas été attendu par trop de monde comme d’habitude à cause de la pluie.

DSCN1391 Avec 5 enfants sur l’atelier, Fortune , Hafsatou,Eddy, Jessy,Téo ,Meysa ,qui nous ont tenu compagnie ce jour là , après l’installation de la tente on a commencé un jeu d’ échec avec Hafsatou te Laura car Nicolae était en train d’installer avec Quentin le matériel pour notre émission de Radio « Radio Robinson »avec Jessy , Hafsatou et Téo ;

DSCN1388
Cependant Quentin continue de mettre au courant les enfants de déroulement de l’émission radio et le matériel nécessaire.

Malheureusement a cause de la pluie on a pas pu faire grand chose car le générateur d’électricité il n’a pas marcher et ils ont continuer l’émision au local.

DSCN1387
L’heure passe vite et nous y voila tous et toutes assises sur les tapis pour prendre le goûter , un verre de sirop et un gâteau !
Au revoir et à bientôt !!!

 

DSCN1401Souvenir et Journal du séjour des Robinsons et Rombinsons de l ‘association au festival de Lescar Pau du 24 au 31 Juillet

25 juillet :

 Nous nous sommes réveillés ensuite nous sommes partis faire les courses car nous devions faire un « Yassa » poulet pendant que d’autres personnes étaient dans la piscine.

image2

A l’heure du epas, nous avons dégusté ce fameux yassa poulet.

L’après-midi, nous sommes partis en sortie à l’ancien abattoir de Billière mais malheureusement c’était fermé ; à la place, nous sommes partis à une répétition d’un groupe de chant. Après cette répétition, nous sommes partis nous baigner. Nous avons fait un concours de plongeons. 

image6

 Nous sommes rentrés manger des pattes avec sauce tomate et courgettes du jardin. Après le repas, on est partis au trampoline et ensuite nous sommes partis nous coucher (Hafsatou et Syra).

26 juillet :

 Nous nous sommes réveillés et nous avons pris le petit déjeûner . Ensuite nous sommes allés faire la randonnée dans les Pyrénnées.  Nous nous sommes assis au bord d’un ruisseau pour pique-niquer, ensuite nous nous sommes mis en maillot de bain et nous nous sommes baignés. Après nous être baignés, nous nous sommes habillés et nous avons commencé la randonnée. Pendant la randonnée, nous avons vu une grande pente et certains enfants l’ont escaladée. Nous sommes redescendus en courant et nous avons continué la randonnée. A la moitié du chemin, nous avons observé la montagne. On a repris la route et au bout de 15 minutes nous avons terminé la randonnée. Nous avons fait des jeux et nous sommes rentrés (Hafsatou).

image13

Le soir, nous avons été voir le film de TimBurton, « Frankenweenie » en plein air à Pau.

27 juillet :

Le matin du 27, je suis allé faire des courses avec Alan pour faire à manger. On est rentrés et on a cuisiné pendant à peu près 3 heures puis on a mangé. C’était délicieux puis on est allés faire un tour. L’après-midi nous sommes allés dans un parc. Nous avons joué et écouté de la guitare. Nous avons aussi fait des pyramides humaines (acrosport). 

 Nous avons rencontré des joueurs de guitare, djembé et didjéridou. Nous somes rentrés au camp et avons fait un barbecuie (Alan et Théo).

28 juillet :

Aujourd’hui 28 juillet, on s’est réveillé en douceur pour déjeûner. Théo, alan et Mathias ont fait du tag ce matin. Leïla a fait des courses avec Rébecca, Béni, Yasmina et Andréa pour faire des « Salmaleh » et des « Gogoches » (spécialité roumaines). 

L’après midi, on est allé visiter une ferme pédagogique à Billière, tout près de Lescar. 

(Yasmina, Andréa et Rébecca)

29 juillet : 

Une matinée sur les chapeaux de roue. Les nouvelles bouteilles de gaz ont été vidées en un après-midi de « salmaleh ». Nous voulons attraper la conférence de 10h30 car le festival commence. Il n’est pas loin mais 4 km suffisent à achever l’embrayage du camion. Nous voilà 8 au festival, au village associatif Emmaüs, plus précisément et 4 qui attendent au camping qu’on vienne les chercher. 

Téléphone, assurance, organisation…Mais au festival  c’est la profusion de rencontres et de découvertes. Tandem vélo à 4, discussion sur l’homophobie, conflit israélo-palestinien, expériences scientifiques avec les « Petits débrouillards », merguez-frites et convivialité. On tient difficilement en place devant le film « En quête de sens » mais on rit aux interventins incongrues lors du débat qui suit.C’est làque les absents arrivent enfin ànous rejoindre. On rit aux éclats  d’un dégoût curieux au stand de prévention des MST. 

Puis on va danser tous ensemble le sourire aux oreilles et des ressorts aux talons devant le reggae brésilien de Flavia Coelho ; on apprécie moyennement l’humour graveleux de la chanteuse qui suit puis on fatigue devant un Keziah Jones mal réveillé et on va se coucher (Quentin).

30 juillet :

Aujourd’hui, nous nous sommes réveilés suffisamment tôt pour engloutir un bon petit déjeûner afin d’avoir des forces ! Eh oui, c’est le dernier jour de festival Emmaüs ! Nous préparons  alors un pic-nique puis nous partons à pied jusqu’au village associatif d’Emmaüs. Une fois arrivés, nous avons pu regarder le film documentaire sur le groue de reggae « Dub inc. » puis il était déjà l’heure des premiers concerts.

 Nous avons donc écouté « The Gladiators », les papys du reggae et ensuite « Les ogres de Barbak ». 

 Mais il est déjà l’heure de rentrer car tout le monde est fatigué et de plus nous devons partir tôt le lendemain pour rentrer  à Longjumeau !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *